Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Barbies' fight ◊ Lulu
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: Barbies' fight ◊ Lulu   Sam 29 Aoû - 12:50

BARBIES' FIGHT
Move ! Get out the way bitch, get out the way.

SAILOR & HANNIBAL

J'étais pas censée être là. En fait, j'étais même pas censée jouer, j'avais encore des trucs à réviser pour la rentrer, des tas de trucs à penser, mais l'attrait était toujours trop fort. Se dire qu'on pouvait se connecter, que de toutes façons, ça ne nous prendrait qu'une seconde, c'était vraiment ça qui me rendait le plus accro. Ce jour-là, je m'étais matérialisée dans la foret, exactement à l'endroit où j'avais trouvé une sortie lors de ma dernière connexion. Bien sur, je ne pourrais plus la réemprunter et je devrais en trouver une autre pour pouvoir sortir du jeu vivante aujourd'hui. J'avais pas envie de rentrer au QG, en fait j'avais envie de trainer un peu dans les bois, avec un peu de chance, tomber sur un nouveau et le dégommer ou même tomber sur quelqu'un d'une autre team que je pourrais facilement écrabouiller. J'avais toujours le M9 qui ne me quittait jamais depuis que j'étais arrivée dans le jeu avec deux chargeurs de plus planqués dans l'espèce de pantalon moulant noir que j'avais trouvé peu après mon arrivée dans le jeu, c'était un tissu à priori ignifugé et j'avais trouvé ça sympa à me mettre sur les fesses. J'avais la veste assortie bien entendu avec une sorte de gilet pare-balle assez léger compte tenu du truc et je l'admirais un instant avant de relever la tête j’avais cru entendre un bruit sur ma droite et me tendis instantanément sans bouger d’un centimètre, priant pour que personne d’hostile ne m’ai repérée.  Après un instant, je repérais ce qui ressemblait vaguement à un lapin déguerpir dans les bois. Je relâchais doucement ma respiration. J’avais l’impression d’avoir eu chaud même si il n’y avait finalement eu personne à côté de moi. On était toujours tendu, sur la défensive, dans ce jeu. Toujours. C’était ça qui était épuisant à la longue. Au final, je n’étais pas déçue d’être tombée dans ma team, au moins je n’avais pas à me méfier d’eux et je savais que je pouvais compter sur leur soutient peu importe la situation. C’était ce qui se rapprochait le plus d’une famille pour moi, chose que je n’avais jamais eu la chance d’avoir.
Je marchais à grand pas, zigzaguant à travers les arbres, espérant que personne ne me repérerait, surtout pas les GAIA. Ici c’était leur territoire et ils y étaient redoutables. Je tombais rapidement devant le vieux moulin, je n’avais pas réalisé que j’étais allée aussi loin. Et du mauvais côté qui plus est.
La plupart des joueurs n'aimaient pas cet endroit et c'est vrai qu'au fond, il filait la chair de poule. J'avançais lentement vers l'entrée de l'espèce de ruine qui me faisait face, la vieille porte en bois était ouverte. Je sortis instantanément mon M9. Ca pue ça, Sky. J'aurais du filer, mais c'était pas mon genre. Puis si y avait quelqu'un à dégommer là-dedans, j'avais bien envie de me défouler sur lui. En arrivant au niveau de la porte, je n'eus pas le temps de réagir que je me retrouvais désarmée et pris un grand coup de je sais pas quelle partie du corps d'un étranger en pleine face. Je m'écroulais sur le dos, le souffle coupé pendant une seconde, une seconde de trop.  

FICHE ET CODES PAR ILMARË

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Barbies' fight ◊ Lulu   Mar 1 Sep - 22:19
Autour d’elle, seul le silence vient se brusquer aux vagues de sa haine, de sa rage, et elle regarde, la belle, elle observe l’horizon désert, aride, sans vie. C’est une caricature, Hannibal. Elle joue avec la flamme de son briquet, perdant ses prunelles dans le doux feu, adossée au mur. Elle jette au monde sa haine en pâture la belle Caho, elle attend, encore et encore. Elle attend un bruit. Un geste. Personne pourtant ne vient traîner dans la maison que l’on dit hantée. Mais dans ce jeu, il y a des fous, de ceux qui seraient prêts à tout pour prouver leur valeur, pour que le tatouage reste gravé à la décimale sur la peau. Mais elle sait, Hannibal, elle sait qu’ils ont peur. Ils n’ont pas l’assurance des Caho, cette assurance qui annihile la peur, qui la chevauche et la dompte. Certains ont peur de la mort, d’autres espèrent juste sauver leur famille, leurs amis, la fille ou le garçon pour qui leur cœur encore innocent bat plus vite. Alors elle attend, cachée derrière le mur, son lance-flammes posé sur une table qui a sûrement déjà servi. Elle attend que sa proie se montre, qu’elle se jette dans ses bras, sans réellement savoir ce qui va lui arriver. Elle attend que sa faim s’éveille, prenne le dessus, parce qu’elle a faim Hannibal, elle a faim de sang, elle a faim d’odeur de peau brûlée, elle a faim de meurtre. Elle a faim de tatouages qui changent. Elle a faim de mort. Dans le jeu elle a oublié Cosmo. Elle n’est plus que désespoir, que poupée détruite dont pourtant le cœur bat étrangement vite. L’air parvient plus facilement à ses poumons, et sa soif de mort, de brûlé, c’est grâce à ça qu’elle se sent vraiment vivante.
Un petit sourire sur ses lèvres vient éclore, quand elle entend les pas. Ses yeux à travers la petite fenêtre cherchent le visage de sa proie. Une gosse. C’est une gamine qu’il y a en face d’elle, une gamine qui pas à pas s’approche de la maison hantée, une gamine qui s’apprête à voir ses dernières minutes sur le jeu, avant d’être difficilement ramenée à la réalité. Cosmo aurait eu honte, se serait précipitée, aurait tenté de sauver la gamine. Parce que c’est Cosmo, ça. Toujours ce besoin d’aider, d’aller vers les autres. Mais Cosmo a disparu, dans le jeu. Ne subsiste plus qu’Hannibal, et cette faim, cette soif de sang et de chair brûlée. Cette violence dans les gestes. Mais cette douceur qu’elle use pour tuer ses victimes. Et la gosse blonde qui marche à quelques mètres de sa cachette est devenue sa victime. Il suffit qu’elle attende le bon moment… et la blonde ne sera déjà plus. Oh, elle reviendra. Ce n’est sûrement pas sa dernière vie, mais même si ça l’était, Hannibal prendrait autant de plaisir. Peut-être même plus. Elle reviendra, dans quelques heures peut-être, lorsque la douleur sera passée et que son tatouage aura changé. Parce qu’ils reviennent toujours, Cosmo la première. Elle ne peut plus s’en empêcher.
C’est avec un petit rictus qu’elle regarde sa proie assommée, pas encore tout à fait réveillée. Et elle est fière, Hannibal. Une de plus. Une de plus à ajouter au compteur. Elle aime marquer les noms, elle aime les noter quelque part pour mieux s’en souvenir. Pour ne pas oublier qui elle devient. Ce qu’elle devient. Et ça lui plaît, ce qu’elle devient. Plus que jamais. Ce qu’elle aime, c’est la torture. Lorsqu’ils la supplient de ne pas les tuer. Lorsque dans leurs yeux elle lit la peur, la douleur. Pourtant hors du jeu elle n’est pas comme ça. Mais au diable la réalité. Au diable aider les autres. Pour une fois l’impulsivité prend le dessus.  « As-tu peur de la mort ? » Elle sait que la gamine est réveillée, même si ses yeux ne sont pas encore ouverts. Elle sait qu'elle se battra. Qu'elle sera intrépide, indomptable. Qu'elle donnera tout. Pourtant sa voix est douce, presque tendre, maternelle. Il faut dire qu’elle a le contrôle, pour le moment. Parce que la gamine a hésité. Et dans le jeu, une seconde, c’est trop. « C’est dommage, cette petite seconde d’hésitation. J’aime bien faire changer les tatouages des gens. Mais ne t’en fais pas, je ne vais pas être méchante. » Elle se tourne, attrape le lance-flammes, et fait quelques pas vers la blonde encore allongée. Et ce n’est plus un rictus, sur son visage. C’est un grand sourire. « Je vais être pire. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM