Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Des retrouvailles ... mouvementées. [Isaïah]
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: Des retrouvailles ... mouvementées. [Isaïah]   Lun 30 Mai - 22:51
 

Samuel ∞ Isaïah

Des retrouvailles ... mouvementées.


Le regard hagard, semblable à celui du verre de terre pixelisé qu'il contemplait, Pamplemousse réfléchissait à sa situation tout en admirant cette herbe qui ne pousserait jamais. Il sentait le regard pesant de l'eshu posé sur lui alors qu'il ne lui avait pas encore adressé un seul coup d’œil. Comment avait-il encore réussi à se fourrer dans une situation pareille ? Il était venu pour la team, pour faire bonne figure, comme on lui avait demandé. Dire qu'il s'était porté volontaire pour cette stupide réunion, il n'en revenait pas. Au départ on lui avait dit que cette réunion était importante pour l'alliance et qu'on avait besoin d'atom pour représenter son camps. Il s'était évidemment bien vite rendu compte que cette assemblée n'avait pour but que de concrétiser plus ou moins officiellement l'alliance entre eshu et atom, rien de plus. Les sujets abordés étaient bateau et sans réel intérêt, alors son esprit avait bien vite divagué dans les méandres de son imagination pour oublier cette situation des plus agaçante. Mais lorsqu'il était enfin revenu à lui, pratiquement tout le monde était déjà parti. Les uns et les autres prétextaient des urgences dans la réalité ou un rendez-vous ailleurs dans Darwin, mille et une excuses pour s’éclipser le plus vite possible, voilà tout. Bien vite, Pampie regretta de ne pas avoir eu la même idée. Voilà qu'il se retrouvait en instance privée avec un eshu dont il ne voulait même pas connaître le visage. Dans tout le Darwin's Game c'était bien la team qu'il haïssait le plus. Après tout elle s'opposait complètement à la sienne. Ils étaient tous fourbes, manipulateurs et hypocrites. Il avait encore du mal à assimiler l'idée que son équipe puisse être d'accord de s'allier à eux. Il fallait vraiment être inconscient ou insouciant pour faire ami-ami avec ces rats sournois, et si même lui s'en rendait compte, c'est bien que ce devait être évident pour tout le monde. Un jour ou l'autre ils allaient forcément les trahir, c'était une certitude. Après tout on ne peut pas être un eshu sans aimer poignarder les autres dans le dos.
A ses débuts Pampie tenait un discours bien différent, mais les divers événements et l'expérience accumulée lui avaient appris qu'il ne pouvait faire confiance qu'à sa propre équipe. Une conclusion bien triste contre laquelle il avait tenté de se battre encore et encore, mais il avait finalement abandonné ses idéaux pour les livrer en pâture à la réalité. Le Drawin's Game porte bien son nom, c'est un jeu de survie ou les plus forts dévorent les plus faibles, rien de plus compliqué que ça.
Il réfléchissait intensément à une solution pour se sortir de cette situation tout en interrogeant du regard le petit animal qui s'agitait dans tous les sens sans être capable de distinguer sa tête de son cul. Si il essayait de partir sans un mot, l'eshu le prendrait mal, c'était certain, et c'était mauvais autant pour les affaires que pour ses petites fesses pulpeuses. Il décida de jeter un coup d’œil à son opposant, pour voir si il aurait une chance de survivre si les choses s'envenimaient.
Il était mort.
C'était quoi, ça, au juste ? Est-ce que ce n'était pas contre les règles de faire autant de muscu pour upper ses stats dans le jeu ? Pamplemousse n'aurait aucune chance de gagner dans un duel, à moins de lui mettre une balle perdue entre les deux yeux, mais cette chère dame Fortune l'avait abandonné depuis bien longtemps. Encore une fois il allait devoir compter sur sa dextérité, sa précision … et surtout sur sa compétence innée pour la fuite.
Il avait beau foudroyer du regard ce satané ver de terre qui semblait se rire de lui, à se tortiller de la sorte, aucune réponse ne lui parvenait de la stupide créature. Son sang se glaça dès l'instant où il réalisa ce qu'il allait devoir faire. Il n'avait pas d'autre choix, toutes les autres issues étaient bloquées, seule une porte restait ouverte, mais derrière se cachait peut être un incendie naissant. Il allait devoir rentrer en contact avec la bête. Non, pas le ver de terre, lança-t-il à son cerveau, l'eshu !
Pampie planta fermement ses deux pieds dans le sol, tel un arbre millénaire prêt à braver une tempête de flamme et tenta de durcir autant que possible son regard en le posant sur l'eshu. Il ouvrit la bouche, mais dans son élan il avait oublié de penser à ce qu'il allait dire, alors son cœur, emplie d'une haine et d'une colère sans pareil envers le peuple eshu, prit le relais.

« Bon, c'est pas tout ça mais moi je vais y aller, okay l'esh cul ? »

Il resta tétanisé par ces paroles qui venaient de s'éjecter hors de sa bouche, et qui pourtant n'étaient pas les siennes. Sa langue avait fourchée et venait de signer son arrêt de mort. Il s'imagina prendre sa cervelle d'andouille entre les deux mains et la presser aussi fort que possible pour en faire sortir tout le jus de stupidité dont elle était imbibée, mais il était déjà trop tard. Il ne pouvait plus faire marche arrière désormais, et la fuite ne semblait pas être une option. Le temps qu'il court se cacher derrière un arbre il se ferait flinguer dans le dos. Quitte à mourir, autant prendre les devants pensa-t-il. Le petit fruit attrapa son revolver qui ne mis pas longtemps à s'envoler hors de sa main pour aller s'écraser sur le sol tout prêt l'eshu. Dame Fortune devait bien se marrer a observer ce pauvre Pamplemousse tenter de survivre par tous les moyens.
Désespéré, Pampie tenta une dernière technique pour survivre, la négociation.

« Ok, je crois qu'on est parti sur de mauvaises bases, mais on peut discuter, non ? »

code by Silver Lungs
avatar
DAREDEVIL
<b>bavardages</b> 519 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Andy Biersack
CREDITS : Schizophrenic
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG, Actif


MessageSujet: Re: Des retrouvailles ... mouvementées. [Isaïah]   Ven 10 Juin - 4:25
 

Samuel ∞ Isaïah

Des retrouvailles ... mouvementées.


Honnêtement, je n'avais pas la moindre idée de ce que je faisais ici, pas plus que je ne savais pour quelle obscure raison je m'étais porté volontaire pour assister à cette réunion. Considérant le fait que je n'avais pas le moindre intérêt pour la politique, pas plus que pour les stratégies de guerre, les alliances et que la seule chose que je pensais des Atom était que définitivement ils étaient chiants à toujours se « perdre » sur notre territoire, j'en venais presque à soupçonner un moment d'absence ou un spasme de la main qui aurait pu faire croise que je voulais venir.
Toujours était-il que je n'avais pas pu me rétracter et que j'avais passé les dernières heures à écouter d'une oreille distraite des discours ennuyeux à mourir, des débats sans fins, si bien que j'avais juste dû terminer par m'assoupir les yeux ouverts contre mon arbre puisque lorsque je regardai à nouveau autour de moi tout le monde était parti. Ou presque.

Il restait encore un Atom non loin de moi, que la contemplation d'un ver de terre semblait fasciner plus que de raison...J'avais presque envie d'écraser la bestiole pour observer sa réaction, comme lorsque je m'amusais à arracher la tête des poupées des filles de l'orphelinat juste pour les entendre hurler, mais je m'abstins, je n'allais pas foutre en l'air toute une alliance juste pour un soupçon de sadisme et un machin mou et gluant -je parlais du ver de terre, bien sûr-.
Soudain, l'ATOM, délaissant son animal fétiche, finit par river son regard sur moi avant de se lever, l'air tellement grave que je me demandais ce que j'avais bien pu foutre encore, je n'avais quand même pas pensé tout haut à propos du meurtre du lombric ? Si ?  
Haussant un sourcil, je l'encourageais d'un geste à s'exprimer, et surtout à arrêter de me regarder comme s'il allait m'égorger à tout instant, certes il n'avait pas la moindre chance mais ça n'en restait pas moins relativement inconfortable.

Et ce fut à cet instant précis qu'il commit sa première erreur, consciemment ou non, je n'en avais pas la moindre idée mais dans tout les cas j'appréciais très moyennement le « l'esh cul » qui venait de s'échapper de sa bouche, et alors que je m'apprêtais à le lui faire remarquer, de manière plus ou moins (plutôt moins) courtoise, cet abruti commit sa seconde erreur, à savoir pointer son flingue dans ma direction...Du moins tenter, puisque le revolver en question lui échappa pour s'écraser non loin de moi.
Pendant quelques secondes je ne sus pas franchement comment réagir, un air juste décontenancé plaqué sur mon visage, avant de simplement laisser échapper un petit « …Sérieusement ? » où transparaissait malgré moi une certaine ironie.
Je n'y pouvais rien, toute cette scène avait l'air de sortir d'un gag, d'une vulgaire caméra cachée. Dans quel monde un mec commence par te manquer de respect avant de te menacer puis de se louper lamentablement ? Dans ce monde-ci visiblement et pourtant l'information avait du mal à se frayer un chemin jusqu'à mon cerveau, tout ça, c'était juste trop invraisemblable.

En soupirant je finis toutefois par réagir et ramasser le revolver avant de me lever et de le pointer sur l'ATOM qui effrayé ou désespéré peut être, je n'étais pas véritablement le meilleur pour décoder les expressions faciales, tenta de négocier.

« Recule. »

L'ordre était sorti, sèchement.

« Tu veux discuter ? De quoi ? De ton manque de respect ou du fait que t'es même pas foutu de garder un flingue dans tes mains ? Tu sais l'utiliser au moins ? »

Ca m'allait bien de dire ça, j'étais en train de le menacer alors que je n'avais pas la moindre expérience des armes à feu..
Du moins, je savais vaguement qu'il fallait bidouiller un truc en rapport avec une sécurité, appuyer sur la gâchette et boum, mais ça restait théorique, construit principalement sur ma grande expérience des films d'action et mon intense observation de Schwarzenegger, rien de bien concret en somme...De toute façon ce n'était pas comme si je comptais réellement le buter, si ?
Je n'étais pas forcément sensible à la mort d'autrui dans le jeu mais l'alliance me convenait et partant du fait que je n'avais pas pris la peine de couvrir mon visage avant de venir, chaque acte que je commettrais ne pourrait pas être anonyme, si j'abattais ce pauvre type je le faisais en tant qu'Arthas, garde du corps Eshu et ce n'était pas franchement convenable.

Soupirant j'observais un peu plus mon....adversaire si tant est qu'on puisse l'appeler ainsi, m'attardant sur son visage avant de réaliser qu'il me rappelait quelqu'un, vaguement mais suffisamment pour que ça me perturbe..

« Je te connais non? »

C'était un véritable running gag, après Maeve c'était lui, il semblerait que chaque fois que je pointais une arme sur un ATOM il se révélait être une ancienne connaissance, qu'est-ce que j'avais fait pour mériter ça sérieusement ? Je ne pouvais donc même plus menacer des joueurs en paix ?

code by Silver Lungs

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Des retrouvailles ... mouvementées. [Isaïah]   Dim 19 Juin - 16:12
 

Samuel ∞ Isaïah

Des retrouvailles ... mouvementées.


« Recule »

Cet ordre implacable tomba sur les petites épaules du fruit mou qui dû lutter pour ne pas s'effondrer sous le poids de la peur. Il agissait toujours comme un boulet, mais là il s'était surpassé. Qu'est-ce qu'il allait faire, maintenant ? Il ne lui restait plus qu'à attendre patiemment que l'eshu, qui au fond ne lui avait absolument rien fait, se décide à abréger sa terreur en lui tirant une balle en pleine tête.
Après quelques secondes interminables, aucun coup de feu n'avait encore retentit.

« Tu veux discuter ? De quoi ? De ton manque de respect ou du fait que t'es même pas foutu de garder un flingue dans tes mains ? Tu sais l'utiliser au moins ? »

Manque de respect ? Si il était capable d'avoir une telle répartie dans les moments de crise il en serait bien content. Jusqu'à présent tout ce qu'il était capable de faire lorsqu'un adversaire lui faisait face c'était soit d'abandonner tout espoir et de se laisser noyer dans un océan crée par ses propres larmes, soit de s'enfuir avec une rapidité qui en avait déjà sidéré plus d'un. Alors non, il n'était pas irrespectueux. Il était juste maladroit, voilà tout. Très souvent son corps, de même que ses paroles, lui échappaient et il se révélait incapable de les contrôler.
Il avait des arguments, des explications qui tenaient presque debout et qui pourraient peut être le sortir de ce mauvais pas, mais toutes ses paroles restaient bloquées au fond de sa gorge tandis qu'il luttait pour maintenir une respiration non saccadée.
Si il savait utilisé un flingue ? Ce qui surpris Pamplemousse en cet instant ne fut pas la question en elle même, mais plutôt le fait que l'eshu lui la pose. N'importe qui de normalement constitué aurait compris en le voyant se débattre avec son arme et la lâcher dans les airs que non, il était incapable d'utiliser correctement une arme à feu. A la rigueur si il parvenait par miracle à tirer avec ce serait uniquement pour se mettre une balle dans le pied.

« Je te connais non? »

Cette question vint le troubler dans ses réflexions sur sa mort prochaine. Sa première pensée fut un non catégorique. Il ne connaissait pas de caho et encore moins d'eshu. Il n'avait rien en commun avec eux, alors faire ami-ami avec des types qui étaient à l'opposé de ses principes était une chose impensable. Pourtant l'eshu semblait persuadé de le connaître, c'est dû moins ce que Pamplemousse conclu en prenant en compte le ton employé. Soudain une idée s’immisça dans sa petite cervelle d'oiseau. Même si ils ne se connaissaient pas, si l'eshu était persuadé du contraire alors il pourrait peut être survivre à cette rencontre. Ça valait le coup d'essayer, après tout.  

« Euh … Oui, je crois, t'as tête me dit étrangement quelque chose... »

Il lui fallait autre chose à dire, et vite. En quelles circonstances l'Eshu aurait-il eut l'occasion de bavarder avec un Atom ? Au détour d'un chemin, ou pendant la guerre …

« On s'est croisé... »

Où ?! Mais où auraient-ils pu se croiser ?! Le cerveau de Pamplemousse bouillonnait pour trouver une réponse plausible, valable et surtout viable. D'autant plus qu'il avait déjà amorcé sa réponse, il ne pouvait plus faire marche arrière désormais ! Non mais quel idiot, franchement ! Si il ne s'était pas précipité il aurait eut tout le temps de réfléchir mais désormais il devait se dépêcher de présenter une argumentation qui tienne debout. On s'est croisé où ? Dans la forêt ? Prêt du lac ? Chez les Gaïa ? A la ferme ta gueule pauvre con ? Il vit soudain la lumière au bout du tunnel après cette dernière réflexion.

« … Dans la réalité ? »

Mais oui ! Ils ne s'étaient pas forcément rencontrés dans le jeu ! Quelle idée brillante il venait d'avoir, et il n'en était pas peu fier. Cette réponse était la meilleure qu'il aurait pu donner ! Après tout dans la réalité on croise tellement de personnes qu'il est impossible de se souvenir de tout le monde. Dans le jeu aussi, il y a énormément de monde, mais tout de même moins, et très souvent la rencontre avec un ennemis est un événement marquant que l'on a peu de chance d'oublier. Enfin, c'était le cas de Pampie en tous cas. Il se souvenait encore du visage de ce vieux qui l'avait flingué et qui lui avait fait perdre une vie.
Ses yeux décrivaient des mouvements de détresse tandis qu'ils contemplaient la silhouette imposante de l'eshu. Un air grave se dessinait sur son visage, saupoudré cependant d'un m'en foutisme évident. Se pourrait-il qu'il se fiche éperdument des paroles de Pamplemousse ? Il l’espérait en tout cas, car c'était bien l'une des seules choses qui pourrait lui sauver la vie.
Le regard planté dans celui de l'eshu, Pamplemousse se remémora tout à coup des événements de sa vie passée, sans vraiment savoir pourquoi. Les reflets des pupilles de l'eshu semblaient l'apaisé, lui rappelant des souvenirs dont il avait oublié l’existence. Il se revit entouré d'amis à la fac de psychologie, avec ses parents qui lui disaient « nous sommes fier de toi fiston ». Il eut un pincement au cœur en repensant à cette époque où tout lui semblait si simple et où ses seules préoccupations était à quelle fête il allait aller et qu'est ce qu'il mangerait au déjeuné.

Et puis il compris enfin. Il compris pourquoi sa mémoire lui imposait des souvenirs  joyeux qui lui apparaissaient pourtant si douloureux. Il réalisa pourquoi il repensait à ces amis qu'il avait perdu de vue, à ces connaissances avec qui il aimait passé du temps et qu'il avait abandonné au profit de la solitude.

« Isaîah ? Siffla-t-il entre ses dents. C'est toi ? »

Il esquissa un sourire troublé, partagé entre joie et déchirement.

code by Silver Lungs
avatar
DAREDEVIL
<b>bavardages</b> 519 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Andy Biersack
CREDITS : Schizophrenic
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG, Actif


MessageSujet: Re: Des retrouvailles ... mouvementées. [Isaïah]   Mar 21 Juin - 2:57
 

Samuel ∞ Isaïah

Des retrouvailles ... mouvementées.


L'arme dans les mains, pointé sur le front de l'ATOM, j'étais plongé dans un débat intense avec ma conscience pour déterminer si oui ou non j'allais devoir l'exécuter.
Mon ego, et ma fierté, tout deux démesurés, clamaient que oui, qu'il m'avait manqué de respect et méritait de mourir sans un mot de plus mais ma logique et peut être -si tant est que j'en ai une- mon intelligence, me soufflaient de ne pas faire ça.
Pas seulement parce que ce geste pourrait briser toute une alliance, parce que ce geste pourrait être vu comme une agression non pas envers lui mais envers son équipe, mais également parce que je risquais d'avoir l'air parfaitement ridicule si je me loupais, et soyons honnête, n'ayant jamais utilisé une arme à feu de ma vie il y avait 99% de chance que je tire dans l'arbre à côté.
Ce fut cet argument qui me fit le plus hésiter, je détestais avoir l'air stupide, tout comme je haïssais l'échec, et, alors que je scrutais le visage de l'homme, encore en proie à mon terrible dilemme, je me figeais soudain en réalisant que je connaissais ces traits, ces yeux, ou tout du moins il me faisait un drôle d'effet, une impression de déjà vu qui me frappait.
Même si je n'arrivais pas à y remettre un nom j'étais suffisamment troublé pour préférer discuter, sans baisser mon arme, mon regard devenant étrangement plus doux, plus clair  comme les eaux d'un océan après une tempête, je l'interrogeai, est-ce qu'on se connaissait ?

Pendant quelques secondes je le vis hésiter avant de confirmer, mais ses mots sonnaient plus comme une interrogation, comme une hésitation. Je n'arrivais pas à déterminer s'il profitait simplement de la situation pour sauver ses fesses ou si, tout comme moi, il était simplement en train de lutter me resituer.
Par instinct j'aurais penché pour la première option, après tout ce joueur ne semblait pas fait pour le combat et j'avais appris, ou plutôt vivre parmi les violets m'avait appris que les plus faibles physiquement étaient bien souvent les meilleurs menteurs, les meilleurs manipulateurs, peut-être était-ce son cas ? C'était ce que j'essayais de déterminer lorsque soudain son expression changea brutalement, la nostalgie remplaçant la peur au fond de ses prunelles bleutées avant qu'il ne prononce mon prénom, pas mon pseudo, mon prénom que personne ici à de rares expressions prêt ne connaissait.
Je me figeai, baissant spontanément mon arme, une erreur tellement grossière qu'elle aurait pu me coûter la vie, si seulement il n'avait pas été sincère, si seulement il n'avait pas été...lui.

«Samuel ? »

En fouillant ma mémoire les souvenirs revenaient lentement, me rappelant ainsi brutalement pourquoi je m'étais efforcé de les oublier jusque là, pourquoi je n'évoquais jamais mon passé même avec les personnes que je côtoyais : Parce que s'attacher fait mal et s'attacher rend faible.

C'était il y a environ cinq ans, à l'époque, j'étais étudiant en droit, j'étais resté le même mauvais élève qu'au lycée, incapable de me plier à l'autorité, le même gosse méfiant qui ne faisait confiance à personne et qui ne voulait pas de liens avec les autres, qui rejetait mains tendues et propositions d'amitiés, toujours traumatisé par toutes ces fois où il avait été abandonné.
Et puis il y avait eu toute cette bande d'amis qui étaient venu à ma rencontre et pour une fois j'avais pris le risque, de me lier d'amitié. Le pire c'était de savoir que j'y avais réellement cru, que j'étais réellement convaincu que tout durerait éternellement, que je leur avais fait confiance, qu'ils savaient ce que j'avais traversé, qu'ils connaissaient mes peurs;
Pourtant les années étaient passées, j'avais fini par abandonner l'université et avec elle tout les espoirs de ceux qui m'avaient adopté, mes amis s'étaient tous volatilisés, les uns après les autres, sans un mot, parce que « c'était la vie après tout, c'est normal». Samuel n'était pas différent. Samuel n'était pas une exception.

Si j'avais agis spontanément je lui aurais dit de s'en aller, parce que comme les autres il n'avait été qu'un nom de plus à ajouter à la longue liste des personnes qui m'avaient abandonné, et pourtant les mots ne voulaient pas sortir, je le voyais bien dans ses yeux, quelque chose avait changé, quelque chose qui n'avait rien à voir avec les années.

Je me mordis les lèvres en le regardant, incapable de savoir quoi dire, de savoir quels gestes faire, j'étais juste perdu, déchiré entre des émotions contraires.
Lentement je baissais les yeux avant de lui tendre son arme d'une main, c'était probablement ma manière à moi d'essayer de l'approcher, d'essayer de lui pardonner, d'essayer de faire la paix.

« Tiens, reprend ça, je sais même pas comment ça s'utilise de toute façon »


code by Silver Lungs

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Des retrouvailles ... mouvementées. [Isaïah]   Mar 26 Juil - 14:57
 

Samuel ∞ Isaïah

Des retrouvailles ... mouvementées.


Alors qu'il contemple l'homme en face de lui une odeur nauséabonde s'infiltre dans ses narines. Le parfum âcre et poussiéreux de la terre fraîchement retournée. Des flashs s’imposent à lui, des souvenirs qu'il aurait préféré ne jamais avoir. Son costume noir, ses mains tremblantes, l'arôme insupportable de la boue humide. Le passé serpente dans sa tête, se frayant un chemin entre les obstacles que notre petit fruit a dressé pour se protéger. Il l'avait pourtant enterré si profondément, si loin pour ne plus jamais avoir à l'affronter en face à face. Mais aucune tombe n'est assez profonde pour retenir éternellement les regrets qu'on y cache. Tôt ou tard le fossoyeur revient et défait son travail, excité à l'idée de découvrir ce qu'il reste des ossements qu'il a aidé à dissimuler.

C'est bien lui, Isaïah, le fossoyeur contrarié. Le fantôme d'un passé revenu le hanter. Pamplemousse a envie de lui hurler de dégager, de partir loin d'ici, loin de son regard et de ses pensées. Un instant il pense même à partir lui même, à fuir ce qui lui fait face comme il l'a toujours si bien fait. Mais les traits du visage d'Isaïah l'en empêche. Chaque plis de son visage, chaque marque de vieillesse rappelle à Samuel que le temps a passé et que, peut être, il serait temps de regarder en arrière pour aller de l'avant sereinement. C'est pourquoi ses jambes restent plantées fermement dans le sol. C'est pourquoi il écrase ses dents l'une sur l'autre jusqu'à ce que toute sa mâchoire en paye le prix.

L'eshu a l'air tout aussi perdu que lui et peut être même encore plus mal à l'aise. Il est vrai que cela fait longtemps, si longtemps. Des années à présent. Ils se sont quittés adolescents et se retrouvent adultes, défigurés par la vie qui n'a cessé d'avancer. Leurs visages autrefois colorés et ravis sont aujourd'hui amaigris et livides.
Finalement Isaïah abaisse son arme et la tend à Pamplemousse.

« Tiens, reprend ça, je sais même pas comment ça s'utilise de toute façon. »

Il tend la main pour reprendre son arme sens hésiter une seconde, les membres encore engourdi par la découverte de son ancien camarade. Tandis qu'il la saisit il plonge ses yeux dans ceux de l'eshu pour tenter d'y trouver une réponse à ses inquiétudes. Que pense-t-il de tout ça, lui ? Quelles sont ses pensées et ses sentiments lorsqu'il pose le regard sur l'ancien amis que Samuel a été ? Est-ce qu'il lui en veut d'avoir coupé les ponts, d'avoir disparu de la vie de tout le monde du jour au lendemain ? Tant de questions qu'il n'ose pas poser par peur de découvrir la haine qui a grandit en Isaïah durant toutes ces années à son égard.
D'autres interrogations le submergent tandis qu'il s'affaire a ranger son arme à sa place. Isaïah est un eshu, visiblement. Il est partisan des actes déloyaux, viles et bas. Mais est-il vraiment comme cela ? Il n'a pas le souvenir d'un Isaïah capable de suivre les principes eshu. Pourtant si il est là, en face de lui, arborant les couleurs de la team violette, ce n'est pas pour rien. Plus il y pense et plus son cœur se rétracte. Il ne peut s'empêcher d'émettre des suppositions toutes plus irrationnelles les une que les autres. Tout cela pour en venir inéluctablement à la même conclusion que d'habitude.

Mais peut être que lui, ça lui convient d'être eshu. Peut être que cela lui plaît, après tout. Pampie ne sait pas ce qu'il se passe de l'autre côté de la frontière. Ils sont une équipe, alors il est très probable qu'ils agissent en tant que telle. Peut être que, en faisant abstraction de leur couleur, ils sont comme les atoms entre eux. Mais l'heure n'est plus à la réflexion. L'arme est rangée, les présentations sont faites, tout est à sa place à présent. Il ne reste plus qu'à se jeter à l'eau. Par où commencer ? Pampie n'a clairement pas envie de parler de sa vie réelle, de son boulot de merde et de son petit appartenant miteux. Mieux vaut se focaliser sur le jeu.

D'une voix tremblante, il se lance enfin.

« Merci pour l'arme … et pour ne pas m'avoir pété la gueule. Désolé, je suis un peu à cran quand je fais face à quelqu'un d'une autre team, ça me fais faire des trucs … bizarre.

Ses lèvres s'étirent en un rictus ridicule, lui donnant un air à la fois idiot et enfantin.

-Et donc, t'es un eshu, hein ? Moi je suis atom, mais je suppose que tu l'as compris !

Que dire d'autre ? Il n'en sait foutrement rien. Lui qui d'habitude est un bavard insatiable il se retrouve la gorge sèche, sans un mot à faire sortir.

-Ah au fait ! On ne s'est même pas présenté au final. Dans le jeu je m'appelle Pamplemousse », dit-il en tendant sa main à Isaïah.


code by Silver Lungs
avatar
DAREDEVIL
<b>bavardages</b> 519 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Andy Biersack
CREDITS : Schizophrenic
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG, Actif


MessageSujet: Re: Des retrouvailles ... mouvementées. [Isaïah]   Sam 30 Juil - 0:50
 

Samuel ∞ Isaïah

Des retrouvailles ... mouvementées.


Alors que mes yeux s'attardaient sur le visage de l'homme en face de moi, je me sentais de plus en plus mal à l'aise, je n'avais jamais été doué pour gérer les relations sociales, les conversations, les confrontations, tout ça n'avait jamais réellement été pour moi, je m'étais constamment senti de trop, à part, jamais à ma place, comme complètement déconnecté du reste du monde alors gérer des retrouvailles, des années après, me faisait complètement paniquer, à peine capable de mettre des mots sur ce que je ressentais exactement, pris entre des vagues de sentiments contradictoires, entre la joie de le revoir, bien vivant et l'amertume, la colère et la souffrance que son départ avait laissé.
Je m'étais constamment fait abandonner, avant même de venir au monde pourtant cette fois là, et de nombreuses fois avant je m'étais persuadé que ce serait différent pourtant comme tous Samuel  s'était volatilisé sans un mot, du jour au lendemain..Au fond étais-je vraiment légitime à lui reprocher ça, à le juger ? C'était il y a si longtemps et je voyais bien que les années n'avaient pas été tendres avec lui, pas plus qu'elles ne l'avaient été avec moi, je n'avais pas envie de m'en prendre à lui, aucune envie de l'agresser ou de remuer un conflit passé, alors je me contentais de faire un geste de paix, lui tendant son arme d'une main que j'espérais assurée et, alors qu'il se saisissait du pistolet, ses yeux refusaient de me lâcher.
Pendant de longues secondes nous nous observâmes ainsi, essayant de fouiller l'esprit de l'autre, à la recherche de réponses aux questions que nous n'osions pas poser, comme si les années avaient dressées un mur invisible entre nous, creusé un large fossé, comme si nous avions fini par devenir deux inconnus, deux inconnus luttant désespéramment pour tenter de se reconnaître.

Ce fut l'ATOM qui le premier brisa cette contemplation muette, me remerciant et s'excusant pour la manière dont il s'était comporté alors que je haussai les épaules, d'un air las.
Je comprenais ce qu'il voulait dire et le fait qu'il semble avoir autant de mal à croire que je puisse être ESHU confirmait bien mes pensées, j'avais remarqué cette réputation qui nous collait à la peau, les regards soupçonneux dés que notre tatouage était dévoilé et si au début j'avais eu du mal à comprendre ce qu'il se passait, j'avais fini par réaliser que tout le monde nous prenait pour de simples fourbes sans cœur, des vipères à la langue acérée.
Pourtant, je n'avais jamais vu ma team ainsi, nos actions, que certains qualifiaient de viles n'étant jamais que des actions de survie, intelligente à mes yeux, accepter une alliance à condition d'avoir quelque chose en échange, ce n'était pas de la fourberie mais de la logique, la logique cruelle et implacable du monde réel, leur monde parfait où tout était gratuit n'existait pas. Je voyais bien plus d'honnêteté chez les ESHU que chez les ATOM ou GAIA qui devaient avoir tant de peine à cacher leurs vices si durement condamnés, pour moi ESHU rimait avec liberté, ils étaient la famille que je n'avais jamais eu la chance d'avoir mais parce que je ne savais pas dire ce genre de choses à haute voix, je pris la parole, restant plus vague, moins expressif.

« T'en fais pas pour ça, t'es pas le premier à réagir comme ça en notre présence »

Je me mordis les lèvres, je ne pouvais pas m'en tenir à ça.

« Tu sais...Ce qui se dit sur nous, c'est pas toujours la vérité »

C'était mieux que rien, c'était le mieux que je pouvais faire en tout cas alors je m'arrêtais là et serrai simplement la main tendue de celui qui se présentait sous le pseudo de Pamplemousse, m'arrachant un sourire en coin.

« Je m'appelle Arthas ici »

Puis le silence se réinstalla, lourd, pesant, je savais que c'était à moi de dire quelque chose, de lancer une conversation mais rien ne venait, juste des questions banales ou bien trop indiscrètes qui ne franchiraient jamais mes lèvres, ça ne me ressemblait pas de demander à quelqu'un « Tu deviens quoi », c'était davantage les manières de mes parents adoptifs plutôt que les miennes et demander directement à Pamplemousse pourquoi il avait disparu sans dire un mot, sans dire au revoir restait trop indiscret, même pour moi, alors j'optais pour la vérité, la vérité toujours, brute, à mon image.

« Je suis désolé, j'ai pas la moindre idée de ce que je suis censé te dire...Y a tellement de choses que j'aimerais te demander mais je sais même pas si je suis légitime pour faire ça. Ça fait une éternité tout ça, tu me dois rien »

Et concrètement il ne m'avait même jamais rien dû


code by Silver Lungs

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Des retrouvailles ... mouvementées. [Isaïah]   Dim 4 Sep - 15:27
 

Samuel ∞ Isaïah

Des retrouvailles ... mouvementées.


Son regard ne quitte pas celui de l'eshu. Il observe ses moindres faits et gestes, cherchant une explication à chacune de ses inspirations. Si seulement il pouvait lire dans les pensées, cela lui simplifierait la tâche. Mais il n'en est rien, alors il doit se contenter de ses compétences d'analyses pour conjecturer toutes sortes de théories farfelues et invraisemblables. Qui es-tu, Isaïah ? Qu'est-ce que tu fais là ? Voilà ce qu'il aimerais lui jeter à la figure. Qu'est-ce que tu fous dans mon jeu ? Dans ce monde dans lequel je me réfugie pour oublier, pour ne pas avoir à supporter les immondices du monde réel ? Cependant il ne le dit pas, car il n'est pas certain de ses sentiments à l'égard de l'eshu. Il se sent tiraillé entre la colère et la joie de revoir ce vielle ami. Pourtant chaque rides, chaque détails de ce visage le renvois à sa faute, à sa fuite et à sa haine. Tout ce qu'il a caché durant toutes ces années est là, au fond de ces yeux. Pamplemousse va devoir être fort pour une fois. Il va devoir faire face au danger et combattre ses instincts de fuyard pour ne pas prendre ses jambes à son cou. Pourtant il en meurt d'envie. Si il détale maintenant, tout sera fini et sa vie reprendra son cours normal. Il retournera dans son QG, fera des blagues idiotes avant de tomber par terre et de faire rire la galerie, dissimulant ainsi sa tristesse derrière un masque de rires.

Il ne lui faut pas longtemps pour comprendre. Sa petite cervelle lui fait signe depuis un moment, mais ce n'est que maintenant qu'il daigne l'écouter. Pourtant son cœur aussi hurle depuis plusieurs minutes. Si tu n'es pas encore parti, sombre idiot, c'est parce que tu n'en as pas envie. Si tu es resté planté là, les yeux dans les yeux de cet eshu, c'est parce que tu es las de fuir, fatigué de lutter contre une vie de regrets.

« T'en fais pas pour ça, t'es pas le premier à réagir comme ça en notre présence. Tu sais...Ce qui se dit sur nous, c'est pas toujours la vérité »

Biensur que ça ne l'est pas, or il est tellement plus facile de vivre dans un monde manichéen où le bien et le mal sont deux valeurs opposés distinctement séparées par une belle petite frontière. De cette façon vous serez toujours dans la catégorie des gentils puisque c'est vous qui instaurez les règles, qui construisez les équipes et qui jugez qui est digne ou non de vous rejoindre. C'est toujours bon pour l'ego. Mais la triste vérité, laide et fade, c'est que tout cela n'existe pas. Toutes ces conneries, c'est vous qui les inventez pour vous rassurer, pour oublier tous ces défauts qui constituent votre âme et qui font de vous ce que vous êtes. Toute cette construction psychologique ne vise qu'à vous défendre, tout ça n'est là que pour vous faire oublier que vous n'êtes qu'un être abjecte, détesté par les autres et incroyablement égoïste. Ces idées Pamplemousse les a eu un jour, il les a scrupuleusement décortiqué en analysant des œuvres de psychologie durant ses études. Cependant pour ne pas se blesser, pour ne pas abîmer sa petite pulpe fragile sa cervelle a fait en sorte qu'il oublie.
Au fond de lui même Pampie n'a jamais cru aux portraits qu'on lui fait de chaque équipe. Chacun est différent et possède ses propres réflexions, ses buts et ses espoirs. Seulement il est tellement plus simple de vivre dans un monde de stéréotypes où il est le seul être normal doté d'intelligence et de liberté. Certains atom sont aimables, altruistes et empathiques tandis que d'autres sont arrogants, égoïstes et violents. Il en va de même pour les eshus, les caho et les gaia. Mais tout cela, notre petit fruit ne veut pas le concevoir. Il préfère s'enfermer dans un monde partiel où il se sent en sécurité, comme tout le monde. Oui, Pampie n'est pas différent des autres. Il est comme tous ceux qu'il condamne, tous ces égoïstes qui ne vivent que pour eux même en délaissant les autres et préférant voir uniquement ce qui les arrange. Pamplemousse est quelqu'un de haïssable, c'est du moins ce que sa conscience lui susurre à l'oreille.

« Je m'appelle Arthas ici »

Ce nom à l'effet d'une balle et lui déchire les lèvres, faisant apparaître un large sourire. Ça ne vaut pas Pamplemousse mais c'est déjà pas mal, pense notre petit fruit. Dans le genre pseudonymes recherchés ils se sont bien trouvés.

« Je suis désolé, j'ai pas la moindre idée de ce que je suis censé te dire...

Sur ce point ils sont au même niveau. De quoi peuvent-ils bien parler ? Que sont-il sensés se dire après si longtemps ? Échanger des banalités du genre « alors, ça va ? » n'a pas l'air d'être de circonstance. Au fond de son être Pamplemousse sait très bien ce qu'il devrait dire, mais sa langue reste couchée bien au fond de sa bouche, clouée par la terreur qui la prend rien qu'en imaginant les mots qu'elle devrait formuler.

-Y a tellement de choses que j'aimerais te demander mais je sais même pas si je suis légitime pour faire ça.

Tellement de choses, est surtout une. Samuel, pourquoi es-tu un lâche ? Pourquoi t'es-tu enfuis en reniant toutes tes connaissances et en démolissant tout ce que tu avais construit ? Mais Isaïah ne lui demandera jamais ça, et il le sait bien. L'eshu est bien trop attentionné pour lui balancer ça à la gueule d'une façon aussi brut. Samuel aimerait lui dire, lui crier qu'il est désolé mais il ne peut pas. Sa gorge le brûle, aussi asséché que peut l'être un désert de solitude. Pourtant ça ne suffit pas à lui faire cracher le morceau.  

-Ça fait une éternité tout ça, tu me dois rien »

C'était il y a si longtemps, oui. Mais le temps est-il une excuse à la faiblesse ? Ne serait-ce pas au contraire un poids à rajouter à l'édifice ? Durant toutes ces années Sam n'a pas trouvé le courage de faire quoi que ce soit pour remédier à sa fuite.

-C'est vrai que ça fait longtemps … et je t'avoue que je ne sais pas non plus vraiment par où commencer.

Il sait exactement par où commencer. S'excuser d'avoir disparu du jour au lendemain est un bon début, mais sa peur est bien plus forte que sa volonté. Alors, comme d'habitude, il cherche une échappatoire, une manière de tourner autour du pot sans avoir à mettre les pieds dedans. Il préfère se focaliser sur le jeu, sans mettre sur le tapis cette réalité qu'il abhorre.  

-J'aurais jamais pensé te retrouver ici … Alors comme ça toi aussi t'as succombé aux charmes du Darwin's Game hein ? Comment t'en ai venu à te connecter ? »

Une question bidon, mais c'est tout ce qu'il a trouvé.


code by Silver Lungs
avatar
DAREDEVIL
<b>bavardages</b> 519 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Andy Biersack
CREDITS : Schizophrenic
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG, Actif


MessageSujet: Re: Des retrouvailles ... mouvementées. [Isaïah]   Dim 18 Sep - 21:21
 

Samuel ∞ Isaïah

Des retrouvailles ... mouvementées.


Mon regard ne quittait plus Samuel, ne cessant de le dévisager tout en cherchant une réponse à la question que je n'arrivais pas à lui poser.
En venant à cette réunion, je m'étais simplement préparé à m'ennuyer à mourir en écoutant les autres débattre politique et alliance je n'avais certainement pas prévu que je me retrouverais face à un ami disparu, un ami qui m'avait abandonné et quand bien même je l'aurais su à l'avance, je doute que j'aurais pu, ni même su trouver la bonne manière d'agir.
Je n'étais pas réellement la personne la plus sociable de la planète, j'étais plutôt un solitaire, par choix, parce que je n'arrivais pas à comprendre les autres, j'avais constamment du mal à savoir comment leur parler, j'avais des difficultés à prévoir les sujets qui seraient sensibles ou non, les mots à éviter, préférant à force, prendre le parti de ne plus y accorder d'importance, posant les questions brutalement, donnant mon avis sans me préoccuper des formes, mais cette fois, c'était différent, malgré les milliers de questions qui me brûlaient les lèvres, je n'osais pas les formuler, par peur, de le blesser, ou qu'il parte à nouveau. Pourtant, ce serait probablement mieux au fond, pour l'un comme pour l'autre, prétendre que nous ne nous étions jamais revus, que cette rencontre n'avait jamais eu lieu, j'aurais même pu prendre cette initiative, tourner les talons, ça n'aurait pas été une première, j'avais pris l'habitude avec les années de fuir les situations où je ne me sentais pas à mon avantage, pas en position de force mais, quelque chose dans son regard m'en empêchait, j'avais beau être la personne la moins empathique que cette terre ait portée, je ressentais que quelque chose avait changé, que quelque chose s'était produit, que peut être, oui peut-être, sa fuite n'était pas que pure lâcheté. J'avais envie de le comprendre, de lui donner une chance alors je restais, énonçant la plus simple vérité, lui confiant mon trouble, ma difficulté à me positionner, à savoir ce que j'étais en droit ou non de demander, comme si les années avaient érigées entre nous une barrière invisible qu'il nous fallait détruire.

Et ce fut Samuel, qui, après avoir confié à son tour ne pas savoir par où commencer après ces cinq années de silence, d'absence, se lança, porta le premier coup à ce mur invisible en me demandant comment j'en étais venu à me connecter, à succomber au charme du Darwin's Game, du jeu maudit, et, si sa stratégie ne m'échappa pas, parler du virtuel pour ne pas affronter le réel, je décidais de ne pas relever et de répondre à la question. Il m’apparut bien vite qu'il allait falloir plus de cinq secondes de réflexion pour y répondre, c'était tellement loin tout ça, le jour de la première connexion, j'avais presque la sensation que ça appartenait à une autre vie, une autre époque, un autre monde, tout avait tellement changé depuis.

« J'en sais rien »


C'était toujours comme ça, lorsque que j'hésitais, que j'avais besoin de réfléchir, je disais que je ne savais pas, comme un code pour demander à l'autre de me laisser le temps de me plonger un peu plus dans mes pensées, c'était déjà ainsi à l'époque où il me connaissait.
Et, c'est ce que je fis, je remontais mes pensées, mes souvenirs, je remontais le temps jusqu'à ce jour  où tout avait basculé. Ça faisait déjà plusieurs jours que j'entendais les rumeurs à propos de ce jeu étrange, mais je ne les prenais pas au sérieux, un jeu qui tuait les gens pour de vrai, qui effaçait les handicaps, c'était complètement dénué du moindre sens. Je savais bien que nous étions à l'aube d'une ère nouvelle, j'avais déjà vu le monde changer depuis mon enfance, l'espèce humaine évoluer beaucoup trop brutalement mais tout de même, il y avait encore certaines choses choses qui étaient de la pure science fiction à mes yeux et pourtant j'étais curieux, curieux et, je le savais à présent, je l'avais compris avec le recul, en quête désespérée d'une dose supplémentaire d'adrénaline.
L'adrénaline, c'était déjà ma drogue, mon unique addiction avant même l'existence du jeu, j'avais toujours eu besoin de me faire peur, de me faire mal, de jouer avec mes limites, je n'étais pas devenu boxeur sans raison et si ce soir là je m'étais connecté ce n'était pas non plus sans raison, c'était excitant de braver les interdits, transgresser les règles, c'était une occasion de voir une nouvelle fois où étaient mes limites, et longtemps j'avais vu le jeu ainsi comme un moyen de plus d'avoir ma dose mais ces derniers temps mon regard changeait, je prenais les choses avec plus de sérieux, j'avais la sensation d'être moins insouciant, de grandir, mais probablement pas pour le meilleur, bien plus pour le pire.

En tout les cas, je ne savais toujours pas ce que j'allais répondre à Pamplemousse, devrais-je rester vague, dire que j'avais entendu des rumeurs, que j'avais juste voulu vérifier ou être honnête, admettre que la curiosité n'était qu'un prétexte, que j'étais un genre de camé qui avait besoin de se mettre en danger pour se sentir vivant ? Après tout...pourquoi s'en cacher ? Je n'étais probablement pas le seul dans ce cas, personne ne se jette d'une falaise juste pour vérifier si l'atterrissage est vraiment aussi douloureux qu'on le dit, il faut toujours un but, une motivation, une menace, il faut quelque chose, la curiosité ne suffit pas.

« Je suppose que j'ai juste pas vraiment changé depuis la fac, j'ai toujours besoin de repousser mes limites et de voir jusqu'où je peux aller, le jeu c'était juste un moyen comme un autre. Et toi ? »

Oui et lui ? Aussi imprécis que soient mes souvenirs, je ne me rappelais pas d'un Samuel intrépide, alors qu'est-ce qui avait bien pu le motiver lui ? Quelle était sa raison ? Quels étaient ses démons ?




code by Silver Lungs

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Des retrouvailles ... mouvementées. [Isaïah]   Dim 11 Déc - 15:44
 

Samuel ∞ Isaïah

Des retrouvailles ... mouvementées.


Chaque phrase, chaque mot qu'il prononce semble être une longue agonie dont la fin n'existe pas. La langue qui fouette son palais lui donne envie de vomir du sang et d'éjecter hors de lui toute cette frustration qui a pris place dans son corps. Mais il tient bon, étonnement. Voilà bien longtemps que le Samuel de tous les jours se seraient enfuis en courant. Est-ce l'espoir d'un renouveau rayonnant qui lui donne tant de courage ou au contraire la peur de se retourner et d'être juger, encore une fois, pour sa lâcheté et sa couardise ? Il le sait très bien mais est trop effrayé à l'idée de laisser sa penser formuler ces mots.
Isaïah le fixe d'un regard qu'il tente de faire passer pour impassible. Mais quand bien même Samuel n'est pas un fin stratège il reste un bon observateur. Ses yeux ne sont pas fixes et passent du sol à lui de façon presque imperceptible. Ils sont tous les deux dans la même situation, incapables d'exprimer les véritables émotions qui impriment leurs cœurs de regrets. Les réponses d'Isaïah se font attendre, chaque seconde se transforme en gouttes de sueur qui viennent dévaler le long du front du Pamplemousse. En tendant l'oreille il pourrait même entendre le glas retentissant qui parcours son corps au rythme des battements de son cœur. Mais il est bien trop concentré sur les lèvres de l'eshu pour faire attention aux cris de ses organes et de ses membres qui ne cessent de trembler.

« Je suppose que j'ai juste pas vraiment changé depuis la fac, j'ai toujours besoin de repousser mes limites et de voir jusqu'où je peux aller, le jeu c'était juste un moyen comme un autre. »

Samuel feint la surprise mais rien ne l'étonne dans ce qu'il entend. Il est vrai que son ami, ancien ami, a toujours eu cette fâcheuse tendance à chercher l'excitation de l'adrénaline, un besoin qui venait constamment s'opposer à ceux du blondinet. Il disait sûrement vrai. Beaucoup de joueurs arrivent sur DG sans but particulier, simplement pour voir, pour explorer ce monde dont on leur à sur vendu les bienfaits. Ils veulent tester leurs forces, découvrir les aptitudes qu'ils peuvent développer dans un endroit hostile comme celui ci. C'est une sorte de monde d'expérimentation et de défouloir pour ceux qui veulent découvrir ce dont ils sont capables dans un monde dénué de règles. Peut être n'est ce là pas la seule raison qui l'a amené sur ces terres, mais pour le moment le fruit s'en contentera.

« Et toi ? »

Ses tempes explosent sous la pression lorsque Samuel réalise ce qu'il vient de faire. Sa question bateau ne l'était pas assez pour lui. En voulant guider Isaïah sur la voie du virtuel il l'a en fait amené vers le réel, vers cet amas d'ordures qu'il voulait à tout prix éviter. Ce qui l'a amené ici ? Tant de choses. Toutes ces raisons qu'il n'a jamais dévoilé à personne entièrement, tel un secret immuable qu'on ne peut délivrer sans en succomber.
Son regard azur se perd dans l'horizon du mensonge, vers cet ailleurs d'une richesse infinie dont il use tous les jours. Faut-il à nouveau y piocher un trésor et l'offrir à son ancien ami ? Ne vaut-il pas mieux que des paroles affublées d’ornements scintillants derrière lesquels ne se cache rien que le néant ?
Et toi. Ces paroles se collent à sa cervelle, plantant leur crocs voraces dans la cacahuète spongieuse. Isaïah ne le quitte plus des yeux à présent. Il veut savoir. Évidemment. 5 ans sans nouvelles, ça fait long la promenade. Mais comment veux-tu qu'il te dise la vérité, petit eshu ? Alors que ce grand garçon n'est même pas capable de se l'avouer à lui même ? Vérité ou mensonge sont deux adversaires qui se battent en duel à mort, mais l'un d'entre eux est bien plus entraîné que le second.

« Moi … Et bien … j'en ai entendu parlé sur internet. Tout un univers virtuel où l'on peut faire ce que l'on veut, forcément, ça donne envie... »

C'est un bon début, non ? Il n'a pas menti, enfin pas vraiment. On parle de mensonge par omission, mais il a encore le temps d'en dire plus. Sa gorge se serre, comme si une main invisible tentait de l'étouffer. Il sait ce que c'est. Son esprit le sait très bien. Si il ne le dit pas maintenant, il ne l'avouera jamais. Mais le dire, prononcer ces mots, ces quelques paroles, c'est en dévoiler tellement sur lui, sur son âme, sur sa vie.

« J'avais besoin de m'enfuir de ce monde de merde. »

Tant pis. Tout est dit, à présent. Il est enfin parvenu à éjecter cette boule de regrets restée tant d'année au fond de sa gorge, l'empêchant de respirer correctement chaque jour. Ses yeux s'embrument de larmes mais il ne s'en rend pas compte, perdu dans une mer d'angoisse qui l’engloutit peu à peu.  


code by Silver Lungs

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Des retrouvailles ... mouvementées. [Isaïah]   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM