Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 [flashback] Such a beautiful lie to believe in. (Maï)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 1791 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Dylan O'Brien
CREDITS : Merenwen / BY Solosand & my wife supreme de la night & gif par Hazou (a)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: [flashback] Such a beautiful lie to believe in. (Maï)   Ven 27 Nov - 2:39


It's a perfect denial. Such a beautiful lie to believe in.
MAÏWENN & CAÏN


Danger inquisiteur. Triste lueur dans sa noirceur. Le silence est d’or, la moindre erreur un crève coeur… Plus rien à perdre, plus rien à gagner dans cette futile liberté. L’étranger est las, crevé de son propre émoi. Les plaies toujours en sang dans son coeur éclat. Tout est une question de jouer, de persister dans cette société. De lutter comme on le pouvait pour résister à cette banalité de méfait. Se lever, bouffer, baiser, se coucher, travailler… Voilà à quoi se résumer la vie de cet enfoiré. Celui qui se teintait derrière l’effervescence pour se percer d’une douce violence. Attendant impatient le jugement. Il était vide, creux de la moindre sensation le sombre inconnu, pris dans cette simple cohue. Où les visages miroitaient sans grandes volontés, des teints pâles sans animosité. Calmes tout en étant tempétueux. Pauvres ignorants innocents. Ils vivaient dans un mensonge entier, cet univers prêt à les bouffer. La réalité n’étant qu’une pute cruelle qui attendait sereine la sentence de leurs pions d’échiquier. Lui il avait déjà bien payé cette vérité, perdant la clarté de ses journées sous une question de fierté, sous une interrogation de sécurité. Il l’avait perdu elle, son étincelle. Seule ritournelle dans son coeur glacé. Mélodie acerbe et amère de sentiments déviants. La haine avait bouffé les cendres de son palpitant divergeant. La colère s’alimentant de sa peine. Facile et aisée de se noyer dans l’aigreur au lieu de la douleur.  Il fuyait Caïn, il accourait sur une route qui le perdrait pour oublier, pour effacer la peine de son corps ensanglanté. Pour tuer les souvenirs et le passé qui le maintenait vivant bien que convalescent. Ses pensées toutes détournées, sa folie si jolie de rêves grimoires.

Il se battait l’enfoiré, il se reconcentrait sur son but premier, fermant les yeux face aux tourments incessants de ses sentiments. Renfermant dans une prison dorée les sourires et les larmes pour résister, pour ne pas crever de cette mélancolie contagieuse. Oublie la Caïn, efface la de tes pensées… Ses mains venaient s’abattre sur son crâne, cherchant à dénouer le noeud de son esprit calciné. Tandis que sa proie venait se glisser sous ses yeux apeurés. Bordel, connard t’es même pas capable de te concentrer. Il regardait incapable son butin se casser et il se rattrapait sans tarder, mais vite il déchantait, bousculant une jeune femme dans sa précipitation. Se détournant violemment, il s’apprêtait à insulter cette connasse sans once de culpabilité mais son visage se décomposait sous l’image familière qui le taraudait depuis des semaines. Poupée au goût du pêché. Ses pas se détachaient de la silhouette, sa gorge bien que serrée lâchant un «  sérieusement? » plutôt sarcastique. Putain! Cette femme n’étant autre que la fouine merde qui lui volait son gagne pain. Une autre voleuse qui le suivait à la trace, et qui arrivait toujours à ces fins. Sa beauté colorée n’étant qu’une illusion faussée. Il la dévisageait avant de reattaquer sa proie, tournant autour sans perdre de vue son but. Le temps lui manquait mais hors de question qu’il se fasse crevé pour cette étrangère et alors qu’il attaquait profitant d’un moment d’inattention de sa victime, la belle le rattrapait avec sa précieuse fierté, lui faisant louper son coup encore une fois. Et Caïn brulait de cette haine violente, ses poings se closant précipitamment, ses phalanges craquant sous la violence de ses pensées.

acidbrain





Body Electric
Well now that you've got your gun, it's much harder now the police have come and I'll shoot him if it's what you ask but if you just take off your mask you'd find out, everything's gone wrong.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [flashback] Such a beautiful lie to believe in. (Maï)   Lun 30 Nov - 12:48

Kings and Queens
Caïn & Maïwenn


Son arrestation n’avait eut que pour effet de la criminalisé encore plus. La trahison qu’elle avait essuyé n’avait fait que de l’endurcir un peu plus. Maïwenn était persuadée que ce qui ne tuait pas, rendait plus fort et que dans la vie, il était essentiel d’apprendre de ses erreurs. Son arrestation aurait pu la dissuadé de reprendre ses activités illégale mais on ne lui avait pas offert ce luxe. Quand on était sans le sous et qu’on était sans abris, il était encore plus essentiel de savoir se débrouiller. Dans la vie, c’était marche ou crève, elle l’avait apprit à ses dépends et il était tout simplement hors de question qu’ils crèvent, elle et son frère. Et si subtiliser quelques argents à des gens qui en avaient tellement qu’ils ne viendraient même pas notifié qu’ils avaient été volé . Si c'était l’unique solution qui s’offrait à la blonde, alors le choix elle n’avait pas. Et même si quelques part, on avait toujours le choix. L’adrénaline qui pulsait dans ses veines à chaque fois qu’elle volait était bien trop jouissif pour qu’elle ne daigne ne serait-ce que songer d’arrêter. Masquant cette addiction malsaine derrière sa probable survit. Oui, c’était lâche mais Maïwenn n’avait jamais été bien courageuse. C’était Théo le courageux, pas elle, ça n’avait jamais été elle, ce sera toujours lui.

La jeune écossaise slalomait entre les nombreux clients qui vagabondaient nonchalamment dans le centre commercial en ce samedi après-midi. Il y avait foule et ça arrangeait bien ses petites affaires. Un petit bracelet par ici, un porte-monnaie de l'autre, ils ne faisaient même pas attention. C'était presque trop facile. Trop ennuyant à son goût. Son regard balayait la foule à la rechercher d'une proie plus appétissante et elle n'eut pas à chercher bien longtemps. Prédatrice, elle s'élança à sa poursuite, son regard ne délogeait pas de sa futur victime. Elle allait en faire qu'une bouchée. Prête à bondir, elle était prête. C'est le moment qu'on choisi pour lui rentrer dedans, enfin, c'est le moment qu'elle choisi pour percuter quelqu'un. Elle grognait intérieurement, son regard venant se perdre de rage dans ceux de cette personne qui n'avait rien de mieux à faire que de se mettre au milieu de son chemin. Lui ? C'était cet espèce de voleur en carton qui n'avait rien de mieux à faire que de lui voler ses proies. Du moins, il essayait, elle devait bien lui reconnaître l’effort. Elle fronça les sourcils quand en plus il osa lui retourner ses réflexions silencieuses, il n'eut pas besoin de dire grand chose à vrai dire. Son sarcasme s'en chargea pour lui. Maïwenn ne bougea pendant quelques secondes, sous la surprise toutefois. Ce mec était culotté. Il était celui qui se foutait en travers de son chemin et il osait lui faire une réflexion désobligeante comme si elle était une sombre merde. Piquée à vif, elle se refusait de perdre de vue son objectif premier. Sa proie. Bien qu'elle devait bien s'avouer qu'il y avait en cette instant bien plus en jeux. Son honneur, sa fierté.

Un sourire amusée étira ses lèvres quand elle lui fit loupée son coup de nouveau. Elle lui passait allégrement devant, elle bondit alors sur sa proie. La bousculant soit disant malencontreusement. «Je suis vraiment désolé ! Mon petit ami est un con parfois. », elle lui indiqua d'un geste de la tête le brun. La diversion qui lui permit d’empocher son butin . « Sois pas fâché chéri, tu vas bien finir par y arriver un jour. », elle émit un petit rire avant de se mettre à courir. Elle était bien consciente qu'elle venait d'administrer le coup de grâce à cette petite guerre qu'ils se faisaient depuis un petit bout de temps à présent. Elle courrait, riant au éclats. Fière toutefois de son exploit. Elle atteint très vite le parking souterrain du centre commercial. Essoufflée, elle se pencha en avant, se tenant les côtes. Tentant de reprendre son souffle mais ça n'avait jamais été facile quand on rirait en même temps.
AVENGEDINCHAINS
avatar
<b>bavardages</b> 1791 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Dylan O'Brien
CREDITS : Merenwen / BY Solosand & my wife supreme de la night & gif par Hazou (a)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: [flashback] Such a beautiful lie to believe in. (Maï)   Sam 19 Déc - 3:00


It's a perfect denial. Such a beautiful lie to believe in.
MAÏWENN & CAÏN


A trop jouer, on finit par payer les frais de son impulsivité. A trop se précipiter, on prend le risque de tout faire capoter. L'échec, les regrets, le refus dû à la fierté. Le brun venait de se faire pigeonner par cet éclat de dentelle coloré, qui se moquait bien de le priver. De bouffer, de lutter contre cette vie à chier. La belle, elle le percutait pour mieux se venger et elle lui offrait tout sa rancune à travers ces mots diurnes. Cruelle était la poupée, laide était la sereine. Il s'empourprait le brun, il s'envenimait de sa colère alors qu'elle osait se servir de sa présence comme prétexte, qu'elle se moquait de son incapacité. Son sourire révélant son atrocité en pleine clarté. « Je suis vraiment désolé ! Mon petit ami est un con parfois. » Elle s'amusait la divine, elle le montrait d'un geste surfait avant de lui asséner le coup fatal. «Sois pas fâché chéri, tu vas bien finir par y arriver un jour. » Caïn il brulait sous son rire hypocrite, il se noyait dans les flots désorganisés de ses pensées. Où sa conscience éveillait sa vulgarité qui se glissait du bout de ses lèvres.  «  Foutue salope. » Et la proie qui se demandait où elle se trouvait, qui tournoyait paumée entre cette scène défaite d’un mensonge béant. Pauvre con tu viens de te faire baiser tout comme moi… Mais le brun ne comptait pas la laisser se barrer sans en payer les frais. Au contraire, il la suivait discrètement, accourant allègrement derrière cet interdit de folie.  Ses pas s’oppressant sous le temps intransigeant. Son souffle se saccageant sous son besoin ardent. Cette envie perfide de briser le sourire de cette poupée, de la voir chuter après cette victoire non méritée. Il était rancunier l’enfoiré, et il allait lui montrer qu’il ne fallait pas jouer avec un étranger. Son corps se boostait sous cette adrénaline sucrée tandis qu’il la voyait s’échapper loin de l’effervescence humaine, se cachant dans le parking de ce centre commercial. Elle croyait être la seule à être fourbe, elle se trompait allègrement. Caïn souriait à son prochain méfait, sa course effrontée s’aménuisant peu à peu alors que son regard d’ambre analysait le piège qui se construisait dans le noeud de ses pensées. Il se mouvait doucement le déchet, il se camouflait derrière un pilier pour mieux l’observer. Et au fil des secondes, son piège s’exécutait et tandis que la belle reprenait un peu de son souffle, il l’attaquait sur le côté. Il se tordait, il se brusquait et sa main venait attraper son dû lui arrachant de sa paume d’un geste vif, profitant de son moment d’inattention pour n’en faire qu’une conclusion. A trop jouer, elle venait de se brûler. Caïn était lâche, Caïn était un connard et il s’amusait à son tour. Son sourire s’étiolant sur ses lèvres fines, il soulevait le porte monnaie sous le regard apeuré de la belle, lui lâchant des mots amers.

«  Ne prends rien pour acquis "chérie" !  » Et à son tour, il riait, la provoquant ouvertement en glissant le portefeuille dans son caleçon. Tant pis s’il passait pour un enfoiré, ou même pour un dégénéré, il savait qu’elle ne viendrait pas le chercher et pourtant il soulevait cette éventualité. «  Si tu tiens tellement à gagner, t’as qu’à venir le chercher. » Et ce rictus mauvais qui prouvait toute la fierté qu’il ressentait. C’était un enfant Caïn, il se moquait de chaque chose ouvertement car il avait tout perdu. Il osait ses sourcils, tout en se reculant lentement, laissant peu à peu sa proposition s’amaigrir sous sa fuite dangereuse. Cependant, il tardait, il cherchait à l’envenimer de cette même colère pour se sentir pleinement entier. Et ouais ma belle, on paye toujours son mépris! Son excitation s’agrandissait au fil des secondes qui s’écoulaient, son ambre ne lâchant pas la mine déconfite de cette garce. Bordel qu’il jubilait !
acidbrain





Body Electric
Well now that you've got your gun, it's much harder now the police have come and I'll shoot him if it's what you ask but if you just take off your mask you'd find out, everything's gone wrong.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [flashback] Such a beautiful lie to believe in. (Maï)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM