Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 HOME JACKING ; Roy & Hazel
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3359 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: HOME JACKING ; Roy & Hazel   Mar 3 Nov - 0:27
ROY &HAZEL
La nuit n’est que manteau pour Hazel. Elle la réconforte et lui assure protection. Malgré une série d’événements quelque peu traumatisante, la blonde n’a pas pu se résoudre. Comme toute enfant de la rue, comme toute enfant de la nuit, Hazel vagabonde dans les quartiers  populaires. Si la moitié des gens recherche animation et divertissement, la skateuse cherche avant tout de quoi se mettre sous la dent, de quoi piller. Les temps sont difficiles pour la jeune femme. Elle passe trois quarts de son temps dans la dimension darwinienne, et passe le reste de sa vie en prison ou à faire crédit auprès de ses rares  amis.  Elle s’en dette et s’entête.  Ce soir, elle a décidé de reprendre sa liberté en main  et tant pis si la justice la choppe une énième fois. Hazel, elle s’améliore dans le jeu mai étrangement, elle empire dans sa vie. C’est triste d’admettre une telle balance d’atouts.
Les néons des devantures colorent sa peau. Tous ces jeunes assoiffés, liqueur à la main, percent sa rétine. Ils percent son monde qui n’est pas le leur. L’automne est là,  elle le sent par ces surplus de couches de vêtement. On ne note plus son éternel bonnet qu’elle plaque sur ses oreilles pour empêcher l’un de ses tatouages d’apparaître. Hazel se balade avec cette adrénaline familière dans les entrailles. Elle jette des coups d’œil aux appartements environnant. Elle chasse. Son sac à dos est vide. La skateuse fantasme sur son futur contenu. Parfums, bijoux, téléphones et autre technologie de valeur. Elle fantasme sur le potentiel nombre à deux zéros. De quoi la nourrir pendant quelques mois et ne plus se préoccuper de ces besoins primaires tel que la nourriture. Comme ça, elle pourra se perdre sur le jeu de Darwin.
Le quartier n’est pas trop chic. Hazel évite les endroits huppés car elle s’est faite prendre deux fois. Deux fois. Deux séjours en taule sans avoir accès à internet. Ce fut le pire manque. La blonde préfère ces quartiers culturels qui ne tombent pas dans la pauvreté. Elle prend une petite ruelle, à l’abri des contrôles policiers, à l’abri des regards imprévus. Elle finit par accéder à un immeuble de centre ville. Le code digital de la porte principal n’est pas un problème. Hazel a acheté toute une série de codes. Cela fait parti des investissements du métier. Il existe une dizaine de codes applicables dans  ¾ des cas. Alors la blonde sort sa liste et tente chaque code. Si l’un d’eux marchent, elle pourra continuer. Sinon, elle changera de lieu. Au  bout de la quatrième combinaison, le portail cède. L’adrénaline monte d’un cran chez Hazel. Ca grouille dans son estomac. Discrètement, elle enjambe les marches. « Am stram gram » Elle compte dans sa tête, comme une gamine. Elle ne sait particulièrement quel appartement elle va cambrioler. Elle se fie au hasard.
Hazel s’arrête sur le pallier qui lui inspire le plus . Le son d’aucune voix ne lui parvient, l’endroit semble désert. Parfait. La fille s’agenouille devant une serrure et commence à la crocheter une fois qu’elle a sorti son kit. Merci Darwin.  Elle pénètre dans cet antre qui n’est pas le sien. Elle prend soin de refermer derrière elle puis, la blonde allume la lumière. Sans perdre de temps, elle se dirige vers le salon. Elle ne s’attendait pas à voir ce qu’elle voit : un homme regarde la télé. Il est stoïque, il la rend stoïque. Hazel ne sait pas comment réagir. Parler, ou partir ?  


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: HOME JACKING ; Roy & Hazel   Mer 11 Nov - 22:12
Roy avait refermé l'écran de son ordinateur portable, l'air plus que satisfait. Combien de joueur avait l'occasion de quitter Darwin avec un écran de déconnexion ? Trop peu malheureusement. Beaucoup ne connaissait que dix connections pour dix morts. Avec l'aide de ses talentueux éclaireurs qui avaient trouvé une porte de sortie, ça n'avait pas été le cas du brun. Il sortait enfin de ce jeu après des jours coincé dedans et en regardant autour de lui, il faisait nuit alors qu'il avait du se connecter au matin. Putain. Pensait-il en faisant tomber longuement sa main le long de son visage. Au moins c'était une journée d'épargnée. Tirant les roues de son fauteuil en arrière, il s'écarta de son bureau pour traverser l'immensité de son appartement vide. Il ne prit même pas la peine d'allumer la lumière, s'avançant à l'aide de la faible lumière qui traversait les rideaux. Soudain, la cuisine s'illumina de l'aveuglante lumière du frigo dans laquelle il plongeait sa tête pour prendre de quoi boire. Il n'avait peut-être rien vu de cette journée mais il était fatigué comme s'il venait de finir une intense et interminable semaine de travail. L'homme décida alors de troquer son fauteuil roulant contre le canapé, sachant de toute façon qu'il s'endormirait devant. Il allumait malgré tout la télévision, se laissant aspiré par les images d'un quelconque documentaire tardif sur les fonds marins. Moprhée lui tendait les bras quand il entendit le cliquetis du verrou de la porte. Fronçant les sourcils, il pensa d'abord à Devon, son frère. Avait-il passé plus d'une journée dans ce foutu jeu ? Il n'avait pas souvenir qu'il rentre aussitôt. Alors quand il s’apprêtait à lui demandait ce qu'il faisait là, il vit à la place une figure frêle se dessiner dans l'encadrement de la porte. Ce n'était décidément pas Devon et il ne connaissait pas non pas cet homme mais cette femme. Ok, alors, quoi ? Il se faisait cambrioler ? A cette idée Roy eut un léger rire du fond de son canapé. Et que pouvait-il y faire sérieusement ? D'un geste las, il prit sa téléphone, changeant de chaîne l'air pas plus soucieux. « Vous feriez mieux de partir, il n'y a rien ici ne serait-ce que cette télévision qui déconne. » Il doutait que la cambrioleuse ait envie de perdre son temps pour une vulgaire télévision quand d'autre appartement devait contenir mieux. Et surtout, des appartements sans personnes dedans. Il tournait sa tête vers la jeune femme qui, avec plus d'observation, n'avait rien d'effrayant ou de menaçant. C'est pourquoi il se permit de rajouter en désignant l'air jem'enfoutriste sa chaise. « Et vous ne retireriez pas une télévision à un handicapé ? »
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3359 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: HOME JACKING ; Roy & Hazel   Jeu 12 Nov - 1:14
Hazel avait pénétré dans cet appartement à pas de chat. Elle évitait de faire le moindre bruit, pour éviter le moindre problème. Elle ne s'attendait pas à un tel spectacle. La blonde est restée à l'entrée de l'appartement quand elle a remarqué la lumière tamisée et la silhouette qui s'en démarquait au salon. Un homme barbu, les yeux à moitié morts, lui jette un regard creux d'attention. Hazel ne savait pas comment réagir. Elle l'entend zapper de chaîne à croire qu'elle était un incident mineur. Pire, le goût du sarcasme parvient jusqu'à elle.Il la décourage de cambrioler cet appartement. Hazel fait glisser nerveusement ses doigts sur les bretelles de son sac à dos. C'est une délicate situation. Elle sourit malgré elle à la propre vanne de l'étranger.

-Handicapé ou non, les objets restent les mêmes. Et tu peux parler, mais je n'ai pas de télé.


La skateuse ne fait aucune discrimination. L'homme ne dit rien mais elle n'a pas envie de partir pour autant. C'est l'adrénaline qui la fait détaler. Ici, l'adrénaline se dissipe et change de nature. L'envie de prendre la fuite également. Il est davantage question de curiosité. En plus de cela, il la vouvoie et ça perturbe Hazel. Il est clair qu'elle est plus que lui.

Alors quoi, tu ne vas rien faire ?

Hazel soupire et lève les yeux presque déçue. Une déception similaire à celles des gamins quand leurs camarades jouent mal à des jeux qui leur sont importants. La blonde ne laisse pas le temps au silence de se former. Elle traverse le salon et finit dans la chambre. L'une des chambres. Elle ne connait rien de lui. Il avait peut-être une femme, ce qui voulait dire bijoux. Elle remarque bien qu'aucune femme n'est présente ici. Cela divise par 2 les objets de valeur. Une fois de plus, Hazel est déçue. Elle perd cette appétit de fouiller.

Laisse tomber, tu m'as blasé
.


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: HOME JACKING ; Roy & Hazel   Jeu 12 Nov - 21:39

Bon sang. Même coincé au fond de son canapé il pourrait appelé les flics. Mieux, il suffirait de gueuler au voleur que tout le palier l'entendrait. Et il priait pour que sa voisine soit là si jamais il devait en arriver là. Mais ça ne semble même pas percuter l'esprit de la jeune femme qui semble sourire à sa remarque. Putain bien Roy, c'était vachement le moment de blaguer. Il ne pouvait vraiment pas s'en empêcher, même dans ce genre de moment. « Alors quoi tu ne vas rien faire ? Et que veux-tu que je fasse ? Tu seras partie avant que les flics arrivent. La meilleure chose à faire c'est appelé au voleur. Quoiqu'au viole ramènerait plus de monde. » Il la voit disparaître et le brun se pencha aussitôt sur le bout de son canapé pour voir quel pièce la saloperie allait fouillé. Il avait beau garder son calme, la situation finissait pas l'exaspérer. Maintenant qu'il y pensait, c'est vrai que les flics lui sauraient d'aucune utilité. Même dire à quoi elle ressemblait et diffusé des tracks le mènerait à rien. Il ne s’affolait pas non plus car il savait l'appartement sans valeur. Néanmoins, le simple fait de se sentir impuissant lui tapait sur les nerfs. Soudain, elle ressortit de la pénombre de l'appartement, blasée, comme elle disait. Il esquissa un sourire, l'air insouciant. « Adieu alors ? » Et au moment de levé sa main pour la saluer de loin, la manche de son t-shirt se rabaissa, découvrant son poignet marqué par d'un 08.


Dernière édition par Roy Jaeger le Dim 15 Nov - 23:22, édité 1 fois
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3359 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: HOME JACKING ; Roy & Hazel   Ven 13 Nov - 22:52
Hazel, elle balaye la chambre du regard avant de se tourner vers l'homme. Elle n'a jamais vu un homme faire preuve d'un tel stoïcisme alors qu'il se fait potentiellement cambrioler. Elle veut bien croire qu'il soit handicapé mais est-ce une raison pour blaguer ? La skateuse se détend, elle s'adosse au mur et croise les bras. L'entendre passer du vouvoiement au tutoiement la fait sourire même si ça l'agace de se détendre. Quitte à se faire surprendre, autant se faire posséder par une vague d'adrénaline. Tout retombe, comme un vieux gag. Néanmoins l'homme aux yeux éteints a une belle argumentation : elle partira avant même que les flics rappliquent. Toujours sur une touche de sarcasme, le barbu évoque le viol. Hazel esquisse un demi sourire. On ne rit pas de ce genre de choses mais en même temps, la blonde imagine la scène. L'inexpérimentée et l'handicapé, il y aurait de quoi écrire une histoire absurde et comique. Hazel ne dit rien, ça la blase plus qu'autre chose. Son attention est vite portée sur la main levée de l'homme. Il y a de l'encre et du relief sur sa chair. Un tatouage, un chiffre. Il n'en faut pas plus à Hazel pour comprendre. C'est un joueur. Elle sait qu'il n'est pas de son équipe, sinon elle l'aurait identifié.

« Adieu »... Je ne te vole pas et ne te viole pas, est ce que ça fait de moi une mauvaise invitée pour me virer ?

Hazel commence à goûter à son doux sarcasme alors qu'elle est nulle en la matière. Elle se surprend, ça lui fait plaisir intérieurement. Toutefois la roue a vite tourné. Hazel n'est plus blasée, non. Elle a envie de tirer profit de cette rencontre impromptue et découvrir l'identité de l'homme. Inconsciemment, la malice de la blonde se nourrit de cette éventualité. L'éventualité de pouvoir utiliser la réalité pour son amour du virtuel.

Vu que t'as l'air d'être le roi de la détente, je vais te saouler et rester.

Provocation. Elle aime tellement ça. Pourtant la sale gosse ne bouge pas, elle reste dans le dos de l'homme, adossée, la lumière du téléviseur rendant tendre son regard de fourbe.



I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: HOME JACKING ; Roy & Hazel   Lun 16 Nov - 2:32
« Une invitée ? Qu'il reprend aussitôt qu'elle semble vouloir jouer sur les mots. En plus de s'introduire chez lui, elle avait décidé de lui casser les pieds ? C'était un package, c'est ça ? Elle ne ciblait que ceux qui étaient encore chez eux pour... Rha. Roy soupira sans s'en cacher, exaspéré à l'idée qu'elle veuille discuter ne serait-ce que cinq minutes de plus. Femme ou pas, debout sur ses deux jambes, il l'aurait déjà attrapée par l'épaule pour la raccompagner comme il se devait sur le pas de la porte. Mais la réalité était tout autre. Il était coincé dans son canapé et surement condamné à y passer la nuit. Si seulement j'avais demandé à ce qu'on me tienne compagnie, tu aurais pu être mon invitée. Sauf que ce n'est pas le cas, alors zou. » Zou ? Sérieusement Roy ? Ce n'était pas parce qu'il était incapable de tenir debout qu'il ne pouvait pas se montrer ferme. Mais c'était décidément au-dessus de ses forces. Et ça lui porta même préjudice. Aussitôt alors la blonde (de ce qu'il en voyait la pénombre), décidait de rester. Et de le saouler, qu'elle avouait clairement. « Bah bien sûr ! Serres-toi et viens t'asseoir aussi. Dit-il cette fois moins à l'aise avant de se rendre compte de sa connerie. Non ! Tu touches pas aux verres ! T'as rien touché, rien cassé. Restons en-là, tu veux. Tu veux discuter ? Très bien. Mais reste où tu es. »
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3359 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: HOME JACKING ; Roy & Hazel   Lun 16 Nov - 20:30
Il soupire, elle l’énerve. Victoire pour Hazel qui sourit franchement, ce qui est une première depuis longtemps. Elle s’amuse beaucoup et joue avec l’homme. Elle en oublie qu’il est handicapé.

«Zou »... C’est mignon.


Elle dit ça à voix basse, le regard perdu sur l’écran du téléviseur. Quand l’homme barbu parle de prendre un verre, la blonde se redresse et s’apprête à partir dans une partie de l’appartement qu’elle n’a pas encore exploré. Elle arque un sourcil, l’handicapé est bizarre. Oui. Non. Son indécision la fait rire. Elle s’exécute et reste sur place. La blonde veut lui faire dire qu’il est un mauvais hôte, mais il doit certainement déjà le savoir.

Ok.


Hazel s’assied en tailleur par terre près de la porte de la chambre. Elle est derrière le canapé. Tout ce qu’elle voit c’est la lumière électrique de la télé et l’arrière du buste de l’homme.

Mmh… Pourquoi t’as pas eu peur quand je suis arrivée ?


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: HOME JACKING ; Roy & Hazel   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM