Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 WIRES / lester
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 1696 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : chloe nørgaard
CREDITS : balaclava, astra
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : aucun


MessageSujet: WIRES / lester   Ven 1 Juil - 21:49
WIRES
kairos + sylla
L'air était particulièrement électrique en ce qui semblait être cette fin d'après-midi. À vrai dire, Jacob n'aurait pas pu affirmer avec certitude quelle heure il était. Le ciel semblait connaître les premières lueurs du crépuscule mais les nuages présents ne cessaient de s'assombrir davantage tandis que la chaleur se faisait lourde et insupportable. Ce dont Jacob était certain, c'est qu'un orage se profilait à l'horizon et du peu qu'il avait pu expérimenter de l'aspect météorologique du Darwin's Game, cela ne profilait rien de bon. Si les nuages venaient réellement à exploser, ils n'étaient pas à l'abri d'une pluie de grêle terriblement violente, capable de briser les fenêtres et marquer la peau. Qui sait, malgré l'atmosphère étouffante, des flocons tranchants comme des lames aiguisées pouvaient virevolter des cieux et ils pourraient tous se retrouver le visage en sang sans même s'en rendre compte. Les sourcils froncés, Jacob observait ces nuages menaçants, les montagnes russes oxydées et le chapiteau décrépi du cirque venant découper ce ciel aux mille couleurs.

Jacob ne se rendait pas souvent sur les lieux du parc d'attractions négligé car il y trouvait l'atmosphère oppressante. À ses yeux, les fêtes foraines sont des lieux surpeuplés de joie et de rires. Or, le territoire Eshu était bien loin de cette définition. Les manèges abandonnés et esseulés, si même ils avaient été occupés un jour, ne recevaient plus que la visite de joueurs armés jusqu'aux dents, préparant leur prochaine tuerie ou se remettant d'un combat ensanglanté dont ils avaient eu la chance de s'en sortir, non sans dégâts. Les attractions ne les accueillaient non pas avec de la musique tonitruante ou un employé zélé mais avec des bruits de grincements et de crissements, la ferraille s'agrémentant ici et là de taches de rouille. Non, ce parc n'avait rien de convivial.
Malgré cela, Jacob avait souhaité prendre l'air sans pour autant risquer sa peau sur des territoires inconnus. Alors il s'est dirigé vers le seul autre lieu où il se savait plus ou moins en sécurité en dehors du QG de son équipe, trop sombre et trop peuplé lorsqu'il l'avait quitté. Néanmoins, il n'y avait pas laissé son arme, de peur que l'on vienne tout de même lui chercher des ennuis.

Après réflexion, il était d'ailleurs étrange que les territoires de l'équipe Eshu se constituaient d'une ancienne discothèque accueillant autrefois des danseuses érotiques et un parc d'attractions délaissé. Cela signifiait-il implicitement qu'ils étaient tous des créatures de la nuit, des bêtes de cirques et de foires, Jacob l'ignorait. Mais il n'empêche que cela pouvait apparaître curieux surtout lorsque les territoires, que l'on pourrait qualifier d'ennemis malgré les alliances réalisées, semblaient plus pertinents dans un jeu d'affrontement et de guerre.

Lassé de vagabonder entre ces manèges parfois déserts parfois habités temporairement par des coéquipiers qui lui étaient inconnus, Jacob décida de s'arrêter et s'appuyer contre la rambarde longeant l'entrée de la grande roue. Celle-ci était loin d'être en parfait d'état et n'était plus vraiment capable d'effectuer des tours mais parfois, l'on pouvait apercevoir des Eshu courageux – ou stupides – en train de l'escalader pour avoir une vue imprenable sur les paysages aux alentours, certains allant jusqu'à s'installer dans les nacelles qui oscillaient dangereusement au moindre coup de vent. Jacob n'avait jamais entendu d'histoires à propos de séances d'escalade ayant mal tourné mais ce n'est pas pour autant que des imbéciles n'aient pas touché le sol après une interminable chute, pour finir en poussières de particules avant de se retrouver sonnés devant leur écran.
Au loin, il pouvait apercevoir des joueurs en train de s'entraîner au corps-à-corps sur le circuit des auto-tamponneuses tandis que deux ou trois de leurs coéquipiers étaient assis dans les voitures en train de les observer. De ce qu'il arrivait à percevoir de sa position, les coups portés n'atteignaient jamais leur cible, les faux combattants se contentant de mimer des prises, des attaques ainsi que des défenses utiles. Jacob continua de les observer, faute de meilleur divertissement mais aussi pour essayer de gratter des approches qui pourraient lui être pratique s'il avait la malchance d'être pris par surprise ou dépossédé de son arme à feu.

Quelques minutes s'écoulèrent sans encombre jusqu'à ce que Jacob entende des bruits de pas sur sa gauche et tournant la tête aussitôt, il crut reconnaître la silhouette qui s'avançait vers lui. Jacob se redressa alors face au nouvel arrivant, s'éloignant de quelques centimètres de la barre de fer brûlante contre laquelle il s'était adossé. « Sylla, c'est ça ? » demanda-t-il pour s'assurer qu'il ne faisait pas erreur sur la personne, un modeste sourire aux lèvres. « Kairos. » précisa-t-il avec un vague geste de la main vers sa propre personne. Il ne savait pas s'il était nécessaire ou non qu'il se présente, lui-même ayant appris rapidement le pseudo de nombreux de ses camarades même s'il ne leur avait jamais adressé la parole. Il s'agissait sûrement d'une déformation professionnelle, lui qui devait retenir le plus rapidement les noms de ses clients afin de faciliter le dialogue et l'empathie. Mais nombreux étaient également ceux qui ne le connaissaient pas encore et Jacob savait bien que tout le monde n'avait pas la mémoire des noms alors se présenter était sans doute la plus sage des décisions.
darwinsgame.com (c) 2015






i have no mouth and i must scream
SOLVEIG SÖDERBLOM ☽ in the souls of the people the grapes of wrath are filling and growing heavy, growing heavy for the vintage.



Invité
Invité


MessageSujet: Re: WIRES / lester   Mar 5 Juil - 14:16
WIRES
kairos + sylla
Accoudé contre le mur d’une attraction sans nom véritable, Sylla fronce les sourcils, observant le ciel avec bien peu de confiance. Les nuages, empoisonnant la ligne d’horizon, constituent autant une menace que l’ennemi sur le sol du jeu, et Lester le sait pour en avoir déjà fait les frais, une seule fois cependant. Tomber au milieu d’un orage, se faire assommer par la grêle, et se relever, hébété, surpris de ne pas être mort ingame. Sous le toit protégeant sa carapace virtuelle, Lester Fleming fronce le nez, le regard planté vers l’extérieur, attentif, silencieux. Si on passait devant lui, il y aurait peu de chances pour qu’on le voie. Caché sous ses habituels habits noirs, plus silencieux qu’une tombe, les yeux sombres reflétant aussi bien la détermination que l’inquiétude, Sylla est de ceux que l’on croise et qu’on oublie aussitôt. C’est exactement ce qu’il recherche ; et, regardant le ciel avec désapprobation, il se dit que tout homme invisible risque de se prendre des grêlons, et ça, il vaut mieux l’éviter à tout prix.

Le parc d’attraction est l’un des endroits préférés de Lester. Il ne saurait se l’expliquer ; mais ces souvenirs désaffectés de fêtes et de chants le ramènent toujours à la réalité subite du jeu. Si tu es rouillé, tu mourras. Plus ou moins lentement. Les membres de son clan avaient fait de cette place forte un lieu stratégique, pour se cacher, faire des plans de bataille, se reposer. Sur les vestiges d’autos-tamponneuses, on pouvait même apercevoir des rats, parfois. Les yeux posés sur les structures géantes de fer rouillé, Sylla se sent réellement à sa place. Un simulacre de combattant qui n’est rien de plus qu’un rouage fatigué dans ce jeu de l’Enfer où il n’a pas encore vraiment sa place. Les Eshu attendent-ils vraiment quelque chose de la part d’un homme de cinquante ans comme lui ? Oh non. Tout comme on attendrait si peu d’une grande roue en train de faire son dernier tour, dans un crissement de métal insupportable qui nous ferait serrer les dents. La main sur une poutre oxydée, il affiche un petit sourire. Oui, c’est sans doute ici qu’il est le mieux. Peut-être même mieux encore qu’à l’extérieur.

Décidant enfin de se dégourdir les jambes, après avoir passé une heure à fixer les allées et venues en silence, Sylla quitte la protection du toit de tôle pour marcher dans les travées désertes. Le silence, c’est cela qu’il aime aussi, tout particulièrement. Le parc d’attraction a ce vieil air de film d’horreur passé de temps. On pourrait voir un clown sanguinaire débarquer dans l’instant, jaillissant de derrière une vitre brisée, de sous une locomotive hors d’état de marche. Mais Sylla n’a plus peur de ce genre de jeux d’enfants depuis bien des années. Ici, encore moins. Au sein du jeu, la peur ne peut-être qu’un frein terrible pour son avancée, et la promesse d’une mort imminente.

Au détour d’un chemin de terre, quelques bruits de combats retiennent son attention. Certaines attractions ont été revisitées par les eshu pour en faire un parfait terrain d’entraînement. En lieu et place d’un terrain d’amusement propice et enfantin, les voilà à présent qui font claquer leurs armes de guerre. Lester affiche un léger sourire en coin. Oui, c’est tout à fait le ton, ici. Transformer un simple jeu en champ de bataille féroce et cruel, cela va bien avec l’esprit du Darwin’s Game. Avançant à pas lents de promenade, les mains dans les poches, il aperçoit les joueurs de son équipe s’affronter avec acharnement sur la scénette des autos-tamponneuses. Entre grincements de tôle et fracas d’armes, Lester se fait soudain l’impression de n’être qu’une tache sur un miroir de verre poli. Il n’a rien à faire là. Jouer de cette manière ne l’intéresse pas.

Il sent le regard se poser sur lui avant même de le voir. Tournant la tête vers la droite, il l’aperçoit ; un jeune homme se redresse, auparavant appuyé contre la rambarde de la grande roue, visiblement curieux de sa présence ici. Il ne se rappelle pas de son nom ; il a une très mauvaise mémoire en la matière et de toute manière, les joueurs de son équipe sont bien trop nombreux pour qu’il se remémore de chaque pseudonyme. Mais ce visage, il l’a déjà vu ; le chef des crieurs s’avance de quelques pas, pour venir à sa rencontre. A l’évidence, Lester vient de le perturber dans l’observation de ces simulacres de combat, un peu plus loin. Mais l’autre n’a pas l’air de lui en tenir rigueur. Avec un sourire affable et poli, presque orchestré, il l’invective, calmement.

« Sylla, c'est ça ? » L’intéressé hoche la tête, en lui rendant son sourire. Il n’a aucun grief contre personne ici ; du moment qu’on le laisse faire ses activités tranquille, il rendra la pareille à ceux qui évoluent dans son périmètre. « Kairos. » Ah, oui. Au moins ne passera-t-il pas pour un imbécile en demandant un nom, alors qu’il est dans le jeu depuis quelques temps. S’arrêtant à sa hauteur, Lester Fleming tend une main pour le saluer. « Merci pour le rappel. J’ai encore un peu de mal avec les noms de tout le monde. » il lui est déjà très difficile de se remémorer les noms des musiciens dans l’orchestre jouant ses œuvres… Alors les joueurs en ligne ? Beaucoup trop délicat. Affichant un léger sourire en coin, il désigne d’un nonchalant mouvement de tête les équipiers se battant sur le circuit. « Vous êtes venu chercher de nouvelles recrues ? » Lester n’occupe aucune place pour le moment, et à vrai dire, il n’en a pas encore demandé. Pour se faire un nom, il sait que la chose est nécessaire ; mais n’ayant pas trouvé chaussure à son pied, il ne peut encore se résoudre à entrer dans telle ou telle case. Un électron libre est un élément perturbateur, cependant. A cette pensée, Sylla sait parfaitement qu’il devra se trouver une place, tôt ou tard. Kairos pourrait peut-être répondre à ses interrogations.

Croisant les bras devant le spectacle de l’entraînement, il observe et lance, l’air de rien. « Je me suis toujours demandé comment vous recrutiez vos hommes. Il y a des critères spécifiques ? » crieur, ce n’est pas seulement un rôle où on tape. Si ?
darwinsgame.com (c) 2015
avatar
<b>bavardages</b> 1696 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : chloe nørgaard
CREDITS : balaclava, astra
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : aucun


MessageSujet: Re: WIRES / lester   Mar 5 Juil - 20:05
WIRES
kairos + sylla
Sa mémoire des physionomies ne lui avait pas fait faux bond et il se trouvait effectivement face à Sylla. Il ne lui avait jusqu'alors jamais adressé la parole mais l'avait déjà aperçu brièvement au sein de La Pieuvre Mélomane et on l'avait renseigné sur son pseudo par la même occasion. Dans le jeu, il était plus courant de rencontrer des adolescents, se croyant bien souvent à tort invincibles, que des personnes d'âge plus mur qui, par comparaison, paraissaient bien plus réfléchies que leurs homologues découvrant à peine les joies et les peines de la vie d'adulte. Comme il s'en doutait, Sylla ignorait son pseudo mais il ne s'en contraria pas. Il ne jouait pas depuis si longtemps que ça et il était loin de faire partie des pontes de l'équipe Eshu avec lesquels il avait pu échanger brièvement lors des festivités du Jour de l'Unité.

« Je comprends. On est nombreux et ça fait beaucoup de noms à retenir d'un coup. » répondit-il compatissant tandis qu'il s'appuyait de nouveau à la rambarde, mais face à son interlocuteur cette fois-ci, tournant le dos aux entraînements qu'il observait tantôt. Il se retourna d'ailleurs l'espace de quelques secondes pour suivre le regard de Sylla accompagnant sa question et plaisanta lorsqu'il vit qu'il faisait référence aux combattants factices. « Oh non, je ne faisais que les observer. Le corps-à-corps, c'est pas vraiment mon fort. »
En effet, s'il avait porté un intérêt certain aux mouvements et ripostes effectués au loin par les joueurs, ce n'était que pour son apprentissage personnel et non pour repérer des individus ayant l'étoffe de crieurs. Les capacités physiques des joueurs lors de rixes ne constituaient pas le facteur principal d'enrôlement d'un crieur, ni même les facteurs secondaires. En réalité, elles n'avaient d'attrait que pour le joueur en lui-même car elles lui permettraient de survivre plus longtemps qu'un autre moins doué dans ce domaine.

Non, ces Eshu assidus avaient davantage l'étoffe de soldats, s'ils ne l'étaient pas déjà. Jacob n'aurait pas su le dire. Il sait plus ou moins bien reconnaître les gens de son équipe, parfois leur accoler un pseudo mais sa mémoire n'allait pas jusqu'à se souvenir de chacun de leurs postes. Il préférait étudier plus attentivement l'oligarchie de son équipe et la hiérarchie qui en découlait, à la fois pour ne pas se mettre à dos les mauvaises personnes mais également pour essayer d'être dans les petits papiers des plus importantes. Pour l'instant, il se contentait de récolter des informations silencieusement et d'essayer de s'intégrer au mieux parmi les siens.

Aussi, si Sylla lui posait une telle question, c'est qu'il connaissait le rôle qu'occupait Jacob dans leur équipe commune. Il avait débuté comme crieur bien sûr, lorsqu'il réalisa qu'il valait mieux servir à quelque chose afin d'être mieux apprécié de ses pairs, mais un besoin de cohérence entre les rumeurs lancées s'est vite fait ressentir. Contrairement à sa véritable carrière professionnelle, il n'avait pas particulièrement recherché cette promotion mais il ne la refusa pas pour autant. Une telle opportunité de gravir les échelons, ça ne se refuse pas.

Ils s'étaient tous deux retournés vers la scène de préparation au combat. Si les joueurs s'entraînaient afin de pouvoir se défendre ou afin de pouvoir attaquer, eux seuls le savaient. Il tourna sa tête vers Sylla lorsqu'il l'entendit reprendre la parole, son attention piquée davantage lorsque ce dernier lui demanda comment les crieurs étaient choisis pour occuper leur poste. Avant de lui répondre, Jacob se demanda si la question prenait sa source dans une simple curiosité ou un intérêt pour la fonction. « Pas vraiment. Et puis recruter est un bien grand mot, les choses se font plutôt par volontariat. » Son regard s'attarda sur des gravillons au sol, qu'il poussa du pied sans grande conviction. « Il suffit de savoir mentir avec le sourire aux lèvres. Être cru par ses interlocuteurs. Ne pas avoir de scrupules à salir la réputation de certains ou embellir le comportement de personnes qui ne le méritent pas. On peut dire que c'est un sale boulot bien que je trouve d'autres tâches bien plus ingrates. » Il observa à nouveau le ciel menaçant, capable d'exploser à tout moment avec des grondements de terreur et probablement de nombreux dégâts à sa suite. Parfois, la fonction des crieurs était regardée de haut comme quelque chose de disgracieux et improductif. Mais à ses yeux, s'il y avait bien un groupe à la fonction purement cruelle et déplaisante, c'était les terroristes de l'équipe ennemie. Leur simple objectif était, comme leur nom l'indique, de terroriser les autres joueurs. Presque uniquement pour le plaisir. S'il y avait bien un sale boulot dans le Darwin's Game, c'était celui-ci. De plus, il était injuste d'affirmer que les crieurs n'avaient aucune utilité et ils avaient prouvé leur intérêt à de multiples reprises auparavant. Cependant, dans le contexte actuel, ils n'avaient plus vraiment de marge de manœuvre et ils étaient en attente d'une ligne directive de la part des plus hauts gradés. Il jugea plus juste d'en informer Sylla « Mais c'est plutôt calme en ce moment avec les nouvelles alliances. Depuis qu'on a aidé les Atom dans leur assaut sur Camden Church, les Caho sont l'ennemi commun et les rebelles Gaia se sont déjà fait une sacrée réputation avec le festin, on n'a pas besoin d'en rajouter une couche. » Il soupira lorsqu'il se remémora le chaos qu'avaient causé les rebelles lors de la tentative de paix organisée par les Gaia. Il se redressa et fit un sourire en coin à son coéquipier Eshu.  « Vous êtes intéressé ? »
darwinsgame.com (c) 2015






i have no mouth and i must scream
SOLVEIG SÖDERBLOM ☽ in the souls of the people the grapes of wrath are filling and growing heavy, growing heavy for the vintage.



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: WIRES / lester   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM