Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Guess who arrives ! [Phil&Aisling]
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: Guess who arrives ! [Phil&Aisling]   Mer 1 Juin - 19:54

❝ Guess wo arrives ! ❞
- Phil & Aisling -
   
 Elle traverse la foule, tente de se frayer un chemin au milieu de cette amas de graisse. Il était treize heures passé, l'heure de pointe par excellence. Tous marchaient les uns sur les autres, jouaient des épaules pour sortir un peu plus vite de cette véritable jungle humaine. Pas d'arbres, pas de lianes, non, juste des humains, et leurs bras.  Il y avait de quoi se croire dans une manifestation sur le point de dégénéré -nombreux seraient ceux qui pourrait vous le confirmer, Aisling la première-, et pourtant, aussi difficile soit-il à croire, il s'agissait du bagage quotidien des habitants de Chicago. Galère quotidienne des individus friands des grandes villes. L'irlandaise ne pouvait s'empêcher de ce maudire chaque secondes passante, d'avoir choisit de ce créneau précis pour aller rendre visite à sa sœur. Après tout, il s'agissait d'un débarquement surprise, alors une heure plus tôt, ou une heure plus tard, cela n'aurait rien changer.

Il lui sembla effleurer le saint Graal, lorsqu'enfin, la rouquine pu s'engouffrer dans la ruelle menant au domicile, de la mordu du travail qui lui servait de sœur. Jamais, plus jamais, elle s'en faisait la promesse, elle ne ce tenterait à nouveau de sortir à une telle heure. Ses doigts glissèrent habilement sur les sphères métalliques offrant l'accès à l'intérieur de l'immeuble. Elle tape du pied, attendant l'ascenseur. Jusqu'à ce que celui-ci ouvre ses portes, et la délivre enfin de la douce prison lumineuse dans laquelle il avait retenue Aisling, l'espace de quelques secondes. Le pallier s'offre à elle, les portes ornées des divers noms des résidant attira sa pupille. Il ne lui faut que quelques secondes pour trouver la masse de bois qui la séparait de Phil -il fallait avouer que le pallier n'était pas digne d'un labyrinthe- et de se poster face à celle-ci.

Son index vint innocemment couvrir l’œillet de la porte, empêchant ainsi sa sœur de pouvoir deviner qui débarquait ainsi chez elle, sans y avoir été convié. Bien qu'il semblait à Aisling qu'un milliard de possibilités ne devait pas s'offrir à celle-ci, elle ne la savait pas amie avec tout Chicago. Et puis, il n'y avait qu'elle, grande enfant qu'elle était, pour jouer ainsi avec un semblant de mystère.  Au mieux, sa sœur lui ouvrirait simplement la porte, au pire, elle serait accueilli sous le joug d'une arme quelconque.  

La première option ce présenta à la jeune-femme, et celle-ci ne se gêna pas pour se caler dans l’entrebâillement de la porte, un sourire faussement innocent étirant la commissure de ses lèvres.

_Alors comme ça, on s'offre des séjours imprévus à l’hôpital ?


Pas de '' Bonjour, comment ça vas ? ''. Futiles formalités qui étaient loin de paraître indispensable à une conversation, aux yeux de la rousse. Sa simple question servait à démontrer l’intérêt qu'elle pouvait porter à la santé de sa sœur. Peut-être lui taperait-elle un peu sur les doigts -que la tendance s'inverse pour une fois dans sa vie- d'avoir été imprudente lors de son travail. Le récent burn-out dont Aisling avait eu connaissance il n'y avait que quelque temps l'avait déjà bien suffisamment tourmenté, alors savoir que madame avait déjà gagner un billet pour l’hôpital, ce n'était pas vraiment l'idée qui enchantait l'irlandaise.   


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

   

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Guess who arrives ! [Phil&Aisling]   Lun 6 Juin - 22:59
La rouquine faisait les cent pas à travers son appartement pour tenter de calmer le ton de sa voix. Mais en vain. Elle hurlait sans concession à son rédacteur en chef qu'elle avait au téléphone. Elle forçait sur une cheville encore fragile, enjambant les pile de papier, dossier, journal et autre bazar qu'elle avait éparpillé dans un appartement aux allures pourtant si chic. Elle défendait avec vélocité l'article qu'elle avait écrit sur la récente manifestation. Et si d'habitude ses arguments étaient infondés, qu'elle ne passait pour une obsessionnelle -ce qu'elle était-, elle avait clairement ses raisons cette fois-ci. Les ventes de ce numéro avaient explosé. On s'était arraché le Chicago Tribune parce qu'il défendait la même cause que les manifestants au lieu de se retourner contre eux. Les manifestants étant la majorité, elle avait visé juste. Mais son supérieur refusait de l'avouer et préférait souligner son manque de discipline et l'affront qu'elle lui avait fais en ne lui soumettant pas l'article avant de le publier.

Ding. Sauvée par le Dong.

Sans raccrocher, elle s'empressa néanmoins de se jeter à sa porte pour plonger son regard à travers l'oeil de boeuf. Il lui faut quelques secondes pour comprendre que le palier n'a pas subi de coupure de courant et que ce visiteur surprise lui faisait une mauvaise farce. Dans le feu de l'action, elle ne fait pas le lien avec ce mini elle qui ne peut qu'être à l'origine de cette action. Ce qui fit grimper son agacement. Elle finit par mettre fin à sa conversation téléphonique, assurant au rédacteur qu'il aurait tout le temps de l'engueuler le lendemain. Elle jeta son téléphone sur le canapé puis ouvrit brusquement la porte. Mais un chaînons empêche d'ouvrir en grand, seul quelques centimètre laissait de quoi voir de qu'il s'agissait. « Alors comme ça, on s'offre des séjours imprévus à l’hôpital ? » Bébé Clemens. Phil soupira, soulagée et exaspérée à la fois. Elle s'en voulait de ne pas avoir pensé à elle plus tôt. Elle referma la porte le temps de libérer les dernières sécurités avant de lui ouvrir correctement. « Je sais pas laquelle de vous deux est pire. Toi ou Guillan ? » Lanca-t-elle à travers la pièce principale qu'elle quitta promptement en se rendant compte qu'elle ne portait aucun haut puisque l'appel l'avait surfit après sa douche. « Je sais pas ce qu'elle t'a dis mais il y a pas de quoi s'inquiéter. J'y étais surtout pour accompagner mon collègue. » Elle parlait depuis sa chambre, assez fort pour que sa petite soeur suive la conversation pendant qu'elle prenait ses aises.

La journaliste revint avec un t-shirt blanc qu'elle tâcha déjà des ses mèches encore humides. Derrière son comptoir, alors qu'elle s'efforçait de ne pas boiter, elle sortit des verres nécessaires pour elles deux. Elle s'activait pour que sa petite soeur n'est pas le temps de sortir des arguments contre elle. Rares étaient les fois où elle lui laissait l'occasion de la sermonner comme elle pouvait la sermonner. Parce qu'elle était et resterait bébé Clemens. « Et toi alors ? Cette manifestation t'as plu ? » Phil n'en était pas vraiment sûre. Mais elle doutait avoir confondu la crinière rousse de sa soeur, même parmi une centaine de manifestant.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Guess who arrives ! [Phil&Aisling]   Sam 11 Juin - 18:53

❝ Guess wo arrives ! ❞
- Phil & Aisling -
 
Elle est là, plantée face à la porte d'entrée de sa sœur qui lui resta close quelques secondes, malgré sa manifestation oral. Elle se sent conne, légèrement conne de devoir ainsi patienter en s'adressant à une porte fermé. Un jour, elle lui demanderait le double des clés, à sa sœur. Quoiqu'elle refuserait probablement de lui donner, sauf peut-être en cas d'urgence, craignant peut-être que l'irlandaise débarque en pleine nuit, réalise une œuvre d'art quelconque sur le fascié de son aînée à l’indélébile, et reparte aussi tôt. Geste qui serait parfaitement digne de la rouquine. Probablement étais-ce une bonne chose qu'elle n'est pas le double des clés de si tôt.

La porte s'ouvre, ou à plus juste titre : s'entre-ouvre. Reste ouverte quelques secondes, et se refermer aussi tôt. Aisling avait le don de maudire ce genre de sécurités. Comme si une simple chaîne pouvoir protéger qui que ce soit d'un individu bien décider à en attenter à votre avis. De plus, elle craignait toujours que la porte lui reste close, qu'elle ne daigne se rouvrir avant qu'elle ne se trouve plus sur le pallier. C'était probablement une crainte idiote, mais la rousse et son impatience ne pouvait penser autrement.

Enfin, la porte s'ouvre grandement. La secrétaire peut enfin pénétrer dans le domicile de sa sœur, qui ressemblait d'avantage à un champ de bataille, qu'à un petit lieu de vie cosy. Des feuilles, des piles de paperasses jonchait le sol, semblable à des cadavres désertés. La rouquine aurait put se croire à son bureau, vu le foutoir monstre qui régnait.  

_Un ouragan est passé chez toi pour qu'un tel bordel soit maître des lieux ?

Alors que la cadette arrache son regard du foutoir régnant sur le parquet dans l'idée de retrouver la silhouette de sa sœur, elle se rend bien rapidement compte que celle-ci ne se trouve plus dans la pièce principal. Il semblait à la rouquine qu'il manquait un haut à son aînée.. Un sourire amusé étira ses lèvres tandis qu'elle imaginait un autre individu se pointer chez elle sans prévenir, et que sa sœur soit dans l'obligation d'ouvrir immédiatement dans une telle tenue. Cela aurait été comique. Très comique même ! « Je sais pas laquelle de vous deux est pire. Toi ou Guillan ? » Un soupire lui est arrachée, alors que la rousse se voit obliger de déserté le cadre idyllique-ment comique qu'elle avait put imaginer.

_Je sais pas... Je te laisse le choix, entre celle qui est informer en première, mais que ce bouge pas. Et celle qui est au courant bien plus tard, Mais qui daigne ce bouger le cul, alors que dehors c'est la mort.

Alors que l'aînée se repointe au salon, Aisling se perche sur l'accoudoir du canapé. « Je sais pas ce qu'elle t'a dis mais il y a pas de quoi s'inquiéter. J'y étais surtout pour accompagner mon collègue. »  Un collègue, tiens donc. Un éclair zébra les yeux de la cadette, tandis qu'une multitude de possibilité jaillissait dans son esprit. La rouquine avait soudainement une tonne de question à poser à sa sœur. Ou plutôt, elle venait de lui offrir une occasion en or pour la taquiner. « Et toi alors ? Cette manifestation t'as plu ? » Son excitation redescend soudainement. Comment Phil pouvait-elle diable être au courant de sa présence à la manifestation ? Ses yeux se plissent sous le mouvement de  ses sourcils, tandis qu'elle se lève de l'accoudoir où elle avait précédemment pris place.

_Un collègue, hein ? Tu tes enfin trouver quelqu'un ? C'est pas trop tôt, on pariait que tu finirais none à ce rythme, avec Guillan ! -Entre temps, la rouquine c'était décidé à s'accouder au comptoir derrière lequel son aînée se trouvait.- Tu te mets à m'espionner maintenant ?



 


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

 

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Guess who arrives ! [Phil&Aisling]   Mar 21 Juin - 21:23
Alors que l'aînée demande laquelle de ses deux cadettes est la pire, il semblerait que la plus jeune sache répondre correctement à la question. Guillan n'avait pas tardé à être courant. Cette dernière fut assez maline pour l'appeler dès qu'elle vit la une de Chicago Tribune, se doutant que Phil y était et qu'au vu de la violence qui était décrite, elle s'était forcément mise en danger. Mais au contraire d'Aisling, elle n'avait pas bougé, ni même réagit car elle savait que ce serait vain. Et le mot vain ne semblait pas faire partie du vocabulaire d'Ais, ce qui justifiait sa présence ici. Elle avait cette insistance naïve que Phil ne pouvait contrer. Jamais elle n’aurait pu la laisser derrière la porte. Sous risque de subir les foudres de leur mère lorsqu'elle aurait vent de cette histoire. Qu'elle finissait toujours pas tout savoir.

Phil préféra lui répondre que d'un sourire, lui donnant à moitié raison sans pour autant avouer. Mais le sujet ne méritait pas d'être développé. Elle balaya l'affaire en la rassurant car il n'y avait pas de quoi s'inquiéter. Le cas le plus grave restait celui de Markus qui avait fini borgne à la fin de la journée, le comble pour un photographe. Et puis elle se souvient de la présence d'Aisling. Un bref aperçu de sa chevelure dans la foule et son cœur s'était serré d'inquiétude. Elle étudiait suffisamment le sujet pour savoir les dangers qui la menaçait à se mêlant à de tel évènements. « J'ai dit que c'était un collègue. » Non ce n'était pas vrai. Il était tout et rien et c'est bien ce qui forçait Phil à le considérer comme un collègue. Mais ce n'était pas le sujet de conversation sur lequel elle voulait emmener sa sœur. Il y avait bien plus important. « Je t'interdis de retourner manifester. » L'ordre est lancé subitement et elle ne semblait pas prompte à changer d'avis ou donner matière à discuter. Elle le dit d'un ton ferme, preuve d'un sérieux alimenté par la peur.

« Et ce n'est pas discutable. Si c'est pas moi qui t'en empêcherai, c'est le gouvernement. Ils interdiront bientôt  tout droit de manifester, cette affaire a fait trop de dégât. » Qu'elle reprit avant même qu'Aisling est le temps de contester. La journaliste faisait mine d'être trop occupée à leur servir à boire pour adresser un regard à sa soeur. Elle savait qu'à la seconde où elle croiserait ses prunelles, elle y verrait l'étincelle qui embraserait ses paroles. Elle ne l'avait jamais vu baisser la tête et se plier à ses interdictions du premier coup. Et ne la blâmait pas pour ça, elles étaient les mêmes. Ca n'empêchait pas Phil d'agir ainsi quand même. « Je ne t'espionnais pas. C'est mon boulot de mettre des visages et des noms sur ce qui remue cette ville. » Phil soupira, hochant la tête avec un léger sourire en espérant qu’elle comprendrait les raisons de son inquiétude.


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Guess who arrives ! [Phil&Aisling]   Mar 28 Juin - 19:55

❝ Guess wo arrives ! ❞
- Phil & Aisling -
 
Bornée. La rouquine était tout simplement bornée. Et maintenant qu'elle c'était donné la peine d'arriver jusqu'au domicile de son aînée, elle n'était pas prête de partir de si tôt. Elle partirait uniquement quand.. Quand quoi d'ailleurs ? Au fond, elle n'en savait trop rien. A vrai dire, elle n'était même pas certaine de l'aboutissement de cette conversation. Si ce n'était qu'elle avait prit le risque de se faire réprimander en se pointant ici. Comme à chaque fois qu'elle ce retrouvait avec Phil. Et encore, la fratrie n'était pas au complet. Chose qui, en soit, n'était très certainement pas plus mal. Parce-que, dans le cas présent, ce ne serait pas un ouragan qui aurait dévasté l'appartement de l'aînée des irlandaises, mais trois. Oui, trois ouragans roux.

Un sourire. C'était tout ce à quoi elle avait eut le droit en guise de réponse. Bien. Le sujet ne serait donc d'avantage développer. Parce-que c'était ce que madame Phil avait décider. Comme à chaque fois que les deux sœurs étaient amenés à discutés : Le sujet de la diduction finissait toujours par être dicté par la plus vieille. Alors même si Aisling s'y était habitué avec le temps, elle avait toujours cette foutu envie de lui gueuler '' Et pourquoi on en parlerait pas d'abord ?! Moi je veux qu'on en parle, alors en parlera ! '' Ouais. Très certainement qu'un jour, elle l'entendrait cette revendication l'aînée. Probablement pas aujourd'hui, mais un jour, elle en aurait connaissance.

Alors elle s'accoude au comptoir, et elle attends que son aînée daigne lui répondre. Parce-qu'au fond, elle, bah elle a pas tellement d'argument à déballer. Du moins, pour le moment. « J'ai dit que c'était un collègue. » Son sourire amusé persiste, revient à la charge. Une fois de plus. Un collègue, juste un collègue hein ? Que cela soit fondé ou non, Phil allait entendre parler de ce collègue régulièrement maintenant que la rouquine détenait ce genre de détail.

_Ça commence toujours comme ça, en étant juste des collègues.

Elle la provoque un peu, cherche à voir ses réactions en persistant sur le sujet. Peut-être qu'elle obtiendrait quelque chose d’intéressant en continuant sur ce chemin. Une éventuel confirmation, un nouveau refus catégorique. « Je t'interdis de retourner manifester. Et ce n'est pas discutable. Si c'est pas moi qui t'en empêcherai, c'est le gouvernement. Ils interdiront bientôt  tout droit de manifester, cette affaire a fait trop de dégât. » Son sourire s'efface de nouveau . Décidément, il n'y avait que son aînée pour la faire d'un opposé à un autre, simplement aidé de quelques mots.

_Pardon ?

Elle avait très bien compris la gamine. Mais elle ne revenait tout simplement pas que sa sœur ose émettre une telle interdiction à son encontre. Plus qu'un simple défis, elle prend ça comme une provocation la rouquine. Elle n'avait jamais été réputé pour obéir subitement, et ce n'était toujours pas le cas. Et cela ne le serait probablement jamais.

_Alors maintenant, tu te prends pour le gouvernement ? A vouloir m’interdire de revendiquer publiquement ce que je pense ? Elle cherche à accrocher le regard de sa sœur. Mais bien sûr, elle l'évite. Tu penses qu'après je sais trop combien d'années d'absence, tu peux te pointer du jour au lendemain, et me dicter ce que j'ai le droit de faire ou non ?

Bien sûr, elle avait un peut exagéré la chose en résumant le retour de Phil à quelques jours, mais au fond, vu le rythme de vie endiablé à Chicago, qui pouvait faire réellement la différence entre quelques jours et quelques mois ? Visiblement, ce n'étais très certainement pas le cas d'Aisling. « Je ne t'espionnais pas. C'est mon boulot de mettre des visages et des noms sur ce qui remue cette ville. » Elle penche la tête sur le côté, cherche encore une fois le regard de celle qui est censé être son aînée. Mais visiblement, elle ne semblait pas être là de le trouver, de l'accrocher. Alors elle soupire, à son tour. Alors qu'au fond,  sa phrase, et bien ça la fais doucement sourire.

_Alors selon toi, je fais partie de ce qui perturbe Chicago ?
 

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

 

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Guess who arrives ! [Phil&Aisling]   Jeu 7 Juil - 19:58

L'interdiction tombe et la réplique débarque aussitôt. Phil se leurrait si elle pensait que sa cadette aurait docilement hochée la tête pour accepter son sort. Le même sang coulait dans leurs veines. Et encore, elle savait qu'Aisling n'était qu'au début de son indignation. Leur colère pouvait aller bien plus loin. Cependant elle n'avait pas lieu d'être entre soeur. Pardon ? Qu'elle demande et pourtant l'aînée n'en démord pas. « Tu m'as très bien entendu Sionnach. » Elle tente l'approche plus douche malgré une certaine sévérité, ne cherchant nullement à se disputer avec sa sœur sur un tel sujet. Elle ne cherchait qu'à la protéger, par à la séquestrer.

Ceci dit, elle persiste, remettant en cause son rôle. Phil lève les yeux au ciel, s'imaginant difficilement prendre la place d'un gouvernement déjà bancale. Il y avait déjà assez à faire juste en traitant l'information. Elle n'avait pas besoin de faire la politique. Elle déduisait néanmoins que celui-ci allait faire quelque chose suite à cet incident majeur. Elle pense d'abord à ne rien dire, la laisser s'exprimer contre cet interdiction quand la jeune rousse va trop loin. Ou du moins, qu'elle touche au bon endroit pour la faire réagir. La journaliste se crispe, manquant de renverser le verre qu'elle bascule d'un comptoir à l'autre. Elle est obligée de marquer l'arrêt pour se retenir le moindre commentaire. Aisling touchait malheureusement juste. Pourtant Phil se doit de contenir toutes répliques, s'efforcer de ne pas prouver le contraire, de lui interdire-encore- de sortir de telle chose. Mais pour une fois, elle lui donne raison.

A la place, elle préfère préciser qu'elle ne l'espionne pas. Jamais elle n'aurait une telle idée, et surtout, jamais elle aurait le temps de. Le hasard des choses et la nature de son métier avait fait que. Mais la cadette oublie de baisser les armes comme Phil avait essayé de le faire. Alors elle soupire bruyamment, levant les yeux au ciel. Bien sûr que non, qu'elle a envie de répondre, sauf qu'elle formule ça d'une tout autre manière. « J'en sais rien, à toi de me dire ? Est-ce que tu as pris par au débordement ? Est-ce que tu as pris les armes ? Jeter des projectiles sur les autorités ? Prôner la violence ? » Aussi téméraire et dévouée que pouvait être sa soeur, elle imaginait cependant mal cette dernière prendre les armes et s'abandonner à la colère. Mais la vérité était qu'elle n'en savait vraiment rien. « C'est ridicule. Je vois même pas pourquoi on parle de ça. Je suis persuadée que Gil pense la même chose que moi. Enfin, faudrait-il encore qu'elle soit au courant. La jeune femme porte son verre à ses lèvres, regardant avec insistance sa sœur. Elle repose sa boisson. Elle a toujours été là, elle. »


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Guess who arrives ! [Phil&Aisling]   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM