Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 What now my love... ? || Star
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
NIGHTINGALE
<b>bavardages</b> 6080 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Jennifer Lawrence
CREDITS : Ordinn. - Alaska - Lexi ♥
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Pro-DG passif


MessageSujet: What now my love... ? || Star   Lun 1 Aoû - 23:14
WHAT NOW MY LOVE ?
star & nightingale

Nightingale s'occupait des chevaux, elle caressait lentement l'encolure de son favori, lui parlant dans sa langue natale. Zeke aurait adoré voir que les GAIA ont des chevaux pour se déplacer. Ils avaient passé après tout des heures entières sur le dos de ces derniers à la conquête des plaines de leurs ancêtres. Découvrir les recoins de la forêt, de la montagne, être les rois du monde pour une journée, pour une nuit. Zeke. Son grand frère qui n'avait probablement jamais rien fait pour être pleuré de la sorte, mais il restait un membre de sa famille. S’ils se rapprochaient durant leur séjour en Suède, quand Astrid avait des permissions : les méfaits de la ville les séparaient rapidement. Malgré tout, il restait son aîné. Son modèle, et même si elle avait grandi sans ces bras protecteurs la plupart du temps : il avait été là à son retour de chaque OPEX. Pour laver son âme sûrement, pour faire en sorte de racheter ses fautes. Ou bien peut-être qu'il voulait sincèrement prendre soin de sa soeur. Astrid n'était plus en mesure de savoir la raison pour laquelle il est revenu à elle. Admirant l'équidé, le garde du corps posa son front sur celui de l'animal. Fermant ses yeux, elle se ressourçait. Elle ne voulait pas laisser le jeu prendre possession de ses émotions. Elle ne devait pas céder à l'appel de la vengeance. Après tout, rien ne lui disait que ses agresseurs étaient des joueurs de DG. Toutes les raclures de bidets ne sont pas des joueurs de DG. Cela serait trop simple pour que cela soit vrai. Même si cela était le cas, pouvait-elle les défier dans un death match ? Ils étaient tous alliés maintenant. Une pseudo ''paix'' qui était presque morte dans l'oeuf. Le pire ? Se dire que les GAIA n'étaient pas meilleurs que les CAHO ou bien que les ATOM. Ils étaient même pires : d'anciens verts ont fait exploser toutes les équipes confondues au nom de la vengeance. Des dommages collatéraux ? L'attentat a non seulement tué certains de ses frères d'armes, mais a presque retourner les trois équipes contre eux. Le retour de flamme comme dirait certains. Nightingale souffle longuement. Les GAIA s'étaient amputés des traitres. Astrid cependant à perdu son meilleur ami dans cette histoire. Les reproches qu'il lui a faits se répètent encore et encore comme un vieux disque rayé dans sa cervelle de militaire entêté. Dans sa tête, elle l'avait perdu. D'une nature de plus en plus pessimiste, aussi bien Astrid que Nightingale sont en proie à la mélancolie, au chagrin. Elle était tombée un peu plus bas sur l'échelle de son spleen.
Lasse, elle serra une dernière fois l’encolure de l'animal avant de sortir. C'est là que Lofn l'intercepta. Un CAHO voulait la voir. Un défi ? Un Death Match ? Elle allait devoir y aller pour savoir. Si cela était un guet-apens ? Tant pis. Il fallait savoir prendre des risques. Elle souffle longuement, remercie cependant d'un sourire l'espionne avant de monter dans les dortoirs pour s'équiper. Elle sangla ses dagues autour de ses cuisses. Son carquois attaché, elle prit son arc et sortit pour aller retrouver celui qui voulait mettre ses talents de guerrières à l’épreuve. Marchant d'un pas décidé, la curiosité la poussait à se poser mille et une question. Décidant de grimper aux arbres, elle parcourut le chemin restant en sautant de branche en branches. Elle vit au loin la silhouette. Dos à elle, elle arma son arc et une fois au-dessus attendit. Elle voulait savoir son identité. Un homme attendait effectivement. Pas n'importe lequel. Star. Elle se demandait quelle mouche l'avait piqué pour prendre ainsi le risque de s'entretenir avec elle ici. Après tout... Personne ne devait savoir leur relation. Pas maintenant tout du moins. Elle décocha sa flèche pour que celle-ci aille se loger près de sa tête sans pour autant le toucher :

« Tu es loin de ton église CAHO… » Nightingale descendit de son arbre, arriva devant Star. Elle s’approcha de lui en souriant. « C’est bien la première fois que je vais épargner un rouge. » Il était trop dangereux de lui montrer une quelconque marque d’affection. La forêt avait des yeux et des oreilles partout. Elle lui sourit cependant, l’admire, le regarde doucement. « Pourquoi tu voulais me voir ? » Elle s’approche un peu plus de lui. « Qu’est-ce qui ne pouvait pas attendre qu’on soit, tous les deux, réunis en privé et à l’abri des regards. » Nightingale murmurait, elle était douce. Rarement elle l’était. « Je dois avouer qu’il m’est étrange de te voir ici. »
darwinsgame.com (c) 2015


it's eating me alive


⋆ why don't you just fuck off and die


It seems that all that was good has died and is decaying in me. Madness is the gift, that has been given to me. @excelsior


Dernière édition par Astrid Jallek le Ven 21 Oct - 21:44, édité 1 fois
avatar
<b>bavardages</b> 389 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Luke Evans
CREDITS : permanentjoy + northern lights
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti DG.


MessageSujet: Re: What now my love... ? || Star   Dim 7 Aoû - 10:20
What now my love... ?

Intercepter un Gaia ou se faire prendre par l'un d'eux lorsque l'on traînait volontairement dans la forêt et près de de leur ancien QG n'était pas vraiment une action qui nécessitait beaucoup de préparation, seulement peut-être de la jugeote. En revanche, ce qui était plus compliqué c'était de choisir le bon intermédiaire pour transmettre ton message. Tu laissais passer les joueurs les plus jeunes et t'enfuyais ou te cachais lorsque tu tombais sur des hommes qui paraissaient expérimentés et peu enclin à la discussion. De façon inconsciente Star, tu avais en réalité déjà déterminé la personne dont tu te servirais et tu attendais seulement de la croiser pour amorcer la première partie de ton plan.
Tu n'eus pas le temps de t'impatienter car déjà tes yeux perçurent la silhouette longiligne de la verte que tu cherchais. Sans te cacher, tu t'approchas de la demoiselle qui avait accompagné ton frère lors du festin et t'efforças de paraître avenant afin d'éviter qu'elle ne t'agresse sans prévenir. Votre discussion ne fut pas aussi cordiale que tu l'espérais mais tu étais au moins parvenu à ce qu'elle te promette de transmettre ton invitation à Nightingale mais également à lui faire part du « danger » qu'encourrait votre ami commun John Doe.

Tu pris soin de t'éloigner du charnier pour attendre ta belle, ne voulant pas lui imposer le souvenir de son frère disparu et te rappeler des erreurs que tu avais commises en laissant la folie meurtrière de vos dirigeants Caho prendre le dessus sur l'intérêt commun. Tu erras dans les bois plusieurs minutes, observant les alentours et cartographiant l'endroit pour que les prochains rouges qui s'aventureraient ici ne se fassent pas avoir. Les rayons du soleil passaient difficilement à travers les feuilles des arbres dont la densité donnait l'impression d'être sous un toit. Lorsque le silence protecteur se fit brusquement plus pesant, tu posas immédiatement ta main sur le flingue que tu portais au niveau de ta cuisse. Un regard du coin de l’œil te permit de comprendre que tu n'étais plus seul, mais tu ignorais d'où viendrait l'ennemi et ne pourrais compter que sur tes capacités d'esquive pour t'en sortir.
Soudain, le son d'un projectile fendant l'air se fit entendre et une flèche alla se planter dans le tronc de l'arbre juste derrière toi au niveau de ta tête. Tu ne perdis pas ton temps à t'en assurer, optant plutôt pour pointer ton arme vers l'endroit d'où elle venait d'être tirée. Ce n'est qu'en entendant la voix de la responsable que tu te détendis et souris sincèrement pour la première fois de la journée. « Certes, mais je n'ai jamais été plus près de chez moi, » lui lanças-tu en haussant un sourcil plein de sous-entendus. « Je vais finir par rougir Nightingale, la dernière fois tu évoquais le fait que je sois le seul Caho que tu apprécies. » Tu la regardas l'espace d'un instant amusé, avant d'adopter un visage plus neutre, bien conscient que vous étiez à la merci de regards et d'oreilles indiscrets. Tu acquiesças de la tête tandis que tes yeux se promenèrent sur sa chevelure brune si différente de celle que tu avais sous les yeux tous les jours. « Pour commencer, nous devrions effectivement nous éloigner d'ici pour un espace beaucoup moins exposé. J'ai repéré une sorte d'ancien abri de fortune, nous y serons plus tranquilles. » Tu lui tournas le dos et l'incitas à te suivre. « Si jamais nous faisons des mauvaises rencontres, nous pourrons toujours dire que tu m'as capturé. Penses bien à en profiter car ce n'est pas tous les jours que tu m'auras attaché. »  Tu cherchais à réchauffer l'atmosphère, sachant pertinemment que la discussion que tu voulais avoir avec la Gaia ne serait pas de tout repos.



You were a star my dear, the brightest in all the skies. but stars burn out my dear, and everything golden dies (⚡️) skyewarrior


Dernière édition par Colin Roberts le Lun 12 Sep - 11:06, édité 1 fois
avatar
NIGHTINGALE
<b>bavardages</b> 6080 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Jennifer Lawrence
CREDITS : Ordinn. - Alaska - Lexi ♥
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Pro-DG passif


MessageSujet: Re: What now my love... ? || Star   Ven 12 Aoû - 21:12
WHAT NOW MY LOVE ?
star & nightingale

Astrid devrait probablement se déconnecter, retourner dans la réalité et continuer à soigner ses blessures. Elle était sortie de l’hosto. De ce putain d’hôpital. Elle estimait avoir déjà assez passé de temps entre ces murs blancs, mais non. La vie s’acharnait et l’y renvoyait toujours : un peu comme la case départ dans le Monopoly sans toucher le jackpot. Hormis les ecchymoses, les médecins avaient voulu la garder encore en observation à cause de la plaie à sa jambe. Un coup de couteau dans la cuisse pouvait laisser des séquelles bien que la cicatrice que la lame a laissée ne mettrait pas de temps à se perdre dans les autres qui elles ont guéri. Elles étaient des témoins des souffrances endurés. On lui disait de les arborer fièrement presque, de ne pas en avoir honte : qu’après tout, elle était en vie et que cela était le principal. Pour qui ? Voilà la vraie question.
Nightingale n’avait jamais dit non pour sortir du QG. Pour une raison ou pour une autre voir sans but en particulier. Cependant, depuis sa dernière altercation avec de la raclure de bidet dans les rues de Chicago : elle avait compris que ce n’était pas parce qu'ici, elle remportait des victoires que là-bas, elle était intouchable. Quelque chose qu’on oublie rapidement malheureusement quand on est trop pris dans le jeu. Si elle avait encore un chiffre proche de la dizaine comme nombre de vies : elle sentait les effets du jeu. Elle était fatiguée, elle n’arrivait plus à se concentrer sur ses desseins et se battaient quotidiennement avec une folie bien familière. Un sentiment enfanté par le désir de vengeance, qui avait trouvé sa source il y deux ans maintenant dans le désert Irakien quand elle avait insulté ses ravisseurs dans leur langue maternelle. S’ils ne pensaient pas qu’elle pouvait encore cracher des informations : ils lui auraient probablement coupé la langue. Elle avait eut la chance cependant, ou le malheur, de ne pas céder à la souffrance. Et puis de toute façon, le commandement ne prenait jamais le risque de mettre au parfum ceux qui n’avaient pas encore fait leurs preuves. Une sécurité. Elle ne savait pas si ses tortionnaires ont été retrouvés. Torturés. Exécutés. Elle n’avait jamais cherché à le savoir : bien trop effrayé par ce qu’elle serait capable de faire dans le but de les retrouver. Rien ne saurait trop beau pour leur montrer qu’une femme pouvait être aussi forte qu’un homme. Si elle pensait être sortie de la spirale infernale de la vengeance : elle s’était lourdement trompée. Entre Déimos qu’elle voulait cordialement exploser et les rebelles GAIA qui avaient sur leurs mains le sang de ses camarades : son fragile équilibre était mis à rude épreuve. Elle aurait aimé pouvoir embrasser sa folie meurtrière et tout tuer. Faire une liste et comme dans un Western Spaghetti supprimé tous les noms sur la liste. Mais elle ne le pouvait pas. Ce n’était juste pas possible et c’était le pire. Parce qu’elle avait beau avoir envie de faire souffrir ceux qui l’avaient malmené ou qui ont profané son équipe en se prenant pour elle ne savait quoi : Nightingale ne mangeait pas de ce pain-là. Même ses ennemis, elle les tuait avec humanité. Enfin, autant que l’on peut accorder à une personne que l’on met à mort.

Décidant d’accepter cette provocation de la part d’un autre joueur, elle s’équipa et partie dans la forêt. Arpentant cette partie de la map qu’elle connaissait, ce n’était pas pour rien que l’on disait des GAIA qu’ils étaient maître des bois hein. Si on le disait pas, alors c’était une erreur. Voyant le fameux CAHO, il ne lui fallut pas longtemps pour reconnaître la silhouette et pourtant décocher sa flèche à son encontre. Non pas pour le tuer, pour le blesser, juste pour l’avertir de sa présence. Son arc n’était que trop peu utilisé ces derniers jours. Les paroles de Star la firent sourire. Elle ne savait pas comment réellement prendre cela, mais elle se disait que ce n’était pas péjoratif.

“Profites… Je ne dis pas ça tous les jours... Même si t'habituer tu peux.”
Nightingale sourit avant de se réprimander silencieusement. Lui comme elle ne devaient pas montrer à de possibles voyeurs qu’ils se connaissaient, qu’ils s'apprécient plus que de raison. “Ouvre la marche, je te suis.” Elle récupère sa flèche au passage pour la ranger dans son carquois avant de suivre les pas de son ancien mentor. Elle se mit à rire sans s’en rendre compte quand il affirme qu’il serait prêt à accepter d’être attaché. “Ca reste à voir… Faut jamais dire jamais tu le sais bien non ?” Nightingale lui fit un clin d’oeil avant de tenter de retrouver un semblant de sérieux ce qui n’était pas une chose aisée quand vous aviez à vos côtés une personne comme Star. Elle le regarde : “En vrai… Pourquoi tu voulais me voir ici ?” Loin du sentier et du lieu où il lui avait donné rendez-vous, elle se permit de parler plus doucement : “Je sais qu’on a une alliance avec les CAHO, mais… Disons que je sais qu’à la moindre occasion la plupart des joueurs de DG veulent se farcir des GAIA à cause de ce qu’une poignée à fait. Je ne veux pas t'apporter des ennuis si jamais on nous voit ensemble.” Nightingale souffle longuement, passant nerveusement sa main dans ses cheveux : “Comment les blâmer, j’ai moi-même affronté une des responsables dans le but de trouver une paix intérieure sans cela ne fonctionne et j’ai perdu mon meilleur ami dans la bataille.” Elle serra ses dents avant de reporter son attention sur Star, admirant sans s’en rendre compte les imperfections de son visage qui pourtant était magnifique. Il avait cette aura autour de lui, cette présence qui plaisait toujours autant à Astrid qui constate sans vraiment de grande surprise que Nightingale aussi succombe à son charme. Comme quoi, la joueuse et le personnage n’étaient pas si différents de l’une, de l’autre.
darwinsgame.com (c) 2015


it's eating me alive


⋆ why don't you just fuck off and die


It seems that all that was good has died and is decaying in me. Madness is the gift, that has been given to me. @excelsior


Dernière édition par Astrid Jallek le Ven 21 Oct - 21:44, édité 1 fois
avatar
<b>bavardages</b> 389 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Luke Evans
CREDITS : permanentjoy + northern lights
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti DG.


MessageSujet: Re: What now my love... ? || Star   Mar 18 Oct - 9:27
What now my love... ?

Tu étais content de la voir sourire et être amusée de votre situation actuelle. A Chicago, les choses semblaient bizarrement plus compliquées depuis quelques temps et la faute était sans doute due au fait que la limite entre le réel et l'irréel s'affaiblissait, faisant évoluer des relations qui jusque là stagnaient ou n'étaient même pas censées exister, et poussant les gens à agir en suivant davantage leur instinct que leur tête. Ici, vous étiez pour le moment liés par à un pacte qui interdisait les vengeances à grande échelle, ce qui apaisait le cœur et l'esprit d'un nombre important de joueurs – bien qu'aucun ne soit dupe sur la durée de cette promesse.
Pour ta part, tu savourais ces minutes de tranquillité et de paix méritées. Ce n'était pas un hasard si tu avais donné rendez-vous à Nightingale aujourd'hui, l'atmosphère nauséabonde de l'église te retournait l'estomac et tu préférais largement risquer de voir ton secret éventé ou de faire une mauvaise rencontre plutôt que de rester entre ces quatre murs. Cependant, tandis que vous vous éloigniez de la clairière pour vous diriger vers une sorte d'amoncellement de troncs d'arbres, le souvenir de cet appel reçu à l'aube il y a quelques jours revenait torturer ton esprit. Cela avait été une douloureuse piqûre de rappel ce coup de téléphone, une terrible épreuve qui te rappelait la fragilité de l'être humain dans la réalité et sa triste mortalité. Sans doute aussi que l'importance du choc venait du fait qu'il s'agissait d'Astrid, de cette jeune femme qui s'était fait un devoir depuis le premier jour de bouleverser ta vie et qui était maîtresse de ton cœur.
Le problème, outre le fait que visiblement la police ne faisait pas son travail et ne protégeait pas correctement les citoyens de Chicago, c'était que tu n'avais été prévenu de l'état de la blonde que par un heureux concours de circonstances (c'est-à-dire que votre amie Drathir était passée par là). Il fallait ajouter à cela le mutisme de la Gaia à ce sujet. Pas un mot sur son agression, sur ses bourreaux, sur l'homme qui l'avait trouvée et amenée et sur les raisons derrière cette attaque. Pas un mot, comme si le taire effacerait l'événement.

Vous étiez presque arrivés à destination, lorsque ton ancienne subordonnée te posa une question légitime, puis te fit part de ses craintes concernant l'avenir de sa team. Mettant de côté ses interrogations sur ton désir de la voir, tu en profitas plutôt pour obtenir des informations sur les décisions de la Chef verte concernant les rebelles. Jusqu'à présent votre messagère était occupée et bien que l'incident du festin avait fait des caho des victimes, vous restiez tout de même isolés des autres équipes.

« Ne t'inquiète pas, les Caho ont d'autres soucis en ce moment. » Et des plus importants, si tu étais parfaitement honnête. « Même si je ne te cache pas que certains rêveraient de vous voir sur un bûcher. » Tu grimaças devant ton choix maladroit de vocabulaire et qui ne manquerait pas de susciter une réaction chez ton amie. La discussion que vous veniez d'entamer te faisait craindre que la jeune femme ne soit à bout psychologiquement ; ce qui s'ajouterait aux dégâts physiques engendrés par sa mauvaise rencontre à Chicago et aux éventuelles séquelles mentales. Tu étais surpris d'apprendre qu'en si peu de temps, la brunette avait déjà croisé le chemin de l'un des rebelles, même si tu n'ignorais pas ses compétences en matière de pistage ou bien peut-être faisait-elle allusion aux exécutions de ces ordures ordonnées par leur chef ? Étant donné que tu venais tout juste de faire une gaffe, tu préféras ne pas soulever la question et changer de sujet. « Ton meilleur ami ? Quelqu'un que je connais ? » Ton esprit s'était tourné naturellement vers Markus mais beaucoup de temps s'était écoulé depuis l'Afghanistan. De plus, tu ignorais les nouvelles relations qu'avaient créé Astrid ou la Gaia. « On ne perd pas des gens aussi facilement. » Tu t'arrêtas brusquement devant le refuge de fortune et pinças tes lèvres. « Cependant, il est vrai que certaines de tes actions méritent d'être questionnées. » Le visage neutre mais barré d'un sourire horriblement faux, tu continuas. « C'est compliqué, de faire les bons choix lorsque l'on se sent perdre pied, n'est-ce pas Astrid ? »



You were a star my dear, the brightest in all the skies. but stars burn out my dear, and everything golden dies (⚡️) skyewarrior
avatar
NIGHTINGALE
<b>bavardages</b> 6080 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Jennifer Lawrence
CREDITS : Ordinn. - Alaska - Lexi ♥
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Pro-DG passif


MessageSujet: Re: What now my love... ? || Star   Ven 21 Oct - 21:38
WHAT NOW MY LOVE ?
star & nightingale

Nightingale était toujours aux aguets pourtant elle avait envie de baisser sa garde, de se laisser emporter par la vague et accepter que l’homme qui lui faisait face accélérait son cœur à une cadence inquiétante. Elle l’aimait. Elle le savait déjà, elle l’a réalisé il y a peu de temps. C’était un matin comme les autres, elle avait rejoint durant la nuit son lit pour se lover dans ses bras et sentir sa présence salvatrice. Elle avait ouvert les yeux et l’avait contemplé pendant de longues minutes son visage. À dire vrai, elle ne sait pas combien de temps ses iris ont caressés les traits de son visage. Astrid perdait la notion du temps quand Colin était là. C’était peut-être un des symptômes quand on était heureux, amoureux. Quand il était là : étrangement tout semblait plus simple. Inconsciemment, elle savait qu’elle pouvait être « faible » car il la protégerait. Il y avait quelque chose de reposant dans cette idée.
Dans DG, cela était une autre histoire car il y avait bien trop d’animosité entre leurs équipes pour pouvoir un jour espérer une paix durable et saine. De plus, elle n’avait jamais reposé ses chances de survie sur une autre personne qu’elle-même. Malgré son amour pour Colin, elle ne pouvait pas laisser une chance à Star. C’était étrange, idiot peut-être car ils étaient la même personne, mais Nightingale ne mangeait pas de ce pain-là. Pour l’instant, il y avait la vie à Chicago et la vie dans le jeu. Deux existences distinctes bien qu’étroitement liés. Naturellement, cela était en théorie car en pratique : elle offrait déjà plus d’attention à Colin qu’à certains membres de son équipe. Marchant non loin de lui, le garde du corps avait toujours dans ses mains son arc : une flèche accrochée à la corde pour pouvoir faire feu à tout moment.
La GAIA était poussée par la curiosité. Colin aurait pu attendre qu’elle soit déconnectée pour pouvoir lui parler. Qu’est-ce qui était si urgent pour qu’il souhaite la voir dans un milieu aussi hostile que DG ? Les CAHO et les GAIA ce n’étaient pas une grande histoire d’amour. Ce n’était un secret pour personne. Ils prenaient tous les deux risques en se rencontrant ainsi. Star confirme ses suppositions :

« C’est pas comme s’ils nous avaient pas déjà brûlés hein ?! »


Grogne-t-elle. Crachant au sol pour témoigner de son dégoût envers les terroristes. Zeke était mort par leur faute et jamais elle ne pourrait leur pardonner. Un jour, elle allait aussi les brûlés. Elle allait les faire souffrir. Tous. Et les ESHU aussi auraient leur moment au coin du feu ! Nightingale était comme un chien enragé quand il était question de l’incendie… Ou bien encore des rebelles GAIA. Des sujets sensibles. Elle avait perdu son frère dans l’incendie et son meilleur ami dans la trahison de ceux qu’elle a appelé un jour camarade. Au fond, la joueuse avait toujours l’impression d’être perdante quoiqu’elle fasse.

« Markus… » Dit-elle tout bas. Astrid ne savait pas si Colin le connaissait bien ou seulement de vue. Le barbu avait toujours été d’un grand réconfort et sa présence dans son quotidien lui manquait. Terriblement et le pire était qu’elle savait qu’il ne tenait qu’à elle de faire le premier pas. « Oh il est buté ! Une vraie tête de mule ! » Dit-elle en haussant les épaules.

Nightingale allait pour continuer quand Colin l’interrompit dans son élan. Non seulement il s’arrêta devant ce qui semblait être leur abri, mais en plus, il la jugeait ? Elle serre ses poings et d’un geste significatif fait un pas en arrière :

« Je te demande pardon ? » Elle sent son cœur tambouriner dans sa poitrine comme si ce dernier avait le pouvoir de briser sa cage thoracique et sortir de son corps. « Mes actions méritent d’être questionnées ? » La joueuse passa nerveusement sa langue sur ses dents avant de la faire claquer à son palais. « Ok… Je vois… » Un rire tout aussi faux que le sourire que Star arborait sortit de sa gorge. « Tu veux vraiment commencer sur ce chemin ? » Demande-t-elle juste pour être certaine.

La GAIA fit un nouveau pas en arrière pour s’asseoir sur un tronc. Loin du CAHO, cela lui permettait de ne pas lui coller sa dague dans son crâne. Elle en avait assez de se faire juger par des gens qu’elle aimait. Elle en avait assez qu’on la prenne pour une débile.

« Je suis ravie de voir que tu te sens concernée par ma santé. »
Commence-t-elle. « Chacun guérit à sa façon. Y’a pas à juger, y’a pas de bonnes ou de mauvaises techniques. » Nightingale serre sa mâchoire tandis que la flèche accrochée à la corde alla retrouver ses consœurs dans le carquois. Elle posa son arc près d’elle pour sortir sa dague et enfoncer la lame dans le bois. Encore et encore. « Mais puisque j’ai l’impression que tu te sens d’humeur moralisatrice, que tu te prends pour Freud : j’ai aussi une question pour toi C’est compliqué d’aimer quelqu’un quand on sait au fond qu’on va repartir et l’abandonner, n’est-ce pas Colin ? »

Nightingale releva ses yeux sur lui.

« Moi d’abord hein ? Après, c’est ton tour : promis. Honneur aux dames. »


Ses coups dans le tronc se font plus fort, plus francs. Elle continue de regarder Star dans les yeux. Ne clignant pas un seul instant :

« J’ai exécuté une rebelle GAIA, j’ai voté pour qu’ils soient tués et bannis. Parce qu’il n’y a rien de pire que la trahison. Car si on a plus confiance en nos coéquipiers alors autant se mettre une balle dans la tête. Il est hors de questions que je me fasse torturer une troisième fois dans ma vie à cause d'un GAIA qui n'est pas capable d'être loyal envers son équipe. Tu veux savoir ce qui se passe dans ma tête ? Après le festin, je me suis rendue compte que j’étais encore dans un cauchemar dont jamais je ne me suis réveillée. L’odeur du sang ; de la poudre et du souffre ; les cris ; les bruits des bombes… J’ai tout revécu. De A à Z, du moment où je suis descendue et approchée de l’enfant jusqu’à ce que tu me sortes de la cellule. » Confesse-t-il comme un pénitent à un prêtre. « C’est pour ça qu’il ne veut plus me parler. » Il ? Gattaca, Markus de son vrai nom. « Je sais que t’es au courant qu’on m’a attaqué à Chicago. Elle m’a dit qu’elle allait t’appeler. » Elle ? Drathir naturellement. « Tu me colles un blâme parce que je ne t’ai pas prévenu ? » Souffle-t-elle : « Je peux le comprendre, moi non plus je n’aurais pas aimé que tu me caches un truc pareil. C’était juste plus simple pour moi. Parce que je ne voulais pas que tu me regardes comme une personne blessée. Une personne… Faible. » Nightingale avala sa salive : « La vérité c’est que… C’est que je t’aime tellement que je veux garder la tête haute pour ne pas te montrer au combien j’ai besoin de toi. Je veux être digne et ce n’est pas en pleurnichant ou en me plaignant que ça va être le cas. »

Nightingale abat violemment son bras pour planter de toutes ses forces la pointe de sa dague dans le tronc.

« Je t’ai entendu parler à ton frère. »
Commence-t-elle. « Tu vas repartir hein ? »
darwinsgame.com (c) 2015


it's eating me alive


⋆ why don't you just fuck off and die


It seems that all that was good has died and is decaying in me. Madness is the gift, that has been given to me. @excelsior
avatar
<b>bavardages</b> 389 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Luke Evans
CREDITS : permanentjoy + northern lights
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti DG.


MessageSujet: Re: What now my love... ? || Star   Lun 5 Déc - 19:24
What now my love... ?

Tu lui offris une grimace désolée, lorsque comme tu le pensais, ta remarque fit mouche et provoqua chez Nightingale une réaction violente, représentative de son agacement et de son aversion pour la majeure partie de ton équipe et des eshu. Vous n'auriez pas été dans le jeu, que tu te serais permis un geste vers elle pour t'excuser et chasser ces souvenirs cruels de son esprit, mais à l'heure actuelle, tu ne pouvais que l'observer du coin de l’œil.  Tu savais qu'un grand nombre d'actions des rouges avaient provoqué la colère des joueurs, leur dégoût et parfois même la peur. Des sentiments que les caho cultivaient avec fierté, ravis, puisque pour eux c'était ces sentiments qui prouvaient qu'ils étaient les plus puissants. Avant, il y a bien longtemps, la cruauté et le meurtre de masse n'était pas inhérent à ta team, et tu regrettais que sous le joug d'un gamin mal éduquée on en soit arrivé là.
Tu ne pus néanmoins t'empêcher d'être soulagé qu'elle ne te tienne pas rigueur de ta maladresse et accepte tout de même de répondre à tes questions sur ce qui la tourmentait actuellement dans le jeu. Il te fallut tendre l'oreille pour entendre sa réponse, mais cela te permit au moins de reconnaître le nom d'un ancien ami dont tu pensais bien n'avoir jamais de nouvelles étant donné que vous vous étiez perdus de vue après la capture et le sauvetage d'Astrid. Tu étais plus que certain qu'il ne faisait pas partie des rouges mais tu ne pouvais guère aller plus loin dans tes suppositions puisque le ressentiment de la brunette contre ce dernier était beaucoup trop important pour qu'elle lâche davantage d'informations sans avoir l'impression de se plaindre ou de montrer qu'elle était atteinte. Tu connaissais bien ce genre de situation. Tu plaignais Markus mais également Astrid et espérais que leur rancœur et amertume ne briseraient pas définitivement leur amitié.

Enfin, tu avais beau penser cela, tu t'apprêtais pour ta part à rompre le mince équilibre que vous aviez établi ensemble, Nightingale et toi, pour lui balancer ses quatre vérités. Les conséquences de ce que tu étais en train de faire tu les ignorais mais tu ne t'arrêtas pas pour autant et ne fis que hausser un sourcil pour l'inciter à continuer sur sa lancée. Oui tu voulais savoir, tu voulais qu'elle te parle et pas seulement pour te dire « je t'aime », que ton équipe « était remplie de crétins sanguinaires », ou encore qu' « il fallait acheter du lait ». Tu désirais qu'elle te raconte ce qui n'allait pas, qu'elle t'explique ce qui se passait et cesse de croire que tu étais en sucre. Tu ne lui avais jamais rien caché, préférant toujours la vérité même crue et froide, même si c'était avouer tes faiblesses. Mais il apparaissait que la jeune femme ne soit pas de cet avis et cela ne t'étonna pas qu'elle mette ainsi de la distance entre vous. C'était par ailleurs une habitude de sa part que tu avais remarqué durant vos missions : elle avait tendance à s'éloigner physiquement des personnes dont les actions ou paroles ne lui plaisaient pas. Tu n'avais jamais su en revanche, si elle faisait cela par dégoût ou par colère. Quoiqu'il en soit, le début de sa tirade ne te parut pas claire, ou plutôt tu ne voyais vraiment ce qu'elle cherchait à te dire. Tu ne discutais pas ses moyens de guérir... même si on pouvait être perplexe de sa nouvelle haine contre les troncs d'arbre, tu lui reprochais surtout de ne pas t'avoir laisser la possibilité d'être là pour elle.
L'attaque en revanche te prit au dépourvu et tu grimaças. C'était à croire que ton frère et Astrid s'étaient donné le mot. Dans le même temps ces coups portés au bois s'intensifièrent ; une remarque piquante était sur le bout de ta langue mais tu n'osas pas la prononcer, de peur de voir ton temps pour réfléchir à ta propre réponse écourtée et surtout de recevoir finalement cette dague.

Quand elle eut fini, tu secouas la tête. « Ce ne sont pas tes actions dans le jeu que je questionne. Je sais que tout ce que tu fais, c'est pour ton équipe ou pour survivre et même s'il pouvait un jour m'arriver de ne pas approuver une de tes décisions les concernant, tu ne me verras jamais me mettre en travers de ton chemin si celui-ci te permet de demeurer vivante... à mes côtés ou non. » Tu soupiras. « Markus n'a pas fait que des choix honnêtes et il a tendance à l'oublier, de toute manière ce n'est pas toi au final qui a pris les décisions mais ton chef. » Vous en veniez ensuite au nerf de la guerre. « Ah. Nous y voilà. C'est une femme intelligente Drathir, et sensible par dessus le marché. Je pense qu'elle s'est bien rendu compte combien il était cruel que de ne pas m'avertir de ce qui t'était arrivé. M'enfin je ne devrais pas me plaindre, après tout un coup de téléphone de l'hôpital c'est toujours mieux qu'un coup de fil de la morgue lorsque  sa partenaire ne revient pas au matin. » Tu laissas pleinement l'amertume et l'ironie dans ta voix se faire entendre. Tu avais été furieux et inquiet Star, encore mal à l'aise dans cette ville devenue dangereuse. « Je peux comprendre et à vrai dire je me doutais que c'était pour cette raison que tu ne m'avais rien dit mais Astrid – abandonné le pseudo – tu le dis toi-même, tu n'aurais pas apprécié que j'agisse comme toi... Comment veux-tu que je songe à rester si j'ignore que tu as besoin de moi ? Si tu ne me laisses pas t'aider, être réellement avec toi, quel intérêt pour moi de rester à Chicago ? » Tu devais être fou pour tenter ce que tu faisais mais, petit à petit tu te rapprochais d'elle jusqu'à frôler ses jambes. Tu t'accroupis et affrontas son regard sans flancher. « Peut-être. Si l'on veut de moi, si tu n'as pas besoin de moi, si vivre ici se révèle impossible. » Tu hésitas. « J'ai commencé à faire quelques recherches pour monter un éventuel business de chef à domicile... » C'était mince, une simple main tendue pour lui montrer que tu y réfléchissais sérieusement à une vie « tranquille » ici, tous les deux. Tu espérais que cela serait suffisant car tu n'avais que ça à lui offrir pour le moment. Ça et tes caresses bien entendu. Tu passas lentement ta main contre sa joue avant de la descendre jusqu'à sa main capturant celle qui entourait le poignard pour l'obliger à abandonner les armes... au moins face à toi. « S'il te plaît Astrid. »



You were a star my dear, the brightest in all the skies. but stars burn out my dear, and everything golden dies (⚡️) skyewarrior
avatar
NIGHTINGALE
<b>bavardages</b> 6080 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Jennifer Lawrence
CREDITS : Ordinn. - Alaska - Lexi ♥
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Pro-DG passif


MessageSujet: Re: What now my love... ? || Star   Jeu 8 Déc - 23:24
WHAT NOW MY LOVE ?
star & nightingale

Astrid se demandait parfois si elle n’était pas devenue imperméable aux bonnes choses de la vie. Peut-être que Markus et son psychologue avaient raison : peut-être qu’elle se complaisait dans ce mal-être permanent. Peut-être qu’elle ne voulait pas être heureuse, guérir et redevenir ce qu’elle avait été avec toutes ces aventures. Ou bien plutôt : elle ne le pouvait pas. Comme si sa dépression, sa peine était les seules choses qui la tenaient encore en vie. Le jeu qui était censé lui faire retrouver des sensations ne faisaient que lui rappeler tout ce qu’elle avait perdu à Chicago et tout ce qu’elle était en mesure de perdre. Son frère, son meilleur ami et au fond, elle avait peur de ce qui le lendemain allait arracher de son quotidien. Drathir ? Roman ? Colin… ? Son cœur se serre à cette idée tandis qu’elle prend tête haute les reproches de Star. Oui. Elle était en tort, ce n’était pas pour autant qu’elle n’allait pas se justifier. Elle était comme ça depuis le début, à croire que son supérieur ne l’avait pas assez bien cerné… Ou peut-être trop justement. Si une personne était en mesure d’enlever le venin ce qui spoliait son quotidien : c’était bien lui. Même quand elle se rendit compte qu’il ne parlait pas de ses actions dans le jeu : elle déballait son sac. Puisqu’il voulait parler : elle allait lui donner de quoi argumenter.
God qu’elle détestait ces moments où elle devait se dévoiler, parler de ses actions pour mieux les analyser et voir où elle avait fauté. Les coups qu’elle donnait dans le tronc devenaient progressivement un automatisme : elle ne se rendait même plus compte qu’elle répétait ce mouvement agressif qui témoignait parfaitement la colère qui grognait en elle. Parce que ces sentiments nocifs la rongeaient. Encore plus quand il fit l’éloge de sa meilleure amie.

« T’auras jamais un appel de la morgue, tu sais bien que la mort n’est pas assez miséricorde pour m’accorder une faveur et se montrer pour me prendre dans ses bras et me donner le baiser ultime. »

Un long soupire, frôlant le râle sorti de sa gorge. Astrid aspirait au repos, Nightingale en revanche estimait ne pas en avoir fini avec le jeu, la vie. Tout comme la plupart du temps à Chicago, le garde du corps tenait la barre et permettait à la jeune femme de garder une allure digne. Quand il l’appelle par son prénom, elle lève ses yeux au ciel : vraiment ? Elle avait déjà assez d’ennemis dans ces bois sans pour autant qu’elle est envie de les attirer à Chicago. Elle hoche la tête négativement, peut-être qu’il voulait attraper l’attention de celle qui avait été son Lieutenant. Chaque mots qu’il prononce serre un peu plus son cœur : lui donnant presque la nausée. Le cœur aux bords des lèvres, elle se met à mordre férocement ces dernières pour trouver un quelconque soulagement à ce poids qui élisait domicile dans le creux de ces entrailles. Elle l’aimait… Elle aimait cet homme plus que tout, tellement que cela en était douloureux ! Parce que son esprit se souvenait d’une façon irrémédiable qu’il l’avait laissé seule. Il l’avait abandonné alors qu’elle avait eu besoin de lui.

« Quand j’ai eu besoin de toi… T’étais pas là… » Dit-elle d’une voix brisée : « J’ai pas oublié… Même si je t'ai pardonné. » C’était vrai. Puisque Colin semblait vouloir parler à cœur ouvert. « Alors… Une part de moi est encore trop habituée à se débrouiller par elle-même. »

Elle baisse la tête quand elle le voit s’approcher, elle pose finalement cette question qui lui taraude l’esprit depuis la visite de son frère. La suite la fait doucement sourire, même si cette risette ne peut pas être vue par Colin. En sentant sa main contre sa joue, elle releva sa tête pour affronter son regard. Elle abdique finalement, lâche sa dague pour glisser sa dextre dans le cou de Star avant de l’embrasser. Doucement au début puis plus tendrement, passionnément avant de le pousser pour le faire basculer et l’allonger. Se mettant sur lui, la GAIA se redressa pour pouvoir l’admirer.

« Et si moi je veux de toi… C’est aussi une bonne raison pour que tu restes ? » Souffle-t-elle en passant sa main d’ordinaire de fer dans les cheveux de Star : « Je veux que tu fasses ce qui te rends heureux tu sais ? Même si c’est loin de moi. Bien que l’idée que tu me cuisines des bons petits plats tous les soirs me semble des plus alléchante. » Elle tente de faire un petit peu d’humour. A sa façon. C’était souvent un échec, mais Colin devait avoir l’habitude depuis le temps. « Si cette ville t’asphyxie, si tu ne t’y sens pas bien… Tu es en droit de partir. Cela ne changera en rien les sentiments que je te porte Colin. » Ses mains se font plus aventureuses et trouve finalement un chemin vers sa peau qu’elle caresse doucement avant de chuchoter au creux de son oreille : « Je t’aime. » Puis déposa de tendres baisers dans son cou. Nightingale laissait la place à Astrid. Colin ne méritait pas d’avoir le garde du corps et la redoutable GAIA devant lui. Il n’était pas un CAHO comme les autres. Il valait mieux que ces enfants de catins. Il était son passé, son présent et il serait son futur s’il en a réellement envie. Astrid pouvait s’accommoder d’une vie à deux : elle était prête à commencer cette aventure qui la terrifiait.
darwinsgame.com (c) 2015


it's eating me alive


⋆ why don't you just fuck off and die


It seems that all that was good has died and is decaying in me. Madness is the gift, that has been given to me. @excelsior
avatar
<b>bavardages</b> 389 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Luke Evans
CREDITS : permanentjoy + northern lights
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti DG.


MessageSujet: Re: What now my love... ? || Star   Sam 14 Jan - 21:18
What now my love... ?

Ton visage s'assombrit en constatant la nonchalance de Nightingale face à sa « relation » avec la mort. Tu savais qu'elle était passée un bon nombre de fois proche d'elle et l'avait même pratiquement enlacée lors de sa capture en Irak. On aurait d'ailleurs pu penser que le Darwin's Game et le danger perpétuel qu'il représentait, lui aurait mis du plomb dans la cervelle et rendu plus prudente. Il semblait que ce soit l'inverse et qu'elle considérait la mort comme une vieille amie revêche que la verte paraissait même chercher dans le jeu. Dieu te préserve qu'Astrid ne se mette à agir de façon identique à Chicago... C'était ça qui t'effrayait le plus Star. Tu essayas alors de montrer que tu pouvais la comprendre, mais que maintenant que tu étais là, la jeune femme ne pouvait plus agir comme si elle était encore seule.

L'accusation habituelle ressortit et, peut-être pour la première fois, elle ne vint pas abîmer ton cœur, déjà bien trop secoué par les récents événements et étrangement plus serein maintenant que tu t'étais dévoilé. C'est ce qui te donna entre autre du courage pour l'approcher et tenter de faire céder les dernières barrières qu'elle mettait entre vous.

Tu eus la satisfaction de la faire lâcher son arme et de recevoir un baiser qui éveilla cette chaleur familière qui s'installait dès lors que tu pensais à Astrid ou que vous passiez à l'aspect physique de votre relation. Tu ne comptais plus les bisous échangés et les nuits passées dans les bras de l'autre ; l'essentiel finalement en amour avec la confiance. Brusquement, le contact léger de vos lèvres s'accentua et tu sentis ton ancien lieutenant se coller à toi jusqu'à te faire basculer en arrière. Plus maître de la situation, tu jetas un regard embué par la passion et perdu à la brunette dont la silhouette te surplombait. Tu te fis la réflexion que cela semblait être sa position favorite à partir de l'instant où les choses prenaient une tournure plus sensuelle.
Tu lui souris tendrement et attrapas un moment la main qui parcourait tes cheveux, tandis que l'autre reposait sur sa hanche. « Je ne compte pas te faire faux bond cette fois Astrid, je serai là tant que tu as besoin de moi et je vais te dire un secret, c'est parce que tu penses à mon bonheur avant le tien – comme je le fais pour toi – que je sais que tu es la bonne sweetheart. » Tu accueillis avec joie ses marques d'amour et tâchas d'oublier dans ses yeux et avec sa bouche le corps pâle et fragile que tu avais vu à l'hôpital.  



You were a star my dear, the brightest in all the skies. but stars burn out my dear, and everything golden dies (⚡️) skyewarrior

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: What now my love... ? || Star   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM