Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 foggy mountain baby + caïn & hazel
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: foggy mountain baby + caïn & hazel   Mar 30 Aoû - 16:18
Elle sautille sur place alors qu'un hurlement de joie se tue. Elle vient de sortir de ce jeu et vient d'apprendre la nouvelle. La première bonne nouvelle depuis longtemps. Caïn a gagné le jour de l'unité. Ses pieds tapent sur le sol chacun leur tour à fréquence rapide. Le téléphone lui glisse entre les mains, pire elle le balance sur le canapé. Une belle énergie s'empare d'elle. Guidée par l'émotion, Hazel trotte jusqu'à la chambre. Fenêtre ouverte, brise d'été, le soleil s'infiltre en invétéré. Les rideaux volent et zèbrent la pièce en ombre et en jour. Le visage de Caïn est zébré. Zébré en beauté d'un gamin endormi. La blonde ne s'attarde pas sur ce brin de poésie. Sans transition, elle se met debout sur le lit.

Bébé réveille toi.


Sa voix se massacre à cause de la joie. Une gosse, une sale gosse. Elle s'apprête à sauter sur le lit mais avant, la poupée tapote le garçon du bout du pied. Parce que la flem l'avait gagné et qu'elle n'avait pas envie de se baisser. L'excitation la crève. Ses lèvres sont fendus en un sourire. Le sourire le plus sincère du monde illumine le visage de cette blonde. Les réactions du garçon sont vains alors elle redouble d'efforts. Finalement elle s'agenouille et le secoue avec ses mains.
Emmerdeuse, impatiente emmerdeuse.
Elle aurait pu attendre quelques heures mais non, elle devait le réveiller maintenant. Presque l'éjecter du lit pour le féliciter.

Caïn !


Journée brutale et humeur matinal, Hazel  a la chaleur fauve et le coeur bestial. Dès qu'il lui donnera un peu de temps, les yeux ouverts dans la lumière, elle lui balancera une panoplie de compliments. Hazel glisse sa bouche vers son oreille. Elle s'apprête à lui murmurer quelque chose. Elle passe de la violence à la douceur.

Tu ne m'avais pas dit que t'avais gagné.


Il a gagné. Dans sa tête, il a gagné pour deux. Le jour de l'unité auquel avait participé Hazel était pitoyable Il était  à l'image de sa vie: une série d'échecs sans conséquences. 


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
<b>bavardages</b> 1791 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Dylan O'Brien
CREDITS : Merenwen / BY Solosand & my wife supreme de la night & gif par Hazou (a)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   Mar 13 Sep - 2:30

 FOGGY MOUNTAIN BABY

- HAZEL — CAÏN -


A lot of hope in a one man tent there's no room for innocence take me home before the storm, velvet moths will keep us warm... Morning, keep the streets empty for me.

Cauchemar ensanglanté. Souffle paniqué. L’enfant des bas quartiers, il souffrait d’un mal à respirer, totalement immergé sous les terreurs de ses faits. Dans le noir complet. Dans le sommeil délabré. Il revivait ses heures de guerre entrelacée, ses instants où toute l’innocence s’était effacée pour ne laisser que la place à cette atrocité. Cette folie, cette hérésie. Qui s’était incrusté en lui pour en faire une monstruosité, une bête affamée. De sang, de chair entrouverte et défaite. Une histoire macabre, dérisoire et noire. Tragédie qui avait cherché un sursis, s’était condamnée à revivre la culpabilité de cette veille agitée. Cette utopie, cet enfer, ce calvaire. Cette drogue qui le mettait à l’envers, qui faisait briller tous ses travers. Caïn il n’était plus un enfant, plus un adolescent, plus une victime, il était un prédateur, un meurtrier au sourire carnassier. Et putain il voulait s’en réjouir de cette force, mais son corps n’était que vulnérabilité et ses pensées plus qu’un amas de fumée. Il avait tué pour la première fois de sa vie, il avait inspirée toute l’animosité d’une pauvre âme égarée pour une fierté. Pour une team qu’il n’osait pas vraiment intégrer. Pauvre déchet qui avait simplement le besoin de se défouler, de ne plus songer, de ne plus réfléchir à toutes ses responsabilités. Il avait encore merdé… Car c’était tout ce qu’il arrivait à faire de toute manière. Répéter les mêmes erreurs inlassablement avec cette même rancoeur. Caïn c’était un crève coeur, un souffre douleur… Et bordel cela faisait toute sa laideur. Il n’arrivait pas à assumer ce statut, ce rôle de  coupable, car il se sentait trop responsable. Et Morphée lui faisait payer toute la contradiction de ses émotions. L’enfoiré n’arrivant vraiment à dormir sous les plaies de ses meurtrissures puis à l’usure, il avait fermé ses paupières closes pour quelques minutes, pour quelques instants de répits, ou de captivité. Et c’était sa poupée qui venait le ramener sur terre, en enfer.  Tandis que son corps subissait un tremblement de terre. Mais le brun il s’enlise, il se cache sous les draps car il ne veut pas se réveiller, il ne veut pas affronter sa joie qui ferait tache au milieu de son effroi.

Bébé réveille toi.

Il ne l’écoute pas, il s’enferme un peu plus dans l’emprise des linceuls de son matelas. Mais elle ne le lache pas. Elle le frappe du bout du pied, trop flemmarde pour s’agenouiller. Et il grogne le déchet, il souffle son mécontentement dans un gémissement rauque. La blonde finit par s’accoutumer et se rompt à ses côtés pour un peu plus le secouer de ses mains où le chagrin ne semblait plus souverain.

Caïn !

Son prénom s’écoule, roule du bord des lèvres de la beauté. Et ce murmure. « Laisses moi dormir putain. » Caïn n’est définitivement pas du matin. Mais elle s’acharne et il se désincarne. Et cet écho faible à son oreille, cette douceur au milieu de toute cette rancoeur.

Tu ne m'avais pas dit que t'avais gagné.

Et cette fierté et son atrocité qui resplendissait encore. Le brun il bougeait enfin, il l’attrapait faiblement de son bras tremblant, l’immobilisant sur son pieu pour la câliner. Il savait pourquoi elle brillait de toute cette animosité. Car il l’avait vengé, il avait tué pour la voir s’illuminer. Mais à présent, il ne savait plus s’il regrettait ou s’il se sentait entier. Seul ce faible sourire venait se dessiner sur sa bouche abimée.

 Quelle casse couille, tu peux pas attendre que je me réveille pour me faire la fête hein ?

Et il dépose un baiser sur son nez symbolique. Elan de tendresse à chaque fois qu’il la voyait. Simple façon de la saluer pour éviter les banalités.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.




Body Electric
Well now that you've got your gun, it's much harder now the police have come and I'll shoot him if it's what you ask but if you just take off your mask you'd find out, everything's gone wrong.
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   Sam 17 Sep - 11:18
Il avait tenté de l'ignorer, la repousser. Préférant Morphée à son agitation surexploitée. Il s'est retourné mais elle, elle a continué finissant alors par s'incliner à ses côtés. S'incliner simplement, face à sa victoire méritée. Leur victoire. Elle a passé quelques jours chez les Eshus et il ne lui fallait pas plus de temps pour se mettre à jour sur tous les sujets qui courent. Le jour de l'unité était en top cinq. Elle avait entendu Flare dans tout le dégueulis de conneries, et Mercur a perdu tout répit. Elle avait cherché un verbe. Gagné. Perdu. Crevé. Survécu. Puis elle a su, cette montée écrasante. Il a eu les coups de projecteur et pour une fois, pas le coup des détracteurs. La poupée était partie en poussière au premier claquement de doigts. Ce n'était pas de l'humiliation, celle d'avoir clamsé en deux secondes. C'était de l'injustice, un déséquilibre universel. Gagner lui aurait offert confiance et force. Au lieu de ça elle avait plongé dans des abysses féroces. Mais Caïn, lui, il avait réussi. Et ça, ça lui faisait plaisir, lui donner sourire.

La blonde finit à ses côtés. Emprisonnée par son bras alourdi et plaquée près de son corps chaud . Corps apaisé par le sommeil qui l'incarne. Oui elle était casse -couille mais pas tout le temps, et surtout pas avec tout le monde. Ave c le lutteur, elle avait pris ses libertés et ce, à toute heure. Il ronchonne quand elle ronronne de bonne heure. Ses lèvres s'échouent sur son nez retroussé. Un bisou qui savait faire son effet mais Hazel s'anime. Elle se dresse sur un avant-bras, légèrement penchée au dessus de Caïn.

Fêter un jour de l'unité, ça ne s'attend pas.


Elle a déjà l'impression d'avoir perdu du temps. L'impression d'avoir joué les mauvaises potes à ne pas être présente. Elle s'en veut malgré tout de n'avoir rien vu. Il avait joué, il avait gagné.

T'es un winner, pas un looser.


Ok, son nombre de vies avait diminué, pour avoir vu son tatouage plusieurs fois. Et même si elle ne lui avait jamais demandé comment, qui et pourquoi, le brun demeure en vainqueur dans sa tête et son cœur. Enfin elle se défait de cette proximité, se mettant sur ses genoux, prête à se lever. Finalement, elle pose ses fesses sur ses talons.

Alors on va fêter ça maintenant.


Elle coince ses mèches derrière ses oreilles, elle se frotte les yeux fortement. Les écrans lui niquent la rétine mais elle s'en fout. C'est pas son problème.

Tu veux faire quoi ?


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
<b>bavardages</b> 1791 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Dylan O'Brien
CREDITS : Merenwen / BY Solosand & my wife supreme de la night & gif par Hazou (a)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   Sam 5 Nov - 4:23

 FOGGY MOUNTAIN BABY

- HAZEL — CAÏN -


A lot of hope in a one man tent there's no room for innocence take me home before the storm, velvet moths will keep us warm... Morning, keep the streets empty for me.

Excitation galvanisée, joie exacerbée. La poupée elle s’allumait sous l’orée des rayons lumineux en élevant la victoire du pauvre envieux. Son sourire un éclair de clarté dans la morosité des banalités. Une parenthèse dorée au milieu de l’obscurité. La poupée elle s’illuminait de toute sa beauté dans sa liberté. Jubilant des travers du convalescent, s’amusant de sa lassitude pour tasser la solitude. Car la jolie elle avait du faire face au déni, à sa colère tacite et sa tristesse acide. La proximité s’étant jouée d’ambiguïté, elle avait craqué sous les grands yeux écarquillés du gamin abusé. Et depuis le quotidien semblait bien plus malsain. Après les étapes, et les dédales des enfants égarés, les voilà bien malléables les adolescents sanguinolents. Elle cherchant à éveiller l’étincelle, voulant créer une ritournelle de sourires et de rires. Mais Caïn il avait le visage abimé, le sourire dénué d’une frêle humanité. Il ne ressemblait plus qu’à un pantin désarticulé, épuisé sous le poids de cet univers carnassier. Et son corps n’était plus qu’une déchirure, plus qu’une meurtrissure. Las de bouger, las de se mouver pour s’élever. Pourtant la poupée, elle s’acharnait à faire tinter un sourire sur la façade de dureté. Cherchant misérablement à effacer la douleur pour en faire un crève coeur. Mais il l’attrapait, il la reposait à ses côtés, sa carcasse déposée sur les linceuls délabrés. Pour la serrer, l’enserrer dans ses bras, simplement l’attraper malgré la culpabilité. Puis ce baiser qui voulait se faire calmant à la place d’être déviant. Il était insuffisant sous le désir ardent de la béante, qui se relevait déjà lentement.

Fêter un jour de l'unité, ça ne s'attend pas.

Il grommelait l’enfoiré, ruminant légèrement contre la douceur de son oreiller. Sa tête écrasée, il essayait un peu plus de l’enfoncer, pour simplement ne plus entendre l’appel discret de sa poupée.

T'es un winner, pas un looser.

Mais elle continuait à répandre sa joie en une nuée de fumée. L’élèvant bien plus qu’elle ne le devrait. Cette vengeance ayant un gout acidulé dans sa gorge serrée. Elle essayait encore de le bouger, de le ramener auprès de la réalité. Mais parfois le brun aurait préféré être perdant face à ce jeu sanguinolent.

Alors on va fêter ça maintenant.

Soupir martyr. Il s’étirait l’enfoiré, ouvrant ses paupières lourdes, se soulevant légèrement puis il la scrutait en un instant. Toute cette effervescence, toutes ces étincelles pétillantes dans l’ambre de son océan. Elle brillait Hazel d’une aura incandescente. Bien loin de ses cendres. Elle se révélait aussi petit à petit. De cette vie de calvaire, de galères. Elle qui baignait dans la misère, elle se faisait ouvrière à repousser cet enfer. A simplement enjoliver tout ce qui semblait si mauvais.

Tu veux faire quoi ?

Le brun savait qu’elle ne le laisserait pas se morfondre dans son lit, elle ne le lacherait pas tant qu’il serait abruti. Simplement amorphe dans sa décheance. Mais le néant se faisait oppressant dans sa carcasse béante. Un vide sans précédents dans son palpitant. Et pourtant… A son tour, il se relevait, loin du sommeil purificateur ou usurpateur. Son corps marqué dévoilant toutes les hématomes de sa violence. Il se retirait du confort pour se renfermer dans ses remords. Fuyant et s’échappant de cette vérité, de cette blonde enjolée.

Je t’avoue qu’à l’instant, je veux juste ne rien faire. Y a rien à célébrer de toute manière…
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.




Body Electric
Well now that you've got your gun, it's much harder now the police have come and I'll shoot him if it's what you ask but if you just take off your mask you'd find out, everything's gone wrong.
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   Mer 30 Nov - 23:48
Elle scrute ses membres se déployer. S'ouvrir, se libérer. Elle se dit que la partie était enfin gagnée, qu'ils allaient sortir fêter sa victoire. Victoire salement bien méritée. Caïn avait fait l'exploit de mille gamins paumés et pourtant, il ronchonne d'un air blasé. Hazel elle, c'est l'éclat de quelque chose qu'elle n'aura jamais. Réussir à être la reine quelque part, surtout dans l'arène. Se faire buter par des connards, il n'y avait rien de noble dans tout ça. La blonde mate le brun se redresser. Ses ecchymoses se reflètent des pieds jusqu'à la tête. Et elle frissonne. Juste un peu. Excitation exquise et répugnante. Depuis ce baiser volé, elle tente de se retenir. Ses intentions sont stériles mais restent subtiles. Son cœur est un fou en cage. Ses cheveux sont en soie sauvage. Et son souffle, une pointe de vie sans barrage. Son regard est aimanté mais elle n'oublie pas ses conneries.

« Y a rien à célébrer »?


Elle finit par se mettre sur ses pieds, un peu désemparée . Lui, il continue à s'évader de son sommeil comme toute victime de Morphée. Haz secoue la tête et soupire. Il comprend rien. Elle range une mèche de cheveux. C'est important pour elle. C'est comme si elle avait un peu gagné. C'est la plus belle chose qui lui soit arrivée depuis longtemps alors la blonde ne capte pas toute cette humilité. Les deux prônent le chaos, la violence et ce jeu. Et si DG causait leur maux, il les unissait aussi. Dans une fragilité troublante. La poupée s'agite et s'anime. En fait elle doute de cet humeur douteux. Est ce qu'il est ainsi à cause d'elle, a-t-il encore quelque chose sur le cœur : quelque chose qui le préoccupe. Mais dans son esprit, ça se condense dans un nuage éphémère. C'est Caïn, il est fort et il est grand. Hazel n'a pas douté de lui une seule fois. Et même quand elle faisait une connerie, il lui pardonnait. Ses instants évanouis et ses erreurs égarées.

Moi j'ai envie de faire quelque chose. On est pas obligés de faire un grand truc... on est pas obligés de faire la fête ou même de sortir. Juste un truc pour marquer le coup c'est tout.


Elle a ramassé son pantalon et son t-shirt pour les balancer sur le lit. Elle s'est mise dos à Caïn et elle a commencé à se changer.

Je pensais qu'on pourrait faire un tour de moto ou s'acheter des babioles à Chinatown. Genre le chat doré là.

Elle passe ses mains sur sa nuque afin de dégager ses cheveux de son t shirt. Elle cherche ses chaussures. Avec ou sans Caïn, elle irait fêter ça.

Tu vas te battre au Lee's ce soir ?


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
<b>bavardages</b> 1791 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Dylan O'Brien
CREDITS : Merenwen / BY Solosand & my wife supreme de la night & gif par Hazou (a)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   Mer 14 Déc - 1:14

 FOGGY MOUNTAIN BABY

- HAZEL — CAÏN -


A lot of hope in a one man tent there's no room for innocence take me home before the storm, velvet moths will keep us warm... Morning, keep the streets empty for me.

Eveil vermeil. Soupir sous la fin de son sommeil. L’étincelle elle n’est plus que ritournelle. Un requiem las et plat sans grande envolées. Un refrain qui marque par sa lassitude, et son habitude. Il est noir alors qu’il devrait être doré. Doré sous la joie d’une victoire hachée, sous les meurtrissures de ces ordures. Fier d’avoir gagné une perpétuité carnassière. Car l’innocent avait perdu ses airs d’enfants pour devenir un gagnant aux échos de perdant. D’abord, il s’était laissé bercé par la folie, la prouesse de ses faits puis soudainement le déni de cet interdit, celui de voler des vies. Idolatreur de douleur il s’était épris de la noirceur en cherchant un bonheur de destruction, de démolition. Besoin de se mettre mal pour se sentir infernal. Mais le carnage était descendu de son piédestal. En redécouvrant la réalité, en se matérialisant dans ses banalités. Son palpitant ressentant encore les effluves de sang sur ses doigts tremblants. L’môme des bas quartiers il s’est rattaché à son humanité en s’engouffrant dans la culpabilité. Mais la poupée elle le rattrapait dans le délice de ses vices. Un supplice de sacrifice. Elle le voyait le martyr avec une fierté exagérée, avec un bonheur exacerbé. Et elle se refusait de le lâcher dans sa morosité alors qu’enfin il avait touché un peu de sa liberté.

 Y a rien à célébrer ?

Elle ne comprenait la poupée. Toute cette effusion de sensations. Cette lutte perpétuelle qui l’amenait toujours plus à proximité de sa chute. Les regrets. Les remords qui le tort. Elle ne comprenait pas car elle en était fière de son hérésie carnassière, elle se sentait plus légère grâce à cette vengeance emplie de violence. Il avait réussi là où elle avait été oubli.

Moi j'ai envie de faire quelque chose. On est pas obligés de faire un grand truc... on est pas obligés de faire la fête ou même de sortir. Juste un truc pour marquer le coup c'est tout.

La poupée elle débordait d’énergie, elle voulait profiter de la vie tandis que celui ci voulait simplement être abruti. Mais l’enfoiré n’arrivait jamais à lui dire non à la jolie. C’était ainsi … Et il la scrutait se faire poésie la tragédie. Tandis qu’elle se rompait sur le lit pour se changer dans une aisance contrastée. L’intimité n’étant plus un secret. Elle se déshabillait sans même se soucier si le dément la regardait de ses yeux béants. Et Caïn il se perdait un peu, se rappelant la luxure de leurs déchirures. Ce baiser terni de toutes leurs meurtrissures. Il observait la douceur de ces courbes, la chaleur de ces déliés, la liberté de ces cheveux entremêlés qui ondulaient dans le creux de sa colonne. Un désir délectable s’agitant dans le bas de son ventre instable. Hazel elle était belle, elle était sauvage, elle était un mirage sans ombrage. Mais elle était inatteignable pour cet être infâme dont le regard se faisait la malle.

Je pensais qu'on pourrait faire un tour de moto ou s'acheter des babioles à Chinatown. Genre le chat doré là.

Un sourire léger venait se répercuter sur la pulpe acidulée du gamin paumé. Un simple rictus qui se dessinait tandis que les rougeurs de sa honte se faisaient écho sur ses joues échauffés. Il l’écoutait simplement la jolie s’agiter.

Tu vas te battre au Lee's ce soir ?

Caïn enfin il se bougeait, à son tour, se déshappant sans se soucier, attrapant quelques fringues délabrés pour cacher sa nudité. Puis il se retournait vers l’ange patient et dément.

Pourquoi pas ? Non je bouge pas ce soir, tu m’as pour toi toute la journée.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.




Body Electric
Well now that you've got your gun, it's much harder now the police have come and I'll shoot him if it's what you ask but if you just take off your mask you'd find out, everything's gone wrong.
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   Jeu 22 Déc - 23:22
Poitrine orientée vers la fenêtre, Hazel se met dos à Caïn pour se changer. Un soupçon d'insouciance  demeure dans ses gestes malgré l'innocence envolé. La naïveté n'est pas entièrement partie enfumée mais la  fourberie pointe le bout de son nez. Comment faire autrement quand elle sait que leurs lèvres se sont entrechoquées subitement. Des intentions révélés chez les enfants égarés. Les voilà divisé : doivent-ils faire comme avant ou aller de l'avant ? La blonde dégage ses cheveux de son t-shirt. Elle évoque un programme éventuel. Elle propose, elle en sait rien alors elle se lance. Le Brun avait gagné le jour de l'unité et c'était une raison assez forte pour festoyer. Il ne comprenait pas son point de vue et elle non plus. Au pire, ils sortiront simplement. Entre eux, c'est pour cela qu'Hazel lui demande le plan du soir. Est ce qu'il allait se battre, voir quelqu'un, dormir ?

Pourquoi pas ? Non je bouge pas ce soir, tu m’as pour toi toute la journée.

Alors Hazel s'est égayée comme une enfant surexcitée. Elle a souri et s'est retournée. Son cœur s'est emballé à la vue d'une parcelle de peau révélé. Des éclats de grain de beauté par ci par là. Elle a baissé les yeux, honteuse car elle n'a pas le droit. Le pourpre qui teinte ses joues ne connait pas le droit ou la permission. Il s'installe et enflamme le visage d'Hazel sans aucune autre forme de procès.  Elle s'anime nerveusement pour camoufler le malaise naissant.

Cool ! On peut faire un tour de moto, sortir de la ville, prendre l'air! J'aurais préféré demandé une bagnole à Jack...


Caïn sait pour Jack. Il sait qu'il est bras-droit, il sait qu'il aidait Hazel à se convertir à un métier clean pour gagner sa vie. Il sait qu'il a pu souvent traîné avec elle et qu'elle est capable de rester avec lui tard le soir à son garage. Personne n'aurait pensé qu'elle pouvait être une excellente élève. Surtout en mécanique. Or elle n'y va plus et ne gagne plus sa vie. Jack ne voit pas Haz et Haz ne voit plus Jack. Et ça, Caïn le sait aussi.
On peut très vite étouffer à Chicago et c'est pour cela que la gamine insiste pour sortir. Les ripoux 2.0 rôdent dans les rues comme des rapaces affamés et les pierres montées il y a cent ans s'effondrent. La sueur coule et se mêle avec le sang. En un mot : le chaos. Mais il s'agit du chaos qu'elle ne maîtrise pas.  La poupée  s'assied à même le sol et enfile ses baskets abîmées.

Il faudra aussi qu'on parle d'un truc important...

Elle esquisse un sourire lancé au garçon tout en arrangeant ses cheveux pour masquer son tatouage. Elle tente de le rassurer. Ils ne parleront pas de ce moment gênant, ils ne parleront pas des sujets qui fâchent. Ils parleront de l'avenir. Et sans lui laisser le temps de répondre, Hazel enfile son manteau et se dirige vers la sortie.


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
<b>bavardages</b> 1791 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Dylan O'Brien
CREDITS : Merenwen / BY Solosand & my wife supreme de la night & gif par Hazou (a)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   Mer 11 Jan - 3:59

 FOGGY MOUNTAIN BABY

- HAZEL — CAÏN -


A lot of hope in a one man tent there's no room for innocence take me home before the storm, velvet moths will keep us warm... Morning, keep the streets empty for me.


Voyeur voleur. Pilleur de coeur. Il admire l’interdit le déni dans sa candeur, effacé, en retrait et pourtant si à proximité. Les yeux brillants, les canines scintillantes. Pauvre prédateur qui ne sait plus comment gérer l’attraction, qui ne sait plus comment refouler ses pensées emplies de volupté. Son passé a tracé toute son atrocité, dévoreur de diamants, menteur et créateur de rancoeur. Il n’avait été qu’une futilité qui se pavanait de son attrait pour se nourrir des courbes et déliées. Mais la vie l’avait remis sur ce chemin égaré, tentant de vanner les effluves de luxures à l’usure. Casanova croqueur d’éclats ne devenant plus que ce pauvre gars. Papa célibataire par ses choix de solitaire, orphelin précaire à cause d’une lutte carnassière d’une misère de foyer. Il avait suivi la lignée en s’adaptant aux banalités, tentant de se racheter une innocence pour une femme de violence. Seulement la destruction était sa salvation. Condamnation à perpétuité. Sentence prématurée. Il l’avait décidé et il le payait. La distance comme seul frais, l’absence en seule denrée. Mais elle était là cette poupée. Toujours à ses côtés, un sourire léger sur sa bouche acidulée, à tenter de le soulever plutôt que de l’écraser. Et malgré la confusion et la frustration, elle se maintenait cette tentation. A ne jamais craquer, à ne jamais l’abandonner. Et même lorsque les circonstances étaient emplies de sentences, elle taisait sa médisance pour qu’il se fasse violence. Il avait gagné pour perdre toute son ignorance. Il l’avait vengé pour lui montrer sa confiance. Et Hazel, poupée de soie, poupée d’effroi depuis leur nuit de désarroi, elle devient joie sous cette nouvelle merveille. Car Caïn il n’était plus trop présent pour la jolie, il vagabondait un peu partout en ce moment. Son coeur s’effarant du vide béant de son enfant. Alors quand il lui annonçait qu’elle l’avait pour lui, Bonnie elle devenait folie. Brillante de ce bonheur éphémère, de ce sourire brûlant et magnétisant. Mais le brun il se retournait bien vite sous ce fantasme pour se changer. Et il ne la voyait pas la beauté se changer en timidité. Le rouge rongeant ses joues teintées. Seulement lorsqu’il lui refaisait face, il souriait sous le rictus gêné de sa poupée. Cette dernière tentant de se cacher par des mots lègers.

Cool ! On peut faire un tour de moto, sortir de la ville, prendre l'air! J'aurais préféré demandé une bagnole à Jack...

Le brun continue de se préparer en lâchant un futile « ok » ne tardant pas vraiment sous le nom énoncé. Connaissant l’identité de cet étranger, et sachant ce lien particulier qui liait sa blonde à cet homme. Il enfilait ses baskets en quelques secondes, attrapant quelques affaires et ses clés. Un rictus très fin maquillant ses traits. Puis il se retournait vers Hazel, passant une main dans ses cheveux pour se coiffer rapidement.

Il faudra aussi qu'on parle d'un truc important…

Et la curiosité. L’inquiétude. L’excitation. Les interrogations. Caïn il la scrutait la poupée avec un intérêt à peine teinté. Se demandant si ce sujet avait un rapport avec cette nuit emplie d’ambiguïté. Et si elle voulait en parler ? Et si elle voulait lui demander des réponses qu’il ne pouvait lui donner ? Le brun ne pouvant s’empêcher d’y songer et pourtant l’orpheline lui lançait un sourire franc pour taire les antécédents de ses songes. Puis elle dansait la ballerine vers l’entrée, le laissant ainsi dans le déni. Alors il suivait le mépris, attrapant sa veste en vitesse pour la rejoindre précipitamment.

Dis moi, je veux tout savoir.

Il lui parlait avec une certaine distance de sécurité, tardant un peu pour l’attraper par le cou, son bras passant autour de ces épaules. Et ils descendaient ensemble rapidement, se trouvant bien vite devant l’immeuble délabré. Et déjà Caïn se dirigeait vers sa bécane rouillée, des étincelles pétillantes dans son regard ambré, puis il montait dessus, attendant sagement sa poupée.  
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.




Body Electric
Well now that you've got your gun, it's much harder now the police have come and I'll shoot him if it's what you ask but if you just take off your mask you'd find out, everything's gone wrong.
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   Mer 11 Jan - 14:44
Quand il déclare qu'il passerait toute la journée à ses côtés, le regard de Hazel s'illumine. Son rictus enthousiaste accompagne l'azur teinté. Elle trépigne et il le comprend. Quand il s'agit de Caïn, un rien lui fait plaisir. Tout ce qui peut épousseter leur épisode embarrassant est accueilli précieusement. La blonde atténue ses airs négligés. Ses phalanges crochent ses cheveux pour les démêler. Malgré la face occupée, elle porte toute son attention vers le forcené. Un peu timide, un peu gêné, son œil continue de le guetter. Elle se met en scène pour s'obliger à aller de l'avant. Elle craint que sa connerie antérieur brise leur lien d'anges enchaînés. En tornade, Hazel saccage tout sur son passage, même cette amitié anesthésiée. Le sucre de ses songes en est le bourreau. Et lui, pense-t-elle, en porte tout le fardeau. Le goût de leurs mots a changé. Cette innocence miroitée a basculé en un embarras âcre. Hazel n'a pas le choix, elle doit faire semblant. Elle débite des propositions futiles pour oublier le fracas de leurs lèvres, pour festoyer sa victoire et pour sous-entendre leur trêve. Hazel, elle a quelque chose de plus délicat à lui annoncer. Un éclat embryonnaire se mutant en caprice révolutionnaire. Sa détermination s'évanouit un court instant quand elle voit le brun se passer une main dans les cheveux. Son cœur flanche en volatile fébrile. Elle s'en veut d'être aussi faible. Ses cils battant la rappellent et des échos se forment. Oui, elle a quelque chose à annoncer. Non, ça ne le concerne pas vraiment, pas sur le passé. On puise la force où on peut... Comme saoulée de ne plus rien maîtriser, Newton se dirige vers la sortie. La curiosité piquée du garçon la flatte. Elle est seule dans ce jeu à deux mais lorsque le bras de l'orphelin se glisse sur ses épaules, elle doute une nouvelle fois. Ces signaux sont un vent contraire : il lui donne de l'espoir quand elle lutte avec ses tempêtes amères. Sa tête est un bunker infernal où les bombardements tombent en rafale. Penses-tu, les caresses sont des obus abusés, révisés. Son portrait se crispe car ça lui plaît. Focalisé, le touché l'hypnose. Et le gamin ne sait sûrement pas qu'il déchire sa cause. Ignorance versus espérance, Hazel finit par déglutir et rire, nerveusement.

Va falloir que tu devines...

L'enfant criblée de coups a le mal qui s'éveille en dévalant les escaliers. Des fourmis invisibles la secoue, de la tête aux pieds. Son corps se bascule et les caresses la bousculent. Le froid claque sa peau et la rue de Chicago se dessine sans chic et passants. Elle talonne Caïn qui la dépasse. Effacée mais si connue, la moto de Caïn se décline. Il l'attend presque fièrement et elle, elle lui sourit et l'évite à moitié. Enthousiaste mais passive, elle reste fatiguée de ses films. Elle enjambe la moto puis elle s'accroche aux plis de son manteau. L'accusée se répète qu'elle n'est pas coupable, c'est pas de sa faute car elle n'a pas le choix. La skateuse tombera si elle ne se tient pas. Elle songe au comment l'agripper. Ne l'enchaîne pas avec tes bras, tiens-le juste du bout des doigts. Serre tes phalanges sans trop de pression. Parce que sinon quoi ? Sinon il pensera qu'elle n'est qu'une gamine chiante, incapable d'oublier. Est ce qu'il pourrait s'énerver pour ça ? Elle ne pense pas. La tendresse de Moriarty est égale aux douceurs des mômes. Il faut manger une sacrée quantité de bonbons pour frôler l'intoxication. Il faut chagriner un sacré nombre de fois le garçon pour qu'il s'emporte. Ce baiser était-il si nocif ? Impossible pour la blonde de savoir à quel point.

Les paupières de Hazel sont closes alors que le vent tourmente ses cheveux. Des mèches folles fouettent son visage pâle. Elle s'extirpe de ces questions adolescentes en se concentrant sur le ronronnement mécanique. Le bruit d'une bécane est apaisant. Finalement la poupée enlace Caïn. Elle plaque sa joue contre son dos. La coupable parler encore : ce n'est rien, je veux juste voir le paysage défilé. Et de fait, les immeubles passent. Inoccupés, cassés, tagués... A plus de 25 images par seconde, en accéléré. Un peu comme les battements de son cœur à ce moment là.


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
<b>bavardages</b> 1791 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Dylan O'Brien
CREDITS : Merenwen / BY Solosand & my wife supreme de la night & gif par Hazou (a)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   Jeu 12 Jan - 8:53

 FOGGY MOUNTAIN BABY

- HAZEL — CAÏN -


A lot of hope in a one man tent there's no room for innocence take me home before the storm, velvet moths will keep us warm... Morning, keep the streets empty for me.


Enfants dépassés par la réalité, qui cherche à se teinter dans leur propre vérité. Vivant sans se soucier des lendemains, subissant les accoups d’un jeu malsain. Ils se maintiennent dans leur équilibre enclin aux tremblements, comme des orphelins. Cachant les failles, effaçant les secrets d’une ambiguïté qui leurs couterait, ils taisent toutes opportunités se tenant à cette amitié. Mais le goût de leurs lèvres restaient ancrés, comme une sucrerie dont on peut jamais se rassasier. Ils étaient bloqués dans ce vice de volupté, se mentant réciproquement pour ne pas venir sur la confusion de leurs effusions. Car la vérité était bien trop insensé et que l’étincelle était déjà entamée par le feu d’une poupée. Coincé dans ses sentiments déviants, dans son coeur arrogant là où ses songes crevaient doucement quand le temps semblait moins pesant auprès de cette poupée de légèreté. Pourtant tout n’était qu’altération, tout n’était que confrontation et élongation. Refus opportun de taire les refrains de ce baiser miséricordieux. Ils effaçaient encore les enjeux, feignant une absence pour taire leur violence de cette soirée de médisance. Caïn se propageant malencontreusement à proximité, il oubliait pendant un instant l’attirance de sa déchéance. Ne pouvant s’empêcher de se rapprocher de son amie pour l’attirer contre lui. La curiosité rongeant ses veines creusées, son sourire faussé se ternissant sur ses canines retroussées. Il feintait un bonheur ce crève coeur. Ces songes attachés à ces élans meurtriers, son palpitant encore déchiré par les effluves ensanglantées. Il semblait bien détaché de la réalité mais son intérêt face à cette énigme taisait le vide de sa carcasse livide. Interrogations sans conclusions, il veut comprendre l’avorton le discours de sa poupée. Savoir ce qui la maintenait aussi excitée. Mais Hazel aimait se faire mystère alors elle taisait sa curiosité carnassière.

Va falloir que tu devines...

Jouant sur les mots, pour effacer les échos à son affront. Caïn il bouillonnait, il s’impatientait, il n’avait jamais aimer jouer aux devinettes. Et pourtant il s’y pliait, un sourire entier sur sa bouche acidulée. Mais son excitation se mutait tandis que les deux opposés se retrouvaient à l’entrée de l’immeuble. Et il accourait vers sa bécane avec ce rictus guilleret, montant l’engin métallique aux effluves idylliques. Attendant patiemment sa coéquipière pour faire rugir la bête. Petite poupée n’osant s’accrocher suite à leur intimité, elle se maintenait difficilement dans le dos de l’enfant, l’attrapant timidement. Son sourire cachant tout son inconfort, elle se crève de remords, ne pouvant plus supporter les torts de ce gamin affriolant. Mais il démarre Caïn, il ne réfléchit plus vraiment l’adrénaline le tordant, le tentant. Et dans un bruissement, le monde ne devient qu’effritements. Le vent se glissant dans les mèches entremeles, la distance se réduisant en un instant. Ils ne redeviennent plus que ces enfants insouciants. Et il sourit légèrement l’enfoiré sous ce sentiment de liberté. L’univers devenant bien moins contraignant dans ce genre de moments. Car la société avait volé leur liberté de vivre, les hautes lumières rongeant les halos téméraires. Une barrière pour chaque possibilité de respirer. Une frontière pour garder les visages ternes bien sages. Chicago n’avait plus les relans d’antan. Mais ça il ne pouvait leur voler. Ces souvenirs qui se faisaient et se défaisaient. La brise qui se faufilait, les paysages qui se flouaient sous la vitesse ivresse. Ils étaient infinis dans cette utopie, dans ce rêve ébahi. Et il jouait Caïn de cette rapidité, prenant des virages forcés, ne respectant plus vraiment les limites préétablies, le danger l’anesthésiant, le réveillant. Et doucement, il attrapait les paumes d’Haz pour la coller plus à lui alors qu’il se prépare à tourner violemment. Et ils glissaient les gamins insolents sur le bitume rougie par les éclats solaires. Pour finalement s’arrêter dans un silence complet, dans un endroit isolé de tous regards emplis d’intérêts. Dans l’obscurité d’une ruelle éparpillée, paumée. Il coupe le contact Caïn pour se reculer et se soulever loin de la proximité, ne réfléchissant plus qu’à ce que lui avait dit sa poupée.

Tu sais que je suis pourri pour deviner. Mais j’essaye… Est ce que ça a rapport avec un moyen pour se faire du fric ? Parce que je te préviens plus jamais je me retrouve en costard dans une cabine d’essayage. Et me dis pas que c’est encore la baignoire ? Parce que tu sais aussi bien que moi que la salle de bain est trop petite pour qu’on y rajoute une baignoire. Je sais que t’en veux une mais on peut juste pas.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.




Body Electric
Well now that you've got your gun, it's much harder now the police have come and I'll shoot him if it's what you ask but if you just take off your mask you'd find out, everything's gone wrong.
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3360 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   Dim 15 Jan - 1:15
Le cœur de la blonde est écorché par ses chutes maladroites et ses tentatives de courage. Plus elle s'écarte de lui et plus elle s'en rapproche. C'est la douleur boomerang. Elle se maudissait par moment car toute cette situation, c'est elle qui l'a provoqué dans un éclat de sincérité. Elle se jure de ne plus jamais recommencer et elle comprend pourquoi elle n'avait jamais rien tenté avec personne d'autre avant. Pour Eurydice, c'était différent. Leur attirance était douce et Hazel ne savait pas ce qui lui arrivait. C'était comme un trip spirituel. Elles prenaient leur temps et s'apprécier. L'ambiguité était vite levée et elle avait su gérer le peu que sa partenaire donner. C'est de la curiosité, une forme de divertissement candide. Avec Caïn, la relation est teintée d'aventures. Une violence torrentielle pleine d'amour et de générosité. Il l'avait accueillie et protégé. Avec lui, elle avait gandi. Cette ambiguïté, elle est sauvage et elle ne savait pas dans quoi elle s'embarquait. Un jeune homme casé avec une enfant sur les épaules. Il émanait de Caïn la plus belle des attentions et Hazel s'en était approchée dangereusement. Son raisonnement logique cherche à comprendre ce qui lui plaît chez lui pour tout haïr, pour mieux s'en sortir. Ce n'était qu'un ami... Et si sa connerie a été digne de la boîte de pandore, maintenant c'est le chaos qui règne en maître dans son esprit. A force de tenter le meilleur, on finit par avoir le pire et la poupée en est de plus en plus persuadée. Elle a misé pour avoir plus, elle se retrouverait à limiter les pots cassés. Le perdre serait la pire chose qui pourrait arriver à la skateuse. Anéantie, elle retournerait certainement dans son wagon à dealer des vêtements. Et c'était hors de question...

Le ronronnement est une berceuse mécanique. Ca râpe les oreilles quand les yeux sont enchantés par les paysages défilés, et ça fait vibrer le sol sous ses pieds. Le vent joue dans ses cheveux tentant alors de pénétrer sa peau pour la glacer jusqu'à la moelle. Sa seule source de chaleur, c'est le dos de Caïn contre sa joue. Voilà sa définition du bonheur, elle ne veut rien d'autre que cet instant élégant. Mais le moteur se coupe et le brun mouve. Hazel se redresse et remarque le dédale sans foule. Un doigt passe une mèche derrière son oreille. Sa jambe tranche l'air pour descende de l'engin. Un ange n'a pas le temps de s'installer car le boxeur élève sa voix. Il cherche toujours, la curiosité retroussée par son appétit de savoir. Hazel s'en amuse tandis que ses poings se plongent dans ses poches. Sa démarche est détendue bien qu'elle illustre sa supériorité et son pouvoir. Alors qu'ils se mettent en marche, la poupée fait une légère tape sur le bras du gamin. Quel moqueur.

Eh ! T'avais l'air dangereux dans ce costume, ça change de tes pantalons qu'ont dix milles trous !

Elle lâche le visage de Caïn pour se concentrer sur l'horizon, le sourire toujours esquissé.

Et cette baignoire, je l'aurais...

Eternel débat entre les éternels enfants. C'était la seule fantaisie désirée par la blonde. Une baignoire ou un jacuzzi... L'immeuble étant un vieux taudis historique, impossible de bâtir la salle de bain de ses rêves. Elle ne l'aurait peut-être pas chez le garçon. Il fallait qu'elle songe à le quitter un moment, elle ne pourra pas vivre éternellement avec lui. C'est son nid, après tout.

C'est pour gagner de l'argent mais c'est plus sérieux...

Elle prépare le terrain et formule dans sa tête quelques mots. Elle se remémore cette fois, au Jack's Dinner, où ils mangeaient des frites et buvaient des milkshakes, où la magie a opéré malgré les ténèbres indélébiles causés par le décès de l'eshu. Il lui avait rappelé soudainement, ses actes passées dans sa ville natale. Et l'idée a germé naturellement.

Tu sais, je t'avais parlé une fois, de mes conneries à San Francisco... Je me disais que ça serait cool si on recommençait.

Directement et sans transition, elle l'embarque avec elle dans cette folie passagère. Souveraine de son futur, elle sait déjà que la résigner serait chose impossible. Mais est-ce qu'il ferait parti de l'aventure. Le doute plane entre les deux et ses mots trébuchent dans sa bouche.


Enfin je veux dire... je vais braquer une banque.


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
<b>bavardages</b> 1791 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Dylan O'Brien
CREDITS : Merenwen / BY Solosand & my wife supreme de la night & gif par Hazou (a)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   Jeu 2 Fév - 2:00

 FOGGY MOUNTAIN BABY

- HAZEL — CAÏN -


A lot of hope in a one man tent there's no room for innocence take me home before the storm, velvet moths will keep us warm... Morning, keep the streets empty for me.


Gamins paumés qui cherchent le danger comme seule liberté. Ils défilent, ils se faufilent sous la brise futile. Leurs mèches entremêlées, leurs coeurs intimidés par ce rapprochement déridé. Les deux enfants qui se retrouvent trop proche, trop lointain, ils sont bancals, ils sont infernals. Drogués à l’adrénaline, attachés à cette même peur du rejet, ils se sont apprivoisés sans songer à l’ambiguïté, se sauvant à leur tour de leurs terreurs vautours. Et ils refusent de se détacher, ils s’interdisent de lâcher l’opposé car cette relation est la seule qui semble bien ancrée sur un équilibre parfait. Malgré les revirements, malgré les faux semblants, malgré leurs défauts ils se sont fait échos, taisant leurs maux pour s’offrir un bonheur rebelle, vermeil. Une joie ritournelle malgré les parallèles gangrènes de cette réalité. Lui comme elle ayant subi la perte comme le mépris. L’abandon comme la trahison. Mais à l’instant, ils taisent leurs confusions, et leurs altérations, profitant d’un frêle instant pour effacer les plaies béantes, sanguinolentes. Se raccrochant à la légèreté d’une virée sans morosité, pour s’oublier dans la démence de leurs ignorances.

Le ronronnement métallique siffle sous le vent brûlant, les corps amants se tenant maladroitement sous les paysages défilants. Poupée doucereuse elle se berce contre le battements de ce palpitant virulent, profitant d’un frêle moment pour s’épargner les effusions de sentiments. Tardant légèrement à se détacher, l’enfoiré il la laisse simplement s’accommoder tandis qu’il s’arrête dans une ruelle reculée, ce dernier voulant se reposer loin des regards indiscrets, profiter d’une solitude délabrée. Et doucement, il se relève, cherchant à crever l’abcès de sa curiosité. Car poupée elle est énigmatique, elle est magnétique. Elle se joue de sa patience et de sa démence, pour créer cet intérêt de violence. Dis moi ma jolie ce qui trotte dans le crâne pour éviter le moindre carnage. Mais Hazel elle se fait succube charmante, elle tranche la brise de sa jambe, se relevant sous ses mots en écho. Et elle danse de toute cette supériorité, aimant bien trop avoir ce contrôle surfait, et le gamin il peut s’empêcher d’avoir ce rictus guilleret. La taquinant, la raillant, se moquant. Et la blonde elle riposte, elle s’impose en une tape qui montre bien leur symbiose. Jeu de gamin arrogant, divertissement incessant.

Eh ! T'avais l'air dangereux dans ce costume, ça change de tes pantalons qu'ont dix milles trous !

L’océan creuse l’ambre un instant, leur sourires se rongeant et elle reprend.

Et cette baignoire, je l’aurais...

Fantasme luxurieux d’une princesse aux envies d’allégresse. Elle ne cesse de le tarauder avec son rêve de confort, avec cet idéal vaniteux. Et il peut que se moquer un peu plus de ce ton assuré.

Tu me sembles un peu trop sûre de toi ma chère.

Son regard ne lache plus l’orpheline qui se dandine. Il la suit voulant remédier à toutes ses questions sans conclusions. La curiosité devenant bien plus démente sous son silence dérangeant.

C'est pour gagner de l'argent mais c'est plus sérieux...

Caïn il fronce les sourcils, l’inquiétude germant dans ses pensées entremêlées. Son sourire s’éteignant en un instant sous la préparation de l’inconsciente. Mais la blonde ne le laisse pas le temps de trouver à présent, elle lui offre encore quelques échos de leurs échafauds.

Tu sais, je t'avais parlé une fois, de mes conneries à San Francisco... Je me disais que ça serait cool si on recommençait.

Et le brun il sait exactement où elle veut en venir la jolie poupée ternie. Sous le deuil, Hazel lui avait fait une confiance aveugle. Se confessant sur des souvenirs d’antan ,des bribes de sa folie, de cette drogue d’adrénaline sublime. Dans ce restaurant où il l’avait amené pour lui faire gouter ce mélange particulier, elle lui avait tout balancé.

Enfin je veux dire... je vais braquer une banque.

La maladresse éclate, sans ménagement, sans antécédents. Diamant brut, poupée abrupte. Elle lui vend ses méfaits avec une assurance contrastée. Le ramenant trop près du danger, mais le gamin a toujours aimé s’enflammer pour des causes injustifiées. Et la laisser ainsi sa Bonnie sans son Clyde. Ce ne serait qu’une trahison de plus à l’équation. Et pourtant l’enfant s’est stoppé dans son élan, son souffle s’arrêtant un instant. Car il ne peut plus penser qu’à lui à présent. Il fallait songer à chaque possibilité, chaque opportunité. Ce choix étant à double tranchant. Finir en taule pour un bon bout de temps, ou offrir cet argent pour la liberté de son enfant. Le brun il reste silencieux comptant les enjeux. Risquer d’abandonner Ripley dans ce sort défait ou bien essayer pour la sauver de cette horreur de morosité. Lui qui avait promis d’être à ses côtés pour l’épauler malgré les promesses scarifiées, malgré le sort d’atrocité. Il va briser encore ses mots d’espoirs pour la tirer de cette vie noire. Tout parier pour gagner ou pour perdre. Lula a besoin de toi. Ripley a besoin de toi. Alors tu fais quoi ? Le choix de la raison ou du coeur. Caïn il regarde enfin la poupée de son ambre enflammé, ses lèvres s’étirant lentement, il va jouer encore une fois pour sauver les dégâts de cette famille en éclat. Même si cela lui assure le trépas.

On fait ça quand ?
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.




Body Electric
Well now that you've got your gun, it's much harder now the police have come and I'll shoot him if it's what you ask but if you just take off your mask you'd find out, everything's gone wrong.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: foggy mountain baby + caïn & hazel   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM