Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 BROTHERHOOD SYNDROME \ SIMON
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 1155 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : EMILIA CLARKE.
CREDITS : @LUX AETERNA (AVATAR), PERSEPHONE (SIGN).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg active, milicienne (rôle: bédivère)


MessageSujet: BROTHERHOOD SYNDROME SIMON   Ven 25 Mar - 10:36


all these years later and it's killing me
your broken records and words
ten thousand craters where it all should be
@snow patrol ~ take back the city

Tania tituba dans la pénombre du couloir, cheveux en bataille, visage livide, parfaitement épuisée. Encore vêtue des fringues de l'un de ses agresseurs, elle tenait dans sa main sa belle robe et ses talons dans l'autre qu'elle laissa tomber sans ménagement ni intérêt au milieu du salon. Elle observa la pièce silencieuse avec un mélange de lassitude et de d'indifférence qu'elle avait longuement arboré après le décès de son mari et son fils, quelques semaines plus tôt. La journée avait été horrible. Terrifiante. Surréaliste. C'était comme se réveiller d'un rêve un peu trop réel. Pourtant, Tania ne ressentait rien. Juste de la fatigue. Juste de quoi n'avoir envie de rien sinon de plonger sous ses couvertures et ne plus jamais en sortir. Elle ignorait même si elle avait envie de compagnie ou d'être seule. Sans doute avait-on essayé de la contacter, mais son téléphone était resté au fond de son sac et la jeune femme n'avait pas daigné y jeter un coup d’œil. Maintenant, elle n'avait même plus la force de le faire. Elle se sentait sale dans les vêtements trop grands de l'homme couverts du sang des victimes, et les hurlements et les sirènes de police et de pompier et des ambulances vrombissaient encore dans sa tête. L'histoire avait sûrement déjà fait le tour de la ville. On en parlerait une semaine durant dans tous les journaux télévisés, décrivant Charles Jaeger et Tania Whitehill comme des miraculés, ou peut-être même des héros ayant eu assez de courage pour tenir tête aux assaillants et risquer leur vie, et puis tout cela serait oublié. Mais la brune, elle, n'oublierait jamais. Elle n'oublierait jamais que Chicago se transformait lentement mais sûrement en le DARWIN'S GAME 2.0, et qu'ici elle n'était pas un amas de pixels, et que sa vie était bien plus fragile que de l'autre côté du miroir. Ce fut ce moment que choisit son frère pour débouler dans la pièce. Elle releva lentement ses yeux azur vers lui, avec toute la distance dont elle était capable, ce qui ne lui ressemblait guère. Les mots peinèrent à franchir la barrière de ses lèvres, la mâchoire terriblement douloureuse à cause du coup violent reçu un peu plus tôt.  « Ah, t'es là toi ? C'est bien. » dit-elle d'une voix fluette en restant plantée là, les bras ballants, l'air stupide. Tania se surprit à ressentir une forme de soulagement de savoir Simon ici, avec elle. Leur relation n'était peut-être pas au beau fixe, loin de là, mais au moins elle n'était pas seule avec ses démons. Elle n'associerait pas chacun des bruits de l'appartement  à ses agresseurs revenus la trouver pour la tuer. Mais Simon, lui, pourrait-il la tuer ?  « T'as mangé quelque chose, au moins ? Regarde-toi, t'es tout maigre. J'ai fait les courses ce matin, il doit y avoir du poulet dans le frigo [...] » Elle déblatéra ainsi sur le contenu inintéressant de son frigo pendant deux bonnes minutes, de sa voix mécanique. Et puis soudain, comme ça, sans crier gare, Tania fondit en larmes. Épaules voûtées, minuscule dans un monde trop grand et trop difficile pour elle, elle sembla plus pitoyable que jamais et se détesta de pleurer ainsi devant Simon qui ne perdait pas une occasion de profiter de son malheur. Prise de honte et de panique, et d'une fatigue extrême, Tania s'accroupit en plein milieu de la pièce, posa son front contre ses genoux qu'elle entoura de ses bras et continua de sangloter. Le monde entier perdait pied, elle avec.





suspended motion

Invité
Invité


MessageSujet: Re: BROTHERHOOD SYNDROME \ SIMON   Dim 27 Mar - 17:40


all these years later and it's killing me
your broken records and words
ten thousand craters where it all should be
@snow patrol ~ take back the city

Simon a suivi tout ce qui s'est passé à la télé sans oser bouger, son regard rivé vers la télé et la mâchoire serrée. Il n'avait pas essayé de la joindre une seule fois parce que ce n'est pas comme ça qu'ils fonctionnent, il y a une haine mutuelle installée entre eux et c'est tout ce qui fonctionne. Il n'est pas le chevalier servant qui vol au secours de Tania, il est plutôt le connard qui l'observe s'enfoncer dans ses problèmes avec un sourire. Mais là c'est trop. C'est inquiétant. Simon essaye de ne pas trop y penser, de penser au degré dans lequel sa soeur est impliqué là-dedans. Il se sent impuissant et ça le fait doucement rire. Ce n'est pas la première fois que ça arrivera avec Tania, pas vrai ? Et puis les informations ont fini par cessé et Simon s'est arraché de la télé pour aller prendre une douche. Ce n'est que lorsqu'il en est sortit, après un long moment sous l'eau, qu'il a entendu la porte de l'appartement s'ouvrir. Le brun s'est vite séché, a enfilé un bas de jogging et est sorti presque aussitôt de la salle de bain pour prendre la direction du salon. Et Tania est bel et bien là, dans un état pitoyable, un regard peu amicale pour lui. Non pas qu'ils aient l'habitude de se montrer aimable l'un envers l'autre mais, ce soir, c'est pire que tout. « Ah, t'es là toi ? C'est bien. » Simon ne dit rien, observe en silence sa soeur faire. Oui, il est là, pas besoin de répondre quoi que ce soit à ça, ça serait juste pour noter l'absurde de la situation et ce n'est peut-être pas le moment. Même Simon sait s'arrêter parfois. « T'as mangé quelque chose, au moins ? Regarde-toi, t'es tout maigre. J'ai fait les courses ce matin, il doit y avoir du poulet dans le frigo [...] » Simon resserre ses doigts en entendant tout ça et secoue la tête, se retenant juste de lui dire de se taire. Il en a rien à faire de son poulet dans le frigo, il ne sait même pas à quel jeu elle joue en lui disant ça, elle devrait savoir qu'il en a rien à faire. Mais Tania n'a pas fini, non, puisqu'elle fond en larmes et Simon est pris au dépourvu. Il ne sait pas quoi faire. Il ne sait jamais quoi faire avec la brune, avec "l'étrangère" ou quelque chose qui y ressemble. Impuissant, il la regarde se recroqueviller dans son salon et continuer à pleurer. Simon détourne le regard sans savoir où se mettre mais prend finalement un pas vers elle, en se disant qu'il ne peut pas la laisser comme ça quand même, ça serait vraiment être une personne sans coeur et il ne se rappelle pas d'avoir tourné dans cette catégorie. Pas encore. Lentement, Simon s'approche d'elle pour s'accroupir en face et regarde les habits qu'elle porte. « On t'enlève ça. » Il annonce avec un froncement de sourcils et passe ses mains sur le pull en se retenant de grimacer et le remonte doucement avant d'attendre que Tania bouge un peu pour pouvoir lui retirer en faisant attention à ce que ses cheveux ne restent pas coincés dedans. « Bouge pas. » Il récupère les habits, la robe et les chaussures aussi, et va tout jeter dans la poubelle de la cuisine, fait un saut dans la salle de bain avant de revenir avec quelques petits trucs et s'installe face à Tania, en tailleurs. Simon récupère son pull qu'il a laissé dans la salle de bain et l'enfile sur sa soeur avant de récupérer la lingette démaquillante et la passe sur son visage pour retirer le maquillage. Quand tout ça est fait, il récupère l'élastique et dans la poche de son jogging et vient nouer les cheveux de Tania en un chignon. C'est un peu mal fait, Simon n'a pas vraiment l'habitude, et se lève du sol en réfléchissant un petit peu. « Viens dans la cuisine je vais te donner des glaçons pour ta... ton bleu là. » Simon murmure en agitant ses doigts face à son menton et se dit que, finalement, le poulet va lui servir, et il s'en va aussitôt dans la cuisine pour le réchauffer et sortir une poche de glace et une aspirine.

avatar
<b>bavardages</b> 1155 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : EMILIA CLARKE.
CREDITS : @LUX AETERNA (AVATAR), PERSEPHONE (SIGN).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg active, milicienne (rôle: bédivère)


MessageSujet: Re: BROTHERHOOD SYNDROME \ SIMON   Lun 28 Mar - 17:31


all these years later and it's killing me
your broken records and words
ten thousand craters where it all should be
@snow patrol ~ take back the city

Tania jeta un coup d’œil surpris et ému à Simon qui entreprit, pour la première fois de sa vie sans doute, de s'occuper d'elle. Elle se laissa faire mollement, sans résistance, n'ayant de toute façon pas la moindre énergie de l'envoyer promener malgré la fierté qui l'avait toujours poussée à le faire jusqu'à présent. Choquée mais ravie du soudain intérêt que lui portait Simon, Tania se laissa choyer maladroitement, et concéda à se lever quand il lui ordonna.  « Me … merci. » bégaya-t-elle, mais son frère était déjà sorti et elle n'était pas certaine qu'il ait entendu. Elle observa son reflet dans la glace, son chignon tordu et son pull trop large, et ne put retenir un léger sourire amusé. C'était un échec, mais c'était touchant. Avant de le rejoindre, Tania défit ses chaussures et retira son pantalon qu'elle fourra dans la poubelle, avec le reste des vêtements qui s'y trouvaient déjà. Le pull prêté par Simon faisait office de robe, et le froid ne la gênait pas vraiment.  « Je ne savais pas que tu savais cuisiner. » railla-t-elle d'une voix douce en prenant le sachet de glaçon enroulé dans un torchon qu'il lui tendait pour le presser sur sa mâchoire endolorie et enflée, en faisant allusion au poulet qu'il réchauffait. D'habitude, son frère se contentait de manger ce qui traînait et ne nécessitait pas l'utilisation d'appareils de la cuisine, quand il ne commandait carrément pas des pizzas. Elle ne lâcha pas Simon des yeux, qu'elle trouva grandi pour la première fois. Ce soir était synonyme de beaucoup de premières fois, visiblement. Tania reposa le sachet sur la table quelques secondes pour se relever en titubant et s'approcher du comptoir où elle prit deux verres à vin, avant de sortir une bouteille de rouge d'un placard. Normalement, elle la gardait pour les occasions particulières, mais celle-ci en était une. Elle remplit un verre qu'elle tendit à Simon sans un mot, et retourna s'asseoir avant de porter le sien à ses lèvres.  « J'ai euh … J'ai eu une sale journée. Alors euh … J'espère que tu n'as rien prévu ni ce soir ni demain, parce qu'on va boire cette bouteille, et puis toutes les autres aussi. » prévint-elle, parfaitement sérieuse, en recollant les glaçons sur sa joue. Tania réprima un frisson, grimaça légèrement à cause de la sensation de brûlure qui se propageait dans ses doigts.  « Cet enfoiré ne m'a pas loupé. Il m'a retourné un coup de crosse de pistolet dans la mâchoire. Tu peux le croire, ça ? » lança-t-elle soudain, comme si Simon avait pu connaître les détails de ce qu'il s'était passé à l'intérieur du bâtiment, alors que les corps s'amoncelaient, que les vivants hurlaient à la mort et que Tania essayait de jouer les héroïnes perchée sur talon, avec pour seule arme un décolleté vertigineux qui ne lui avait été d'aucune utilité.
Tania renifla bruyamment. Elle avait tellement pleuré qu'à présent, elle n'y parvenait même plus. A moins que la présence de Simon y soit pour quelque chose. Elle se releva pour la seconde fois et s'approcha de son frère dont elle caressa le dos du bout des doigts. Il était largement plus grand qu'elle en taille, mais Tania continuait de voir en Simon l'adolescent qu'il avait voulu rester. Sauf ce soir. Et ce soir, étrangement, elle était beaucoup plus à même de s'occuper de lui en contrepartie.  « Je vais finir, ça va m'occuper. » assura la brune en le poussant avec légèrement du passage, sans le brusquer, pour qu'il accepte de céder sa place. Tania posa le plat brûlant sur la table, entre eux, et se laissa choir sur la chaise, éreintée.  « Ce soir, on boit à outrance et on mange avec les doigts. » Leur père ferait sûrement un arrêt cardiovasculaire s'il voyait ça. D'ailleurs, sans doute était-il en train d'en faire un parce que son ingrate de cadette n'était pas foutue de répondre au téléphone.  « Raconte-moi quelque chose. Un truc fou que je ne sais pas déjà. » le mit-elle au défi en souriant un peu. Mais la douleur lancinante de sa mâchoire la dissuada de sourire davantage. Tout ce dont elle avait besoin, c'était de se changer les idées. Trouver le moindre des moyens de ne pas penser à ce qui était arrivé aujourd'hui. A ce qui était arrivé à son mari, et à son fils, et ce qui arriverait à tous ceux qu'elle aimait. Tout ça à cause du DARWIN'S GAME. C'était lui, le responsable de tous ses maux. Les hommes, aujourd'hui, s'étaient amusés comme dans un vulgaire terrain de jeu. Des CAHO sûrement, des ESHU peut-être. Quoi qu'il en soit, Tania n'avait aucune envie de sombrer à nouveau. Pas après les efforts qu'elle faisait pour s'en sortir.





suspended motion

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: BROTHERHOOD SYNDROME \ SIMON   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM