Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 dead men tell my tale | quinn
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: dead men tell my tale | quinn   Mer 3 Aoû - 2:35
dead men tell my tale
daredevil vs. ockham
Martin n’était pas seulement un messager efficace, c’était également un véritable conteur, doué dans l’art de tourner une vérité en son complet opposé. C’est ainsi qu’il présentait son dernier combat, comme une victoire. En réalité, c’était une rencontre à sens unique dans lequel il s’était fait sauvagement découpé. Mais à l’entendre, une cuisante défaite devenait une victoire sans pareil qui méritait une place dans le panthéon des combattants du Darwin’s Game. Il rêvait du jour où son nom inspirerait la crainte. Il voulait prouver sa valeur jusqu’au moment où il n’aurait plus à se présenter. Toutefois, s’il était propulsé au rang de chef de guerre dans l’instant, son équipe risquait de ne pas aller très loin. Il était cependant tellement convaincant et convaincu de ses mensonges qu’il parvenait à réellement donner vie à son scénario, et l’excitation qui se faisait sentir dans le ton de sa voix semblait capter toute l’attention de ses trois congénères ATOM qui l’écoutaient.

« Et là, elle se jette sur moi une deuxième fois avec sa faucille, et elle s’attend à ce que je me laisse faire. Je pivote pour l’esquiver, un coup de coude dans les côtes, et voilà, elle est par terre. »

L’excitation dépassait sa voix, et il se sentait obligé de recréer physiquement le combat. Ses mimes maladroits trahissaient un manque d’assurance quand il s’agissait de porter des coups perçants dans le cadre d’un combat. Ses auditeurs étaient des nouveaux joueurs, et il n’était pas réellement inquiet qu’ils remarquent qu’il n’était pas réellement à l’aise au combat. Son regard fut attiré par une silhouette qu’il percevait du coin de l’œil. Il tourna la tête et observa la femme qui se présentait devant lui. Il ne savait pas qui c’était, mais il était persuadé de l’avoir déjà vu auparavant. Une chose était pourtant certaine, elle ne faisait pas partie de la même équipe, car il le saurait. Il se souviendrait d’un visage pareil. Personne ne savait qui c’était, mais pourtant elle était bien là, à quelques pas d’un attroupement d’une équipe potentiellement hostile. Une mauvaise espionne ? Ou une newbie inconsciente ? Peut-être les écoutait-elle depuis longtemps.

« T’es qui, toi ? »

Martin et ses acolytes s’approchaient tranquillement. À chaque fois qu’il était accompagné de gardes du corps, il se sentait plus à l’aise, même s’il savait au fond de lui qu’il ne pouvait pas compter sur ceux-là considérant leur inexpérience. La jeune femme restait muette, et il devait s’attendre à toute sorte de réaction. L’imprévisibilité faisait réellement parti du quotidien à Darwin’s Harbor, et c’était une leçon que Martin commençait à comprendre. Comme à son habitude, et malgré ses récits héroïques et guerriers, il privilégiait tout le temps un règlement de conflit par les mots. Son ton se voulait plus menaçant, alors qu’il glissait très lentement sa main vers le holster de sa cuisse droite.

« Pas d’entourloupe, il est encore temps de faire demi-tour. »

50 places vie 20/20

darwinsgame.com (c) 2015

Invité
Invité


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Mer 3 Aoû - 9:28
Fourrant les mains dans sa veste noire, Daredevil serra les dents en levant les yeux au ciel. Ce n’était pas la première fois qu’elle entendait les récits extravagants de cet ATOM, mais la pilule avait encore plus de mal à passer cette fois parce qu’elle savait qu’il mentait. Elle était là, dans les arbres, lorsque son chemin avait eu le malheur de croiser celui de la joueuse ; alors oui, évidemment, le fait qu’elle ne se soit pas signalée ou qu’elle n’ait rien fait pour lui venir en aide était discutable, mais lorsqu’elle avait assisté à l’exécution brutale et presque immédiate du bleu, elle n’avait pas demandé son reste. Lâche ? Plutôt pragmatique en vérité. Pourquoi prendre le risque de perdre une vie au profit d’un joueur déjà mort ? La CAHO était partie par la suite, non sans avoir profité du spectacle d’un joueur se baignant dans son sang à cause d’une maladresse fatale. Bien évidemment, même si elle n’appréciait guère Ockham, elle ne se réjouissait pas de sa défaite – elle gardait même en mémoire l’image de cette femme, des fois que le destin les réunirait encore. Sauf que cette fois, Daredevil ne lui laisserait pas la chance de s’en tirer sans une égratignure. Et puis, il fallait sauver l’honneur, même celui des alliés.

En dépit de ses bonnes intentions, Quinn perdit rapidement de vue l’essentiel en l’entendant baratiner les newbies sur un combat qu’il aurait soi-disant gagné. Au début elle n’y prêta qu’une attention distraite, attendant que la personne avec laquelle elle avait rendez-vous finisse enfin par se pointer, mais elle l’entendant mentionner une faucille, elle ne put que tendre l’oreille. Et le fixer, sombrement. Quel crétin. Pourquoi fallait-il qu’une grande partie des types au physique appréciable soient dépourvus de la moindre… Sympathie ? Jugeote ? Intelligence ? Elle pinça les lèvres. Il ne pouvait pas avoir que des défauts, après tout. Le jeu devait bien avoir décelé quelque chose de positif chez lui pour l’avoir envoyé chez les ATOM. Non ?

Dans sa distraction, elle ne remarqua pas immédiatement qu’il la dévisageait. Par contre, dès qu’il lui adressa la parole, elle haussa un sourcil presque amusé. En silence, ses orbes noirs le suivirent. Son visage portait encore quelques peintures sombres et verdâtres, vestige d’une exploration en territoire ennemi. Sa capuche encore remontée sur son crâne devait lui donner une drôle d’allure, à mi-chemin entre le glauque et le menaçant, aussi soupira-t-elle en tirant le tissu en arrière.

C’est qu’il montrait les dents, le corniaud. Elle exhala un soupir qui ressemblait davantage à un souffle exaspéré. Elle dévisagea les molosses qui flanquaient le beau-parleur, envisageant brièvement l’idée de les planter là sans mot dire, mais si cette attitude passait chez les siens, l’atmosphère était encore trop tendue avec les ATOM pour se mettre à dos les joueurs. Elle leva les paumes en avant.

« Relax, Max. Si j’avais vraiment voulu t’abattre, je l’aurais fait avec ça. » Elle tapota de l’index la hampe de l’arc dont la corde lui ceignait la poitrine. « On est alliés. Je suis GAIA. » Et c’est là que Daredevil prit le mors aux dents. Alors que Quinn se serait simplement arrêtée là, l’autre désirait mettre cartes sur table dans le fol espoir qu’il morde à l’hameçon. « C’est juste tes belles histoires qui ont le don d’attirer mon attention. » L’éclaireuse jeta un coup d’œil aux environs, haussant une épaule dans un mouvement inconscient. Puisque son rendez-vous avait du retard, elle pouvait se permettre cet écart. « Si tes gardes du corps veulent bien nous laisser de l’espace, j’aimerais bien que tu me montres ce mouvement, là… » Tout en parlant, elle fit passer son arc au-dessus d’elle pour s’en défaire. « … Avec la fille et sa faucille. C’était super impressionnant. T'en fais pas pour moi, je sais encaisser. »

Clairement, son compliment n’était en rien sincère. Mais elle n’allait pas feindre la soumission devant Ockham et ses suivants. Leur nombre n’était là que pour impressionner – et si Dagger ou Faust ne leur avait pas inculqué un tant soit peu de savoir-vivre, elle n’hésiterait pas à le faire. Pour le bien de l’alliance, bien sûr. Ou simplement pour apprendre à Martin que c’était mal de se la raconter… surtout lorsque la vérité était autrement différente. Et si elle perdait ? C’était le risque après tout. Il y avait moins de honte à perdre contre un ATOM que contre un véritable ennemi. C’était tout au plus un entraînement auquel ils allaient se livrer. Un entraînement qui se solderait par la mort de l’un ou de l’autre, mais qui aurait le mérite d’offrir l’opportunité à Ockham de se faire mousser auprès de ses supporters. Allez, le bleu, sois gentil et rends-moi ce service. A moins que ce ne soit Daredevil qui remporte la partie.

50 places vie 20/20


Invité
Invité


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Mer 3 Aoû - 18:04
dead men tell my tale
daredevil vs. ockham
S’il y avait une faiblesse face à laquelle il ne pouvait rien faire, c’était bien de résister à une jolie fille. C’était plus fort que lui, autant IRL que dans le jeu, et il était conscient que cela finirait mal un jour. Le charme était là, entrecoupé à un début de tension lié au danger de mort imminent. Au moment où elle évoqua son arme, Martin fit un pas supplémentaire en avant, laissant ses acolytes derrière lui. Dans cette situation, c’était lui l’Alpha, et il ne devait pas montrer de signe de faiblesse. Si la vision d’un étranger était toujours synonyme d’une montée d’angoisse, elle parvenait à calmer la situation en mentionnant son équipe et en caressant Martin dans le sens du poil. Elle aimait ses belles histoires ? Il en avait d’autres. S’éloignant davantage de ses comparses, il s’approchait doucement de Quinn, balançant la tête en souriant et évitant son regard.

« J’aurais aimé avoir plus que ton attention. »

Une fois rendu à quelques pas d’elle, il releva le menton et arbora son plus beau sourire charmeur qui lui avait tant servi par le passé. Il la dévisageait et réduisait son existence à ses plus bas instincts. Une méfiance délicate était au goût de l’instant. D’un côté, cette jeune femme était très intrigante, mais d’un autre il ne savait pas comment anticiper ses mouvements. Un arc ne faisait pas d’elle automatiquement une GAIA, et Martin n’était pas naïf au point de croire sur parole qu’elle ne le. Bien qu’aucune autre équipe ne se serait aventurée si loin en territoire ATOM, il préférait ne pas lui offrir sa confiance si facilement.

« Laisse-moi te raconter une autre histoire, jolie GAIA... »

Il avait une idée assez précise de la manière dont il pourrait la faire taire. La provocation amenait toujours une vive réaction. La différence avec la vraie vie était que là, Ockham pouvait se lâcher. Arc en main, la menace de la jeune femme ne s’épuisait pas. Elle était là pour se battre et pas pour qu’on lui fasse la cour. Dans la tête de Martin, ces deux activités étaient très semblables, mais l’heure était à la violence. Il fit un pas supplémentaire en avant. Elle l’avait laissé s’approcher aussi prêt, et il n’y avait plus de retour en arrière possible. La tension montait et se faisait sentir au plus profond de son corps. Tout ça avait l’air si réel que cette raideur au fond de lui s’accompagna d’un très léger malaise à la pensée de ce qu’il s’apprêtait à faire.

« … Celle où tu te fais physiquement dominer toi aussi. »

Étant suffisamment proche pour l’atteindre, mais pas assez rapide pour faire parler le feu de son arme, Martin privilégia un abordage plus direct. Il fit basculer le poids de son corps dans son poing droit et tenta d’atteindre le minois de sa nouvelle adversaire. Il ne voulait pas que tout soit réglé trop vite par la poudre, mais préférait apprivoiser le combat et rendre Daredevil folle. C’était un entraînement, et même si l’issue serait la mort pour l’un d’entre eux, il n’y avait pas de raison de ne pas faire durer le plaisir et d’apprécier un rapprochement et une lutte physique. Martin ne regrettait pas de poser le poing sur une femme, et il trouvait même ça revigorant. Pendant le bref instant où son poing serré voltigeait en direction de Quinn, il se sentait vibrer par la force qu'il s'apprêtait à appliquer, et ses yeux en brillaient.


    50 places vie 15/20


darwinsgame.com (c) 2015


Dernière édition par Martin Hadley le Mer 3 Aoû - 18:48, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Mer 3 Aoû - 18:04
Le membre 'Martin Hadley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'DEATH MATCH ' :

Invité
Invité


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Jeu 4 Aoû - 3:06
« Je parie que tu dis ça à toutes les filles. »

C’était plus fort qu’elle ; Quinn leva très brièvement les yeux au ciel en une mimique agacée, se débarrassant au passage de l’arc qu’elle déposa à ses pieds avant de l’éloigner d’un coup de talon – léger, parce qu’au fond elle l’aimait bien cette arme. Le tout fut aussitôt suivi du carquois qui n’allait finalement entraver que ses mouvements. Elle l’avait trop laissé avancer pour prendre le risque de l’attaquer ; contrairement à ce que l’on pourrait penser, son arc n’était pas aussi robuste que celui du Green Arrow. Brièvement, il fut si près qu’elle put deviner les premières rides sur son front, son grain de beauté près de la tempe gauche. Son regard fut pratiquement englouti par les iris bleues, trop bleues de l’ATOM, puis elle vit son poing se lever et son corps répondit à sa place. Instinctivement, son bras gauche se leva pour bloquer son coup droit. Et toujours sans la moindre réflexion, balança sa paume ouverte en plein dans le plexus solaire de l’avocat, lui coupant de fait la respiration, avant d’enchaîner immédiatement sur un direct du gauche. Sans gants, ses phalanges réclameraient plus rapidement grâce, néanmoins elle savait que cette douleur ne viendrait qu’une fois le combat terminé. Tant que son esprit tout entier était focalisé sur les échanges, elle ne s’en rendrait pas compte.

Et contrairement à ce qu’elle pouvait penser du messager, il savait au moins encaisser et esquiver. Bien que fortement perturbé par la violence de ses premiers coups, il parvint à reprendre ses marques, payant au passage sa distraction par une lèvre fendue probablement assaisonnée de trente-six adorables chandelles. Vérifiant ses points d’appui, Daredevil le dévisagea en haussant les sourcils, feignant la surprise avec un sourire mordant.

« Désolée, c’est parti tout seul. Tu disais ? »

Malgré sa fanfaronnade, la jeune femme ancra ses talons dans le sol, se préparant à un second assaut. Et s’il n’approchait pas, elle envisagerait de s’approcher ; ceci dit, vu la fureur qui brillait dans l’océan tempétueux, elle devinait une réplique presque immédiate. C’était presque dommage d’abîmer une aussi belle gueule – sûrement qu’elle le regretterait plus tard, une fois déconnectée et après avoir réalisé qu’elle avait tabassé presque à mort un pauvre type. Mais ce n’était pas le genre de considérations que Daredevil avait. Ce jeu lui tapait bien plus sur la psyché qu’elle ne le pensait.

50 places vie 20/20



Dernière édition par Quinn Saddler le Ven 5 Aoû - 7:27, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Jeu 4 Aoû - 3:06
Le membre 'Quinn Saddler' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'DEATH MATCH ' :

Invité
Invité


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Ven 5 Aoû - 15:15
dead men tell my tale
daredevil vs. ockham
Porter le premier coup à froid n’était définitivement pas la bonne façon de procéder. Martin jugeait ses réflexes trop fébriles pour attendre de recevoir la première claque, et il pouvait au moins compter sur l’effet de surprise pour prendre un avantage rapide dans le combat. Dans ce cas-ci, cela s’était à nouveau retourné contre lui. Il payait sa précipitation par une respiration coupée et une vision troublée pendant quelques instants. Après avoir reçu le premier coup, il se tenait le ventre par réflexe, espérant que la douleur immédiate serait atténuée, mais il n’en était rien. La précision du coup de Daredevil avait été chirurgicale, et Martin allait probablement en être handicapé jusqu’à ce que l’issue du combat soit décidée. Perte de vitesse et douleur à chaque mouvement allaient accompagner la moindre de ses tentatives pour atteindre la jeune femme. Reprenant ses esprits et l’usage de sa voix après avoir eu le souffle coupé, il haleta.

« Très bien. On va voir si t’es si maline. »

Un rapide coup d’œil sur la situation lui permit d’observer qu’elle s’était séparée de ce qui semblait être sa seule arme. Il aurait été facile d’être malhonnête et de ne pas user juste des poings. Martin n’écartait pas la possibilité de laisser l’honneur du combattant derrière lui et de s’autoriser à faire parler la poudre. Si elle était assez idiote pour croire qu’il n’utiliserait pas d’arme à feu, elle risquait de le payer très cher. Il faisait face à une autre psychopathe qui semblait bien plus à l’aise au combat, et la perspective d’essuyer une défaite à nouveau ne l’enchantait pas du tout. Il ne pourrait jamais faire ses preuves s’il perdait match après match. La victoire devenait d’autant plus importante que cette fois, il y avait un public, car les ATOM ne s’étaient pas éclipsés.

Avant d’avoir recours à ses armes, Martin ne voulait pas perdre la face et montrer autant que possible qu’il pouvait s’en sortir à la seule force de ses poings. L’heure était au rapprochement physique, et aussitôt qu’il aperçut une ouverture, Ockham bondit en avant pour tenter un plaquage sur la frêle silhouette qui se dressait devant lui, encore fière de sa première contre-attaque. Il appliqua la force de ses épaules au lieu de se fier uniquement à ses bras et entraina Quinn dans sa chute. Il espérait avoir l’ascendant une fois à terre. Martin tentait de l’empêcher de se relever et avait un semblant de contrôle sur les membres de son adversaire. Il n’avait pas le temps de réfléchir beaucoup à ce qu’il voulait faire, mais il savait qu’investir une demi seconde pour attraper son arme lui coûterait le peu de contrôle qu’il avait sur la furie qui se débattait à terre.

    50 places vie 13/20


darwinsgame.com (c) 2015


Dernière édition par Martin Hadley le Ven 5 Aoû - 17:06, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Ven 5 Aoû - 15:15
Le membre 'Martin Hadley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'DEATH MATCH ' :

Invité
Invité


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Sam 6 Aoû - 0:25
Quinn s’était si souvent battue avec Amadeus ces derniers mois qu’elle en avait oublié ses propres capacités. Si l’ESHU avait régulièrement le dessus sur elle, la jeune femme n’en restait pas moins très capable. Deux années de Krav Maga, couplées à des entraînements intensifs auprès d’un agent de la CIA – bien qu’elle soit encore ignorante au sujet de son affiliation, elle ne se faisait pas d’illusion concernant ses capacités de soldat surentraîné – l’avaient rendue bien plus dangereuse qu’on ne pourrait le croire. Sa différence de poids et de taille ne changeait pas grand-chose dans ce combat, l’impulsivité de l’ATOM finissant par causer sa propre perte. S’il y avait bien une chose qu’elle avait pu apprendre cette dernière année, c’était qu’il ne servait justement à rien de se jeter sur son adversaire. Même si l’on était certain de sa supériorité, des tas d’éléments entraient en ligne de compte. En cas d’incertitude, mieux valait porter un coup décisif dès le départ afin de stopper net le combattant, ou tout du moins de l’handicaper suffisamment pour avoir le dessus. D’où le coup porté au plexus, avec suffisamment de précision pour lui couper la respiration. Un peu plus fort, un peu plus haut, et elle savait d’expérience que le mouvement aurait pu mettre fin au combat avant même qu’il n’ait réellement commencé.

Mais ce n’était pas le but de ce match, même s’il était à mort. Elle voulait déterminer si derrière la presque mythomanie maladive du bleu se dissimulait quelqu’un digne de cette équipe. De ce qu’elle en voyait, malgré une hâte presque vindicative, il n’était pas un mauvais combattant. Par contre, elle peinait à savoir quelles qualités dignes d’un ATOM le jeu avait bien pu déceler chez lui. Cette réflexion se tut rapidement face à la contre-attaque rapide d’Ockham ; elle perdit l’équilibre lorsqu’il la percuta de plein fouet, les envoyant de fait mordre la poussière. Daredevil se débattit, cherchant à glisser ses jambes autour de la taille de son adversaire pour renverser la situation. Si la masse l’incommodait, elle était toutefois accoutumée aux prises de lutte – après quelques secondes haletantes, elle parvint à le repousser, se dressant au-dessus de lui avec un regard bien trop sombre. A cet instant, elle envisagea la possibilité de lui laisser la vie sauve, d’attendre un nouveau round avant d’être fixée sur lui. Néanmoins, lorsqu’elle le vit tendre brusquement les bras, faisant jaillir deux armes d’un mécanisme dissimulé, elle ne perdit pas de temps.

Sans un cillement, elle frappa. Son poing fermé écrasa littéralement la trachée de son adversaire, à l’instant exact où il tournait les canons vers elle. L’un des SIG Sauer fit tout de même feu dans le vide, le coup lui vrillant douloureusement le tympan et la forçant à basculer sur le côté pour en atténuer le choc. Un sifflement suraigu perça le crâne de la GAIA, lui arrachant une grimace de souffrance. Elle resta allongée sur le dos, à bout de souffle et serrant les mâchoires, tandis que la vie s’échappait d’Ockham. Un envol de pixels signala la mort du joueur et, lentement, la foule de curieux se dispersa. La diablesse aurait pu faire de même, mais elle resta simplement là, à fixer le ciel d’un œil hagard. Tout ça pour quoi ? Il n’était pas mort, pas réellement tout du moins, mais ne venait-elle pas d’ôter une vie par pur caprice ? Etait-elle réellement devenue cette femme, au visage peinturluré et perpétuellement dévoré par les ombres ? Lentement, Daredevil se redressa en position assise, guettant l’éventuel retour de l’ATOM. Le bruit cessa progressivement, la laissant seule avec ses pensées tourbillonnantes.

« Ding-dong the Wicked Witch is dead… » marmonna-t-elle avec un brin d’humour macabre, passant une main sur ses traits fatigués.

50 places vie 20/20



Dernière édition par Quinn Saddler le Sam 6 Aoû - 2:36, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Sam 6 Aoû - 0:25
Le membre 'Quinn Saddler' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'DEATH MATCH ' :

Invité
Invité


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Lun 8 Aoû - 16:11
dead men tell my tale
daredevil vs. ockham
Ockham laissa sa place à un Martin complètement haletant, qui reprenait vie dans son vrai corps planté sur un divan en cuir au coin du foyer de son penthouse. Il s’était éveillé en sursaut après avoir vu une autre de ses vies s’évaporer, par la force du dernier coup appliqué par Quinn. Par réflexe, il porta ses deux mains à son cou pour voir si tout était en place, comme pour s’assurer qu’il était bien sorti indemne du mauvais rêve qu’il venait de faire. Après quelques secondes à expirer vivement toute l’air de son corps sous le coup de l’émotion, il se leva brusquement. Il avait tant sué qu’il avait l’impression d’être collé au cuir brun, et s’en extirper devenait une véritable épreuve. Martin était encore en état de choc. Il se tenait la tête et effectuait des grands pas indélicats de long en large de son immense salon. À cet instant précis, une flopée de questions restaient sans réponse ; lequel des deux Martin était-il ? Qu’est ce qui venait de se passer ? Que devait-il faire maintenant ? Pourquoi avait-il tant envie de vomir ? Était-il mort ? Encore une fois ?

« Non, non, non... »

Il sanglotait et maugréait dans sa barbe naissante après une session de jeu de plus de seize heures sans interruption. Il vieillissait à vue d’œil, et plutôt que de se préoccuper de son apparence désastreuse, il tentait encore de comprendre ce qui se passait. Son esprit était en détresse autant que son corps dépérissait. Il venait de perdre une autre vie en n’opposant quasiment pas de résistance. Le cerveau de Martin était encore calqué sur celui de son avatar, et se faire éjecter du DG aussi violement l’avait brouillé au point qu’à cet instant, il peinait à différencier jeu et réalité. Fureur et émotion se mélangeaient, jusqu’à ce que, dans ses mouvements approximatifs, il se saisisse d’une bouteille posée sur une table en coin et la jette du peu de force qu’il avait encore à l’autre bout de la pièce, mouvement qu’il accompagna un cri de colère. Ce geste eu un effet libérateur, et il comprit immédiatement qu’il n’était ni triste, ni apeuré, mais plutôt enragé.

« Encore humilié par une petite conne... Ah oui. Tu crois t’en sortir indemne. »

Comme souvent au sortir du jeu, toute cette agitation sensorielle brouillait sa capacité de réflexion et dictait clairement ses actions. Sans attendre, et par pur excès de colère et de fierté blessée, Martin se saisit de sa tablette à nouveau et glissa ses doigts sur l’onglet enregistré dans son navigateur qui affichait les lettres fatidiques : « DG – Connexion ». En quelques secondes, il était de retour dans le monde source de tous ses malheurs. Il ne voulait pas que Quinn ait l’occasion de partir, il voulait profiter du fait qu’il savait précisément où elle était pour lui donner ce qu’elle méritait. Ce qu’elle méritait ? Martin n’en avait à vrai dire aucune idée. Tout ce qu’il savait, c’est qu’il était blessé, et qu’il avait une arme chargée en sa possession. Il était temps de montrer qu’il savait s’en servir.

Ockham n’avait pas réapparu exactement à l’endroit où sa dernière vie l’avait quitté, mais quelques pas plus loin dans le QG. Il ignorait systématiquement les personnes qui le saluaient pour avancer le plus vite possible vers la bordure extérieure du chantier naval. Qu’elle soit bonne au combat ou pas, c’était une intruse dans un quartier général, alliance ou non. À moins d’avoir une bonne justification pour expliquer sa présence, Martin était prêt à faire parler son arme et protéger l’intégrité de son équipe. S’approchant délicatement, il put remarquer que Quinn était encore là et lui tournait le dos. Le P250 quitta immédiatement son étui et le déclic du cran de sécurité qui s’abaissait résonna. Les deux bras tendus et l’arme alignée en direction d’une Quinn toujours retournée, il se déplaçait d’un pas grossièrement militaire.

« Joli numéro. Maintenant tu m’expliques ce que tu fais là, ou je t’envoie retrouver la version misérable de toi-même de l’autre côté de l’écran. »
darwinsgame.com (c) 2015

Invité
Invité


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Jeu 11 Aoû - 16:21
Il avait suffi d’un rien pour faire basculer une altercation bégnine en combat à mort. L’impulsivité du moment, majoritairement, scella le destin de l’ATOM trop revanchard. Après ça, Quinn aurait pu tourner des talons, s’éloigner, mais elle ne le fit pas. Elle resta là, sachant pertinemment qu’il finirait par se reconnecter. Même si cela signifiait attendre des heures sans but, elle le ferait. Parce qu’elle n’avait nulle part d’autre où aller et qu’au fond, elle ne voulait justement aller nulle part. Son acte la rongeait, distillant un poison délicat dans ses veines dilatées par l’adrénaline, la forçant à considérer l’option que peut-être, oui peut-être, elle était doucement en train de perdre les pédales. Après un temps aussi considérable, le Darwin’s Game pouvait-il changer réellement une personne ? Pouvait-elle imputer au jeu certaines de ses actions, de ses réflexes de survie, alors qu’ils provenaient uniquement d’elle ? Quelque part dans le silence, la voix sombre de Daredevil répondit à cette question : sans ces instincts, tu serais morte depuis longtemps, smartass. Quinn soupira, passant une main sur ses yeux fatigués. Voilà qu’elle se parlait à elle-même, maintenant. Fêlée, dans tous les foutus sens du terme.

« Joli numéro. Maintenant tu m’expliques ce que tu fais là, ou je t’envoie retrouver la version misérable de toi-même de l’autre côté de l’écran. »

Toute à son introspection, elle n’avait même pas entendu le déclic de l’arme ou l’approche peu furtive du bleu. Relevant hâtivement la tête, la jeune femme croisa le canon de l’arme pointé sur sa tête et, derrière, les prunelles folles. Enragées. Suspicieuses. Elle cligna un instant des paupières, se demandant ce qui empêchait précisément l’ATOM de la tuer pour lui rendre la monnaie de sa pièce, puis elle soupira en haussant les épaules.

« Merci, mais tu m’as facilité la tâche. » Non, mauvaise façon de présenter ses excuses, Quinn. « Désolée. » Là, on y venait enfin. « J’attends quelqu’un qui apparemment ne viendra pas. Et savoir que tu fanfaronnais, ça m’a fait sortir de mes gonds. J’aurais pas du. C’est pas vraiment comme ça qu’on maintiendra l’alliance entre nos deux équipes. » Elle se releva avec des gestes lents, essuyant machinalement la terre qui maculait ses vêtements tout en surveillant du coin de l’œil l’arme. « Tu peux la baisser. Je te donne ma parole de GAIA que je resterais sage. » Elle leva ses mains, paumes en avant, pour appuyer ses dires. « Je suis sincère. Je regrette. Si tu veux rétablir les scores, vas-y, fais-toi plaisir. » La verte écarta légèrement les bras, s’avançant d’un pas pour que le métal froid morde le derme brûlant de son cou. Elle pencha la tête sur le côté, vrillant ses prunelles sombres sur ses traits tirés par le dilemme qu’elle lui opposait. « Ou on peut essayer de trouver quelque chose à boire, repartir de zéro ? » Elle releva le menton, effleurant distraitement l’arme. « Daredevil. Éclaireuse GAIA. »

C’était une tentative dérisoire de faire table rase, mais cela pouvait tout de même fonctionner. Ils n’avaient aucun intérêt à persister leur hostilité mutuelle. Et même si elle n’était pas prête à l’avouer au bleu, sa démonstration l’avait intriguée. Il avait la force, mais il manquait d’adresse ou de distance dans ses mouvements. Avec un peu d’entraînement, il n’aurait plus besoin de maquiller ses défaites en victoires. Ce serait sa façon de se faire pardonner. Ça, et le jour où elle aura remis la main sur la CAHO qui l’avait abattu sauvagement ; si elle parvenait à l’abattre, elle aurait au moins vengé l’honneur d’un allié. Progressivement, elle baissa les mains pour les fourrer dans les poches de sa veste.

« Alors, qu’est-ce que ce sera ? »

Le pardon ou la vengeance ? Etait-il déjà tombé aussi bas ? Elle croisa ses orbes bleutés, probablement taraudés par le doute. Elle ne lui en voudrait pas s’il décidait de prendre son dû ; Daredevil subirait la perte sans complainte. Néanmoins, elle espérait que la légendaire humanité des ATOM la sauverait quelque part. Parce que si l’un d’eux n’était pas capable d’effacer son ardoise, alors elle était encore plus foutue qu’elle ne le pensait.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Jeu 11 Aoû - 18:43
dead men tell my tale
daredevil & ockham
Cette fois, il n’y avait plus de tergiversation possible. Martin était si proche que même lui, dans son approximation et sa maladresse extrêmes, ne pouvait pas manquer sa cible. Une pression sur la gâchette, et il enlèverait une vie. Il n’en avait aucune envie, mais ce serait un geste libérateur. À ses yeux, l’état de la situation était très plaisant. Il avait le pouvoir sur l’issue des choses, et c’était ça qu’il aimait plus que tout dans ce jeu. Soutirer une vie n’était qu’un passage obligé, alors qu’entendre la potentielle victime gémir était enivrant. Toutefois, Quinn ne gémissait pas. Elle offrait une sorte de paix qui, somme toute, n’était pas pour lui déplaire. Il avait perdu une vie, mais c’était dans le cadre d’un exercice consentant de combat qui n’aurait pas de répercussions autre que de blesser une fierté déjà ébranlée. Une exécution à bout portant avait une portée hautement plus symbolique et pouvait apporter à l’un et à l’autre des problèmes qu’ils ne voulaient pas s’attirer. Il eut un petit rire nerveux et baissa son arme.

« C’est bon, on oublie. »

Martin aurait été idiot de garder une rancune contre ce qui semblait être une alliée. Si elle était si forte, peut-être qu’il valait mieux l’avoir dans son camp plutôt que face à soi. Il remit le cran de sécurité en place avant de ranger son arme dans le holster qui pendait sur sa cuisse. Si elle tentait autre chose, son mécanisme d’armes aux poignets était toujours en place et moins d'une seconde était nécessaire pour l'activer. Il était blessé autant dans son honneur que dans ses principes, et cela le rendait quand même méfiant ; il était tombé sous les coups d’une deuxième fille en apparence fébrile, mais qui s’avérait très agile de ses poings. C’était la deuxième fois en quelques jours, et il était temps que ça s’arrête. Mais au-delà de sa perte de vie, il n’y aurait pas de retombées. Pour l’instant, l’heure était à la réconciliation. Il se saisit de sa douce main et serra, pour officiellement entériner la paix autant que leur première rencontre.

« Ockham. Un vrai plaisir. J’ai toujours pensé que Daredevil était un homme. Peut-être que c’est moi qui suis aveugle dans cette histoire. »

L’humour était sa forme d’approche la plus convaincante. Sauf que d’habitude, la guerre venait après les blagues. Elle voulait boire ? Parfait. Joli fille et alcool était la combinaison qu’il préférait. Sauf que là, il n’était pas totalement dans son élément ; ça n’était pas le Martin beau et fortuné qui emmenait une conquête au barbecue chez Michael Jordan le dimanche, mais plutôt le Martin sale et faible qui se faisait dominer par une demoiselle pas assez grande pour monter dans les manèges de Disney World. Il ne pouvait pas non plus lui offrir un verre de son meilleur Macallan. À la place, ils devraient tous deux se contenter de la piquette qui circulait à Darwin’s Harbor. Il avait une flasque dans la poche intérieure gauche de sa veste, principalement en cas d’urgence médicale, mais aussi pour ce genre de rencontre. Martin la retira de son habit, la déboucha puis la présenta à hauteur de visage, avant d’en siffler une gorgée. Au diable les principes de galanterie, elle venait de lui ôter une vie. Il se dirigeaient vers un tronc qui ressemblait vaguement à un banc, et il lui offrit la flasque.

« Fais en sorte que Dagger n’apprenne jamais ce qui s’est passé ici ou je risque de perdre plus qu’une vie. »
darwinsgame.com (c) 2015

Invité
Invité


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Ven 12 Aoû - 2:37
Pendant une atroce minute, le monde de Daredevil se réduisit à cette scène qu’ils partageaient. Elle crut lire dans les prunelles de l’ATOM une réelle hésitation ; pressera, pressera pas ? La poignée de secondes s’étira, gagnant en intensité et en oppression jusqu’à ce qu’il éclate d’un rire nerveux en abaissant son arme. Discrètement, la verte laissa échapper un soupir soulagé, tendant sa main vers lui histoire de formaliser leur trêve. La remarque lui arracha finalement un sourire presque espiègle, évacuant la pression de ces derniers moments. D’un geste machinal, elle repoussa une mèche noire échappée de sa queue-de-cheval, la coinçant derrière son oreille.

« Ockham. Un vrai plaisir. J’ai toujours pensé que Daredevil était un homme. Peut-être que c’est moi qui suis aveugle dans cette histoire. » « Tu ne te bats pas si mal, pour un aveugle. »

Elle remua la tête en signe d’assentiment. Fourrant ensuite les mains dans ses poches, Quinn le détailla pendant qu’il sortait une flasque de sa veste – comme un magicien aurait fait surgir un lapin de son haut-de-forme. Son œil capta le reflet métallique lorsqu’il la souleva pour en siffler une gorgée, se mettant lentement en mouvement. Le fait qu’il accepte sa présence avait apaisé la tourmente dans laquelle Daredevil menaçait de s’abîmer. Tout n’était pas pardonné, rien n’était effacé, mais au moins pouvait-elle espérer une sorte de rédemption pour ses actes. En dépit de sa bonne volonté, ses souvenirs des fanfaronnades du bleu ne cessaient de lui revenir en mémoire ; il n’était pas dans ses habitudes de taire ses opinions, même si elle savait qu’elle avait commis une erreur plus grave encore. Parvenant à un tronc d’arbre renversé, elle s’y appuya du bout de sa botte de combat, tapotant l’écorce et la mousse avec un brin de nervosité. Du bout du bras, il lui tendit le récipient et elle s’en saisit sans hésiter, prenant une longue rasade avant de grimacer. Vivement que quelqu’un apprenne à faire de l’alcool décent ici, parce que ce tord-boyaux finirait par avoir la peau de quelqu’un. Malgré tout, elle se servit une deuxième fois avant de lui rendre la flasque, se laissant choir à ses côtés. L’adrénaline se dissipant, elle commençait à sentir quelques raideurs dans ses muscles ; c’est pour éviter ce genre de désagrément que tous les instructeurs recommandaient des échauffements avant un combat. Les gestes fusaient parfois si promptement que seuls les réflexes parvenaient à éviter une mort certaine.

« Fais en sorte que Dagger n’apprenne jamais ce qui s’est passé ici ou je risque de perdre plus qu’une vie. » Cette fois, Daredevil eut un rire aigre. Elle balaya l’air de sa main gauche, s’appuyant avec la droite sur l’écorce rugueuse pour étirer son corps vers l’arrière. « Dagger et Isaÿr seraient capables de nous faire payer ça au centuple. Tu gardes ça pour toi, et je ferais de même. » Ses doigts effleurèrent ses lèvres, mimant un geste de fermeture, un tour de clef dans la serrure. Elle envoya ensuite ledit objet imaginaire en arrière, assurant son silence à l’ATOM. « Tu sais que t’aurais pas besoin de raconter autant de conneries si tu t’entraînais un peu ? » Le chat était sorti du sac. Abruptement, sans prévenir ; sans méchanceté non plus. Elle avait constaté un fait et le lui rapportait. « Tu as du potentiel. » Sa tête se balança sur le côté. « Mais si tu préfères t’illusionner, c’est toi qui voit. »

Elle tendit les doigts vers la flasque, ses prunelles coulant jusqu’aux siennes. Quinn était sincère sur le potentiel qu’il recelait, même si ce dernier était brut. Elle n’avait sans doute rien d’un mentor, mais ça ne l’empêchait pas de déceler la force de son adversaire et elle avait eu plus que l’occasion de le jauger. Relevant le menton, la jeune femme se tourna à demi vers le joueur, croisant distraitement les jambes sur son pantalon-cargo.

« Ça fait longtemps que tu joues ? »

Autant tenter d’en apprendre davantage sur lui. La force ne faisait pas tout chez le combattant. Et elle n’allait pas lui proposer de le former si elle savait par avance qu’elle ne s’entendrait pas avec lui.


Dernière édition par Quinn Saddler le Mer 17 Aoû - 23:44, édité 1 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   Mer 17 Aoû - 18:44
dead men tell my tale
daredevil & ockham
Leur relation avait débuté sur de l’action sanglante, mais maintenant Quinn semblait plutôt relax. Martin aurait beaucoup de mal à convaincre un observateur externe que cette demoiselle avait l’étoffe d’une gladiatrice briseuse de glottes. Elle buvait, faisait des blagues et semblait complice, alors que sous cette apparence se cachait une violence maitrisée. À l’observer, Martin était satisfait de n’avoir pas appuyé sur la gâchette et d’avoir évité de se faire une nouvelle ennemie. Peut-être étaient-ils destinés à aller loin ensemble. Les premières impressions sur la Quinn amicale étaient bien plus agréables que la Quinn ennemie, même si elle buvait beaucoup trop à son goût. D’un autre côté, elle était drôle, et ça compensait largement. Il avait toutefois de la difficulté à croire qu’il ne se battait pas si mal. Il aimait les compliments, mais il était loin d’être dupe ; il n’était pas bon combattant, c’était un fait prouvable par la seule force des nombres et du cumul des défaites. C’était un coup psychologique important. La population de Darwin’s Harbor valorisait tellement le combat qu’il était difficile de prouver sa valeur autrement. Néanmoins, hors de question de perdre la face.

« Si j’avais eu les yeux ouverts, je t’aurais battue. »

Ils s’entendaient pour garder leur épisode de violence secret. En règle générale, Martin essayait d’éviter de partir une relation sur des cachoteries, mais cette fois ils étaient tous deux plongés dedans, à égale contribution. La chute de l’un entrainerait la chute de l’autre, et personne n’avait envie d’arriver là. Que le bruit coure qu’un match à mort avait eu lieu entre deux joueurs supposément liés par une entente officielle ne pouvait rien apporter de profitable. Aussitôt cette complicité assurée et leur problème passé en arrière-plan, la conversation se centra sur lui. Martin racontait des conneries ? Impossible.

« On se connait depuis dix minutes seulement. T’apprendras bien vite que la connerie fait partie de moi. »

Il ne le pensait pas une seconde, bien évidemment. Humour était le maitre mot. Connerie ne l’était pas. Presque tout ce qu’il faisait était calculé, et rien n’était laissé au hasard. L’estime que Martin avait de lui-même l’empêchait de se traiter de con, car il était persuadé d’être toujours parvenu à ses fins par sa seule force stratégique, et il se disait qu’un con n’aurait jamais réussi cet exploit. Parfois, c’était au détriment des autres, parfois non. Ça n’était pas un con, mais un salaud tout au plus. Reconnaître qu’il avait du potentiel était un grave euphémisme. Bien sûr qu’il en avait. C’était le grand Martin. Gourou des manigances et tombeur de ces dames. Il avait le potentiel d’être un bon combattant. Il avait le potentiel d’entretenir plusieurs femmes à la fois. Il avait le potentiel de donner des enfants aux yeux bleus. Il avait le potentiel d’être président des États-Unis. Il avait le potentiel d’être un stratège militaire sans égal. Rien n’était hors de sa portée, et il était temps que le monde s’en rende compte. Il faudrait toutefois que Martin réalise qu’Ockham n’était qu’une pâle copie de ce qu’il pouvait être dans la vraie vie.

« Évidemment que j’ai du potentiel. Tu doutes que je puisse te battre ? Dans un cadre différent, tu aurais été très surprise. »

Sa mauvaise foi n’était pas nocturne ; avec lui, c’était tout le temps. Son enchainement de défaites en match à mort n’était pas le fruit du hasard. Il avait juste de la difficulté à admettre son infériorité et persistait à vouloir prouver le contraire. Tout au long des épreuves de sa vie, Martin n’avait jamais été autant démuni. Cette pensée lui commanda de boire, encore et encore. Il aurait donné cher pour être au club en ce moment. Se reconnecter si vite après le combat n’avait probablement pas été son idée la plus brillante du jour. Il devrait apprendre à contrôler l’adrénaline et à redonner la prise de décision à son cerveau. Il aurait réellement pu profiter d’une pause loin de cet enfer. Maintenant, il devrait attendre de mourir à nouveau pour sortir, mais cela risquait d’arriver plus vite que prévu. Elle voulait savoir si ça faisait longtemps qu’il jouait. Martin aurait voulu ouvrir grand les yeux et fixer Quinn d’un regard livide et lui crier « PLUS DE 24 HEURES D’AFFILÉE. PLEASE KILL ME » mais il n’en fit rien.

« Assez longtemps pour vomir quand je me déconnecte. Pas assez longtemps pour battre les gamines comme toi en match à mort. Toi ? »
darwinsgame.com (c) 2015

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: dead men tell my tale | quinn   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM