Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 amalgam of survival instincts (asmodeus)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: amalgam of survival instincts (asmodeus)   Mar 12 Juil - 18:10
amalgam of survival instincts
here’s my mind: take it, shatter it, raise your empire from my ruins

Connexion. Il ne devrait pas y jouer. Pas le temps. Partition à réviser, quelques notes à se rappeler. L’appel du jeu est le plus fort. L’envie contre la raison. Ne plus en sortir, ne plus rejoindre l’IRL. Piège d’un nouveau monde. Pieuvre s’enroulant à sa volonté. Destruction totale. L’équipe est rejointe pour un temps. Quelques membres à qui il s’adresse, se montre serpent avec la troupe. Des couteaux que l’on plante dans le dos de chacun. De belles paroles pour mieux duper le monde. Il a saisit leur fonctionnement. Une vie perdue pour cause d’une confiance devenue trop accrue. Se méfier, toujours. Les vipères se dévorent entre elles. Sabre dans le dos. Il avance péniblement en dehors des remparts de la ville. Nature où il est le plus à l’aise. Rappel des promenades de l’enfance, quand le gosse grimpait à chaque arbre. La peur de rien. Le danger oublié, relégué pour les grandes personnes. Dans le jeu, il retrouve le gout du danger, l’envie de s’y frotter, de fricoter avec la mort. D’autres croisent sa route. Au loin les silhouettes disparaissent. Ombres sur le chemin. Il se fait croquemitaine le temps de les observer passer. Défier n’est pas pour aujourd’hui. Faiblesse passagère. Peut-être à cause d’une plante mangée plus tôt. Manuel des toxiques qu’il ne connaît pas encore par cœur.

La carcasse avance dans la forêt. Savoir s’orienter, ne pas perdre la boussole durement gagnée. Sang encore frais sur le visage, lame dégueulant le meurtre. Il ne peut pas s’en empêcher. Convoiter les possessions d’autrui. Se faire ami. Devenir le fidèle et trancher la gorge une fois le dos tourné. Tout garder. Pie voleuse. Mise en danger perpétuel. Acquérir des babioles. Les pas mènent au vieux moulin. Terrain encore neutre, non clamé par les différentes équipes. Trop effrayant disent les siens, hanté disent les autres. Pas un seul qui ne soit capable de porter ses couilles et de combattre les fantômes. Le défi d’y passer la nuit. C’est le risque de perdre une vie, inutilement, encore. Lame qu’il prend entre ses doigts. La belle dont il ne saurait se séparer. Présence dans ses pas. Certainement un animal. Bestiole attirée par les baies ramassées plus tôt, ou l’odeur du sang. Mensonge d’une blessure. Le grenat est celui d’un autre, d’un corps jeté plus loin. Petits dés de chair. Le moulin gémit d’un vent capricieux. Des ailes trouées. Seconde fois qu’il se retrouve ici. La première, c’était au début, aux premières connexions. Perdu. Achevé après un combat de deux minutes. Ridicule. Les doigts gantés effleurent la pierre. Un œil qu’il jette à l’intérieur, s’assure qu’aucune présence n’envisage de lui arracher la tête. La fatigue fait geindre les membres. Marche de plusieurs heures. Connerie d’égo qui l’a poussé jusqu’ici. Pour rien. Absence de vie.

Un bruit sur la droite, dans les fourrées à quelques mètres devant. Arme à la main gauche. Sabre prêt à tailler de la couenne. Jouet qu’il sait inutile contre les balles, ces fous furieux de la gâchette. Connards de sniper qui l’ont à chaque fois.  Ne plus perdre une vie pour cette bêtise. Il contourne le moulin. Avoir l’autre par surprise. Se faire reptile. Perdu. Canon contre sa tempe. Il n’a jamais gagné à cache-cache contre son frère. « Tu n’es pas avec tes pouilleux, à tailler du lard ? » Bande de barbares. Chiens enragés dont la route est à éviter. « Tu sais, les gens civilisés disent bonjour avant de tuer… un peu de politesse avant de m’exploser la crâne, ça serait sympathique de ta part »
darwinsgame.com (c) 2015

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amalgam of survival instincts (asmodeus)   Ven 15 Juil - 19:14
amalgam of survival instincts
asmodeus & rhadamante

Âme esseulée au cœur abandonné. Animal délaissé qui traîne sa peine depuis le jour où il a rencontré la succube, la connasse, la voleuse qui lui a dérobé son double adoré. Douleur des sentiments qui le pousse à se connecter avant que ne revienne le plus âgé. C'est la débandade à la pensée des mains baladeuses sur sa peau, à la vue des heures qui passent et les rapprochent peu à peu de celle du coucher, où la rancœur somnole, permet à l'autre de prendre place à ses côtés, dans son dos, alors qu'il se refuse à lui pendant le reste de la journée. Plongé dans le jeu où son frère et lui sont séparés, ne sont pas dans les mêmes équipes, il marche dans la forêt sans rejoindre la sienne. Bande de bras cassés qu'il doit constamment réparer à cause de leurs conneries. Il devrait retourner au quartier général, poser sagement son cul sur une chaise en attendant que viennent pleurer les premiers blessés. C'est son rôle, ce pourquoi on le préserve. Qu'ils crèvent. Asmodeus marche dans la forêt, erre sans se soucier de ce qui se passe dans sa team, sans se soucier des autres qui peuvent lui tomber dessus et lui coller un pruneau entre les ambres à cause de son appartenance au CAHO. Tatouage caché, dissimulé sous une mosaïque religieuse. Le nombre de vies restant incrusté dans la peinture. Le dix de la montre à gousset devenant neuf, puis huit, puis sept, à mesure qu'il tombe sous les coups de ses adversaires.

Présence qu'il repère au loin. le CAHO s'avance, devient prédateur le temps de la traque. C'est son frère qui est la proie. Double qu'il ne voulait pas voir. Prudemment, il se glisse dans son dos, poussé par la curiosité tout comme la crainte de le voir tomber dans un piège. Cache-cache que le plus jeune compte gagner, comme quand ils étaient gamins. Arme qui braque soudainement la tempe. Gagné. Son aîné prend la parole, demande s'il n'est pas avec ses pouilleux. Compagnons que tous considèrent comme des chiens, des bâtards, à cause de leur amour du sang et de la violence. « J'en avais marre de réparer leurs conneries. » Conneries qui ont provoqué la guerre, plongé leur équipe dans la merde à cause de toutes leurs manigances. La tête se penche sur le côté aux paroles de Rhadamante. Sourire narquois qui soulève la lèvre supérieure, révèle les dents blanches. Réponse à son arrogance. Comme il aimerait se pencher sur lui, passer sa main dans les cheveux qui recouvrent sa nuque pour le forcer à pencher la tête en arrière alors que sa bouche viendrait dévorer la sienne, gourmande, avide. Comme il aimerait planter ses dents dans les charnues, mordre jusqu'à ce que la peau saigne, jusqu'à ce qu'il geigne, mais le plus jeune reste en arrière. Il se cache derrière son arme, montre son haine plutôt que son amour. Lui exploser le crâne. Il en est incapable. Amour qui empêche le doigt de presser la détente. « Je ne suis pas là pour ça et puis, tu sais aussi bien que moi que tu n'as pas besoin de moi pour te faire tuer. » Mouvement du menton pour montrer le sang qui macule la face. Il pense à une mort stupide, à un nouveau piège dans lequel son frère est tombé, avant de contempler la lame tâchée de rouge. Dans un soupir, Asmodeus se recule, range son arme dans son holster avant de tourner le dos. Fuir, ne pas rester là, ne pas parler, ne pas lui donner l'occasion de le toucher. « Je rentre. Continue de jouer à cache-cache, tu n'as jamais été doué pour me trouver ou pour te cacher... »
darwinsgame.com (c) 2015

Invité
Invité


MessageSujet: Re: amalgam of survival instincts (asmodeus)   Sam 16 Juil - 20:49
amalgam of survival instincts
here’s my mind: take it, shatter it, raise your empire from my ruins

Canon pointé entre les deux yeux. Métal ricanant d’une mort prochaine. Froid. Il sera le premier de la journée. Honneur véritable. Un sourire gagne les lippes, une fracture contre le masque. Animal qu’il devient dans le jeu, ne connaît plus aucune limite. La chair contre la mort. Il avance le buste, de peu. C’est assez pour cercler la peau, y incruster le sort futur. Marqué. La mesure est absente dans le jeu. Féroce prêt à bondir. Les doigts gigotent d’une arme absente entre ses mains. Perdu. Il ne gagne jamais contre le plus jeune. Incapable de le voir venir. De sentir. Même sang, même carne. L’autre se dissimule avec aisance dans quelques ombres malicieuses. Perdu. C’est une vie qu’il voit s’envoler. Compteur à dix. Depuis longtemps qu’il n’avait pas atteint ce nombre. Sécurité. Le frère parle. Frère. C’est amusant comme perspective. Qu’ils se retrouvent toujours sur une map gigantesque. Toujours l’un dans les pas de l’autre. Jamais l’un absent de la vie de l’autre. La dépendance se faufile entre les câbles et pixels.

Grade de réparateur, médecin, couturier. Qu’importe le nom. « C’est vrai que tu ne sers qu’à ça » Réparer les presque-crevés. Leur donner l’espoir qu’ils ne mourront pas. Amputer. Déchirer les chairs. « Mais ça te convient, n’est-ce pas ? Retrouver le métier que tu as perdu… sauver toute cette faune d’inconnus qu’est ton équipe » Sournoiserie du serpent. Les mots sont sa première arme. Langue aiguisée avec laquelle les petits ploient à ses paroles. Parfois fourchue. Comme maintenant. Il attaque. Plus d’autres moyens. C’est le dernier rempart. Se montrer mordant. Attaquer sur ce qui ne devrait pas l’être. Haineux de s’être fait surprendre si facilement, alors il crache son venin.

La moquerie est retournée. Jeu de miroir. Evocation des pièges dans lesquels il tombe sans cesse. Sa curiosité trop grande qui le pousse museau contre la mort. Tous les pièges sont pour lui. Du plus simple au plus élaboré. Incapable de regarder au sol, de savoir traquer, de devenir chasseur. Ce n’est pas son rôle. Lui il parlemente, il discute avec les égarés, ramène les brebis pour mieux les dévorer. Les pièges. Une technique pour les faibles, les incapables. Ces rats planqués sous les buissons. Il ne réplique pas Rhadamante. Il se tait. A quoi bon défaire les mots du frère. Il a raison le double. Il a souvent la vérité sur le bout de la langue. Frangin qui s’en va. Le délaisse. Sa main ne s’avance pas dans le vide, elle reste vissée contre son corps. Cette fois, il ne fera pas le premier geste. Il ne le fait plus. Jamais. Ce n’est qu’un jeu. Lui transpercer le cœur, lui arracher, le dévorer. Parfois, l’envie est tenace. Hurler : tu es à moi. Les doigts démangent, l’idée se fraye un chemin. obnubilé par ses pensées, les dernières paroles d’Asmodeus sont englouties dans le silence. « Peut-être que je ne sais pas jouer mais… manifestement tu ne sais plus regarder où tu vas » Piège pour un ours. Les dents accrochent la cheville du malfrat. Il ricane Rhadamante, il ne peut empêcher le sourire qui vogue sur les lippes. Cette expression d’un bonheur sadique. Le voilà à tourner autour de la proie. Les mains accrochent les tissus sales, se font joueuses dans quelques mèches éparses de cheveux. « Que suggère le chirurgien ? Une amputation ou faut-il tenter de retirer ta jambe ? » Murmure contre l’oreille. Il a gagné.

darwinsgame.com (c) 2015

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: amalgam of survival instincts (asmodeus)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM