Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 133 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Jackson Rathbone
CREDITS : black madness
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Ven 12 Aoû - 3:15
Courir ou mourir ? #JonahLe souffle étouffant de la journée avait eu raison de Soren, qui malgré ses tentatives pour ne pas s’habiller trop chaud, avait fini par étouffer lors de son service du midi. Il faut admettre que la température en cuisine s’élève rapidement, et que la température extérieure a encouragée la plupart des touristes à s’attrouper dans les restaurants climatisés. Celui où Soren travaille n’a pas manqué à cet attrait, ce qui l’a obligé à devoir cuisiner pour beaucoup plus de monde qu’à l’habitude, et également plus longtemps. Le service du midi l’avait déjà éreinté, mais le soir allait être encore pire, car le restaurant à cumulé plusieurs réservations de gros groupes d’étrangers venues visiter Chicago.

Pendant le temps entre ses deux services, il est rentré pour prendre une douche rapide, puis s’endormir quelques heures avant de retourner un peu plus frais se faire maltraiter par la chaleur des fours. Son métier n’est pas tous les jours plaisant, mais il reste une routine, quelque chose de stable qui lui permet de garder pied dans la réalité. Depuis sa première connexion, il semblerait qu’il n’ait jamais pu arrêter de penser à ce terrible jeu, partagé entre la sensation de ne pas devoir y rejouer, et une curiosité malsaine. Le jeu est quelque chose de surprenant, et encore plus sa nouvelle rencontre avec ce garçon, Praying Mantis.

Depuis bien sûr, il s’est connecté plusieurs fois pour se familiariser avec les lieux et le concept du jeu, découvrant le QG des Gaïa, quelques noms tel que Méra, le prénom de la chef du clan. Il a également découvert un peu les habitudes du jeu, et il a même osé se présenter à une fête organisée au QG des Gaïa pour se détendre et faire connaissance. En soit, le jeu semble assez intriguant, excepté que pour le moment, il n’a pas vraiment joué pour de vrai. Soren n’a jamais frapper, ni même coursé, ni même tué un jouer, la base du jeu.

Après son service du soir, n’y tenant plus et voulant se détendre, il prit une douche et s’installa sur son bureau, branchant son pc pour enfin se connecter. La nuit était déjà tombée bien sûr, et les lampadaires alentours permettent au cuisinier d’y voir suffisamment clair pour explorer. C’est un moment de la journée dangereux, car la nuit permet aux joueurs de se cacher plus facilement, et donc de le prendre par surprise encore plus rapidement.
Le pas lent, il se dirige vers ce qui semble être un vieux parc, mais qui une fois dedans est en réalité un gigantesque labyrinthe.

« Génial... » qu’il murmure après avoir marché dedans pendant deux minutes. Il n’y a que lui pour tomber dans un labyrinthe en pleine nuit dans un lieu de chasse à l’être humain. Un peu paniqué, et soupirant, il s’enfonce dans l’endroit, une légère brume se diffusant tout autour et donnant l’impression d’une ambiance d’Halloween avant l’heure. Peut-être qu’au fond, il est trop tard dans la nuit pour qu’un joueur soit présent, après tout, il a dû finir son service vers 2h du matin, et l’aube sera vite là. Il doit s’en sortir avant l’aube, et se déconnecter rapidement. Profitant du silence calme, il arpente donc les couloirs, cherchant une issue, espérant ne pas mourir de soif dans cet horrible endroit.
© 2981 12289 0


Zugzwang...
⊹ lumos maxima

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mer 17 Aoû - 22:50
The things you own end up owning you.
Hyde & Praying Mantis
Tu devrais cesser les expeditions en solitaire. Tu devrais attendre ta camarade. Peut-être que tu devrais cesser de céder à tes impulsions. Peut-être que vous devriez essayer de vous capter plus souvent. D’organiser un emploi du temps. Mais non. Puisque vous ne sembliez pas vouloir contraindre vos libertés. Puisque c’était presque plus agréable de se connecter, les picotements au fond du ventre, en te demandant si elle allait arriver. En te demandant si vous alliez vous croiser.
Et cette fois-ci, encore une fois, peut-être, la jeune femme n’était pas arrivée avant toi. Elle n’était pas encore là – une illustration de ton flagrant manque de travail, ou simplement le sien qui lui prenait trop de temps ? Tu devrais lui demander, à l’occasion. Ce qu’elle faisait. Simplement pour profiter un peu de l’information. Simplement pour moins la louper. Tu as haussé les épaules, secoué la tête. Ta réflexion était carrément stupide, en fait – qu’est-ce que tu ferais, chez toi, en attendant votre heure pour débarquer ? Qu’est-ce que tu pourrais faire, pour t’occuper ? Dans la vie réelle ? Qu’est-ce que tu pourrais faire, dans la réalité ? Rien. Strictement rien. Si ce n’est oublier. Oublier, et errer telle une âme en peine, complètement égarée. Alors, pour le moment, tu préférais abandonner l’idée.

Tu t’étais enfoncé dans le labyrinthe. Tu t’y étais glissé, pour t’y perdre, peut-être. Pour virer à moitié fou – plus que tu ne l’étais. Pour essayer de t’y retrouver – et ainsi retrouver un semblant d’identité. Peut-être que tu voulais en mesurer la difficulté – tu avais trop souvent été déçu par les quatre rangées de thuyas qu’on avait planté dans des parcs, pour faire semblant de vous occuper quand tu gambadais encore avec tes frangins. Non, tu aspirais à quelque chose de mieux. A quelque chose de vraiment compliqué.
« Génial... » Un son de voix bien particulier. Un marmonnement lassé, qui t’invite à te retourner. Tu t’es enfoncé dans la haie, en attendant. Tu t’es enfoncé dans la haie, pour être certain de ce qui t’attendait vraiment.
« Tiens tiens tiens … » souffles-tu, en t’avançant légèrement. « Tu as perdu ton chemin ? » Pauvre petite chose. Pauvre petite bête, sans défense. Sans rien. « Tu te souviens de moi, j’espère ? » demandes-tu, avec une fausse candeur. « Moi, en tout cas, je me souviens très bien. » avances-tu, avant de faire un pas de plus vers le garçon. « Et je n’ai vraiment pas aimé la façon dont tu as mis fin à notre petit jeu de la dernière fois. » Tu continues, en secouant négativement la tête, l’air sincèrement désolé. « Ça ne te plaisait pas ? Tu n’aimais pas ma compagnie ? » Ta tête s’est penchée sur le côté, alors que ton visage affichait une moue boudeuse. « Je croyais pourtant qu’on s’amusait bien. Pas toi ? » Sur l’instant, tu semblerais presque sincèrement déçu – peut-être même l’étais-tu véritablement. « Tu vas encore fuir aujourd’hui ? Ce serait assez embêtant … Et je ne crois pas qu’une étendue d’eau te tendra les bras une nouvelle fois … » lances-tu, en écartant les paumes, sincèrement navré de ce qui allait lui arriver. Presque navré des horreurs que tu souhaitais lui causer.

avatar
<b>bavardages</b> 133 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Jackson Rathbone
CREDITS : black madness
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Jeu 25 Aoû - 20:08
Courir ou mourir ? #JonahL’obscurité du labyrinthe ne permet pas vraiment de voir au-delà de soi à plus de 4 ou 5 mètres.  En journée, les choses auraient sûrement été moins flippantes et plus simples. Pour retrouver son chemin dans ce labyrinthe, il est évident que la lumière du soleil aurait en grande partie aidé à trouver une sortie. Mais ici, en pleine nuit, comment trouver une sortie quand tout autour de vous n’est que noirceur ?

Alors que Soren arrive à un carrefour qui propose trois alternatives, toutes plus ou moins les mêmes, il entend une voix familière. Et mince, quelqu’un l’a sûrement entendu non ? Et cette voix ne peut être que celle de Praying, le garçon qu’il a rencontré à sa première connexion et qui l’a chassé et poursuivit sur tous les quais de Darwin’s Harbor. Depuis ce jour-là, il s’est écoulé un peu plus d’un mois, et environ quatre ou cinq connexions de Soren seulement. Il ne connaît pas très bien les lieux à vrai dire. Cependant, il commence à bien connaître la forêt et les prénoms des membres des Gaia. Après tout, la fête qui a eu lieu au QG des Gaia récemment l’a en partie aidé à mettre un visage sur les différents pseudonymes qu’il connaissait.

Sa première connexion lui laisse un souvenir amer, mais au moins, il connaît l’une des faiblesses de ce garçon, qui définitivement ne fait pas partie des Gaia, peut-être des Caho ? Il ne sait pas vraiment, et pour être honnête, il n’a pas spécialement envie de le savoir. Quoiqu’il en soit, il se retourne, sur le qui-vive cherchant du regard le garçon aux si beaux yeux verts. Quel dommage qu’il soit si beau et pourtant si ignoble.

« Praying. Dégage de là. » Autant dire que la communication n’est pas leur fort, mais après tout, il n’a aucune envie de se faire tirer dessus ou quoique ce soit, surtout pas par lui ! « Bien sûr que je me souviens de toi. Un mec qui sait pas courir et qui en plus à la trouille de l’eau. Comment oublier ça ? »  

Sa réserve habituellement ancrée en lui s’envole, brouillée par une bonne dose d’adrénaline et l’instinct de survie qui le pousse de plus en plus à s’enfuir en courant, ou l’assommer et le buter lui-même de ses mains. En serait-il seulement capable ? Physiquement, ce ne serait pas un problème, mais mentalement, peut-être que les choses sont différentes.

« Je n’ai pas mis fin à ton soi-disant jeu, c’est toi. Il te suffisait de me suivre dans l’eau non ? » Un sourire mesquin s’affiche sur son visage tandis qu’il se prépare déjà à lui bondir dessus. Dans sa poche, il y a  une arme blanche qu’il a  trouvée proche du camp des Gaia lors de sa troisième connexion. Mais le jeu serait trop simple. Amusé par la fin de son petit discours, il enchaîne :

« M’enfuir moi ? Tu peux toujours essayer de m’attraper, mais tu n’y arriveras sûrement jamais. Fais-toi une raison. » Sans plus attendre, il lui bondit dessus pour le faire basculer sur le sol, une sorte de croche pied, aidé de ses deux mains, le couteau dans la main. Mais il ne le tuera probablement pas tout de suite, sinon, le jeu perd de son intérêt non.

« Tu baisses trop facilement ta garde. »
un souffle un peu faible, comme un secret raconté à son amoureux plutôt qu’à son ennemie. Et aussitôt, pour garder l’effet de surprise, Soren déguerpit dans le troisième chemin proposé par ce terrible Labyrinthe. Courir sera bien, mais ne pas se perdre en même temps sera une autre épreuve. Et de plus, ne pas se faire tuer encore plus.

© 2981 12289 0


Zugzwang...
⊹ lumos maxima

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Dim 28 Aoû - 20:54
The things you own end up owning you.
Hyde & Praying Mantis
« Praying. Dégage de là. » te crache-t-on. Tu laisses un sourire se dessiner sur ton visage, face à cette salutation emplie d’amour et de sympathie. « Bien sûr que je me souviens de toi. Un mec qui sait pas courir et qui en plus a la trouille de l’eau. Comment oublier ça ? » Tu as grogné, alors que ton sourire disparaissait. « Ferme ta gueule. » as-tu marmonné. Presque blessé. Touché en plein dans tes points faibles. Ce n’était pas quelque chose qui te plaisait. Ce n’était pas quelque chose qui te convenait. « Je n’ai pas mis fin à ton soi-disant jeu, c’est toi. Il te suffisait de me suivre dans l’eau non ? » Tu as compulsivement serré les poings. Peut-être que tu t’énervais trop aisément. Peut-être que tu cédais trop facilement. « T’es pas bien combatif, t’sais. Tu t’es quand même planqué sous l’eau pour pas que j’te retrouve. » grognes-tu. C’était de sa faute. Uniquement de sa faute. « M’enfuir moi ? Tu peux toujours essayer de m’attraper, mais tu n’y arriveras sûrement jamais. Fais-toi une raison. » C’est ce qu’on appelle s’enfuir. Putain.
Un croche-pied vient te saisir hors de tes réflexions. Tu t’es retrouvé au sol, presque surpris. L’éclat d’une lame – et pas la tienne. Tu réalises qu’il pourrait te planter là, de suite. « Tu baisses trop facilement ta garde. » balance-t-il. Tu retrousses les lèvres, alors que le brun se relève pour s’en aller au loin. Tu t’es relevé, toi aussi. Tu l’as suivi, peut-être sans vraiment réfléchir. Sans vraiment songer à ce que tu pourrais faire, si jamais vous vous perdiez – et de toute façon, tu étais plus occupé par l’idée de passer tes nerfs que par le fait de réellement t’orienter. Alors tu cours, tu cours. Comme quand t’étais gamin, comme quand tu faisais la course contre ton ombre. Le poing serré. « Eh, toi ! » que tu as gueulé, alors que ta main se déposait sur son épaule. « On ne s’enfuit pas d’un combat. » Jamais. Pas ici. Pas avec toi. Et peut-être aussi que votre course-poursuite idiote commençait à te lasser. Peut-être qu’il était temps de faire couler le sang. De laisser apparaitre quelques hématomes, de briser quelques os.
Alors, ton poing serré est venu se loger dans le creux de ses côtes. Histoire de lui coller une première ecchymose. Histoire de te venger pour avoir mordu la poussière quelques instant auparavant. « Toi aussi, tu baisses trop rapidement ta garde. » as-tu balancé, alors que tu t’écartais, pour reprendre ta position. Les bras relevés. Le pas léger. Te voilà en train de sautiller. Souple sur tes appuis. Aussi souple que Mythos avait pu te le montrer. « Finis ce que tu as commencé ! » gueules-tu, à l’attention du garçon. Qu’il vienne. Qu’il se batte, lui aussi. Qu’il se batte réellement, au lieu de simplement s’enfoncer dans les dédales du labyrinthe. Qu’il se batte tel un homme, au lieu de se contenter de crever comme un chien. « Bats-toi ! Bats-toi au lieu de courir en direction de la première étendue de flotte qui s’offre à toi ! » Tu craches, la voix vibrante de colère. Vibrante de haine. Tu voudrais lui faire payer son affront. Tu voudrais lui faire payer ce qu’il t’avait fait. Le ridicule dont il t’avait couvert. Tu voudrais lui faire payer, très cher, ses mots et tes faiblesses qu’il soulevait. Tu voulais lui montrer qui tu étais. Ce qu’il deviendrait.


Jonah :

50 places vie 20/20
(relique du sadique) +3/tour (inférieur)





Dernière édition par Jonah Hall le Dim 28 Aoû - 21:33, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Dim 28 Aoû - 20:54
Le membre 'Jonah Hall' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'DEATH MATCH ' :
avatar
<b>bavardages</b> 133 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Jackson Rathbone
CREDITS : black madness
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Dim 11 Sep - 17:14
Courir ou mourir ? #Jonah« T’es pas bien combatif, t’sais. Tu t’es quand même planqué sous l’eau pour pas que j’te retrouve. » L’homme face à Soren est en tout point différent. Il semble bien plus combatif et téméraire que lui, clairement de ceux qui font partie des leaders. Peut-être qu’à son comportement, Soren est déjà capable de dire qu’il doit sans doute faire partie des Caho, ou des Eshu. Il est presque certain qu’il n’est pas l’un des Gaia, sinon il l’aurait vue lors de la soirée au QG, ou à l’occasion de ses multiples ballades dans le coin et dans la forêt.

« Chacun sa technique non ? On est pas dans un jeu loyal. » Et il a touché peut être le point le plus important du Darwin’ Game, c’est qu’en aucun cas il n’est équitable ou fiable. Ici, chaque combattant fait ce qu’il veut, et joue selon ses propres règles, toujours très arbitraires. C’est ce qui rend le jeu probablement aussi amusant : l’absence de règles.

Et pour suivre ce mot d’ordre, le cuisinier fait un croche pied à Parying, ce qui lui permet une fois de plus de courir. Il part immédiatement en direction d’un croisement, pas vraiment motivé à perdre une vie sur ce coup-là. N’est-il pas ici pour gagner ? Ou du moins, pour ne pas mourir, car une fois chose faite, la dixième fois s’avèrera très fatale. Il n’est pas non plus d’une nature suicidaire, et il sait pertinemment qu’en corps à corps, Parying qui est ici depuis plus longtemps, aura le dessus.

Alors que son cœur s’accélère à cause de la course, il sent quelqu’un l’attraper. Aucun doute que c’est de nouveau son tyran. Il a quoi au juste avec lui ? Pestant entre ses dents, le jeune homme se débat brutalement, assenant des coups en directions de son visage.

« On ne s’enfuit pas d’un combat. » qu’il annonce, sa main toujours fermement posé sur l’épaule du brun. Est-ce une règle ? Si c’est le cas, Soren l’ignore cruellement. Et puis, ce n’est pas vraiment à combat non ? Grognant avec hargne, il se dégage de l’emprise pour donner un coup de pied bien contrôlé dans le genou droit du garçon. Le coup suffira au moins à le faire tomber au sol, ou à se plier de douleur. L’occasion pour l’autre d’analyser correctement la situation. Ce qu’il ne put faire que très peu, car au même moment, comme déjà prêt à parer son assaut, l’autre homme enterre son poing avec une force incroyable dans les côtes de Soren.

Le geste le fait gémir, et machinalement, comme par instinct, il se recule pour supporter la douleur vive qui lui brûle désormais son torse et une partie de son dos. « Toi aussi, tu baisses trop rapidement ta garde. » Un sourire acide se pose sur le visage de Soren. Il a raison, mais ça ne recommencera plus, du moins il fera de son mieux. Lentement, il se met en position, bien moins facilement que lui, il n’est pas doué en combat de corps à corps. Sur un arbre, ou au loin avec son arc, cela serait clairement différent. Il serre les poings, ne possédant d’autre arme que cela et son arc, désormais inutile et accroché dans son dos. Peut-être que s’il s’éloigne assez, il pourra parvenir à lui décocher une flèche ?

Après ces quelques tentatives à hurler et l’inciter à l’attaquer, Soren fait des pas sur le côté, pour le mettre en position plus délicate, contre la haie à la droite du jeune homme. Avec une haie dans le dos, il lui sera plus difficile de s’éloigner, de parer un coup, ou bien même de reculer. Du moins il l’espère. Serrant les poings, il fonce sur lui, visant les articulations en donnant un autre coup de pied dans l’autre genou. Cette fois-ci bien placée, et no paré, le coup devra faire suffisamment mal pour la suite. Il n’est plus temps vraiment de parler, et le seul bruits de leurs respirations saccadées se font entendre. A cela s’ajoute le cris suivants les multiples coups.

50 places vie 16/20
(relique miroir): effet miroir



© 2981 12289 0


Zugzwang...
⊹ lumos maxima


Dernière édition par Soren Dawson le Dim 11 Sep - 17:28, édité 2 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Dim 11 Sep - 17:14
Le membre 'Soren Dawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'DEATH MATCH ' :

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mer 14 Sep - 20:31
The things you own end up owning you.
Hyde & Praying Mantis
Combattre à la loyale. Une notion qui ne t’inspirait que rarement. Sauf dans ton sens, peut-être. Sauf lorsque tu étais en train de perdre la face. Peut-être que ce ne sont que des paroles en l’air. Peut-être que ce ne sont que des mots sans importance. Tant pis.
Alors, tu te bats. Tu te bats, sans vraiment te soucier de ses moyens. Tu grinces des dents, alors qu’un premier coup de pied vient te faire plier le genou. C’est comme ça qu’il veut jouer ? Tu te redresses, un peu. Alors, tu cognes en retour. Tu lui cognes les côtes, le poing serré. Pour essayer de te venger. Pour essayer de le blesser. De cogner. Frapper pour tuer. Frapper pour massacrer. Peut-être que la rage t’aveugle doucement. Un moment d’inattention. Un moment d’égarement, et te voilà dos à la haie. Tu serres les dents, dérangé par la situation. Parce que ça te laissait moins de chances de repli. Parce que ça te laissait moins de chances de l’esquiver. Nouveau coup dans le genou, qui te force encore à te plier. « Salaud. » que tu as lâché, profondément agacé. Nouveaux coups contre toi. Tu tentes de parer, du mieux que tu peux. Tu tentes de parer, de contrôler. De rester concentré.
C’est compliqué. C’est compliqué, alors que tu essaies de te redresser. Alors qu’au fond de toi sommeille le souvenir des coups dans tes articulations. Alors, tu t’es jeté sur l’avant. Tu t’es jeté sur l’avant, bêtement. Comme si ça allait te tirer de ton mauvais pas. Comme si ça allait te permettre de te dégager de la position dans laquelle tu te trouvais. Tu as eu une idée folle. Peut-être un peu idiote, au fond. Mais tant pis, tu veux essayer. Tu essaies d’attraper ses épaules. Pour le faire tourner. Pour qu’il se retrouve contre les buissons. Face à ces arbres monstrueux.
Tes mains n’ont rencontré que du vide. Mouvement maladroit, alors que tu perds un instant l’équilibre. Peut-être que le garçon en a profité pour te foutre un coup de coude dans le dos. Douleur vive, alors que tu t’effondres sur le sol. Tu mords la poussière, et te replie un instant sur toi-même. « Le con. » que tu lâches, à ta destination. Tu aurais pu mieux faire. Tu aurais dû mieux faire. Voir cette possibilité d’esquive. Essayer de mieux monter ton coup. Mains écorchées. Tu grimaces, et restes un instant roulé en boule, avant de sauter sur tes jambes pour te relever. Regard mauvais. Tu fronces les sourcils, alors que tu tentes de reprendre ta position. « Putain, j’te jure que j’vais pas te faire de cadeau, mon salaud. » lances-tu au brun, en essuyant ta lèvre abimée par un de ses coups.

Jonah :

50 places vie 17/20
(relique du sadique) +3/tour (inférieur)




Dernière édition par Jonah Hall le Mer 14 Sep - 22:29, édité 3 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mer 14 Sep - 20:31
Le membre 'Jonah Hall' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'DEATH MATCH ' :
avatar
<b>bavardages</b> 133 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Jackson Rathbone
CREDITS : black madness
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Sam 1 Oct - 18:37
Courir ou mourir ? #JonahLe combat n’est pas vraiment équilibré, et Soren s’en rend rapidement compte. Tout d’abord, l’homme dont il  ignore toujours le nom, semble beaucoup plus musclé que lui, ce qui crée un désavantage certain pendant le combat. A cela s’ajoute forcément l’expérience de terrain, car contrairement à Soren il a s’en nul doute déjà dû parcourir le labyrinthe, et le jeu intégralement.

Le cuisinier lui, n’a pas eu cette chance, et les environs sont aussi inconnus qu’une nouvelle ville qu’un touriste viendrait visiter sans cartes. Un endroit certes fascinant, mais qui désoriente et qui vous laisse facilement vous perdre. Autant dire qu’en plus d’avoir ce genre de désavantages, s’ajoute le fait que l’homme ne souhaite pas spécialement jouer à la loyal. Comment espérer un combat loyal avec un homme de ce type-là ? Un bref sourire acide se pose sur les lèvres de Soren, tandis qu’il donne le premier coup à destination de son genoux.

Un bon point, car ce geste oblige l’homme en face de lui à céder un peu de terrain et se retrouve contre une haie, lui bloquant de la surface de manœuvre ainsi que la possibilité de s’enfuir. Sans vraiment attendre son dû, Soren s’élance pour donner un autre coup assez violent dans l’autre genou, afin de faire tomber définitivement l’homme au sol. Mais au même moment, par une réplique admirable, il sent ses côtés lui brulées en raison d’un coup de poing bien placé. Sans vraiment le vouloir, il se met alors à tousser, penché un petit peu en avant à cause de la douleur. Est-ce que les bleus apparaîtront réellement sur son corps une fois déconnecté du jeu ? Il n’en sait rien, pourtant chacune des douleurs semblent terriblement réelles.

Le coup suffit à lui faire perdre un peu de vision, ce qui n’est pas forcément une bonne chose. Mue par un instinct de survie, il se met à reculer lentement, afin d’éviter qu’il ne se fasse attraper la cheville et renversé sur le sol. Au sol, le combat sera certainement plus violent, et certainement la fin. Mais il n’est pas prêt de mourir tout de suite. Ainsi, après quelques secondes, éludant légèrement les plaintes évoquées par Praying, il s’éloigne un petit peu, contrant sans vraiment l’avoir prédit un autre assaut de l’homme. Ce dernier, après s’être relevé à tenter de l’attraper par les épaules. Un échec dont il tire avantage en donnant un coup de pied assez fort, qui atterrit dans la cuisse de l’homme.

« Fou moi la paix ! »
qu’il tente de dire, plus dans un souffle qu’autrement. Pourquoi souhaite-t-il à ce point lui faire du mal ? Il n’a pas vraiment le temps de répondre à cette question, car tandis qu’il marche pour s’éloigner, il sent une masse le retenir, peut être une main, ou un croche pied, ou même tout le corps de l’autre homme. Néanmoins, sa tentative de s’éloigné ne se couronne pas de réussite, et aussitôt, il sent bien que ce soit dans son dos, un coup de poing assez violent, le faisant tombé à genoux.

A ce rythme-là, il sera mort dans moins de dix minutes.

50 places vie 14/20
(relique miroir): effet miroir




© 2981 12289 0


Zugzwang...
⊹ lumos maxima


Dernière édition par Soren Dawson le Sam 1 Oct - 18:58, édité 2 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Sam 1 Oct - 18:37
Le membre 'Soren Dawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'DEATH MATCH ' :

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mar 18 Oct - 20:43
The things you own end up owning you.
Hyde & Praying Mantis
Ta brebis qui semble être lassée. Ta brebis semble se rendre compte de sa situation. De sa précaire situation. Et toi ? Peut-être que tu te laisses aller à la folie. Peut-être que tu te laisses doucement emporter. Peut-être que tu es totalement cinglé. Mais tu te sens bien. Tu te sens à l’aise, malgré ses coups et malgré la douleur qui en résulte. « Fous-moi la paix ! » Et toi, tu souris. Tu souris de toutes tes dents. Comme s’il venait de dire quelque chose de marrant. D’extrêmement hilarant.
Alors, la brebis tente de s’échapper. Alors, Blanchette, petite chèvre blanche, regretterait-elle son envie de liberté ? Regretterait-elle de s’être trop vite éloignée ? Ta main l’attrape. Ta main vient à lui et ton poing cogne. Tu cognes avec violence, pour l’arrêter. Pour le rappeler à l’ordre. « Voyons voyons, tu me sembles bien malpoli, tout d’un coup. » Tu en oublierais presque les phrases qui s’étaient échappées de ta bouche auparavant. Comme si, puisqu’elles n’avaient pas été relevées, n’avaient pas lieu d’exister. Tu souffles. Tu souffles et tu souris. Tu souffles, pour t’avancer encore. Pour profiter de ce corps sur le sol. Pour cogner encore. Pour aller enfoncer ton pied dans son estomac. Tu profites qu’il soit au sol. Peut-être que tu es le pire. Peut-être que tu es vicieux. Le plus mauvais des deux. Celui qui fait les reproches. Celui qui fait l’inverse de ce qu’il exige. L’un des pires abrutis. Tant pis. Tu préfères poser ton pied sur son dos. Tu préfères appuyer. Sentir la résistance de ses côtes. Tu préfères l’entendre gémir plutôt que de réfléchir. Plutôt que de trop penser à ce que tu devrais faire pour t’accorder avec tes idées. Tu souffles. Tu souffles doucement, entre tes dents. « Alors, Hyde ? » Alors, alors ? Tu balances. Tu balances ta phrase. Instant de pause. Pour mieux marquer l’instant. Pour mieux marquer le moment. « Tu regrettes de t’être pris pour une petite frappe ? » Ou est-ce que ça va, pour l’instant ? Ou est-ce qu’il a besoin de souffrir encore un peu plus ? D’être une torche vivante, pour comprendre ses erreurs ? Pour comprendre qu’on ne peut pas mettre fin à tes jeux comme on le désire ? On ne peut pas mettre fin à tes jeux quand on le désire. Peut-être même que ce n’est pas toi qui décide. Peut-être même que ce n’est pas toi qui choisit ce que tu vas faire. Ce que tu veux faire. « On continue notre petit jeu ? » proposes-tu, avec ton grand sourire et tes yeux froids. Avec ton cœur déchu, tes ailes de sang, et tes crocs de loup. Avec ton âme de démon, ton sang pourri et cette odeur rance. Et tu continues. Tu continues la pression sur sa cage thoracique. La pression du monde sur cette petite personne au sol. Au diable les faibles, seuls les forts resteront.

Jonah :

50 places vie 17/20
(relique du sadique) +3/tour (inférieur)





Dernière édition par Jonah Hall le Mar 18 Oct - 21:56, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mar 18 Oct - 20:43
Le membre 'Jonah Hall' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'DEATH MATCH ' :
avatar
<b>bavardages</b> 133 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Jackson Rathbone
CREDITS : black madness
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mar 8 Nov - 20:15
Courir ou mourir ? #JonahLe combat n’est pas équitable, et Soren se rend progressivement compte qu’il a un petit peu sous-estimer l’homme face à lui. Ce Parying semble clairement avoir un avantage sur lui, principalement en combat au corps à corps. Il faut admettre que le Gaia n’a quant à lui pas vraiment d’atout dans ce domaine. Bien sûr, plus jeune il a joué à la bagarre avec d’autres garçons et à tenter pus d’une fois d’en blesser quelques-uns. C’est une sorte de passage obligatoire quand on est un garçon, et même si Soren est quelqu’un de doux et calme, peu enclin aux activités casse-cou, il a néanmoins très vite appris les bases essentielles.

Tout d’abord les coups de poings, que son père s’amusait à corriger, à l’instar de la position de ses jambes. Un jeu entre eux, comme beaucoup de petit garçon avec leur père. En grandissant il a appris à mieux frapper, plus fort et sans se faire mal, soulageant ses poignets. Mais, en dehors de ces points essentiels, qui relèvent plutôt de l’instant, il n’y connaît pas grand-chose.

En revanche, c’est un garçon plutôt à l’aise en combat à distance. Du moins en théorie, parce qu’il n’a jamais vraiment essayé de se battre même à distance. Depuis son arrivée à Darwin’s Harbor, tout semble changer. La conception de sa vie toute entière se retrouver modifiée, et des choses qu’il n’avait jamais envisagé lui apparaissent désormais de l’ordre du possible. Ayant pratiqué le tir à l’arc une bonne partie de son enfance et de son adolescence, il est certain qu’il sait en théorie comment abattre une cible, même de très loin.

Si le combat avec Praying était à distance, peut-être bien qu’il aurait l’avantage. Mais pas ici, c’est une évidence qu’il comprend après les premières minutes. Par une erreur de placement bête, l’homme parvient à le faire tomber. Mains en avant, les avant-bras servant à le protéger, Soren n’a d’autres choix que de tomber en avant, amortissant la chute du mieux qu’il peut.

En dessous de lui, le sol arbore une sorte de gravillon gris, de la même sorte que l’on met dans les parcs ou lieux publics. Les gravillons rentrent immédiatement dans la peau du jeune homme, et lui font quelques entailles sur les coudes et les mains, le faisant saigner. Néanmoins, bien loin de penser à la douleur, il tente de se dégager. Une tentative veine car très vite il sent le pied de l’homme s’écrasé sans ménagements sur son dos.

Le pied est dans une botte en elle-même très lourde, et le poids suffit à lui faire perdre la respiration quelques secondes. Lourdement, il tente de respirer, bien que ses poumons soient désormais comprimés contre le sentier du labyrinthe. Un grognement s’échappe de sa bouche, cherchant désespérément une solution au problème. S’il reste trop longtemps sur le sol, il est certain qu’il finira par mourir, l’homme possédant une arme blanche. Seulement…dans la position où il est, il ne voit pas vraiment comment faire.

Impossible d’atteindre la cheville de son agresseur afin de le faire potentiellement basculer. Impossible aussi de se relever, sans risque un gros coup de pied sec, qui risquerait de faire des dégâts évidents. « Tu regrettes de t’être pris pour une petite frappe ? » que lance Praying un peu rageusement. Au fond, non pas vraiment. Soren n’a techniquement même pas cherché à le blesser, mais plutôt à fuir. Il faut croire que l’homme en face de lui cherche tout simplement la bagarre. Peut-être est-il encore en colère pour la course poursuite de la dernière fois ? Il faut admettre que le jeune homme a réussi à exploit et connaît désormais une faiblesse cruciale chez lui : il a peur de l’eau, ou ne sait pas nager. Une information qui vaut cher, surtout dans un jeu comme celui-ci. Peut-être que l’humiliation a été trop forte.

Malheureusement, la position actuelle n’est pas assez favorable pour faire de l’ironie ou être insolent là-dessus. Rapidement, Soren empoigne des gravillons, le seul objet qu’il a sous la main et le lance à porter des yeux de son agresseur. Il recommence même l’opération pour s’assurer que cela réussis, profitant de ce moment de surprise pour se dégager, et même faire trébucher l’homme pour qu’il remplace sa place au sol.

Surprit de son efficacité, Soren donne un gros coup de pied dans les côtés de l’homme, puis un autre s’acharnant un peu sur lui pour lui rendre les coups. Il n’est pas maître de lui vraiment, mais après quelques coups il recule.

« Fou moi juste la paix ! » qu’il balance, acerbe. Pourquoi est-il si difficile de lui foutre la paix ? Pourquoi lui ? Il a encore du mal à se familiariser avec le jeu à vrai dire. Profitant de son avantage, et d’une pierre posée non loin sur le sol, il la récupère et se penche pour lui couper le bras. S’il tient à continuer, il ne fuira pourtant pas, il est prêt à se battre. Même s’il n’a pas la même chance que lui et n’a pas d’armes, excepté cette pierre.


10 points de vie VIE 10/20
Reliques :
- relique survivant >protège d'une attaque
- relique unique miroir > effet miroir

Utilisation : J'utilise la relique miroir.

Dégâts : -6 points

© 2981 12289 0



Zugzwang...
⊹ lumos maxima


Dernière édition par Soren Dawson le Mar 8 Nov - 20:34, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mar 8 Nov - 20:15
Le membre 'Soren Dawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PVE : DM' :

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mer 9 Nov - 19:40
The things you own end up owning you.
Hyde & Praying Mantis
Les coups pleuvent. Les coups qui t’échauffent l'esprit. Les coups qui t’appellent un peu plus à la violence. Tu veux lui faire du mal. Pire encore, peut-être : tu en as besoin. Tu as besoin de lui faire du mal. Tu as besoin de voir ce regard paniqué, tu as besoin de voir ce regard qui réalise doucement la situation dans laquelle il s’est fourré. Tu as besoin de comprendre ces choses-là. Pour mieux vivre, pour mieux accepter. Pour sentir le fourmillement dans le bout de tes doigts. Tu menaces. Tu menaces, alors que s’échappent de sa gorge quelques grognements d’insatisfaction.
Est-ce que tu es énervé ? Est-ce que tu voudrais lui faire payer l’affront de la dernière fois ? Probablement. Tu voudrais lui prouver que tu n’allais pas laisser passer ce qu’il t’avait fait. Parce que tu détestais l’idée d’être humilié. Parce que tu ne voulais plus jamais l’être. Tu ne voulais plus jamais revivre quelques traumas d’enfance, quelques épisodes que tu avais appris à parfaitement détester.

Des gravillons viennent gifler ton visage. Tu as reculé, surpris. Tu as reculé, retirant ton pied de son dos, pour simplement te protéger. Et tu trébuches. Tu trébuches et c’est comme si tu revoyais ton erreur au ralenti. C’est comme si tu revoyais tes bêtises, ton unique connerie. Tu n’aurais pas dû bouger. Tu aurais peut-être même mieux faire d’en terminer. De l’achever tant que tu en avais l’occasion. Mais est-ce que ce n’est pas agréable, justement ? Est-ce que le jeu n’en vaut pas la chandelle ? Tu devrais peut-être t’inquiéter. Tu ferais mieux de t’inquiéter, surtout lorsque ton dos vient brutalement heurter le sol dur et froid. Tu devrais peut-être commencer à paniquer, mais il faut croire que tu es trop tête brûlée pour vraiment piger le danger.
Coup de pied dans tes côtes. Coup de pied qui se répète, et tu sens le sang venir perler au bord de tes lèvres. Le sourire reste pourtant incrusté sur ta figure, comme si la blague qu’on te faisait était merveilleuse. « Fous-moi juste la paix ! » balance ton nouveau bourreau. Alors, tu ricanes. Tu ricanes à la bonne blague. Tu t’es tourné vers lui, pour te remettre sur le dos et tu secoues négativement la tête. « Non, je ne te foutrais pas la paix. » soumets-tu, en détachant le plus correctement chaque syllabes.
Une coupure sur ton bras et tu râles. Tu te cambres et tes lèvres laissent échapper un grognement. « T’as déjà tué ? » demandes-tu soudain. Parce que tu venais de te retrouver bien amoché. Parce que tu voulais savoir si le doute allait tinter ses prunelles, si jamais il arrivait trop près du but. Si jamais il pouvait saisir très fortement l’occasion de t’étriper. « Ça te fait pas peur ? » demandes-tu encore, avant de diriger ta main vers ta lame. Parce que ça a suffisamment duré. Parce que tu ne veux pas non plus crever là. Même si tu aimes goûter au danger. Alors tu plonges. Alors tu te redresses légèrement, pour attraper la jambe de ton nouvel ami. Tu te laisses le droit de planter ta lame dans le mollet qui t’était offert. Pour te venger. Pour qu’il comprenne que tu n’allais pas le laisser ainsi s’en tirer. Tu n’allais pas le laisser s’échapper. Et tu le tires à toi. Tu le tires au sol, pour vous emporter dans un roulé-boulé. Pour vous emporter dans une dédale de coups de poing, pour continuer de batailler. Pour lui montrer que tu n’en avais pas encore terminé.

Jonah :

50 places vie 11/20
(relique du sadique) +3/tour (inférieur)





Dernière édition par Jonah Hall le Mer 9 Nov - 20:09, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mer 9 Nov - 19:40
Le membre 'Jonah Hall' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'DEATH MATCH ' :
avatar
<b>bavardages</b> 58 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : MILICIEN.
CREDITS : GENIUSPANDA.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mar 22 Nov - 14:56
Celle-qui-jamais-ne-mentit.

Sous la violence et les respirations saccadées. Sous le sang et la transpiration. Arrive une ombre silencieuse. Cette ombre ressemble d'abord à un mirage - elle ne fait pas assez de bruit pour être réelle. Pourtant, on la voit se mouvoir jusqu'aux deux combattants, et on pourrait jurer voir un air stoïque lui tirer les traits. Pourtant, elle n'a ni visage, ni membres apparent : on ne discerne qu'une longue cape noire qui lui sert de veste. Le non-visage inconnu pourrait être pris pour un névrosé, mais l'on comprend promptement pourquoi elle est là. Et pourquoi elle vient poser ses mains sur les épaules des combattants. Sa gestuelle est assurée, tout comme son ton qui coule sur l'esprit des gens comme pour les laver de leur colère:

- Le combat a assez duré, vous ne trouvez pas ?

Les mots n'ont pas besoin d'être plus développés ; on comprend rapidement qui elle est, et au nom de qui elle parle. La milice souffle un vent de paix sur le visage des deux jeunes qui doivent se sentir troublés par l'ivresse d'une rencontre presque surréaliste.

La milice est.
Voilà ce qu'ils doivent réaliser.


Dernière édition par MILICIEN le Ven 23 Déc - 16:15, édité 1 fois
avatar
<b>bavardages</b> 133 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Jackson Rathbone
CREDITS : black madness
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Dim 27 Nov - 18:52
Courir ou mourir ? #JonahIl est presque sûr que le combat n’est pas équitable, pour autant, Soren n’a pas d’autres choix que de continuer et se défendre pour éviter l’issu de la mort. Il n’a pas perdu de vie depuis son arrivée sur le Darwin’s Game, peut-être parce qu’il ne se mêle pas vraiment au jeu. Le jeu n’est pas vraiment ce qu’il préfère, et c’est sa curiosité qui l’avait mené sur celui-ci. A l’époque, il ignorait tout du jeu, et bien que les médias ne cessent d’en parler, il n’avait pas vraiment compris les enjeux de la polémique. Désormais il la comprend clairement, car Chicago devient un lieu de colère, aussi bien de manière IRL qu’ici, comme dans ce labyrinthe. Il pourrait se poser la question de pourquoi l’homme face à lui est si violent. A-t-il un passé de criminel ? Des maladies mentales ? Est-il frustré de quelque chose ?

Peu importe ce que c’est, il doute sincèrement qu’un homme normal et censé arrive à atteindre ce degrés de violence si rapidement, même au sein d’un jeu. Bien sûr, il connaît plus ou moins ces hommes très irritables et irritants dans les MMORPG, ou dans les FPS, quand ces derniers prennent trop goût au jeu. Est-ce que le succès et l’horreur du Darwin’s Game tient de cela ? Est-il trop immersif ? C’est sans doute un élément de réponse.

Quoiqu’il en soit, il tente de se défendre pour ne pas entrer dans un cercle vicieux. Plus tu perds de vie, plus tu angoisses, et plus tu perds la tête. A ce qu’en disent les médias. Et évidemment, proche de zéro, tu sais qu’inévitablement, tu risques de perdre la vie pour de bon. Un détail dont il faut se rappeler. Pour toutes ces raisons, Soren a eu tendance à éviter les bagarres et autres.  

Sans vraiment s’y attendre, Praying pose une question surprenante. Soren a-t-il déjà tué ? Il reste figé tant la question le saisit, et le fixe un peu paniqué, tandis que sa main tient toujours cette pierre, accessoire de fortune dans sa défaite. Que peut-elle bien faire contre une arme blanche ? Et contre la force de cet homme ? Il n’ose même pas répondre, à quoi bon ? Est-il réellement capable de tuer ? Il pense que oui, si sa vie est menacée.

« Et alors quoi ? Tu crois que j’vais te laisser me tuer ?! » Il n’est pas débile, il compte bien se défendre. Mais sans s’y attendre de nouveau, l’homme saisit son arme et plante son couteau dans son mollet.

La douleur, grandissante à mesure que la plaie s’ouvre arrache un cri violent au jeune cuisinier, qui perd l’équilibre et tombe sur le sol. Les graviers en profitent même pour érafler ses avants bras et ses mains dans sa chute. Perturbé, il pose une main sur la blessure, inondée de sang. Elle n’est pas fatale, mais bien douloureuse, et l’homme face à lui à marquer un bon point. Avec cette blessure, il aura du mal à s’enfuir quelque part, et à rester debout de manière générale.

Un peu désespéré, il serre son beau de pierre dans sa main, bien décidé à même l’assommé s’il le faut. C’est à ce moment précis qu’une ombre se dessine derrière. Une ombre sombre, dont le visage n’est pas définit précisément. Peut-être un allié de l’homme ? C’est la première pensée concrète que le Gaia a. Mais très vite, tout dans l’attitude de cette personne lui indique que cela ne peut pas être ça.

« Que.. » qu’il parvient à dire, toujours avec douleur, tandis que la personne parle clairement et distinctement. L’agresseur du chasseur n’a pas encore vue cet homme, mais bientôt il se retournera pour lui faire face. Cette personne énonce le fait que le combat à asse duré. Vaguement, Soren commence à comprendre de qui il s’agit. La milice, récemment arrivée, qui a même établit un territoire neutre et sans violences. C’est la première fois qu’il a affaire à eux, mais visiblement, leur rôle, ils le prennent bien à cœur.

Lentement, il s’éloigne de son agresseur, puis tente de me remettre debout, non sans plusieurs gémissements. Si la milice est là, il est presque sûr que le combat est terminé. Cependant, avec l’homme en face de lui, on est pas vraiment sur de ce qu’il peut faire. Peut-être qu’il est capable de trancher la gorge non seulement de Soren, mais aussi de l’intervenant de la milice juste par plaisir. Méfiante, le chasseur recule, hochant la tête positivement. Selon lui, le combat ne devait même pas commencer, il a tout fait pour l’éviter. Néanmoins, il n’est pas sûr que son adversaire l’entende de la même manière.

10 points de vie VIE 6/20
Reliques :
- relique survivant >protège d'une attaque
Dégâts : 0 points (pas de lancer de dés vue l'intervention de la milice)
© 2981 12289 0



Zugzwang...
⊹ lumos maxima

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Sam 3 Déc - 21:49
The things you own end up owning you.
Hyde & Praying Mantis
« Et alors quoi ? Tu crois que j’vais te laisser me tuer ?! » Absolument pas, non. Au fond, c’est même mieux qu’il se débatte. C’est même mieux qu’il s’acharne à te blesser. Parce que la douleur est agréable, parce qu’elle t’aide à te sentir vivant. Parce que voir la souffrance dans le regard de l’autre t’aide à te sentir un peu plus grand. Et tu pourrais cogner encore. Tu pourrais frapper l’homme jusqu’à ce que mort s’en suive. Jusqu’à ce que son sang tâche le gravier. Tu voudrais. C’est la seule idée qui t’occupe l’esprit. Tuer. Tuer pour te sentir en vie.

C’est comme si le temps avait été suspendu. C’est comme si quelque chose d’étrange vous avait interrompu. Une main qui se pose sur chacune de vos épaules, une main qui t’empêche d’asséner au garçon un nouveau coup de poing. « Le combat a assez duré, vous ne trouvez pas ? » Tu fixes l’entité avec un regard presque fou. Comme si tu ne savais quoi dire, comme si tu ne savais comment réagir. Il y a comme une forme d’autorité qui s’en dégageait. Quelque chose qui t’empêchait presque de la contredire. Un milicien. Tu l’observes, partagé. La lame encore levée. Qu’est-ce que tu devais dire ? Est-ce que tu devais te rebeller ? « Pourquoi ? » éructes-tu, presque péniblement. Comme s’il te coûtait de balancer de tels mots. Mais tu estimais avoir le droit à l’information. Tu estimais avoir le droit de comprendre pourquoi Hyde semblait si .. Intouchable. Comme si le destin le sauvait à chaque fois. « Il a été méchant avec moi. » soulignes-tu. Gamin. Grand enfant. Tu as essuyé la lame de ton couteau contre ton pantalon. Tes mains se sont retrouvées dans ton dos, comme un gosse trop sage, alors que tu repliais ton cran d’arrêt. Tu grinces des dents. Tu grognes tout de même un peu, alors que tu remarques que ton opposant s’est reculé. Il s’écrase, lui aussi. Plus que toi, probablement. Bien plus que toi.
Ça tourne dans ta tête. Ça tourne et ça te retourne l’esprit. Tu laisses l’autorité avoir raison de toi. Tu le laisses commander. Une nouvelle fois, tu as échoué. Une nouvelle fois, tu n’as pas réussi à accomplir tes promesses. Ta promesse. Tu déglutis, péniblement. Tu déglutis, alors que la colère s’enfonce dans le plus profond de ton corps. Tu pourrais presque taper du pied. Tu pourrais presque sauter à pieds joints en hurlant que tu n’es pas content. Que le brun se fout de ta gueule, et que ça ne te plait pas. Vraiment pas. La semelle de ta chaussure racle le sol. Tu fais un pas sur le côté. Un pas pour t’éloigner et du milicien et de Hyde.
Tu fuis. Tu fuis, les mâchoires serrées. Tu fuis, pour essayer de cacher ton hurlement. Pour essayer de l’étouffer. Pour essayer de t’étouffer. Tu te mords le poing. Tu te mords presque jusqu’au sang. Jusqu’au sang. Jusqu’à ce que le fer vienne t’écœurer. Jusqu’à ce que tes mains tremblantes finissent par s’écraser quelque part. Contre le premier tronc à proximité. Jusqu’à ce que tu finisses d’écorcher tes paumes. Jusqu’à ce que tu réussisses à te calmer. Jusqu’à ce que ta rage te fasse avancer, pour essayer de te sortir du labyrinthe. Pour essayer de t’en tirer, sans te taillader des veines. Pour essayer de t’en sortir, sans ajouter à ton âme des nouvelles blessures. Sans te forcer à crever.

Jonah :

50 places vie 11/20
(relique du sadique) +3/tour (inférieur)


avatar
<b>bavardages</b> 58 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : MILICIEN.
CREDITS : GENIUSPANDA.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mar 20 Déc - 20:58
(Sorry pour le retard :/.)
Celle-qui-jamais-ne-mentit.

L'ombre, l'inconnu(e) est étonné(e). Une coopération quelque peu étrange, mais aucune rage pour arracher les traits des deux inconnus. Que de la peur et des pleurs inquiets se collent aux faces des deux garçons. L'un reste figé tandis que l'autre semble fuir - mais quoi ? Certainement l'autorité, ou bien tout simplement lui-même. Cette fuite est pourtant la marque de la fin de ce conflit : l'enragé s'en est allé souffrir de sa propre existence ailleurs. La milice se tourne alors simplement dans l'ombre et estime avoir fait son devoir ; seulement, elle connaît les moeurs de ces gens-là. Alors elle préfère articuler, avant de s'évaporer :

- Ne recommencez pas cette bataille. Ou bien la milice reviendra.

Pas de suite à cela, mais tout le monde en ces lieux entend les échos de ces mots ; une seconde intervention ne sera pas aussi douce. Alors il vaudrait mieux s'apaiser, et empêcher le sang de couler ; pour une unique fois en ce monde de destruction. La Milice ne tue pas, mais elle a les moyens de vous faire taire ; et de vous empêcher de jouer, à jamais. Ou du moins, assez pour avoir envie de ne plus jamais se reconnecter après.
avatar
<b>bavardages</b> 133 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Jackson Rathbone
CREDITS : black madness
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   Mer 28 Déc - 0:02
Courir ou mourir ? #JonahLa discussion entre Jonah et la Milice semble un peu celle qu’un enfant aurait avec ses parents suite à une bêtise. Une discussion enfantine, qui trahit quelque chose de très juvénile chez cet homme qui pourtant n’hésite pas à sauter sur Soren pour le tuer. C’est quelque chose qui déstabilise assez le cuisinier, qui regarde son agresseur comme s’il le voyait un peu mieux pour la première fois. Comme s’il voyait son vrai visage. Se pourrait-il que cet homme soit encore jeune dans sa tête ?

Quoiqu’il en soit, Praying Mantis se défend en affirmant que Soren a été « méchant » avec lui. Le jeune gaia, plus que surprit de cet aveu ouvre la bouche mais ne dis rien. Que dire après tout ? Non, c’est faux ? Il n’a fait que se défendre après tout, mais aux yeux de la milice, il doute sincèrement qu’elle s’occupe de tels enfantillages. Qu’ont-ils à faire de savoir de qui des deux a commencé la bagarre ? Tout ce qui semble compter à leurs yeux, c’est la fin de ce combat. Et le chasseur ne va pas se faire prier pour y mettre fin, car après tout, c’est de sa vie dont il est question.

Après une dernière phrase de la milice, Soren aperçoit l’entité disparaître et il se demande comment diable cela est-il possible. Parfois, jouer à Darwin’s Game lui fait perdre le sens du réel, et bien souvent il confond la réalité avec le virtuel, comme en cet instant. Troublé il bouge la tête, voyant par la même occasion son agresseur s’enfuir. Peut-être qu’il s’est résigné à se battre, et que les conséquences semblent trop grandes pour risquer de le frapper encore. Quoiqu’il en soit, c’est sans avoir perdu de vie que le récent jouer, membre des gaias parvient à s’en sortir.

Un match nul finalement, et non sans s’assurer que son bourreau revienne, il décide de partir en direction du QG des gaias. A cette heure-ci, il ne doit plus y avoir grand monde, la soirée était bien engagée. Peut-être quelques tardifs mais guère plus, ce qui va lui permettre de panser ses plaies sans avoir des interrogations sur ce qui vient de se passer. La vie en communauté peut être bouleversante un peu. Bouleversante, mais sûrement moins que ses multiples rencontres avec le jeune métisse.

FIN

© 2981 12289 0


Zugzwang...
⊹ lumos maxima

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Courir ou mourir ? [Jonah & Soren]   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM