Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 amadeus ϟ hit me with your best shot.
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Ven 3 Juin - 2:58


Dernière édition par Quinn Saddler le Mar 7 Juin - 0:14, édité 1 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Ven 3 Juin - 5:22


Dernière édition par Amadeus Alderweireld le Sam 4 Juin - 19:55, édité 1 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Ven 3 Juin - 6:07

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Mar 7 Juin - 20:38

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Mer 8 Juin - 3:23

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Ven 15 Juil - 21:23

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Lun 18 Juil - 5:00
A défaut de pain de glace, la bière remplissait plutôt bien son office : le verre froid régulièrement appliqué contre sa meurtrissure et l’alcool se répandant dans ses veines, Quinn commençait à oublier la douleur. Elle serait toujours là au réveil, encore plus cuisante sûrement, mais elle préférait ne pas y penser. Fort heureusement pour la jeune femme, Amadeus représentait à lui seul une distraction suffisante. Elle renâcla en entendant sa riposte face à sa simple demande d’identification. La réplique était plutôt bien trouvée, elle devait l’admettre, néanmoins elle aurait été plus heureuse d’entendre enfin son prénom. Ou même un pseudonyme quelconque, comme John Doe. Quoi que… Elle pencha la tête, puis la secoua. Il n’avait pas la tête d’un John.

« Rogers est plus sexy, sans vouloir t’offenser. Et il n’aurait pas frappé une femme en plein entraînement, lui. » L’Anglaise plissa les yeux en dévisageant son interlocuteur, les prémices d’un sourire moqueur se communiquant lentement à son regard sombre. « Non, vraiment, Captain a quelque chose de plus… » Elle remua sa bière, cherchant ses mots. « Viril ? »

Sa dernière question sembla toutefois pousser l’ESHU à une réflexion plus intense. Dissimulant l’attente qui la poussait à se suspendre à ses lèvres, Quinn tenta de se donner contenance en dirigeant son regard ailleurs – et en sirotant sa bière avec la régularité d’un métronome. Pendant un instant, le silence se fit si intense qu’elle craignait même qu’au lieu de lui répondre, l’agent ne s’en aille. Elle ne le connaissait guère, néanmoins sa réticence à exprimer le moindre de ses sentiments commençait à devenir plutôt limpide pour la jeune femme. Probablement un effet secondaire d’une exposition trop prolongée aux collets-montés d’elle ne savait quelle brigade spéciale. Personne ne naît avec une telle expression renfermée et teigneuse. Finalement, il se décida à relancer la discussion ; Quinn s’esclaffa, redressant le buste avec une mine faussement offusquée.

« Ouais, on va dire que tu m'as fais de l'effet. J'ai eu tellement envie de toi, quand je t'ai vue, que j'ai décidé de te partager avec les camarades. » « T’aurais dû commencer par cette envie, tu sais, ça nous aurait évité bien des traumatismes. Enfin, surtout à moi. » Elle haussa les épaules. « Et puis ça aurait été mémorable, j’peux te l’assurer. »

Un sourire infernal s'installait à peine qu'il la bouscula doucement. La GAIA se frotta vigoureusement l’épaule suite à son coup, feignant la douleur alors qu’il avait volontairement fait en sorte de l’épargner. C’était étrange d’entendre l’homme rire, même aussi fugacement. Il était plus du genre taciturne que volubile et chaleureux. L’étincelle taquine s’atténua légèrement lorsqu’il reprit la parole, se confiant enfin sur les raisons de son affectation. Elle remua sur son assise, attentive, cala sa tête contre le dossier en rivant ses prunelles noires dans les siennes. Ses mains vinrent entourer la bouteille à peine fraîche, pianotant sur le verre humide comme sur une flûte imaginaire. Elle ne pensait pas qu’il accepterait de parler autant, mais apparemment la bière n’avait pas seulement effet que sur elle – sans doute que sa langue avait été quelque peu déliée par l’alcool. Ou peut-être qu’au fond, il était moins insensible qu’il n’y paraissait. Elle leva le bras, poing fermé, pour appuyer contre son épaule.

« Hey, ça ressemblerait presque à un compliment, Rogers. » Elle prit appui sur ladite épaule pour jeter un œil au fond de la bouteille qu’il tenait, se rapprochant de lui. « T’es déjà bourré ? »

Hm, peut-être. Quoi qu’un type pareil devait sûrement avoir besoin de plus de deux bières pour rouler sous la table. Elle se recula à nouveau, se raclant doucement la gorge ; Quinn avait la désagréable impression que quelque chose pesait sur ses épaules, à présent qu’il s’était confié. Une sorte de responsabilité. Elle n’avait accepté de rejoindre la Milice que pour des raisons purement égoïstes, espérant que par ce biais elle serait enfin délivrée du jeu… et peut-être aussi parce qu’Amadeus avait su la persuader, à la fois par ses mots simples et directs, et par leur passif tumultueux. Qui pouvait refuser une entrevue à son tortionnaire préféré ? Mais passé les premières craintes, l’intérêt de la jeune femme avait été rapidement piqué par le but de l’organisation. Détruire le Darwin’s Game. Ce qui signifiait retrouver son libre-arbitre en dehors, ne pas être obligé de se connecter régulièrement. Ne plus avoir peur qu’un ennemi ne nous identifie, qu’il se jette sur nous en pleine rue pour en finir. Elle frissonna à cette pensée, leva sa bière à ses lèvres et la découvrit vide. Nulle échappatoire.

« N’aie pas trop confiance, Rogers. Je tiens peut-être de mon père, sur ce point. » Sans plus d’explication, elle se redressa, jambes dans le vide. « En tout cas, je suis ravie que mon petit numéro d’escapade t’ai plu. Avoue, être accueilli avec une clef à molette, c’était pas mal non plus, hein ? » Elle avait bien cru manquer de lui fracasser le nez ce jour-là. Il faut dire que ce n’était pas tous les jours qu’un cauchemar ambulant se pointait sur le pas de son garage – du garage de son boss, en fait. Elle lui jeta un regard, amusée : « Tu dois avoir un petit côté masochiste si t’en pince pour une fille comme moi. » Elle se pencha, lui tapota le genou et ajouta d'un ton plus bas : « Ou alors t’aimes bien les défis, qui sait ? »

Au moins compensait-elle le manque de volubilité de l’ESHU par sa propre verve. Quinn se leva, contournant Amadeus pour fouiller dans le coffre adjacent au canapé. Au bout de quelques secondes, elle en retira une paire de gants de boxe qu’elle lui jeta pratiquement à la figure, une demi-seconde après l’avoir interpellé.

« Hey, attrape ! » Ses orbes noirs se parèrent d’éclairs et ses lèvres esquissèrent une risette piquante. « Prêt pour un second round, Captain ? »

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Jeu 21 Juil - 22:00
hit me with your best shot
quinn saddler

« Crois-moi, tu sera morte avant que je ne sois bourré. » Simple vantardise, lui-même ne sait pas à quel point il tient l'alcool tant il boit peu, et peu souvent. Il n'est pas de ces gens qui estiment avoir besoin de boire à la louche pour s'amuser. Il n'est pas de ceux qui se disent que, sans leur boisson quotidienne, leur vie ne serait plus la même. Il aime ses bières, en profite régulièrement. Mais ne voue ni culte ni passion pour ces boissons ô combien dangereuses. Et pourrait arrêter à l'envie, comme lors de nombreuses missions sous couverture. Sans que cela n'occasionne le moindre problème physique ou psychologique chez lui.  

Encore une fois, Amadeus opte pour le silence en réponses aux questionnements de la jeune femme. A vrai dire, il n'a pas été vraiment surpris de la voir l'accueillir avec une arme improvisée, après leur première rencontre au sein du jeu. Celle-ci n'a pas été des plus agréables pour elle comme pour toi ; entre la torture et sa fuite, l'événement a été relativement marquant pour les deux joueurs. Suffisamment pour qu'après quelques temps, Amadeus pense à elle pour rejoindre la Milice formée dans l'unique but de détruire le jeu et retrouver ses créateurs. Une organisation secrète, cachée à l'intérieur même des différentes équipes du jeu. Un groupe qui ne peut en aucun cas être dévoilé aux yeux de tous, sous peine de risquer la mort pure et simple de ses membres. Si pour certains cet état des faits est une nouveauté, Amadeus a lui toujours vécu dans le secret le plus total, avec cette épée de damoclès au-dessus de la tête. Et pour tout avouer, il aime ça. Il aime sentir l'adrénaline parcourir ses veines lorsqu'il se retrouve sous couverture. Il aime les sueurs froides qui se glissent jusqu'au creux de son dos quand cette même couverture ne tient plus qu'à un fil. Dans ce cas oui, sans doute est-il masochiste. Mais jusqu'ici, les raisons de ce machosisme ne sont pas celles que semble croire Quinn. Il n'en a jamais pincé pour elle, et a même tout récemment commencé à la voir comme une humaine faite de chair et d'os, douée de conscience. Déformation professionnelle, il s'oblige à voir ses partenaires comme des objets animés, des choses ayant chacunes leur utilité. Pour s'éviter les risques d'attachement, et d'erreur. Pour s'éviter de créer des sentiments qui n'ont pas leur place au sein de ses missions. Qui risquent, un jour ou l'autre, de se retourner contre lui, de le faire échouer. Et ça, il n'en veut bien évidemment pas. La mission avant tout.

Amadeus est alors sorti de ses pensées par la vision des gants projetés sur son visage. A peine a-t-il eu le temps de brandir la main devant lui que l'un des gants perfore la frêle défense mise en place par l'ESHU pour s'échouer sur son visage. « J'espère que t'encaissera un peu mieux cette fois. », dit-il tout en se redressant de tout son long. Sans lâcher la GAIA du regard, Amadeus enfile les gants avant de la rejoindre dans la zone d'entraînement. Un entraînement qui s'annonce d'ores et déjà difficile, sans retenue. Puisqu'il faut bien apprendre à la demoiselle que rien ni personne ne se retiendra lorsque la véritable guerre éclatera. Lorsque les citoyens rendus accrocs au jeu sortiront de leur domicile pour aller taper du flic, du militaire, ou n'importe quel représentant de l'État. « Parce que je compte pas me retenir. »

Il se met en position, poings levés devant le visage, jambes détendues. Presque positionné comme un boxeur, il semble un instant attendre que Quinn se prépare. Mais alors qu'elle commence à se mouvoir, Amadeus tend rapidement le bras en avant, heurtant la demoiselle au niveau de la joue. La faisant tituber en arrière. « Trop lente. » Un sourire presque sournois se dessine sur les lèvres de l'homme, presque heureux d'avoir pu en coller une à la jeune femme après ses propos. Lui, moins viril que le Captain ? Il a du mal à avaler ça, alors qu'il s'estime bien plus séduisant que ce crétin de première. « Allez approche, qu'on finisse de s'échauffer. » Il devient un peu plus bavard, sous l'excitation du moment. Depuis qu'il a intégré les forces de l'ordre, et peut-être même depuis toujours, Amadeus a toujours eu cet amour pour le combat. Pour cette douleur libératrice ressentie à l'issu de l'échange de coups. Pour cette adrénaline circulant dans son corps, lui procurant au passage un sentiment qu'il ne saurait décrire. Comme si son propre cœur allait exploser d'un moment à l'autre, comme si la vie qui sommeillait en lui venait d'un coup de se réveiller, encore tremblante et suffocante. Voilà l'état dans lequel il se trouve dès lors qu'il enfile des gants de boxe, dès lors qu'il commence à frapper ou être frappé. Un véritable amour pour la violence contrôlée, cette danse que peu sont capables de comprendre.

Quelques secondes s'écoulent sans que ni l'un ni l'autre ne daigne effectuer le moindre mouvement. Ils s'observent, se jaugent. Et finalement Quinn passe à l'action. Elle tente de porter un coup au niveau de la mâchoire, bloqué sans aucun problème par le poing d'Amadeus. Une deuxième tentative, cette fois au niveau du thorax, se solde également par un échec. Et entre chaque coup qu'elle tente de porter, lui répond aussi fort qu'il le peut. Rencontrant, parfois, les gants de la demoiselle. Ne touchant que rarement leur cible. Les coups s'enchaînent sans aucune pause, les organismes commencent à se lasser de ce combat et à demander un peu de repos. Pourtant, Amadeus ne compte pas spécialement abandonner. Pas devant elle. Pas dans ce monde qu'il connaît bien mieux que le DG, où il y a connu des aventures bien plus terribles que toutes les histoire du Darwin's Game.

Après plusieurs coups contrés ou évités, Quinn tente de la jouer maline en tentant de balayer les jambes de l'ESHU. Mais le geste, prévisible, est parfaitement lu par le maître espion qui ne perd pas l'occasion de la mettre une nouvelle fois à terre, dos au sol. « Petit conseil de survie : n'utilise tes jambes que lorsque tu es sûre de ne pas pouvoir être contrée. Une fois à terre, t'es morte. » Morte, certes, mais après avoir donné l'un des meilleurs entraînements de sa vie à Amadeus. Avec un sourire en coin, il tend alors la main en direction de la jeune femme. Tout en s'attendant à ce qu'elle recommence le même cirque que la fois d'avant, en tentant encore de le mettre à terre. Mais cette fois, il a bien prévu une défense face à son attaque aussi sournoise qu'un ESHU. Et cette fois, elle se contente de se relever en lui attrapant la main, tirée avec bien plus de force que ce qu'avait prévu l'espion. Rapprochant dangereusement Quinn de lui, avant qu'elle ne se retrouve contre lui.

« Prête pour le troisième round ? » Retour à égalité, un point partout. Désormais, Amadeus est prêt à prendre le troisième point, à ne laisser rien d'autre que des miettes à son adversaire d'un soir. Mais alors qu'elle recule de quelques pas, l'homme resserre son étreinte sur son bras. Sans trop savoir pourquoi, il se contente de regarder Quinn dans le blanc des yeux. Avant de tirer un coup sec dessus, attirant la femme contre lui. Il ne lui laisse le temps de ne rien faire, pas même de réagir, lorsqu'il écrase ses propres lèvres sur les siennes. Un baiser empli de violence, d'excitation, mais point de sentiments. Puisqu'il n'y en a tout simplement pas entre eux. Pas même en cet instant où seul règne un sentiment primaire, sans développement logique, sans aboutissement. Une simple pulsion pour l'homme qui glisse ses mains dans le dos de la demoiselle, sous son vêtement, tentant sans aucune discrétion ni gêne de le soulever pour mieux le retirer.
electric bird.


Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Ven 22 Juil - 11:31
Ses entraînements de Krav Maga étaient généralement assez bruts, mais ils n’avaient rien à voir avec ceux que le maître-espion daignait parfois partager avec elle. Amadeus n’avait pratiquement aucune retenue, sous prétexte que ses adversaires n’en auraient pas avec elle – un état de fait qui faisait souvent gronder l’Anglaise, mais qui avait le mérite de lui apprendre à encaisser ou à esquiver. La dernière option était d’ailleurs la meilleure, puisqu’elle lui évitait hématomes et autres contusions plus ou moins sévères. Néanmoins, avec un adversaire pareil, Quinn n’en ressortait jamais indemne. La preuve avec sa mâchoire déjà malmenée. Optant à son tour pour de fins gants de boxe rouge vif, elle resserra les scratchs en les tirant avec ses dents pour finalement prendre place sur la zone d’entraînement, bientôt rejointe par un ESHU impatient d’en découdre une seconde fois. Face à sa remarque, elle leva exagérément les yeux au ciel, son corps se mouvant instinctivement pour prendre une position d’appui.

« Parce que tu te retenais, là ? » Elle leva les bras à son tour, poings serrés. « Essaie de ne pas me casser quelque chose. »

Ce qu’elle ne lui avait pas spécialement dit, c’est qu’elle ne comptait pas faire de quartiers non plus. Quinn savait qu’il attendait des résultats probants de ces longues séances, et même si elle ne l’avouerait jamais, elle voulait lui montrer qu’il avait eu raison de lui faire confiance. Qu’il avait raison de lui accorder ce temps. Quand bien même elle avait parfois l’impression qu’il ne venait que pour se défouler sur un punching-ball mobile, elle apprenait de ses visites. Invariablement. Que ce soit sur le combat, le jeu, et même parfois sur l’homme dissimulé derrière le pseudonyme. Elle ne le connaîtrait sûrement jamais réellement, cependant cela ne l’empêcherait pas d’essayer. Il y avait quelque chose chez l’agent qui l’intriguait suffisamment pour qu’elle outrepasse la barrière des équipes, qu’elle consente à lui accorder quelques brins de sa confiance limitée. Parce qu’il semblait parfois n’avoir aucun mal à prévoir ses mouvements, comme c’était le cas depuis quelques coups, ou ses prochaines actions. Il semblait la comprendre, tout du moins sur certains points, ce qui inévitablement aiguisait la curiosité déjà maladive de la mécanicienne.

L’entraînement, qui prenait lentement des allures de réel combat, se poursuivit pendant d’interminables minutes. Les prunelles d’Amadeus suivaient ses poings, ses jambes, anticipait ses attaques pour finalement s’en servir comme d’un moyen pour l’atteindre. Cette fois-ci, l’esprit de Quinn était entièrement rivé sur les enchaînements. Et cette concentration paya plusieurs fois, sans toutefois l’aider à arracher une victoire satisfaisante. Son corps s’épuisant rapidement après une journée entière à travailler sur les moteurs, elle tenta un balayage qui se solda presque immédiatement par une chute rude. Elle s’y attendait, pourtant, sachant ses forces amoindries et son acte pratiquement désespéré. Souffle court et effréné, elle laissa sa tête reposer contre le tatamis en envisageant très sérieusement d’y demeurer jusqu’au petit matin. Il l’avait poussée jusqu’aux limites et de le constater si impatient d’y retourner lui donna le sentiment de n’avoir pas été à la hauteur. Quand bien même un œil plus attentif que le sien aurait remarqué la respiration haletante de l’espion, et autres signes attestant de l’entraînement éprouvant qu’elle venait de lui infliger. Elle considéra, brièvement, l’option de réitérer la même attaque que plus tôt, mais en percevant le subtil changement dans sa position, elle sut qu’il s’y attendait. Avec une moue renfrognée, l’Anglaise consentit à tendre la main pour attraper celle de l’ESHU. La remontée fut plus brusque qu’elle ne le pensait – instinctivement, sa main droite vint s’agripper au bras de l’agent et elle heurta son torse avec un grognement. Si son esprit n’était pas bloqué en mode « combat », peut-être aurait-elle trouvé cette soudaine proximité un rien trop intime, mais l’idée ne l’effleura même pas. Pour une fois.

« Prête pour le troisième round ? » « T’es qu’une putain de machine, tu le sais ça ? » marmonna-t-elle en acquiesçant toutefois, se séparant du joueur en roulant des épaules.

C’était tout du moins son intention lorsqu’elle le sentit resserrer sa prise. Fronçant des sourcils, Quinn s’immobilisa, se retournant à moitié pour le dévisager. Quelque chose passa dans les orbes azurins du milicien, quelque chose qu’elle ne lui avait encore jamais vu. Et avant même qu’elle n’ait une chance de lui demander ce qui lui passait par la tête, il l’attira plus fermement, refermant ses bras sur elle. Un très bref moment de panique menaça de l’assaillir avant qu’il ne se penche pour lui dérober un baiser sauvage et totalement imprévu. Son premier réflexe fut de se raidir de surprise. Le second d’étouffer un gémissement inapproprié – elle n’était pas faite de pierre après tout et Amadeus était… Amadeus. Et le troisième, en le sentant se dépêtrer avec ses gants pour tenter de se glisser sous son haut, fut de le mettre subitement à terre d’un mouvement sec et tout aussi subit que le sien. Appuyant un genou sur la cage thoracique de l’espion et clouant ses épaules au sol de ses paumes, elle se débarrassa de ses propres protections en quelques mouvements rageurs.

« C’était quoi, ça ? » Ses prunelles sombres le défièrent. En temps normal, elle n’aurait probablement pas réagi avec autant de hargne. Elle aurait sans doute apprécié le moment et instigué le reste des divertissements, seulement… Le fait que ça vienne de Týr rendait les choses plus compliquées qu’elles ne pouvaient l’être. « Quand je parlais de t’envoyer en l’air, je ne disais pas avec moi. » Elle se redressa à moitié, le secouant sans douceur. « Je sais pas ce qui vient de se passer dans ta cervelle d’ESHU, mais je doute que ce soit très sain, pour toi comme pour moi. » Elle parlait vite, un peu trop, et Quinn elle-même ne comprenait pas ce besoin soudain de repousser l’espion. Ses paroles sonnaient presque faux à ses oreilles. Bientôt elle parlerait de limites et de bienséance… l’hôpital et la charité, ça ne dit rien à personne ? « T’es… t’es complètement irrationnel, tu le sais ça ? » Saddler, de qui tu te moque là ? Elle le relâcha brusquement, se rejetant en arrière en position assise, soufflant bruyamment en serrant les mâchoires. Sa crise était injustifiée. Ou peut-être qu’elle avait un fond de logique, quelque part, sauf qu’elle était trop perturbée pour chercher à le trouver. Elle ferma les yeux, soupira en relâchant les épaules, laissant à Amadeus le temps de se remettre en position assise. « Tu pourras t’en prendre qu’à toi si tu deviens accro, Rogers. »

Et elle l’attira brusquement à elle, fondant sur ses lèvres avec un besoin impérieux. Quinn glissa une main sur la nuque du milicien, ses doigts s’aventurant à la base de son crâne pour se perdre dans ses courts cheveux bruns ; se dressant sur ses genoux, elle s’appuya contre son torse, sa position forçant Amadeus à lever le menton pour approfondir leur baiser. Elle ne chercha pas à réfréner ses gestes impatients, ses pulsions annihilant ses dernières inhibitions. Peut-être en avait-elle autant besoin que lui en cet instant. Peut-être même plus. Et c’était sûrement une erreur que de dépasser cette ligne ténue avec un type qui persistait à lui dissimuler jusqu’à son prénom, mais ce n’était pas important en cet instant.

Elle avait fait des erreurs moins plaisantes par le passé.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Ven 22 Juil - 13:25
hit me with your best shot
quinn saddler

Une idée stupide, venue de nul part. Une impulsion incontrôlée, qui l'a poussé à agir comme ça. Ce n'est pas l'alcool qui l'a conduit à embrasser de force la jeune femme. Pas plus que les coups reçus pendant le duel. Non, il en avait envie. Tellement qu'il n'a pas eu la force de se retenir, de s'empêcher de franchir cette barrière invisible qui tente de se maintenir entre eux. Ils n'avaient qu'un rapport professionnel, peut-être amical. Mais ça n'allait pas plus loin. Il était le maître espion qui a poussé pour la recruter, elle était la recrue qu'il formait. Rien de plus. Jamais, Amadeus n'avait imaginé en arriver là avec elle. Alors que leur passé n'est composé que d'épisodes plus ou moins violents, portés sur la torture, la fuite ou la crainte. Qu'elle semble loin, l'époque où il a mit la main sur elle pour la torturer au nom des ESHU. Où il n'a pas su empêcher sa fuite. Où elle l'a accueilli avec une clé à molette, quand il l'a retrouvée IRL pour lui proposer de se joindre à la Milice afin d'exterminer le jeu. Aujourd'hui, tout ça semble venir d'une autre réalité, tant leur relation semble avoir changé pour arriver à ce résultat. Mais l'envie est unilatérale. Et la réaction de la jeune femme paraît simplement logique, lorsqu'elle se raidit de surprise et extirpe d'entre ses lèvres coincées par celles de l'ESHU un léger gémissement, presque étouffé. Lorsque d'un geste assuré, elle le balaie du sol pour le faire s'effondrer. Une balayette qu'il n'a pas vu venir, qu'il n'a su anticiper, bien trop concentré qu'il était à l'embrasser.

Le geste est rapide, bien trop pour qu'il ait le temps de contrer ou éviter. En quelques secondes, et alors qu'il vient de lui dérober un baiser, l'ESHU se retrouve dos à terre, le genou de la GAIA fermement appuyée sur sa cage thoracique, les épaules bloquées par ses mains. Il ne tente pas de se relever, de lutter contre la pression exercée par la jeune femme. Ce serait inutile. Et il ne tient pas particulièrement à jouer avec le feu alors que le genou pourrait le blesser. Il préfère plutôt rester là, silencieux, face à la réaction de Quinn. Sans doute a-t-il fait une connerie. Sans doute s'est-il laissé emporter par une pulsion qu'il n'est pas parvenu à maîtriser. Et c'est assez rare pour le souligner. Cela fait des années qu'il ne s'est pas laissé emporter de la sorte par son impulsivité. Des années qu'il a toujours gardé le contrôle de ses muscles, de ses gestes. Constamment sur la réflexion plutôt que l'action, il a toujours calculé le moindre de ses mouvements, la moindre de ses actions. Ce soir encore, chaque coup qu'il portait, chaque phrase qu'il lançait était réfléchie et décidée. Jusqu'à ce qu'il ne décide, sans vraiment savoir pourquoi, de l'embrasser. Après s'être introduit par effraction chez elle, après l'avoir attendue dans le noir complet. Comme un psychopathe. Ce qu'il est sans doute.

L'homme reste silencieux, se content d'écouter vaguement les remontrances de la GAIA. Il garde pour lui ses commentaires – notamment sur le cervelle d'ESHU, ces derniers étant bien évidemment supérieurs aux autres équipes de ce point de vue là – et préfère ne rien faire qui puisse augmenter un peu plus l'apparente colère de Quinn. Il ne sait que trop bien ce dont est capable une femme énervée, après l'avoir expérimenté quelques années plus tôt en Italie. Et il ne veut évidemment pas voir cela se reproduire, surtout quand la femme en question a été formée par ses soins.
« T’es… t’es complètement irrationnel, tu le sais ça ? » « C'est possible. » souffle-t-il alors qu'elle relâche enfin la pression sur son torse, se jettant en arrière pour se retrouver en position assise. Irrationnel, c'est bien la première fois qu'il entend se terme pour le décrire. Personne n'a jamais osé employer ce terme pour décrire l'agent de la CIA, bien au contraire. Tout au long de sa carrière, c'est bien sa rationnalité qui est ressortie. Pas l'inverse. Pourtant, ce soir, il a bel et bien perdu tout ça, ignorant toutes les règles logiques de l'univers pour un instant rapide, fugace. Pour une erreur qu'il n'a comprit que trop tard, perturbé par cette empoignade que lui seul a décidé.

Amadeus profite des quelques secondes qu'elle lui laisse pour se redresser en position assise, les avant bras posés sur ses genoux sur-élevés. Durant un court instant, il plante son regard au sol, reprenant un souffle perdu depuis que la GAIA a choisi d'écraser sa cage thoracique. « Tu pourras t'en prendre qu'à toi si tu deviens accro, Rogers. » Il lève aussitôt la tête, cherchant à comprendre la signification de cette phrase. Mais à peine a-t-il le temps de relever que la main de Quinn l'attrape, le tire à elle pour capturer ses lèvres. S'il ne réagit tout d'abord pas, surpris par le comportement la femme, Amadeus reprend rapidement ses esprits, retirant aussi rapidement que possible les gants qui lui recouvrent les mains tandis que Quinn se met à genou, collée à lui, le forçant à relever le menton pour maintenir un contact crée par des pulsions incontrôlées. Parvenu à se défaire des encombrants gants, l'ESHU glisse alors ses mains sous le vêtement de Quinn, l'aggripant de l'intérieur pour le soulever jusqu'à pouvoir le retirer complètement.Puis, d'un geste assuré, il se redresse de tout son long, posant ses mains sous les cuisses de la GAIA pour lui faire suivre le mouvement.

Après quelques pas, Amadeus parvient au canapé, y déposant Quinn tout en suivant sa chute. Les lèvres toujours en contact, il capture son visage d'une main, l'autre glissant contre sa peau jusqu'au pantalon, abaissant aussitôt le tissu sans retenue. Sans trop savoir pourquoi, ni comment, il la veut. Là, maintenant, alors que les deux sont déjà recouverts de sueur, éreintés par un entraînement devenu bien plus dense que prévu.
electric bird.


Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Ven 22 Juil - 14:29
Týr est hors-limites. Combien de fois s’était-elle seriné cette simple phrase, avec un rappel constant de tout ce qui pourrait déparer si elle l’oubliait ? Passé les premiers jours, les premières semaines d’apprivoisement, durant lesquelles ses cauchemars avaient fini par s’estomper, elle s’était amusée à découvrir l’homme derrière le joueur. Miette par miette, là où il voulait bien satisfaire sa curiosité – autant dire qu’à ce jour ce qu’elle savait réellement de lui ou de sa personnalité devait probablement tenir sur un post-it, mais cette découverte perpétuelle avait le mérite de la tenir en haleine. Pour une jeune femme aussi curieuse qu’elle, le mystère ambulant qu’il représentait était un défi perpétuel. Peu à peu, Quinn s’était sentie plus en sécurité aux côtés de l’ESHU qu’elle ne l’aurait cru : elle savait qu’à présent qu’ils étaient sous le même drapeau, il la défendrait probablement avec autant d’ardeur qu’il l’avait traquée. Et oui, il ne la laissait pas indifférente, mais… Týr était hors-limites. Parce qu’elle le considérait comme son mentor, parce que c’était con de bousiller tout ça, pour un millier de raisons. Parce qu’elle était bien trop douée pour faire vriller les choses et qu’elle ne voulait pas gâcher ça.

Sauf que c’était lui qui avait perdu les pédales en premier.

Le rationnel, le rigoureux, le raisonnable Amadeus. A croire que les rôles s’étaient inversés, quelque part. A moins que sa tête n’ait frappé trop fort le tatami, tout à l’heure. Quinn avait tenté de s’inventer des principes, sauf que ça n’avait pas pris. Tout son monde foutait le camp, et les évènements du festin sanglant étaient encore trop solidement ancrés dans sa mémoire. La mort était si vite arrivée, pourquoi s’encombrer d’une logique accablante ? Alors elle l’avait fait. Elle avait brisé cette barrière si soigneusement édifiée à travers les mois, réduisant à néant ses efforts, instiguant probablement les débuts d’une monumentale erreur. S’il n’était même pas prêt à lui dévoiler sa véritable identité, c’est qu’il n’était sûrement pas prêt à lui faire davantage confiance. Et elle, avec son besoin maladif de prétendre être sans attache, se retrouvait désespérément liée à un type qu’elle connaissait à peine. A qui elle aurait confié sa vie, sans hésiter. La logique ne servait plus à rien. De toute façon, elle s’en servait tellement peu dans ses relations humaines que cela ne changeait rien pour elle. Par contre, un comportement similaire de la part de l’espion avait de quoi soulever des questions. Mais pas pour le moment.

Avant qu’il ne l’incite à se relever, Quinn le débarrassa hâtivement de son tee-shirt, laissant ses mains parcourir ses épaules avant de glisser sur ses bras lorsque la différence de taille se fit trop évidente. Elle tituba en arrière, guidée toutefois par l’ESHU, ne daignant pas lui offrir une seule seconde de répit. Fort heureusement pour elle, le canapé ne se trouvait pas si loin et elle noua ses bras derrière sa nuque pour l’attirer contre elle. Elle avait besoin de ce contact, besoin de dissiper la crainte qui lui collait à la peau depuis qu’elle avait appris les événements du festin sanglant. Elle aurait pu y être. Elle aurait pu n’avoir plus qu’une seule vie et l’y laisser, à cause de GAIA vindicatifs. Elle aurait pu crever ce soir-là. Et s’il était une chose qui glaçait le sang de la jeune femme, c’était celle de mourir. Avec cette peur venait le besoin de vivre, de le faire pleinement et sans retenue. Or c’était exactement le sentiment qu’elle avait, là, dans les bras d’un homme qu’elle persistait à appeler Týr. C’était vraiment trop con. Ils étaient vraiment trop cons.

Quand bien même, elle n’aurait repoussé l’espion pour rien au monde en cet instant.

Renversant la tête en arrière, sur l’accoudoir, elle souleva le bassin pour faciliter les gestes d’Amadeus. Son empressement était partagé par l’Anglaise, dont les mains suivirent un mouvement similaire, entravé toutefois par sa position. Qu’à cela ne tienne, elle se redressa pour gagner en amplitude, changeant finalement la direction de ses dextres pour revenir sur le devant de la scène. Du bout des doigts, elle souligna les muscles gonflés par l’entraînement, ceux du torse en premier, puis plus bas. Ses dents mordirent la lèvre inférieure de l’agent, tiraillant cette dernière avant de l’embrasser de plus belle. Percevait-il le besoin qui la tenaillait, roulant sous sa peau comme un millier d’orages ? Elle parvint à glisser une main dans son pantalon, entre leurs corps brûlants, la seconde remontant pour se poser sur sa nuque et courant le long de son échine. Elle avait besoin de ça pour oublier l’horreur du festin. Pas de se battre. Elle avait besoin de vivre, d’être désirée et de sentir l’adrénaline mordre ses veines comme un serpent venimeux. A bout de souffle, Quinn s’octroya un bref instant de répit, offrant sa gorge à l’ESHU en cherchant à retrouver de l’oxygène. Subitement, un rire la prit, rendu rauque par la sècheresse. Elle lui renvoya un regard franc, nullement perturbée par les agissements de sa main plus bas.

« C’est hors de question que je t’appelle Týr… »

Elle préférait le silence à l’absurdité du pseudonyme. Son sourire, large et amusé, tranchait avec la sévérité de son ton. Elle aurait tout le temps de regretter ensuite son acte. Désormais elle ne voulait que le savourer, quand bien même une partie d’elle savait qu’elle venait de franchir une ligne impossible à retracer. Et quand bien même, actuellement c’était la dernière de ses préoccupations. Sa main se fit plus pressante, cherchant à provoquer l’inévitable. Elle avait besoin de lui.


Dernière édition par Quinn Saddler le Jeu 11 Aoû - 0:46, édité 1 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Mar 9 Aoû - 18:55
hit me with your best shot
quinn saddler

Rares sont les moments où Amadeus agit de la sorte. Très rares, même. S'il lui est arrivé dans sa jeunesse d'avoir de tels élans, ceux-ci se sont depuis longtemps éteints. Il n'est plus le gars en chaleur qu'il était alors, et ne ressent plus l'envie immédiate de s'envoyer en l'air avec la première personne venue. Pourtant, c'est un véritable retour dans ces années folles qu'il opère en compagnie de Quinn. Une aventure, une histoire d'un soir, sans lendemain. Avec toutefois l'espoir qu'elle soit capable, comme lui, de faire la part des choses. Et de ne pas laisser cette soirée modifier leur relation, qui restera toujours la même pour Amadeus. Elle est une recrue au sein de la Milice, lui en est le maître-espion qui lui a permit d'intégrer le groupe secret. Une relation professionnelle, peut-être à tendance amicale. Mais rien de plus. Et il n'y aura rien de plus au lendemain de cette soirée, pas de coup de foudre, pas d'histoire à l'eau de rose. Rien de plus qu'un excédant de pression à évacuer pour elle comme pour lui.
La tension se fait de plus en plus forte, quand Quinn imite le geste de l'espion pour glisser sa main sous son pantalon. Un frisson lui parcourt aussitôt l'échine, alors qu'elle lui offre désormais son cou. Il ne se fait pas prier, enfouissant sa tête au creu du cou de Quinn. Avant de la relever, au moment où la jeune femme extirpe un rire presque rauque, presque méconnaissable.

« C’est hors de question que je t’appelle Týr… » Le rire d'abord, puis la remarque, stoppent Amadeus en plein élan. Avant qu'un sourire ne se dessine à nouveau sur ses lèvres. Oui, l'appeler Týr en cet instant précis sonnerait étrange. Ce serait même inédit pour l'espion, qui a pourtant l'habitude d'entendre des noms qui ne sont pas les siens quand on l'appelle, même dans ces moments là. Habitué à utiliser de fausses identités, il l'est. Utiliser son identité in game en dehors du jeu est déjà moins régulier pour lui. A vrai dire, Quinn est bien la seule à utiliser ce pseudonyme en dehors du jeu. Pour la simple et bonne raison que, lorsqu'il s'est présenté, Amadeus a tout simplement donné son pseudo, en lieu et place d'un nom inventé de toutes pièces. Il ne s'est fabriqué aucune identité lorsqu'il est arrivé au garage. Inutile de mentir, s'il veut s'en faire une alliée. Alors autant tout simplement enterrer la vérité, la cacher derrière celle du jeu. Du peu qu'il lui a dit, tout est vrai. Mais tout concerne le jeu. Jamais il ne lui avouera son véritable métier, jamais il ne lui dévoilera tout ce qu'il a pu faire au cours de sa vie professionnelle – les missions d'infiltration, les interrogatoires frôlant parfois avec la ligne de l'interdit, le mariage en Italie – ou personnelle. Peut-être ne doit-il rien répondre à ça. Peut-être doit-il lui laisser un silence en réponse à cette remarque. Peut-être doit-il inventer une identité là, maintenant, pour lui donner de la matière tout en maintenant le secret au sujet de sa véritable identité. Ou peut-être peut-il simplement lui donner son prénom, sans rajouter d'autre précision. Serait-elle capable de fouiller internet à la recherche d'informations sur lui ? Elle ne trouverait pas grand chose, si ce n'est rien. Amadeus n'est présent sous cette identité sur aucun réseau social, il n'y a rien le concernant hormis sa scolarité et ses états de service au sein de la police de Chicago. Tout au plus saurait-elle qu'il est retraité de la police. Qu'il est désormais sans emploi, se contentant de vivre avec une généreuse pension de retraite. « Appelle-moi Ludwig alors. » Vrai. C'est son second prénom. Une façon de maintenir un semblant d'hônneteté tout en maintenant un certain mystère autour de sa personne.

Mais il ne lui laisse pas le temps de réfléchir à sa réponse. La main de la jeune femme accélère les choses, décuple l'envie de l'espion. Il ne veut plus discuter, il ne veut plus débattre sur son nom ou les quelques bribes d'informations qu'il lui donne. Il la veut elle, tout simplement. Il en a besoin, même. Décompresser, se sentir vivre, se sentir désiré. Car malgré tout, malgré cette indifférence générale qu'il jette au visage de tous, il n'en reste pas moins un humain. Avec ses besoins, ses faiblesses. D'un geste de hanche, Amadeus évacue la main de Quinn, prêt à aller bien plus loin qu'une simple touchette entre les deux. Finie, cette attente qui dure bien trop longtemps au goût de l'espion. Il ne veut plus attendre, il n'en n'a pas la patience. Lui d'ordinaire calme et patient, devient pressé et incapable de se retenir. Lui capturant à nouveau les lèvres, l'espion se rapproche d'elle, se colle à elle, pour mieux ressentir les frissons lui parcourir le corps alors qu'il la découvre sous un angle nouveau.
electric bird.


Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Jeu 11 Aoû - 1:02
Pendant un court instant, il se contenta de lui offrir un sourire amusé, probablement en se demandant si lui apporter une réponse était réellement sage. Elle haussa les sourcils en lui rendant son regard, remuant une épaule l’air de dire : « Parce que tu penses sincèrement qu’on pourrait foirer davantage qu’on est déjà en train de le faire ? » La réponse était pourtant positive : ils pouvaient. Il y avait un demi-millier de scénarios dans lesquels cette histoire ne pouvait que mal se terminer. Et seulement quelques-uns où ils s’en tiraient avec brio, laissant derrière eux cette soirée bien trop étrange pour être ramenée sur le tapis. Quinn s’en pensait capable, parce que cela suivait sa propre ligne de conduite à laquelle elle se restreignait en cas de liaison. Si elle voulait réellement demeurer sans attaches, c’était plus facile de le faire en évitant de se perdre avec la même personne, ou pire, de le faire avec quelqu’un de qui elle était déjà proche. Ce qui était exactement ce qui était en train d’arriver, et l’ironie ne lui aurait probablement pas échappée si Amadeus n’avait pas fini par lui donner une réponse qu’elle n’attendait plus. Ludwig. En d’autres circonstances, elle se serait questionnée, l’aurait interrogé sur les origines de ce prénom relativement hors normes, mais l’instant ne se prêtait pas à la recherche d’une vérité qu’il n’était pas prêt à lui dévoiler.

Et il ne lui laissa de toute façon guère l’occasion de répondre grand-chose, son empressement s’imposant comme une évidence à laquelle elle ne chercha même pas à s’opposer. Toute résistance aurait été futile, elle le sentait ; il n’était pas le seul à désirer cette erreur. Dans un mouvement impulsif, Quinn se pressa davantage contre son corps, cherchant à approfondir leur baiser alors que ses mains remontaient le long de son dos. Elle serra les lèvres, reposant à nouveau sa tête contre l’accoudoir en réprimant un soupir fébrile. Ses doigts glissèrent le long d’une côte, revenant sur le devant pour effleurer le torse soulevé par une respiration rapide, gravissant la courbe d’une clavicule pour échouer sur la nuque. Sa brève tendresse se termina par un baiser plus brûlant encore, alors qu’elle tentait de repousser l’espion pour modifier leur position. C’était plus fort qu’elle : Quinn n’était pas faite pour l’inaction. Néanmoins, sa posture, couplée au poids d’Amadeus, lui rendaient la tâche pratiquement impossible.

« Désolée… »

Son murmure essoufflé et son très bref sourire espiègle furent les seuls avertissements qu’elle lui donna avant de brusquement les renverser dans le vide. La chute ne fut ni douloureuse, ni longue, mais suffisamment surprenante pour leur couper le souffle. La jeune femme le toisa de sa nouvelle hauteur, s’appuyant sur son torse, ses mains aventureuses toujours en mouvement. Avec une risette penaude, elle se pencha pour l’embrasser ; un soupçon de douceur se mêla au geste, lui insufflant une langueur dénotant avec l’empressement dont ils souffraient tous les deux. Cependant, le calme ne dura pas. Elle défit l’agrafe située sur le devant, se débarrassant du soutien-gorge devenu trop encombrant pour cette proximité incandescente. Inconsciemment, ses mouvements se firent plus impérieux, exigeants. Pressés. Quant à se damner, autant en profiter. Et même si elle ne l’avouerait jamais à haute voix, Quinn se découvrait un plaisir inédit à découvrir ces territoires étrangers. C’était différent parce qu’elle avait ce besoin qui vrombissait dans ses veines et qu’elle sentait, en écho, à travers les baisers avides de l’ESHU. Cet impératif d’être vivants, d’être humains avant de n’être que des avatars, des soldats, des joueurs. C’était vital. Et jamais elle n’en avait eu plus conscience qu’en cet instant.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Dim 14 Aoû - 2:16
hit me with your best shot
quinn saddler


« Désolée... » Durant un bref instant, une seconde tout au plus, le regard d'Amadeus se teinte d'incompréhension. En une fraction de secondes, de nombreuses idées se mélangent dans son esprit aspiré par la chaleur du moment. Elle se refuse finalement à lui, cette ligne est finalement une frontière bien réelle pour elle. Ce mur entre eux est finalement insurmontable. Des scénarios imaginés durant ce court moment de silence, aucun qui ne plaise à Amadeus. Et aucun qui ne se réalise, au moment où, d'un mouvement de hanche, elle les fait chuter du canapé où ils étaient installés un instant plus tôt. Une courte chute, sans douleur, mais qui a néanmoins le mérite de surprendre Amadeus, qui n'avait pas anticipé un tel mouvement de sa part. Il ne perd toutefois pas toute cette attention portée aux courbes de Quinn, à ces formes qui ce soir le font chavirer. Jamais il n'avait eu de telles idées avec elle, jamais il ne s'était imaginé capable de franchir l'interdit avec elle. Elle devait rester une simple membre de la Milice. Lui l'un de ses plus éminents membres. Elle le restera, certes. Mais quoi qu'ils disent, quoi qu'ils fassent, il y aura constamment le rappel de cet instant charnel. De ce moment où toute la raison a implosé en lui, incapable de résister aux assauts de la tentation. S'il est capable d'ignorer, de faire comme si rien ne s'était passé, la subtile différence dans leur relation se fera ressentir. Trop peu pour être constatée des autres. Trop pour que lui ne le voit pas. Peut-être y aura-t-il une plus grande naturalité dans leurs rapports. Peut-être seront-ils gênés en se croisant. De minces indices qu'il parviendra à lire sur le visage de Quinn, la faute à une formation rigoureuse, l'ayant dépouillé de toute humanité pour en faire une machine capable de lire sur le visage de tous et de toutes. Donc celui de Quinn. Cette idée est cependant rapidement écartée d'un revers de main lorsque la jeune femme retire le bustier. Empêchant Amadeus de pouvoir penser à quoi que ce soit, si ce n'est l'objet de ses désirs. Une tentation bien trop brûlante pour qu'il puisse s'en accomoder, pour qu'il puisse passer outre. Incapable de résister, il sait que seul l'abandon lui est possible. Un abandon total, entre les mains balladeuses de la GAIA. S'il n'est pas habitué à cette position, il cède cette fois bien volontiers les commandes à la jeune femme, tant celle-ci se montre impérieuse, autoritaire. Faisant pousser en Amadeus un sentiment d'allégresse comme rarement il en avait connu jusque-là. Pas même avec cette femme qui s'imaginait être sienne, et lui sien. Une époque révolue, bien loin d'occuper les pensées de l'espion en cet instant précis.

Dans un geste bien plus vif qu'imaginé, Amadeus finit par lui attraper les mains, les retirant aussitôt de son torse. Et avant qu'elle ne puisse esquisser le moindre mouvement pour les remettre en place, il prend appuie sur ses coudes pour se redresser. De peu, mais suffisamment pour se retrouver à hauteur du cou de la demoiselle. Les mains posées au sol, supportant leurs deux poids, la lippe effleurant une peau marquée par les frissons la parcourant. Le temps lui-même semble s'être suspendu, alors qu'il finit par la faire chuter sur le côté, reprenant une mainmise dont il est bien plus habitué. Qu'il n'abandonnera plus jusqu'à la fin d'un troisième round devenu bien plus intense que les deux premiers. Pour finalement s'écarter, se coucher sur le dos à côté d'elle, le souffle court. Un sourire invisible sur ses lèvres, comme pour masquer la satisfaction qu'il a d'avoir bravé l'interdit, d'avoir franchi ce mur professionnel les séparant. Si c'est une erreur ? Oui. S'il l'assume ? Aussi. Il n'a jamais fais de place pour les regrets dans sa vie, et Quinn ne sera pas la première à rentrer là-dedans. Il ne regrette rien, et ne le regrettera jamais. Cette erreur, il l'a voulue. Il compte bien l'assumer. Et continuer cette relation qui, en un instant, a bien manqué être chamboulée à tout jamais. Mais ce ne sera pas le cas. Pas tant qu'ils continueront leurs habitudes.

« On peut dire que tu maîtrises plutôt bien ce domaine... » détournant le regard dans sa direction, une étincelle qu'elle n'a probablement jamais vu ses yeux, il la fixe intensément. Comme pour profiter une dernière fois de l'image qui s'offre à lui, avant que le retour à la normale ne se fasse. Avant que leur vie ne continue de la même façon qu'elles ne le faisaient avant.
electric bird.


Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Dim 14 Aoû - 4:14
Aveuglée par les lueurs nitescentes d’un plaisir ravageur, Quinn ne perçu pas l’instant de doute dans les prunelles de son amant ; par contre, la vague expression qui effleura par la suite les traits toujours imperméables de l’espion lui arracha un sourire satisfait. Erreur ou non, elle savait d’avance qu’elle ne pourrait pas regretter cet écart de conduite. Les gestes se mêlaient instinctivement, dans un échange auquel elle n’était pourtant guère habituée avec l’ESHU. Tout comme il semblait deviner ses moindres pensées au quotidien, il sut renverser la situation au moment où elle était prête à rendre les armes. Brièvement, son souffle lui chatouilla le cou, et elle profita de son rapprochement pour effleurer sa tempe du bout des lèvres. Le derme parcouru de frissons délicats, elle le laissa reprendre la main avec son assentiment. Il lui était pour une fois impossible de lutter contre l’ouragan de ses perceptions dévastées. Naufragée entre ses bras, la jeune femme s’abandonna complètement aux tourments de sa passion, vouant son âme à une perdition éternelle et sacrifiant ses principes sur l’autel de la Luxure.

« On peut dire que tu maîtrises plutôt bien ce domaine... »

Elle haussa les sourcils, essoufflée et surprise, tournant légèrement la tête sur le côté pour le dévisager. Pendant un bref instant, l’intensité de son regard la laissa interdite ; ses pommettes se mirent étrangement à chauffer et elle s’humecta les lèvres.  Puis, Quinn se releva sur un coude, rapprochant doucement son visage de celui d’Amadeus – sa bouche frôla la sienne, une seconde, avant qu’elle ne plisse les yeux avec un sourire espiègle.

« Fais attention à ce genre de compliment, certaines filles pourraient très mal le prendre. » Ses doigts affleurèrent sur le torse de l’espion. « Au moins, il y aura un domaine dans lequel je te dominerais plus facilement. » Et subitement, elle récupéra son soutien-gorge resté non loin d’eux pour se rhabiller, brisant l’intimité provoquée par son rapprochement. Enfilant tout aussi nonchalamment le reste, elle lui jeta un bref coup d’œil, se fendant d’une risette moqueuse. « J’espère que tu ne t’attendais pas à autre chose. C’était qu’une façon de lâcher du lest, Ludwig. » Elle se redressa, prenant appui sur le canapé et alla retrouver son haut abandonné sur le tatami. « Il faudra que tu trouves autre chose, ou tu pourrais bien y prendre goût. »

Son tee-shirt en main, Quinn le considéra avec un regard amusé, presque railleur. A travers ses sarcasmes, elle tentait de rétablir une certaine distance après le rapprochement impulsif. Un mécanisme de défense qu’elle appliquait à chaque fois ; sauf qu’elle ne pouvait pas éloigner Amadeus de sa vie comme n’importe quel coup d’un soir. Elle devrait parvenir à compartimenter, mettre de côté cette erreur pour qu’elle n’infecte pas leur relation déjà bien trop étrange pour être viable. Ses prunelles sombres le scrutèrent, un peu trop longtemps, avant qu’elle ne détourne les yeux pour mettre le vêtement.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   Mar 16 Aoû - 4:00
hit me with your best shot
quinn saddler



« Fais attention à ce genre de compliment, certaines filles pourraient très mal le prendre. » Un sourire se dessine sur les lèvres de l'espion, alors qu'il sent les doigts de la demoiselle glisser le long de son torse. Un geste, une sensation, dont il a rarement l'habitude. Préférant usuellement quitter sa partenaire dès la fin de l'acte, disparaissant immédiatement de la circulation. Une méthode comme une autre pour ne pas développer de connexion, pour ne pas tisser de liens dont il ne veut pas. « Au moins, il y aura un domaine dans lequel je te dominerai plus facilement » Un rire s'étouffe au fond de sa gorge, stoppé par le mouvement de Quinn qui récupère sans prévenir son soutien-gorge. Leur folie, leur tentation dorénavant terminée, elle n'a plus aucune raison de rester ainsi nue. « J'espère que tu ne t'attendais pas à autre chose. C'était qu'une façon de lâcher du lest, Ludwig. » Le ton est forcé sur le prénom de l'espion. Se doute-t-elle qu'il ne s'agit pas là de son véritable prénom ? Sans doute. Pourtant, Amadeus n'a jamais été aussi proche de la vérité, en dévoilant ce qui est son réel second prénom. Un détail que personne d'autre ne sait, hormis sa famille et ses contacts de la CIA. « Lâcher du lest, ça me suffit... » Elle n'entend cependant pas la réaction de l'homme, s'étant déjà attelée à se redresser pour récupérer ses vêtements jetés sur le tatami.

« Il faudra que tu trouves autre chose, ou tu pourrais bien y prendre goût. » Du sarcasme, le signe qu'elle tente de créer à nouveau cette frontière mise à mal, blessée en plein cœur, par les agissements des deux. Mais tout ça est inutile, quand bien même elle ne s'en rend pas compte. Lui ne compte pas changer leur relation, ne compte pas créer un quelconque lien approfondi entre eux. Ils se sont amusés, voilà tout. Il n'y aura pas d'histoire d'amour, pas de coup de foudre phénoménal, pas de mariage ou de famille. Simplement un coup d'un soir, qui glissera le long de sa mémoire, jusqu'à s'insérer dans un coin tout au fond, à l'endroit même où sont rangées toutes les glissades qu'il a pu avoir lors de ses différentes missions. Son mariage, ses différentes vies, ses différentes maîtresses. Tout ça, pas oublié, mais qui s'estompe, devient flou, jusqu'à n'être plus qu'un vague souvenir d'une vie qui n'aura finalement jamais réellement existé, simple masque que l'espion porte continuellement.
Durant un instant, Amadeus reste immobile, appuyé sur ses coudes, le regard bloqué sur les formes encore apparentes de Quinn. Son regard à elle, il le voit parfaitement. Elle aussi semble profiter une dernière fois de la vue qui s'offre à elle, avant que l'espion ne se relève finalemenr pour récupérer ses vêtements jetés négligemment. L'entraînement désormais terminé, le troisième round achevé, il n'a pas de raisons de rester plus longtemps chez elle. Bientôt reviendra-t-il, sans doute. Mais leur écart de conduite ne doit donner suite à rien, il le sait. Et rester serait la pire décision possible, puisqu'elle mènerait à réfléchir. Et ça, il ne le veut pas.

« Je m'en voudrais d'y prendre goût, tu aurais bien trop de mal à suivre la cadence. » dit-il tout en s'habillant, récupérant ses vêtements perdus un peu partout dans la pièce. Y prendre goût... C'est un risque qu'il a été prêt à prendre, sans aucun regret. Il n'y a pas de temps pour le refret après tout. Peut-il reproduire, un jour, une telle erreur ? Sans aucun doute. Puisque pour lui, il n'y a pas vraiment d'erreur là-dedans. Tous deux sont adultes, tous deux sont en droit de faire ce qu'ils veulent. Et compte tenu du contexte dans lequel ils évoluent actuellement, cette relation charnelle est finalement l'une des choses les moins stupides qu'il ait fait. Devoir cacher son identité, son appartenance à la Milice à même ses plus proches alliés, voilà une décision stupide. Une décision qui lui apporte une vie bien plus dangereuse que celle des joueurs lambda, l'espion étant par définition l'ennemi de tous les joueurs. Une cible que tous veulent abattra pour avoir osé se constituer ennemi du jeu et de ses développeurs. « Fais attention à toi. » Habillé, la veste sur le dos, il se dirige vers la porte, quittant l'appartement après un dernier regard en direction de la GAIA.
electric bird.


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: amadeus ϟ hit me with your best shot.   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM