Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Just need some warmth... can you...
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: Just need some warmth... can you...   Dim 14 Fév - 1:21
 
JUST NEED SOME WARMTH... CAN YOU....
Ft Octavia




Au ralenti. L'air aussi semblait ne pas être du même monde. Ne jamais dormir avec les autres, ne jamais se mettre au même endroit parce qu'on vise toujours là où il a le plus de monde et plus encore que le fait de survivre le jour, survivre la nuit avait encore plus de sens. Wyatt s'était éloigné des autres. Solitaire, toujours aussi libre, autant mentalement que dans son quotidien, il remplissait ses fonctions, étaient pour les siens, mais sa soif de liberté n'avait pas de limite. Peu comprenait son avidité à ce sujet mais quand on y a toujours gouté... quand nos seules cimes sont celles qu'on se fixe soi même on en veut encore plus, mais ce qui rend encore plus addict c'est quand on vous donne l'impression que cette liberté coute cher... On le coursait de plus en plus, on le voyait comme le bête curieuse toujours perchée en silence dans les hauteurs, ou le mec qui chantait et dansait dans les situations critiques avec toujours cette gentillesse dans les yeux, mais quand le soleil tombait... et qu'il se retrouvait seul face au monde, qu'il soit virtuel ou non, alors son visage se ternissait... Il avait passé la soirée au campement pour une fois, et fini sur une de ses énormes grues de chantier délabrées dans lesquelles personne ne voulait monter... Trop anciennes, trop lourdes, trop rouillés... Rouillé comme ses sentiments, comme ce qu'il perdait au quotidien irl et qui n'avait plus de sens pour lui bien qu'il rentre principalement pour se nourir et prendre des douches chaudes mais ça ne dure jamais longtemps... il préfère dormir ici... Loin de tout. Il est resté perché là , entre vent glaciel et ciel pétrolien... L'impression d'être intouchable, de ne devoir obéir à personne, de ne pas avoir de comptes à rendre, d'être juste là pour se sentir existé et libre... Il appartient au ciel et à la mer, il aime à se dire ça. Never trapped. Claustrophobe, ce serait son pire supplice, il deviendrait fou, il le sait. Emmitoufflé dans sa tenue d'éclaireur dont ne ressort que le bout de doigt des mitaines et le haut du visage, entre gros et kaki clair, casquette, capuche, manteau étroit et par balle dessous, treillis , rangers grises. L'écureuil humain finit par descendre de cet endroit qui lui appartient, pour se faufiler vers le campement où il passera la nuit.

Assis dans un coin, à la limite du hanger tout au fond, il a tendu une bache qu'il replit et range toujours au même endroit, et change de lieu de sommeil chaque soir, en restant pas trop loin des siens, sauf s'il est en mission. Parfois il ne rentre pas pendant plusieurs jours, contraint de dormir dans les arbres ou sous les souches, mais c'est une habitude à prendre. Ça ne le dérange même plus maintenant, et son corps aime ce changement, ce style de vie. Il n'aurait jamais pensé dire un jour qu'il se libère en venant ici en dépit des inconvénients odieux que ça implique. Rien n'est jamais gratuit.

Il s'est assis sous cette espèce de cabane, à l'écart du bruit, un espèce de cube entre tissu étanche et mur, dans la pénombre. Au lieu, il entend certains Atom déconner, d'autres discuter. Une famille, une nouvelle, vu qu'irl... c'est le néant. Il a trouvé sa place dans un endroit qu'il n'aurait jamais pensé possible avant tous ces drames... Il a balance plusieurs épaisseurs de duvets dans la petit zone d'un mètre 20 sur deux, de quoi se faire un genre de tente pour dormir, et éviter de se prendre les possibles poussières du plafond du hangar sur la gueule. Parce que quand il y avait du vent, ça bougeait pas mal. Ou la pluie aussi dans certains trous du toit. Silencieux, il avait englouti son repas et poser une  bougie pour relire ses explorations de ses derniers jours. Ça lui suffisait amplement cette lumière la nuit. Il aimait  son rôle ici, il commençait à ne plus voir que ça. Une drogue. Il avait conscience de c'était malsain, mais il aimait cette vibration dans son ventre qui le faisait exister plus que jamais. Allongé sur le dos, la lumière douce dansait sur ses pages cramoisies par la saleté de ses excursions. Toujours en tenue , il ne posait presque jamais ses fringues de toute façon, sauf pour se laver ou pour en changer. Ça lui avait dejà pris du temps d'en retrouver avec la folie d'une des Gaia, alors inutile d'encore se les faire découper. Il passait son tour au prochain qui aurait l'idée de lui faire ça. Surtout après l'avoir plomber de fleches. Il finit par souffler la bougie, et s'endormir sur le dos, sans même entendre quelqu'un arriver. Mieux valait qu'il le réveille avant de faire quoi que ce soit, sous peine de se prendre la lame sous la gorge. Ça aussi c'était un réflexe qu'il avait pris depuis quelques temps, sans le vouloir en plus. Il faisait froid ce soir. Mais lui, pas frileux pour deux sous s'était juste posé sous une couverture douteuse, mais elles l'étaient toutes de toute façon. Tout ce qui était important c'était de ne pas crever de froid. On crevait déjà bien assez du reste.



Dernière édition par Wyatt Bannerman le Dim 28 Fév - 16:47, édité 1 fois
avatar
DAREDEVIL
<b>bavardages</b> 514 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Andy Biersack
CREDITS : Schizophrenic
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG, Actif


MessageSujet: Re: Just need some warmth... can you...   Ven 19 Fév - 5:15
 
JUST NEED SOME WARMTH... CAN YOU....

Ft Octavia


Dormir ici, au QG,  était devenu une habitude depuis peu, j'avais conscience que ce n'était pas sérieux de se couper à ce point du monde réel, de perdre un peu plus chaque jour contact avec la réalité mais c'était préférable.
Tout était préférable plutôt que de me retrouver seule dans mon appartement où tout hurlait son absence, plutôt que de rester à regarder le plafond des nuits durant, espérant son retour qui n'arriverait pas, à choisir et puisque j'avais le choix je préférais mille fois me retrouver à dormir à même le sol sans aucun confort mais au moins rassurée par les voix et présences de mes coéquipiers non loin de moi, peu importe si le prix à payer était de devenir encore plus accro à ce jeu que je ne l'étais déjà.
Pourtant ce soir même comme ça, ça n'allait pas, même en entendant leurs rires au loin, même en sentant la vague chaleur du feu, je me sentais seule, horriblement et irrémédiablement seule.
Peut-être était-ce le fait de m'être légèrement blessée cet après-midi et de m'être encore  fait réprimander par les médecins pour mon imprudence qui me déprimait, pourtant c'était loin d'être la première fois et la blessure n'était pas très important, tout au plus un poignet foulé, rien comparé à ce que j'avais pu connaître jusque là...Ou peut être était-ce le froid  environnant qui m'empêchait de retrouver ma joie de vivre habituelle, un froid mordant qui s'insinuait jusque sous les vêtements donnant l'impression de geler sur place, mais définitivement je n'avais qu'une seule envie, celle de fondre en larme dans les bras de quelqu'un, celle de retrouver la chaleur d'un autre corps.

Ravalant mes larmes je fixais le ciel de mes yeux clairs, cherchant une solution à mon mal être, énonçant mentalement la liste des personnes qui pouvaient bien m'accepter à leurs côtés juste pour une nuit et que je n'aurais pas honte d'aller voir.
Les visages défilaient dans mon esprit, jusqu'à arriver à Squirrel...Si il y avait bien une personne dans ce monde qui pouvait m'accepter c'était lui, c'était lui qui avait cru en moi et en mes capacités en premier, lui qui avait accepté de m'enseigner ses secrets, lui qui ne refusait jamais ma présence et qui s'il désirait vraiment se retrouver seul savait me le dire avec les mots justes, sans me blesser. C'était lui qui avait ma confiance, lui parmi toutes les personnes dans ce campement si je voulais pouvoir me réfugier dans des bras, c'était dans les siens.

Sans un bruit je me relevais, massant d'une main mon poignet blessé, mes yeux balayant l'horizon,tentant de repérer où l'écureuil avait bien pu se cacher.
Une fois localisé je m'approchais de la cabane discrètement, sans faire le moindre bruit, hésitant timidement à l'idée de le réveiller...Et si il ne voulait pas de moi finalement ? Si il préférait être seul ? Où est-ce que j'irais ? Pas voir ma sœur, ça non, c'était hors de question...
Baissant les yeux et me mordant légèrement les lèvres j'appelai son nom

« Squirrel ? »

Devant le manque flagrant de réaction du jeune homme, je lui secouais légèrement l'épaule, avec le peu de force que j'avais

« Squirrel, réveille toi »




Invité
Invité


MessageSujet: Re: Just need some warmth... can you...   Sam 20 Fév - 1:17
 
JUST NEED SOME WARMTH... CAN YOU....
Ft Octavia



Squirrel ne dormait jamais que d'une oreille, prêt à partir en trombe si le danger était imminent. Leurs ennemis étaient tout sauf discrets. Comme les Gaïa avaient-ils pu se laisser piéger à ce point. Il ne comprendrait jamais mais il supposait qu'on ne peut pas vaincre certains aspects de ce monde aléatoire... De même que d'y échapper, comme si tous les paramètres étaient calculés pour les emmerder au maximum, histoire de leur faire péter des durites. Il ne disait rien à personne sur son état irl et sur celui de son entourage, mais le jeu commençait à tout détruire et ça le rendait assez solitaire. Il aurait pu en parler pourtant. Peter aurait écouter, même Roman probablement, ou Arthur. Mais... il ne se pensait pas assez important pour les déranger sur des points qui de son point de vue relevait de l'égoisme. Alors il enfouissait tout et rien à foutre du reste. Tout comme il avait fini par remonter son écharpe sur son nez, une grosse écharpe qu'il ne mettait qu'au camp pour ne pas être gêné dans son boulot. Il avait du laver une partie de ses sapes pour un mauvais séjours dans un bassin marécageux. Il se disait même que se balader à poil quand on est un éclaireur ça coutait moins cher en fringue, que de devoir à chaque recoudre ses vêtements à cause de ce qui lui tombait dessus.

De nouveau chaud, le drap coupant tout visuel mais aussi les courants d'air environnant, à moitié fermé dans la diagonale, il ne laissait qu'un peu de lumière du feu au loin passer. Il n'entendit pas Octopus arriver. Il préférait l'appeler Octa. Il lui avait proposé la dernière fois et elle avait apparemment accepté, même s'il était à dix mille lieux de savoir à quel point son prénom était proche de ce surnom. Il avait justifié par le fait qu'Octopus, ça lui fait penser à Spiderman et le docteur octopus qui lui court après là. Sans compter que Zelda l'a baptisé Spiderman à cause de ses capacités à courir et grimper partout, alors si en plus il a un octopus en compagnie, c'en est fini, il s’effondre dans une troisième virtualité et deux mondes à lui suffit. Il commence même à les mélanger, à la Matrix, à se demander si finalement, c'est pas celui dans lequel il pense être né qui est une belle mascarade, un mensonge éhonté et qu'en réalité, le monde réel est ici. Pourquoi ce paranormal quand on ne se connecte plus...? Pourquoi tout devient tellement plus logique ici que là bas...? Lui et sa folie des théories scientifiques quand il s'y met, sa logique qui veut des réponses par tous les moyens.

Il sent une prise douce sur son épaule, mais plongé dans l'obscurité, et sorti de son début de sommeil, sa main sort de son flanc, lame en main, les yeux semi ouverts, mâchoire serrée, mais il stoppe le parang au dessus de la poitrine de la petite brune, pour la distinguer, dans un reflet de flamme qui reflette sur le mur de béton... Il expire en refermant les yeux, délaissant tous ses muscles en même temps sur la paillasse de fortune, soulagé. Il a choppé les réflexes désormais, parano , mais surtout habillé à dormir dans les arbres, ou des recoins exigus couverts de trucs douteux pour dissimulés son odeur. Mais quand on est seuls à a deux jours de marche d'un lieu de vie sécurisé, on n'a pas d'autres choix que de faire ça parce que le corps peut lâcher à tout moment sans un minimum de discipline.

Son torse se dégonfle lentement et il laisse la lame tomber sur le coté... Ses yeux se rouvrent et il l'observe calmement. “Excuse moi...” Il se passe une main dans ses tifs blonds en vras et baisse un peu son écharpe pour se frotter le visage, confus et juste réveillé, marmonnant un “ça va pas...?” Il baisse avec son poing devant le visage par politesse, bah ouais c'est toujours pas devenu un gros gueux de caho, il a encore du savoir vivre... son regard humide la fixe et il pose machinalement sa main sur la sienne pour la serrer en signe de réconfort comme il a l'habitude de le faire pour lui donner du courage, conscient que tout le monde n'arrive pas à Darwin Game doté de capacités à la assassin's creed ou à la Stallone... Il y avait aussi des petits octopus. Elle ne pourrait rien changer à certaines choses de sa personne mais ça ne voulait pas dire qu'elle devait être mise de coté, au contraire... Et ça Wyatt allait faire en sorte de croire en elle pour qu'elle vive encore longtemps.

Sa main est gelée. Il fronce les sourcils et se redresse sur un coude pour ôter son écharpe lourde et la secouer pour en déplier la largeur et lui passer autour des épaules. Puis il se décale un peu vers le mur, lui laissant un peu de place, ouvrant la couverture. Quoi il va pas la laisser crever de froid quand même... Il se rallonge sur le dos un vêtement en boule sous la tête,  et l'invite à se servir de son bras et d'un autre morceau de couverture improvisé en  coussin de fortune. “Viens...” Il pousse le parang vers le coussin, au cas où il doive s'en saisir en hâte et la recouvre de la couverture chaude quand elle s'est allongé contre lui... Sa main va s'assurer derrière elle qu'il n'y a aucune prise d'air et il lui frotte le dos et les épaules pour la réchauffer, le visage de la petite brune contre sa joue et son cou... “Pourquoi t'es pas venu plus tôt... t'as l'air faible, qu'est-ce que t'as... t'es blessée...?” qu'il demande doucement pour éviter que tout le monde n'écoute aux murs... Des murs inexistants, pas terribles, mais bon, on fait comme on peut.



Dernière édition par Wyatt Bannerman le Dim 28 Fév - 16:48, édité 1 fois
avatar
DAREDEVIL
<b>bavardages</b> 514 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Andy Biersack
CREDITS : Schizophrenic
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG, Actif


MessageSujet: Re: Just need some warmth... can you...   Dim 21 Fév - 5:28
 
JUST NEED SOME WARMTH... CAN YOU....

Ft Octavia

Ma respiration se coupa lorsque la lame se retrouva à quelques centimètres de moi, quelques centimètres de plus, un geste un peu plus violent et j'étais morte, pourtant je ne pouvais pas lui en vouloir, je ne pouvais même pas prétendre être surprise par sa réaction en vérité.
J'avais vu des tas de joueurs réagir comme lui, certains dormaient même avec des armes près de leurs oreillers irl selon les dernières rumeurs, le monde devenait complètement fou et la population était complètement paranoïaque, à croire que j'étais la dernière personne saine d'esprit sur Terre...Saine d'esprit, j'avais presque envie de rire à l'idée d'avoir osé penser à moi sous ces termes, définitivement, si j'étais ce qu'il y avait de moins fou sur la planète alors la fin du monde était vraiment en marche. Je lui souris, d'un air qui se voulait rassurant, voire compatissant.

« C'est bon, t'excuse pas, t'as rien fait »

Et nous n'allions pas commencer à débattre sur ce qu'il aurait pu faire, à ce compte là on pouvait tout aussi bien se mettre à refaire le monde, ce qui objectivement ne lui ferait pas de mal, d’ailleurs, à ce pauvre monde.
Je souris légèrement en sentant sa main se poser sur la mienne, le même geste qu'il faisait quand il m'encourageait à trouver la force en moi d'avancer, la force de vaincre mes peurs et de dépasser, mes limites, ce simple geste si familier m'apaisait déjà, m'apportait un peu du réconfort dont j'avais tant besoin, mais ce n'était pas encore assez, et comme je n'avais pas réussi à lui répondre lorsqu'il m'avait demandé si j'allais bien, j’acceptais avec plaisir son invitation à le rejoindre, me dépêchant de me réfugier sous la couverture, collant mon corps contre le sien, dans un besoin désespéré de ne plus me sentir aussi seule et fragile. Il continuait de me poser des questions, de me demander ce qui n'allait pas, mais je me bloquais, je m'énervais toute seule, j'étais venue jusqu'à lui, j'avais besoin de lui, mon désespoir devait se lire sur mon visage mais rien ne voulait sortir, comme si ma fierté avait finalement choisi le pire moment pour faire surface, pour se manifester pour la première fois. J'enfouis mon visage dans son cou avant de tenter de murmurer quelques phrases, de répondre à ses questions.

« J'ai glissé en voulant m'entraîner toute seule ce matin, je me suis un peu blessée mais c'est pas grave, Hippocrate m'a soignée...Et engueulée aussi.. »

Tristement habituel. De toute façon, quand elle ne m'envoyait pas voir ses collègues, elle m'engueulait comme pour me rappeler que nous n'étions pas immortels, que nous n'avions que dix vies et après...plus rien. Comme si je n'étais pas la mieux placée pour le savoir, mon copain avait disparu depuis des jours, il ne rentrait pas, il avait certes l'habitude de s'en aller parfois mais jamais aussi longtemps, mon intuition me soufflait que quelque part là dehors il avait perdu sa dernière vie, que comme tous les autres son cœur s'était arrêté et puis plus rien. Plus rien. Je m'accrochais désespéramment à Squirrel, j'avais besoin de parler.

« Et puis...mon copain a disparu, depuis des jours et je pense qu'il est...Enfin tu vois quoi »


Je respirais profondément pour retenir mes larmes, je refusais de l'admettre à voix haute, je refusais de rendre les choses aussi concrètes pourtant j'en étais persuadée, il était mort. Comme tous les autres. Tout le monde mourrait de toute façon.



Invité
Invité


MessageSujet: Re: Just need some warmth... can you...   Mar 23 Fév - 13:15
 
JUST NEED SOME WARMTH... CAN YOU....
Ft Octavia


Il la laisse s'installer sans se poser de questions. C'était naturel pour lui de ne pas laisser crever une personne de froid, même si ça pouvait prêter à confusion pour beaucoup, il s'en foutait un peu. Il avait ce lien avec elle assez particulier, qui faisait ressortir son coté grand frêre, un rôle qu'il avait trop peu joué avec sa propre soeur, qui n'avait jamais vraiment voulu de lui, lui reprochant de ne pas être assez badass, d'avoir trop de coeur, de toujours pardonner et que c'était à cause de lui qu'elle était si faible et sensible. Qu'il ne lui avait pas appris à se défendre et qu'il n'était jamais là quand elle avait besoin de lui... Mange-toi ça dans la gueule Wyatt, toi qui t'est toujours démené pour elle et ta femme... Il y pouvait quoi lui s'il avait de l'affection pour les autres? Ça ne l'empêchait pas coller son poing dans la gueule des emmerdeurs, à ne pas confondre avec un bisounours, mais il ne cherchait pas la merde inutilement et n'avait aucun interêt à paraitre agressif au premier abord. C'est comme ça, il était juste... gentil? Ah fuck hein. Il détestait se justifier sur cet état de fait, d'autant plus que c'était un des critères qu'il n'arriverait probablement jamais à vraiment cacher.

Il la couvre correctement et la réchauffe sans faire un geste malencontreux. Ça s'enflamme vite une fille s'il fout les mains où il faut pas, il n'a pas trop envie de se prendre une gifle accidentelle. Callé, il lève un peu la gorge pour la laisser se blottir comme elle l'entend et referme son bras autour d'elle. Une bouillotte vivante le Squirrel, ça a toujours été le cas. Pratique en hiver, plus chiant en été. Il baisse les yeux quand elle lui avoue qu'elle s'est fait mal en chutant. Il se demandait si c'était parfois une bonne idée de lui apprendre une partie de ce qu'il savait faire... Bien sûr que oui pour sa survie, mais il ne voulait pas non plus qu'elle se tue pour apprendre toujours plus. Son physique lui fixerait des limites. Elle ne pourrait jamais l'égaler, il espérait juste qu'elle en avait conscience. Non pas qu'il était plus compétent, rien à voir, il croyait en ses capacités, mais une personne d'un mètre soixante ne pourrait jamais faire des bonds plus grands qu'une personne d'un mètre quatre vingt dix. Elle n'avait pas la même puissance dans les jambes non plus. Les jambes d'un mec demeure toujours plus musclées que celles d'une femme et ceux même avec un entraînement plus poussé. Les dures logiques de la morphologie. Il inspire, en la serrant contre lui pour la réconforter dans l'idée qu'elle n'avait pas fait de connerie, que ce sont les aléas de l'apprentissage.

« Elle s'inquiète pour toi c'est tout. Cet endroit est stressant pour beaucoup de personnes, tu sais. On réagit pas tous de la même facçon. Je suis un des Atom qui risquent le plus sa peau avec le rôle que j'ai. Quand je reviens, soit je suis en sang, soit le sang d'autres, soit les sapes déchirées... je me fais souvent engueuler, mais c'est leur manière de nous montrer que quelque part, ils tiennent à nous, tu comprends... ? Fais juste attention à pas voir trop grand. J'ai pas envie de te voir t'écraser d'un immeuble, parce qu'il te manquait deux mètres pour réussir... comme on dit... fais c'que je dis pas c'que j'fais, même si ça t'paraît injuste... »

Il passe sa main sur ses cheveux, pour lui pousser les mèches du front et la câline, passant sa main sous mitaine contre sa nuque recouverte de ses cheveux, laissant faire ce qu'elle veut. Elle n'allait pas bien du tout, pas besoin d'être psy pour le voir et ça l'inquiétait... quelque chose s'était rajouté... Une chose qu'elle finit par avouer quelques secondes plus tard et qui eut l'effet d'un poignard silencieux dans le ventre du blond, ranimant le souvenir frais de la mort de sa fiancée, une ancienne Caho. Il se racle la lèvre nerveux, expire en fermant un court instant les yeux. Ne perdre pas contenance. Il doit la soutenir sans qu'elle ne sache. Il doit tenir pour eux. Le silence se met en place et il cherche quoi dire. De sa logique à lui, il aurait imaginé le pire, mais tout est tellement possible. Il a très bien pu se faire capturé et se fait torturé dans un coin, et personne n'en sait rien. Il a pu mourir pour la dernière fois aussi , ou a simplement pris une pause dans le monde réel ? Squirrel continue de lui caresser les cheveux, la réchauffer sans bouger. « Tire pas d'conclusions hâtives... T'as été vérifié irl ? C'est le meilleur moyen de savoir ce qu'il en est... »




Dernière édition par Wyatt Bannerman le Dim 28 Fév - 16:49, édité 1 fois
avatar
DAREDEVIL
<b>bavardages</b> 514 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Andy Biersack
CREDITS : Schizophrenic
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG, Actif


MessageSujet: Re: Just need some warmth... can you...   Mer 24 Fév - 22:54
 
JUST NEED SOME WARMTH... CAN YOU....

Ft Octavia

Je m'étais blottie dans les bras de Squirrel, retenant mes larmes, c'était une mauvaise soirée, une des pires depuis des mois pour être honnête.
J'étais incapable de raisonner correctement aujourd'hui, je prenais tout mal et même l'inquiétude pourtant bienveillante des médecins atom qui étaient juste lassés de devoir me soigner aussi souvent m’insupportait. Squirrel avec sa gentillesse habituelle essayait de me faire relativiser, de me faire comprendre que leur attitude était normale, de me mettre en garde aussi contre les limites que mon corps m'imposait, celles que je ne pouvais pas contourner et même si je savais qu'il avait raison, je trouvais effectivement ça injuste alors je ne me privais pas pour râler, pour dire à haute voix ce qu'en général ma retenue m'empêchait d'exprimer mais que ce soir ma tristesse, ma colère et mon désespoir faisaient cruellement ressortir.

« Mais qu'ils me foutent la paix, j'ai pas demandé à ce qu'on s'inquiète pour moi. Je veux juste avoir le droit de vivre »

Est-ce qu'il avait la moindre idée de pourquoi j'étais venue ici ? Pas pour suivre la mode, pas pour sauver un proche ni pour en surveiller un mais pour fuir ma vie irl.
Est-ce qu'il savait ce que c'était de détester sa vie au point de se plonger dans le virtuel ? Est-ce qu'il pouvait imaginer la douleur que c'était de se sentir mieux, plus heureuse et plus vivante dans un monde qui n'existait même pas, et de n'avoir plus qu'une envie, celle de ne jamais, jamais se déconnecter ?
Est-ce qu'il savait l'enfer que c'était d'avoir une vie parfaite sous tous les angles mais de détester ça plus que tout au monde ? De ne plus supporter d'être la perfection incarnée, la petite poupée qui danse ? Est-ce qu'il pourrait ne serait-ce que comprendre que si je me mettais autant en danger paradoxalement ce n'était pas par envie de mourir mais par désir d'apprendre à vivre ?
Je voulais de l'action, je voulais pouvoir courir, grimper, sauter, tomber, me salir, me faire mal, boire, me battre, fumer, je voulais dépasser les interdits, dépasser les règles qu'on m'avait si longtemps fixées. J'aurais aimé lui dire tout ça, tout lui déballer sur ma vie irl, l'enfer que c'était pour moi, cette putain de prison dorée, mais je ne dis rien, me contentant de rester dans ses bras. Peut-être plus tard, peut-être qu'un jour je serais prête à le dire, à exploser.

Je soupirai, en l'entendant me dire de ne pas tirer de conclusion hâtive, en ce qui concernait Misha, d'aller vérifier irl,  il ne pouvait pas deviner que c'était fait depuis longtemps déjà.

« On vivait ensemble.. »

Vivait ? Je sentis une larme couler sur ma joue à cette pensée, je ne savais même plus si je devais parler au présent ou au passé quand je l'évoquais et je n'arrivais pas à continuer ma phrase, parler au passé était beaucoup trop violent, beaucoup trop concret, pourquoi avais-je fait ça ?
Je me mordis les lèvres, jusqu'à sentir le goût du sang, avant de reprendre.

« Il est pas rentré, ça lui arrive des fois mais jamais si longtemps. Son téléphone est éteint aussi, avant ça tombait sur son répondeur, maintenant la batterie doit être déchargée. Je le retrouverai jamais »

Cette fois c'était trop pour moi, je me mis à pleurer en silence contre Squirrel




Invité
Invité


MessageSujet: Re: Just need some warmth... can you...   Ven 26 Fév - 14:33
 
JUST NEED SOME WARMTH... CAN YOU....
Ft Octavia



« Si t'as pas demandé à ce qu'on s'inquiète, pourquoi t'es venu dans mes bras alors ? C'est bien parce que t'as aussi besoin qu'on s'inquiète pour toi non ? Qu'on te comprenne. J'ai juste une manière différente de la leur de faire. »

Il ne prenait pas partie. Octavia était très jeune mentalement, du moins il en avait l'impression. Peu importe l'âge véritable, certains murissent plus vite que d'autres. Lui faisait bien plus vieux que son age mais la vie l'avait poussé dans ce sens aussi. Elle, c'était un peu la fleur fragile qui venait de se prendre une bourrasque dans les pétales et dont la tige s'était brisé. Seulement... il ne l'aiderait pas en lui mentant. Il ne pouvait qu'atténuer un minimum les maux dont elle souffrait par des moments d'affection passagers. Avoir le droit de vivre... Ce n'était pas avoir le droit de vivre qu'elle voulait avoir l'impression de vivre... se sentir vivante et en profiter, seulement si elle le faisait comme ça, elle finirait par plus en mourir qu'autre chose. Ses doigts lui caressaient la nuque, la gardant au chaud contre lui, quand elle lui expliqua qu'elle vivait avec lui... euh... mais comment elle avait fait pour ne pas voir s'il était là irl ou pas alors ? Ah merde, non... voilà qu'elle pleure... la gorge de Squirrel se serra un peu. Il n'aimait pas voir ou sentir une fille pleurer, ça le faisait se sentir un temps soit peu inutile ou impuissant, et il avait eu tellement sa dose face à ses propres pertes, mais elle ne pouvait pas savoir. Il avala sa salive et expire longuement en lui frottant le dos, en signe de compassion sincère.

Après un long moment à la garder contre lui, le temps qu'elle se calme un peu, il se décida à juste expliquer une chose pour qu'elle comprenne à quel point il comprenait lui-même ce que la perte d'un proche faisait... « J'suis mal placé pour te dire que tout va aller mieux... j'ai perdu ma fiancée y'a six semaines irl de ça... Bientot trois mois que je suis dans le jeu... elle est morte devant moi sur son bureau... la dernière vie. Je jouais pas à l'époque, c'est quand j'ai accédé au jeu par son ordi avec mon propre pseudo que j'ai compris... elle était enceinte à la perte de sa première vie... j'ai perdu quatre ans de ma vie...mon bébé et celle pour qui j'me défonçais chaque jour dans mes deux tafs, pour qu'elle ait tout pour être heureuse... et ... »

Il expire en sentant son ventre se serrer et se décala un peu d'elle, posant sa tête sur sa main, en appui sur le coude, et prit sa main dans la sienne pour lui caresser la main du pouce... « Je souffre tout autant … seulement j'ai arrêté d'en vouloir à la terre entière...Ils n'y sont pour rien, je me dis que je suis le seul responsable. Pleurer, c'est normal... mais ça ne te sauvera pas. Trouve mes paroles dures si tu veux, mais tu es plus forte que ça... Personnellement je préfère passer mon temps à rechercher un genre de rédemption, espérer avoir une seconde chance... que de vivre sur le passé à vouloir qu'elle revienne... »

avatar
DAREDEVIL
<b>bavardages</b> 514 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Andy Biersack
CREDITS : Schizophrenic
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG, Actif


MessageSujet: Re: Just need some warmth... can you...   Lun 29 Fév - 1:28
 
JUST NEED SOME WARMTH... CAN YOU....

Ft Octavia

Quelque part, je savais que Squirrel avait raison, ce n'était pas tant que je ne voulais pas qu'on s'inquiète pour moi, sinon je ne l'aurais jamais rejoins en pleine nuit pour pouvoir me sentir moins seule l'espace de quelques heures, j'avais juste du mal à supporter leur manière de faire, je détestais les reproches surtout quand je les savais justes et fondés. Je n'étais pas aussi stupide qu'on pouvait se l'imaginer, je savais très bien que ce que je faisais n'était pas raisonnable, que me mettre en danger pour me sentir libre et vivante était une belle connerie mais c'était plus fort que moi, le résultat de vingt-trois ans de frustration, peut-être qu'au bout de quelques temps, et quelques vies perdues je finirais par me calmer ou peut-être qu'avec l'aide du blond je finirais par en faire une force. En souriant je me collais un peu plus contre lui

« Je préfère quand même ta manière de faire »

Il avait quelque chose de différent de tous les autres, quelque chose que je ne saurais pas expliquer, mais je lui faisais entièrement confiance, il savait trouver les mots pour me faire réfléchir, sans critiquer, sans pendre parti, il était juste doué pour me comprendre, c'était pour ça que je m'étais laissé aller à lui confier ce qu'il se passait avec Misha, sa disparition qui ne pouvait signifier qu'une seule chose à mes yeux, sa mort. Malgré mes larmes je me sentais libérée c'était dit maintenant, et il n'essayait pas de me mentir, il n'essayait pas de me promettre un miracle, que tout irait mieux bientôt, au contraire, il me raconta son propre drame personnel, la mort de sa fiancée, la perte de son enfant et comment il faisait pour vivre avec ça au quotidien, pour ne pas devenir fou, pour ne pas rester dans le passé à vouloir qu'elle revienne. Il avait raison, je ne trouvais pas ses paroles trop dures juste très honnêtes, j'avais le droit de pleurer Misha, c'était normal qu'il me manque mais  la vie continuait, sans lui, et le monde ne m'attendrait pas, il fallait que je trouve autre chose pour passer le temps, quelque chose d'autre à faire pour ne pas me laisser abattre, j'étais plus forte que ça, même si seul lui semblait le voir.

« Ouais...T'as raison »


Je me dégageai un peu de ses bras, roulant sur le dos pour regarder le ciel, essuyant mes yeux et mes joues encore humides

« Je suis désolée, pour ta fiancée, et pour ton bébé, je suppose que je peux pas vraiment comprendre, on en était pas vraiment là avec Misha. Je sais même pas si on s'aimait réellement au fond, je crois »

Ou peut-être que je m'étais juste persuadée que je l'aimais parce que c'était ce qu'on m'avait toujours demandé de faire ? Trouver un homme présentable, l'épouser et lui faire des enfants parfaits ? Je n'en savais rien, j'étais en train de changer, et je n'étais pas certaine de savoir si c'était pour le meilleur ou pour le pire.
Je soupirais, sourire aux lèvres à travers mes dernières larmes.

« En fait, je suis plus sûre de rien en ce moment »



Invité
Invité


MessageSujet: Re: Just need some warmth... can you...   Mer 2 Mar - 15:45
 
JUST NEED SOME WARMTH... CAN YOU....
Ft Octavia


Elle préférait sa manière de faire ? Il aurait aimé entendre ça de sa sœur... Elle qui le trouvait trop doux, trop gentil , même quand il  devait la consoler ou prendre soin d'elle, elle avait fini par refuser tout contact avec lui, même visuel. Elle avait commencé à changer peu de temps après sa fiancée, et au final, il les avait perdu toutes les deux pour un excés de tolérance... S'il avait serré la vis un peu plus, s'il s'était montré un peu plus autoritaire, peut-être n'aurait-elle pas merdé ? N'est-ce pas au rôle de l'homme de maintenir avec autorité les choses en place et les esprits dans le droit chemin ? Il en était incapable, non par faiblesse, mais juste parce que c'était pas sa nature et que pas mal de femmes pouvaient se vanter d'avoir plus d'autorité que lui. Il avait d'autres méthodes. Et puis quand même qu'elles puissent avoir beaucoup d'autorité, ce n'était pas pour autant qu'il leur obéissait. Il était juste plutôt pédagogue, préférant offrir un attention qu'une claque pour aider l'autre.

Il la sentit se décoller un peu de lui , et appuyer son affirmation. Fronçant les sourcils, il chercha à savoir si elle feintait pour ne pas avoir davantage de morale, ce que Lola faisait souvent depuis petite, ou bien si elle était vraiment d'accord avec lui.

« T'as pas à l'être... t'y es pour rien dans leur mort... L'important c'est pas de savoir si ce que j'ai perdu est plus grave ou moins que toi... ce qu'tu dois retenir, c'est qu'on a probablement tous perdu une personne de l'irl... Est-ce que tu jugerais si durement ceux qui te râles dessus en s'inquiétant, si tu apprenais qu'ils ont perdu leur mari, leur frère, ou même leur enfant à cause de ce jeu... ? On réagis tous différemment à un décès. Moi j'ai décidé d'encaisser et de considérer que c'était ma punition pour ne pas avoir su les protéger, mais d'autres étaient tellement fusionnels avec les leurs que la douleur est profonde, au point de parfois s'emporter sans vraiment le vouloir, par peur de reperdre des gens qu'ils apprécient. Notre point commun dans cette team, c'est notre volonté d'aider les autres... notre sensibilité... et pourtant on gère tous ça différemment. Tu as ta place ici Octa... il faut juste que tu oublies le regard des autres. Arrêtes de réfléchir. Tu t'es déjà posé face à la mer comme ça des heures entières? J'ai un carnet avec moi, et quand je suis dans les cimes, soit je rêve, soit je le complète, soit je profite simplement du vent... et de la liberté. J'ai plus rien à perdre dans l'autre monde... Alors mon monde c'est ici désormais... c'est absurde ou fou, prends le comme tu veux, mais je me suis jamais senti aussi vivant qu'ici.... Peu importe tes doutes, si t'y penses trop tu vas t'paumer. La seule chose qui doit compter maintenant pour toi, c'est de vivre. Et personne ne t'en blâmera. Va aider les autres, fais des choses qui te rendent curieuses?"

Il s'allonge et baille un peu, le bras sous la tête et ferme un peu les yeux , la couverture à hauteur de ventre, la laissant répondre, mais tôt ou tard, il ne tarderait pas à s'endormir. Faut pas lui en vouloir, il est complètement claqué le blond.



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Just need some warmth... can you...   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM