Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 (tania) ♦ you turn me on
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: (tania) ♦ you turn me on   Ven 29 Avr - 9:38
Elle traverse la route en courant, hypnotisée par cette cascade indécente de cheveux blancs qui a disparu par la porte de l'immeuble. Katja se demande bien à qui une telle chevelure peut appartenir. Elle la rendrait presque jalouse ! Confiante, elle préfère se dire qu'il s'agit d'un laideron auquel elle n'aura aucune difficulté à coller une balle entre les yeux. De toute façon, Ilska ne réfléchit pas quand il s'agit de tirer une balle dans la tête de qui que ce soit. C'est un jeu facile auquel on prend vite goût. Katja, elle a commencé à y prendre goût à dix-huit ans. Elle pousse la porte à son tour et, arme en main, grimpe les escaliers quatre à quatre. Elle manque de trébucher comme une sombre idiote et son cœur rate un battement. Aussi, pour se donner contenance, la voilà qui crie : - tu peux bien te cacher, je te retrouverai ! Ca fait une heure déjà qu'elle lui court après, partout dans la ville. Qui que soit cette fille, elle est robuste et Katja l'a peut-être sous estimée. Elle a échappé à ses balles, ignoré ses insultes. C'est pour ça qu'elle continue à la poursuivre : parce qu'elle est vexée. Personne ne la traite jamais avec si peu de considération ! Elle défonce du pied une première porte qui vole littéralement en éclats. Elle fait un rapide tour du propriétaire et décide de passer à l'étage suivant. L'anxiété ne tarde pas à la gagner. Les CAHO et leur fameuse arrogance … Elle finit par entendre les pas de l'inconnue dans les escaliers, au dessus de sa tête. Ilska puise dans ses dernières forces pour s'élancer un étage au dessus, le dernier. Cette fois, la lâche est prise au piège et n'a aucune chance de s'en sortir. A bout de souffle, elle pousse la porte du bout des doigts et rentre prudemment. Qui sait ce dont cette garce est capable, après avoir prouvé son endurance. - c'est fini pour toi chérie, tu peux sortir de ta cachette ! Katja se veut forte et assurée, mais sa voix fait des trémolos incertains. Elle se sent tellement pathétique qu'elle se dit qu'elle ferait mieux de faire demi-tour et d'aller se cacher elle-même. Soudain, alors qu'elle n'y croyait plus, l'ennemie se dévoile à elle. Ilska cille et recule d'un pas, tétanisée. Elle s'est trompée sur toute la ligne. Cette femme est d'une beauté à couper le souffle. Elle paraît surréaliste, avec ses cheveux incroyables, son regard candide, ses courbes à faire pâlir de jalousie n'importe quelle femme, elle y compris. - c'est pas trop tôt, je commençais à m'ennuyer moi. Katja essaye de sourire fièrement, pour souligner sa provocation. Mais s'elle s'enfonce dans le ridicule, à la place. Ilska ne se reconnaît pas. Alors elle braque son arme vers l'inconnue. Parce que ça, elle sait le faire. Mais sa main tremble un peu, et son cœur bat trop vite. - un dernier mot, avant de mourir ? si tu pouvais me faire des excuses en même temps … ça fait quand même une heure que je te cours après. on peut dire que je t'ai accordé de mon précieux temps.


avatar
<b>bavardages</b> 1155 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : EMILIA CLARKE.
CREDITS : @LUX AETERNA (AVATAR), PERSEPHONE (SIGN).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg active, milicienne (rôle: bédivère)


MessageSujet: Re: (tania) ♦ you turn me on   Sam 30 Avr - 11:57
you turn me on
Tania n'en pouvait plus de courir. Ses jambes la lançaient affreusement, ses poumons brûlaient, et l'air venait à lui manquer. Elle avait perdu le fil du temps, ignorait depuis combien de temps elle échappait miraculeusement aux balles de la folle furieuse qui ne la lâchait pas malgré ses échecs cuisants. Incapable de se retourner pour voir à qui elle avait à faire, Zilke se demanda s'il s'agissait de l'une de ses anciennes victimes qui cherchait à se venger. La conviction avec laquelle elle la poursuivait n'était pas anodine. La jeune femme s'engouffra dans un immeuble en espérant pouvoir s'y cacher, mais là encore la voix de l'inconnue lui rappela qu'elle n'était à l'abri nulle part. Surtout pas ici, minable building en ruines dans lequel elle était prise au piège. Aussi décida-t-elle, quand, parvenue au dernier étage et coincée par l'hystérique qu'elle soupçonnait d'être CAHO, elle n'eut d'autre choix que de l'affronter, de sortir de sa cachette. Elle découvrit avec un mélange de surprise et d'amusement une femme qui, d'une certaine manière, lui ressemblait. A cause de ses cheveux trop blonds, ses yeux trop bleus, et la main tremblante qui tenait le pistolet. Tania comprit qu'elle avait à faire à une nouvelle joueuse qui était tout sauf assurée, et que ses provocations n'étaient qu'une manière de se faire passer pour plus forte qu'elle ne l'était.  « Regarde-toi, tu trembles comme une feuille. » souffla-t-elle avec douceur, sourire amusé aux lèvres. La provoquer n'était sûrement pas la meilleure chose à faire, dans ces conditions. Blesser l'égo d'une folle pourrait s'avérer dangeureux. Zilke s'avança d'un pas dans sa direction, puis d'un autre, et attrapa son poignet qui tenait l'arme. Elle s'approcha encore, appuya le canon du m9 contre son cœur.  « Tire. Tu ne peux pas me manquer. » chuchota-t-elle, en perdant son regard céruléen de la créature qu'elle avait sous les yeux. Voilà bien longtemps que Tania n'avait plus regardé une femme de la sorte. D'un œil intéressé de femme qui appréciait les femmes. Celle-ci était la plus belle qu'elle ait vue depuis bien longtemps.  « Vas-y, tire. » répéta-t-elle sur le même ton, en caressant de son pouce le poignet doux de l'ennemie qu'elle n'avait pas relâché. Le regard de l'ennemie changea, et le sourire de Tania s'élargit. Soudain, elle arracha l'arme de la main de la blonde et la jeta de toutes ses forces par le pan de mur effondré.  « Dommage, il fallait être plus rapide. » Le ton de défi dans sa voix était étonnament gentil. Tania jouait plus qu'elle n'insultait. Pourtant, elle avait envie de voir ce que l'autre était prête à supporter. Et tout laissait présager que ça ne lui avait pas plu. Aussi décida-t-elle de partir en courant une nouvelle fois à travers les couloirs bancals de l'appartement qui risquait de s'effondrer à tout instant. Zilke devait avoir l'air d'une enfant en agissant de la sorte, mais ça lui plaisait. De vivre dans le danger et l'excitation, tout le temps. Même en sachant qu'elle en ressortirait plus fatiguée, plus blessée, plus traumatisée aussi. Elle était prise au piège dans ce jeu malsain et il était trop tard pour revenir en arrière. Ici, elle extériorisait des années de frustration et d'asservissement à un homme qui avait eu raison de son bonheur et de son courage. Ici, Tania était celle qu'elle voulait, et pouvait être.  « Tu me retrouveras toujours, hein ? Je t'attends. » lança-t-elle depuis la pièce voisine, en assurant toutefois ses arrières. Ici, tout était susceptible de servir d'arme, même le plus ridicule des petits objets. Aussi Tania ne tournait-elle le dos à l'ennemi que pour courir.




suspended motion

Invité
Invité


MessageSujet: Re: (tania) ♦ you turn me on   Sam 7 Mai - 12:28
J'observe l'inconnue approcher de moi d'un pas de prédatrice, les yeux brûlant d'une lueur que je ne connais que trop bien pour offrir la même à mon époux. D'habitude, c'est moi, la prédatrice. Il semble que je sois tombée sur plus fort que moi, cette fois. En tous points. Ma terreur augmente d'un cran quand elle attrape mon poignet, pointe volontairement le canon de mon flingue contre son cœur. J'écarquille les yeux, en me demandant qui est assez fou pour faire une chose pareille. A part Alvaro, je veux dire. Son pouce qui caresse ma peau provoque en moi une drôle de sensation, déstabilisante, aussi désagréable qu'excitante. Elle me presse de tirer, je panique. Je ne sais plus où donner de la tête, ne parviens plus à réfléchir, une goutte de sueur perle sur ma nuque.  - la ferme ! aboyé-je pour la faire taire. Je n'ai pas le temps de lui obéir et la buter qu'elle m'arrache le flingue des mains et le balance dehors. Je perds mon sang-froid.  - mais t'es conne ou quoi ???! je hurle, et elle, elle s'en fout. Comme si l'on pouvait se permettre de jeter des armes dans les airs, comme ça, dans un jeu comme le DARWIN'S GAME. Je la regarde détaler, impuissante. Rien à voir avec le regard de braise qu'elle avait quelques secondes plus tôt. Mais elle a quel âge, cette gonzesse? Je cligne des yeux, abasourdie. Je pensais avoir tout vu à Darwin Harbor, mais c'était un leurre. Tout le monde semble être devenu complètement barjot. Pourtant, son défi m'amuse, quelque part. A défaut de la tuer d'une balle dans la tête, je vais la tuer à mains nues. Ca ne fait que rendre le jeu un peu plus brutal, c'est tout. J'esquisse l'ombre d'un sourire en m'élançant à sa suite. Il n'est pas difficile de la retrouver. Ses cheveux blancs contrastent avec l'appartement dégueulasse et sombre. J'attrape son bras, l'oblige à se tourner vers moi, et j'abats mon poing sur son visage de toutes mes forces. Je suis ravie d'avoir réussi à lancer l'offensive. Histoire qu'elle ne me croit pas faible.  - c'est dommage d’abîmer un si joli visage. tu aurais du me laisser mon arme, je t'aurais moins amochée. Mon poing siffle de nouveau dans les airs. En plein dans sa lèvre. Je mords la mienne, ravie. Excitée, aussi. Parce qu'à présent, c'est moi le monstre. Je commence à comprendre quel plaisir malsain peut trouver Alvaro à cogner. Ca m'excite de la savoir à ma merci. J'ai envie de ça, et d'elle, au plus profond de mes entrailles. Alors je me penche vers sa jolie bouche et nettoie de ma langue les quelques gouttes de sang qui en perlent. Je lèche sa lèvre sans retenue, tire ses cheveux que j'emmêle entre mes doigts pour lui faire mal et l'empêcher de m'échapper, abats mon poing dans son ventre pour l'obliger à courber l'échine, la pousse par terre de toutes mes forces pour la blesser.  - atom, n'est-ce pas ? je hais les atom. votre existence même m’effroie. raillé-je en l'observant tandis qu'elle tente de se redresser. Je lui balance un coup de pied pour l'obliger à rester au sol. Pauvre petite chose. Elle est belle, pourtant. Je la trouve magnifique. J'ai envie de me pencher vers elle, la serrer dans mes bras et demander pardon. Parce qu'elle ne mérite pas ça. Mais moi non plus, je ne mérite pas ça. Alors pourquoi je devrais être la seule à subir ? A souffrir ? Ne peut-elle pas compatir un petit peu avec ma propre douleur ?

(je suis passée à "je" du coup, comme prévu. pardon pour le retard) :lol: :bas:
avatar
<b>bavardages</b> 1155 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : EMILIA CLARKE.
CREDITS : @LUX AETERNA (AVATAR), PERSEPHONE (SIGN).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg active, milicienne (rôle: bédivère)


MessageSujet: Re: (tania) ♦ you turn me on   Jeu 12 Mai - 6:40
you turn me on
Tania s'était attendue à ce que l'ennemie la poursuive et réplique, mais pas avec une telle férocité. Pas en encastrant son poing dans sa figure à deux reprises, comme si elle n'avait rien été d'autre qu'un vulgaire punching-ball. Elle s'attendit encore moins à ce que la blonde se penche vers elle pour lécher ses lèvres et les quelques gouttes de sang qu'elle avait fait gicler quelques secondes plus tôt. Alors que Tania aurait du détester ce contact, la mordre ou la repousser, elle laissa échapper un nouveau soupir, mais d'excitation cette fois. Les doigts qui s'emmêlaient dans ses cheveux et l'obligeaient à subir ce contact à la fois malsain et terriblement érotique l'emplirent d'un désir incontrôlé. Et puis soudain, alors que Zilke s'apprêtait à baisser la garde, le poing de la folle trouva refuge dans son ventre et elle se plia en deux sous la surprise et la douleur, avant de s'écraser lamentablement au sol quand celle-ci l'y jeta, avant de l'assener de coups de pieds violents. Haletante, Tania tenta de recouvrir ses esprits, le cœur battant à une allure dingue, les larmes au bord des yeux.  « CAHO, n'est-ce pas ? Je hais les CAHO. Toi la première.  » souffla-t-elle en relevant les yeux vers l'ennemie.  « Tu vas me le payer. » A ces mots, Zilke se jeta sur les jambes de la blonde qu'elle fit basculer en arrière. Quand sa tête heurta le sol de l'appartement délabré, la jeune femme laissa échapper un rire nerveux. Voir l'autre grimacer de douleur apaisa un peu sa propre rage, même si son corps, entièrement douloureux, l'empêchait de se laisser aller complètement au plaisir d'avoir inversé les rôles. Tania s'assit à califourchon sur l'hystérique, bloqua ses poignets au dessus de sa tête et plongea son regard dans le sien.  « Qu'est-ce que tu vas faire maintenant, hein ? La prochaine fois, évite de t'attaquer à plus fort que toi. » Zilke n'était pas arrogante. Or, lorsqu'elle perdait confiance en elle, la jeune femme faisait mine d'avoir les choses en main. Ce qui n'était absolument pas le cas. Parce qu'elle était foutrement incapable de mettre une balle dans la tête de cette fille – aussi salope soit-elle – de sang-froid, tout comme elle était incapable de lui enfoncer son harpon dans le cœur. Elle libéra l'un de ses poignets qu'elle attrapa de son autre main et la gifla brutalement, et encore, et sortit les griffes pour laisser la trace de ses ongles sur le visage de la CAHO, et reprit son poignet avant qu'elle n'ait l'occasion de se libérer de son emprise affaiblie. Tania, dont le regard n'avait pas quitté celui de la femme, sentit sa respiration accélérer d'un cran et la chaleur dans son ventre devenir brasier. Qu'est-ce qui lui prenait, à la fin ? Pourquoi ne pouvait-elle pas s'empêcher de la trouver désirable, même avec cet air dédaigneux sur le visage, même avec la folie qui la consumait et les traces de ses ongles sur sa peau parfaite ? Pourquoi est-ce qu'en cet instant, tout ce qu'elle voulait, c'était l'embrasser à nouveau ? Haletante, les joues écarlates, elle laissa planer le silence entre elles quelques secondes. L'autre non plus ne disait rien, se contentant de la regarder de la même manière qu'elle ne pouvait le faire. Alors, prise d'adrénaline, Tania bloqua les bras de l'inconnue sous ses genoux et déchira de ses mains fébriles les quelques boutons qui cachaient à sa vue la sublime poitrine qu'elle devinait sous un tee-shirt sombre. Ses doigts glissèrent sur la peau douce de ses seins qu'elle caressa sans que leurs yeux ne se séparent un seul instant. Zilke n'avait jamais rien fait d'aussi étrange et inexplicable que cela depuis son inscription au jeu, quelques mois plus tôt. C'était à se demander qui était la plus folle des deux. A bien y réfléchir, c'était peut-être elle. Retenir de force cette fille qui s'était crue invincible et qui n'arrivait pas à bouger, la caresser de la sorte et s'amuser des réactions qu'elle provoquait et que l'autre cherchait à cacher, c'était tout bonnement la chose la plus excitante qu'elle ait vécu en cinq mois. Tania savait aussi qu'elle allait amèrement le regretter.




suspended motion

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (tania) ♦ you turn me on   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM