Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 i'm nightmare dressed like daydream. (cosmopolyte)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: i'm nightmare dressed like daydream. (cosmopolyte)   Dim 17 Jan - 15:03
you look like my next mistake.
cosmopolyte

jus drein jus daun. ✻✻✻ Soupirant longuement alors qu'il entrait dans le camp, Hippolyte garda sur son visage les traces de son expoloit. Ils étaient en guerre, les GAIA avaient semble-t-il, oubliés à qui ils avaient affaire, ainsi ils avaient pensées les abattre avec leur bouffe piégée, ils n'avaient fait que réveiller le monstre CAHO. Les traces de suie sur son visage se mêlaient aux eclaboussures de sang, celles de ses victimes or barbecue. Ils s'étaient tous réunis à fêter leur victoire en carton dans l'arène, cette chose qu'il trouvait stupide, la preuve c'était les GAIA et les ATOM qui avaient gagnés, les faibles, tout ça c'était dû à la chance et au hasard, ainsi Orion avait été honoré d'être choisi comme le fauteur de troubles, le pyromane. Il était le monstre des CAHO, le faucheur ou plutôt l'éventreur comme certains commençaient déjà à l'appeler. L'histoire qui lui était arrivé il y a peu n'avait pas mis longtemps à se répandre. Il s'était retrouvé dans une embuscade, piégé par six GAIA, il les avait tous tué, en réalité cela avait été massacre. Il avait d'abord vidé son chargeur sur l'un de ses assaillants avant de poignarder à cinquante-deux reprises le suivant, un jeune garçon avait été ouvert du bas du ventre jusqu'à son crâne quand son autre camarade s'était retrouvé défiguré dû aux trop nombreux coups portés à son visage et enfin il avait lentement enfoncé une machette dans le corps d'un garçon jusqu'à la garde avant de le laisser tomber. S'était à ce moment là qu'Orion avait complètement perdu la tête, qu'il avait laissé le monstre qu'il était à l'intérieur, celui qu'il cachait, s'exprimer.
Entrant au sein de l'église, il pouvait déjà sentir plusieurs regards posés sur lui, décidant de ne pas en tenir compte, il s'avança vers l'une des tables qui débordait de nourriture. Tentant de se trouver une place, il tapota l'épaule d'un des siens avant de lui faire part de sa demande. « Bouge. » Simple à comprendre et pourtant l'homme le regarda de la tête aux pieds avant de se retourner pour continuer de manger. Souriant doucement, Hippolyte l'attrapa par la tête avant de le cogner contre le bois de la table et de l'envoyer valser plus loin et de prendre sa place sur le banc, portant son verre de bière à ses lèvres. « Quand je te dis de bouger, tu bouges. » Se retournant à son tour vers la table, il attrapa l'assiette qu'on lui tendit avant de commencer à déjeuner avec bien plus de classe que ses camarades, cependant, il laissa son regard vagabonder le long des tables et de l'église remplies des siens.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: i'm nightmare dressed like daydream. (cosmopolyte)   Mer 20 Jan - 0:33
Sourire malsain sur ses lèvres lorsqu'elle quitte les catacombes. Elle a les mains sales et le teint blême mais de la joie au milieu de ses prunelles. C'est l'adrénaline qui parle pour elle, c'est l'adrénaline qui la consume, la poupée blonde. Sang à la bouche, sang sur les mains, elle se glisse entre les corps qui s'entraînent. Elle lance des regards confiants. L'arène, elle n'aime pas, Hannibal. L'arène c'est trop de hasard, trop de chance. Alors elle a évité les écrans qui retracent le combat, il lui a fallu prendre son mal en patience. Elle s'est délectée des minutes à attendre sur les os d'Aria. Elle l'a regardée, cette gamine, cracher son venin à la gueule d'Hannibal. Elle a regardé son espoir se briser au fil des heures.
Plus d'espoir, pour l'enfant.
L'espoir s'est noyé dans son cœur qui se fige, comme dirait l'autre.
« À bientôt. » qu'elle a chuchoté avant de quitter les cellules. Clin d'oeil à la brune agenouillée dans la cellule pourrie, la main qui salue, les doigts qui bougent doucement. Elle savoure chaque instant avant de retourner à la vie de l'église, à la vie des CAHO. Elle savoure chaque espoir de la gosse avant de se glisser à nouveau entre les bancs. Ils sont beaux, tous ces CAHO, tous ces fous, ces amoureux du danger. Sourire malsain sur ses lèvres mais elle se laisse consumer par toute la haine. Elle les hait, les GAIA, les ATOM. Elle les tuerait de ses mains s'il le fallait, elle irait jusqu'à tous les détruire ; faire exploser leurs cœurs, faire exploser leurs vies. Elle veut voir leurs tatouages changer, leurs vies s'amenuiser. Morts morts morts. Le mot sur sa langue est doux, suave, il fond, ça fait du bien. « Bouge. » Elle hausse un sourcil, cherche au milieu des CAHO la voix qu'elle reconnaît. Elle grimpe l'escalier elle observe du haut de son perchoir l'armée désabusée et qui regarde les écrans de l'arène. Victoire de l'alliance maudite, l'alliance damnée. Orion. C'est la voix d'Orion. Son sourire devient malicieux, elle se passe la langue sur les lèvres à observer ainsi son poulain. Mais l'homme ne bouge pas et Orion s'énerve, Orion s'emballe.
Hannibal observe la tête qui s'écrase sur le bois, la violence des gestes, la passion de la colère, la querelle qui se termine finalement. « Quand je te dis de bouger, tu bouges. » Elle s'approche, elle glisse entre les corps, jusqu'à parvenir au brun qui s'est énervé, qui mange, un peu séparé des autres.
Elle vient déposer un baiser sur sa joue, elle passe ses bras autour de son cou, elle chuchote, elle murmure à son oreille ; elle le cajole, enfouit sa tête dans son cou. « J'en connais un qui aurait bien besoin de faire couler un bain de sang... » Et d'un geste, elle attrape sa main, elle lie ses doigts aux siens. « Tu viens ? »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM