Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 repentless ▬ noah & grim
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 799 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Josh Mario John
CREDITS : Rockette Queen
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: repentless ▬ noah & grim   Lun 5 Sep - 12:24
REPENTLESS
noah summers & grim petersen

Tes pupilles céruléennes scrutent l'horizon avec l'intensité des prédateurs. Depuis combien de temps campes-tu ici ? Tu ne saurais vraiment dire. C'est qu'il défile différemment ici. Tu soupires doucement. Te serais-tu trompé ? Tu es un traqueur hors pair d'ordinaire, cela te contrarierait bien de t'être trompé. Et puis, mine de rien, tu as mis plusieurs jours à trouver la piste de celui que tu cherches. Premier obstacle, et non des moindres, tu ne connaissais pas son pseudo. Son identité, pourtant, ne t'est pas inconnue. A vrai dire, tu as passé un peu de temps avec l'homme que tu cherches. Cela est plutôt rare. D'ordinaire, ceux et celles que tu chasses, ne sont que des visages que tu as choisi pour les actes barbares posés par leurs âmes noires. Tu n'oublies jamais ceux que tu tatoues : tu les marques à vie, ils emportent avec eux une partie de ton art, une partie de toi. Toi tu les gardes en mémoire à jamais. Noah n'avait pas échappé à la règle. Tu avais été étonné, bien sûr, en premier lieu d'apercevoir à l'écran de ton téléviseur l'image de l'un de tes dessins encrés. Tu avais laissé le journal tourner en fond sonore, sans vraiment y prêter attention jusqu'à l'instant où le loup était apparu. Tu avais alors écouté avec grande intention la raison de la présence de l'animal aux infos : la bête était le seul signe distinctif d'un terroriste pro-DG. Sur l'instant, tu avais tout arrêté, restant coi et immobile face aux images défilant. Une seule pensée persistait au fond de ton esprit : devais-tu le dénoncer ?

La question t'a longtemps taraudé l'esprit. Tu n'avais pas agi sur l'instant, préférant éviter les décisions hâtives. Si tu as pris l'initiative de purifier le monde de tous les êtres malsains le peuplant, tu as aussi mis un point d'honneur à donner une deuxième chance. Comment donc l'offrir à cet homme si tu te contentais de le livrer à la police ? Tu ne pouvais t'y résoudre. L'affaire t'a maintenu éveillé trois nuits avant que tu ne décides d'agir pour de bon. Il fallait que tu le retrouves. La grande traque a alors commencée : tu as écouté, questionné, observé. Décris l'homme dans tous les détails que tu avais en mémoire. Les rumeurs soufflaient que celui que tu cherches traîne souvent aux abords du vieux moulin. Tu t'es méfié, un instant de cette information : tu connais la valeur des on dit et la viscosité des ESHU. Mais étant donné qu'il s'agit de la seule piste que tu as réussi à flairer, tu as fini par accepter de la suivre. Et te voilà aujourd'hui, aux environs de la vieille bâtisse. Ce n'est pas le premier jour que tu t'y rends. Non, c'est le quatrième. Tu es persévérant. Mais, avouons-le, tu commences à fatiguer un peu. Les quelques âmes que tu as croisées dans le coin n'étaient pas celle que tu cherchais. De quoi travailler ton moral et ta détermination. Mais tu n'as pas abandonné, pas encore et tu en comptes pas le faire aujourd'hui.

Tu grognes un peu en percevant sur ta peau les premières gouttes de ce qui se révélera être une sacrée averse. Avançant avec précaution jusqu'au vieux moulin, tu finis par pénétrer au sein de l'édifice réputé hanté. Tu n'y crois pas vraiment. Si tu admets la possible existence d'esprits au sein de ta vie réelle, il te semble impossible qu'un monde fait de pixels puisse abriter un tel concept. A moins que les développeurs de cet étrange univers aient été vraiment loin dans la conception du jeu. Tu observes le lieu avec grande attention. Tout est poussiéreux et abandonné depuis longtemps. Comme à peu près l'entièreté du Darwin's Game. Tu décides de monter, inspectant avec une certaine curiosité les mécanismes broyant autrefois le grain. C'est un peu dommage de laisser tout cela à l'abandon penses-tu. Sans doute pourriez-vous en tirer profit. Cependant, tu es soudain tiré de tes observations par du bruit en contrebas. Te saisissant de ta hache, tu dresses l'oreille, percevant la présence d'un nouveau venu. Tu apparais soudain dans son champ de vision, te déplaçant agilement jusqu'à la porte d'entrée que tu claques derrière toi. Dressé ainsi, arme en main, tu ressembles à un gardien protégeant farouchement ses trésors de poussière. C'est lui. Tes pupilles ont discerné le visage que tu espérais tant voir. Tu es presque soulagé. Heureux, forcément, aussi. Enfin tu as mis la main dessus. Il doit t'avoir reconnu, non ? Si tu ne t'expliques pas rapidement, il n'en reste pas moins que vous risquez par vous battre à mort : c'est la coutume par ici.

« Je ne te veux pas de mal. » Ces mots, prononcés par ta voix rauque accentuée de tes origines nordiques paraissent bien moins rassurant qu'espéré. « Juste des explications. » Là est tout le nœud du problème ; tu veux comprendre la vision de ces terroristes, saisir ce qui, à leurs yeux, peut excuser leurs gestes. « Je sais qui tu es, et tu sais qui je suis. » Tu observes ses moindres réactions. L'endroit est sombre, il est difficile de capter tous les états d'âme de ton vis-à-vis. Tu restes sur tes gardes, prêt à te battre s'il le faut. Si l'affaire tourne mal, tu sais ce qu'il te restera à faire : survivre et la police se chargera du reste. « Je n'oublie jamais un tatouage. » Ajoutes-tu : il sait de quoi tu parles, tu scrutes attentivement son comportement.

darwinsgame.com (c) 2015




« the vengeful one »
I'm the dark messiah, I'm the vengeful one. Look inside and see what you're becoming. In the blackest moments of a dying world, what have you become ?

(c) Myuu.BANG!


Invité
Invité


MessageSujet: Re: repentless ▬ noah & grim   Dim 18 Sep - 21:38
REPENTLESS
noah summers & grim petersen


Une routine s'était installée, plusieurs fois par semaine, je quittais le quartier général pour me diriger vers le vieux moulin et y passer la nuit, je ne savais pas vraiment ce que je cherchais en me conduisant ainsi, je ne savais pas si je voulais me remémorer des souvenirs ou si j'espérais que Jack y réapparaisse comme par magie, je ne l'avais plus revu depuis cette nuit magique et même si j'essayais de me persuader que c'était mieux pour lui, mieux pour nous de faire comme si rien ne s'était passé, parce que je n'avais rien à lui offrir, rien à lui donner, je ne pouvais pas lutter contre mes sentiments, mon envie de le revoir et de retrouver ses bras, pouvoir à nouveau croire en ses promesses, me persuader qu'il allait venir m'aider, me sauver.
Ce soir n'était pas une exception, et même si la pluie m'avait ralentie dans mon expédition, j'avais fini par atteindre la bâtiment abandonné, ouvrant la porte dans un sinistre grincement alors que l'odeur familière de poussière et d'humidité m'accueillait. Rapidement je retirai ma veste trempée, essuyant les gouttes d'eau qui dégoulinaient de mes cheveux sur mon front, prêt à aller m'installer à l'endroit de la pièce qui était devenu comme mon repère, mon petit coin de sécurité, ne remarquant pas alors, les yeux qui m'observaient dans l'obscurité.
Ce ne fut qu'en entendant la porte d'entrée claquer, bien plus fort que s'il avait s'agit simplement de l’œuvre du vent, que je me retournais, tombant nez à nez avec une silhouette sombre, un homme dont je ne distinguais pas encore le visage mais dont je devinais l'ombre d'une hache dans sa main.
Sans réfléchir, par instinct, par réflexe, je reculais de quelques pas, portant la main à ma ceinture pour dégainer l'arme dont je ne me séparais jamais, la pointant dans sa direction alors qu'avec un calme déconcertant il brisa le silence, essayant de me rassurer, de me dire qu'il ne me voulait pas de mal (Ah, vraiment?), qu'il voulait simplement des explications, qu'il savait qui j'étais, tout comme je savais qui il était également.
Je restais muet, incapable de savoir comment réagir, incapable de savoir quoi dire, je ne savais pas s'il faisait référence à mon identité de Chicago ou à celle du jeu, je ne savais pas ce qu'il voulait savoir, pas plus que je ne savais qui il était malgré ce qu'il avançait, certes sa voix, son accent m'étaient vaguement familiers mais pas suffisamment pour que je puisse y mettre un nom, une identité. Je me forçais à le dévisager, à le détailler de la tête aux pieds, attendant patiemment que mes yeux si habitués à la lumière, réussissent à s'adapter à l'obscurité et brusquement je le reconnus, sa dernière phrase me confirmant l'invraisemblable, c'était mon tatoueur, celui qui avait encré dans ma peau il y a de cela des années à présent, le loup qui était aujourd'hui, contre ma volonté devenu symbole du terrorisme pro-DG. Je me mordis les lèvres, les yeux écarquillés par la surprise, mais aussi, par la peur.

« Putain, c'est toi...»

Rapidement je baissais mon arme, la rangeant à sa place initiale alors que des milliers de pensées se bousculaient dans mon esprit, ainsi donc il me cherchait ?
Je m'étais longtemps demandé pourquoi lui, la seule personne possédant mon identité, la seule personne capable de me faire tomber, ne m'avait pas livré à la police, puis j'avais fini par conclure qu'il m'avait probablement oublié, ou qu'il s'en fichait peut-être même éperdument et finalement, il apparaissait, sorti de nul part, demandant des explications ?
Je n'étais pas dupe, j'étais en sursis, ma liberté, ma vie dépendaient de lui, mais aussi de moi, il n'appartenait qu'à moi de réussir à le convaincre, de lui faire comprendre que mes actes étaient fondés, que mes convictions n'étaient pas si insensées, il n'appartenait qu'à moi de me sauver.

« Qu'est-ce que tu veux savoir ? »

J'étais prêt à tout lui expliquer.

darwinsgame.com (c) 2015
avatar
<b>bavardages</b> 799 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Josh Mario John
CREDITS : Rockette Queen
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: repentless ▬ noah & grim   Sam 22 Oct - 11:48
REPENTLESS
noah summers & grim petersen

Tu t’es concentré sur ta respiration. Chaque bouffée d’air est calme et profonde. C’est la meilleure façon que tu connaisses pour rester maître de toi-même. Les yeux rivés sur l’homme te faisant face, tu analyses le moindre de ses gestes. Tu es prêt à te battre s’il le faut. Mais avant, tu aimerais pouvoir parler. Tu n’en as que trop rarement l’occasion ici. Tous les joueurs sont sur le qui-vive, prêt à tuer la première âme qui croise leur chemin. Toi y compris. Tu fixes un instant le canon de l’arme qu’il pointe sur toi. Ton cœur manque un battement et tu dois lutter un peu plus afin de garder ton sang-froid. L’articulation de tes doigts blanchissent sous la pression que tu exerces sur le manche de ton arme. L’instant est intense, tu es partagé entre l’instinct de survie qui te suggère de te ruer sur ce potentiel adversaire et ce désir tenace de comprendre ce qui se passe au fond de l’esprit de ce gars. Terroriste, c’est l’étiquette qu’on lui a collée, c’est ce qu’il est aux yeux du monde. Mais toi qui sembles être seul détenteur de l’identité du fugitif, tu veux vérifier par moi-même ce qui se cache derrière cette appellation. Doucement, tu abaisses à ton tour ton arme. Tu ne prends pas le risque de te rapprocher, l’autre pourrait prendre cela pour une tentative d’attaque. Deux loups qui se regardent en chiens de faïence.

« Si je dois te dénoncer. » Drôle de réponse, tu en as conscience. Ton regard perçant se pose sur le sien. Sur tes traits, l’expression grave que tu as coutume d’aborder dans pareils moments : un visage fermé, sombre. Celui du jugement, celui qui tente de sonder les âmes et d’en comprendre les fondements. « J’aurais pu, simplement, te dénoncer. Mais cela ne me semblait pas juste. » La justice. Un concept qui ne cesse de tarauder ton esprit. Tu sais qu’il semble vain à beaucoup d’hommes mais tu y tiens, farouchement. « Je voulais juger par moi-même. » Tu inspires profondément. Tu ne te trompes pas d'homme, le tatouage ne ment pas. Il est marqué. « Se battre pour les causes qui nous tiennent à cœur est une chose que je respecte. » Toi-même tu es là pour cette raison. Les hommes et les femmes qui se dévouent corps et âmes aux causes leur semblant valoir la peine t'inspirent un certain respect, il est vrai. Tu sais que chacun a son combat et sa façon d'y faire face. Cependant, tu ne cautionnes pas toutes les formes de bataille. L'homme qui est face à toi, lui, a été lâche, comme tous ses comparses, comme tous ceux qui se disent pro DG et ont décidé de terroriser le monde par leurs idéaux. « Mais je refuse que des innocents soient sacrifiés pour une bataille qui n'est pas la leur. » Un instant, tes pensées se tournent vers ta défunte épouse. Quel genre de combat était-ce ? Tu ne t'en souviens pas, es incapable de savoir ce qui s'est passé ce soir-là. Mais Alsine était ce genre d'âmes innocentes que le mal arrache cruellement au monde. Tes mâchoires se crispent, ton regard s'assombrit un peu plus. Tu veux éradiquer le mal de ce monde et si tu sais que c'est une cause déjà perdue d'avance, tu comptes tout de même te battre jusqu'à tomber, à bout de force. « Quel genre de fou faut-il être pour tirer sur une foule ? Qu'est-ce que ça a pu t'apporter ? » Tu laisses un temps de suspend, te redressant de tout ton haut, ta carrure envahissant pleinement l'espace poussérieux du vieux moulin. « Qu'est-ce qui peut m'empêcher de te dénoncer... ou d'en finir avec toi ? » Parce que le dénoncer ne suffit peut-être pas à tes yeux, parce que tu sais que votre monde est en train de s'effriter et que la justice là-bas n'a de toute façon jamais bien fonctionné.
darwinsgame.com (c) 2015




« the vengeful one »
I'm the dark messiah, I'm the vengeful one. Look inside and see what you're becoming. In the blackest moments of a dying world, what have you become ?

(c) Myuu.BANG!


Invité
Invité


MessageSujet: Re: repentless ▬ noah & grim   Sam 12 Nov - 0:02
REPENTLESS
noah summers & grim petersen


Je ne savais pas décrire ce que j'avais ressenti en reconnaissant le visage de mon tatoueur face à moi, c'était bien plus que de la surprise ou de la peur, ce n'était pas une simple émotion sur laquelle on pouvait poser un mot, c'était comme si le temps s'était figé l'espace d'un instant, que le sang s'était gelé dans mes veines et que mon cœur avait cessé de battre...C'était comme me sentir en sursis, quelque part entre la vie et la mort, car c'était ce que j'étais au fond face à lui, en sursis.
J'avais toujours craint cette rencontre sans vraiment me l'avouer, ayant toujours eu ce don d'oublier ce qui était dérangeant mais cette fois c'était venu se rappeler à moi, j'arrivais à peine à articuler quelque mot, comme si mes lèvres étaient gelées, comme si parler était un effort insoutenable, insupportable...
« Qu'est ce que tu veux savoir ? » J'étais capable de répondre à tout, honnêtement mais je savais aussi que je jouais ma liberté, je savais que mon sort dépendait d'un seul homme et ça me terrifiait.
Ce fut seulement quand il prit la parole, que sa voix à l'accent étrange brisa à nouveau le silence, que je réalisais que je retenais aussi ma respiration, que tout s'était arrêté...La réponse ne me surprit pas au fond, je me doutais  bien que ça allait être le sujet alors je ne réagis même pas, restant stoïque, les sourcils à peine froncés, seul un rire manqua de m'échapper, faisant tressaillir le coin de mes lèvres quand l'autre parla de justice.

La justice, c'était un concept que je trouvais plutôt abstrait, dans un monde où on condamne plus un homme qui télécharge illégalement qu'un homme qui viole, dans un monde où on culpabilise les victimes au lieu de les prendre en charge, je n'étais pas réellement certain que ce mot ait encore un sens...Quelle justice ? J'en avais presque envie de hurler...Elle était où cette justice quand j'avais besoin d'elle, quand elle aurait pu m'empêcher de devenir ce que j'étais ?
Mais je ne dis rien de tout ça, gardant ma révolte pour moi, préférant reporter mon attention sur le tatoueur, sur les phrases qu'il prononça ensuite et qui me renvoyèrent à des que questions que je n'avais jamais osé me poser et qui me prirent de court.
Quel genre de fou faut-il être pour tirer sur la foule, pour abattre des innocents ? Qu'est ce que a avait bien pu m'apporter ? Qu'est-ce qui pourrait l'empêcher de me dénoncer ou pire d'en finir avec moi ?
Je ne savais pas, je ne savais plus, ça me ramenait bien loin en arrière tout ça, dans un passé si différent qu'on aurait presque dit que c'était celui d'un autre homme, qu'il appartenait à un autre monde, une autre dimension. Ça me ramenait à mes premiers pas sur DG, à mon émerveillement, à la sensation de toute puissance, l'enivrement, l'impression d'exister enfin, de pouvoir échapper à mon quotidien, la routine dans laquelle je m'étais engluée, médiocrité, frustration, regrets sur lesquels j'avais construit ma vie. Puis l'addiction qui s'était bien plus vite installée chez moi que chez les autres, être conscient de commencer à avoir un comportement à risque, d'être en train d'inverser le réel, de commencer à penser que Chicago n'existe pas mais ne rien faire contre ça, au contraire, s'y abandonner, l'accueillir à bras ouverts et aimer ça, aimer perdre ses repères.
Après ça c'était le gouvernement qui s'en était mêlé, qui avait menacé le jeu et la peur, ma plus vieille amie qui était revenue me guider,me rappeler que je pourrais plu arriver à vivre sans le jeu, qui avait guidé mes premiers actes pro-DG, les manifestations, des tag parfois, tracer sur les murs des phrases, les symboles des team, rien de méchant encore mais assez pour les attirer, eux.
Et à partir de là tout a basculé et devient flou dans mon esprit  je me rappelais ni la rencontre, ni les mots échangés, je savais juste qu'ils avaient gagné ma confiance, qu'ils m'avaient convaincu qu'en obéissant, le jeu ne disparaîtrait jamais, alors j'avais obéis, j'étais devenu un parfait soldat, je ne réfléchissais plus, j'exécutais et c'était ainsi que je m'étais retrouver en train de tirer sur la foule un matin, sourd aux cris, aux larmes, aveugle au sang des innocents qui coulait dans les rayons de la supérette...C'était pour la bonne cause, c'était pour le jeu, c'était juste des dommages collatéraux, c'était ce qu'ils avaient dit, c'était ce que j'avais cru...

Mais maintenant que j'avais été repéré, que j'étais enfermé, que je n'avais ni le droit de sortir, ni de parler aux quelques rares proches que j'avais je commençais à comprendre, c'était lent, douloureux, tellement violent que mon esprit même s'y opposait la majorité du temps, mais parfois derrière le voile j'apercevais l'horreur de ce que j'avais fait, et face au regard glacé du nordique le voile avait vacillé et s'était effondré.

Je reculai d'un pas, comme s'il m'avait giflé, me mordant les lèvres alors que le silence devenait de plus en plus lourd. Pendant quelques secondes, nous nous regardâmes simplement dans les yeux alors que seul le bruit de nos souffles respectifs se faisait entendre, puis enfin, je pris la parole, d'une voix étrangement calme, étrangement sereine, en contraste parfait avec le cataclysme qui se déchaînait à l'intérieur de mon esprit.

« Rien. Ça m'a rien apporté. »

Un constat, sans appel, froid. Ça ne m'avait rien apporté, je n'étais pas plus heureux aujourd'hui enfermé dans mon appartement, dans ma prison, le jeu était toujours menacé et au fond de moi une voix s'élevait me demandant pourquoi alors des innocents ont été sacrifiés.

« Je sais pas. Je sais pas quoi dire »

Juste que j'étais fatigué de tout ça, que je voudrais retourner en arrière, qu'on me laisse en paix, que je n'étais pas assez fort, mais faible et lâche, que le jeu avait assez duré.

« J'ai encore toutes mes vies, si tu veux me tuer 10 fois vas y, je résisterai pas »


darwinsgame.com (c) 2015
avatar
<b>bavardages</b> 799 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Josh Mario John
CREDITS : Rockette Queen
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: repentless ▬ noah & grim   Ven 25 Nov - 19:28
REPENTLESS
noah summers & grim petersen

Tu ne t’attendais pas à cela. Aucun des scénarios que tu as envisagés jusqu’ici ne ressemble à ce que qui est en train de se passer. Tu as pensé à la fuite, à la rage, au combat, à la défense, à bien des choses à vrai dire. Mais à cela ? Non. Tes pupilles scrutent avec attention l’homme qui se rend, cet être qui s’abandonne à la mort. Tes épaules se relâchent et tu soupires doucement. Qu’est-ce que tu vas bien pouvoir faire de lui ? Tout se bouscule au fond de ton crâne. Un cas comme celui-là, cela ne t’est jamais tombé dessus. Lui, lui ce n’est pas un de ces monstres que tu as l’habitude de chasser. Lui, c’est un mec qui te semble étrangement paumé. Désabusé. Qu’est-ce qui a bien pu lui arriver pour en finir là où il en était ? Toutes ces questions qui se croisent et s’entrecroisent dans ton esprit, toute cette confusion qui fronce peu à peu tes sourcils. Le mot résonne alors comme une évidence parmi les interrogations, l’ultime réponse, la solution évidente qui se dévoile à ton être : rédemption. C’était ce qu’il cherchait, à n’en pas douter. Ton regard change sur son être. Quelque chose s’est illuminé au fond de tes pupilles glaciales, quelque chose… d’humain, de plus chaleureux, qui détonne avec ta précédente attitude. C’est ce que vous êtes : de simples humains. Vos vies sont régies par un nombre incroyable de variables, de forces incontrôlables.  

Te voilà pris au dépourvu. Tes pupilles se baissent, se posant sur la hache que tu ramènes contre ton torse. Elle en a arraché des vies, depuis le temps que tu t’es mis en tête de défendre toi-même le monde. Si tu es venu à la rencontre de cet homme, ce n’est pas uniquement pour réduire le nombre fatidique encré dans sa chair mais bien pour comprendre son geste. Et ce que tu vois, à l’instant, ne te donne aucunement l’envie de l’exécuter. S’il ruse ? Tu en doutes. Tu ressens dans sa voix cette sincérité que les prédateurs sauvages n’ont pas. Tu te trompes peut-être, impossible à dire. Ton regard se dirigeant à nouveau sur lui, tu prends la parole. Le ton est moins menaçant qu’avant. « Non… non, je ne veux pas te tuer. Pas aussi gratuitement. » Que faire alors ? Cet homme mérite de payer pour ces actes qui ont causé tant de rage, de souffrance et de peine. Mais tu sais aussi que les âmes changent, qu’elles ne sont pas invincibles et que les erreurs sont nombreuses. La sienne reste pourtant fatale à tes yeux. Alors, Grim, mais alors que faire ? Tu hausses doucement les épaules comme pour te répondre à toi-même. « J’aurais juste voulu comprendre. » Même lui ne semble pas sûr de saisir ce qu'il s’est passé, il y a quelques temps de cela déjà. Un soupire s’échappe à nouveau de tes lippes. Accepter son geste, tu ne le sauras jamais. Il fait partie des choses inexcusables, tu n’en démordras pas. Néanmoins, si tu es venu ici plutôt que de simplement dénoncer cet homme, c’est pour lui donner une deuxième chance. Ta langue passe entre tes lippes avant que tu ne reprennes la parole. « Si je t’ai traqué au lieu de te dénoncer… c’était pour essayer de comprendre ce qui a pu se passer. Et te donner une deuxième chance. » Parce que, toi, tu ne te veux pas monstre, ni bête. Même si aux yeux de certains tu commences à l’être ; les actes que tu poses sous le couvert de la justice ressemble parfois à s’y méprendre à ceux que tu souhaites punir toi-même. Mais c’est un autre débat ; aujourd’hui, tu te tiens devant cet homme dont tu es incapable de dresser un jugement te semblant correct. Tu es indécis. Quel fardeau de devoir juger les hommes. Tu gardes ta hache à la main, au cas où – car tu le sais, tu n’es à l’abris de rien. S'il veut se racheter, il va falloir qu'il y mette du sien. Ta voix résonne alors que tu scrutes toujours son être avec grande attention – tu ne lui fais toujours pas confiance et sans doute cela ne sera-t-il pas le cas avant très longtemps. « C’est ce que tu dois chercher, non ? Une espèce de… rédemption. » Toi, c’est ce que tu voudrais, tu le sais. C’est ce que tu veux actuellement. Anéantir le mal de cette Terre, c’est ta façon à toi de te pardonner la mort de ton épouse. « Tu ne veux pas te racheter ?» Le contraire t’étonnerait beaucoup, encore plus que ses précédentes réponses. Cependant, il a l’air de l’un de ces hommes abandonnés de tout, ayant décidé de ne plus rien espérer sinon la fin de leur existence.
darwinsgame.com (c) 2015




« the vengeful one »
I'm the dark messiah, I'm the vengeful one. Look inside and see what you're becoming. In the blackest moments of a dying world, what have you become ?

(c) Myuu.BANG!


Invité
Invité


MessageSujet: Re: repentless ▬ noah & grim   Dim 27 Nov - 4:14
REPENTLESS
noah summers & grim petersen


Face au regard glacé du nordique, face à ses questions, ses interrogations, son incompréhension, tout ce que je retenais en moi depuis la fusillade, ce voile flou qui s'était abattu sur mes souvenirs, ce déni qui s'était installé, tout avait été balayé en quelques secondes.
Je m'étais retrouvé muet, choqué, incapable de prononcer le moindre mot, incapable de répondre, incapable de bouger même, paralysé face à l'horreur, l'atrocité de mes actes, j'avais l'impression de m'auto-détruire de l'intérieur, de m'effondrer, j'avais l'impression que chaque parcelle de mon esprit était pulvérisée, je ne savais pas comment je faisais pour supporter une telle douleur, pour rester un minimum stoïque mais lorsque tout s'arrêta je comprenais maintenant, je comprenais pourquoi mon esprit m'avait protégé de ça si longtemps, parce que personne ne peut supporter de vivre avec autant de sang sur les mains, personne ne peut supporter d'avoir ôté la vie d'innocents au nom de rien, pour un jeu, pour du virtuel, pour quelques pauvres pixels...
Alors lentement j'avais déposé mon arme, et je m'étais rendu, je lui avais dit de me tuer, qu'il me tue, dix fois, qu'on en finisse, qu'il mette enfin un terme à tout ça, j'avais fermé les yeux, attendant le coup fatal, le moment fatidique, je n'avais même pas peur à vrai dire, c'était comme si c'était la seule et unique chose que je pouvais encore faire, encore contrôler, comme si c'était ainsi que l'histoire devait se terminer.
Je me préparais à accueillir la mort, je me repassais le film de ma vie, ma courte et pathétique vie qui finissait de manière tout aussi pathétique et misérable, cherchant à quel moment, pourquoi, tout avait dégénéré à ce point, incapable de trouver un instant précis, tout au plus une succession de petits détails sans importance, une accumulation qui avait fait qu'un jour c'en avait été trop et tout avait explosé. Je pensais aussi à mes proches, aux rares qu'il me restait encore, à Svenja et sa tendance à toujours voir le bon chez moi quoique je fasse et à Jack, qui me pardonnait, m'aimait toujours peu importe le nombre de fois où j'avais pu l'abandonner, je pensais à eux et j'attendais.
Pourtant, rien ne vint, aucune douleur, rien, seulement la voix du nordique qui brisa le silence pour dire que non, non il ne me tuerait pas, pas si gratuitement, avant de continuer à parler...De son discours je n'entendais que quelques mots, suffisamment pour savoir qu'il parlait de me comprendre,  de seconde chance, de rédemption...Tant de beaux concepts auxquels j'aurais pu croire sincèrement, auxquels je croyais sincèrement même, pour tout le monde, mais pas pour moi, je ne le méritais pas. Quant à lui expliquer, l'aider à comprendre...Je n'en étais pas capable, si j'avais eu une histoire horrible, si j'avais été un enfant battu, abusé, si ma vie avait été une catastrophe, j'aurais pu me justifier, j'aurais pu faire comprendre comment on en arrivait à des extrêmes quand tout semblait être contre nous depuis le jour même de notre naissance, mais avec ma vie banale, mon existence sans vague et sans horreurs, je n'avais aucune légitimité, rien pour justifier le mal-être qui m'avait poussé à perdre pieds.

« Je mérite pas de seconde chance, ni de rédemption et je peux pas me racheter...Je veux dire, comment je le pourrais ? Tout ces gens...Toutes ces vies...Je... »

A ces mots des images recommencèrent à saturer mon esprit, je me revoyais face à ces personnes qui me suppliaient, qui me demandaient d'arrêter, je revoyais leurs visages, la peur dans leurs yeux et pourtant je me revoyais aveugle à ça, en train de tirer sur eux sans la moindre pitié, je revoyais le sang sur le sol, j'entendais encore les coups de feu, leurs cris, les pleurs, les supplications. Je me mordis les lèvres, remarquant à peine qu'une larme avait commencée à rouler le long de ma joue, avant de mourir au coin de mes lèvres.

« Je suis désolé »

Comme si c'était suffisant...Comme si ça allait changer quoique ce soit.
Mes yeux dérivèrent sur mon arme toujours au sol à mes pieds et mon regard s'y attarda longuement, si lui n'avait pas envie de m'achever, si lui n'avait pas envie de me tuer dix fois, peut-être que moi je pourrais en avoir le courage.

darwinsgame.com (c) 2015
avatar
<b>bavardages</b> 799 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Josh Mario John
CREDITS : Rockette Queen
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: repentless ▬ noah & grim   Jeu 15 Déc - 22:48
REPENTLESS
noah summers & grim petersen

Désolé. Ton esprit bute et se fracasse avec dureté contre ce raisonnement que tu ne comprends pas. Tu ressens au fond de ta poitrine une certaine rage brûler, soulever ton cœur et crisper chacun de tes muscles. Est-ce qu'il avait passé tout ce temps terré, passant ses journées uniquement à se lamenter sur son sort, bouffé par ses regrets à se dire qu'il était désolé ? Tes pupilles le scrutent avec intensité, transperçant la moindre parcelle de son corps. Tu ne connais aucune des personnes que cet homme a tué sans aucune raison valable apparente, cela n'a rien de personnel. Mais en l'ayant, là, face à toi, tu n'as de cesse d'imaginer tous ces innocents sacrifiés au nom de rien. Et cela te rend malade. T'enrage. Est-ce que tu as envie de le tuer ? Très certainement. Il y a au fond de toi un désire vivace d'expier toute cette rage qui brûle en toi. Ce serait si facile d'arracher une vie à cet être se rendant à toi. C'est ce qu'il attend. L'idée s'offre soudainement à toi et tout semble s'éclaircir. Ce type est un lâche, jusqu'au bout des ongles, jusqu'au plus profond de son âme. Il n'a pas le cran d'affronter sa propre mort. Il l'attend. Ta respiration se fait plus profonde, dérange le silence pesant qui s'est installé entre vous. Sous les traits de ton visage, la chair frémit, animée par une nervosité grandissante. Tu lâches soudainement ta hache qui atterrit dans un bruit sourd sur le sol poussiéreux du vieux moulin. Il ne mérite même pas cette lame penses-tu, il ne mérite pas cette délivrance qu'il semble attendre depuis maintenant longtemps. Ce qu'il mérite ? Tu n'en sais rien. Tu ne saurais dire et c'est ce qui te travaille tant. Que faire d'un homme comme lui ? Mais tu ne réfléchis plus. Tu t'es jeté sur lui, agrippant ses vêtements et le collant violemment contre le mûr.

« Désolé ? » Toi d'ordinaire possesseur d'une flegme si tranquille, toi qui d'ordinaire ne te laisse pas aller à l'impulsivité, tu as brisé toutes tes propres barrières. Au fond de tes yeux danse la flamme incandescente de la colère. De la haine. De quelque chose de sombre et désagréable, dérangeant. « C'est tout ce que tu es désolé ? » Tes mots sont corrosifs, crachés avec mépris et agressivité. « Tu n'es pas désolé, tu es pitoyable et lâche à attendre une mort que tu n'es même pas capable de te donner. » Ton poing est parti, soudain, sans prévenir. Mais il a préféré écrasé le bois du vieux moulin, plutôt que la face de cet homme dont tu ne supportes plus l'attitude. Tu l'as lâché avant de reculer de quelques pas. Tu le tues d'un regard tranchant, glaçant. Tu restes là, immobile, les muscles bandés et les pupilles meurtrières. Est-ce que c'était cela qu'il fallait faire : le secouer un peu ? Tu n'en sais rien, attends la moindre de ses réactions, prêt à en revenir aux mais si nécessaire. Qu'il réagisse bon sang. De n'importe quelle façon. Qu'il cesse d'avoir cette attitude si passive et lamentable qui t'enrage tant.
darwinsgame.com (c) 2015




« the vengeful one »
I'm the dark messiah, I'm the vengeful one. Look inside and see what you're becoming. In the blackest moments of a dying world, what have you become ?

(c) Myuu.BANG!


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: repentless ▬ noah & grim   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM