Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 We were young, and I was stupid [Quinn]
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: We were young, and I was stupid [Quinn]   Ven 24 Juin - 6:51


❝We were young, and I was stupid❞
Ton coeur était sur le point d’exploser. Ton souffle se faisait de plus en plus court, comme si quelque chose était en train de t’étouffer, oppressant ta poitrine comme dans un étau. Tes mains étaient moites, si bien que ton arme était sur le point de se retrouver au sol, à tes pieds. Tu avais beau les frotter frénétiquement sur tes jeans, rien n’y changeait quoique ce soit. Tu étais frustrée. Frustrée de n'avoir aucun contrôle sur toi et tu te sentais bien stupide à cet instant précis. Tu faisais les cent pas comme une dingue, surveillant les horizons alors que tu te demandais pourquoi tu avais accepté d’être là. Pourquoi diable avais-tu répondu à ce message ? Tu aurais pu le laisser de côté. Glisser ton doigt vers la gauche de ton écran au lieu de la droite. Mais non, il avait fallu que tu craques en voyant son nom apparaître sur ton téléphone ! Il avait fallu que tu laisses tes doigts pianoter sur ton clavier numérique comme s'ils avaient attendu ce moment toute leur vie ! Combien de temps avais-tu attendu pour ça ? Beaucoup trop certainement, mais c’était plus fort que toi. Lorsqu’il était question d’elle … tu pourrais faire n’importe quoi … littéralement. Tu pourrais tuer. Tu pourrais trahir. Tu pourrais même quitter ta propre team si à un moment ou à un autre ça poserait problème. Parce que tu l’avais tellement aimée. Parce que tu l’aimes. Tu n’avais jamais arrêté. Quinn, c’était celle que tu avais laissée te glisser entre les doigts. Celle que tu avais écartée pour t’échapper, pour aller vivre ton rêve de superstar à travers le monde. Plus jamais.

Tu rêvais de pouvoir retourner à ce moment. Dire à la Helena du passé à quelle point elle était stupide de laisser filer une fille comme elle. Lui dire à quel point elle allait le regretter plus tard. Mais malheureusement, c’était chose impossible et il n’y avait rien que tu pouvais faire pour annuler ce que tu avais fais. Par contre, tu pouvais lui promettre que ça n’arriverait plus jamais. Que tu avais mûris. Que maintenant, tu la méritais. Enfin, tu l’espérais. Seule elle en serait juge. Alors tu te contentais de faire les cent pas. D’attendre qu’elle arrive à votre point de rendez-vous. Tout en espérant sincèrement de ne pas craquer en la revoyant. Espérant pouvoir la prendre dans tes bras. Sentir son odeur, son parfum. Espérant que tout puisse rentrer dans l’ordre. Espérant que vous puissiez reprendre là où vous aviez tout arrêter. Espérant ... qu'elle t'aimait toujours ... Mais tu te doutais bien que ce ne serait pas aussi facile. Rien ne l’est jamais.


© Pando

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We were young, and I was stupid [Quinn]   Jeu 7 Juil - 5:05
Ses paumes étaient si moites qu’elle laissa échapper le manche de son couteau, et dans un réflexe stupide, tenta de le rattraper par la lame. Heureusement pour elle, Quinn s’en tira avec une légère estafilade – ça aurait pu être bien pire. Jurant et maudissant son esprit trop distrait, elle rangea l’arme dans sa botte gauche puis entoura la blessure d’une bande propre dégotée dans son petit sac-à-dos. Elle n’avait pas de mission assignée aujourd’hui… ce qu’elle regrettait, finalement. Cela lui aurait donné une excuse parfaite pour se désister face à ce qui l’attendait. Le pire étant probablement qu’elle était l’instigatrice de cette situation déplaisante. Sous couvert de vouloir « éclaircir les choses », elle dissimulait le simple désir de la revoir. Helena et son sourire, la voir se passer une main nerveuse entre ses mèches sombres. Elle l’avait tant aimée. Aucune relation ne pourrait jamais remplacer celle qu’elle avait vécu avec la jeune Rothschild.

C’est sûrement pour ça qu’elle se sentait aussi terrifiée à l’idée de se retrouver seule avec elle. Quinn avait souffert de leur séparation, du terme mis à cette relation qui avait enflammé son âme et enchaîné son cœur sauvage. Jamais elle n’aurait cru recroiser la route de la superstar, sûrement pas au sein du Darwin’s Game. Peut-être que si elle avait suivi la carrière de son ancienne amante, elle aurait pu se douter qu’elle était tombée dans le piège du jeu, mais c’était plus facile de couper tous les ponts. D’effacer toute image d’elle, pour ne plus éprouver l’écho d’une douleur lancinante.

Le trajet jusqu’au point de rendez-vous lui avait semblé à la fois très long, et infiniment trop court. Elle n’avait pas pu réfléchir à ce qu’elle allait lui dire. Elle n’avait pas pu se préparer au choc. Ce n’était pas la première fois qu’elle la revoyait, puisqu’elles s’étaient déjà croisées – ce qui les avaient poussées à reprendre contact – cependant le fait d’être dans la possibilité de l’observer pleinement rendait ce moment plus intense encore. Au stress se rajouta quelque chose qui fit battre son cœur plus vite. La joie ? La peine ? La colère ? La passion qui ne demandait finalement qu’à revenir la consumer une nouvelle fois ? Elle plissa les lèvres en s’avançant, s’extirpant des ombres avec une aisance devenue coutumière. Daredevil laissa les rayons solaires redessiner sa silhouette pendant qu’elle essuyait distraitement ses mains sur son pantalon. Foutue nervosité.

« T’es venue. »

Bravo, Sherlock. Quinn ne fit pas un geste de plus envers Helena, sachant que ce serait à la fois beaucoup trop dangereux et également totalement fou. Elle l’avait détestée aussi fort qu’elle l’avait aimée. Qu’elle l’aimerait sans doute toujours. Ne disait-on pas qu’il était impossible d’oublier son premier amour ?

« Alors, ESHU hein ? Je t’aurais plutôt vue chez les ATOM. »

Ce fut tout ce qui lui vint à l’esprit. Elle peinait à croiser le regard de la jeune femme et gardait les mains enfoncées dans les poches de son treillis. C’était encore plus difficile qu’elle ne l’aurait cru.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We were young, and I was stupid [Quinn]   Mar 26 Juil - 4:30


❝We were young, and I was stupid❞
Tu mentirais si tu disais que tu n'étais pas déçue. Dès l'instant où la brune sorti de l'ombre, apparaissant ainsi dans ton champ de vision, elle ne bougea pas d'un poil, restant totalement figée sur place. Tu aurais souhaité une accolade, un baiser sur la joue ... n'importe quoi ! Bon Dieu, tu aurais même accepté une poignée de main. Alors que là, en voyant qu'elle ne faisait rien, tu ne savais plus trop si c'était une bonne idée d'aller vers elle et de la serrer dans tes bras. Tu le souhaitais tellement pourtant ... tout ce que tu voulais, c'était d'avoir un quelconque contact physique avec elle. Vérifier qu'elle est belle et bien là, devant tes yeux stupéfaits. Tes membres tremblent comme des feuilles et tu te contentes de passer une main dans tes cheveux, ramenant quelques mèches derrière ton oreille, signe distinctif de ta nervosité. Puis, elle brisa le silence, te faisant presque sursauter de surprise. T'es venue. Tu ouvris la bouche pour lui répondre, mais la referma aussitôt lorsqu'elle enchaîna. Alors ESHU hein ? Je t'aurais plutôt vue chez les ATOM. Elle osait à peine te regarder, évitant ton regard comme la peste, et ça te fit mal au coeur. Comme si quelqu'un était en train de l'arracher de ta cage thoracique. N'était-ce pas elle qui t'avait contactée ? Qui t'avait dit de la rejoindre ici même ? Tu avais peut-être été stupide de penser que tout pourrait rentrer dans l'ordre, que vous puissiez recommencer où vous vous étiez arrêtées, mais tu aurais au moins cru que son accueil serait moins froid, plus ouvert à ton retour dans sa vie - même si ce serait au plus bas de l'échelle. Après ce que je t'ai fais, moi j'ai cru à une évidence. Je ne suis définitivement pas suffisamment loyale pour mériter un rang chez les bleus ... Ta voix s'était brisée au beau milieu de ta phrase, et tes yeux commencèrent à s'embuer. Tu camouflas ton visage, fixant le sol, honteuse d'avoir été aussi égoïste, d'être partie peut de temps après la mort de ta mère pour vivre tes rêves, t'enfuir de cette maison maudite. En fait, avec le recul, tu n'avais pas été mieux que ton frère et ta soeur. Tu avais seulement eu la décence de prévenir les gens que tu chérissais. Je suis tellement désolée Quinn ! Si tu savais ... J'ai tout gâché entre nous pour un rêve de diva et regarde ce qu'il en reste aujourd'hui ! Tu déposas tes mains sur ton thorax pour te désigner. Une pauvre barman qui n'a rien d'autre à offrir que des chansons pourries devant un public pourri ! Mais qu'est-ce que tu as fais de ta vie ? Tu t'es accrochée, bec et ongles, à une rancune dépassée. Tu as écarté de ta vie la seule fille que tu n'as jamais réellement aimée. Tu as gâché toutes tes chances de pouvoir continuer une carrière florissante. Et maintenant, tu es en train de détruire ta santé physique et mentale dans un jeu vidéo ! Franchement ce n'est pas des choses pour lesquelles tu te venterait. Je me demande bien pourquoi tu as voulu me revoir. Ta vie doit être bien mieux sans moi dans le décor. Les larmes coulaient désormais sur tes joues et tu les essuyas d'un revers de main, ne souhaitant pas qu'elle te voit dans cet état, mais il était définitivement trop tard pour ça.


© Pando

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We were young, and I was stupid [Quinn]   Ven 29 Juil - 23:36
En un sens, la revoir sous le pseudonyme d’Aphrodite aidait Quinn à affronter ce sentiment dévorant qui lui ruinait les tripes. Le stress, couplé à un dangereux cocktail de rancœur et d’affection latente, brûlait ses veines à vitesse grand V. Pour une fois, elle remercia le Darwin’s Game de l’avoir enfermée dans ce monde virtuel – au moins pouvait-elle se concentrer sur les multiples dangers de cet univers, à défaut de songer aux motivations qui l’avaient poussée à reprendre contact avec Helena. Mâchonnant sa langue, elle garda les mains enfoncées dans ses poches lorsque l’ESHU prit la parole. Néanmoins, à ses mots, elle releva la tête pour affronter son regard vacillant. Ce n’était pas vraiment la réaction à laquelle elle s’attendait ; mais une fois encore, Helena avait toujours eu ce petit côté imprévisible. Et ces retrouvailles n’étaient en rien communes. Quand le son de sa voix s’éteignit, elle tenta de reprendre la parole.

« T’as toujours été là pour ta famille, c’est ce qui compte à la fin. J’imagine que le système est pas encore parfait. »

Elle n’était pas là pour l’accabler de reproches. Parce que si elle s’y mettait, Quinn n’était pas certaine d’aimer les phrases qui sortiraient de sa bouche. Son verbe dépassait régulièrement sa pensée, tout finissait par éclater, sans filtre et sans frein. Sauf qu’elle ne souhaitait pas imposer ça à Aphrodite, même si la colère était toujours là, quelque part, son acidité lui rongeant le cœur. Cependant, la jeune femme semblait déjà prête à quémander son pardon. La tristesse qu’elle lut dans ses prunelles noires fissura sa carapace d’indifférence. Brisa jusqu’à son âme. Par respect, et parce qu’elle demeurait muette de stupeur, l’Anglaise la laissa exprimer toute sa souffrance, ses remords, ses regrets. Mais à travers son immobilité, elle serrait les poings dans ses poches. Elle n’avait jamais aimé la voir pleurer. Finalement, lorsqu’Helena mentionna à quel point sa vie devait être mieux sans elle, elle eut un rire qui ressemblait davantage à une expiration sarcastique.

« Tu crois ? Je dirais pas qu’elle est mieux, ou pire. Elle l’a été, pourtant. Mais je me suis souvenue de comment c’était, avant toi, et j’ai repris le cours. Ça fait pas longtemps que je suis à Chicago. » Elle s’avança d’un pas. De deux. « J’ai retrouvé mon père. Markus. Je sais pas bien comment les choses vont se passer, mais… » Elle sortit enfin les mains de ses poches, tendant ses doigts pour attraper un bout de tissu chez l’ESHU. « J’ai besoin d’avancer, Hellie. De tourner la page. Rester dans le passé n’apporte jamais rien de bon, il faut savoir y reconnaître ses erreurs et ses succès, mais aussi s’en détacher. » Exaspérée par sa propre réflexion un brin trop philosophique, Quinn leva les yeux au ciel. « Ce que je veux dire, c’est que t’as pas besoin de t’excuser. On est plus ces gamines, on a grandi. Et on s’est visiblement retrouvées dans la même emmerde. » Elle n’osait pas toucher sa peau, se contentant d’enrouler sa main autour de sa manche pour l’attirer à elle. Mais pas trop, parce que son parfum menaçait déjà de l’enivrer. « Je suis pas venue pour me battre ou pour te faire du mal. Je voulais juste qu’on reprenne contact, je voulais juste… » Elle haussa une épaule, balbutiant quelque peu avant de reprendre : « Juste te voir. Tu m’as manqué, Hellie. » Troublée par la confession sortie trop rapidement, elle relâcha le tissu pour s’éloigner d’un pas, faisant mine d’étudier la clairière où elles se trouvaient. Un comportement similaire à celui qu’avait eu Faust lorsqu’elle l’avait titillé pour parler ‘sérieusement’. « Alors… C’est comment chez les violets ? »

L’intégration au sein des ESHU. Un sujet comme un autre. Un moyen de réapprendre à se connaître.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: We were young, and I was stupid [Quinn]   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM