Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 down to her place near the river / harley quinn
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 274 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Joseph Gordon Levitt
CREDITS : av (tik tok), sign (silver lungs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : passif


MessageSujet: down to her place near the river / harley quinn   Mar 16 Aoû - 22:33
Le soleil descend doucement à l’horizon lorsqu’il atteint finalement la rive. La pointe de terre qui s’avance discrètement dans la rivière se trouve à la lisière du territoire ESHU; un vieux bâtiment, où il a l’habitude de paresser, lui offre depuis son toit une vue imprenable à la fois sur la rivière, sur la frontière des terres ATOM et la forêt. Depuis le perchoir, on voit un bout de ville où, semble-t-il, les nouveaux joueurs se retrouvent souvent; par hasard, ou par probabilité habilement codée à même le jeu. De là, il aurait une vue parfaite pour les descendre un à un, mais ça n’est pas son genre de passe-temps. Non, lui il observe, il apprend, se contente de ne pas refaire les mêmes erreurs. Parce qu’il le veuille ou non, il est nouveau, lui aussi, même s’il le cache assez bien pour ne pas se faire embêter par les autres.

Il grimpe sans trop de problème la cage d’escaliers à moitié démolie qui mène au toit. Chaque fois, l’état des lieux semble se dégrader, ce qui ne l’empêche pas de revenir chaque fois que l’envie lui prend. À sa connaissance, personne n’a adopté l’endroit à part lui, et il ne l’a montré qu’à une seule personne : la silhouette même qu’il reconnaît alors qu’il se hisse jusqu’au sommet, les cheveux bariolés, qui lui tourne le dos. La coleader ESHU était l’une des rares personnes qui avait su attirer son respect malgré qu’il la connaisse peu. Une impression étrange qu’il n’avait jamais cherché à s’expliquer. Son regard se porte un instant sur le reflet du soleil couchant sur l’eau, sur le ciel qui s’obscurcit.

Harley takes you down to her place near the river, qu’il chantonne, un sourire en coin, s’approchant lentement derrière sa chef, d’un pas fauve. You can hear the boats go by and you can spend the night beside her. Sa voix un peu grave, rauque, étonnamment juste pour quelqu’un qui, de prime abord, ne paraît pas particulièrement doué dans le domaine des arts – et il ne l’était pas non plus, réellement. Il suffisait d’une bonne dose de charisme et d’une voix juste, et c’est ce qu’il lui restait après les quelques années qu’il avait passées à divertir les clients du casino de celui qu’il considérait comme un père.

Il prend place à côté d’Harley Quinn, laissant ses jambes pendre dans le vide devant eux. Il remarque alors que c’est sans doute le combat acharné qui se déroule juste là, sous leur nez, qui attirait l’attention de la demoiselle. « And you know that she's half-crazy but that's why you want to be there », qu’il conclut, décochant à la blonde un sourire moqueur, sachant pertinemment qu’il se prendrait peut-être un pain pour le sous-entendu. « Comment est le spectacle? » Il brise le petit silence qui s’est installé d’un commentaire anodin alors qu’il fiche entre ses lèvres un bâton roulé hâtivement. Il agite frénétiquement le briquet récalcitrant avant de finalement en tirer une flamme; conscient que c’était sans doute sa dernière utilisation, il balance sans retenue l’objet en plein milieu du combat. Le bruit du métal contre un rocher au sol attire l’attention de l’un des deux combattants, qui se laisse distraire une seconde de trop – l’autre en profite pour lui entailler le bras. Alors même que le cri de douleur du combattant résonne contre le bâtiment, Cyrus ricane.


a city's like
a woman
or a casino
somebody's got
to win, and it's
gonna be me
avatar
HARLEY QUINN
<b>bavardages</b> 1228 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Margot Robbie
CREDITS : jugband ; nymeria ; Dradra ❤ ; Caïn ❤ ; Barbie ; Akata
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : pro-dg passive


MessageSujet: Re: down to her place near the river / harley quinn   Mer 17 Aoû - 16:49
DOWN TO HER PLACE NEAR THE RIVER
cyrus ♦ harley quinn
— I like my town with a little drop of poison, nobody knows, they're lining up to go insane —

C'est avec nonchalance que je me suis assise sur le rebord de ce vieux toit. Mon expérience passée avec Gabriel ne m'aura pas empêchée de poursuivre ma passion pour l'escalade de lieux improbables dans Darwin, bien au contraire. Ce petit coin de paradis, en plein territoire ESHU et avec vue imprenable sur l'autre rive, c'est Cyrus qui me l'a montré. Sans que je ne comprenne vraiment pourquoi, ni comment, d'ailleurs. C'est l'une des rares personnes avec qui je partage une insouciance non feinte malgré le peu que je sais de lui ; comme si nous avions éveillé l'un chez l'autre une certaine notion de 'camaraderie', quoiqu'un peu vicieuse.

J'observe l'horizon, réalisant à quel point les développeurs de ce jeu mortel ont eu une ambition et une imagination sans faille. Je pourrais presque croire être là-bas, dans la réalité. À la différence près que je ne m'habille pas comme si j'étais Harley Quinn tous les jours à Chicago. Bon, ici non plus, remarque. La tenue rouge sombre et noire, c'est certes ma marque de fabrique, mais tout son intérêt réside dans le fait que si je décide de me dissimuler, là on ne me reconnaît plus. Pas folle, la bête. Mais il n'empêche que le décor est grandiose. Le soleil qui se couche, là au loin, vers le territoire atom, les ruines, les immeubles... Mes yeux sont attirés par des mouvements en contrebas, de l'autre côté de la rive. Probablement un newbie qui se fait lyncher. L'once d'un sourire vient animer mes lèvres et je regrette presque ma solitude momentanée...ce serait nettement plus drôle si nous étions deux à assister au spectacle. 'Harley takes you down to her place near the river' C'est la voix un peu rauque d'un homme qui m'arrache à la contemplation du combat et je fronce les sourcils. Si la voix m'est vaguement familière, la chanson l'est d'autant plus sans que je n'arrive clairement à mettre le doigt dessus. La mélodie remue quelque chose en moi, comme si je l'avais entendue, il y a longtemps, et qu'elle n'attendait que cette occasion pour refaire surface. Je ferme les yeux et je pourrais presque sentir la chaleur suffocante de mon enfance. Mais sans trop savoir pourquoi. 'You can hear the boats go by and you can spend the night beside her.' Le brun s'assoit à mes côtés, sans que je n'aie daigné lever la tête à son encontre. Bien trop absorbée dans mes pensées pour faire quoi que ce soit d'autre, et surtout surprise qu'il chante ainsi. Sa voix a quelque chose d'apaisant, contre toute attente. D'apaisant et pourtant...pourtant. Je ne peux m'empêcher de noter une pointe d'ironie dedans. Ironie qui rend justement le personnage de Cyrus intéressant à mes yeux. Parce qu'il n'est pas si facile à cerner que cela. Est-ce que c'est ce détail, justement, qui nous rapproche ? Je lui offre enfin un air ravi de le voir. « And you know that she's half-crazy but that's why you want to be there » Mes yeux s'agrandissent de surprise face à son sourire moqueur et je finis pas lâcher un petit rire, bonne joueuse. Puis un sourire, carnassier. Histoire qu'il ne sache pas sur quel pied danser. Il devait bien se douter que c'était à double tranchant, la petite blague. « Comment est le spectacle? » Il continue, l'air de rien. Tout en allumant sa cigarette, comme s'il était en train de commenter les résultats du Superbowl. Mon sourire persiste, tandis que son manège permet à l'un des combattants d'atteindre l'autre d'un coup de lame. Un ricanement franchit les lèvres de l'eshu qui m'accompagne. Outch. Mes yeux ne le lâchent pas et je me rapproche de lui, féline. Comme si c'était une proie ; ma proie. « Half crazy, hm ? C'est ... tout ? » Je m'amuse, un peu. À ses dépens, sans doute. Ma main se pose sur sa cuisse, distraction évidente de mes desseins. Et je le regarde toujours droit dans les yeux, comme pour le titiller. Un peu. Si peu... Puis, d'un geste rapide, je viens planter la lame de mon poignard buck à quelques millimètres de sa cuisse, utilisant pour cela ma main libre, qu'il n'a probablement pas regardée trop absorbé par mon petit jeu. Ou bien alors a-t-il décidé de se laisser faire, d'attendre de voir si j'irai jusqu'au bout ou non. Moi, je l'observe toujours, comme pour absorber ses moindres réactions. Et, comme pour ponctuer le geste, je lui fais un clin d'oeil. « Harley est entièrement cinglée, tu devrais le savoir pourtant. » Ben oui voyons Cyrus ! Sans une ombre d'agressivité, je range sagement l'arme dans son étui, la cachant ainsi à sa vue.

Je profite ensuite de notre proximité pour lui chiper la cigarette avec un grand sourire avec cette même main qui, quelques secondes plus tôt, était sagement posée sur sa jambe. « Tu devrais chanter plus souvent. » Compliment détourné qui ne répond absolument pas à sa question. Tant pis. Je tire lentement une latte du cylindre qui ne m'était absolument pas destiné, puis le lui tends. Généreuse cleptomane. Mon regard se perd ensuite quelques instants sur le combat qui se déroule en bas, mais je ne parviens pourtant pas à me concentrer dessus ; encore moins à lancer nos paris idiots. Quelque chose dans la mélodie qu'il a chantée ne me lâche pas, sans que je ne sache toujours ce que c'est. J'ai dû l'entendre une fois, ou deux. Et, trop occupée à l'oublier dès l'instant où elle a effleuré mes tympans, je n'en ai pas gardé les fragments de souvenirs qu'il aurait fallu. To her place near the river... Décidément, il y a quelque chose. Mes yeux se vrillent sur les siens, curieuse. « C'est quoi, cette chanson ? » Je les ferme ensuite, comme si je tentais de me remémorer la pièce manquante du puzzle, mais sans succès. Ce qui est diablement frustrant. « ... ça me dit quelque chose ... » Un murmure qui s'échappe de mes lèvres tandis que je me plonge dans mes souvenirs musicaux.




Lost in translation


HARLEY'S OUTFIT
Spoiler:
 
avatar
<b>bavardages</b> 274 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Joseph Gordon Levitt
CREDITS : av (tik tok), sign (silver lungs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : passif


MessageSujet: Re: down to her place near the river / harley quinn   Lun 22 Aoû - 22:31
Il hausse un sourcil, mais ne daigne pas esquisser le moindre geste de recul, l’ambre de ses yeux toujours ancrée dans le regard torve d’Harley Quinn, qui se plaît visiblement à passer d’un extrême à l’autre. Ça aurait pu avoir le mérite de le déstabiliser s’il n’était pas victime d’un excès de confiance; persuadé qu’il avait su tirer à la chef un semblant de respect, il ne s’imagine pas qu’elle pourrait tenter la moindre bassesse à son égard. Un coin de son cerveau sonne l’alarme sans qu’il sache réellement pourquoi. Trop occupé à détailler les traits de la demoiselle qui s’approche, lâchant une question paresseuse, glissant une main presque indécente sur sa cuisse. Pourtant, la senestre aventureuse ne lui arrache aucune réaction; il n’interrompt pas le rituel sacré qui consiste à profiter au maximum de la première bouffée de sa cigarette.

Le bruit sec le fait finalement défaire son regard du visage de jouvencelle d’Harley Quinn. Il porte son attention sur sa source : le poignard qui a effleuré son vêtement, qui fait preuve de la précision meurtrière de la violette. C’est là qu’il réalise que son cœur tente de rattraper les battements qu’il a manqués un instant auparavant. Elle s’est bien jouée de lui, c’est certain. Presque comme une récompense, il lui décoche un petit sourire espiègle, teinté d’un soupçon de fierté indue, relâchant une bouffée de fumée âcre devant eux. « Je devrais », qu’il confirme, amusé. « J’aurais dû parier là-dessus. Quoique, j’aurais parié que tu te louperais. D’un côté, je crèverais au bout de mon sang, de l’autre, j’serais fauché. J’aime pas perdre à tout coup. » Il pose sa main sur celle d’Harley Quinn, toujours posée sur sa cuisse, laissant croire à son tour à un tour de passe-passe potentiel. Pourtant, rien ne vient, sinon un amusement grandissant et une tendresse étrange qui n’a pour autre but que de renvoyer la balle à son interlocutrice.

Il laisse la chef lui arracher sa cigarette sans rechigner, haussant les épaules à son commentaire. Il n’avait jamais chanté pour le plaisir, parce qu’il aimait ça; c’était plutôt ce qui se trouvait autour, le glamour, l’attention qui l’avait attiré. Le répertoire, aussi; classique, il l’était jusque dans ses goûts musicaux, et bien peu d’artistes modernes trouvaient grâce à ses oreilles. Regardant, en contrebas, le combat qui ne semble pas vouloir se terminer de sitôt – malgré la distraction offerte par le lancer chanceux de Cyrus –, il se remet à fredonner, sa cigarette coincée entre ses lèvres. « Suzanne », qu’il finit par répondre, décochant un coup d’œil à la meneuse. Il reste un instant silencieux, saisissant sa cigarette entre deux doigts avant de poser ses mains de chaque côté de ses genoux, sur le bord du toit. « De Leonard Cohen. » La précision vient après un bref moment de mutisme. Pas qu’il tente particulièrement de respecter l’étrange introspection qu’il décèle, mais bien parce qu’il essaie de comprendre en quoi ça peut bien la tourmenter ainsi. C’est une excellente chanson, mais ça ne restait qu’un morceau parmi tant d’autres. Un cri attire son attention vers le combat et il penche la tête pour mieux voir. L’un des deux joueurs semble avoir à nouveau entaillé son adversaire, laissant croire à une fin rapide. Il faut dire, aucun d’entre eux n’a d’arme à feu, ce qui laisse imaginer que faute d’entraînement à l’arme blanche ils y seront encore pendant un moment. « Dix écus que t’arrives pas à tirer sur l’un d’entre eux. » Il ne faisait que rarement de paris d’adresse, préférant laisser aux tierces personnes le plaisir de décider de l’issue de son gage. Or, il ne connaissait pas les capacités d’Harley Quinn à cet égard, et il se révélait curieux.


a city's like
a woman
or a casino
somebody's got
to win, and it's
gonna be me
avatar
HARLEY QUINN
<b>bavardages</b> 1228 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Margot Robbie
CREDITS : jugband ; nymeria ; Dradra ❤ ; Caïn ❤ ; Barbie ; Akata
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : pro-dg passive


MessageSujet: Re: down to her place near the river / harley quinn   Ven 2 Sep - 22:34
DOWN TO HER PLACE NEAR THE RIVER
cyrus ♦ harley quinn

— I like my town with a little drop of poison, nobody knows, they're lining up to go insane —
Je m'amuse doucement, à ses dépens. Pourtant il me fixe toujours des yeux et ne réagit pas à la main gauche qui se promène presque lascivement sur sa cuisse. Presque. Ce n'est que pour cacher mes desseins et tenter de le surprendre par mon coup de poignard étudié au millimètre près. Une chance pour lui que je maîtrise correctement les lames et que je ne sois pas maladroite. Ce n'est que quand le bruit du métal sur le sol se fait entendre qu'il détourne son regard du mien. J'ai un petit air satisfait, comme si de l'avoir vaguement surpris avait amélioré sensiblement ma journée. Puis son sourire est comme une médaille, venant de lui. Même si, je dois l'avouer, son sang froid est tout à fait louable. « J’aurais dû parier là-dessus. Quoique, j’aurais parié que tu te louperais. D’un côté, je crèverais au bout de mon sang, de l’autre, j’serais fauché. J’aime pas perdre à tout coup.  » Je lâche un petit rire. « Quoi que tu aurais parié, je suis bien trop fière pour tenter de camoufler mes talents au poignard. » J'ai un haussement d'épaules désinvolte. À quoi bon mentir ? Il faut savoir doser. Je hausse les sourcils lorsqu'il pose sa main sur la mienne tant le geste me semble inadéquat, tout à coup. Mais je ne bouge pas, préférant attendre une pique qui ne viendra finalement jamais. Car ce que j'apprécie avec Cyrus, c'est de ne pas toujours savoir sur quel pied danser.

Je lui chipe la cigarette avec nonchalance, tout en complimentant de façon détournée sa façon de chanter. C'est que la mélodie sonne étrangement familière à mes oreilles. Comme si je l'avais connue, fut un temps. Mais sans l'intégrer tout à fait. C'est distraite par cette pensée que je lui rends le bâtonnet de nicotine, fouillant les tréfonds de ma mémoire. « Suzanne » « Hmm ? » Je réagis du tac au tac, sursautant vaguement à l'entente de mon prénom. Et je fronce les sourcils en le regardant, sans comprendre à quel moment il a eu connaissance de mon nom. Comment sait-il ? Mes pupilles fixent les siennes, perdues. Pas de petit jeu stupide, ici. « De Leonard Cohen. » « Oh ! » Et je sens mes joues rougir tout à coup sans me demander mon avis. Ah, il doit bien se marrer le Cyrus. C'est pas souvent qu'il me voit perdre de ma superbe de la sorte. Sait-il seulement pourquoi ? ... Ai-je vraiment envie de le lui dire ? Après tout je me suis un peu trahie moi-même. Doucement, je fredonne moi-même la chanson, en proie à une réflexion intense ; prise dans mes souvenirs. « Elle m'avait toujours dit que c'était une chanson ennuyeuse à mourir. » Je ne précise pas que ce 'elle' est celle qui m'a servi de génitrice. Ou que Suzanne est mon nom ... mais il a bien dû le déduire j'imagine. Perdue, je reprends sa cigarette. Pas besoin de lui demander son avis. « Enfin...moi je la trouve belle. » Mais c'est peut-être le fait de la réécouter sans avoir une voix de toxico en manque qui vous dit que c'est parce qu'elle est horrible qu'elle vous a nommée ainsi. Vous, sa fille unique. Je ferme les yeux un instant, secouant les cendres et tâchant par la même d'éloigner ces souvenirs douloureux.

« Dix écus que t’arrives pas à tirer sur l’un d’entre eux. » Mes yeux se rouvrent et se fixent sur lui un instant. Puis je lui offre un grand sourire. « Toujours aussi joueur uh ? » Enfin en l'occurence je sais juste utiliser un flingue ; mes talents de viseuse sont par contre très médiocres. Mais ... ça coûte rien d'essayer. Ça amènera un peu de piment à leur combat qui semble s'éterniser plus que de raison. « ... Si je fais un coup fatal, tu m'en donnes quinze ? » Air goguenard. Pourtant si je parviens à faire un coup fatal d'aussi loin, ce serait clairement par chance extrême... mais ça, je ne vais pas le lui dire. Je sors le chiappa rhino 60ds et fais tourner le barillet, plus pour le style qu'autre chose. J'observe ensuite la scène qui s'offre à moi, faisant celle qui s'y connaît alors que ce n'est de loin pas le cas. J'enlève le cran de sécurité et tente de viser dans la direction du combattant qui m'avait l'air en meilleure forme en fermant l'oeil droit. Je tire, une balle, et réalise par le sang qui gicle sur l'adversaire et la disparition de la victime que j'ai réussi mon pari improbable : un tir parfait dans le crâne de celui qui semblait gagner le combat un peu trop lentement à mon goût. Un sourire fier s'étale sur mes lèvres et je me tourne vers le brun tout en soufflant sur le canon de mon flingue. « ... Tu me dois des écus mon cher. »



dé:
 



Lost in translation


HARLEY'S OUTFIT
Spoiler:
 


Dernière édition par Suzanne Walker le Ven 2 Sep - 22:54, édité 2 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: down to her place near the river / harley quinn   Ven 2 Sep - 22:34
Le membre 'Suzanne Walker' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'DEATH MATCH ' :
avatar
<b>bavardages</b> 274 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Joseph Gordon Levitt
CREDITS : av (tik tok), sign (silver lungs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : passif


MessageSujet: Re: down to her place near the river / harley quinn   Mer 21 Sep - 21:26
Asher n’avait aucun doute sur la capacité de Harley à mettre en danger un coéquipier pour sauver son honneur. C’était la base même de leur équipe : chacun pour soi, jusqu’à ce que le danger soit trop conséquent pour être affronté seul. Or, elle n’est pas la seule à provoquer l’incertitude; il se débrouille bien dans le domaine, aussi. Harley déloge sa main de sous la sienne pour lui piquer sa cigarette et il ne rouspète pas, sachant que s’énerver pour un « emprunt » si inconséquent ne lui apporterait rien, sinon l’animosité de la leader. Il préférait après tout demeurer dans ses bonnes grâces; on ne savait jamais quand l’influence – voir l’estime – du chef pouvait lui être utile.

La réaction de la mauve lui met directement la puce à l’oreille. Il semblait sûr de tenir pour acquis que le véritable prénom de la surnommée Harley Quinn était Suzanne. Si Cyrus était du genre à aimer avoir du pouvoir sur les autres, de quelque façon soit-ce, il demeure strictement silencieux, évitant de laisser voir à la blondinette qu’il l’avait directement grillée. Un jour, peut-être, l’information lui servirait-elle. Peut-être jamais. Dans tous les cas, il était suffisamment intelligent pour laisser mourir le sujet, alors même que son interlocutrice semble vouloir lui déballer l’histoire de sa vie. Il a beau éprouver un certain respect pour la jeune femme, il n’en a pas moins rien à claquer de sa vie de misère; il avait déjà suffisamment de la sienne à gérer pour ne pas avoir à ruminer en plus les malheurs des autres. C’est pourquoi il propose directement un défi, sachant que cela ferait instantanément tiquer Harley, et qu’ils passeraient à autre chose. À sa question, il fait apparaître un sourire narquois sur ses lèvres, jetant ensuite un coup d’œil au combat qui se déroule, en contrebas. « Bien sûr. Quinze écus si t’en descends un d’un coup. Ça me semble juste. » D’un côté, il s’imagine aisément qu’elle n’y arrivera pas. Ils sont loin, toujours en mouvement : il lui faudrait des pouvoirs divinatoires pour parvenir à éliminer l’un des deux gars d’un seul coup, pour prévoir son emplacement un quart de seconde à l’avance.

Le coup part, et il serre les dents, le son puissant de la détonation perçant ses tympans. Les pixels qui se disséminent dans l’air avant de disparaître complètement l’informent immédiatement qu’elle avait réussi son pari; là où il aurait dû regretter avoir accepté la surenchère, il lâche un éclat de rire qui ne lui ressemble pas spécialement, mais qui traduit aisément sa surprise. « Y’a pas à dire, t’as de la chatte », qu’il fait, amusé, alors qu’il plonge sa main dans la poche de son pantalon. Il compte rapidement la monnaie qu’il en a extirpé, déposant le gain bien mérité de Harley dans sa main. Il était bon joueur, c’est certain, mais il tenterait par tous les moyens de récupérer ses pertes, et elle le savait pertinemment. Détournant finalement le regard du minois de la blonde, il voit que le dernier combattant a fini par repérer d’où a été tiré le coup qui a mis KO son adversaire. Appuyé contre un débris, le combattant semble bien décidé à tirer sur ceux qui lui ont dérobé sa prise. Même s’il est relativement loin, il a une vue claire des deux ESHU assis sur le toit, immobiles, des cibles parfaites. Sans penser, il tire la jeune femme vers lui, puis se laisse tomber par derrière. Si la jeune femme voit sa chute absorbée par le corps de son coéquipier, Asher, lui, se prend le béton de plein fouet; il lâche un râle de douleur qui s’estompe bien rapidement lorsqu’il entend la balle se ficher dans le mur, à quelques centimètres d’où ils étaient assis quelques secondes auparavant. Ils avaient eu chaud.

« Fuck. »
Il observe ses doigts ensanglantés, toujours à plat sur le toit, à l’abri des tirs du combattant irrité. Il avait suffit de poser sa main derrière sa tête pour remarquer qu’il s’était, pour ainsi dire, fendu le crâne. « Tu pourras pas dire que j’ai jamais rien fait pour toi, en tout cas. » Il plisse le nez, serre les dents. Un autre tir fait voleter des éclats de béton. Décidément, il semblait tenir à les punir pour lui avoir ravi sa proie. « Je suis pas armé. T’as l’air d’être équipée avec un arsenal, t’as bien un truc à me prêter. »

Spoiler:
 


a city's like
a woman
or a casino
somebody's got
to win, and it's
gonna be me
avatar
HARLEY QUINN
<b>bavardages</b> 1228 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Margot Robbie
CREDITS : jugband ; nymeria ; Dradra ❤ ; Caïn ❤ ; Barbie ; Akata
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : pro-dg passive


MessageSujet: Re: down to her place near the river / harley quinn   Mar 31 Jan - 1:51
DOWN TO HER PLACE NEAR THE RIVER
cyrus ♦️ harley quinn

— I like my town with a little drop of poison, nobody knows, they're lining up to go insane —
Il accepte la mise, et qui serais-je pour l'en blâmer ? ... je n'y crois pas moi-même. Je suis juste un poil trop fière pour l'admettre à haute voix. L'art du paraître dans toute sa splendeur. Je tire un coup, voulant paraître absolument certaine de mes pseudo-talents de tireuse. Et là, comme bénie des cieux, voilà que je réussis mon pari ! Un sourire s'affiche sur mon jolis minois tandis que mon homologue violet éclate de rire. Y'a pas à dire t'as de la chatte. Mes yeux brillent de fierté et j'ai un haussement d'épaules. « Que veux-tu ... le talent mon cher ; le talent ! » Je tends déjà la main dans sa direction, paume en l'air, réclamant mon dû. Cyrus est bon payeur, pour la simple et bonne raison qu'il parvient la plupart du temps à récupérer ses gains.

Je ne comprends pas tout de suite, bien trop occupée à narguer le brun pour faire attention à ma propre vie. Car qui oserait s'en prendre à la personne qui vient d'en butter une de loin, n'est-ce pas ? Je me sens juste happée par Cyrus et je chute sur lui, sans dire grand chose sinon un petit aouch paintif. Quoique, visiblement c'est lui qui a pris le plus gros du choc. Je le regarde avec un sérieux tout nouveau, franchement surprise par son élan d'altruisme. Car si je l'apprécie à sa jsute valeur, je n'aurais jamais vraiment pensé qu'il me sauverait une fois la vie. Fuck. J'ai un hochement de tête à peine perceptible. Je tente d'analyser la situation, à croire que notre petit jeu nous aura menés à notre perte, ce coup-ci. « Tu pourras pas dire que j’ai jamais rien fait pour toi, en tout cas. » Je l'observe, toujours silencieuse. Comme si je réfléchissais aux conséquences de cette situation plutôt loquace. « ... tu m'as sauvée. Merci. » La gratitude de la cheffe violette. Est-ce que ça change quoi que ce soit à la situation ? ...l'avenir seul nous le dira. Quand un énième tir fend la roche, je grogne. « Putain il a rien d'autre à faire ce con ? » « Je suis pas armé. T’as l’air d’être équipée avec un arsenal, t’as bien un truc à me prêter. » Je lève un sourcil dans sa direction. « Pas armé ? ... t'as foi en l'humanité toi. » Ou alors tu ne tiens pas à ta vie. Mais je ne rajoute rien de plus et lui tends le flingue qui a servi à éliminer le premier combattant. « Si ce coup-ci tu y arrives, je surenchéris on gain de tout à l'heure. »



Spoiler:
 



Lost in translation


HARLEY'S OUTFIT
Spoiler:
 
avatar
<b>bavardages</b> 274 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Joseph Gordon Levitt
CREDITS : av (tik tok), sign (silver lungs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : passif


MessageSujet: Re: down to her place near the river / harley quinn   Mar 21 Fév - 18:10
Il grogne au remerciement de la cheffe. Pour lui, ça n’était pas une question de faire la bonne chose, de faire ce qui était socialement acceptable. C’était un réflexe, c’est tout; même s’il ne se garderait pas de tirer profit de cette gratitude lorsqu’il en aurait besoin. Qui sait; un jour, peut-être, aurait-il besoin d’encaisser son dû, ce que la prénommée Suzanne lui revaudrait certainement. Il rampe sur le côté, faisant signe à la blonde de rester à terre, histoire de ne pas se prendre un projectile. Peut-être leur assaillant aurait-il la même chance qu’elle. « On peut dire ça. » Foi en l’humanité… c’était l’inverse de sa véritable nature. Il ne faisait confiance à personne, réellement, même s’il le feignait souvent. Dans ce cas-ci, c’était un oubli potentiellement fatal, une arrogance qui causerait peut-être sa perte. Il attrape l’arme que Harley Quinn lui tend, inspectant d’un œil expert le barillet. Les gestes sont habitués, naturels, presque. « Trois balles? On ira pas loin », fait-il entre ses dents avant de lâcher un soupir. Il faudrait faire avec.

Il s’approche du bord du toit, gardant la tête basse, afin de voir où se trouve désormais leur assaillant mystère. L’autre joueur a arrêté de tirer, sans doute pour éviter de gaspiller ses munitions alors que ses cibles ne sont plus dans son champ de vision. Par un trou dans la paroi, il voit l’inconnu s’approcher, méfiant, l’arme devant lui. Un pas devant l’autre, il s’approche à la vitesse d’une tortue du bastion des deux ESHU. Ça n’est pas un problème; Cyrus avait toujours été un homme patient. Lorsqu’il voit son opportunité, il la saisit : le joueur se retourne pour voir si personne ne le suit et Cyrus bondit, tirant deux fois dans la direction. Si le premier tir le manque de peu, le second se fiche dans la poitrine du chasseur chassé et il s’écroule dans un grognement glauque. L’ESHU observe le corps se dématérialiser en serrant les dents. « Je rentre. J’ai pas signé pour ce genre de journée », qu’il siffle, visiblement exaspéré, lançant le revolver sur les cuisses de la cheffe sans se soucier de l’irrespect de son geste. Il pouvait s’en permettre, après tout, maintenant qu’il avait sauvé la vie à la grande Harley Quinn. « À bientôt, Suzanne. »

- FIN -


a city's like
a woman
or a casino
somebody's got
to win, and it's
gonna be me

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: down to her place near the river / harley quinn   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM