Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 You wanna be happy ? So follow me. [Kilmeny]
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: You wanna be happy ? So follow me. [Kilmeny]   Ven 1 Juil - 14:07
On aurait pu croire que seule l’idée du jeu et de la proximité avec la mort avait motivé Lester à s’inscrire pour la première fois, et à entrer dans le Darwin’s Game, au vu de son comportement.

Tranquille, les mains dans les poches, l’arc attaché dans son dos, pacifique, avançant dans les travées de la place illuminée par le soleil, Sylla observe avec un flegme évident l’agitation régnant en ce lieu. Des étals bondés de monde, des bavardages incessants, une sorte de microsphère agitée par l’effervescence ; et pour cause. Le jour de l’unité réunissait du monde à chaque fois, éteignant un moment les rivalités, permettant de nouveau de discuter même avec des gens qui auparavant, n’avaient qu’un statut cordial d’ennemi mortel à éliminer s’il se trouvait sur notre route. Mais Lester ne s’y intéresse pas. Il se moque bien de la paix ou de la guerre, mis à part lorsque l’une ou l’autre sert ses intérêts. Le jour de l’unité est, pour lui, un objet de curiosité. Voir des hommes et des femmes s’entretuer dans une arène lui procure toujours un certain plaisir coupable qu’il a lui-même un mal fou à contrôler dans sa réalité. Alors, laissant ses jambes flâner au milieu des badauds à l’apparence pacifique, il se prend à observer, à écouter. L’attention qu’il accorde à tout ce beau monde réside seulement dans une chose et une seule ; les voir est un sujet de divertissement pour un homme qui n’a jamais connu qu’une sorte d’ennui latent, depuis quelques années. Ce jeu lui donne un nouveau souffle.

Les gens de sa team et les membres des Atom sont bien plus présents que les autres. Maintenant que la trève est prononcée, Lester sait qu’il n’a rien à craindre de gens aussi fidèles à leurs principes que ces gens-là ; soudés comme un seul homme, c’est encore ce qui fait leur force. Il est difficile de comprendre ce qui peut lier deux clans comme les Atom et Eshu ; lorsqu’on voit leur divergence d’opinion, on comprend un peu mieux que les Gaia aient choisi cette grande famille plutôt que ces hommes et femmes à la parole dorée mais au fond plein d’encre sale. Laissant ce genre de pensées s’envoler dans son esprit, Sylla se surprend à tous les regarder, étudiant chacun de leurs comportements, décryptant leurs phrases en silence. Il songe que le pouvoir des mots a cet accent de satisfaction qu’il ressent avec une délectation certaine. Sylla fait partie de ceux qui n’ignorent pas que même les rumeurs les plus folles peuvent être crues par les plus idiots, du moment qu’elles sont divulguées avec les mots les plus soigneux. Voir les autres lui manger dans la main, lorsque le besoin s’en fait ressentir ; voilà ce qui lui plait le plus, et voilà pourquoi les Eshu lui inspirent ce respect teinté de crainte. Il y a, dans son groupe, des gens bien plus doués que lui.

Observant les étalages marchands, son regard s’arrête sur une jeune femme, seule, penchée vers une table exposant des articles de chasse. Lester l’observe ; les personnes solitaires ici ne sont pas rares, mais il ignore pourquoi il s’est arrêté sur elle, plus précisément. Peut-être parce qu’elle est jeune, jolie, ou peut-être quelque chose de bien moins évident. Cette forme féminine au regard presque sauvage semble s’y méprendre à… Oui, elle lui ressemble, c’est bien plus qu’évident. Non pas que ce soit elle, cela, Sylla le sait parfaitement. Mais cette manière de laisser glisser son regard sur ce qu’elle observe, ce mouvement de poignet, de cheveux… Oui, c’est indéniable, il y a des similitudes. C’est la curiosité qui l’enjoint à s’approcher d’elle. C’est Véra, avec quinze années de moins. Vaincu par la tentation, il fait mine d’observer à son tour ce qu’elle regarde, pas le moins du monde intéressé par ce qui se vend, mais bien d’avantage sur cette femme qui lui donne le sentiment de replonger dans un passé trouble.

« C’est assez drôle, de constater qu’une paix toute récente engendre encore des combats dans l’arène pour le jour de l’unité. »

Sylla n’est pas spécialement doué pour engager une conversation, mais la jeune femme tourne la tête. C’est tout ce qui l’intéresse. Faire connaissance avec des Atom est quelque chose qu’il juge important. Si jamais ils venaient à devenir leurs ennemis une nouvelle fois, ils devaient en savoir le plus possible sur eux. Mais ce n’est pas que ce type de curiosité qui l’amène. Comment cette jeune femme peut-elle autant ressembler à ce fantôme trouble de son passé ? C’est une coïncidence, sans doute. Mais Lester est attiré comme un aimant, bien malgré lui.

« Je ne sais pas si vous avez l’intention de voir les premiers combats, mais je serais prêt à miser très gros sur Arthas et Alpha. »

Les concurrents Atom sont extraordinairement dangereux également, et cela, Lester le sait très bien. Mais il fallait bien commencer quelque part, n’est ce pas ?
avatar
<b>bavardages</b> 1225 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Rachel McAdams
CREDITS : Babine. ♦ bryancranstoned ♦ the-infamous-sid
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
But I don`t want to fight the fear again
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: You wanna be happy ? So follow me. [Kilmeny]   Mar 5 Juil - 2:41
C'est achalandé. Essayer de ne pas écraser le pied de quelqu'un est plutôt compliqué, tout comme de ne pas donner de coup de coudes non voulu, il y a quelques réactions excessives. On se croirait presque la veille de Noël avec les achats de dernières minutes ou encore le lendemain avec tous les soldes. L'ambiance n'est pas vraiment identique, elle semble être plus inquiète. Tout du moins, c'est ce que perçoit Phoenix, en train de regarder ce qu'offre les autres en ce Jour de l'Unité. Comme si tout le monde s'attend à ce que quelque chose explose ou qu'ils soient canardés. Le Festin est encore dans les pensées de bien du monde et elle n'y échappe pas. Elle se dit que ce n'est peut-être pas très prudent, mais qu'il ne faut pas non plus avoir peur, ou le montrer. Savoir ce qu'est aussi rentre dans la balance. Voir tous ses joueurs ensemble, de différentes équipes, la rend de bonne humeur. Personne ne semble essayer de tuer personne. Sa prudence tombe vite, et son optimisme prend le dessus rapidement, se disant que tout va bien aller. Le reste du temps, heureusement, elle n'agit pas comme ça. Elle se méfie plus, mais reste toujours aussi sociable et porter à parler au lieu d'attaquer.

Elle observe tout attentivement, n'achète pas. Elle n'a besoin de rien, c'est ce qu'elle pense. Elle arrive devant un étage avec des armes de chasse. C'est ce qu'on lui dit et c'est ce qu'elle constate en voyant les arcs et les flèches, quelques pièges, les couteaux de toutes grandeurs et les fusils. Elle regarde le tout par curiosité. Pour la grande majorité, à part pour les couteaux, enfin elle sait la base tout du moins, elle ne sait pas s'en servir. Les fusils, elle n'a jamais touché, juste des armes de poing. Elle se dit que ça ne doit pas être la même chose d'une arme à une autre. Elle ne compte pas plus en acheter une, même juste pour essayer, elle ne fait qu'errer, découvrir, avant de retourner au quartier des Atom pour assister au combat, pour soutenir les joueurs. Au moins où elle va partir, on lui parle. C'est ce qu'elle en déduit lorsqu'elle tourne la tête et que son interlocuteur lui parle. — J'trouve aussi. C'est une bizarre de paix. Que des joueurs se battent pendant que les autres... essaient de ne pas le faire. C'est assez contradictoire, elle ne comprend pas trop ce que ça amène. Elle, elle ne se bat pas, elle se défend, elle n'attaque pas.

Elle ne l'a jamais vu avant, mais ça ne veut rien dire. Il y a beaucoup de joueurs, le territoire est plutôt grand, et c'est peut-être un joueur récent bien mis au courant. Peu importe les raisons, elle ne se plaint jamais lorsqu'il s'agit de faire connaissance. Cette journée est tout particulièrement bien choisie pour pouvoir le faire. Elle ne compte donc pas se gêner. Bien que le sujet de conversation commence déjà à être houleux, de son point de vue. — J'parie pas sur les vies humaines. Elle ne comprend même pas comment on peut faire ça. Il est vrai qu'elle ne comprend pas complètement l'envie de tuer que certains peuvent avoir. Elle a des effets secondaires, mais elle n'en n'est pas encore rendue à être complètement violente. Elle l'est plus qu'avant, mais elle arrive à se contrôler. Elle part de très loin niveau violence, ça n'a jamais été très présent chez elle. Qu'il soit en elle, un peu, indique à quel point cela l'a changé. Elle n'a jamais été du genre à se laisser marcher sur les pieds, mais pas non plus à piquer des colères tout le temps. Son arme à feu, à Chicago, elle l'a acheté par prudence, au cas où, pour éviter toute agression comme celle qu'elle a vécu qui aurait pu vraiment mal se terminer si cela n'avait pas été de l'apparition surprise de quidam sortant d'une boîte de nuit.

— Mais oui, je compte regarder les combats. qu'elle répond, quelque instant plus tard, afin de ne pas laisser la conversation là. Pour soutenir, en espérant que tout se passe bien vite. Ça ne lui semble pas être encore réel cette idée de faire combattre les joueurs les uns contre les autres. D'être obligé de se battre pour sa survie, encore plus que le reste du temps. Elle espère que les télés au quartier général vont manquer d'électricité ou que Darwin va décider de créer une tempête faisant annuler les combats.




Keep a rattlesnake as a pet ♦️ Sell both your kidneys on the Internet ♦️ Eat a tube of superglue ♦️ I wonder, what's this red button will do? ♦️ Dumb ways to die ♦️ So many dumb ways to die ♦️ Dumb ways to die ♦️ So many dumb ways to die
Spoiler:
 




Invité
Invité


MessageSujet: Re: You wanna be happy ? So follow me. [Kilmeny]   Ven 8 Juil - 14:43
C’est un trafic constant d’être humains, les yeux fixés derrière leurs écrans, plongés dans un jeu terrible dont la seule issue reste : l’élimination. Qui aurait bien pu créer un jeu entraînant la mort réelle de ceux qui s’y plongent ; coup de génie ou coup de folie ? Sylla est incapable de répondre à cette question, malgré de longues heures de réflexion. Plongé dans des pensées troubles, il regarde cette foule bigarrée évoluer comme si tout cela faisait partie de la vie, la vraie. Est-ce totalement faux ? Ont-ils seulement une chance ? Oui. Il suffirait de supprimer son profil et de retourner à la vraie vie. Sylla est songeur. Ils sont bien nombreux à fuir leur quotidien pour entrer dans cette terrifiante spirale. Comme des joueurs de poker perdant jusqu’au dernier centime dans une fièvre qu’ils ne comprennent même pas. Oui, on peut sans doute comparer le Darwin’s Game aux jeux d’argent. Addictif, déraisonné, et conduisant à la perte pour la majorité. Oui, il y a bien des aspects rappelant ces soirées longues et surchargées de stress pour les personnes jouant jusqu’à leurs maisons. Sauf qu’ici, c’est la vie que l’on joue. Qu’est-ce qui peut pousser des gens normaux à le faire ?

Cette jeune femme, par exemple, dont il ignore jusqu’au nom. Pourquoi a-t-elle choisi de rejoindre cet endroit ?

La paix vient de s’installer, mais déjà les combats reprennent. C’est un endroit où se battre est devenu une nécessité. On est très loin des jeux en FPS où les joueurs avaient le sentiment d’être en immersion ; mais tuer un personnage fictif n’a absolument rien de répréhensible. Voler la dernière vie d’un joueur ingame, cela… C’est une autre paire de manches. Le regard de Sylla dérive, des étals d’armes de corps à corps à cette fille qui se tourne vers lui, le regard apparemment désabusé. Des moues que jamais il n’a vu sur le visage de Véra. La ressemblance est purement physique. Dans le cas contraire, jamais il ne se serait approché d’elle. Une curiosité vicieuse et inquiétante, poussant l’homme à s’approcher pour dire quelques mots.

— J'trouve aussi.
Un savant mélange entre Call of Duty et World of Warcraft, en somme. Un jeu de rôle dans un pays en guerre et plein de dangers. Même la faune et la flore ici, peuvent envoyer les hommes et femmes à la mort. Suivre des joueurs s’entretuer dans l’arène a ce quelque chose d’ironique que Sylla ne s’explique pas. A l’évidence, elle non plus. La réponse, sèche, claque. Lester croise les bras, portant une nouvelle fois son regard sur elle. Une Atom si peu bavarde est soit plongée dans ses réflexions, soit agacée par l’approche de l’Eshu. Y a-t-il encore un rapport de méfiance entre les deux bandes ? Avec un petit sourire effacé, Sylla songe qu’il vaut mieux pour eux que ce soit le cas. Son équipe n’est pas réputée pour sa fidélité. Et c’est sans doute ce qui fait son cœur.

— J'parie pas sur les vies humaines.
Il hausse un sourcil. A son sens, c’est la réponse la plus étrange qu’elle puisse prononcer après sa déclaration. Peut-on considérer cela comme une vie humaine ? Après tout, ce n’est pas un duel de gang dans la vie réelle, c’est un jeu. Parier ne dérange pas du tout Sylla, lorsqu’il s’agit d’avoir le dernier mot. A l’évidence, il vient de toucher un point sensible. Qu’à cela ne tienne. Autant continuer, dans ce cas. — Mais oui, je compte regarder les combats.
Sans parier, donc. Un petit soupir s’échappe des lèvres de l’Eshu, qui les humecte lentement, en décroisant les bras pour poser une main sur sa hanche gauche. Le geste est lent, ample, réfléchi. Le calme de Sylla est aussi légendaire que ses violents accès de colère. Qui sait comment il aurait été capable de réagir, dans l’arène ? Il préfère ne pas y penser. Laissant son esprit se reconcentrer sur la conversation, il lâche quelques mots, tranquille.

« Je ne sais pas si on peut considérer une vie interactive comme une vie humaine. Après tout, une mort dans l’arène ne tuerait pas le joueur dans la vraie vie. Sauf si le fou qui s’est inscrit n’a plus qu’un malheureux « 1 » sur son tatouage. »


Est-ce le cas ? Sylla l’ignore. En tout cas, il trouverait le joueur en question complètement fou. Jouer sa propre vie dans l’arène dépasserait les critères habituels de stupidité. En seraient-ils capables ? Avec un sourire, il songe que des imbéciles comme les Caho pourraient tout à fait relever ce défi stupide. Seulement pour accroître leur adrénaline et leur envie de violence.

« Voilà pourquoi parier ne me dérange pas. En revanche, j’ai du mal à comprendre ta logique. Pourquoi être venue ici si tu as peur de prendre des vies humaines ? Tuer est presque légion, ici. »


Ce n’est pas qu’un jeu de stratégie. C’est un véritable jeu de massacre. La parole est calme, tranquille, sans jugement. Et il l’observe, un peu en retrait. Qu’aurait dit Véra au sujet du Darwin’s Game ? Oh, Sylla ne se formalise pas vraiment. A l’heure qu’il est, Véra est peut-être, elle aussi, en train de jouer. Il prie seulement pour ne pas la croiser.

« Il faut peut-être n’avoir aucune considération pour sa propre vie, pour s’inscrire. »


Cette déclaration est-elle valable pour lui-même ? Il l’ignore, pour le moment.
avatar
<b>bavardages</b> 1225 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Rachel McAdams
CREDITS : Babine. ♦ bryancranstoned ♦ the-infamous-sid
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
But I don`t want to fight the fear again
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: You wanna be happy ? So follow me. [Kilmeny]   Mer 20 Juil - 3:13
Les va-et-vient de toutes sortes continuent en cette journée, avant que les combats commencent. Phoenix est toujours devant l'étalage proposant des armes de chasses de toutes sortes. En premier, elle c'était dit qu'elle n'avait besoin de rien. Ensuite, elle y repense, pense à ses combats. À ce qui aurait pu la sauver. — Je vais prendre ce couteau. dit-elle, en pointant un de poche. Elle espère, sans grande surprise, ne pas à avoir à l'utiliser, mais cela lui semble être un bon complément à son Beretta. Elle donne des écus, range ensuite sa nouvelle arme après l'avoir fermé, dans une poche de jean, elle va l'essayer plus tard, une fois loin de toute la foule. Elle ne voudrait pas blesser quelqu'un de manière involontaire. Elle reporte ensuite son attention sur son interlocuteur, qui n'a toujours rien dit après ses réponses. Peut-être qu'il n'y a rien à dire. Il a haussé un sourcil et c'est tout. La plupart du temps, cela indique une surprise. Elle ne voit pas en quoi ce qu'elle dit est surprenant, soit on parie, soit on ne parie pas. Elle voit sûrement les choses un peu trop simplement si elle se fit au haussement de sourcil. Il prend son temps avant de répondre. Elle aimerait avec ce type de comportement parfois. Réfléchir avant de parler au lieu de débiter n'importe quoi de temps à autre.

Il n'est pas du même avis qu'elle, ce n'est qu'une fausse mort en somme. Elle n'est toujours pas d'accord, elle ne va pas se mettre à parier car il lui a fait trouvé l'illumination. — C'est une mort, c'est douloureux pareil. répond-elle. Les quelques fois où elle étaient mortes, ce qui n'est plus arrivée depuis un certain temps heureusement, elle en avait gardé un goût amer. Et il continue de ne pas la comprendre. — J'savais pas qu'il fallait tuer avant de m'inscrire... et j'savais pas qu'on serait le personnage. explique-t-elle. Elle pensait en créer un, pas tomber dans le jeu, toujours vêtue de son uniforme d'agente de bord, à devoir courir pour échapper à un Mobs. Elle avait eu de la chance de croiser Irulan, qui l'avait bien aidé. Sans elle, elle aurait fini en pâté pour loup darwinien. — Pas pour moi... l'effet de mode aura sa peau, mais elle a de la considération pour sa vie. Elle ne s'était juste pas attendue à tout ça. Elle n'a pas eu assez d'information avant de s'inscrire, elle n'en voulait pas trop non plus pour se garder la surprise. Avoir su, elle aurait demandé à tout savoir pour ne jamais s'inscrire. À présent, il est trop tard, cela la rendu accro. À la découverte du territoire, aux membres de son équipe. Pas au meurtre qu'elle continue d'éviter le plus possible, bien qu'elle sait qu'elle est plus violente quand elle se défend ou bien à Chicago.

— C'est ton cas ? lui repose-t-elle la question. Pour avoir poser cette question, selon elle, il faut y avoir pensé déjà et vouloir comparer les réponses. Enfin, elle peut se tromper, et cela peut être une question anodine, à laquelle il vient de penser. Elle se déplacer ensuite lentement, afin de ne plus rester devant l'étalage puisqu'elle ne compte pas y acheter autres choses.




Keep a rattlesnake as a pet ♦️ Sell both your kidneys on the Internet ♦️ Eat a tube of superglue ♦️ I wonder, what's this red button will do? ♦️ Dumb ways to die ♦️ So many dumb ways to die ♦️ Dumb ways to die ♦️ So many dumb ways to die
Spoiler:
 




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: You wanna be happy ? So follow me. [Kilmeny]   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM