Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
HARLEY QUINN
<b>bavardages</b> 1228 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Margot Robbie
CREDITS : jugband ; nymeria ; Dradra ❤ ; Caïn ❤ ; Barbie ; Akata
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : pro-dg passive


MessageSujet: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Lun 25 Jan - 13:44

   
I'm the fairy godmother, bitch.

Je suis à genoux dans le salon, à me battre avec le scotch et le papier cadeau (que j'ai dû acheter en même temps que les divers objets dissimulés dans les sacs Macy's), dans une bataille qui semble perdue d'avance. Donnez-moi un couteau et un adversaire et je gagne ; mais transformez-moi en mère Noël et c'est fichu. J'ai aucune expérience, c'est pour cela. Moui on dira ça. Je soupire bruyamment. Pourquoi j'ai accepté de lui donner un coup de main, déjà ? Ah, oui. Parce que je ne sais pas résister à la gueule d'ange d'Alessio. Je mords ma lèvre avec concentration, tout en essayant d'emballer le doudou dragon dans un papier cadeau pour enfants. Au final, c'est une réussite. Pas grandiose, mais le cadeau est caché. Enfin c'est pas comme si un gamin de plusieurs mois serait capable de voir la différence ; ça se trouve il préférera jouer avec les restes d'emballages et pas avec la peluche. Je me mets à réfléchir ... peut.être que c'est ça que je devrais lui donner plutôt ... de l'emballage cadeau. Parce qu'un mini-humain, ça bave, ça pète, mais c'est rare que ça joue avec des peluches.

Mais non ; non ... c'est pas comme si j'allais avoir une quelconque utilité de ces objets alors autant les donner à mini-alessio. Oui ; je ne connais pas son nom. Mais c'est seulement parce que cela fait sans doute depuis sa naissance (ou la fusillade, à choix) que je n'ai pas revu Ale'. Alors, comme pour compenser, voilà que je vais me ramener avec assez de trucs pour gâter tout un quartier. Bon ; j'exagère. Mais j'ai complètement craqué (oui ; craqué) pour le onesie requin et la peluche dragon ... et un bonnet à pompon pour le nouveau papa. J'espère juste que ça leur plaira aussi, parce que ça doit être la première fois que j'offre des trucs aussi ... mhhm... étranges pour quelqu'un. Je fais que dans le fonctionnel, d'habitude. Et par habitude, entendre les rares fois où j'ai offert des cadeaux à quelqu'un.

Alessio m'a invitée, je crois qu'il veut que je rencontre son mini-lui. Du coup, dans le sac Macy's pimpé en hotte de mère noël en retard, je mets aussi un paquet de flûtes et deux bières. Oui, juste deux, je crois qu'il doit s'occuper de trop d'enfants pour avoir le droit d'en boire plus. Mais remarquez, je n'en sais fichtrement rien, moi qui ai toujours vécu seule. Je quitte donc l'appartement avec plus d'entrain que ce que je ne voudrais me faire croire à moi-même ... bien que je n'ai jamais été du type à fondre de tendresse devant un bébé aux yeux brillants. Parce que les bébés ; ces mini-humains, ben c'est dangereux. Et fragile. Et j'aurais trop peur d'en casser et de ne pas pouvoir l'envoyer en réparation. Ça s'envoie en réparation, un mini-être humain ? J'ai des doutes. Et puis je vais me garder cette réflexion sans la partager à Alessio, qui me prendrait certainement pour une cinglée. Vérifiant une nouvelle fois l'adresse, je sonne à la porte. J'alterne le poids de mon corps d'une jambe à l'autre, soudainement stressée. Et s'il trouve les cadeaux débiles ? J'aurais pas dû. J'aurais mieux fait de me ramener avec de la pizza, ça aurait été plus simple.
   
AVENGEDINCHAINS
   



Lost in translation


HARLEY'S OUTFIT
Spoiler:
 

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Mer 27 Jan - 22:44
Bientôt trois mois depuis la fusillade qui avait fait tant de morts à Chicago et à laquelle j'avais survécu par miracle, bientôt trois mois depuis la naissance de Rafael, mon neveu par le sang, mon fils adoptif par la loi beaucoup de choses avaient changées, la violence continuait d'augmenter, les rues étaient de moins en moins sûres, les informations ne parlaient plus que de mort, et de violence. 

Chaque soir au travail je voyais de mes propres yeux à quel point l'humanité était en train de sombrer, je voyais les quelques personnes encore assez courageuses pour sortir,se noyer dans l'alcool, probablement pour oublier leurs doutes, leurs inquiétudes, pour faire taire leur douleur, leurs peines, probablement pour ne pas comprendre que la fin du monde tel que nous le connaissions était en marche.
Et pourtant, moi au milieu de tout ça, au milieu de ce chaos environnant, j'allais de mieux en mieux, avoir Rafael y était pour beaucoup, être oncle, être père m'avait permis d'ouvrir les yeux, de voir les choses sous un autre angle, là où tout le monde choisissait de fermer les yeux, de s’autodétruire, de laisser le monde couler comme on saborde un navire, je sentais en moi l'envie de me battre et l'espoir renaître. 
Rafael était là, comme des milliers d'autres enfants qui venaient au monde à chaque instant, ils étaient l'avenir, ils étaient la voie du Salut. 
Il fallait juste survivre le temps de les élever, ensuite nous pourrions tous mourir et emporter Darwin avec nous, si nous les empêchions de nous suivre dans le jeu, alors il y avait de l'espoir, même si le monde dont ils hériteraient serait un monde en ruine, ce n'était pas important, les ruines se rebâtissaient et un jour notre génération sacrifiée ne serait plus vue que comme un exemple de la folie des Hommes, un avertissement sur la violence, la haine, les démons qui sommeillent en secret dans nos cœurs.

C'était les pensées qui traversaient mon esprit alors que je m'acharnais à ranger l'appartement avec un sourire aux lèvres, j'allais revoir Suzanne et rien ne me faisait plus plaisir.
Elle non plus, je ne l'avais pas vu depuis près de trois mois, je n'avais même pas pu lui dire au revoir convenablement la dernière fois, assailli par les médecins, les journalistes alors que je recevais un appel annonçant l'accouchement imminent de ma petite sœur, j'avais dû ruser pour m'éclipser sans qu'on ne me remarque et ensuite tout s'était enchaîné rapidement, les papiers pour adopter mon neveu, aider Livia et Laura à déménager dans une autre ville, à prendre le nouveau départ dont elles rêvaient, inscrire Carla et Julia dans des internats, afin de pouvoir m'occuper juste de Rafael et Lucia la semaine.
Autant dire que je n'avais pas eu une minute à moi, j'avais même beaucoup moins joué, sans toutefois m'arrêter totalement, me connectant seulement pendant les siestes du petit, si l'ambiance et le fait de se balader avec l'étiquette traître collée sur le front était toujours aussi difficile à assumer, à présent j'arrivais à l'oublier dans la réalité. Revan était une partie de moi, un alter ego, mais Revan n'était définitivement pas Alessio.

.Je venais de m'installer sur le canapé, Rafael dans les bras quand on sonna à la porte, je me levai et souris en me retrouvant face à mon amie.

« Susana »

Le nom était resté, j'aurais certes pu à présent essayer de le prononcer mais je préférais mille fois la version hispanisée

« Tu m'as manquée, entre »

Puis remarquant Rafael qui ne la quittait pas des yeux, à la manière des bébés qui fixent l'objet de leur intérêt,je rajoutai

« Je te présente Rafael, mon neveu ou mon fils adoptif, c'est comme tu veux »

Personnellement j'avais une préférence pour neveu, je l'avais certes adopté mais je n'étais pas son père,j'étais simplement venu en aide à Laura qui refusait d'abandonner son fils à des inconnus.
avatar
HARLEY QUINN
<b>bavardages</b> 1228 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Margot Robbie
CREDITS : jugband ; nymeria ; Dradra ❤ ; Caïn ❤ ; Barbie ; Akata
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : pro-dg passive


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Mar 2 Fév - 15:19

   
I'm the fairy godmother, bitch.

J'attends toujours devant la porte, comme une imbécile qui n'a plus aucune certitude ; plus aucune confiance en elle. Je ne bouge pas quand la porte s'ouvre, donnant sur deux faces d'ange hispaniques ; une plus petite que l'autre. Je ne peux retenir un sourire, passablement nerveuse. « Hey ! » Les souvenirs de la fusillade sont encore frais dans mon cerveau ; puisque c'est là que j'ai vu Alessio pour la dernière fois. Et il est parti si vite ; disant que sa sœur avait accouché ... tandis que moi j'étais en presque état de choc, les mains dans le sang d'une inconnue.  « Susana » Mon sourire s'élargit et je hoche la tête. Putain ce que ça fait du bien de le voir ! « Tu m'as manquée, entre ... Je te présente Rafael, mon neveu ou mon fils adoptif, c'est comme tu veux » J'observe le petit être avec une certaine fascination mêlée de peur ; en parfait miroir de son attitude à lui. Le petit semble subjugué par ma tête qu'il ne connaît pas encore et je le suis moi aussi, tendant lentement un doigt dans sa direction. « Holá Rafael ... » Lui aussi tend ses petits doigts qu'un rien pourrait briser si facilement... La pensée me fait froid dans le dos.

Je me reprends enfin et recule la main ; parce qu'en réalité je ne sais pas du tout ce que je suis censée faire avec un humain qui bave et ne parle pas. Bien qu'il soit, certes, adorable à en faire fondre un glaçon. Je mordille ma lèvre inférieure, toujours sans trop savoir comment je suis censée agir. Alors je me plonge dans le regard d'Alessio. « Il ... il est mignon. Ton neveu...fils. Enfin ... lui quoi. » J'ai un haussement d'épaules, carrément gênée. À l'antithèse de la Suzanne Walker que l'on connaît tous. « J'ai pris ... ça. » Je lève les sacs un bref instant pour qu'il remarque les paquets qui s'y trouvent. Je le suis ensuite à l'intérieur, prenant bien soin de refermer la porte derrière moi. Il règne dans nos vies à tous une aura de paranoïa depuis l'instauration du Darwin's Game qui n'a fait qu'augmenter avec l'attentat et la guerre. Je pose ensuite les sacs sur sa table, sans lâcher du regard le petit qui continue de me fixer. Il serait plus vieux et ce serait mal vu ; considéré comme mal-élevé même mais là comme il n'a pas l'âge de voter c'est comme si tout lui était pardonné. Voilà encore l'un des grands mystères de la vie. Je me gratte la nuque, et sors les affaires. Les deux bières, je les pose sur la table avec le paquet de flûtes qui traînait dans mon cagibi. Puis je sors les trois cadeaux. Le plus petit ; le bonnet à pompon, je le sépare du onesie et de la peluche dragon. Bon, à les voir comme ça, on dirait qu'une fillette de 5 ans a tenté d'emballer elle-même les cadeaux, mais il paraît que c'est l'intention qui compte. « Ça c'est pour toi ... et les deux-là pour Rafael. » Je le fixe presque stressée à l'idée qu'ils détestent. « Ouais bon, c'est nul, et Noël c'est passé mais ... ça m'a ... fait penser à toi ? » Je suis mortifiée devant le ridicule de mes prestations d'oratrice. Non, vraiment...c'est pitoyable. Je m'en cache le visage derrière la main, afin de ne pas avoir à l'affronter ouvrir les paquets aux motifs enfantins. Parce que bon ... c'est pas le petit qui va les déchirer quoi.
   
AVENGEDINCHAINS
   



Lost in translation


HARLEY'S OUTFIT
Spoiler:
 

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Dim 7 Fév - 6:50
Je souris en regardant l'échange entre Suzanne et Rafael, le même regard à la fois effrayé et fasciné et la même main tendue, timidement, maladroitement, c'était peut-être mon esprit tordu mais je trouvais ça beau, presque poétique, graphique et je devinais là que Suzanne était loin d'avoir mon expérience avec les bébés.
J'aurais pu rire de sa maladresse, de ses doutes, de ses hésitations, de la manière dont elle avait retiré sa main presque effrayée à l'idée de le blesser, mais ce n'était pas mon genre, je ne me rappelais que trop bien ma propre peur, ma propre fascination quand ma mère m'avait présenté les jumelles. J'étais très jeune à l'époque, pas beaucoup plus de quatre ans, mais le souvenir était intact, cette peur de les casser, de les lâcher, de leur faire du mal, cette impression de ne pas savoir quoi faire face à tant d'innocence et de pureté.
Un bébé c'était à mes yeux un humain sans aucune tâche, aucune cicatrice, qui pouvait encore tout apprendre, tout faire, pour qui il était encore permis de rêver et d'espérer, en somme juste une page vierge face à l'immensité de la vie qui s'étendait devant lui.

Je relevai la tête pour reporter mon attention sur Suzanne qui, toujours gênée, me montrait des paquets cadeaux qu'elle avait apporté, pour moi, et pour Rafael.
Malgré moi, je devais avoir l'air émerveillé d'un enfant le jour de Noël, des cadeaux, je n'en avais plus reçu depuis des années maintenant, j'en avais fait, quelques uns, à mes sœurs, surtout du maquillage volé que je rachetais à Hazel en toute discrétion mais je n'avais plus l'habitude de recevoir quoique ce soit, je ne possédais d'ailleurs rien, pas d'ordinateur, pas de console de jeux, pas de livres, j'avais juste mon téléphone et les alliances de mes parents, rien de plus, alors voir des paquets à mon nom me semblait irréaliste, incroyable, pour un peu j'aurais pu en avoir les larmes aux yeux.
Je me mordis les lèvres doucement, luttant contre cette vague d'émotions qui m'avait soudain submergé.

« Merci, pour lui, et pour moi »

Des remerciements simples, à mon image, à mes yeux pas la peine de s’embarrasser de tournures de phrases faussement polies et hypocrites à souhait, pas de « il ne fallait pas », juste un merci tout ce qu'il y avait de plus sincère.

« Par contre, je vais avoir besoin de mes deux mains pour ouvrir les paquets, tu me tiens Rafael ? »


Devinant à l'avance le regard légèrement paniqué qu'elle allait me jeter à la suite de cette question, je pris les devants, ne lui laissant pas le choix de pouvoir se dérober, m'approchant d'elle pour lui glisser délicatement le bébé dans ses bras, positionnant sa main derrière la tête du petit

« Voilà, comme ça et t'en fais pas tu risques pas de lui faire mal, je crois même qu'il t'aime déjà, si tu veux mon avis»

Je souris à nouveau, la laissant seule avec mon neveu pendant que je commençais à ouvrir les paquets, délicatement, comme si ils étaient la chose la plus précieuse et fragile au monde et, aussi niais que cela puisse paraître, à mes yeux c'était ce qu'ils étaient, une preuve d'un amour tout ce qu'il y avait de plus pur dans un monde à feu et à sang.
avatar
HARLEY QUINN
<b>bavardages</b> 1228 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Margot Robbie
CREDITS : jugband ; nymeria ; Dradra ❤ ; Caïn ❤ ; Barbie ; Akata
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : pro-dg passive


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Ven 19 Fév - 0:16

   
I'm the fairy godmother, bitch.

Je fixe le bambin en continu, sans avoir la moindre idée de quoi faire. C'est pour cela que je décide d'avouer à Alessio que ces cadeaux sont pour eux. Oui ... stupide. Parce que maintenant, il a besoin de ses mains. Je suis profondément débile, ce soir. Mais le regard qu'il m'offre vaut tous les cadeaux du monde ; un air émerveillé ; heureux. Je souris, incapable d'en faire autrement. Qui aurait cru que je me serais trouvé une famille en psychiatrie ? Certainement pas moi. Je suis bizarrement fière de lui faire autant plaisir ; fière d'avoir accompli l'exploit de le rendre heureux, ne serait-ce qu'un peu. « Merci, pour lui, et pour moi » Je rosis doucement, ravie. « Attend de voir ce que c'est, d'accord ? » Peut-être qu'il n'aime pas les bonnets à pompon. Et que Rafael n'aimera ni le doudou dragon ni le onesie requin. Peut-être...je sais pas. J'en sais rien. « Par contre, je vais avoir besoin de mes deux mains pour ouvrir les paquets, tu me tiens Rafael ? » L'information se bloque dans mon cerveau. Tenir Rafael ? Hahahahaha...non. Bug. Erreur fatale. Nooope. J'ai un air de panique mais pas le temps de refuser, il me refile la bombe à retardement dans les bras. Arrangeant mes mains de sorte à ce que le petit soit en sécurité, entouré, tenu. Ma respiration se bloque et je voudrais m'enfuir d'ici en courant. «nanananananaananananan....» Je chuchote. Rafael, lui, gigote doucement. Me tire une mèche de cheveux, à croire que le blond le fascine. Putain je fais quoi moi ? Hein ? Je pourrais le lâcher ! Il pourrait se casser ! « Voilà, comme ça et t'en fais pas tu risques pas de lui faire mal, je crois même qu'il t'aime déjà, si tu veux mon avis » « Ale' ... j'te jure il m'aime paaaaaas ! » Pourtant je tiens l'humanoïde comme si c'était la huitième merveille du monde. J'ai peur de le lâcher ; peur de mal faire. « Je vais le casser. Il est trop petit ; je vais lui faire mal et on pourra pas le réparer ! » J'angoisse, gentiment mais sûrement. Rafael, lui, gazouille. Et Alessio est focalisé sur les paquets. Traître.

Je serre les dents et finis par fixer son neveu, ou fils adoptif...ou les deux. Le mini-Alessio. Un être à protéger, aussi, par extension. Je m'en fais la promesse en fixant ses yeux sombres et innocents. Il tire encore sur les cheveux et je grimace. Ça a de la poigne, ces choses. Je me permets enfin de respirer, un peu. « T'es sûr que je vais pas le casser ??? » Vaguement hystérique ; vaguement. J'en suis pratiquement à la limite de l'hyperventilation. Et je fixe le brun avec panique, priant pour qu'il se dépêche d'ouvrir les cadeaux. « Tu sais je pense qu'il veut retourner vers toi, regarde ! » Rien à faire, si ce bébé était un chat il se serait mis à ronronner. Traître ; comme son oncle. Les Morales sont de vicieux petits...êtres de lumière. Oui Suzanne ça y est, tu es officiellement devenue cinglée. Mais bon ... je dois l'avouer ; la bombe à retardement est adorable. Ça bave ; ça pète et ça a des couches mais à part ça, ça donnerait presque envie d'en faire. Preeeeesque, j'ai dit. Mais celui-ci, il a la génétique de son côté, y'a pas à dire. Je sors de mon attendrissement pour regarder l'espagnol qui décidément prend tout son temps pour ouvrir les trois paquets. « ...t'es sûr que je lui fais pas mal, là ?? » Je m'en voudrais terriblement, si c'était le cas.
   
AVENGEDINCHAINS
   



Lost in translation


HARLEY'S OUTFIT
Spoiler:
 

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Ven 19 Fév - 5:08
 Avec douceur, je glissais Rafael dans les bras de Suzanne, l'aidant à positionner ses mains correctement pour que le petit soit en sécurité, je sentais d'ici son appréhension et je la comprenais mais il n'y avait pas de raison cohérente, Rafael l'aimait bien, déjà.
Je sentais qu'il aurait probablement ce don plus tard, celui de savoir au premier regard si la personne valait la peine d’être aimée ou non.
Après un dernier coup d’œil en direction de Suzanne qui semblait avoir cessé de respirer alors que Rafael jouait avec ses cheveux, je me tournais vers la table, profitant d'avoir l'usage de mes deux mains, ce qui était assez rare ces derniers temps, pour déballer les paquets que m'avait apportés la blonde.

J'entendais parfaitement ses remarques paniquées mais décidai de les ignorer volontairement pour lui prouver que non, elle n'avait pas à avoir peur, Rafael était bien avec elle sinon il serait déjà en train de hurler et elle ne risquait pas de le casser ou de lui faire mal, un bébé c'était bien plus solide qu'on ne pouvait l'imaginer au premier regard.
Au lieu de lui répondre, je déchirais le papier cadeau, un sourire émerveillé sur le visage, me rappelant les dernières fois où j'avais pu faire ce geste, retrouver un peu de mon passé, un peu de mon enfance, ressentir à nouveau la joie et l'impatience était probablement le plus cadeau qu'elle pouvait me faire, si je faisais l'effort de fermer les yeux, je n'étais plus ici, j'étais en Espagne, avec mes sœurs, mes parents, avant Darwin, avant la guerre, c'était merveilleux d'accéder de nouveau à ces souvenirs que je croyais oubliés, d'autant plus que les cadeaux de Su' l'étaient tout autant.
Je me dépêchai d'enfiler le bonnet avant de me tourner vers elle et mon neveu, tenant fermement la peluche dragon entre  mes mains.

« S'il avait mal, ou s'il ne t'aimait pas, il serait déjà en train de pleurer Susana, et à mon avis, vu comment il te regarde, joue avec tes cheveux, c'est si moi je le reprends qu'il va hurler»


Je me retins de rire en imaginant l'air désespéré qui allait apparaître sans nul doute sur son visage, avant de tendre le dragon à Rafael qui s'en saisit rapidement avant d'en glisser une oreille dans sa bouche.
Je restais en admiration devant lui quelques instants, avant de sortir de mes pensées et de reporter mon attention sur la blonde que mon bébé avait adopté.

« Et tu vois, il aime ton cadeau, et moi aussi. Merci Su', vraiment, t'es formidable, la meilleure amie que j'ai jamais eu »

Amie, confidente, elle représentait mon univers à elle seule, c'était simplement ironique de me dire que j'avais dû finir en hôpital psychiatrique au bord du suicide pour la rencontrer, parfois les meilleures rencontres venaient quand on s'y attendait le moins.

« Dis...Tu voudrais être sa marraine ? »

Je ne savais toujours pas si j'allais opter pour un baptême civil ou religieux, mais ce que je savais c'est que je la voulais elle comme marraine, et personne d'autre
avatar
HARLEY QUINN
<b>bavardages</b> 1228 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Margot Robbie
CREDITS : jugband ; nymeria ; Dradra ❤ ; Caïn ❤ ; Barbie ; Akata
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : pro-dg passive


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Lun 29 Fév - 15:25

   
I'm the fairy godmother, bitch.

Je crois que je n'ai jamais été aussi crispée de ma vie qu'en tenant cet être infiniment petit et infiniment fragile entre mes bras. Parce que dès le moment où Ale' positionne mes bras autour de son neveu, je ne bouge plus. Respire à peine. Par peur de faire une bêtise, comme j'en fais souvent. Alors j'interpelle Alessio, tente de faire en sorte qu'il reprenne l'arme de destruction massive qu'il nomme bébé. Mais le vil Espagnol m'ignore royalement, et son neveu tiraille mes cheveux comme s'il s'agissait là d'un hochet nouvelle génération. Bon...ça fait pas mal hein ! Mais j'ai terriblement peur de le lâcher ; de lui faire du mal...de l'abîmer. C'est le premier bébé que je tiens dans mes bras, alors je me fiche la pression. Mais voir Alessio qui se tourne enfin vers moi un air enfantin au visage ; heureux comme jamais et son bonnet à la tête, cela me donne le sourire. « S'il avait mal, ou s'il ne t'aimait pas, il serait déjà en train de pleurer Susana, et à mon avis, vu comment il te regarde, joue avec tes cheveux, c'est si moi je le reprends qu'il va hurler» « ... quoi...? » Panique extrême. Je vais devoir garder la bouille d'ange dans mes bras ? Hein ?? Je dégluttis, peu sûre de moi. « Et tu vois, il aime ton cadeau, et moi aussi. Merci Su', vraiment, t'es formidable, la meilleure amie que j'ai jamais eu » Je me fige un peu plus ; le regarde avec intensité. Rien à foutre de Rafael qui me tire la mèche de cheveux, pour le coup. Et je souris. D'un air heureux ; de ce genre de sourires que je n'ai pas souvent, parce qu'ils viennent du plus profond de mon âme. Parce qu'ils sont sincères ; dénués de la moindre arrière-pensée. Parce qu'il est pour moi le meilleur ami que je n'aie jamais eu ; ma famille ; mon confident. « J'te f'rais un câlin mais j'ai les mains occupées. » Petit trait d'humour, signe que je me détends doucement en regardant Ale, puis le neveu qui mâchouille toujours l'oreille de la peluche. Oui, il est adorable, en fait. « Dis...Tu voudrais être sa marraine ? » J'ai un léger sursaut. Sa marraine ? Moi ?! Je sais même pas ce que ça veut dire, être marraine !

Contre toute attente, je me contente de hocher la tête. Car c'est une évidence ; évidemment que j'accepte d'être marraine. « Mais il faudra me faire un stage, pour le B-A BA de comment s'occuper de ces mini-humains. Et puis tu sais bien que de toute façon j'le protégerai contre la terre entière, pas vrai ? » Attendrie par Rafael, trop pur pour ce monde de brutes. J'ai ensuite un air amusé, me rendant compte que je suis enfin à l'aise avec l'idée d'avoir un gamin si petit dans les bras. Je regarde Alessio et lui souris, heureuse. « C'est quand même lourd, ces machins... » Et lui fais un clin d'oeil.
   
AVENGEDINCHAINS
   



Lost in translation


HARLEY'S OUTFIT
Spoiler:
 

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Lun 14 Mar - 2:32
 « Dis...Tu voudrais être sa marraine ? »

La question m'avait échappée malgré moi, je n'avais pourtant jamais pensé au Baptême de Rafael jusque là, trop occupé à gérer le départ de mes sœurs, à trouver un nouvel emploi, à batailler avec la vie même, mais pourtant en le voyant ainsi dans les bras de Suzanne, en le voyant aussi calme alors qu'il ne la connaissait pas, la décision s'était imposée d'elle-même.
S'il y avait sur cette Terre une personne à qui j'étais capable de faire confiance en ce qui concernait l'avenir de Rafael, c'était elle. Elle avait été là quand tout le monde m'avait tourné le dos, elle avait été là le soir où j'avais trahi, toutes les fois où je n'arrivais plus à me battre et contrairement aux autres, contrairement à Lola, à Ruben, elle n'était jamais partie.
Même si je n'étais plus depuis quelques mois déjà, le genre d'homme capable d'accorder ma confiance, elle était l'exception à la règle, la personne à qui je pouvais confier ma vie les yeux fermés, tout comme celle de mon neveu. Si demain il devait m'arriver quoique ce soit dans le jeu, si je devais un jour payer le prix de ma trahison, si la guerre même finissait par contaminer Chicago et m'emporter avec elle j'avais besoin de cette garantie, de cette certitude, celle que Rafael ne grandirait pas seul, qu'il ne serait pas livré à lui-même, jeté trop tôt dans la bataille comme moi j'avais pu l'être malgré moi. J'avais conscience que ce genre de pensées étaient assez tristes, probablement pas le genre qu'on est censé avoir alors qu'on vient tout juste de reprendre sa vie en main, mais dans le monde dans lequel nous vivions, elles étaient inévitables. Avant le Darwin's Game, la mort n'était qu'un lointain concept, quelque chose qui nous attendait au bout d'une longue vie bien remplie et à laquelle nous ne pensions pas, sauf parfois le soir dans le secret de nos cœurs mais depuis que tout le monde jouait, la mort vivait à nos côtés, prête à nous faucher à n'importe quel instant, jeune, vieux, homme, femme, sans la moindre distinction, juste des visages et des corps anonymes emportés dans la vague, depuis peu l'homme avait pris conscience de sa propre finitude, l'homme avait renoncé à son idéale immortalité et c'était ce qui faisait toute la différence. Alors, en entendant Suzanne répondre qu'elle le protégerait contre la terre entière, qu'elle protégerait mon petit ange, l'avenir de toute cette planète, d'une génération prometteuse, porteuse d'espoir je ne pus m'empêcher de sourire, fermant les yeux un court instant.

« Je sais, je t'apprendrai tout t'en fais pas »


Ce n'était pas non plus aussi compliqué que ce qu'on pouvait imaginer et elle s'en sortirait aussi bien que n'importe qui, elle n'était pas une exception, pas un cas à part, la nature était bien faite, ou du moins suffisamment bien faite pour qu'il n'y ait pas besoin d'être diplômé d'Harvard pour faire un biberon et changer une couche.
En souriant je me rapprochais d'eux, caressant du bout des doigts la joue du petit qui commençait doucement à s'endormir dans les bras de Suzanne, serrant toujours contre lui son nouveau doudou.

« On va aller le coucher, viens »

Je lui fis signe de me suivre, ouvrant la porte de ma chambre, une fois le petit endormi, nous allions peut être enfin pouvoir discuter entre adultes, j'avais désespéramment besoin de savoir comment elle allait, ce qu'il y avait de nouveau dans sa vie, dans le jeu, j'avais désespéramment besoin de pouvoir parler d'autre chose que du prix des couches et du lait.
avatar
HARLEY QUINN
<b>bavardages</b> 1228 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Margot Robbie
CREDITS : jugband ; nymeria ; Dradra ❤ ; Caïn ❤ ; Barbie ; Akata
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : pro-dg passive


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Ven 29 Avr - 12:08

   
I'm the fairy godmother, bitch.

J'accepte sans hésiter une seule seconde, bien que l'appréhension me gagne doucement. Je n'ai jamais eu de mère, pas à proprement parler. J'ai eu une simple génitrice, et suivant les moments c'était surtout moi qui m'occupait d'elle et pas l'inverse. Alors comment apprendre à s'occuper d'un être aussi petit, aussi fragile ? « Je sais, je t'apprendrai tout t'en fais pas » J'ai un hochement de tête, et cela me rassure. J'offre même un baiser sur la joue à celui qui est pour moi comme une seconde famille. Mon meilleur ami. Mon confident. Celui qui sait tout de moi, de mes défauts, de mon passé. Avec lui, j'ai pas douté, pas une seule seconde. C'est un être de lumière ; c'est comme ça que je le vois. Quelqu'un à protéger. « On va aller le coucher, viens » Je suis Alessio, sans avoir la moindre idée de ce que je dois faire. Putain, si Gabriel me voyait en ce moment, il se foutrait bien de ma gueule. « Tu dis ça comme si c'était simple pour tout le monde ... je te signale que c'est la première fois que j'ai un mini-humain dans les bras alors steplaît arrête de faire comme si c'était la chose la plus normale au monde. Merci. «

Je suis ses indications à la lettre, en élève studieuse et appliquée. Puis une fois la porte de la chambre refermée, je lui adresse un sourire moqueur. « Alors la mère au foyer ... ça va ? » Décidée à l'embêter gentiment. Je lui fais une accolade amusée et retourne au salon pour sortir les deux bières de mon sac puis lui en tends une, sans laisser place au refus. « C'est pas comme si tu allaitais... » Avec un clin d'oeil provocateur. Ça fait trop longtemps que je l'ai pas vu ; depuis la fusillade ; et c'est ma façon à moi de lui dire qu'il m'a manqué. Plus gênée le moins du monde, je m'assois sur son canapé et le regarde, cherchant les réponses, des indicateurs de bien-être ancrés sur son visage ou sa peau. « Alors ... comment tu vas ? ... quoi de neuf ? » Depuis l'arrivée d'un bébé dans sa vie, je me demande sincèrement comment il arrive à tout gérer sans devenir frapadingue. Je ne doute pas de lui, loin de là, mais probablement que c'est ce que je deviendrais si je devais gérer une autre vie que la mienne. Et pourtant j'ai accepté sans une once d'hésitation de l'aider et de devenir la fée marraine de ce petit être plein de vie.


   
AVENGEDINCHAINS
   



Lost in translation


HARLEY'S OUTFIT
Spoiler:
 

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Lun 9 Mai - 3:46
 Encore une fois ce fut un rire qui franchit mes lèvres lorsque Suzanne me reprocha de faire comme si tout était normal, comme si tout était facile, naturel et pourtant quoiqu'elle en dise,ça l'était, pour moi en tout cas, simple et inné. J'étais loin d'être un génie pourtant, plutôt un paumé mais tout ça, gérer une famille, élever des enfants, c'était ce que j'avais passé ma vie entière à faire c'était probablement même une des rares choses que je savais faire correctement sans tout foutre en l'air, ça et servir des cafés à des gens encore plus paumés que moi pour éviter le fatal découvert à la fin du mois. 

« C'est parce que ça l'est Suzie d'amour. C'est juste un bébé, tout ce qu'il y a de plus normal même si je dois avouer qu'il est spectaculairement mignon et, spoiler alert, t'en auras peut être même un à toi, un jour. Alors autant t'y habituer.»

Je dus me mordre l'intérieur des joues avec force pour éviter d'éclater de rire à la simple pensée de la réaction qu'allait provoquer cette phrase chez elle, puis me forçai à retrouver mon sérieux, juste le temps de la guider dans ses gestes, l'aidant à installer le petit dans son berceau, souriant attendri en le voyant toujours accroché à sa peluche dragon. 
Il n'avait que 3 mois et ce serait probablement pour longtemps son jouet le plus précieux, il apprendrait comme moi à apprécier le peu qu'il possédait et même s'il ne serait jamais le petit homme le plus couvert de cadeaux de cette planète je m'en faisais la promesse, il ne serait jamais malheureux. Jamais. Il était bien trop précieux pour voir sa vie gâchée.
Remontant la couverture sur lui d'un geste tendre je finis enfin par m'arracher à sa contemplation, fermant la porte délicatement derrière moi, avant de rejoindre Suzanne au salon, lâchant un grognement faussement agacé alors que mes yeux riaient en entendant sa remarque.

« T'sais ce qu'elle te dit la mère au foyer hein ? »

Mais je ne me fis pas prier pour m'affaler sur le canapé, attraper la bière et porter le liquide ambré à ma bouche, d'habitude à cette heure là je me connectais, profitant de mon peu de liberté pour suivre le cours des événements, toujours de loin toujours caché, mais pour aujourd'hui j'allais faire une exception. J'allais faire une exception  et savourer le simple plaisir de pouvoir boire avec ma meilleure amie, comme si l'espace de quelques heures les choses pouvaient redevenir normales et le monde cesser de tourner, comme si l'espace de quelques heures plus rien n'existait sauf nous deux dans cet appartement du quartier pauvre de Chicago. Alors les autres pouvaient bien aller au diable, loin de nous.

« Je vais bien, nouveau boulot, nouvelle vie...En fait pour être parfaitement honnête j'ai l'impression que les choses n'ont pas été aussi calmes depuis des années, je veux pas paraître affreusement alarmiste mais je me demande quand même quelle énorme catastrophe est en prévision du coup.»

Ce n'était pas alarmiste en vérité, simplement réaliste, une théorie tout ce qu'il y avait de plus scientifique. Tout ne pouvait pas toujours aller bien, tout ne pouvait pas toujours aller mal, à la fin les choses trouvaient leur propre équilibre, avant que tout ne recommence dans un cycle infernal, restait à savoir combien de temps de bonheur venait de m'être accordé après plus de six ans de souffrance et en prenant en compte l'état du monde actuel, l'existence du jeu et ce qu'il impliquait, mon instinct ne cessait de me souffler que ce n'était qu'un bonheur trop éphémère mais je décidai de le faire taire pour cette fois, à coup d'alcool et d'amitié.

« Bon et toi alors ? Quoi de nouveau dans ta vie ?  »


avatar
HARLEY QUINN
<b>bavardages</b> 1228 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Margot Robbie
CREDITS : jugband ; nymeria ; Dradra ❤ ; Caïn ❤ ; Barbie ; Akata
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : pro-dg passive


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Jeu 12 Mai - 18:22

   
I'm the fairy godmother, bitch.

« C'est parce que ça l'est Suzie d'amour. C'est juste un bébé, tout ce qu'il y a de plus normal même si je dois avouer qu'il est spectaculairement mignon et, spoiler alert, t'en auras peut être même un à toi, un jour. Alors autant t'y habituer.» Je le regarde et manque de m'étouffer. T'en auras peut-être même un à toi un jour ??? J'ai de groooos yeux et le fixe dans un silence gêné. Gêné parce que non, je ne pense pas. Ou alors peut-être une fois ... qui sait ? Mais nan. Pas tout de suite. Si Gabriel entendait ça, il flipperait grave pour sûr. Parce que c'est vaguement le seul qui pourrait être dans la situation, actuellement. L'idée me donne une once de sourire et je flippe encore plus. Heureusement que j'exige toujours le préservatif ! Je secoue la tête, vivement. Comme si l'idée d'avoir un bébé était à peu près aussi alléchante que celle de contracter une maladie sexuellement transmissible. « J'm'habitue déjà à Raf' ... c'est d'jà pas mal. ... brûle pas les étapes, tu veux ? » Mine boudeuse. On va pas entrer en terrain glissant maintenant, par mesure de sécurité. Aidée par Alessio, je finis par coucher Rafael. Bordel, ce qu'il est mignon. Comme ça, dans le pays des rêves. Bien loin de notre bas monde avec sa réalité pourrie.

Je quitte la pièce sur la pointe des pieds, terrorisée à l'idée de le réveiller. Puis, enfin arrivée au salon, je laisse sortir ma véritable nature en provoquant Ale' avec humour. « T'sais ce qu'elle te dit la mère au foyer hein ? » J'ai un petit rire et lui fais un clin d’œil tout en lui tendant sa bière bien méritée. J'apprécie l'instant présent, assise à côté de celui qui est plus qu'un frère pour moi ; une famille ; sacré. C'est mon Alessio. « Je vais bien, nouveau boulot, nouvelle vie...En fait pour être parfaitement honnête j'ai l'impression que les choses n'ont pas été aussi calmes depuis des années, je veux pas paraître affreusement alarmiste mais je me demande quand même quelle énorme catastrophe est en prévision du coup.» J'ai un hochement de tête et souris. « Je vois tout à fait c'que tu veux dire ... j'suis pareille.  ... Espérons que notre lot de tragédies fasse un petit break. ... je suis contente que tu ailles bien. » Je lui fais une accolade, sincère. Oui, on l'a eu notre lot, dernièrement. Entre la fusillade de Chicago et les évènements dans le jeu ... ça suffit. « Bon et toi alors ? Quoi de nouveau dans ta vie ?  » Je le regarde et noie tout d'abord ma réponse dans de la bière. Quoi de neuf ? ... À peu près tout. Je réfléchis quelques minutes, sans trop savoir comment répondre. Le silence doit bien me dénoncer et je le regarde, comme une enfant prise sur le fait. « Je ... mmh. Je suis toujours coincée dans ce bahut pourri. Et ... j'ai rencontré quelqu'un ? » Je rougis et baisse les yeux instantanément. Rencontré quelqu'un ; c'est le terme. Je l'ai coincé dans un coin sombre et on s'est fait du rentre-dedans dès qu'on a compris que ça marcherait. ... puis on a passé une nuit ensemble. Et d'autres nuits. Beaucoup de nuits. C'était sans conséquences ; un petit jeu insouciant. Et maintenant je suis tombée dans un truc que je peine à comprendre. Je me racle la gorge et regarde Alessio d'un air perdu. « C'était censé être un truc ... pour le fun, tu vois ? Et ça l'est. C'est juste que ... Je ... J'arrête pas de penser à lui. Je bois une gorgée de plus, et fixe Alessio. « J'y comprends rien. J'arrête pas d'y penser mais plus j'y pense et moins ça fait sens. »



   
AVENGEDINCHAINS
   



Lost in translation


HARLEY'S OUTFIT
Spoiler:
 

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   Lun 16 Mai - 5:01

Après lui avoir demandé ce qu'il y avait de nouveau dans sa vie, je me serais attendu à tout, à l'entendre se lancer dans un long discours sans même prendre la peine de reprendre son souffle entre chaque phrase, ou même à un simple et laconique « rien de neuf, que du vieux », pourtant ce fut un étrange silence qui accueillit ma réponse et si dans un premier temps j'aurais pu penser qu'elle réfléchissait simplement, qu'elle retraçait mentalement le cours des derniers mois, je compris bien vite qu'il s'agissait d'une toute autre forme de mutisme.
Me redressant immédiatement, telle une collégienne avide de connaître les derniers potins en date, je la dévorais littéralement des yeux attendant qu'elle se décide enfin à me dire ce qui la perturbait tant et je ne fus pas déçu de l'attente lorsqu'enfin elle admit avoir rencontré quelqu'un. Bien que sa phrase sonnait plus comme une question qu'une affirmation, ni la couleur de ses joues, ni ses yeux qui pétillaient ne mentaient, elle pouvait bien se mentir à elle-même autant de temps qu'elle le voudrait mais son corps, lui, avait déjà décidé.
Avide de connaître la suite, avide d'en savoir plus sur le fameux prince charmant, je l'encourageai du regard pour qu'elle continue, sautillant presque sur place pour qu'elle se hâte, je n'étais pas comme ça d'habitude, pas si démonstratif mais je devais avouer que savoir ma meilleure amie amoureuse me faisait mourir de curiosité, de nous deux habituellement c'était moi qui me laissait séduire, et qui accessoirement me laissait piéger puis finissait avec le cœur brisé, elle c'était plus le genre de femme libre, sans attaches, qui n'avait pas forcément envie de s'engager, pas avant l'heure en tout cas mais en l'entendant parler, dire à quel point elle ne comprenait rien et à quel point il habitait ses pensées, je ne pouvais que me rendre à l'évidence, peut être que l'heure avait sonnée, ce qui avait été semblerait-il un plan cul était à l'aube de se transformer en une belle histoire.
Je lui souris, avalant plusieurs gorgées de bières avant de lui apporter une réponse, ou un semblant de réponse du moins.

« Bon je l'admets mes conseils en matière de sentiments sont peut être pas les plus fiables surtout si on tient compte du fait que mon crush a fait de moi un traître avant de m'abandonner lâchement et que mon mec s'est tiré du jour au lendemain sans un mot... Je comprendrais très bien que tu décides de me rire au nez »

Moi-même dans de pareilles circonstances j'aurais probablement décidé de rire de moi, mais après tout, même si toutes les personnes avec qui j'entretenais une relation plus ou moins amoureuse avaient semblerait-il conclu un pacte pour me lâcher dans des circonstances plus lamentables les unes que les autres je n'en étais pas moins tombé amoureux d'eux.

«  T'es amoureuse Suzie »

C'était probablement brute, probablement trop brusque mais il n'y avait pas non plus des centaines de manières de dire les choses et malgré le sang hispanique qui coulait dans mes veines je ne m'étais jamais senti l'âme d'un poète, je n'aimais pas m'encombrer des formes alors que quelques mots étaient tout aussi efficaces.
Un regard vers elle suffit à me faire rire malgré moi.

« T'en fais pas, tu survivras. Maintenant je veux tout savoir sur l'heureux élu, nom, prénom, âge, adresse, métier...Tout. »

Il ne manquerait plus que j'exige un cv, une lettre de motivation, un rib et on se serait cru en plein entretien d'embauche..Mais au fond c'était un peu ça, j'osais espérer qu'elle avait choisi un homme au moins tout aussi fantastique qu'elle.


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'm the fairy godmother, Bitch. || Alessio   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM