Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Welody ▽ Mais si tu crois encore qu'on peut sauver notre étoile..
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: Welody ▽ Mais si tu crois encore qu'on peut sauver notre étoile..   Mar 2 Fév - 19:28

   
The lie is a mortal sin and life's a lie
C'est dans le malheur, que l'on rencontre les plus beaux moments de bonheur.

   
Vous avez tord de croire que la joie de vivre tient principalement aux rapports humains, vous vous trompez. Dieu en a mis dans tout ce qui nous entoure, on en trouve dans chaque détail, chaque petite chose de la vie quotidienne. Pour percevoir ces choses là, il suffirait de changer de point de vue.

   Tu fonces et t'élances dans ce terrain de jeu terreux et boueux. La sensation de tes muscles qui se bandent et s'ébranlent dessine un doux sourire sur tes lèvres. Toutes ces cicatrices qui cartographient ton corps si vigoureux dans cette réalité truquée sont autant de fierté. La fierté d'un légume qui choisit son destin et le dessine à sa façon. T'es heureux ici. Bambi qui apprendrai à sautiller, tu t'entraînes sans relâche. Ça fait des jours que tu traînes dans le jeu sans reprendre vie dans ta chambre stérile. Des heures déjà que tu tentes de parfaire tes techniques d'attaques et de fuites. Parce que t'es pas comme eux Sam, toi ton corps il est pas vraiment à toi. Tu l'empruntes pour jouer et tu le laisses dans le vestiaire quand tu rentres chez les tiens. Alors oui quand t'as ton Glock entre les doigts rien ne peut vraiment t'arrêter mais s'il tombe ou si t'as plus une seule balle t'es dans la merde petit gars. Alors continues à tomber, continuer à voler entre les monstres d'acier. Ne t'arrêtes que quand tu auras traversé cette foutue étendue sans t'arrêter, sans même trébucher ou flancher. Plus hargneux que jamais, plus déterminé que quiconque tu te hisses en haut de ce char, ce char sur une espèce de plateforme militaire comme cette forêt en a le secret. De là tu peux distinguer les angles de la base. Tu danses encore au milieu de ces buildings archaïques avant de te traîner jusqu'à cette petite cabine qui contient tes affaires. Tes paumes sont couvertes de poussières et de suie qui couvre le sang qui s'est agglutiné dans tes lignes de vie. Ton treillis de fortune est au bord de l'épuisement tant tu t'es ramassé sur le sol. Il recouvre des jambes martyrisées par un assassin un peu trop perfectionniste. Tu tentes de t'épousseter la crinière avant d'aller trouver un moyen de te débarbouiller quand tu trébuches une dernière fois. Tu t'avachis de tout ton long dans un craquement couvert par ton hurlement strident. Tu restes au sol sonné quelques trop longues minutes.
Noir. Tu pourrais compter tout ces petits points blancs s'ils ne tournaient pas si vite devant tes yeux. Lucioles sauvages qui te narguent de leur liberté et te rappellent que t'es quelque part même pas vraiment sur terre avec le pieds dans une stupide mâchoire à ours. T'as beaux ouvrir les yeux tout est flou. Tu perçois des mouvements mais pas de silhouette. T'es dans le gaz mon petit Sam, t'es dans le gaz et dans une sacrée merde allongé seul sur ce sol à bout de forces. Tu vas sûrement crever ici sans personne pour témoin. Ta première petite mort sera d'un ridicule consommé. Une première mort qui se reflète dans ta vie sans profondeur. Bizzarment ce qui te fait le plus peur c'est pas cette mort ridicule, première d'une décennie salvatrice. Non ce qui t'angoisse au point de te relever brutalement sur ce sol d'ocre et d'argent, c'est la perspective de te voir tressaillir dans ton corps réel qui s'épuise et ne réponds plus. C'est savoir que quand tu seras mort tu te réveilleras seul et dans un silence macabre. Tu préfères agoniser ici dans le bruit de la nature que de lâcher prise et souffrir dans cet au-delà trop ironique. Alors tu hurles pour purger ta souffrances et tu ouvres enfin les yeux sur cette atrocité idyllique.
Tu t'attendais pas à croiser une véritable idylle dans le regard brun de cet ange. Alors c'est comme ça qu'on meurt ici? Un ange vient vous ramener chez vous de force? Puis c'est quoi cet ange de pacotille? Je les pensais tous blonds grands et purs. C'est quoi ce lutin brun comme le charbon aux grands yeux cruels penché sur ton corps ressautant face à la douleur. Je sais pas ce que c'est mais tu devrais te concentrer Sam. Parce qu'elle fais bouger ses lèvres si roses et si charnues. Tu devrais écouter Sam. Un ange pareil ça s'ignore pas. Réveilles toi et luttes Sam! Te laisses pas faire. Bats-toi!

   
copyright acidbrain

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Welody ▽ Mais si tu crois encore qu'on peut sauver notre étoile..   Ven 5 Fév - 1:45


SAM & DELILAH
Chimes at midnight will you come and play, you can hide but if you run away I will find you I'll come and find you...Something wicked singing in the wind, devils dances waiting to begin, hear it calling hear how it whispers I will find you I'll come and find you...