Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Let the rain sing you a lullaby ☾ Aaron
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: Let the rain sing you a lullaby ☾ Aaron   Jeu 11 Aoû - 13:06


☽let the rain sing you a lullaby☾
They're the ones that you see when you wake up and scream; the old things that follow you down the boreen. They live in the small ring of trees on the hill
❃ AARON.

C'est un grincement et un mouvement dans le lit qui me tirent des bras de Morphée et je gémis, sans vraiment réaliser ce qui se passe. Je suis crevée...j'veux juste dormir. D'un sommeil sans rêves ; d'un sommeil tranquille. Ce genre de sommeil duquel vous sortez complètement reposé. Le mouvement s'est arrêté, comme surpris par mon gémissement. Moi, j'ai un vague sourire endormi, les yeux fermés, me disant que je vais pouvoir replonger en quelques instants dans ce monde de silence que je rejoins chaque soir. Ce monde paisible. Je tends doucement le bras du côté droit du lit, là où git habituellement Aaron. Puis je fronce les sourcils, sans trop comprendre, encore embrouillée par ma fatigue. ...il n'est pas là. Et de nouveau, ce mouvement dans le lit. J'ai un sursaut et me redresse, regardant partout autour. C'est comme ça quand je me fais réveiller, surtout depuis quelques mois. Pourtant, d'habitude, je me réveille sans paniquer. Mais il faut croire que depuis décembre, tout est en train de changer, gentiment mais sûrement. Je respire doucement, vague tentative pour calmer mon coeur qui bat à toute allure ; tâchant de me concentrer sur une information à la fois. Autant dire que je suis encore un peu déboussolée. Puis je regarde la silhouette d'Aaron assis au bord du lit, dos à moi. C'était lui, le mouvement. Je mords ma lèvre et passe une main dans ma tignasse pour tâcher d'y voir plus clair. « Aaron...? » C'est un murmure qui sort de mes lèvres alors que je me rapproche délicatement de lui ; tout en ayant l'impression de vivre un retour en arrière de dix ans. Après nos premières nuits ensemble.

Il ne faut pas être le plus grand des observateurs pour se rendre compte qu'il est crispé ; que quelque chose ne tourne pas rond. Et cela fait quelques jours que je le sens qui se réveille ; puis qui sort. Faire un tour ? ... s'aérer l'esprit ? C'est ce qu'il faisait déjà, à l'époque. Puis ça avait fini par passer, lentement, certes, mais ça avait quand même fini par passer. Avec douceur, je passe mes mains sur la peau nue de son dos, laissant courir mes doigts sur ses nombreux tatouages. Pensive. Comme je l'étais il y a dix ans en arrière lorsqu'il m'expliquait la raison de ses réveils nocturnes fréquents. Quand il me parlait de son passé ; de ce père violent et de cette soeur disparue. De sa fuite, aussi. Je m'en souviens comme si c'était hier. Il avait jamais dormi avec personne ; pas comme ça du moins ; et il voulait me prévenir ... m'expliquer. Des fois qu'il me réveille. ...Il n'avait qu'un seul tatouage, à cette époque. Qu'est-ce qui est revenu te hanter, Aaron ? Je le regarde avec attention, de retour au présent. Puis je le prends doucement contre moi et dépose mes lèvres au creux de son cou. Comme je le faisais avant. « Qu'est-ce qu'il se passe ? »

– CODED BY CERSEI –


Dernière édition par Jamie Aodhagán le Jeu 13 Oct - 18:20, édité 1 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let the rain sing you a lullaby ☾ Aaron   Ven 12 Aoû - 4:50
Depuis peu, toutes les nuits se ressemblaient et celle là n'avait pas été une exception, à peine les yeux fermés, je m'étais retrouvé assailli par des souvenirs que j'avais pourtant réussi à oublier avec les années.
Je refaisais les mêmes cauchemars qu'avant, je revoyais mon père, revivais sa violence, une violence telle que je n'avais jamais réellement osé la décrire à Jamie, me contenant de dire pudiquement que mon père me frappait, c'était vrai, mais loin d'être de simples baffes comme tout le monde pouvait se l'imaginer, peut-être était-ce ainsi quand j'étais petit, quand Lucilla me protégeait encore, s'interposait mais avec les années, après son départ tout était devenu bien pire, un autre niveau d'acharnement dont je ne gardais pour seule sensation que la peur de mourir, celle-là même qui avait fini par me pousser à fuir à mon tour...Dans mes rêves elle me saisissait, restant en moi même après que je me sois réveillé en sursaut, paralysé, luttant pour retrouver une respiration moins saccadée, calmer les battements affolés de mon cœur avant de m'asseoir au bord du lit, les larmes aux yeux.
Je les détestais, ces cauchemars là, je ne pouvais pas les rationaliser comme les autres, me dire que c'était faux pour la simple et bonne raison qu'ils étaient vrai, tout était vrai et ce qui me faisait encore plus de mal restait de savoir que j'avais pourtant réussi à vaincre ça mais que mes démons étaient revenu me hanter.
Bien sûr, je devinais assez aisément ce qui avait pu provoquer tout ça, le retour de Lucilla, tout comme je devinais que rien ne s'arrêterait tant que je n'avais pas choisi de laisser ou non ma sœur revenir dans ma vie, mais, pour le moment le bout de papier où elle avait inscrit son numéro de téléphone était sagement rangé dans la poche de ma veste, même si je savais déjà, au fond de moi, que je lui pardonnerais, parce que j'avais besoin d'elle, que je n'avais jamais attendu que ça toute ma vie, il me fallait du temps, le temps de chasser les restes de colère et de rancœur que j'avais pu éprouver contre elle quand je cherchais absolument un coupable pour mes malheurs.

Je sentis un mouvement derrière moi, très léger, puis une main douce qui caressait mon dos, mes nombreux tatouages du bout des doigts avant de me serrer contre elle, posant ses lèvres dans mon cou, me demandant ce qu'il se passait.
Je me retournai pour lui faire face, l'embrassant rapidement avant de glisser une main dans ses bouches rousses avec lesquelles je commençais à jouer distraitement.

« Je voulais pas te réveiller, excuse moi »

C'était pour ça que d'habitude je me levais plus rapidement, enfilant un jean, un t-shirt et sortant devant la maison, une cigarette à la main, pour pouvoir me calmer sans réveiller la femme qui dormait à mes côtés, je ne voulais pas l'encombrer avec mes problèmes mais visiblement, cette fois était un échec et comme j'avais pour principe de ne jamais mentir à une question directe, je lui répondis très simplement, honnêtement

« J'ai revu Lucilla, il y a quelques jours, je crois que ça a eu plus d'impact sur moi que ce que j'aurais voulu »

Je soupirai, je savais que ce n'était pas assez et je ne voulais pas la forcer à poser des questions, à se demander comment faire pour m'interroger sans me blesser alors je continuais, apportant les précisions avant même qu'elle ne me les demande.

« Elle voudrait...Je sais pas comment dire, revenir dans ma vie ? J'ai son numéro, je dois la rappeler, quand je saurais quoi faire »

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let the rain sing you a lullaby ☾ Aaron   Mar 16 Aoû - 1:21


☽let the rain sing you a lullaby☾
They're the ones that you see when you wake up and scream; the old things that follow you down the boreen. They live in the small ring of trees on the hill
❃ AARON.

Réveillée trop tôt ce matin par ce mouvement de lit qui bouge, devenu trop familier depuis quelques jours. Comme s'il les faisait de nouveau, ces rêves. Je m'approche d'Aaron, avec douceur. Comme je le faisais avant ... à nos débuts. Ses rêves n'ont probablement pas changé, même s'ils avaient disparu pendant des années, et je m'inquiète. L'a-t-il revu, Lui ? L'homme qui, au lieu de lui servir de parent ou d'exemple se défoulait sur plus faible que lui ? J'en ai un frisson d'horreur. Aaron se tourne vers moi et m'embrasse, comme pour s'excuser. « Non... t'excuse pas. » J'ai un petit sourire, rassurant, tandis qu'il se met à jouer avec mes boucles. Je n'ai jamais vraiment compris l'attrait qu'elles représentent pour lui - après tout il pourrait tout aussi bien jouer avec ses mèches, vu sa coiffure - mais cela m'a toujours redonné le sourire et loin de moi l'idée de le faire arrêter. Je le regarde avec attention et remarque ses yeux qui brillent, comme s'il avait pleuré dans son sommeil, ou alors qu'il allait le faire dans les secondes à venir. Pourtant je ne dis rien de plus, lui offrant dans le silence mon respect pour ses émotions. « J'ai revu Lucilla, il y a quelques jours, je crois que ça a eu plus d'impact sur moi que ce que j'aurais voulu » Mes yeux s'agrandissent et je dois me retenir de lâcher un 'quoi ?' de surprise. Lucilla ? Ici ? Je fronce les sourcils, comme cherchant à comprendre où se trouve l'arnaque. Parce qu'il doit bien y en avoir une, non ? Cette soeur qu'il n'a plus revue depuis des années ; des décennies presque, voilà qu'elle reparaît dans sa vie. Je suis immédiatement envahie par une vague d'inquiétude à ce sujet. Car avant de la revoir, il ne les avait plus, ces rêves. Il allait mieux. Et pourtant ... il n'a jamais tourné la page. Ce qui est compréhensible, remarquez. Ça reste sa soeur. Même si elle a foutu ça aux oubliettes le jour où elle s'est enfuie en l'abandonnant aux mains de ce père maltraitant. Elle veut quoi, maintenant ? Lui frotter ça à la figure ? « Elle voudrait...Je sais pas comment dire, revenir dans ma vie ? J'ai son numéro, je dois la rappeler, quand je saurais quoi faire » Il me répond, comme s'il avait lu ma question au travers de mes prunelles qui le fixent toujours. J'ai un vague hochement de tête et le feu qui brûlait dans mes yeux semble s'atténuer quelque peu. Elle aimerait revenir dans sa vie. Si tel est le cas, c'est sans doute qu'elle doit s'en vouloir ; au moins un peu. Sinon probablement qu'elle n'aurait pas dit ça.

Enfin ... c'est tout du moins mon interprétation du personnage car cette femme, aussi importante eut-elle été pour Aaron, je ne la connais pas. Je n'ai que l'histoire, manquant cruellement de détails. Du jour au lendemain, elle est partie. C'est avec douceur que je prends l'une des mains d'Aaron dans la mienne, comme pour lui montrer que je suis là, pour lui. Que je le serai toujours. « ... ça a fait remonter des trucs... ? » Probablement le genre de souvenirs qu'on pense enterrés au plus profond de son être ; qu'on préférerait oublier. Et dieu sait qu'il ne l'a jamais oubliée, sa soeur. Elle a toujours été là, comme un fantôme du passé régissant sa vie. Et quelque part, j'ai beau ne pas avoir vécu ce qu'il a vécu, je comprends. Laissant un temps de silence, pour laisser place à de quelconques émotions qu'il voudrait faire transparaître, je rebondis sur ce qu'il me dit enfin. « et ... tu sais quoi faire ? » Je passe ma main dans son dos, réconfortante. Imaginant qu'il doit être paumé, parce que sinon il l'aurait rappelée immédiatement. Je mords ma lèvre, pesant mes mots. Tâchant d'y voir clair moi aussi, de tenter de comprendre si ce qui le perturbe tant est de l'avoir revue ou d'avoir peur qu'elle ne disparaisse à nouveau. « Je veux dire ... tu dois sans doute vouloir la revoir... non ? » On ne donne pas comme deuxième prénom à sa fille celui de quelqu'un qu'on exècre et qu'on veut oublier, bien au contraire.
– CODED BY CERSEI –


Dernière édition par Jamie Aodhagán le Jeu 13 Oct - 18:20, édité 1 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let the rain sing you a lullaby ☾ Aaron   Dim 18 Sep - 20:29
La main de Jamie, glissée avec douceur dans la mienne, me réconforta quelque peu et je ne pus que la serrer un peu plus fort lorsqu'en réponse à sa question, une nouvelle vague de souvenirs tous plus désagréables les uns que les autres m'assaillit, dans une succession d'images sans fin.
Je me revoyais, enfant, les mains sur les oreilles pour ne plus entendre les cris de mon père, les pleurs de ma mère, les yeux fermement clos pour ne pas voir ma sœur se faire frapper à ma place, les poings devant le visage pour ne pas qu'il me touche...Je ressentais encore la froideur moite de ses mains autour de mon cou, la morsure de sa ceinture en cuir contre mon dos, le goût du sang dans la bouche, l'odeur de l'alcool, tout me revenait à nouveau, tout ce que j'avais réussi à enfouir suffisamment pour ne plus y penser et, si je n'avais pas eu la main de ma femme à laquelle me raccrocher je me serais probablement laissé couler, happé par ce flot incessant d'horreurs plus sordides les unes que les autres, réminiscences d'une enfance bonne à jeter.
Je me mordis les lèvres avec force retenant ces larmes qui avaient décidément bien trop envie de reprendre leur liberté à mon goût alors que je confirmais à Jamie que oui, avoir revu Lucilla avait fait remonter des trucs, même si elle avait déjà dû le deviner à l'expression de mon visage et à mes mains qui ne cessaient de trembler malgré mes efforts pour rester aussi stoïque qu'à mon habitude.

Quant à savoir quoi faire, quant à savoir si je voulais la revoir, elle mettait là le doigt sur le nœud du problème et je me doutais qu'elle ne faisait jamais qu'essayer de comprendre ce qui pouvait se passer dans mon esprit, car si mon corps était lui si expressif, je n'avais pour le moment pas réussi à dire plus de deux phrases complètes.
La vérité était simplement que je ne savais pas quoi dire, je ne trouvais pas mes mots, je ne savais pas décrire mes émotions et les dilemmes qui me torturaient.
Il était évident que je mourrais d'envie de revoir Lucilla,  j'avais toujours rêvé de son retour, prié pour que ce jour arrive, ajoutant son prénom à l'état civil de mon enfant, refusant de me marier si elle n'était pas là pour me voir, et pourtant face à cette situation tant attendue j'hésitais, je réalisais avec brutalité que si d'une part j'avais besoin d'elle, besoin de remplir le vide que son départ avait laissé et que je m'étais appliqué à ignorer, j'avais aussi des sentiments contradictoires, une vieille rancœur et un terrible constat, je n'avais jamais vraiment voulu qu'elle revienne, j'aurais simplement aimé qu'elle reste....
A tout cela s'ajoutait aussi cette peur de l'abandon qui me serrait la gorge, empêchant presque l'oxygène d'atteindre mes poumons, suffocante, poisseuse et collante, je me rappelais la douleur des nuits à pleurer en silence, même 20 ans après, le traumatisme restait là bien présent, dans toute sa laideur, j'avais peur de la laisser revenir, pour mieux la voir repartir.
Mais comment expliquer ça ? Comment le dire à Jamie sans fondre en larmes, sans avoir l'air de n'être jamais qu'un enfant perdu qui n'avait pas vraiment grandi ?
Il n'y avait pas de solutions, alors, inspirant profondément, je tentais de répondre à ma fiancée, luttant contre tout ce qui faisait ce que j'étais, cette fierté, cette armure, cette carapace, la forteresse imprenable qu'était mon cœur.

« Je veux la revoir...Mais j'ai peur qu'elle parte encore »

Je baissais la tête, soudain je n'avais plus 31 ans, c'était le petit Aaron de 12 ans qui s'exprimait, celui qui avait dû grandir trop vite et qui de fait n'avait jamais grandi vraiment, c'était lui, ce petit garçon réduit au silence d'abord par les adultes puis par le poids des années qui s'exprimait à travers ces mots, même physiquement ainsi, la tête baissée, les cheveux dans les yeux, je n'avais plus l'air de l'homme que j'étais.

« Pour être honnête, j'aurais simplement voulu qu'elle reste »

Et enfin, ce fut le moment, celui où après des années de retenue, des années de baffes, des années de « les hommes ça pleure pas », des années de conditionnement, une larme roula sur ma joue, puis une autre, délicatement, pour aller mourir plus bas, sur mes poings fermés, sur mes tatouages, deux petites perles salées pour une douleur infinie.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let the rain sing you a lullaby ☾ Aaron   Mer 19 Oct - 23:27


☽let the rain sing you a lullaby☾
They're the ones that you see when you wake up and scream; the old things that follow you down the boreen. They live in the small ring of trees on the hill
❃ AARON.
Je sens sa main qui serre la mienne et je le vois bien, qu'il souffre. Qu'il est happé dans ses souvenirs ; qu'ils sont revenus pour tenter de le détruire, de l'empoisonner ou peut-être un peu des deux à la fois. Je tente de rester neutre et de ne pas laisser mon côté impulsif prendre le dessus. Parce que si je m'écoutais, j'irais traiter cette aînée d'imbécile irresponsable. Je garderais à peine le terme de connasse dans mon esprit, par respect pour lui. Mais ces idées belliqueuses, elles existent simplement parce que je suis prête à tout pour protéger Aaron et lui éviter tous les maux de la Terre. Sans le réaliser, je déglutis et ne peux m'empêcher un geste envers lui ; celui de l'entourer de mes bras et de lui servir de rempart contre tout le reste, enveloppante.

Le voir aussi touché et à vif, c'est pire que de la torture pour moi. Simplement parce que je ne l'ai jamais vu dans cet état ; parce que je suis bien trop habituée à être celle qui explose ou implose, à choix. Et que c'est lui, le rempart... L'ancre, dans ma vie. Je ne dis rien de plus, je ne fais que le garder contre moi, comme une mère qui rassurerait son enfant, sauf qu'il s'agit là de mon homme. Mon homme qui vient de recroiser l'une des personnes qui lui a fait le plus de mal dans sa vie en partant. Veut-il la revoir ? Je pose la question, d'une voix douce. Partant du principe que la réponse sera positive, sinon Alice n'aurait pas de deuxième prénom et il ne serait pas dans cet état.

« Je veux la revoir...Mais j'ai peur qu'elle parte encore » Je sens moi-même les larmes qui commencent à monter et je hoche la tête, en silence. L'observant attentivement, tâchant de me montrer la plus compréhensive possible. Oubliant ce début de rancoeur qui naissait en moi vis-à-vis de cette femme qui lui a fait tant de mal ; réalisant que ce qui m'importe le plus, c'est lui. Pas elle. Délicatement, je passe une main dans ses cheveux, écartant ainsi une mèche brune de ses yeux. Je l'observe encore en silence, lui laissant la place pour exprimer ses émotions, ses contradictions et ses craintes. « Pour être honnête, j'aurais simplement voulu qu'elle reste » J'ai un petit sourire triste, parce que c'est la seule chose que je peux faire pour ne pas fondre moi-même en larmes. « ...je comprends. » Ces larmes, je les vois et elles me brisent le coeur. Pas parce qu'elles sont là, mais parce qu'elles témoignent, très légèrement, de sa souffrance infinie. Et ça, c'est intolérable pour moi. Aaron ne doit pas souffrir ; il mérite pas. N'écoutant que cet instinct, je le prends de nouveau contre moi, de façon réconfortante mais ferme. Je suis là. T'es pas seul. « ...laisse-toi aller, si tu veux. » Je murmure, à peine audible, consciente qu'il ne veut peut-être pas. Qu'il préfère peut.être son stoïcisme habituel. Parce qu'Aaron ne pleure jamais ; pas plus qu'il ne s'énerve pas. C'est comme si ces réactions lui étaient étrangères. Et pourtant, parfois, elles pourraient être bénéfiques.

– CODED BY CERSEI –

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let the rain sing you a lullaby ☾ Aaron   Sam 12 Nov - 0:27
Mes larmes me surprirent et me déstabilisèrent tout autant que  Jamie, je les regardai même un instant, les yeux écarquillés, ces petites perles salées qui gouttaient une à une sur ma peau, je me demandais combien de temps ça faisait depuis la dernière fois où c'était arrivé, je devais avoir l'âge d'Alice, peut être un peu plus, peut être un peu moins, après ça j'avais appris  à encaisser en silence, sans larmes, sans cris, j'avais appris à rester stoïque en toute circonstance, c'était même là le prix de ma survie, on s'acharnait moins sur un gamin qui ne réagissait pas et qui se laissait faire, que sur un gamin qui criait, hurlait, pleurait, essayer encore un peu de se défendre,  pourtant à cet instant je sentais l'armure que je m'étais forgée, mes défenses, le masque que je portais depuis des années sur le point de se fissurer, le rideau de tomber...Et la phrase de Jamie, cette injonction à me laisser aller, si je le voulais, parce qu'elle respecterait toujours mes désirs, fit tout vaciller, j'avais l'impression que tout mon monde est sur le point de s'effondrer, d'être seul face à ce choix, je pouvais choisir de continuer comme avant, garder le contrôle, ou de céder et de laisser toutes mes émotions s'exprimer.  Mais, je savais très bien que même si, en théorie ce serait mieux, bénéfique, pour moi de me libérer, en pratique ça reviendrait à ouvrir la boîte de Pandore, laisser sortir de vieux démons, et des milliers d'émotions, de souvenirs, bien trop forts, la peur de mourir assassiné des mains d'un père, la colère contre une sœur qui elle avait eu la chance de s'échapper, des émotions qui risquaient de me submerger et de me détruire, c'était probablement bien plus que ce que je n'étais capable de supporter, alors d'un geste je vins chasser les larmes de mes joues, je me redressai, repoussant les cheveux de mes yeux avant de me tourner vers Jamie.
Mon regard caressa  son visage, ne serait-ce que pour elle, que pour Alice, je n'avais pas le droit de me laisser aller, parce que si je craquais ne serait-ce qu'une fois, ce serait fini pour moi,je n'avais pas le droit de leur faire ça, je devais être un bon mari pour elle, je devais être un bon père pour ma fille, je devais faire mieux que lui.

« Non, je peux pas, je suis plus fort que ça »

Et fort je l'étais, je le savais, même si je n'avais pas la prétention de m'en vanter à haute voix, je savais ce que je valais, connaissais mes qualités, et ma détermination, ma force de caractère avaient toujours su guider mon chemin et me sortir de mauvais pas. J'avais obtenu le travail de mes rêves là où une majorité échouaient encore, j'obtenais généralement tout ce que je désirais et étais capable de tout les sacrifices pour ceux que j'aimais, pour Alice et Jamie qui étaient mon monde tout entier.
Cette fois ne ferait pas exception, Alice méritait de connaître la personne dont elle portait le prénom, Jamie méritait ce mariage promis et rêvé, et si pour cela je devais pardonner, passer au delà d'une vieille rancœur, je le ferais, après tout, je l'avais dit moi-même, au fond, j'avais vraiment envie de la retrouver, alors pourquoi s'empoisonner avec des émotions si négatives, alors même qu'il était possible de se focaliser sur tout le positif ? Le passé appartenait au passé et resterait inchangé quoiqu'il arrive, quoique je décide.  Je ne pouvais pas faire en sorte de convaincre Lucilla de ne pas partir, ce qui était fait, était fait, mais je pouvais la convaincre de rester cette fois, je pourrais même, le cas échéant, l'empêcher de disparaître,j'avais 31 ans, plus 11, j'étais un homme à présent.
A cette pensée, le sourire revint sur mes lèvres, un arc-en-ciel après l'orage et j'allai déposer un baiser sur le front de Jamie, comme pour la remercier, de me supporter encore après toutes ces années et de toujours savoir comment se comporter avec moi

« Je l’appellerai, ce soir ou demain, je peux pas changer le passé, je peux pas défaire ce qui a été fait mais je peux au moins agir sur le futur et c'est mieux que rien du tout »

Ma main caressait lentement sa joue et je marquai une pause avant de reprendre la parole

« Et puis, tu te souviens ce que j'avais dit pour notre mariage ? J'ai pas changé d'avis, et maintenant que Lucilla est là, je pense qu'il est temps pour toi de libérer quelques heures dans ton emploi du temps pour aller essayer des robes, tu crois pas ? »

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let the rain sing you a lullaby ☾ Aaron   Jeu 22 Déc - 21:51


☽let the rain sing you a lullaby☾
They're the ones that you see when you wake up and scream; the old things that follow you down the boreen. They live in the small ring of trees on the hill
❃ AARON.
Je le sens bien, qu'il hésite ; qu'il est perdu. D'un geste vif, il écarte ses mèches et, par la même, ses larmes. « Non, je peux pas, je suis plus fort que ça » Je fronce les sourcils et secoue la tête, en total désaccord avec ce qu'il vient de dire. Ça se lit dans mes yeux, et jamais je n'aurais été admise chez les ESHU pour la simple et bonne raison que je suis parfaitement incapable de mentir. « Aaron, tu es fort. Que tu pleures ou pas ; que tu sois vulnérable ou pas ... tu l'es. Tu l'as toujours été, et c'est pas ça qui va y changer quoi que ce soit. » Je lui serre la main avec fermeté, tant l'idée qu'il puisse douter de lui ou se remettre en question m'est insupportable. Je le fixe d'un air fier, peut-être le seul trait de ressemblance que j'ai par moments avec ma famille en Écosse. Il finit enfin par sourire et m'embrasser sur le front, pour ajouter qu'il l'appellera, prochainement. Parce que si le passé ne peut pas être changé, l'avenir, lui, il peut encore être écrit. J'ai un hochement de tête, même si je suis rongée d'inquiétude à l'intérieur. Parce que si j'ai une seule certitude sur cette inconnue, c'est qu'elle l'a abandonné. Et je n'ai pas la moindre idée si elle va recommencer ou non la prochaine fois qu'il la reverra. Pourtant, je lui offre un sourire de soutien, aimante. « Et puis, tu te souviens ce que j'avais dit pour notre mariage ? J'ai pas changé d'avis, et maintenant que Lucilla est là, je pense qu'il est temps pour toi de libérer quelques heures dans ton emploi du temps pour aller essayer des robes, tu crois pas ? »

Je marque un temps d'arrêt et le regarde, peu certaine de comprendre ce qu'il entend réellement par là. Parce que pour être parfaitement honnête, c'est bien le dernier de mes soucis en plein milieu de nuit. Puis je finis par rire avec douceur. « Tu sais que si tu voulais vraiment changer de sujet avec facilité en prenant le thème de la mode, tu aurais mieux fait de te fiancer à Ceana ? Fin... j'dis ça je dis rien hein ! » Je lui offre un clin d'oeil taquin, alors que je mentionne le nom de l'une de mes soeurs cadettes ; celle qui a un amour incommensurable pour Vera Wang et autres designer dont je serais bien incapable de citer le nom en ce moment. Parce qu'autant dire que la renommée moi, je m'en contrefous. « ... tu viendras avec moi ? »
– CODED BY CERSEI –

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Let the rain sing you a lullaby ☾ Aaron   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM