Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Time to come home ? || Mercuriale
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
john doe
<b>bavardages</b> 650 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Tom Hardy
CREDITS : Puckessa, PANIC!ATTACK
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutral


MessageSujet: Time to come home ? || Mercuriale   Mar 21 Juin - 21:11
TIME TO COME HOME ?
mercuriale & john doe.

John Doe tournait autour des motos. Il n'avait pas ses outils avec lui et cela le frustrait presque. Des nouveaux jouets qu'il ne pouvait pas encore bidouiller... Voilà qui était quelque chose de nouveau pour lui. Il avait toujours eut sous la main ses ustensiles. Dans le jeu cependant, les motos n'étaient pas venues avec. Il allait donc devoir les trouver lui-même. Il pensa alors au Parc d'Attractions. S'il y a bien un endroit où il devrait y avoir des outils, c'est là-bas non ? Pour réparer les machines ? Puisque le jeu avait été créé par les humains : ils ne devaient pas être si con que ça. Il espérait. Il enfourcha une moto, mis le contact, sourit en faisant ronronner le moteur et une fois sa batte coincé : partit dans les rues de DG vers un autre de leur territoire. Passant les grilles, il gara l'engin dans un endroit safe, tout du moins à l'abri des regards avant de s'armer puis de partir en exploration. Il n'y avait quasiment jamais mis les pieds. Certains clowns lui faisaient peur et se retrouver, tout seul, au milieu des manèges qui semblent hurler de désespoir à cause du vent qui s'engouffre dans leur ventre vide de rire : John Doe préférait largement les rires de hyènes de ses comparses. Il avait certes une carrure, mais cela n'empêchait pas le malheureux de se retrouver souvent en position de faiblesse. Son imagination insultait clairement son manque de connaissances et depuis son plus jeune âge : il a compris que jamais il n'aurait une nuit normale. Le moindre bruit le faisant sursauter, il serra un peu plus sa batte tout en s'avançant dans un endroit qui leur appartenait pourtant. Tous les joueurs savaient que la carte n'appartenait au fond à personne et que même si les ESHU étaient en droit de massacrer tout ceux qui posaient un orteil ici : ils n'y avaient rien qui leur interdisait techniquement l'accès. Certains GAIA et ATOM sont même venus une fois.
Le bras droit arriva à ce qui semblait être le bâtiment des maintenances. À l'intérieur, des wagons entiers qui attendaient encore qu'une âme charitable s'occupent d'eux. Entre les personnages à moitié finit ou bien détruit : John Doe trouva ce qu'il cherchait. Des outils. Non seulement cela pouvait faire de nouvelles armes, mais cela allait également aider à la maintenance des véhicules. C'était bien beau d'avoir des motos si on ne pouvait pas les réparer n'est-ce pas ? Il fourra le tout dans sa besace et chercha encore pour trouver d'autres outils. Il avait encore le temps normalement avant que la nuit tombe. Il voulait mettre le plus possible de distances entre cet endroit et lui.

Satisfait de ses trouvailles, il retourna au pas de course vers sa moto, coinça sa batte de baseball et repartir aussi rapidement qu'il était venus. Ne s'arrêtant sous aucun prétexte, il arriva à la Pieuvre Mélomane. Il ne fallut pas longtemps avant de voir sur le visage des gardes que quelque chose n'allait pas. Il soupire donc et rentre la moto. Rangeant soigneusement les outils, il se dirigea par la suite vers le bâtiment principal. C'est en poussant la porte qu'il tomba nez à nez sur Mercuriale. Fronçant les sourcils, il la regarde. Confus presque. « Hey... » Un rapide coup d'oeil au tour l'informe que la demoiselle avait quelques personnes à dos. John Doe repose son regard sur elle et sourit : « Ça fait plaisir de te voir ici. » Il était sincère. C'était ça le pire. Il avait dit qu'il n'en reparlerait pas, mais les faits étaient là : il s'inquiétait pour elle. Elle était son employée, habile de ses dix doigts : c'était difficile à trouver ces temps-ci. « Tu es revenue pour bidouiller les motos avec moi ? » Il lui fit signe de la suivre pour l'emmener dans le garage improvisé. « Je ne m'attendais pas à te revoir ici... » Il tourna sa tête vers elle : « Que nous vaut cet honneur ? »
darwinsgame.com (c) 2015



Time to live and let go ♦️ if you want to kill me, try harder fucking cunt ! (c) P!A
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: Time to come home ? || Mercuriale   Ven 1 Juil - 0:40
Mercuriale, elle vient de perdre son rôle d'espionne. Dans une violence propre aux hommes et dans un culot propre à elle-même. Son retour au quartier est plus difficile que prévu mais les vautours ne sont pas ceux qu'elle avait cru. Et si elle n'a pas croisé une seule ombre blonde, la poupée goûte déjà aux esprits échauffés de cette communauté. Ces lieux ont la pâleur du temps maudit car Snake hantait ces couloirs entre deux baisers infinis. Elle a même l'impression que l'âme peinée d'Aluvaià rit dans un coin. Son souffle se lasse dans un soupire alors que son cœur s'alourdit de tous ces maux. Elle avait troqué ceux de la survie pour ceux des humains, lui laissant l'amertume d'une liberté déjà bien loin. La petite bouillonne intérieurement. Il faut dire que certains la prenaient comme acquise alors qu'elle, elle les voyaient morts. Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver John Doe. Personne d'autre. Au lieu de ça, elle tombe sur des personnes qu'elle aurait préféré ne pas croiser. Tyr est l'un d'eux. Mercuriale tente de comprendre pourquoi elle n'a pas foutu son poing dans sa gueule. Ce qui l'en a empêché, ce qui l'a tétanisé. Elle tire ses manches pour couvrir ses phalanges et elle se dirige vers l'extérieur. A quoi bon rester ici, il n'est pas là. Plus ses pas s'additionnaient vers la sortie et moins elle trouvait de raisons pour rester chez les Eshus. Le problème étant qu'elle ne peut finir chez les Caho, qu'elle n'a pas les valeurs primaires des Atom et qu'elle avait trop d'ennemis chez les Gaia. Entre celles qui ont causé sa mort et ceux qu'elle avait royalement dupé durant quelques parties de jeu, Mercuriale n'arriverait pas à s'intégrer. Elle regrette de ne pas avoir passé plus de temps à songer à une éventuelle réintégration. Elle aurait pu faire partie des atoms, elle aurait pu faire en sorte que Ishtar soit de son côté, qu'elle la défende pour qu'elle devienne l'une des leurs.

Elle regrette alors que dans son dos, des rires de hyène se muent en un silence de vipère. La poupée a l'impression d'avoir un aperçu de ce que peut être la hiérarchie du lycée. Elle, si frêle et seule. Eux en groupe. Et ses yeux tombent sur un torse imposant et familier. Elle reconnaît John Doe avant même qu'elle pose ses yeux sur son visage aux traits durs.

Salut.


C'est le soulagement. Mercuriale va pouvoir respirer normalement. Elle n'arrive pas à lui sourire car sa curiosité lui en interdit. L'homme apparaît sous un nouveau jour, de nouvelles fringues. Il était un nouvel homme. La blonde avait beau chercher si son visage lui disait davantage quelques choses, elle ne trouve rien. En vain, ses souvenirs se sont bafoués et embrumés avec le temps. Elle n'arrive même pas à différencier les anciens joueurs parmi les nouveaux. Il lui fait signe et elle le suit comme une ombre. Elle ne compte pas le lâcher tant qu'elle ne sera pas en dehors du quartier. Il représente son seul attachement aux Eshu et la seule raison du pourquoi elle revient maintenant. Alors quand le brun lui demande si elle est revenue pour réparer des motos avec lui, un premier sourire éclot sur ses lèvres.

On peut dire ça, ouais...

Mercur scrute ce garage improvisé. Même le matériel, même les auto sont teintés par le jeu et ses lois. En véritables carcasses rouillées, elle les connait bien pour s'être planquée à maintes reprises dans celles-ci durant les premiers mois de son jeu.

Je suis venue prendre la « température ».

Celle qui se faisait appeler l'Aviatrice il y a un temps ne développe pas plus la question. Elle sait qu'il voyait de quoi elle parlait. Tout ce nouveau pouvoir et ce nouveau système...

Enfin... je suis venue te voir aussi.


Cette hésitation reflète à quel point la gamine a du mal à admettre. Admettre que John Doe peut réussir à la garder auprès des violets. Elle en a conscience, elle ne veut pas qu'il le sache car cela pourrait jouer en sa défaveur. Pire, elle ne peut lui dire que parmi tous ces joueurs, il était son seul allié.

Je sais... pas trop... pourquoi. J'veux dire, je m'attends à rien.

Elle bafouille comme une enfant avant de laisser le silence répondre à sa place. Son attention se porte vers des ombres alentours. Ils sont de ceux qu'elle doit considérer comme des camarades, mais pourtant elle les voit ainsi : comme des ombres.





I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
john doe
<b>bavardages</b> 650 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Tom Hardy
CREDITS : Puckessa, PANIC!ATTACK
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutral


MessageSujet: Re: Time to come home ? || Mercuriale   Dim 3 Juil - 10:46
TIME TO COME HOME ?
mercuriale & john doe.

Lui, vivant, dans le jeu ? Personne ne toucherait à Mercuriale. Elle était une bonne apprentie et une employée extra. Jack adorait converser et rire avec elle. Elle l'apaisait et étrangement lui permettait de parler presque normalement. Il adorait lui enseigner tout ce qu'il sait, la prendre sous son aile et laisser ce lien prendre de l'importance dans sa vie au fil des conversations. John Doe dans le jeu voulait faire pareil. Comme promis, ils n'avaient jamais reparlé de DG. Parce qu'il n'en avait pas réellement envie tant qu'elle n'avait pas fait le premier pas d'elle-même ; et puis il était un homme de parole. Pour un ESHU c'était peut-être étrange, mais il n'avait jamais apprécié être catalogué. Il se gardait bien pour tout avouer de ré aborder ce sujet de peur de devoir subir le regard sombre de sa protégée. Quand il ouvrit la porte et qu'il l'a vit, il ne pût s'empêcher de sourire. Elle était chez elle. Il ne pouvait pas dire parmi les siens, mais ça viendra. Le bras droit était surpris de voir au combien certain joueur – comme dans la vraie vie – avait la mémoire courte ! Ils étaient des hypocrites et si Mercuriale avait tué Aluvaià : c'était seulement parce qu'elle portait des couilles que beaucoup d'hommes n'ont pas, plus. Ils ont tous bavé dessus ils l'ont tous critiquer Mercuriale était une femme qui était forte. John Doe le savait. Et c'est pour ça qu'il serait toujours de son côté. Tandis qu'il la regarde, qu'il lui parle clairement et en souriant : John Doe entend déjà les commérages. Le bras droit qui pactise avec celle qui avait tué leur précédent chef. Le garagiste ne l'avait jamais apprécié et jamais au grand jamais il l'avait caché. Il était loyal et fidèle aux deux blondes qui étaient montées sur le trône. Deux leaders qu'il était certain en qui Mercuriale pourrait avoir confiance. Enfin... C'est une utopie certes, mais John Doe avait espoir. Avec l'alliance conservée entre les ATOM et son équipe : la nourriture allait revenir. Il ne manquerait plus que cette coalition décide de rayer de la carte le nom des CAHO pour que le tout soit des plus parfait. Avec les rumeurs qui courent, le garagiste espérait qu'ils ne feraient pas la connerie de mettre Hannibal au pouvoir. Cette blonde, gamine, sans cervelle, sans honneur, qui faisait plus pitié que peur mettrait tout le monde d'accord sur une chose : une guerre contre les rouges. Avec un différent leader et bras droit... John Doe pourrait revoir son jugement.

Le bras droit lui demande si elle est là pour réparer les motos, John Doe sourit à cette idée. Il allait pouvoir parfaire son apprentissage entre ses murs. Cette idée le ravissait parce qu'au fond la demoiselle le poussait à redevenir celui qu'il avait été sous le regard tendre de Noah. Il la forçait à être une meilleure personne. Une fois dans le garage, John Doe alluma les lumières pour dévoiler le tout. Ce n'était pas fameux, ça n'avait même rien à voir avec son garage.

« J'ai espoir de pouvoir trouver assez d'outils dans le jeu pour avoir quelque chose de décent, mais en attendant on fait avec les moyens du bord hein. » Mercur parle, explique la vraie raison de sa venue. Prendre la température : « Ah bah, je pense que tu as dû la trouver plus froide que le pôle Nord hein ? »

Se permet-il de blaguer doucement. Il savait qu'elle n'avait pas besoin de protection, mais personne ici ne te fera du mal sans avoir à faire à lui. Il saurait le faire comprendre à ceux qui voudraient le défier. La suite le fait sourire, l'arrête dans ses mouvements même tandis que ses yeux se posent dans ceux de sa protégée.

« J'espérais te revoir un jour aussi ici. »

Pourquoi nier l'évidence ? John Doe n'était pas un menteur. Enfin... Pas avec la demoiselle qui n'avait rien fait pour subir des bobards de sa part.

« Erf... On sait jamais ce qu'on va trouver ici, ce jeu à cette particularité hein ? » John Doe regarde autour, il remarque certains ESHU dans l'ombre et soupire : « Quoique tu décides, je serai là, tu sais. » Il s'installa sur une pile de caisses et massa ses mains comme il faisait toujours. « On n'est pas parfait. Mais on est la seule team qui n'a pas de traître. GAIA, ATOM, CAHO... Y'en a pas un pour racheter l'autre. J'sais que deux femmes au pouvoir, c'est l'enfer, mais... Mais elles sont réussies à faire de bonnes choses. On a nouveau de la nourriture. Les ATOM ne veulent plus nous trucider et les GAIA... Well.... Je ne sais pas ce qui va se passer avec eux. Mais les blondes défendront notre équipe, et même si tu ne crois pas en eux, elles bah...Ils peuvent te surprendre et... Et puis au pire si jamais tu décides vraiment que ce n'est pas possible. Que t'as envie de tous les massacrer bah... Je partirai avec toi. » John Doe était sérieux : « Laisse au moins une chance... T'es même pas obligé de t'investir hein. »
darwinsgame.com (c) 2015



Time to live and let go ♦️ if you want to kill me, try harder fucking cunt ! (c) P!A
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: Time to come home ? || Mercuriale   Dim 17 Juil - 12:43
Mercuriale est bien heureuse de retrouver une ancre à laquelle se raccrocher. Depuis qu'elle avait remis le pied dans ce quartier, elle se sentait mal à l'aise. Elle se noyait parmi les têtes connues et les têtes nouvelles. Elle faisait déjà cela suite au décès de Snake. Le QG des Eshus était devenu  la tombe de la fille qui ne restait jamais entre quatre murs. Mercuriale comme Hazel sont en quête de liberté, d'adrénaline mais surtout d'air. La rue a toujours été sa maison avant d'habiter avec Caïn alors il avait été évident que dans le jeu, elle aurait fait la même. La blonde avait fini par grimper sur les murs et les toits. Elle n'avait pas seulement des airs de petit chat, elle l'était devenue à son tour.

Alors quand elle tombe sur John Doe, c'est un soulagement. Ses traits sont toujours tirés sérieusement mais intérieurement, elle connaît la délivrance. Mercuriale finit par le suivre jusqu'au garage improvisé. Elle n'a pas envisagé de réparer des motos dans le jeu parce que Mercur, elle n'envisage pas grand chose. Si on résume ses plans, il s'agit juste de survivre seule. Loin des autres.  Engins Jack est son patron avec qui elle rit bien. Ne donnant pas sa confiance aisément, elle ne peut se permettre de dire que c'est son ami.  Les motos dans ce jeu, c'est la pire idée du siècle. Ca fait du bruit  bien que celles-ci soient rapides. La poupée ne dit rien, elle a décidé de ne rien dire. Les altercations tacites avec ses camarades l'ont rendu livide. Pourtant elle sourit à l'image de John Doe. Celle du pôle nord.  C'est malheureusement bien pire. Son état avait changé en quelque chose d'invisible et d'intouchable. Une sublimation de la bêtise.

Elle reste hermétique aux espoirs de l'homme. Si elle revient, elle seule déciderait. Elle doute un peu de sa bonne intention. Les gens ne sont souvent pas ce que l'on croit. Ils ont tendance à être différent de la dimension virtuelle. Eh puis, s'il est Eshu, c'est qu'il a quelque chose. Mercuriale avait vu défiler les vices de l'homme entre ces quatre murs : les accros de la luxure aux obsédés des points de suture. Il y avait eu cet homme qui l'avait séquestré et qui s'est retrouvé à se prétendre être un gentil médecin chez les violets. On ne connait personne. Les principes de Hazel sont simples, rudes voire pleine de pessimisme, mais c'est grâce à cette extrême méfiance qu'elle a survécu. Elle reste debout dans un coin. Ses mèches lui tombent sur le visage car c'est la seule armure qu'elle possède contre ces regards dédiés à son égard. Elle se concentre sur John D. qui s'installe. C'est devenu un rituel, elle l'a vu faire ça une bonne centaine fois. Elle a fini par le rejoindre en s'installant en tailleur à ses côtés. Si elle ne touchera jamais une moto ici, rien ne lui empêche de profiter des atouts du jeu pour gagner en expérience.

Elle avait énervé Jack une fois parce qu'elle  avait mal rangé ses outils. Elle s'est retrouvée à devoir apprendre une trentaine d'outils par cœur. Elle ne lui avait rien dit et elle était revenue parce que c'était la punition la plus cool qu'elle n'avait jamais eu. Ces outils elle savait qu'elle pouvait les réutiliser pour d'autres choses comme détruire une chaîne ou un cadenas. Elle avait bien conscience que son temps n'était pas perdu.  Pire, elle en redemandait. A présent, elle arrive à un statut de connaissance où elle pouvait l'assister en lui donnant les outils. Hazel auprès de Jack dans un garage, ça ressemble à  une infirmière auprès d'un chirurgien dans un bloc opératoire.  John Doe en profite pour informer Mercur sur la situation et son point de vue. Ils n'avaient jamais parlé de DG dans le passé car elle ne voulait pas. La poupée s'en fout de cette  histoire de bouffe, cette histoire de réussite et de bonnes choses et cette histoire de non traîtres chez les Eshus. Elle a tué Aluvaià dans leurs quartiers et il ne semble avoir eu aucun impact. Elle préfère apprendre à pêcher, ce qu'elle a fait, plutôt que d'arranger les choses avec les autres teams. Ils sont ennemis et le sang est l'ADN même de ce jeu. Aluvaià n'avait rien de parfait. Elle avait un peu trop le sens de la fête et elle, comme les deux blondes, se mentait avec ses espoirs d'équipe unie. Ce que les gens ne comprennent pas c'est que cette affaire d'équipe est une affaire d'illusion. Tu nais seul et tu meurs seul. Ton prochain peut t'assassiner quand t'as le dos tourné, qu'il soit bleu, vert, rouge ou violet. A contrario, ton ami peut être bleu, vert, rouge ou violet.

Celle qu'on appelait l'Aviatrice fixe les tâches sur le sol tendant l'oreille pour boire les dernières paroles du brun. Elle ne s'expliquera pas car  ils n'ont clairement pas le même opinion sur la question. Il est un aveuglé, un optimiste, un bon. Elle est une trop-méfiante, quasi parano, pessimiste et une épuisée. Son sentiment de solitude ne se comblera pas car elle vit avec depuis un certain temps. Néanmoins la gamine pose ses yeux bleus sur le visage endurci du mécano. Elle plisse son regard intriguée par ses derniers mots. Il serait capable de la suivre, elle ? Caïn lui, il était trop fidèle à sa couleur pour partir avec elle ou pour la rejoindre dans cet enfer. Si au début elle lui en avait voulu, elle comprenait en même temps le poids des enjeux qu'il subissait. Mais John Doe ? Ca la surprend mais elle n'en pipe mot. Elle scrute la bécane tout en soupirant.

Je vais rester quelques jours.

La violette ne dit pas ça pour lui faire plaisir. Elle lui annonce qu'elle sera dans les parages parce qu'elle risque d'avoir des problèmes et qu'il est son seul et unique potentiel allié.

Mais c'est vrai ça, tu pourrais venir avec moi ?




I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
john doe
<b>bavardages</b> 650 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Tom Hardy
CREDITS : Puckessa, PANIC!ATTACK
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutral


MessageSujet: Re: Time to come home ? || Mercuriale   Mar 26 Juil - 0:39
TIME TO COME HOME ?
mercuriale & john doe.

John Doe n’était pas là pour juger. Déjà que Jack ne mangeait pas de ce pain-là alors il était hors de questions que le joueur prenne tous les vices. Non. Son regard envers Hazel, ici Mercuriale, n’avait jamais changé. Au contraire, il avait eu l’intelligence de comprendre qu’elle avait fait ce que beaucoup pensaient faire : sans en avoir le cran. Oui. Elle avait tué leur précédent chef, mais ils n’étaient pas dans le monde des Bisounours. Ils étaient dans le monde de DARWIN’S GAME, où la mort est la seule chose qui compte. Il n’y a pas dix mille lois dans le jeu. Tu survis ou tu meurs. Point final à la ligne. La faucheuse était comme une amie, une amante, votre meilleure amie ou bien au contraire votre pire ennemie. Elle était un tout et un rien à la fois. Une entité qui fait et défait ce que la vie à fait. Alors, si jamais il pouvait faire en sorte de protégé la gamine devant lui de la faux : il le ferait. Parce qu’Haz, elle avait ce ptit quelque chose. Une lueur dans ses yeux, une particularité qui obligeait Jack à Chicago et John Doe dans le jeu à vouloir la protéger. Il n’y avait pas beaucoup de personnes dont la vie comptait autant à ses yeux. Elle en faisait partie. Il ne dirait jamais rien. Nierait pour : juste pour ne pas subir les brimades de son apprentie. Il regardait cette poupée fragile, qui semblait être faite de porcelaine et qui menaçait à tous moment de se briser en mille morceaux si on soufflait trop fort ou bien, on l’effleurait. John Doe s’installe pour bricoler. Ça le calme. Ça le détend, cela lui permet aussi d’y voir plus claire et en un sens d’atteindre la sauvageonne. Il l’avait prise sous son aile, pour lui donner un avenir, pour lui montrer que voler n’était pas une finalité et qu’il y avait pleins de choses à faire. Donner de l’espoir alors qu’il était du genre pessimiste. C’était l’hôpital qui se foutait de la charité, mais il n’en avait rien à carrer.

Son apprentie lui donne les outils, il les prend, les utilise tout en expliquant la situation actuelle. Il ne tentait pas de la convaincre, de la pousser à revenir. Il voulait juste qu’elle sache les tenants et les aboutissements de la situation dans laquelle étaient les ESHU. Elle affirme alors qu’elle va rester quelques jours, John Doe hausse les épaules : « Y’a pas de barrières ici, personne qui t’arrêtera. T’es pas prisonnière. » C’était vrai. Elle n’avait pas d’entraves et si tel était son choix, si elle voulait partir : alors il respecterait cela. Il avait même eut l’idée folle de lui proposer qu’il vienne aussi. Avec elle. Parce que l’idée qu’elle soit dehors toute seule, qu’un jour, elle ne débarque pas dans son garage le peinait. « Pourquoi pas. » Il la regarde alors, sérieusement : « Y’a rien qu’est pas possible. » Il souffle, passe sa main dans ses cheveux : « Encore faut-il que tu veuilles bien de moi. Mais si tu as besoin d’un compagnon de route : j’suis partant. » Il regarde autour : « J’aime vagabonder. Toujours bon d’avoir quelqu’un derrière soi. C’est pas un climat propice t’sais à être seul dehors. » John Doe était sincère : il ne voulait pas l’étouffer ou autre. Cependant, il savait qu’elle avait plus de chance de survie. « Alors, t’en dis quoi gamine ? J’te fais une proposition, comme ça t’auras pas à supporter toutes les gueules des ESHUS, juste la mienne. C’est pas la mieux, mais c’est la moins pire. Au moins, t’sais que j’te veux pas de mal. » Il hausse les épaules à nouveau avant de reporter son attention sur la bécane. Il ne lui mettait pas le couteau à la gorge. Elle était libre. Ce yerling pouvait aller gambader seule dans les prés de DG et crever. Si tel était son choix. John Doe n’était pas son père, ni son frère, il n’était que son patron et encore.
darwinsgame.com (c) 2015



Time to live and let go ♦️ if you want to kill me, try harder fucking cunt ! (c) P!A
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: Time to come home ? || Mercuriale   Sam 3 Déc - 1:07
Mercur, elle avait subi les regard pesants de ses ex-camarades. Elle était venue ici pour voir John Doe. Quand elle le trouve, c'est pour bidouiller des carcasses mécaniques. Fidèle à lui même. Elle lui explique, elle se révèle un peu. Parce qu'avec Jack, elle réussit à faire ce truc : elle réussit à se confier. Elle y travaille, c'est compliqué mais il lui avait déjà apporté tellement de choses. Il a su la supporter et l'intégrer. Dans le fond ça doit être quelqu'un de bien. Mercur, tout comme Hazel, s'obstine à en douter. Un homme reste un homme. Elle en avait vu beaucoup. D'abord à San Francisco dans ces tumultes dévastateurs qu'on appelle l'adolescence et ensuite dans sa cavale de rue à Chicago. C'est grâce à ça qu'elle a survécu. Qui sait ce qu'elle aurait subi si elle n'avait pas été aussi dur avec les autres ? Violée, droguée ou dans un trafic... Dans un orphelinat, dans une pension ou dans un camp de redressement. Jetée dans un lac ou à la mer, enterrée six pieds sous terre. Brûlée, kidnappée, torturée... Hazel n'y pense jamais. Sa méfiance est le fruit de son amour pour sa liberté. Et les mots de John Doe en sont une éloge. Elle esquisse un sourire alors qu'elle pose ses yeux sur les mouvements de l'homme. Non elle n'est pas prisonnière mais il voulait la suivre. Cette initiative la perturbe. Il parle comme l'autrui optimiste, l'autrui qui n'a rien perdre car Mercur, elle, n'a rien à perdre. Il n'a pas le même sort que la blonde. La poupée avait éclaté Aluvaià et craint les représailles. C'est devenu une question de vie ou de mort, et non un caprice. Il rétorque « t’sais que j’te veux pas de mal ». Ca résonne dans son petit cœur parce qu'elle est ému. Même Caïn n'a pas voulu faire un tel sacrifice et pourtant, ils se connaissent depuis plus longtemps. Elle est émue et charmée par cette générosité spontanée aux effluves de sincérité. Troublée, elle demeure dans un silence.

Elle ne le croit pas.
Elle ne le croit pas parce qu'ils sont dans un jeu. Là, avec leurs fringues souillés de sang séchés et leurs flingues ajustés. Elle ne le croit pas parce qu'il reste un homme. Elle ne le croit pas car elle ne sait pas comment on peut survivre à deux. C'est pas du vagabondage, elle est exilée. C'est une autre cavale. Les schémas de la réalité se reproduisent dans le game. Mercur quitte les eshus comme Hazel a quitté San Francisco. Elle n'a pas pu prendre sa petite sœur alors elle ne prendra pas un ami. Son sourire s'éteint petit à petit.

J'ai juste une question à te poser...

La gravité tombe entre ses lèvres. Elle veut évoquer un élément anodin -enfin, quelque chose qui lui a semblé surréaliste.

Tyr, quand je lui ai demandé où t'étais, il voulait savoir si j'allais expliquer pourquoi j'avais tué la chef au bras droit. Ca veut dire quoi ?
 



I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
john doe
<b>bavardages</b> 650 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Tom Hardy
CREDITS : Puckessa, PANIC!ATTACK
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutral


MessageSujet: Re: Time to come home ? || Mercuriale   Mar 20 Déc - 1:05
TIME TO COME HOME ?
mercuriale & john doe.

John Doe soupire longuement. Étrangement, il savait au fond de ses tripes que ça allait tourner au vinaigre. Du genre pessimiste, il n’avait jamais eu espoir en beaucoup de choses anyway. Il n’avait jamais été fort avec les relations humaines, préférant la mécanique des bolides plutôt que celle du cœur. Moins compliqués. Moins chiants et terriblement plus silencieux aussi il fallait appeler un chat, un chat. Tout en regardant les flats de la moto, il se rend compte alors que si cela se trouvait jamais il n’apprivoiserait la tigresse qui regarde ses faits et ses gestes. Pourtant cela ne l’empêche pas d’affirmer encore et encore, de se répéter même, qu’au besoin il la suivrait. Il quitterait les ESHU et son poste pour pouvoir survivre avec elle dans la nature. Pas comme si de toute façon son opinion comptait : il faisait plus objet de figuration qu’autre chose.

Concentré sur la mécanique, il ne voit pas Mercuriale perdre son sourire. Quand elle affirme qu’elle a une question à lui poser : il ne relève pas la tête et hausse les épaules. « J’t’écoute. » Grommelle-t-il sans s’en préoccuper plus que cela. S’imaginant que cela devait être en rapport avec ce qu’il faisait. Il mit la tête dans le cambouis et l’huile. Le surnom de Tyr le fait grogner. Un bon à rien. Un ESHU comme un autre qui était plus un poids pour l’équipe qu’un atout. Il n’entendait plus parler de lui. Il se redresse, la regarde :

« Ça veut dire que c’est un trou d’cul. » Au moins ça c’était dit. « T’as rien à expliquer à personne si t’en a pas envie. Encore moins à moi, même si je suis le bras-droit. » Il reporte son attention sur le moteur : « J’suis devenu bras-droit pour tenter de faire quelque chose de bien de cette équipe. Réparer les dégâts qu’a faits l’autre conne que t’a tué. Si tu veux mon avis tu as débarrassé le monde d’une autre pute et c’est tout à ton honneur. » Oui il aurait dû lui dire avant. Mais après tout : elle n’avait jamais demandé et il n’avait jamais jugé important de lui dire. « Ça change rien entre nous, j’suis pas le bras-droit quand je suis avec toi. » Souffle-t-il juste au cas où l’idée de complot germerait dans l’esprit de la blonde. « Mais j’ai pas besoin de m’expliquer, me justifier, alors crache ton venin blondie et qu’on en finisse. J'suis certain que tu vas commenter cette nouvelle. »

John Doe se redresse et essuie ses mains, il se lève finalement et la regarde : il était prêt à prendre les coups de griffes de la tigresse qui était devant lui. Il ne savait pas à vrai dire comment Mercuriale allait lui faire payer cela, si représailles elle voulait infliger à John Doe.
darwinsgame.com (c) 2015



Time to live and let go ♦️ if you want to kill me, try harder fucking cunt ! (c) P!A
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: Time to come home ? || Mercuriale   Jeu 22 Déc - 20:28
Ses lèvres ont tremblé en formulant la question à voix haute. Un voile s'est posé sur ses yeux jusque là : «ce n'est pas vrai, ce n'est pas vrai, ce n'est pas vrai... » L'un des hommes en qui elle avait le plus confiance ne pouvait pas être à la tête d'une team de DG. Chef, bras droit, … c'était la même chose pour la fille : des hypocrites en masse. Un éclair de soulagement la traverse quand John Doe dit que c'est un trou du cul. Elle ne rit pas, elle ne souffle pas, son esprit est juste apaisé. Ce mec est vraiment con. Il lui a retiré sa place d'espionne et en plus de ça il a laissé sous-entendre que John Doe était bras droit...
Mais ses mots ont retenti. Ils ont tapé comme des clous qu'on enfonce. « Même si je suis bras-droit. » Les yeux de Mercuriale cherchent une explication dans ceux du Roberts. Elle chute dans un gouffre qui lui donne le tournis. Ecoeurée, le bleu de ses iris brille presque inondé. Ses narines la chatouillent alors que celui qu'elle considérait comme son ami comble le silence et opère sur la machine. Elle se mordille la lèvre inférieur, elle jonche entre la colère et la tristesse. Mais peu à peu, c'est le sentiment de trahison qui s'introduit en elle. John Doe se justifie mais Mercuriale est hermétique à tout argument. Il la remercie, d'avoir buté Aluvaià. « L'autre conne » Comment pouvait-il être si optimiste et si méchant ? Ca y est, la poupée voit la vie en aquarelle, ses larmes sont montées. Elles jaillissent et cascadent sur ses joues brûlantes. Le brun a le visage fermé mais elle, elle s'est brisée. Il a l'air déterminé tandis qu'il se redresse face à elle. Comment le croire quand il dit qu'il n'est pas le bras droit avec elle ? Les hommes aspirent au pouvoir avant tout. Elle les a croisé, dans la rue et dans l'Etat. Dans les écoles et les commissariats. On fonctionne ainsi et on y peut rien.

Mercuriale tremble. Et le visage droit et fermé de John Doe dérègle la mécanique de sa pensée. Désemparée. Elle lui colle une droite sur la joue. Cette claque n'avait rien d'un coup de Darwin. Elle était pareille à celles qu'on connaissait à Chicago dans les foyers. La poupée n'a jamais souhaité la mort de quelqu'un, surtout pas celle de Jack. Juste une claque, venue du cœur. Comme si elle avait le pouvoir de le réveiller, de le faire revenir à une réalité qui n'existe pas. Puis ses larmes sont devenues chaudes, ses reniflements frénétiques. Ses lèvres se décousent seulement pour échapper des sanglots. Ses poings serrés frappement mollement son torse. Aucune hostilité, juste de l'incompréhension.


Tu viens d'me dire que tu pouvais partir avec moi ! Et là tu me dis que t'es bras droit et que t'as pas à m'expliquer ! J'COMPRENDS PAS.

Elle hurle avec une voix abattue. Les intonations déraillent. Qu'on les entende, qu'on vienne les séparer ou la buter. Le vrai traître dans cette histoire c'est John Doe. Elle pointe son index sur sa propre poitrine.

JE SUIS UN PION DANS TON PLAN ? TU VEUX ME SURVEILLER, M'UTILISER POUR CES DEUX PUTES ? JUSTE POUR RENDRE L'EQUIPE MEILLEURE ? TU VEUX QUOI ?


Son cœur s'emballe et son discours n'a pas de sens. Mais une essence reste fondée : Mercuriale a tué Aluvaià et John Doe est au service de Harley ainsi que de Némésis. S'il veut le bien de la team, il ne peut pas espérer être avec la blonde. Et si il veut rester avec elle, il ne peut pas souhaiter le bien de la team. C'est incompatible. Elle ne comprend pas ce qu'elle représente pour lui mais en vue de sa réaction, lui était beaucoup trop pour elle.


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
john doe
<b>bavardages</b> 650 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Tom Hardy
CREDITS : Puckessa, PANIC!ATTACK
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutral


MessageSujet: Re: Time to come home ? || Mercuriale   Sam 31 Déc - 19:43
TIME TO COME HOME ?
mercuriale & john doe.

John Doe s’attendait au courroux de la gamine qui lui faisait face. Car au fond c’est ce qu’elle était en cet instant : il savait qu’elle allait mal réagir à sa révélation. En même temps : elle n’avait jamais posé la question et lui n’avait jamais jugé bon de lui dire. Il n’avait pas eu beaucoup l’occasion il faut dire alors non : il ne se sentait pas coupable d’avoir gardé le silence quant à sa position chez les ESHU. Si elle ne le comprenait pas, alors peut-être que c’était pour le mieux. A force de vouloir jouer au gentil et vouloir prendre soin de ceux qui semblaient être dans le besoin : il en oubliait que parfois cela ne servait à rien. Puis si en plus elle s’attardait sur ce que disaient des joueurs comme Tyr… Peut-être qu’il s’était trompé sur elle. Le bras droit voir les iris de la belle se durcirent au fur et à mesure que les minutes passent. Il avait pourtant pris soin de rappeler son opinion sur la précédente cheffe et la bonne action qu’avait fait Mercuriale en la tuant. Les larmes ne tardent pas à se faire voir dans les yeux de la joueuse. John Doe pince son nez en soufflant longuement. Il détestait les larmes. Alors il reporte son attention sur la mécanique. C’était plus simple à gérer. En voyant que la demoiselle ne parle pas, il se retourne vers elle pour se prendre une droite. Sa tête suit le mouvement et sourit en coin. Il la redresse pour pouvoir la regarder à nouveau.

« Y’a rien à comprendre. J’suis prêt à quitter mon poste pour toi. Y’a que ça qui compte non ? »

John Doe était pragmatique. Il allait droit au but. Il ne parlait pas pour ne rien dire. Ce n’était tellement pas son genre et cela ne le serait jamais. Il avait d’autres chats à fouetter. L’art de la causette n’était pas dans son sang. Il souffle longuement, il la laisse s’énerver.

« Non, tu n’es pas un pion. Tu ne l’as jamais été ! Tu penses réellement que je suis assez con ?! Assez manipulateur et débile pour prendre sous mon aile une personne, la protéger, lui donner un travail et le peu que j’ai si c’est pour mieux l’utiliser ?! Mais pour quel genre d’homme tu me prends au juste hein ?! »

Il avait lui haussé légèrement la voix. Après tout, elle n’était pas la seule à être en droit de s’énerver. John Doe ne comprenait pas pourquoi il recevait le courroux de la demoiselle. Il n’avait eu de cesse de lui prouver sa loyauté à elle.

« Non, je ne t’ai pas manipulé. Je t’ai rien dit parce qu’on en a jamais réellement parlé et que je ne pensais pas que c’était aussi important. Si tu juges les gens par leur statut et non leurs actions : comment peux-tu être certaine de ton opinion ?! »

Il essuie nerveusement ses mains. John Doe soupire longuement.

« J’ai décidé de devenir bras-droit parce que je voyais dans l’idée d’avoir deux chefs la nouveauté. Je crois encore que les ESHU peuvent redevenir une équipe digne de ce nom, je pensais que je pourrais aider l’équipe à se reconstruire des dégâts qu’à fait l’autre cruche qui avait le pouvoir avant. »
darwinsgame.com (c) 2015



Time to live and let go ♦️ if you want to kill me, try harder fucking cunt ! (c) P!A
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: Time to come home ? || Mercuriale   Mer 11 Jan - 1:28
Quand les yeux de Mercuriale se mettent à briller, les mouvements de John Doe changent de cadence. Elle ne le remarque pas car elle est abasourdie par la nouvelle. Mais l'eshu, le bras droit, a bien la maladresse qu'on a lorsqu'on est gêné. La bécane comble son attention un instant. Si la blonde avait remarqué ce trouble, elle aurait tout de suite su qu'il était attaché à elle. Et le déchirement n'aurait pas eu lieu. Elle déverse sa rage sauvage sans une once de clémence. La fatigue l'accable. Son retour au QG est digne d'un crash aérien. C'est un espoir réduit à néant. Elle a la droite facile parce qu'elle voudrait le réveiller. Elle tient à lui. Son sourire, peut-être nerveux, la met hors d'elle. Elle se consomme à coup d'incompréhensions. Elle crache son venin sans diplomatie aucune. Elle sait qu'il est un homme bien et l'unique raison pour laquelle elle s'époumone à cœur ouvert. Des pourquoi à qui le veut et une injustice qui l'émeut. L'azur de ses yeux est méconnaissable comme l'homme face à elle. Hazel aimait Jack le bégayeur. Celui qui rangeait ses outils au millimètre près. Il était patient, elle faisait des efforts. Elle songeait qu'elle devait être un tas de ferraille à ses yeux. Il sait voir ses pièces manquantes, son caractère, son potentiel comme chaque bécane qui passait dans son garage. Il voulait la réparer. Haz aimait cette idée. Ce qu'elle oubliait, c'est que par moment, il faut tout démolir pour tout reconstruire. Comme là sous ses yeux. Les deux eshus sont deux problèmes à résoudre. Ils ne sont pas des machines, ce sont des cœurs qui parlent. Et là ils ne se comprennent pas.
Hazel, elle a connu très peu de personnes sincères alors savoir qu'il est capable de tout quitter par loyauté, c'est un concept abstrait venu de dix milles années lumière. C'est une peur sans non. Cet éclair éclot dans son esprit mais le voilà très vite étouffé par les reproches vivement débités. Mercur renifle puis inspire son souffle. Elle continue en effrontée effrayée.

On juge tous, Jack ! Sur tout et tout le temps ! T'es putain de bras droit, tu vas pas me faire croire que ça tombe du cul de Dieu ! Tu l'as choisi, t'as tout fait pour l'être ! C'est une action nan ?


Intonation écartelé entre le désespoir et la haine. La violence ne suffit plus, la méchanceté doit combler ce manque de réponses. Mais John Doe la prend de court. Il s'explique, plus ou moins calmement. Il ne lui fait pas peur. A cet instant, le mécano ressemble à son frère fantôme. La tension s'atténue mais Mercur elle, ne comprend toujours pas. Il y a des choses que John Doe ne sait pas et ça, la blonde ne peut lui reprocher. Il y a d'autres choses qu'il ne semble pas voir,ceci est une autre histoire.

ON EST PAS UNE TEAM. Les Gaia sont une équipe, la famille c'est une équipe, les Giants sont une équipe et nous deux on faisait une équipe. Les Eshus, c'est pas une TEAM. Ca ne l'a jamais été. C'est un putain de bocal de requins où les joueurs comme toi finissent par se faire bouffer. T'es juste trop bête pour le voir. Tu crois que deux putes aux commandes ça change la donne ? On est eshus et eshus ça veut dire « t'es pas obligé de sympathiser avec le voisin ». Nos règles sont celles du jeu et pas celles de l'équipe. T'es trop perché pour le voir.


Si Mercur voulait faire partie d'une équipe, elle se serait inscrite au club de baseball. L'amertume teinte ses mots et le méprise palpe l'irrespect. Elle ne veut pas penser dans son sens mais elle veut l'aider à mieux penser. Hazel a trop écouté l'optimisme de Eurydice. Une équipe exemplaire et un investissement surhumain. Elle est morte à la guerre, par la justice assassin.



I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
john doe
<b>bavardages</b> 650 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Tom Hardy
CREDITS : Puckessa, PANIC!ATTACK
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutral


MessageSujet: Re: Time to come home ? || Mercuriale   Dim 15 Jan - 3:28
TIME TO COME HOME ?
mercuriale & john doe.

John Doe essaye de garder contenance, être fort, mais ce n’était pas son genre. Il était de ces hommes qui n’avaient pas peur de montrer leurs faiblesses. Alors évidemment quand la blonde commence à l’accuser : il ne peut s’empêcher de vouloir se défendre. Il montre les crocs, il souhaite lui faire comprendre. Car il la trouvait injuste. Ingrate. Mais il ne connaît pas ce mot alors ça ne lui vient pas à l’esprit. En cet instant, la seule chose dont qu’il constate est qu’il a été con de penser qu’elle serait différente. Et pourtant… Il tente de comprendre, alors il l’écoute. Il veut croire que cet orage n’est que de passage. Bientôt, ils allaient en rire puis se remettre au travail en réparant ce qui est possible. Comme cette bécane. La mécanique dans ce qu’il y avait de plus basique était plus simple que la mécanique du cœur. Peut-être qu’au fond elle a de bonnes raisons de déverser son venin. Ah ! Pour sur elle était une vipère ! Une ESHU. Elle savait trouver ses mots pour mieux briser.
John Doe, pourtant bien que plus doué de Jack, manque de vocabulaire et d’assurance. S’il y avait une chose qu’il ne changeait pas ici ou là-bas : c’était sa loyauté. Oui, il pensait réellement tenir sa promesse : celle de la suivre coûte que coûte. Même s’il devait abandonner son poste chez les ESHU. Ce n’était qu’un titre. Au fond. Ce n’est pas comme s’il avait quelque chose à dire concernant l’avenir de la team. Il avait toujours préféré porter son intérêt sur des choses de concrète : comme le lien inexplicable qu’il avait avec la blonde aux yeux remplis de colère. Le reniflement significatif de Mercurciale l’informe que des larmes menaçaient encore d’arriver. John Doe prend une grande inspiration pour se préparer à une autre vague de reproches parce qu’il sait que ce qu’il avait répondu n’allait pas satisfaire la belle. Cela serait trop beau et bien mal la connaître.

« Pas moi ! Moi je ne juge pas ! Parce que j’ai été la victime trop de fois des réflexions méchantes ! De ces gens qui se croient mieux que tout le monde pour x raisons : toujours mauvaises d’ailleurs ! T'es qui pour juger hein du haut de tes vingt piges ? » John Doe hausse les épaules : « T’sais pas ce qui tombe du cul de Dieu à moins que tu sois la vierge Marie, mais t’en a pas la carrure ! » Souffle-t-il avec une pointe d’agacement en croisant ses bras : « Ouais je l’ai choisi ! Et je ne regrette pas ! Parce que moi j’ai voulu faire quelque chose de mes dix doigts. Ici j’suis en mesure d’aider, alors j’vais pas m’en priver ! »

Parce qu’il se sentait utile pour son équipe. Bras-droit, ce n’était pas grand-chose : mais pour une personne comme lui qui n’a jamais eu de responsabilités, d’importances… Cela était comme du pain béni. Pour une fois il n’était pas le dindon de la farce, il était celui qui farcissait. Un sentiment étrange qui l’enivrait et qui était devenue une drogue ! Une terrible addiction. Et pourtant… Si Hazel lui demandait il abandonnerait ça pour survivre à ses côtés. Pour la protéger et prendre un autre rôle.
John Doe cherche à retrouver un calme, mais surtout sa contenance. Oui. Il devait respirer, se détendre pour pouvoir expliquer, pour pouvoir parler de ces raisons. Celles qui l’ont poussé à signer chez les ESHU pour un poste « important ». Pourtant, quand elle le traite de bête : ses poings se serrent. Il occulte tout. Le décor, qu’il était dans le jeu. Il sent ses ongles se planter dans ses paumes. Il rage. Il bout et ce n’est pas difficile de le comprendre. Si la tension mise dans ses mains n’étaient pas suffisant : ses lèvres pincées et son visage fermé donnaient une idée de son état d’esprit.

« Tu sais quoi ?! Va te faire foutre ! » Explose-t-il. Il la pointe du doigt : « Personne ne me traite de bête ! D’idiot ! SURTOUT PAS ICI ! Trop de personnes m’ont appelé comme ça ! Alors je ne te laisserais pas faire partie de ces personnes ! Si tu penses comme les autres que je suis trop débile pour avoir des responsabilités, pour être utile alors je me suis trompé sur toi ! T’as raison pour une chose Kiddo : j’étais trop perché pour voir que tu m’as pris, me prends pour un con. T’sais quoi ?! Tu te trompes ! J’suis pas idiot ! J’le suis pas assez pour me faire avoir par des paires de seins ! »

Il donne un violent coup de pied dans la bécane. Il s’énerve dessus avant de tourner les talons et se diriger vers la sortie puis il prend la porte sans se retourner.  
darwinsgame.com (c) 2015



Time to live and let go ♦️ if you want to kill me, try harder fucking cunt ! (c) P!A

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Time to come home ? || Mercuriale   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM