Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 can't hold us (ariuel)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: can't hold us (ariuel)   Ven 18 Mar - 19:57
Let that stage light go and shine on down. ☆ Quelque chose manque à sa vie. Aria tourne en rond dans sa propre tête. Elle ère dans les rues comme dans la vie. La monotonie la brûle à petit feu, brasier de mort allumé par l'équipe sanglante et entretenue par la peur qui envahie les poumons de la gamine à en enflammer l'air déjà si rare qui se consume dans un crépitement. Elle sort du café comme un fantôme, avançant à pas lents entre les rayons de livres anciens et les cds rayés que renferment les murs de la médiathèque entourant les dizaines de tables aux odeurs chocolatés. Plus rien ne lui arrache de sourire. Elle se sent faible et désabusée, inutile et éteinte. Des pixels manquent à ses yeux. Chez elle, de l'autre côté de la ville, son portable gît au fond d'un tiroir, sous une pile de bouquin, se voulant inaccessible. Elle ne peut pas retourner là-bas, pas sachant ce qui l'y attend. Elle n'est pas prête. Et, scindée en deux, elle doit gérer une partie d'elle, effrayée, traumatisée, qui voudrait se sevrer, ainsi qu'une autre, indomptable, accro, qui a soif de virtuel et de vengeance. Déchirée, elle porte le poids du dilemme sur les épaules, une masse bien trop lourd pour sa carrure de petite fille. Elle traîne des pieds. La porte teinte au-dessus de sa tête lorsqu'elle passe de l'autre côté. Le bruit envahie immédiatement ses tympans. Les cris des enfants, les engueulades des parents, les pas de course et les éclats de verre brisé. Aria baisse la tête et force le pas. Elle ne supporte pas, elle ne supporte rien. Son coeur bat la chamade au rythme des "et si?". La paranoïa prend le dessus. Et à un virage, son mètre et demi rencontre obstacle. Elle relève les yeux, prête à jeter des éclairs, et pourtant, sa mâchoire lui tombe des mains (ou plutôt du visage) lorsque son regard croise celui de l'inconnu familier qui lui barre la route. Automatiquement, sans vraiment contrôler quoique ce soit, les lèvres de l'enfant articulent dans un sourire retrouvé : « Aestus, pour vous servir. », ment-elle a demi avec une pirouette. Le jeu est lancé.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: can't hold us (ariuel)   Dim 19 Juin - 20:08
Aujourd'hui il a brisé trois verres au boulot et a eut envie de faire de même avec les cranes de ses clients. Un garçon par ci, un beau gosse par là, une main qui glisse sur sa hanche et une autre qui fini presque sur sa joue. Encore une formidable journée à compter les minutes pour se réjouir dès lors qu'elles forment une heure. Alors qu'il traîne des pieds encerclé par une mer de bruit il se demande si il pourra encore supporter tout ça longtemps.

Personne ne rêve d'être serveur, et il est comme tout le monde. Mais pour continuer à vivre, pour continuer à s'occuper avec son passe temps favoris et à vrai dire sa seule raison d'être dorénavant, il n'a pas le choix. Il doit continuer à se lever tous les jours avec cette haine au ventre envers l'humanité toute entière, celle la même qui a inventé le concept d'échange, d'argent, de riches et de pauvres.
Dans le DG, c'est différent. L'argent n'est pas primordial, ce qui compte avant tout, c'est la force, le courage, l'audace et l'action. Bien sur c'est un joueur exécrable, mais ça ne l'empêche pas d'apprécier chaque moment qu'il passe loin de la réalité. Dorénavant lorsqu'il ouvre les yeux le matin il ne pense qu'à l'instant où il pourra se connecter et se faire une bonne petite session d'aventures, le tout saupoudré d'un soupçon de frayeur, d'adrénaline et d'euphorie. A ses yeux le virtuel est devenu sa réalité.
Mais combien de temps cette envie de connexion suffira-t-elle à le faire vivre en dehors de ce monde dont il rêve chaque nuit ? Ça a déjà bien duré, peut être trop. Il lui faut autre chose, quelque chose qui saura lui donner envie de garder les yeux ouverts plutôt que de les maintenir clos.
Au détour d'un chemin un petit être met fin à ses réflexions. Elle le percute, le regard sévère avant de s'adoucir en croisant les yeux enfantin du petit fruit.
« Aestus, pour vous servir. »
« Pamplemousse, pour vous nourrir » lâche-t-il amusé. C'est par réflexe qu'il lui a répondu, il lui faut un moment avant de remettre un nom sur ce visage. Aestus, justement. Une atom, quelqu'un de confiance. Il met son masque, un sourire lui fend la face, celui qu'il arbore pourtant dans le jeu. Elle n'est pas le premier joueur qu'il rencontre dans la réalité, mais c'est avec une grande joie qu'il l’accueille, c'est une atom après tout.
« Ça fait toujours drôle de rencontrer quelqu'un du jeu ici, pas vrai ? »
Une phrase banale, pour une vie banale, dans un monde qui l'est tout autant. Autour les gens passent, indifférents, trop pressés d'aller se réfugier dans leur foyer où les attendent un feuilleton idiot et une tasse de chocolat chaud sucré.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: can't hold us (ariuel)   Sam 16 Juil - 14:54
Let that stage light go and shine on down. ☆ Est-ce un rappel à l'ordre de sa conscience ou un signe du destin ? Probablement devrait-elle se poser quelques secondes pour réfléchir à l'aventure dans laquelle elle s'engage et au message qu'essaye de lui faire passer l'univers. Que veut-on d'elle ? Cette rencontre improbable, à quoi rime-t-elle ? Elle devrait y réfléchir. Probablement. Mais l'enfant à le coeur d'une junkie en manque. Elle ne contrôle pas sa pulsion de virtuel et sa montée d'adrénaline. Elle se transforme en Aestus sans même comprendre ce qui lui arrive, comme si la créature de pixel se cachait juste sous sa peau, qu'elle attendait le moment propice, celui où tomberait toute barrière et toute sécurité, pour envahir son esprit. Aestus a conquit et Aria s'éteint avec délice, le sourire aux lèvres, apaisée d'enfin se laisser aller à un semblant de virtualité.

« Pamplemousse, pour vous nourrir. », se présente-t-il avec amusement. Elle rit doucement, un peu bêtement, levant les yeux au ciel avec cette tendresse de l'innocence retrouvée et des bêtises assumées. Le pseudo résonne comme une mélodie dans sa tête: elle le sait atom, de loin, vaguement, mais cela lui suffit pour se mettre en confiance. Elle ignore s'il la reconnait, ou s'il sait pour la prison, pour la torture, mais le fait de n'en rien détecter dans ses yeux et de ne lire aucune pitié dans sa voix l'aide à respirer à nouveau, à tout oublier pour mieux profiter. « Ça fait toujours drôle de rencontrer quelqu'un du jeu ici, pas vrai ? ». Elle hoche la tête un instant puis se fige. Elle a l'impression d'avoir été coupée en plein élan, en pleine partie. « Quelqu'un du jeu ? , questionne-t-elle avec une étincelle de malice dans le regard. Mais c'est ici le jeu ! ». Et sans lui laisser le temps de répliquer ou de s'interroger, elle saisit le joueur par la main et le tire vers elle dans une impasse vide de monde. En se plaquant dos au mur, elle passe une tête discrète à l’extérieur pour jeter un coup d'oeil à l'avenue baignée de lumière qu'ils ont quittés et pointe un passant vêtu d'un haut rouge de l'index: « Lui là, il sent le caho, il a l'air louche. On devrait partir en filature, histoire d'être sûrs, tu crois pas ? », propose-t-elle avec un clin d'oeil, amusée et complice comme l'enfant qu'elle rêve de redevenir.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: can't hold us (ariuel)   Jeu 21 Juil - 15:55
Il contemple les pupilles de la gamine, amusé de les voir pétiller autant. Il y a quelque chose au fond de ces yeux qu'il ne peut définir mais qui fait palpiter son sang. Peut être est-ce la pluie d'étoiles qui se joue dans ce regard, ou peut être est-ce l’innocence enfantine qui s'en dégage. Sans doute les deux. Toujours est-il qu'il ne peut s'empêcher de rire devant ce spectacle. Voilà un regard vivant, plus éveillé et rêveur que tous ceux qui lui ont été donné de voir.
Finalement il lui faut peu de temps pour comprendre pourquoi il se sent si transporté par chaque mot, chaque gestes et chaque regard de la jeune fille. Il se retrouve en elle. Il revoit son visage, sa naïveté et sa fougue d'avant. Il y a longtemps il était comme elle. Avant que la vie ne lui taillade les poignets.
C'est pour cela qu'il la suit sans résistance, y voyant l'occasion de se replonger dans un passé laissé à l'abandon.

« Mais c'est ici le jeu ! »

Cette phrase résonne dans ses pensées, se répercutant sur les parois molle de son être pour se frayer un chemin jusqu'au cœur. Pour lui le jeu, le Darwin's Game, est synonyme de joie et de plaisir. Alors l'assimiler à cette plate et fade réalité lui paraît insensé. C'est ici le jeu. Ici, au milieu de cette forêt grisâtre où gisent des millions d'arbres morts ? Où une colonie d'insectes voraces à élue domicile et se repaît des espoirs et des rêves de leurs congénères ?

Pourquoi pas, après tout. Il ne voit pas d'avantage à s'accrocher plus longtemps à cette vérité à l'agonie. Vivre dans le mensonge et l'illusion, voilà qui pourrait lui faire du bien, ne serait-ce qu'un instant. Il a passé trop de nuit sans rêve pour refuser de vivre un songe éveillé.
Alors, adossé au mur, aux côtés côté d'Aestus, il revêt son masque et arbore un grand sourire qui lui découpe le visage en deux.

Voilà Pamplemousse, le naïf et taré euphorique, qui fait son entrée dans la réalité.

« Il sent le caho ? Il pue l'arrogance et et la prétention à plein nez, ouais. Bien sur qu'on le suis, c'est notre devoir d'atom ! »

Il la prend à son tour par la main et s'élance à toute allure vers une poubelle à l'autre bout de la rue, derrière laquelle il se plaque.

« Tu crois qu'il rejoint ses alliés ? Ils préparent un truc, c'est sur. »

Invité
Invité


MessageSujet: Re: can't hold us (ariuel)   Ven 12 Aoû - 16:48
Let that stage light go and shine on down. ☆ Elle a retrouvé quelque chose de perdu. Son âme se loge de nouveau dans cette cage abîmée, elle a quitté le monde idyllique à la robe de pixels pour retrouver le parfum de l'asphalte cramé sous les roues lissées baignant dans un nuage de fumée. L'enfer des utopiques revêt un nouveau genre de mirage, une fine poussière d'étoile qui se dépose sur les toits de la ville embrumée. Chicago renaît de ses cendres tel un phénix oublié pour se plonger dans un océan de possibilité. Les rues prennent la forme de ce mélange remarquable d'air de jeu pour enfant et d'air de chasse pour les grands. Aria se sent soudainement insufflée une nouvelle énergie que ce monde-ci n'avait plus vue depuis une éternité. Elle retrouve l'innocence de l'enfance. La joie de vivre. « Il sent le caho ? Il pue l'arrogance et et la prétention à plein nez, ouais. Bien sur qu'on le suis, c'est notre devoir d'atom ! » Un sourire lumineux s'étale sous ses yeux pétillants d'impatience tandis que le jeune homme entre dans son jeu impulsif et improvisé de ces quelques mots bien placés. « Pour la gloire de notre famille ! », s'exclame-t-elle d'une voix enjouée, le poing levé. Elle ne peut d'ailleurs pas retenir un éclat de rire tintant quand le joueur la saisit par la main pour la tirer dans leur univers de fiction, à la poursuite du suspect de leurs rêves - ou d'une réalité supposée. « Tu crois qu'il rejoint ses alliés ? Ils préparent un truc, c'est sur. ». La gamine hoche solennellement la tête, les lèvres serrées et les pensées déchaînées. « Pas de doute là-dessus, il se trame quelque chose de mauvais. Peut-être qu'il rejoint une de ses victimes pour la torturer, histoire de s'amuser ». Et, se tournant vers Pamplemousse de façon déterminée, elle décide: « Nous devons agir. ». C'est l'instant que choisi le rouge sanguin pour s'engouffrer dans un bar anciennement populaire et à présent déserté (la faute au virtuel). Aria échange au passage une pièce de sa poche contre un journal vendu à la sauvette dont les pages se couvrent toujours des mêmes messages d'avertissement sur le Darwin's Game et d'un rappel en bonne et due forme des nouvelles lois encombrantes, puis se dirige comme si de rien n'était vers la façade de l'établissement, caché derrière son bout de papier avec son acolyte à ses côtés pour passer un œil à travers la fenêtre crasseuse.  « Impossible de voir ce qu'il fabrique à l'intérieur... peut-être que le barman est de mèche. Que devons nous faire, partner ? »

Invité
Invité


MessageSujet: Re: can't hold us (ariuel)   Dim 25 Sep - 13:52
Son âme se perd dans les tréfonds d'un rêve qui devient rapidement son geôlier. Caché derrière les barreaux de cette imagination débordante, l'échappatoire n'est plus une option. Il est trop tard pour faire marche arrière alors que tout son corps est déjà entièrement plongé dans un monde onirique. La clef de sa cellule ainsi que de sa raison est perdue dans une réalité qu'il ne peut déjà plus distinguer. Est-ce un bien ou un mal ? A vrai dire il ne s'interroge même plus, trop obnubilé par cette passion nouvelle qui lui dévore les tripes.

« Pas de doute là-dessus, il se trame quelque chose de mauvais. Peut-être qu'il rejoint une de ses victimes pour la torturer, histoire de s'amuser.

-Le salaud, ce serait bien le genre des caho !
-Nous devons agir. »

Ces simples mots lui transpercent le cœur, le faisant palpiter encore davantage. Agir, depuis combien de temps ne l'a-t-il pas fait dans ce monde ? Il est incapable de se le remémorer, mais il le sait très bien.
Pas depuis la mort de ses rêves et l'enterrement de ses espoirs.
Samuel observe la jeune fille qui s'empare d'un journal où chaque mot va à l'encontre du Darwin's Game. C'est comme si le monde voulait à tout prix détruire tout ce qu'il aime. Aestus n'est pas de ce monde, visiblement. Comme lui, elle veut faire vivre une réalité qui n'est pas. Comme lui, elle cherche désespérément un refuge loin de l'omniprésence des immeubles, de la fureur des lampadaires et du jugements des hommes. Peut être. En réalité il n'en sais foutrement rien.
Sans qu'il ne s'en soit rendu compte les voilà devant une fenêtre qui donne sur le bar.

 «Impossible de voir ce qu'il fabrique à l'intérieur... peut-être que le barman est de mèche. Que devons nous faire, partner ? »

Le surnom l'amuse et il ne peut s'empêcher d'esquisser un sourire.

-Tu l'as dit toi même : nous devons agir. Or nous ne pouvons rien faire d'ici, il va falloir pénétrer dans l'antre des caho.

Gauche, droite, sa tête est une toupie à la recherche de quelque chose dont lui seul à conscience. Tout à coup il saisit la gamine par le bras pour la traîner avec lui vers une ruelle qui contourne le bar. Ses yeux s'illuminent lorsqu'ils se posent sur une porte crasseuse aux allures peu engageante.

-On va passé par la porte de service.

Samuel se colle dos au mur à côté de la porte, tentant d'imiter un espion tout droit sorti d'un film hollywoodien.

-Je te laisse l'honneur, partner, dit-il en désignant la porte d'un coup de tête.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: can't hold us (ariuel)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM