Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 RESPIRE. (Hazel)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: RESPIRE. (Hazel)   Dim 7 Aoû - 14:52
RESPIRE.
Céleste & Hazel.



C’est plus possible.

Me dit la voix.

J’en peux plus.

Hurle-t-elle dans mon crâne.

Je vais me casser d’ici avec eux. Et fuir. Bien loin. Loin d’ici. De tout ça. De ce bordel géant. De ce suicide virtuel.

Mes doigts cherchent le poignard caché dans mon pantalon avant de le saisir fermement. J’ai le cœur fébrile et les pieds qui écrasent la boue comme j’aimerais écraser ces idées. Je sens quelque chose remonter dans ma gorge – c’est un cri. Un cri que je lâche dans l’immense forêt réveillée ; effrayée : des oiseaux s’envolent au même moment. Ma main encore libre trouve un tronc dans lequel je plante plusieurs coups de couteau, comme pour tout évacuer ; sur le bout de l’acier glisse une décharge invisible qui n’est rien d’autre qu’un tas d’émotions refoulées. Dégueulasses.

Essoufflée. Complètement essoufflée. Autant maintenant que tous les jours, autant physiquement que psychologiquement. Je lève les yeux au ciel en sentant des larmes prêtes à s’écrouler sur mes joues. Ma salive a le goût amer du mensonge et pourtant je me persuade que c’est juste le goût de la peur ; même là je me voile la face. Mes yeux se posent sur l’objet planté dans le bois et je le retire avant de promptement le lâcher en sursautant : j’ai cru voir du sang de nouveau couler dessus.

Et j’ai vu juste.

C’était bel et bien du sang.

Sauf qu’il n’est pas rouge et qu’il colle. La sève léchait ma lame sous une forme de complainte muette.
Je recule de plusieurs pas avant de décider de laisser l’arme au sol et m’en aller.

Puis courir.

Courir.
Courir.


Je sens mes poumons brûler.
Mais ce n’est pas réel.

Je sens mon cœur pleurer.
Y’a rien de plus vrai.

Je dois interrompre ma folle course contre moi-même lorsque mes pieds touchent quelque chose de liquide. Je frissonne avant de baisser le regard et voir de l’eau. Je réalise enfin que je courais sans même regarder, j’avais les yeux ouverts mais la vue fermée ; j’ai le cœur qui bat mais l’âme crevée.

« Pff… » Je lâche. « Vous êtes forts vous. » Je dis un peu plus fort. « C’est beau votre truc, mais j’sais bien que tout ça, c’est que du faux ! » Je crie. Mes mains sont levées vers le ciel avant que je ne réalise que je deviens complètement folle. Alors je commence un peu à marcher autour du lac, complètement égarée.

Puis quelque chose attire mon attention.

Un liquide pourpre. Une longue trainée d’hémoglobine qui teint le lac d’un carmin qui me donne l’envie de partir. De fuir à nouveau. Bien loin. Très loin de ce monde, de cette violence et de cette odeur de mort omniprésente.
Mais, au loin, j’arrive à discerner une chevelure blonde et ces quelques bribes d’humanité arrivent à me rappeler que, là, devant moi, quelqu’un a besoin d’aide. Comment espérer sauver qui que ce soit si je n’arrive pas à surmonter cette envie de fuir au moindre conflit ?

T’es vraiment conne.

J’me dis au moment même où je m’empresse d’enlever quelques affaires avant de sauter à l’eau.

T’as les jambes qui tremblent et les genoux qui se cognent.

J’me dis lorsque j’essaie de nager pour aller rejoindre la silhouette.

Si ça se trouve c’est un piège. Et hop, une vie en moins pour l’imbécile !

Je saisis la personne par le poignet avant de réussir à passer un bras au-dessus du mien. Puis je nage. Je nage. Je nage. Mon souffle s’évanouit et mes jambes vacillent, mais je continue. Jusqu’à toucher le sol et pouvoir poser le corps évanoui en face de moi. Je crois reconnaître la personne en question, mais j’ai dû la voir pas plus d’une fois. Est-elle au moins ESHU ? Je ne sais pas.

J’articule alors : « Mademoiselle ? Vous m’entendez ? Je-Je… Vous êtes blessée je… Vous m’entendez ? »

Aucune réponse. Je me lève, puis me baisse à nouveau ; je fais ces gestes au moins trois fois avant de souffler en me prenant la tête dans les mains. « Bordel… Et puis merde. » Je commence un massage cardiaque avant de à nouveau lever les yeux au ciel en sachant ce que je m’apprête à faire. J’inspire un grand coup.

Mes lèvres viennent trouver celles du corps inconscient.
Et, étrangement.
C’est à cet instant-là.
Ce seul instant.
Celui où j’essaye de partager un souffle avec une inconnue.

Que j’ai l’impression de respirer à nouveau.
darwinsgame.com (c) 2015
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: RESPIRE. (Hazel)   Jeu 1 Sep - 13:05
Elle a les doigts et le t-shirt teintés pourpre. Ca l'emmerde, Mercuriale n'a pas d'autre choix que de se suicider. Cet inconnu l'a raté, elle a fui et s'est vidé de son sang goutte à goutte. Minute par minute.  Impossible pour elle d'aller au quartier pour se faire soigner. Trop conne pour se réparer. Pas loin du lac, elle a décidé d'y sombrer. Elle préfère ça que dans une flaque. On n'a jamais appris à la blonde comment nager, ni comment se noyer. Le suicide est son sol remède. Elle tangue jusqu'à l'eau. Le niveau monte. Cheville, genou, bassin... Sa respiration se trouble, tout comme sa vue. Elle vacille sur ses deux pieds et elle menace de céder. Par moment, la blonde jette des regards au coin pour guetter le retour de son assaillant. Ou la venue d'inconnus inquiétants. Elle veut faire ça bien alors elle poursuit. Sein, épaule, menton... Une dernière  goulée avant l'apnée. Ses cheveux partent en apesanteur sur la surface. Au stade où elle en est, rien ne la tracasse. Le sommet de son crâne disparaît.
Le manque d'oxygène la fout dans les vapes. Elle ne connait que trop bien cette entre-deux. Cette zone sensorielle indétectable entre le virtuel et le réel. Entre la vie et la mort. C'est serein voire malsain mais elle attend. Ses muscles s'engourdissent et elle va bientôt clamser une nouvelle fois. Mercur ne songe plus à rien.
Une emprise la maintient quelques secondes avant la fin. L'eshu ne discerne ni le contact chaud, ni le geste salvateur. Un écho un peu lointain, impossible pour elle d'y répondre. Sa bouche est cousue par le peu de néant qui l'habite.  Plusieurs pressions s'exercent sur sa poitrine mais Mercuriale ne semble pas donner un aperçu de sa conscience. Ses lèvres se décollent et lâchent un filet d'eau. Ses poumons se vident un peu tandis que l'esprit retrouve son chemin. Cadavérique elle sent enfin la brûlure sur ses lippes charnues. L'air insufflé se transforme en baiser.

Ses yeux papillonnent. La lumière s'immisce en son iris.  Et là, un visage de femme se trouve au dessus du sien. Cet électrochoc provoque son retour à la réalité. A temps, Mercur se redresse et repousse la blonde. Elle se délie afin de tousser fortement. L'eau s'évacue et quand son ventre se contracte, il lui rappelle les coups de couteau. Elle grimace malgré l'eau entre ses lèvres.


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: RESPIRE. (Hazel)   Jeu 22 Sep - 10:37
RESPIRE.
Céleste & Hazel.


Troublée. Perdue. Et elle. Abandonnée. Délaissée. L’air a beau ressortir de ses lèvres en un filet saccadé. Le cœur a beau battre assez vite pour rattraper les agitations oubliées quelques secondes avant ; j’ai l’impression qu’elle est toujours morte. Je viens de réanimer un cadavre et il s’échappe de mon étreinte avec une rage à en faire trembler les plus grands stoïciens – quoique, je ne sais pas si c’est de la rage ou bien de la tristesse. L’eau perle sur ses joues et j’ai l’impression d’y voir le reflet d’une âme épuisée à force de pleurer. Chaque facette de son esprit fait des ricochets sur son corps tremblant. Et lorsque je vois le liquide pourpre s’échapper de sa poitrine ; j’y vois juste un écho de mots oubliés. L’inconnue a beau ne rien dire, ne rien savoir de moi ; j’ai l’impression de pouvoir lire en ses iris quelque chose d’affreux. Quelque chose que je partage avec elle, dans le silence.

Dans l’absence.

Le deuil d’un être perdu.

Et la mort qui vous semble bien plus douce une fois collée à votre échine voûtée et prête à plonger au fond de la terre.
Au sein de notre mère.

- Est-ce que ça va aller .. ? J’aimerais tendre ma main mais je sais que le moindre contact la ferait fuir, alors je me contente d’appuyer son regard. Vous avez une sale blessure… J’y connais rien à tout ça mais je dois avoir de quoi vous rafistoler dans mon sac. Puis, implicitement, mes mots disent ce qui devrait être tu. Enfin… Si seulement vous voulez être soignée.

darwinsgame.com (c) 2015
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: RESPIRE. (Hazel)   Lun 7 Nov - 11:57
Elle a le regard qui vrille. Mercuriale n'a rien d'une vivante et tout d'une morte. Elle s'est jetée à l'eau alors qu'il est son pire fléau car elle sait qu'il lui donnerait la délivrance. Elle ne peut retourner au quartier pour se faire soigner donc la blonde a décidé de s'auto administrer la paix. Elle a traîné jusqu'au lac, le ventre ouvert et l'esprit déchiqueté pour se faire sauver par un étranger. Une étrangère. Elle a tourné de l'œil et plus elle crache l'eau de ses poumons et plus c'est le sang qui jaillit de ses côtes. La douleur elle la sent à peine. Elle allait rejoindre la réalité mais voilà : la verdure demeure tout comme sa sueur. A court d'oxygène, cette fille lui demande si elle peut l'aider. En temps normal elle aurait refusé mais comment faire maintenant, maintenant qu'elle a tout gâché. Elle hoche faiblement la tête. C'est un oui arraché. Las et anesthésiée, ses pensées papillonnes. Oui seulement si elle, elle panse ses plaies car mercur n'a ni le matériel nu le savoir.

Te... Te prends pas l-la tete.

Ça ne sert rien d'utiliser des trucs pour sauver sa vie parce qu'elle le fera que retarder sa mort. Sa main plaquée sur son ventre se teinte en rouge. Mercur a froid et mercur est pâle.  Elle dégouline de non sens, son vagabondage allait prendre fin. Alors qu'elle ne sait toujours pas comment elle allait s'en sortir, elle se demande se qu'elle allait faire. Elle n'allait pas tenir longtemps. Autre problème: elle ne se souvient pas de l'attaque, elle a perdu mémoire.

On...

Honteuse, elle n'ose pas demander à la fille où elles se trouvent.

Il m'est arrivé quoi?


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: RESPIRE. (Hazel)   Lun 19 Déc - 20:53
RESPIRE.
Céleste & Hazel.


Les poumons emplis d'un liquide rose, j'ai beau lui faire cracher de l'eau, on dirait que de la bile sort de ses lèvres - dégouline sur son âme. Le regard perdu elle s'évade dans un abstrait où seule la peur semble avoir accès. Quelques secondes de tremblement, et je commence à me dire que ce n'est pas de l'effroi mais bien l'abandon qui engourdis ses membres. L'inconnue respire et pourtant elle semble ne plus arriver à vivre. Alors, lorsqu'elle s'efforce de se soucier de son propre cas, j'essaie d'esquisser un léger sourire ; elle se force car j'ai essayé de la sauver.

Mais je vois bien qu'ici, cette âme a déjà abandonné. Plus rien n'est vivant.

- J'sais pas trop. Mais vous étiez en train de vous noyer... Donc j'ai dû... La gêne commence à s'emparer de mes iris qui évitent tout contact ; je réalise finalement ce qu'il venait de se passer, et embrasser une jeune ainsi me semblait quelque peu inapproprié ; bien que nécessaire pour la sauver. Un long soupir et un haussement d'épaules, je fini par déclarer: Vous êtes certaine que vous ne voulez pas au moins soigner vos plaies ..? Les mots sont là mais les gestes bien différents : j'ai déjà saisis mon sac pour en sortir des bandages et de quoi désinfecter le tout. Au moins, acceptez de prendre cela avec vous.

Quelques secondes de néant, et des mots ensuite découpés en plusieurs syllabes bien audibles, comme pour lui faire comprendre que cela était important à mes yeux:

- S'il vous plait.

S'il-vous plait, aidez moi à vous sauver.

darwinsgame.com (c) 2015
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: RESPIRE. (Hazel)   Mer 21 Déc - 1:18
L'inconnue, elle tente de lui expliquer le déroulé des événements. Rien ne permet de combler son black out. Noyade & embrassade. Un déjà vu acide et, Dieu merci, Hazel papillonne trop pour faire le rapprochement. Il y a un an... Elle crache de l'eau par petites expulsions. Son sang jaillit et menace de produire sa destruction. Un baiser sucré et pourtant si amer. Mercur aurait voulu crever. Peu importe. Malgré son agonie, la poupée arque un sourcil étonnée. Voilà un vouvoiement surfait. Elle se redresse et juge la fille. Pour la première fois, elle prend le temps de la regarder. Il y a ce grain de beauté au coin et ses yeux ronds, c'est tout ce qu'elle retient. On est dans un jeu, pas dans une mairie. Elle a vingt ans, pas soixante. L'exilée se serait amusée en temps normal  mais à cet instant, elle trouve ça juste étrange.

Tutoie moi.

Elle s'appuie sur ses paumes, elle veut se lever mais tout ce qu'elle offre, c'est une grimace de douleur. Aucune rancoeur et aucune fureur. La blonde secoue la tête. C'est vraiment pas la peine de se donner du mal à la sauver. Pas d'équipe donc pas de médecin. Pas de souvenir et pas de soin. Poupée cabossée. Le cul dans la terre, elle regarde cette partenaire : elle possède des bandages blanc dans une main, une bouteille dans l'autre. Est ce que son avis compte vraiment ?  

Mercuriale se méfie de cette ange trop gentille. Elle sonde ses iris pour y trouver une part de vérité. Elle fixe ses outils pour s'assurer de leur authenticité. Elle imagine la suite du plan : si elle accepte, on la laissera tranquille. Cela lu ferait du stuff en plus à sa prochaine connexion car, oui, elle mourra dans tous les cas.

Merci.

Elle les fout dans son sac sans un mot.

Mon ami doit me chercher, c'est lui qui me soignera...

Elle s'oblige à se lever. L'urgence ne lui laisse pas le choix. Vite finir avec cette étrangère, pour pouvoir se la jouer auto meurtrière. Ses mains se plaquent sur son front afin de décoller quelques mèches de cheveux. Ses jambes vacillent et menacent de flancher.

J'y vais.... peut-être à un de ces quatre.

Parole en l'air, elle ne la pense pas. « Un de ces quatre » dans Dg, c'est ambitieux.  Mercuriale prend la direction opposée au lac.  Tremblante elle s'éloigne de cette fille sans lui laisser le temps de rétorquer. Elle s'éloigne de Prométhée.    


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: RESPIRE. (Hazel)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM