Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 ORPHANS + ALESSIA & CECILY & KADEEN
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 318 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : RAMI MALEK
CREDITS : LLYRIA / NEON DEMON
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: ORPHANS + ALESSIA & CECILY & KADEEN   Jeu 4 Aoû - 21:58
La moquette de la suite stresse le garçon. Ses yeux légèrement globuleux fixe le duvet rugueux. Sans bouger et sans se méfier, Kadeen n'arrête pas de se demander s'il avait bien fait de choisir ce pourpre là. Celui qui envahit sa chambre envahit également le reste du palace. La fréquence de l'Alexandria est en chute libre. Les derniers événements, notamment les émeutes, en ont fait un royaume fantôme. Et il est seul, toujours, à occuper le dernier étage. Par moment Marlow occupe cet endroit. Elle comble le vide avec son bel aura. Assis sur le lit, il ne peut s'empêcher de taper du pied tel un vulgaire Panpan. Ses cils battent nerveusement comme les battements d'ailes d'un papillon. Il se perd silencieusement dans des songes qui l'apaisent. Et que peut-il faire d'autre ? Sans famille et sans amis ?Sans client et sans amante ? C'était une forme de liberté qui fallait savoir apprécier. Et lorsque les soucis financiers venaient encombrer son esprit déjà bien envenimé, il lui suffisait de se connecter sur ce jeu intriguant pour explorer, assassiner et retrouver la sérénité.

L'égyptien ne s'attend pas à entendre le téléphoner retentir. Dring dring. C'est le seul signe de vie dans cette pièce si spacieuse et dans cette symphonie aussi creuse. Il lève la tête sans se soucier de qui cela pouvait être. Est-ce qu'il doit répondre ? Certainement. Il se redresse à l'aide de ses poings avant de se diriger vers le combiné. La voix lui est familière et elle lui annonce quelque chose comme une urgence. Kadeen prend son temps mais il descend. C'était la réception, l'homme lui avait dit que c'était pour lui et que ca sortait de l'ordinaire. Puis en prenant les quelques marches, il voit la figure déjà bien connue. Celle de Cecily. Visage enfantin qui avait du mal à vieillir à cause de ses nombreux souvenirs. Ca a eu le don de lui décocher un sourire. Pas d'amis certes, mais ceux qui viennent de l'enfance sont-ils réellement des amis ? Puis Cecily, elle était avant tout une membre de la famille. La moins folle, la plus saine aux yeux du brun.
Il la rejoint. Il remarque en son ombre déjà bien juvénile, la silhouette étrangère d'une blonde fragile. L'éclat du rictus se rend volatile et il ne peut faire autrement que de scruter l'apparence de ces deux fille-là.

Dis-moi.

Dis-moi ce qu'il s'est passé, dis-moi si je peux t'aider. Dis-moi qu'est-ce que je peux faire. Il n'arrive pas à se retenir, s'abstenir de reluquer du coin de l'oeil cette poupée blonde. C'est peut-être un air commun qu'il reconnaît chez elle mais il ne saurait expliquer le pourquoi elle est ici, avec Cecily.
Il ne se doute pas que cette fille est victime du même fracas que lui. Deux orphelins issus du même assassin.



Little Darlin' of my life, you keep movin' cross my mind. You gave me a sunny day,  now it looks as if I'll pay. Why do they say... Bluebird is dead? I can still see her, touch her, my Bluebird.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: ORPHANS + ALESSIA & CECILY & KADEEN   Jeu 11 Aoû - 15:42
Quelle était sinistre, à repérer les restes des autres. Il y a quelques semaines de cela, vêtue de noir, elle était venue assistée à l’enterrement d’un inconnu, jouant au jeu des condoléances, des regards attristés que certains portés tandis que d’autres portaient en deuil un sentiment bien plus personnel et approprié à la relation les ayant unis au défunt. Elle, de son côté, avait un but précis, celui-ci portant de longs cheveux blonds se détachant du reste. Elle s’était approchée à la fin de la cérémonie, l’avait recueillit avec bienveillance. Non pas un grand geste de générosité, jamais totalement désintéressé sans pour autant être dans l’insanité. La Comstock n’était pas dénuée de sentiments, de ressenti, elle les avait pris dans ses bras, ses cadets, les avaient vu se ramasser à vélo dans une pente, s’était précipitée vers eux. C’est toujours différent lorsqu’on partage la chaire, il faut l’avouer. Alessia Conti, c’était un autre scénario, galeux en rapport avec le fric, curieusement maternel de par le comportement. Cee ne serait jamais mère, et si un jour elle l’avait été, elle n’aurait pas été de celles mettant leur progéniture sur un piédestal. Alessia avait besoin d’apprendre, de protection et elle apprendrait ses leçons par les faits, aussi durs semblent-t-ils.

Elle en savait beaucoup trop sur quelqu’un qui ne savait rien d’elle et pourtant lui faisait confiance, dû moins, assez pour ne pas désirer passer la nuit dehors. La meilleure solution, le refuge idéal, le mieux concerné était sur leur chemin, sur lequel elles se rendaient. C’était avec hâte, d’un pas rapide qu’elle tambourinait le macadam, jetant de temps à autre des regards par-dessus son épaule. On lui ouvrit avec élégance la porte, elle remercia d’un bref signe de tête qui s’accompagna d’un sourire. C’était un lieu luxueux qui avait en résonance le nom de « maison » quelque part. Elle demanda le concerné à la réception, s’appuyant avec patience sur le comptoir, regardant autour d’elle afin d’admirer son œuvre avant d’esquisser un sourire en apercevant Kadeen. Pas besoin de parler, la question fila aussitôt ce qui eut le don de lui arracher un sourire amusé tandis que ses ongles tapotaient la surface lisse de la réception.

« Hey. Contente de te voir, je vais bien, merci, je sais que j’ai bonne mine, j’ai pris le soleil dernièrement, paraît que ça se voit. Et toi? » Les affaires n’empêchaient pas la politesse, mais elle n’en tenait jamais rigueur, en tout les cas, pas lorsque cela le concernait, ils étaient bien trop proches pour s’arrêter à ce genre de choses. « Je viens te présenter une orpheline. » Elle appuya le dernier mot, le fixant avec intérêt, avant de saisir avec douceur le bras de la jeune fille afin qu’elle s’approche sans crainte. « Alessia Conti. » Dit-elle en haussant un sourcil, la commissure de ses lèvres s’étirant. « Peut-être que l’on devrait discuter dans un endroit plus calme, non? Je t’avoue qu’un verre, quelque chose, serait pas désagréable. » Autrement dit : ne parlons pas dans l’entrée, ça ne regarde que nous.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: ORPHANS + ALESSIA & CECILY & KADEEN   Dim 14 Aoû - 20:26
Les cris, le sang qui devait gicler, les coups de feu… Même si elle n’était pas présente lors de la fusillade qui aura eu lieu dans laquelle beaucoup de membres de sa famille sont décédés, dont son père, Alessia ne pouvait s’empêcher s’empêcher de les imaginer, d’y penser. Son père avait été tué de sang-froid, la laissant seule dans cette jungle encore inconnue qu’était Chicago aux yeux de l’adolescente. Elle avait passé ses premières nuits auprès d’une amie, sachant impertinemment qu’elle ne pourrait indéfiniment la déranger. Retourner chez elle ? Hors de question. Elle se souvenait encore des conseils de son père, de ces moments durant lesquels il lui rappelait que si quelque chose devait lui arriver, leur demeure devrait être le dernier endroit dans lequel elle devrait aller. Alors elle n’y est pas allée. Trop apeurée, trop nerveuse, trop stressée. Elle avait peur pour sa vie, pour ceux des quelques proches qui lui restaient. Puis elle a organisé l’enterrement de son père. Quelque chose de blanc, de propre, de simple. N’ayant pas vraiment d’expérience dans le milieu, ni même l’envie de devoir lui dire au revoir, elle l’avait fait. Pour sa famille. Pour sa famille, pour les ‘employés’ de son père qui devaient maintenant compter sur elle. Mais elle était trop jeune, trop sensible, trop fragile pour prendre la relève et gérer tout ce trafic que son père avait créé.

Puis, à l’enterrement, elle avait rencontré cette femme. Cecily. Son visage lui était inconnu, mais la personne, l’âme de la personne qui se trouvait derrière celui-ci lui paraissait généreuse, adorable, protectrice. Alors elle l’avait laissé parler, lui expliquer les choses. Puis elle l’a laissée la prendre sous son aile, la suivant silencieusement et courageusement dans les rues de Chicago, se pensant en sécurité avec la jeune femme.

Elle l’a suivie, Cecily la prévenant qu’elle avait une personne importante à lui faire rencontrer sans pour autant lui donner trop de détails. Puis elle était entrée dans ce palace au côté de la jeune femme, les bras dans le dos, totalement timide, silencieuse, curieuse. Elle ne lui faisait pas pleinement confiance, bien sûr que non, elle se méfiait quand même un peu. Parce qu’elle savait qu’on ne pouvait faire confiance à personne dans l’univers dans lequel son père travaillait, parce qu’elle savait qu’elle finirait par devoir prendre les rênes et qu’elle serait la cible de nombreux ennemis de son père.

Se tenant dans l’accueil, elle se trouvait aux côtés de Cecily qui s’appuyait sur le comptoir. Elle, en revanche, osait à peine le frôler. Elle regardait et détaillait cet homme du regard. Il voulait savoir qui elle était, ce qu’elle faisait là… Elle laissa la femme à laquelle il s’adressait prendre la parole, restant silencieuse, les écoutant attentivement. Une ‘‘orpheline’’, c’était de cette façon qu’elle l’avait appelée, et elle n’avait pas forcément seule. Elle avait tout d’une orpheline : elle était faible, seule, elle avait perdus ses parents.

Puis elle laissa Cecily lui prendre doucement le bras pour lui la présenter, la jeune blonde le saluant d’une petite voix, son visage toujours marqué par les pleurs, les petites crises qu’elle avait eues. Puis elle les avait suivis, sans un bruit, sans un mot dans cet endroit calme où les deux amis pourraient parler tranquillement, sans être écoutés, espionnés, vus. Alessia ne comprenait presque rien à ce qui était en train de se passer mais elle se doutait que ça devait être sérieux et qu’elle n’était sûrement pas là pour rien.
avatar
<b>bavardages</b> 318 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : RAMI MALEK
CREDITS : LLYRIA / NEON DEMON
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: ORPHANS + ALESSIA & CECILY & KADEEN   Sam 20 Aoû - 21:43
Planté devant cette amie qu'il ne connait que trop bien, il demeure obnubilé par la présence étrangère d'une poupée fébrile. Les traits fins et la silhouette gracile, elle a tout d'une enfant. Il veut savoir et c'est sans délicatesse qu'il demande à Cecily. Celle-ci s'en amuse jouant les bonnes politesses. L'Egyptien reste de marbre. Il peut faire des efforts pour ces clichés de société, ces trucs qu'ils ont besoin pour se sentir apprécié mais en réalité, il s'en foutait. La brune était devant lui avec ses deux jambes et ses deux reins, il avait supposé que tout allait bien. Il aurait roulé les yeux vers le ciel s'il ne cherchait pas à comprendre ce tandem de femmes. Ses cils battent nerveusement une nouvelle fois, le laissant trop de fractions de secondes dans le noir. Au mot « orpheline », il détacha son attention pour le poser soudainement sur sa camarade. Il avait cet air de « t'es sérieuse ? ». Et face à sa réaction, il ne pouvait que contempler de nouveau ce minois de princesse. Alessia Conti s'avance et Kadeen note une pointe de maladresse certainement du à l'âge. Elle le salue. Il l'ignore. Pire, il sert les dents.
Il pivote sur lui même et se dirige vers le fond.

Venez.

Il est déjà en chemin. Alors que ses jambes provoquent ces mouvements mécaniques, son esprit bouillonne. Le nom n'est pas anodin. Ils traversent le restaurant et le prince des lieux crie son caprice. De toute façon il n'y a personne à cette heure là. Des diabolos violettes et du vin. Conti, ce n'est pas anodin. Ils sortent, dans ce petit jardin encadré par des murs immenses. Fausse pelouse mais grosse verdure. Des palmiers californiens aux cactus mexicains. Tout est bon pour donner l'illusion aux riches occidentaux qu'ils sont en Egypte. Conti putain.
Ils s'asseyent, pas loin de la fontaine. Quand c'est important, quand ça empeste l'urgence, Kadeen se tasse près de la chute d'eau. Le bruit couvre leur voix. Leurs verres viennent vite. Le vin, il est pour Cecily. Le diabolo violette, il est pour Kadeen mais aussi pour Alessia. Alors quand il glisse le verre devant elle, il guette sa réaction. Il ne pipe mot. Il a fallu attendre une lumière tamisée pour capter la ressemblance frappante entre la petite blonde et celui qu'il surnommait le loup. Alvaro Conti. Orpheline. Ce mot le fait trembler et Cecily le sait pour l'avoir usé. L'homme a vu ses parents se faire massacrer à cause des folies passagères d'un frère irresponsable. Est-ce qu'on peut dire de lui qu'il est orphelin ? Non, c'est un enfant abandonné par la lâcheté et le tiraillement d'une fratrie meurtrie.
Il a pris son visage dans le creux de ses mains à croire qu'il est déjà fatigué de ce schéma répété. Et encore, il ne sait nullement la suite qu'il devrait redouter.

Je ne savais pas qu'il avait une fille.








Little Darlin' of my life, you keep movin' cross my mind. You gave me a sunny day,  now it looks as if I'll pay. Why do they say... Bluebird is dead? I can still see her, touch her, my Bluebird.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: ORPHANS + ALESSIA & CECILY & KADEEN   Mar 23 Aoû - 16:06
Tel un protocole bien réglé, elle suivit le maître des lieux, habituée à l’ambiance, au style architectural de l’hôtel. Malgré les rénovations, quelque chose y régnait toujours, qu’importe les années ou les propriétaires. Venant s’asseoir à l’extérieur, elle prit le temps durant l’allé de jeter certains coups d’œils en direction d’Alessia. C’était une jeune fille, elle pouvait survivre de la réception jusqu’à l’extérieur sans elle, mais Cee avait le sentiment qu’il y avait un long chemin à faire, avant qu’elle ne puisse comprendre l’ensemble de ce que la mort de son père impliquée. Dans un sens, une part de naïveté ne la dérangeait pas, cela fluidifiait les échanges.

« Aye. Et elle est devant toi. » Lâcha-t-elle, afin de faire perdurer la pertinence de ce dialogue, portant le verre à ses lèvres. « Il se pourrait que vous soyez davantage liés que vous le pensez. » Elle lâche une piste, comme on balance un caillou dans l’eau pour y faire un mauvais ricochet. Dire les choses brutalement ne servent à rien, d’autant moins face à Kadeen. Sans pour autant tourner autour du pot, elle aimait préparer son esprit, le faire travailler, car sans en dire plus, il avait souvent la justesse de deviner aisément où elle voulait en venir.

Se tournant vers la blonde, elle se racla la gorge, esquissant un rapide sourire. « Alessia. » Attendant d’avoir son attention, elle esquissa un sourire. « Tu sais qui est responsable de la mort de ton père? Sur qui va venir se reposer les responsabilités? » Jouant aux devinettes avec l’un et l’autre afin que la conversation et les révélations se fassent d’elles-même, elle s’enfonça dans sa chaise, comme pour se mettre en retrait de la conversation. Il fallait que l’un comme l’autre face un effort de toute manière, elle n’allait pas parler tout le long pour faire des politesses.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ORPHANS + ALESSIA & CECILY & KADEEN   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM