Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 La mélodie laconique d'un soir enneigé (Libre)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: La mélodie laconique d'un soir enneigé (Libre)   Dim 28 Fév - 23:58
[Si vous voulez participer à ce rp, un petit mp et je vous répondrai  :uuh: ]


Il fait froid ce soir, l'hiver est pourtant bien avancé à Chicago, les premières douceurs devraient bientôt poindre le bout de leur nez. Mais en ce jour de février, il neige, comme si nous étions un jour de décembre. C'est agréable de voir ces flocons tomber par milliers sur la ville cosmopolite. Sur le chemin de ma destination du soir, un enfant s'émerveille aux côtés de sa mère, je ne peux m'empêcher de sourire, ce genre de sourire idiot qui vous chauffe les joues, sans savoir pourquoi.

Le Smart-Bar. Les néons et les gens désireux de s'amuser apparaissaient devant moi tandis que je me garais. Les habitants de la grande ville sont fidèles à ce lieu d'amusement, ils ont certainement besoin de chaleur ce soir. Je me rendis compte que je ne m'y étais jamais rendue pour y travailler, seulement pour m'y détendre, cela allait me changer. Je laisse les professionnels de la file d'attente devant la façade faire ce qu'ils savent faire de mieux, patienter jusqu'à ce que par chance le videur veuille bien les laisser entrer. Pour moi, direction l'entrée de l'établissement sans passer par l'attente interminable dans le froid. Entrée qui se trouve par ... euh stop, attends une seconde ...

- Est-ce que j'ai fermé à clef ma voiture ?

La phrase avait été lâchée à voix haute dans la rue. Demi-tour calculé, du moins de ce que je pensais, je manquai de percuter quelqu'un, envers qui je m'excusai sans le regarder. En me rapprochant de ma voiture, je constatais que celle-ci était bien verrouillée, crise évitée, retour au club.

Une fois à l'intérieur de cet ancien bâtiment, il est force de constater l'ambiance sacrée de la boîte de nuit. La musique, le décor, les personnes ; tout y est, tout est à sa place. Mais il n'était pas question de s'attarder dans la grande salle, je me tournais vers un couloir s’engouffrant sur un escalier en colimaçon. Arrivée en haut des marches, une affiche sur une porte « Tenue décente obligatoire dans le pub ». C'est un endroit sophistiqué, m'avait-on prévenu par téléphone.

En entrant, on ne peut qu'observer la différence flagrante avec l'étage inférieur. Une salle complètement isolée du bruit, une lumière tamisée, une odeur de tabac mélangée aux discussions des attablés près du billard. Mon esprit pétillait. Comment le propriétaire de cet endroit avait-il eu cette fabuleuse idée ? Combiner deux atmosphères si différentes sur l'espace de deux étages relevait pour moi du trait de génie. Mon regard se posa alors sur l'homme derrière le comptoir, il semblait calme, affirmé, et posait un regard ferme mais chaleureux. « On t'attendait, tu es la pianiste qui va venir jouer ici tous les vendredi soirs ces prochains temps ? ». j'acquiesçai de quelques mots et lui demandai où poser mes affaires. « Juste par ici,  je suis ravi de te rencontrer » me répondit-il.

Je découvris enfin mon partenaire du soir, ce piano qui ne payait pas de mine à première vue, mais qui semblait entretenu. Je m'approchai et soulevai le pupitre. Les quelques notes que j'entrepris étaient plaisantes aux oreilles. « Allons-y » pensai-je.

Ainsi, j'entamai ma mélodie d'un jour de décembre.


Invité
Invité


MessageSujet: Re: La mélodie laconique d'un soir enneigé (Libre)   Mer 9 Mar - 12:07


flashed up in my wildest dreams,
like red blood streams,
stretch out like vast cracked ice
the veins of you, the veins of me, like great forest trees
@snow patrol ~ lifeboats

S'échapper était devenu pour Ridley un exercice compliqué et excitant. Chaque moment passé loin de la demeure familiale était une source de plaisir réel. Il entra dans le Smart Bar dans lequel il était à présent connu comme le loup blanc et ne s'attarda pas plus que de nécessaire à l'étage principal qui ne l'attirait pas outre mesure. Les bains de foule de ce genre, très peu pour lui. Ridley ne s'y sentait clairement pas à l'aise, fuyant avec une attention toute particulière les endroits trop peuplés. Il grimpa l'escalier pour se rendre au premier étage, son territoire de prédilection. L'homme salua quelques connaissances d'un signe de tête avant de s'installer au comptoir. La bière atterrit devant lui avant qu'il n'ait le temps de commander : le barman connaissait ses habitudes. Ridley le gratifia d'un sourire et se tourna vers le piano, accoudé au comptoir, pour observer avec un mélange de stupefaction et de curiosité la musicienne de la soirée. Depuis qu'il venait ici, c'était la première fois qu'il entendait quelqu'un en jouer. Et cette femme-là était particulièrement douée.  « Qui est-ce ? » demanda-t-il au barman qui essuyait ses verres à côté de lui.  « Carmen, la nouvelle pianiste embauchée par le boss. Elle va venir jouer tous les vendredis. » Le brun acquiesça et reporta son attention sur Carmen qu'il regarda jouer en buvant sa bière. Il risquait clairement d'en oublier l'heure, et les représailles allaient être terribles. Qui savait de quoi sa femme serait capable, cette fois ? Que pourrait-elle lui lancer à la figure ?  « Offre-lui le cocktail Vénus de ma part. » dit-il avec un sourire doux et timide, en déposant un billet sur le comptoir. Le barman profita d'une pause entre deux chansons pour déposer le verre rose et orange sur le piano devant elle. Cocktail spécial femme, sucré, mieux décoré, plus sensuel. Lorsqu'il venait ici avec son petit groupe d'amis, c'était ce que les femmes du quatuor prenaient toujours. Elles en étaient folles. Et Ridley espérait que Carmen aimerait aussi parce que c'était déjà assez terrifiant d'offrir une verre à une femme qu'il ne connaissait pas. […]  « Bonsoir. » souffla-t-il, alors qu'elle approchait du comptoir. Ridley était tout sauf à l'aise, mais s'en donner l'apparence était déjà un bon début.  « J'espère que cela ne vous a pas semblé déplacé, de vous offrir ce verre. » Les lieux avaient beau être bien plus élégants et raffinés que l'étage du dessous, il n'en restait pas moins que les femmes se faisaient plus rares ici. Et l'effrayer était la dernière de ses intentions. S'il y en avait bien un duquel elle ne risquait rien, c'était lui. Par contre, lui, risquait sa vie à s'attarder ici pour lui parler.  « C'était une très bonne initiative du patron de vous avoir embauchée. Vous jouez admirablement bien. C'était tout ce dont cet endroit avait besoin. » L'homme leva son verre vers celui de Carmen pour trinquer avec elle, dans l'espoir qu'elle ne prenne pas la fuite maintenant. Quitte à rentrer en retard, autant que ce soit pour une excellente raison. Et Ridley se découvrait un courage qu'il ne pensait pas posséder. Etait-ce le DARWIN'S GAME qui lui ce goût pour la rebellion inespéré ?  « Je suis E … Ridley. » Oui, c'était définitivement le jeu, pour risquer de se présenter par son pseudo plutôt que son prénom. Ces derniers temps, Ridley ne s'était présenté qu'ainsi. Eremir. Regrettable réflexe que ce dernier. Il sourit brièvement et porta son verre à ses lèvres pour en boire une longue gorgée. Penser au jeu suffit à lui donner envie de sortir son téléphone de sa poche pour s'y plonger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM