Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
KERRIGAN
<b>bavardages</b> 765 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Natalie Portman
CREDITS : avatar (c) avengedinchains, sign (c) anaelle
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Milice (Guenièvre)


MessageSujet: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   Mer 1 Juin - 1:07
Assise devant la télévision, une bouteille de whisky à moitié entamée à la main, Sibel regarde, absente, défiler devant ses yeux des images d'horreur : explosions, cris, sang qui macule la poussière des rues dévastées par la connerie humaine. Saloperie, qu'elle songe, portant le goulot à ses lèvres. Il y a un temps, elle y vivait; elle parcourait ces rues avec une insouciance qui l'avait quittée depuis longtemps. Une joie de vivre qu'elle avait abandonnée. Un optimisme qui lui donnait aujourd'hui la nausée juste d'y penser. Elle n'avait plus rien en commun avec l'ancienne Sibel, celle d'il y a 10 ans. Plus rien sauf une paire de bouffons, souvenir doux amer qu'elle chérissait encore malgré elle.

**********

« OK, Markus, ôte tes mains! » Sibel sautille, le visage fendu d'un large sourire, alors qu'elle signale avec insistance au reporter de découvrir les yeux du troisième larron. Impatiente, elle replace d'un geste habitué le foulard qui couvre prudemment ses cheveux. Devant eux, la vitrine d'un magasin au nom ostentatoirement italien dans laquelle étaient mis en vedette des costards hors de prix et des accessoires pour hommes. Un trésor de boutique dans un oasis de richesse au creux d'Alep, alors que la ville est toujours épargnée par les horreurs qui sévissent ailleurs au pays. « J'ai parlé au proprio, on a la boutique pour nous pendant une partie de l'après-midi. » L'avantage de parler italien, et de connaître mieux que quiconque l'art de la négociation. La diplomate attrape l'avant-bras de leur victime, anticipant son refus - ou du moins son appréhension. « Allez, Roy, tu vas mettre autre chose que ton uniforme crade, pour une fois! Fais-moi plaisir, on a si rarement congé tous ensemble! » insiste-t-elle, décochant un coup d'œil insistant à Markus pour qu'il abonde en son sens.

Quoi qu'il en soit, elle pousse le militaire à l'intérieur; ils se voient aussitôt accueillis par un homme dans la cinquantaine vêtu avec goût, qui s'adresse à eux d'abord en italien, le temps de quelques salutations, puis dans un anglais brisé, les invitant à parcourir la boutique et à essayer tout ce qui leur plaisait. Dans la sécurité de ce lieu privé, Sibel peut se permettre de retirer son foulard, secouant sa tête pour redonner un peu de volume à sa longue crinière auburn. Satisfaite, elle se tourne vers les deux hommes, tout sourire. « Vous avez vu cet endroit? Je rêve! » s'extasie-t-elle, ne sachant où poser le regard. Chaque coup d'œil est plus intéressant que le précédent, dévoilant, à son plus grand plaisir, des marques hors de prix et des noms familiers qui lui rappellent inévitablement son poste en Italie. S'avançant dans la boutique pour y faire un tour sur elle-même, faisant voleter sa longue robe, l'air espiègle, elle finit par reprendre la parole. « À vrai dire, Markus et moi on a eu une idée, » qu'elle entame, peinant à contenir son enthousiasme. Elle hésite, puis trépigne, l'air excité, agitant ses mains devant elle comme une enfant qui tente de ne pas balancer un secret. « Allez, dis-lui! » qu'elle exhorte le reporter, incapable de tenir sur place.

Le temps qu'elle passait seule avec Markus n'était que rarement ponctué de longues conversations portées sur l'avenir et l'état du monde. Or, il en ressortait parfois des idées aussi puériles que géniales. Dans un pays comme la Syrie, confrontés à la guerre et à la misère, on s'amuse comme on peut, après tout. Roy était celui qui en faisait le plus les frais, constamment sur le terrain; aussi les deux amis avaient-ils décidé de faire une surprise à leur plus proche compère, espérant lui changer les idées l'espace d'une soirée.



it's a cruel world to face on your own
a heavy cross to carry along

Invité
Invité


MessageSujet: Re: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   Ven 3 Juin - 20:31
Regardant autour de lui avec curiosité, sans posséder l’excitation de Sibel ou la placidité de Roy, le reporter esquissa des sourires et laissa échapper de léger rires face à leurs échanges, la situation l’amusant et le réjouissant. « Markus te lègue sa place l'espace d'une soirée, j'espère que t'en profiteras un peu, quand même, espèce de coincé. » Haussant les sourcils, un léger sourire à la commissures des lèvres, il s’appuya contre un mur, les bras croisés. « Je lègue ma place? Vraiment? Un terme du contrat que j’avais pas lu apparemment. » Moqueur et pourtant enthousiaste, il finit par hausser les épaules, l’air de rien, jouant à l’homme faussement blessé par la remarque alors qu’un sourire venait trahir son visage. « C’est ça de signer des contrats avec des femmes, ça vous embobine avec des petits caractères. »

Voyant la jeune femme s’approcher pour lui tendre quelques habits, le reporter hocha la tête, riant à sa remarque sur ses cheveux. À l’époque, Markus ne tenait pas autant à ses boucles noires qu’aujourd’hui. « Ça me va. » Faisant signe à l’un des hommes du bout de l’index, il lui demanda de s’approcher davantage, lui posant le costume dans les bras avant de poser une main sur son épaule, lui parlant à voix basse tandis que Sibel s’occupait de Roy. Partant dans l’arrière boutique durant de longues minutes il revînt le crâne et la barbe rasée. « TADA! » Hurla-t-il dans la boutique, passant sa main sur le duvet qui avait remplacé les boucles nombreuses et épaisses.

« Vous savez que je ferais n’importe quelle connerie pour vous deux. » Saisissant le costume précipitamment des mains du vendeur, il le remercia rapidement, ingrat qu’il était, s’en allant se changer avec le sourire d’un enfant avant de sortir habillé. « J’ai l’air… » Se regardant dans un miroir, il s’humecta les lèvres avant d’exploser de rire. « J’ai l’air d’un gros con. »


Dernière édition par Markus Kapel le Lun 4 Juil - 17:20, édité 1 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   Mar 7 Juin - 22:16
Les mains du photographe levèrent le voile et Roy pu découvrir la fameuse surprise dont ses amis s'étaient tant vantés. Devant la boutique de luxe qui se présentait à lui, il resta un moment perplexe avant de regarder dans les alentours pour trouver la vraie dites surprise. Mais l'excitation de la diplomate semblait tellement à son compte qu'il dû se résoudre à regarder de nouveau la vitrine du magasin. « C'est une blague ? » Qu'il finit par lancer alors qu'ils entraient tout deux sans même chercher à lui expliquer plus. « Quoi vous êtes sérieux en plus ? » Il tenta une dernière fois d'un air désespéré. alors qu'il se retrouvait seul sur le pas de la porte. Il pensa faire demi-tour pour les abandonner à leur folle idée. Puis les regards tantôt effarés, tantôt méprisant le dissuadèrent de traverser Alep dans son treillis qui hurlait son appartenance aux USA. A l'inverse, il était bien plus aisé pour Sibel et Markus de se fondre dans la foule. Alors c'est à contre cœur qu'il décida de ne pas s'en séparer.

En arrivant bien après eux, il fit la rencontrer du très distingué gérant de la boutique. Celui-ci devint livide à la vue des rangers terreuses souillées l'épaisse moquette de l'établissement. Roy se demanda s'il allait faire une syncope avant de comprendre qu'il était le problème. « Oui ben figurez-vous que ça m'enjaille pas non plus. » Il n'avait pas osé lui dire que les dégâts seraient bien pire quand il devrait les défaire. Et les refaire. Le brun les rejoignit avec une certaine hésitation dans un vaste salon qui leur était réservé pour l'après-midi selon les dires de la jeune femme. La question de savoir contre quoi elle avait échangé cette exclusivité lui brûlait les lèvres mais il avait mieux à se soucier pour le moment. Qu'est-ce qu'il foutait là ? Il était bien trop préoccuper par ce qu'il allait suivre pour s'extasier devant la magnificence des lieux. Planté au milieu d'un environnement dans lequel il faisait ridiculement tâche, il apprit enfin le fin mot de l'histoire lorsque Sibel força la main au photographe. Et après un instant silencieux, Roy ne pu s'empêcher de rire. Il ria nerveusement avant de réellement se fendre la poire. « Bordel vous êtes vraiment les pires. Mais vraiment les pires ! Toujours hilare, il tira ses cheveux fraîchement coupé au camp en arrière, essayant de se faire à cette folle idée. C'est pour ça que je vous aime je crois. » Conclut-il, plus calmé, comme s'il acceptait doucement le plan.

Le soldat se mit à faire le tour de la pièce, parcourant des yeux les divers costume qui s'offraient à lui en guise de modèle. Il osait même pas toucher le tissu, alors le porter serait une tout autre histoire. A vrai dire il suait déjà à l'idée de porter un trois pièces dans un pays aussi chaud. Mais si une bonne bouffe était à la clef... Difficile de dire non quand il avait passé ses dernières semaines à manger des conserves et des plats tout préparé au milieu du désert. « Mais du coup, si j'ai bien compris... Sibel jouera l’escorte girl obligée de se lover à mon bras toute la soirée et toi, Mark, tu devras montrer les dents dès qu'une personne s'approche trop de moi ? » S'étant tourné vers eux, Roy agita doucement sa mâchoire comme s'il réfléchissait réellement alors qu'il savait très bien en quoi ça consistait. Si l'instant de quelques secondes il semblait emballé, il finit par revenir sur le dit plan. « Je comprends pas, c'est pas l'inverse normalement ? Je veux dire, Sibel, regarde sa tête ! Il serait parfait en riche prince saoudien ou grand mafieux mexicain. En revenant vers les canapés de velours, il précisa à Markus pour se rattraper : Sans offense hein, je trouve les mafieux mexicain hyper classe. » Le brun s'étala dans le canapé, n'ayant pas connu telle douceur depuis des lustres. Il jugea le tout avec ses mains qui passait et repassait sur le tissu, tel un enfant.
avatar
KERRIGAN
<b>bavardages</b> 765 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Natalie Portman
CREDITS : avatar (c) avengedinchains, sign (c) anaelle
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Milice (Guenièvre)


MessageSujet: Re: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   Lun 20 Juin - 18:15
Elle n'entend pas la remarque moqueuse de Markus, trop occupée par les opulents articles qu'elle peut voir à travers la vitrine. Un pas dans la boutique et elle est conquise, virevoltant d'un présentoir à l'autre, parfaitement dans son élément. Il ne manque qu'une chose : que Roy approuve leur plan. Il n'avait aucune raison de refuser; de toute manière, Sibel était persuadée qu'avec quelques arguments bien placés, elle parviendrait à le faire changer d'avis. Le reporter expose l'objectif de leur soirée alors que la demoiselle, à quelques pas de là, doit se retenir de couiner d'excitation, reconnaissant le rire nerveux du militaire comme étant une acceptation tacite du déroulement de la soirée. Elle comprend qu'il puisse être réticent, nerveux; mais le changement d'air lui ferait du bien, elle en était persuadée. « Alors, on se trouve tous de quoi s'habiller, histoire d'être crédibles, et après, on s'amuse! » qu'elle conclut, fébrile, imaginant déjà à quel point la soirée serait mémorable.

Parcourant lentement les costumes soigneusement rangés, Sibel perçoit la question de Roy d'une oreille, tournant la tête, mimant une expression outrée à la mention du mot « escorte », peu crédible en raison de son sourire en coin irrépressible. « Exactement », qu'elle finit par acquiescer, passant ses doigts sur le col d'un habit, l'évaluant mentalement avant de passer au suivant. Un nouvel élan de protestations ne tarde pas et la jeune femme se tourne en direction du militaire, à moitié exaspérée. « Eh, t'es en train de te plaindre que tu pourras poser tes mains où tu veux ou je rêve? » Elle marque une petite pause, toisant Markus et Roy tour à tour, l'air espiègle. « Markus te lègue sa place l'espace d'une soirée, j'espère que t'en profiteras un peu, quand même, espèce de coincé. » Elle pince les lèvres pour réprimer un rire, puis se retourne vers les vêtements.

Elle fixe un instant un trois pièces entièrement noir avant de le décrocher de son rail pour venir le poser près de Markus. « Pour toi », qu'elle précise, attrapant au vol une chemise noire. « Ça fera plus garde du corps si t'es tout en noir. J'te raserais bien les cheveux dans ton sommeil pour le bien de la cause, mais j'ai peur de ta réaction, quand même. » Aussi rapidement qu'elle s'est approchée, elle s'éloigne, à la recherche de quelque chose qui irait bien à Roy. Laissant les deux compères sur leurs canapés, elle consulte brièvement le tailleur en italien. « Marine ou gris? » qu'elle demande; sans même attendre de réponse, elle remet le gris sur le rail. « Marine. » Petite dictatrice de la mode qu'elle était, elle choisit avec un soin étonnant la chemise parfaite pour Roy, sans même lui demander son avis. Quelques instants plus tard, elle leur fait signe afin qu'ils viennent essayer le tout, sous l'œil attentif du tailleur, qui ferait les ajustements nécessaires.

« Y'a des cabines là », qu'elle indique, traduisant l'italien du propriétaire. « Dommage, j'aurais pu me rincer l'œil », qu'elle regrette avec une certaine espièglerie.



it's a cruel world to face on your own
a heavy cross to carry along


Dernière édition par Sibel Özal le Sam 16 Juil - 21:19, édité 1 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   Lun 4 Juil - 17:21
Regardant autour de lui avec curiosité, sans posséder l’excitation de Sibel ou la placidité de Roy, le reporter esquissa des sourires et laissa échapper de léger rires face à leurs échanges, la situation l’amusant et le réjouissant. « Markus te lègue sa place l'espace d'une soirée, j'espère que t'en profiteras un peu, quand même, espèce de coincé. » Haussant les sourcils, un léger sourire à la commissures des lèvres, il s’appuya contre un mur, les bras croisés. « Je lègue ma place? Vraiment? Un terme du contrat que j’avais pas lu apparemment. » Moqueur et pourtant enthousiaste, il finit par hausser les épaules, l’air de rien, jouant à l’homme faussement blessé par la remarque alors qu’un sourire venait trahir son visage. « C’est ça de signer des contrats avec des femmes, ça vous embobine avec des petits caractères. »

Voyant la jeune femme s’approcher pour lui tendre quelques habits, le reporter hocha la tête, riant à sa remarque sur ses cheveux. À l’époque, Markus ne tenait pas autant à ses boucles noires qu’aujourd’hui. « Ça me va. » Faisant signe à l’un des hommes du bout de l’index, il lui demanda de s’approcher davantage, lui posant le costume dans les bras avant de poser une main sur son épaule, lui parlant à voix basse tandis que Sibel s’occupait de Roy. Partant dans l’arrière boutique durant de longues minutes il revînt le crâne et la barbe rasée. « TADA! » Hurla-t-il dans la boutique, passant sa main sur le duvet qui avait remplacé les boucles nombreuses et épaisses.

« Vous savez que je ferais n’importe quelle connerie pour vous deux. » Saisissant le costume précipitamment des mains du vendeur, il le remercia rapidement, ingrat qu’il était, s’en allant se changer avec le sourire d’un enfant avant de sortir habillé. « J’ai l’air… » Se regardant dans un miroir, il s’humecta les lèvres avant d’exploser de rire. « J’ai l’air d’un gros con. »

Invité
Invité


MessageSujet: Re: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   Sam 16 Juil - 1:31
Roy était perdu. Entre ce que Sibel avait en tête et ce que Markus voulait bien accepter, le brun ne savait plus où se mettre. Son regard fit plusieurs aller-retour entre elle et lui, tentant d'y trouvé humour et sérieux, ironie et vérité. Puis il abandonna, s'enfonçant avec moins de retenu dans le canapé. « J'ai dû louper un chapitre avec vous deux. Je sais plus ce qu'il en est. » Qu'il avoua en soupirant, se disant qu'après tout il verrait le moment voulu et que si Markus venait à lui en mettre une pour un geste déplacé, il encaisserait mieux que ce qu'il vivait sur le terrain.

Le militaire profite d'un instant de répit pour se détendre, la tête penché en arrière sur le dossier plus que moelleux. La diplomate semblait totalement gérer la situation, alors il fit une halte pour profiter de l'endroit rafraîchissant et plus que calme comparé à tous les autres lieux d'Alep. Il ouvrit à peine un œil pour voir ce qu'elle imposait au photographe puis attendit son sort. « Marine ou gris ? » Il n'eut le temps de relever la tête qu'elle lui tendit déjà son costume d'un bleu profond qu'il se surprend à aimer, lui que ça laisse le plus souvent indifférent. Il obéit aussitôt, comme un bon militaire maintenant qu'il s'est fais à l'idée de passer la soirée en costume. Il haussa les épaules quand il fit obligé de se changer en cabine, précisant alors : « Je vais complexé Markus si je me change ici. Pense à lui. » Il profita de son absence pour se foutre de lui avant de disparaître dans la dite cabine. Il finissait d'attacher les boutons de ses manches quand il entendit le fou rire de Markus. Se précipitant à l'extérieur, il eut l'étrange réflexe de regarder d'abord Sibel, en pensant qu'elle était l'origine du rire avant de voir le crâne rasé son ami. Le fou rire ne tarde pas, un rire qui arrache même un gloussement au responsable du magasin qui tente de rester sobre. « Putain mais ce que vous êtes pas prêt à faire juste pour manger gratuitement, j'y crois pas. »

Il faut le temps d'adaptation à la coiffure du photographe avant que Roy n'aille se faire inspecter par la jeune femme quand il juge avoir fait le nécessaire. Il se soumet à son regard et toutes les retouches dont il ne doute pas qu'elle ferait. Alors il écarte légèrement les bras, levant le menton pour qu'elle s'y attèle avant d'aller se voir dans un miroir. Il ne fit aucune réflexion, si ce n'est un sourire satisfait de son apparence. Il eut une pensé pour son frère, à qu'il aurait bien envoyé une photo pour lui montrer ce qu'il faisait à l'autre bout du monde pour qu'il arrête de s'inquiéter pour lui.

« Bon et toi alors ? »
Qu'il fit en se retournant vivement vers Sibel, plus que curieux. « C'est bien beau de nous relooker mais tout le monde doit y passer. Et encore, t'as de la chance d'être dans un pays pudique, sinon je suis pas sûre que tu te serais sentie totalement habillée. » Entre une tenue de soirée en Syrie et aux Etats-Unis, il y avait un monde. Alors il voulait bien savoir de quelle manière elle avait su se débrouiller pour clore leurs préparatifs. « Ah et, vous avez déjà choisis le restaurant en question ? Parce que si je peux faire une poposition j'ai toujours rêvé de manger dans palace en centre-ville aux allures d'oasis. »

avatar
KERRIGAN
<b>bavardages</b> 765 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Natalie Portman
CREDITS : avatar (c) avengedinchains, sign (c) anaelle
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Milice (Guenièvre)


MessageSujet: Re: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   Mar 19 Juil - 23:43
La diplomate plisse le nez, assénant au reporter un faux coup de poing sur l’épaule, amusée. Elle ne lui tient pas rigueur du commentaire qu’il adresse à Roy, sachant pertinemment que l’idée de faire du militaire la pièce centrale de leur mise en scène venait de lui. Elle ne le regarde même pas s’exiler vers les cabines, se contentant de s’occuper de la tenue du prince de la soirée, sans trop se soucier de son opinion -- elle avait une confiance absolue en ses goûts et son propre sens de la mode. Amusée par le commentaire du militaire, elle lui fait signe de vite filer dans les cabines, impatiente de connaître le résultat.
Pendant qu’ils sont tous deux hors de son champ de vision, elle échange quelques mots avec le propriétaire, qui se révèle soudainement moins coincé, comme s’il retenait un sourire amusé. Ce n’est que lorsqu’elle voit Markus sauter hors de l’arrière-boutique qu’elle comprend. Par réflexe, elle plaque ses deux mains manucurées sur sa bouche, les yeux arrondis dans une expression à mi-chemin entre l’horreur et l’hilarité. « Mais qu’est-ce que t’as fait pauvre taré! » qu’elle s’esclaffe finalement, peinant à reprendre son souffle et tentant en vain d’assécher ses yeux sans étaler son maquillage. Le plus dur à croire, c’est que le tenancier de la boutique a accepté et contribué à ce plan débile dont Sibel n’arrive toujours pas à se remettre.

Roy se soumettant finalement à une inspection en règle de son habit, elle le fait tournoyer sans ménagement, ajustant le moindre pli, replaçant le moindre pan de tissu mal rempli. Il a fière allure, c’est indéniable. Posant les mains sur les épaules du militaire pour qu’il lui fasse à nouveau face, elle plaque doucement les épaulettes du costume, passant ses mains sur le tissu, un petit sourire aux lèvres. Satisfaite, elle laisse ses mains glisser sur le torse de Roy, prétextant remettre sa cravate droite, avant de le laisser aller constater l’amélioration dans le miroir. Quant à Markus… « C’est ta nouvelle coupe; t’as que toi à blâmer. L’habit est parfait. » Forcément, puisque c’est elle qui l’avait choisi. Elle lui décoche une moue moqueuse, répétant son manège avec le costume plus sobre du faux garde du corps, non sans laisser davantage glisser ses mains, espiègle, à des endroits moins chastes. Si elle ajustait les plis de ses vêtements maintenant, elle prendrait un grand plaisir à gâcher son propre travail une fois qu’ils seraient rentrés. « Moi? » qu’elle fait finalement, tournant le regard vers Roy. Elle tente de paraître surprise, innocente, mais au fond de son regard brille une lueur d’espièglerie qui lui est caractéristique -- et que les deux hommes connaissent parfaitement bien. « Tu crois quoi? Que je vais vous laisser vous amuser tout seuls? » Les commissures de ses lèvres s’étirent lentement et elle adresse un regard entendu au propriétaire de la boutique, qui lui désigne une dernière cabine, inoccupée, dans laquelle est accroché une housse mystérieuse. « Vous savez bien que je prévois toujours tout. »

Et elle s’apprête à troquer une tenue modeste, sobre au possible, pour une tenue qui lui seyait bien mieux. « C’est exactement là qu’on va », que Sibel répond depuis l’intérieur de la cabine, à la demande de Roy, tout de même soulagée qu’ils aient eu la bonne idée de penser à cet endroit. Les réservations étaient même faites -- dans une salle à part, où elle pourrait arborer la tenue qui lui plaisait sans s’attirer les foudres des clients plus conservateurs. Quelques minutes suffisent pour qu’elle ressorte de la cabine vêtue bien autrement. Une robe somme toute sobre, mais qui détonnait largement avec ce qu’elle était contrainte de porter au quotidien. Soudainement plus grande de quelque centimètres en raison des talons qu’elle portait, elle lisse la robe cramoisie, qui lui colle à la peau jusqu’aux hanches avant de tomber en longs pans paresseux jusqu’à ses orteils, tournant sur elle-même pour qu’ils puissent constater son audacieux choix. « Alors? » qu’elle demande, sourire aux lèvres, profitant de la liberté de mouvement que lui permettait la tenue. « V’nez par là », qu’elle insiste, pêchant son portable dans son décolleté. « J’insiste pour qu’on prenne une photo. Et pas de mais! » Elle tient l’appareil à bout de bras, ajustant l’angle afin de mieux capter les deux hommes dans la photo, sans grand succès. « Faites pas genre vous êtes gênés, collez-vous un peu, j’peux pas cadrer tout le monde comme ça! »



it's a cruel world to face on your own
a heavy cross to carry along

Invité
Invité


MessageSujet: Re: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   Sam 23 Juil - 2:44
Les réactions sont cocasses, fleuries, tout ce qu’il désirait. L’air horrifié de Sibel est un peu la cerise sur le gâteau tandis que la remarque de Roy lui arrache un large sourire. Ce n’était pas pour manger gratuit qu’il était prêt à tout, c’était pour eux, une nuance large, mais qui à l’époque ne se disait pas à voix haute et lui paraissait évidente malgré les rires gras. L’effervescence, dans le magasin provoqué par seulement eux trois, le comportement dirigiste de la jeune femme, la nonchalance de Roy était un sentiment habituel à ses yeux, loin de s’imaginer que dans quelques années, dans peu de temps sur une ligne chronologie, tout cela finirait par s’effondrer à cause de la lâcheté de tous.

Pour le moment, inconscient, il regardait les choses se faire avec une certaine bonne humeur, d’autant plus lorsque la diplomate désira prendre une photo. « Ça va, ça va. » Il tenta un air faussement agacé malgré sa mâchoire carrée étirée par un sourire. Se mettant sur l’extrême gauche, l’une de ses mains vînt agripper le postérieur de Roy, l’autre celui de Sibel tandis qu’il hurla « SURPRISE. » au moment où ils prirent la photo. Le souvenir serait d’autant plus saisissant et bien qu’il s’attendait à une déferlante d’insulte, il savait qu’ils viendraient les remercier dans dix ou vingt ans, lorsqu’ils verraient à nouveau la photographie.

Se tournant vers Roy, hilare, il fit mine les mains tendues de presser un postérieur imaginaire, le regardant. « C’est fou comme l’armée ça t’as fais un p’tit cul en béton. J’te jure Sibel tu devrais toucher, c’est une expérience genre, rencontre du troisième type! » Venant serrer la main du patron de la boutique ainsi que celles du vendeur, bien trop patient à ses yeux pour les sales qu’ils — ou il — étaient, il se dirigea vers la sortie, la chaleur venant à nouveau le frapper plein de fouet. La poussière comme le soleil ne lui avait pas manqué dans la boutique climatisée.

Mettant sur le bout de son nez une paire de lunette de soleil, il prit un accent en s’adressant. « Missieur Roy. » Les retirant d’un coup sec, il les regarda, les bras ballants. « Je pouvais pas écoper d’un rôle plus cliché et raciste juste au cas où, histoire de me rappeler un peu mes origines? »

Invité
Invité


MessageSujet: Re: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   Mar 9 Aoû - 17:05
[...] A quelques pas du restaurant qui se distinguait par son architecture grandiose, criant de luxe, Roy tend son bras plié en direction de Sibel. Il l'invite à se saisir de celui-ci avant de s'exposer à tous les regards bientôt sur eux. Il fait un tour du regard, d'abord sur la jeune femme dans sa tenue dans laquelle il n'avait pas encore osé faire de commentaire. Puis sur son ami à ses côtés qui remplissait décidément que trop bien son rôle de garde du corps. Dans ces tenues, difficile de croire que c'était plutôt que l'inverse, le militaire ayant déjà plusieurs fois escorté le photographe en zone sensible.

Passant d'un trottoir à l'autre, le brun fait attention à ne pas marcher sur les pans de sa robe qui viendraient à dépasser. Autant dire qu'il n'avait rien d'à l’aise dans ses chaussures qui tranchait grandement avec les lourdes rangers qui lui collait d'habitude aux pieds. « On te laisse gérer le type à l'accueil. Je vais avoir l'air con si j'ouvre la bouche. » Qu'il lance à la diplomate, persuadé de parler pour lui mais aussi pour Markus. Forcé de constater que ce dernier joue bien mieux la comédie que lui d'ailleurs. Il le regarde par-dessus de son épaule et, interceptant ses yeux, il lui ordonne en agitant les lèvres mais sans dire mot de relever ses yeux qui s'étaient perdu sur le bassin de la jeune femme. Ils faisaient mieux de rester cohérents jusqu'à être à l'abris des regards.

Dépassant la file d'attente qui se formait à l'entrée du restaurant, l'homme d'affaire du soir se laisse guider par sa compagne, essayant de franchir les escaliers avant une indifférence de type trop friqué. C'est lorsque Sibel s'occupe de la réservation qu'il se rend compte qu'il n'a rien demandé quant à son faux nom du soir. « Monsieur Winch, par-cii je vous prie. » La tentative d'anglais du serveur lui fait hausser un sourcil qu'il s'empresse d'abaisser aussitôt alors qu'ils sont guidés dans une salle à part aux tables communes. Il se brusque pour ne pas faire traîner ses yeux de gamin émerveillés sur les décorations et se trouve enfin soulagé quand ils sont arrivés. Le serveur attend qu'ils soient correctement installé et Roy profite de sa présence pour faire chier Markus. « Restez dans le couloir Garett, je ne voudrais pas qu'on nous dérange. » Sachant qu'il serait obligé de s'y plier s’il ne voulait pas griller leur couverture, Roy se pince les lèvres pour ne pas pouffer de rire alors qu'il s'installe avec Sibel à la grande tablée réservé.

avatar
KERRIGAN
<b>bavardages</b> 765 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Natalie Portman
CREDITS : avatar (c) avengedinchains, sign (c) anaelle
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Milice (Guenièvre)


MessageSujet: Re: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   Lun 22 Aoû - 22:21
Elle décoche un coup d’œil gentiment moqueur à Markus, par-dessus son épaule, avant de glisser doucement son bras contre celui de Roy. La nouvelle proximité l’amuse; c’est une aventure d’un autre genre, en compagnie des deux personnes qu’elle apprécie le plus dans ces terres désolées où l’on ne trouvait que trop rarement le temps de s’amuser. Devant la porte, elle se tient soudainement plus droite, plus distinguée, plus fière alors qu’elle déclame dans son plus bel – et faux – accent britannique l’estimé personnage qui daigne se présenter à cet établissement. S’il lui aurait été pratique de faire usage de l’arabe syrien en cet instant, il valait mieux pour elle mettre le plus de distance entre elle et toute coutume moyen orientale. Simple précaution.

Ils s’installent dans la petite pièce à part du reste, à l’abri des yeux et des oreilles indiscrets. Leur présence n’est pas restée inaperçue pendant les brefs instants où ils se sont retrouvés parmi les convives; il faut dire que Sibel avait dû jouer de quelques contacts pour pouvoir obtenir l’accès à la salle privée, et que d’aucuns savaient sans doute que, par conséquent, ils étaient spéciaux. Sauf que pas du tout, et c’était ce qui amusait le plus la demoiselle. Même en additionnant leurs salaires à tous les trois, leurs économies, leurs actifs, ils étaient encore, collectivement, probablement bien pauvres comparés à la moyenne des convives. Sibel se glisse dans la pièce privée, suivie de Roy, s’installant à table, soudainement à nouveau dans son élément. Les conventions, l’étiquette – ça, ça la connaissait, ces petits détails si formels, si protocolaires, qu’elle aimait autant qu’elle détestait.

La Turque pince les lèvres lorsqu’elle entend l’interpellation de Roy. « C’est pas juste, je suis la seule à pas avoir de nom de code », qu’elle fait entre ses dents, retenant un rire, alors que le serveur s’éloigne. Elle adresse au militaire un sourire soudainement plus calme, comme si le seul fait de se retrouver dans une situation si surréaliste l’apaise; comme si elle n’avait pas encore réalisé. « Ma… Garett! » qu’elle appelle finalement d’un ton faussement hautain, signalant à l’homme d’entrer. « Garett, ayez l’obligeance de fermer la porte derrière vous. » Ce n’est que lorsque l’huis se referme qu’elle pouffe de rire, invitant Markus à s’asseoir avec eux. Elle avait réservé pour trois, après tout; quoi que cache le stratagème, ils étaient venus pour s’amuser tous ensemble. « Alors, vous trouvez ça comment? » Elle-même est surexcitée, maintenant qu’ils sont cachés aux autres convives; une excitation qui semble proportionnelle aux nombre de couverts qui flanquent chaque place.

« Je rêve de venir ici depuis que j’ai posé les pieds en Syrie », qu’elle avoue finalement, des étoiles dans les yeux, détaillant la pièce avec un vif intérêt, comme une gamine qui voit pour la première fois le château de Cendrillon à Disneyland. « J’aurais pas pu rêver d’y venir en meilleure compagnie. » Un peu de sérieux ne gâcherait pas le moment. Un peu de sincérité non plus. Un sourire un peu timide étire ses lèvres alors que le serveur dépose devant eux un verre au contenu inconnu, mais qu’elle observe avec intérêt.



it's a cruel world to face on your own
a heavy cross to carry along

Invité
Invité


MessageSujet: Re: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   Mar 23 Aoû - 16:20
La désobligeance dans le ton de la demoiselle l’appelant le fait sourire, intérieurement en majorité, se devant de rester de marbre. Rentrant, il ferma soigneusement la porte derrière lui, desserrant le col de sa chemise acérée par une cravate, soufflant bruyamment en venant s’affaler à leurs côtés. « C’est pas trop tôt. » Ronchonna-t-il, tout en se servant un verre qu’il bu d’une traite avant de froncer les sourcils, venant sortir la bouteille du saut à glace. « Ils se sont pas foutu de notre gueule, clairement. » Agréablement surpris, il vînt se redresser, levant les yeux pour profiter du cadre, souriant face aux remarques de Sibel, qui était de toute évidence, aux anges. Se détendant, il vînt saisir la carte se trouvant dans un écrin de cuir, la parcourant rapidement des yeux.

« Oué, quoiqu’il arrive, ça sera une bonne soirée. » De son côté, Markus dû jouer son rôle jusqu’à la fin de la soirée, se levant souvent précipitamment en entendant le bruit de la poignée, regardant toujours les serveurs avec suspicion. Son excuse pour ne plus être dans le couloir? Il se devait de surveiller les moindres faits et gestes de Monsieur Winch, quoiqu’il arrive, ce qu’il mangeait, buvait, respirait, tout. Tout devait être vérifié par ses soins. Tantôt agressif, tantôt menaçant, ses faux airs de gros bras s’envolaient rapidement une fois la porte fermée, un sourire souvent amusé aux lèvres. « Mais donnez à cet homme un Oscar! » Finit-il par dire lors de l’une de ses énièmes représentations, tenant l’une des bouteilles vides entre ses mains afin d’imiter le grand prix sacrant les acteurs.

Malgré la soirée, lorsqu’ils sortirent, il fallut rester dans le rôle jusqu’à ne plus être à portée de vue. Un coup sûrement en trop dans le nez, Markus resta tout de même droit, évitant de foutre le tout en l’air. Une fois éloignés, il enleva sa cravate, ouvrit les premiers boutons de sa chemise, respirant enfin. « Fiou. Ça change des portions de l’armée, y a pas à dire. »

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: piece of heaven in a burning hell (fb) markus, roy   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM