Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 if they come in the morning (billie)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 11:02
abigail pratt
ft. nastassia lindes

so I had done wrong but you put me right, my judgment burned in the black of night. when I give less than I take, it's my fault my own mistake. we will run and scream, you will dance with me. we'll fulfill our dreams and we'll be free, we will be who we are and they'll heal our scars. sadness will be far away.
prénom/pseudo red ivy âge vingt-trois ans pays belgique impressions sur le forum énorme (dans tous les sens du terme ou presque), beau, complexe/complet, possible que je sois un peu perdue là tout de suite    type de personnage pré-lien (oz whitehill). vos autres vous pas encore :olaa: en cas de départ/suppression, acceptez-vous que votre personnage soit considéré comme décédé et ajouté à l'annexe ? vu qu'il s'agit d'un pré-lien, je pense pas. :oo:  votre smiley préféré LE POKE QUI N'EST PAS LÀ, miséricorde :ouin: (du coup, à défaut :russe:)  un dernier mot edjeluihfuhde ce forum :omd:
TA VIE AU QUOTIDIEN
ÂGE
24 ans
DATE DE NAISSANCE
3 novembre
LIEU DE NAISSANCE
oak brook
STATUT MATRIMONIAL
volage
STATUT SOCIAL
aisée
ORIENTATION SEXUELLE
pansexuelle
MÉTIER/OCCUPATION
étudiante (parfois)
UN DÉFAUT MAJEUR
instable
UNE QUALITÉ MAJEURE
charismatique
CREDITS
angel dust
ton identité ingame
PSEUDO
megara
TEAM
eshu
ARME FAVORITE
poignard cranté

 
au quotidiendarwin's game
pratt avant tout, le nom qui colle à la peau, qui assomme, qui finalement enchaîne. des années, qu'elles a passées, abigail, à se défaire de l'emprise parentale. du prénom qu'elle abhorre et enterre aux fuites sagement planifiées, des caprices de l'enfant roi aux rebellions adolescentes, elle se débat dans tous les sens, les doigts tendus pour agripper la liberté, sa liberté. les parents s'inquiètent, froncent les sourcils, parlementent et puis s'agacent, comparent à la cadette, la douce, la proprette. pourtant elle a jamais voulu les décevoir, billie, des aspirations différentes et une soif de vivre qu'ils n'auraient jamais pu comprendre. tant pis. (▽) baroudeuse elle voulait découvrir le monde traverser les océans grimper au sommet de l'himalaya trouver un oasis au milieu du désert toucher les fonds marins du bout des doigts. pas possible de rester en place, la tête pleine de rêves et d'idéaux un peu cons, elle s'en est rendue compte, la réalité qui gifle et qui blesse. c'était un soir de décembre et deux petites lignes rosées l'ont bousculée, ont tout changé. elle aurait pu s'en débarrasser, du môme gluant, c'est même ce qu'ils lui ont conseillé mais elle a pas écouté. elle a pas écouté et maintenant elle regrette, parfois, même si elle le dit pas. c'est comme tout, elle s'emballe et elle se lasse, le chiot dans la vitrine ou les boucles brunes qu'elle fait glisser entre ses doigts. peut-être qu'elle n'était pas faite pour ça, mère à temps plein, tous les matins se lever et préparer le petit déjeuner, l'accompagner à l'école sourire agiter la main, passe une bonne journée bébé et de temps en temps elle espère qu'il ne revienne pas. s'en veut pour ça, souvent. un peu soulagée de le voir à la sortie de l'école, finalement, terrifiée de ce qui pourrait lui arriver. elle le regarde et elle repense au garçon qui voulait rester là, qu'elle n'a pas laissé faire, croyant sûrement qu'il n'était pas fait pour ça non plus. ni lui ni elle, sauf qu'elle est coincée, il s'en est bien tiré. elle lui en veut, par vagues, de pas s'être battu plus que ça. (▽) connaissances une soif d'apprendre qui l'a toujours animée, les yeux grands ouverts sur un monde qu'elle voulait décortiquer. sans gêne, elle se mêle de tout ce qui l'intéresse, exige d'être la première à savoir, se perd dans de vieux ouvrages et en ressort les joues un peu rouges, comme essoufflée. c'est une course contre la montre, trop de choses à comprendre trop de choses à faire. elle concilie théorie et expérience, ne se satisfait ni de l'un ni de l'autre. quatre années perdues, à cause du gosse. quatre années passées à le bercer, le nourrir, l'entendre pleurer et observer sa mère le changer (incapable de le faire, même en se bouchant le nez). du jour au lendemain, elle en a eu assez, de regarder sa vie défiler, de retour dans la maison familiale dont elle avait tant de fois cherché à s'échapper. alors elle est partie, s'est enrôlée à l'university of illinois, cursus de sociologie, l'enfant boudeur au bout du bras. se voulait indépendante, mais a finalement accepté l'aide financière du père pratt, inquiet. il lui a demandé, récemment, si elle ne perdait pas son temps, à étudier ça, plutôt que le commerce, la médecine, la physique, quelque chose qui serve, bon sang Abig– Billie, pour ensuite menacer de lui couper les vivres. elle a passé le téléphone au gosse, qu'il plaide leur cause à sa place, la voix dégoulinante de miel et le grand-père qui s'apaise. bien sûr qu'il ne va pas les laisser tomber, qu'il affirme un peu plus tard. elle remercie, arrondit les angles de sa voix tranchante, et reprend la course, ça fait trois ans maintenant. (▽) distance les lèvres s'étirent et mentent, le sourire n'atteint jamais les yeux. ce n'est pas qu'elle méprise, pas vraiment, c'est qu'elle est prudente. la confiance qui s'offre difficilement, se perd en un instant, elle jauge et juge, évalue les risques. l'enfer c'est les autres et si elle se lie rapidement, elle ne s'attache qu'à de très rares élus à qui elle offre une loyauté sans faille. que les autres crament, c'est sa philosophie, le môme qui lui a volé sa vie et elle avant tout. alors il faut fouiller dans ses rires, dans ses conversations anodines, lire entre les lignes, chercher la vérité dans les banalités qu'elle se plait à éparpiller. barricadée derrière plusieurs murs, le cœur bien à l'abri, son corps offert en diversion. c'est soudain et étonnant, sa façon de briller pour mieux se renfermer et disparaître à tout jamais, rayon de soleil aveuglant, chaleur qu'elle offre par sa simple présence et arrache ensuite brutalement. elle veut être libre, Billie, et pour l'être, elle doit à tout prix éviter les chaînes inutiles. de l'engagement, elle ne connaît que les yeux bleus de son fils, et elle trouve déjà ça terriblement contraignant. pas besoin de s'embarrasser de plus, pas besoin de se mettre en danger ; elle se fait insaisissable pour se protéger. (▽) north side elle s'est toujours dit qu'elle était un peu bohème, un peu artsy, billie. pas foutue de faire quoique ce soit avec un pinceau ou un crayon ou un instrument de musique ou même avec sa propre voix, mais elle y croit. elle aime arpenter les musées, glousser un peu devant les tableaux, clamer qu'elle aussi elle peut faire pareil. s'agiter dans des salles de concert un peu underground, boire beaucoup trop et s'accrocher aux corps qui la frôlent. faire des expériences pas toujours concluantes au niveau fringues, le gosse qui se fout ouvertement de sa gueule et lui montre sa petite robe noire en lui disant que ça lui irait beaucoup mieux. il a du goût, elle pas assez. c'est lui qui a repéré l'appartement quand ils ont commencé à visiter. elle était d'abord allée dans le east side, poussée par la maternelle qui voulait qu'elle ait le meilleur (et pour les pratt, le meilleur, c'est le plus cher) mais s'est naturellement retrouvée attirée par le nord, quartier qui lui va beaucoup mieux. ça fait trois ans maintenant, appartement assez grand pour loger une personne en plus, facilement, murs de brique rouge et quelques poutres en bois qui font tout le charme de l'endroit. ça lui rappelle un peu la maison, en mieux, vu qu'elle n'y étouffe pas. étouffait pas. ces derniers temps, quoiqu'elle fasse irl, elle étouffe. (▽) ombre dans le regard sévère du père, il y a le reflet de la cadette si parfaite. billie devenue l'exemple à ne pas suivre, dans ses excès et ses rêves, le jour de l'accouchement les larmes qui roulent et le soutien qu'on lui refuse. elle a insisté, elle a décidé, elle assume. pas encore dix-huit ans allongée sur les draps blancs, le corps se déchirant de l'intérieur, et la petite sœur grimace, compatissante, tenue à l'écart. emma échappera au pensionnat, aux remontrances, aux punitions, épargnée par les conneries de l'aînée. tous les projecteurs ont toujours été sur elle, billie, chaque pas analysé à la loupe, toujours quelque chose à reprocher, de ses genoux ouverts contre le bitume, enfant, à ses fréquentations, plus tard. chaque critique, le menton qu'elle redresse, la blessure qu'elle encaisse. l'autorité mal gérée, toujours besoin de répliquer, encore aujourd'hui quand la mère lui reproche d'être négligente avec son enfant. relations familiales difficiles, depuis toujours, et la grand-mère alliée finalement déçue par l'enfant du pécher. elle se voulait libre, se retrouve seule, parfois, seule dans leur appartement, le môme endormi depuis longtemps. à deux doigts de le réveiller, souvent. la solitude qu'elle vit mal, se veut détachée mais entourée, équilibre instable qu'elle ne parvient pas à maîtriser. (▽) adulthood cuisiner, payer les factures, ranger et nettoyer. on lui avait caché. choc énorme lorsqu'elle emménage avec son fils, la révélation terrible. elle ne sait rien faire de ses dix doigts, la princesse privilégiée. n'a jamais pris la peine d'apprendre. les premières semaines, premiers mois sont chaotiques mais elle s'entête, elle n'a pas besoin d'aide. sans doute qu'on aurait pu lui reprendre le môme pour maltraitance ou tentative d'empoisonnement vu la gueule des repas qu'elle préparait alors. depuis, elle a engagé une femme de ménage qui passe tous les jours et elle se fait livrer cinq jours sur sept. les deux autres, c'est bonbons ou crêpes ou chocolats chauds et tartines au choco. il est heureux, elle ne doit pas cuisiner et tout le monde est content. ses méthodes ne sont sans doute pas parfaites, mais ça fonctionne. tant qu'on peut contourner le problème, pourquoi le confronter ? (▽) activisme derrière la façade parfois glaciale, derrière l'égoïsme à peine assumé, il y a le cœur fragile, tremblant un peu. le cœur qui se brise à chaque injustice et l'envie d'aider. de l'argent qu'elle récupérait de ses parents, de l'argent de poche qu'ils appelaient ça, qu'elle extorquait petit à petit, grands sourires et battements de cils, mensonges éhontés. c'était pour la bonne cause, pour donner aux œuvres caritatives, pour offrir à l'école d'un quartier défavorisé, pour tendre aux mendiants. ils ne savaient pas, bien sûr, et c'est tant mieux comme ça. du temps qu'elle prenait, celui rien qu'à elle, celui qu'elle avait du mal à arracher, pour aller se joindre aux protestations révoltées dans la rue. elle s'est toujours faite de tous les combats, ceux auxquels elle croit. minorité opprimée, son statut de femme et sa sexualité, dominante pourtant, blanche et aisée, alors elle fait comme elle peut, elle inculque la tolérance et l'ouverture, elle parle pour ceux qui ne peuvent pas toujours. marche sur les plates-bandes des autres peut-être, parfois. elle se fait justicière, s'enrôle dans toutes les causes, et cette fois-là encore. mi-août, si loin déjà, si proche à la fois, les corps qui tombent et la mort pour la première fois. traumatisme qu'elle digère mal, qui lui a donné l'envie d'hurler un peu plus fort, contre le couvre-feu imposé, contre ces gens qui veulent réduire sa liberté, contre les injustices et la pourriture humaine. (▽) rêves éthérés elle a grandi en apprenant que la vie était difficile, que c'était normal. qu'il fallait se battre pour obtenir ce qu'on voulait. elle n'y a jamais cru, a refusé d'y croire. le monde ne devrait pas être comme ça, à ses yeux à elle, et elle répète chaque jour à son fils qu'il peut devenir n'importe quoi, s'il y croit suffisamment. pas s'il se bat suffisamment. la vie devrait est une fête perpétuelle, un jeu dont on ne veut jamais sortir. la vie devrait être comme le darwin's game. c'est ce qu'elle pense, peu à peu, ses idées naïves et idéalistes, la liberté qu'elle recherche encore et toujours, ses ailes qu'on lui a coupé bien trop jeune. son môme ne grandira pas comme ça, il grandira en sachant que sa mère est une future professeure de sociologie slash guerrière, en sachant que ses rêves sont tout au bout de ses doigts. parfois, elle est écrasée par le poids de la réalité et elle parvient à peine à respirer, paralysée par les responsabilités et les injustices qu'elle peine à tolérer. gamine mal dégrossie qui s'entend si bien avec sa progéniture parce qu'ils partagent les mêmes centres d'intérêt, le samedi matin vissés à netflix, regardant shrek (avant qu'il ne réclame megara), le dimanche passé à se battre avec les oreillers et à rire jusqu'à en avoir mal aux côtes. (▽) en vrac elle préfère le thé au café, qu'elle trouve amer. elle s'exprime mieux à l'oral qu'à l'écrit, où elle se trouve maladroite. elle a fait beaucoup de danse durant son enfance et son adolescence, a arrêté brusquement en tombant enceinte. elle préfère les cocktails au champagne. elle a une excellente mémoire à court terme, ce qui la rend vive et efficace, mais une terrible mémoire à long terme pour tout ce qui concerne sa vie. son samedi soir idéal a connu plusieurs mutations au cours des années, passant de la soirée scandaleuse au combo pizza-netflix pour finalement se raccrocher au jeu. elle fume, de temps en temps, de moins en moins depuis qu'elle est maman et pas à l'intérieur. elle a toujours eu un sommeil capricieux et est sujette à beaucoup d'angoisses nocturnes. elle déteste les cornichons et les enlève toujours de son burger en râlant. elle a toujours eu du mal à lire l'heure si elle n'est pas numérisée, ce dont elle a honte. elle a toujours la dernière technologie en main. petite, elle voulait devenir actrice pour pouvoir vivre mille vies différentes.
megara, qui jamais n'avouera. megara parce que le môme chouinait, un peu plus loin, insupportablement bruyant. fatigant, de ses boucles brunes en bordel sans début ni fin, megara, il réclame toute la foutue journée, megara, et alors il faut encore relancer le stupide disney. elle jure que c'est la dernière fois, mais il y en a toujours une autre après, puis une autre & encore une dernière, son premier amour un peu glauque, est-ce qu'elle aussi s'était amourachée d'un personnage de dessin animé ? pas certaine que ce soit normal, n'ose pas trop demander autour d'elle, trop peur de la réponse. mais megara, donc, qui finit par l'obséder, elle aussi, megara qu'elle devient du jour au lendemain, sans y penser, pour les beaux yeux du gosse qui l'insupporte tant qu'elle emmène une part de lui au sein du jeu. (▽) altérations le corps est fin, noueux, nerveux, il l'a toujours été, en moins malmené. au creux de ses omoplates, une tache de naissance qui ressemble vaguement à une étoile si on la regarde d'un certain angle, d'après le gamin. elle aussi, elle a toujours été là. plus récemment, c'est d'abord deux tatouages qui sont venus se loger derrière son lobe d'oreille, qu'elle camoufle grâce à sa tignasse blonde. et puis,une cicatrice venue orner son épaule gauche, là où elle a reçu un coup de couteau à crans lors de sa première semaine de jeu. bon cadeau de bienvenue, a-t-elle estimé, persuadée qu'elle disparaîtrait aussi vite qu'elle est venue. cinq mois plus tard, elle est toujours là, la narguant rien que par sa présence. et le gamin a beau regarder, il voit pas d'étoile par là. (▽) princesse ailée le temps d'adaptation a été plus difficile que prévu et, si elle n'a pas perdu beaucoup de vies, elle est passée près à de nombreuses reprises. dans sa quête de l'évasion, de liberté ultime, il semble qu'elle ait oublié un détail : tout le monde n'est pas un combattant ou un explorateur né. sa première vie a été perdue le treize mai deux mille seize, après avoir consommé trop de juniperous aflatunense. oui, aussi stupidement que ça. après coup, elle en a ri, ne s'inquiétant pas encore du chiffre qui diminuait, perdue quelque part en rêve et réalité. et c'est sans doute pour ça qu'elle est là, au fond, pour ce rush d'adrénaline qui la parcoure toujours à chaque fois qu'elle se connecte, pour le risque et sa propre bêtise, pour les flammes qui manquent à chaque fois de la réduire en cendres. elle joue. (▽) obsession eshu gravée quelque part sur son crâne, près de l'oreille, eshu qui s'infiltre dans ses pensées en tout temps. quand billie raconte une histoire au môme pour qu'il s'endorme, megara décrit les coéquipiers, les tactiques, les infiltrations, les plans et les alliances, un large sourire aux lèvres. si elle ne donnerait certainement pas sa vie pour eux, il est sans doute déjà trop tard pour s'en dissocier totalement. (▽) thornburgh arena entre fascination et dégoût, de ces joueurs qui vont combattre pour l'honneur de la team. si le concept lui paraît attirant, elle n'est pas certaine d'un jour se porter volontaire. elle a néanmoins assisté au jour de l'unité fêtant le premier anniversaire du jeu et a assidûment suivi le tournoi de quatre jours. elle n'est pas combattante, billie, ce n'est pas en elle. peu à peu, cependant, le darwin's game la transforme. elle sent quelque chose gratter à la surface, une envie d'en découdre, elle aussi. ça lui fait un peu peur, parfois, cette sensation plus grande qu'elle, qui lui donne le tournis. (▽) emprise et si elle ne se porte pas volontaire, malgré l'adrénaline qui lui court dans les veines, c'est aussi à cause d'elle, sa cheffe qui ne s'y essaie même pas. l'injustice, sa plus vieille ennemie, reprend vie et elle s'insurge un peu, tout bas, puis plus fort, incapable de tenir sa langue. l'autorité et ses abus dans le fond de la gorge, la révolte qui revient par vagues et elle se débat, le regard sombre. elle aimait l'idée d'avoir deux leaders au lieu d'un seul, pensait à plus d'équilibre et de négociation, justice dans les pourparlers. elle aimait l'idée, mais le reste de l'équipe moins. harley quinn s'est néanmoins débarrassée de némésis, et elle ne fut plus qu'une à la tête des eshu. ça gronde un peu, à l'intérieur. (▽) crieuse elle s'est mise au service de sa team en utilisant son plus bel atout : ses mots. langue aiguisée, imagination débordante, elle s'amuse à construire des histoires crédibles, sentiment de satisfaction quand elle voit les pupilles s'écarquiller, en face d'elle. pratique sur le môme, bien plus crédule, analyse les réactions, s'emballe et part dans des épopées légendaires ou des récits sanglants (mais pas devant lui, ça). au contact des autres eshu, ce qui ne lui servait à rien irl, ce qui lui était reproché devient d'une importance capitale et elle s'enorgueillit bêtement de pouvoir contribuer tout en n'ayant pas l'impression de travailler. entre ça et aller pêcher comme les imbéciles d'atom, y'a pas à réfléchir. (▽) erreurs elle s'est entêtée à vouloir prendre une arme à feu malgré le fait que les eshu ne soient pas spécialisés, au début. manque d'entraînement et précision à faire pleurer un manchot, elle a fini par abandonner après avoir reçu deux balles dans la jambe pour une envoyée dans le tronc d'un arbre, armée de son m-9. le poignard lui a paru tout de suite plus agréable, et sa rapidité naturelle a compensé son manque de précision, bien qu'elle répugne encore à s'en servir trop souvent. (▽) trahisons si les eshu sont alliés avec les atom et les gaia, elle se méfie autant d'eux que des caho, et garde toujours sa main à proximité de son arme. les alliances sont vouées à disparaître, et elle ne tient pas à être prise par surprise lorsque ce sera le cas. si elle est incapable de faire totalement confiance aux siens, il est hors de question qu'elle confie sa vie à des inconnus qui rêvent peut-être secrètement de la voir crever. elle n'attaquerait pas en première, car elle n'attaque presque jamais en première, mais si elle se sent menacée, elle n'hésitera pas, alliance ou pas. d'autant plus que des traîtres étaient déjà présents chez les gaia, ils ne seraient plus à ça près, n'est-ce pas ? (▽) mille et une vies le darwin's game est devenu en peu de temps pratiquement sa seule occupation. une fois connectée, elle n'est plus billie mais megara. elle n'a pas de môme qui l'attend à la maison, pas d'études qu'elle poursuit sans trop savoir si c'est celles-là qu'elle veut, pas de famille qui l'étouffe et l'emprisonne. maîtresse de son corps, maîtresse de son esprit, libération tant attendue. elle a de plus en plus de mal à s'en aller, à chercher la sortie pendant des heures, à retourner s'allonger dans son lit en fixant le plafond, un trou énorme à la place du cœur. tout lui semble vide et sans vie. parfois, elle se prend à espérer qu'elle reste coincée là. mais il y a les yeux bleus, de l'autre côté de l'écran, sa dernière accroche, sa dernière chaîne.
POURQUOI AVEZ-VOUS COMMENCÉ À JOUER AU DARWIN'S GAME ?
il avait de grands yeux bleus remplis de larmes, ce jour-là. il supportait mal les séparations, et elle supportait mal de l'entendre chialer. presque failli le garder, dire à la nounou de dégager, le coller devant hercules (merci netflix) et réviser ces foutus partiels qui étaient prêts à la tuer. il avait les yeux remplis de larmes, la bouche qui tremblait et les mains qui agrippent. la comédie il savait faire, elle lui avait appris pour convaincre le vendeur de réduire ses prix, la mère pratt de leur payer une nouvelle télé, le voisin mignon de l'inviter à dîner. maintenant ça se retournait contre elle et il l'avait presque bernée. limite s'il ne se mettait pas à genoux pour la supplier, je t'aime maman et putain ça sonnait toujours aussi bizarre à ses oreilles, même après toutes ces années.
alors elle avait dit non. parce que le gamin essayait de la manipuler, parce qu'elle devait réviser, parce qu'elle devait respirer. surtout respirer. juste une journée. elle avait bien commencé, les cours bien étalés devant elle, plutôt convaincue que cette fois-ci, elle allait réussir à se concentrer. puis elle avait entendu la télé, en fond, parce qu'elle oublie toujours de la couper et que ça lui donne l'impression de faire autre chose, et ces lois qui passaient les unes à la suite des autres, plus de rassemblements liés au darwin's game. peut-être que c'était par ennui. peut-être que c'était pour ne pas étudier chomsky. plus probable, par esprit de contradiction, la rébellion qu'elle n'a jamais abandonnée, arracher ce qu'on lui refuse, au nom de sa liberté. pour s'échapper, un peu, de la routine qui étouffe et enchaîne, du regard du gosse qui la hante et l'empêche de dormir, de l'idée des projets qu'elle ne réalisera jamais.
ça ne devait être d'une fois, pour essayer, malgré tout ce qu'elle en savait. ça n'a pas été qu'une fois, bien sûr.

QUELLE EST VOTRE RELATION A VOTRE TEAM  ?
eshu, le nom de ses nouvelles chaînes. c'est ce qu'elle a pensé, au début, se tenant à distance pour observer. elle n'a jamais été une réelle teamplayer, trop susceptible, trop têtue, trop défiante pour accepter les compromis qu'on lui a toujours agité sous le nez. problème face à l'autorité, problème face à la critique, problème pour faire confiance, problème problème problème la collaboration n'amène que des problèmes, rien que ça, demi-tour. c'est ce que criait la voix de billie dans son crâne, à son arrivée.
megara, elle, a rapidement constaté les avantages indéniables à faire partie d'une team, à faire partie des eshu, surtout. la survie au premier plan, la sienne, évidemment, prudence et grands sourires pour ne s'attirer aucune animosité. pas sûre que ça ait particulièrement bien marché, entourée de ses semblables, mais au moins elle a essayé. sa survie au premier plan, qui glisse, glisse, et petit à petit c'est le groupe tout entier auquel elle se met à penser. chaque perte l'affecte plus que la précédente, elle se maudit d'en avoir quelque chose à faire mais c'est trop tard, megara est impliquée, elle crie en chœur, s'attache inexorablement, tend la main pour aider sans même y songer à deux fois. quelque part au fond de sa tête, pourtant, l'alarme toujours prête à résonner, la trahison qui plane tout autour d'elle. équilibre incertain qu'elle a trouvé, mois après mois.

QU'EST-CE QUI A CHANGÉ DANS VOTRE QUOTIDIEN DEPUIS VOTRE INSCRIPTION AU DARWIN'S GAME ?
les partiels ont été compliqués. elle s'en est sortie, avec une moyenne trois points plus basse qu'habituellement. mais elle s'en est sortie, alors ça voulait dire que finalement, le darwin's game n'empiétait pas trop sur sa vie. un peu plus fatiguée, bien sûr, en juillet, avec le gosse en vacances, en plus. tout ce qui se passait dehors, aussi, ça n'aidait pas. il était curieux, évidemment, il savait qu'elle jouait, alors il posait des questions. lui disait qu'il avait hâte d'avoir seize ans pour la rejoindre. elle n'a pas réussi à le lui interdire, après tout, c'est dans neuf ans, ils ont le temps. il est intelligent, alors ils en ont discuté à deux, un peu, tout en lui faisant promettre de le dire à personne, secret avec maman et ses prunelles brillaient. il était fier. bruyant, aussi. plus que d'habitude, il lui semblait. tout le temps dans ses pattes quand elle voulait se reposer, juste deux foutues minutes. elle s'est mise à hurler plus fort et il a développé la manie irritante de coller ses mains sur ses oreilles en gueulant par dessus elle, ça faisait lalalala, ça lui donnait envie de l'étriper.
un jour, elle l'a giflé.
la fatigue. elle était débordée, avec lui, il réclamait megara, encore une putain de fois, il a fait lalala et sa main est partie toute seule, la violence à l'intérieur, celle qu'elle ne soupçonnait pas. il a pleuré, beaucoup. elle aussi.
elle crie plus fort, maintenant, billie, s'énerve plus vite, s'emballe encore plus vite, pour tout et n'importe quoi. personne ne le remarque vraiment, à part le môme, qui s'adapte et l'observe d'un autre œil, depuis. elle comprend. elle aussi, elle se regarde d'un autre œil.

CRAIGNEZ-VOUS LA MORT ?
non. oui. dans d'autres circonstances, peut-être qu'elle s'en foutrait. elle en était même plutôt sûre, avant. c'était il y a longtemps, une éternité déjà. puis il y a eu le dix-sept août, la mort la vraie à quelques pas et un instant elle s'est demandé ce qu'elle foutait là, exactement. le regard bleu, encore une fois, le sale môme qui l'attendait dans l'appartement trop grand pour deux. et elle a eu peur, soudainement, peur de crever et de le laisser là.  
depuis, elle n'a plus jamais arrêté, poison qui s'infiltre à l'intérieur, dans chacune de ses respirations, elle se rappelle d'être heureuse d'être en vie, savoure chaque instant. ne retournerait pas en arrière, malgré tout. sa précieuse liberté, quitte à le faire pleurer.
elle ne sait pas ce que ça dit sur elle, ne préfère pas le savoir.

VOUS EST-IL DIFFICILE DE TUER OU VOUS ÊTES-VOUS DÉCOUVERT UNE PASSION POUR LE MEURTRE ?
elle ne tue pas, pas vraiment. c'est ce qu'elle s'est répété, la première fois, tremblante et le cœur au bord des lèvres. billie n'est pas une meurtrière (megara bien). billie n'est pas cruelle (megara peut l'être). billie ne regarderait jamais les gens s'entretuer sans rien faire (megara n'a pas le choix). elle aimerait dire qu'elle s'est habituée, qu'elle y trouve son compte, finalement, que ça lui sert de défouloir, et peut-être que c'est ce qu'elle raconte, histoire de se créer une réputation, histoire de tenir les autres à l'écart. passer pour une folle dingue pour qu'on lui foute la paix, ça ne semblait pas être un si mauvais plan, à moins que ça attire les fous, les vrais ? elle a retourné le problème dans tous les sens, jusqu'à se convaincre que c'était eux ou elle. si elle peut l'éviter, elle le fera. si elle peut détruire par les mots, c'est mieux. si elle n'a pas le choix, elle tuera. elle tuera et elle se dira que ce n'était pas leur dernière vie, qu'ils seront de retour, furieux, plus tard.
puis elle se dit qu'ils la chercheront alors, quand ils reviendront, et elle n'est plus si sûre que ça la réconforte tant que ça.
 
darwinsgame.com (c) 2015


Dernière édition par Billie Pratt le Mer 12 Oct - 15:19, édité 26 fois
avatar
<b>bavardages</b> 1872 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : roden.
CREDITS : luaneshë (av)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
ALIGNEMENT : miliciens. (yseult)


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 11:23
bienvenue sur DG jolie poupée tu fais un heureux :mera: bon courage pour la fin de ta fiche & j'adore la bouille de ton avatar I love you I love you
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 11:52



TEAM ESHU

les charismatiques et ambitieux.
Te voilà inscrit(e) au Darwin's Game. Ton nombre de vie ainsi que le symbole de ta team sont apparus sur ta peau et le verdict est tombé : tu rejoins les ESHU, qui t'apprendront l'art de l'illusion, la magie des mots, des faux sourires et des alliances mensongères. Avec eux, tu te plairas à jouer les marionnettistes et "retourneurs de cervelles", et tâcheras d'atteindre le sommet grâce aux impostures et aux traîtrises. Ta nouvelle team t'attend avec impatience, alors maintenant dépêche toi de finir ta fiche pour la rejoindre.
darwinsgame.com (c) 2015
avatar
<b>bavardages</b> 6624 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : heda debnam-carey.
CREDITS : @freesia (av), stilinski d'amour (gif isayr).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg, passive.


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 11:54
bienvenue parmi nous, merci pour ton inscription I love you
qu'est-ce que j'ai pu jouer nastassia, elle est tellement belle :woo: excellent choix d'avatar, de nom, de pré-lien (il nous en faudra un d'ailleurs :siffle: )
puis le pseudo ingame :woo:
si tu as la moindre question n'hésite pas, courage pour ta fiche :snif: :white:
avatar
RAGNARÖK
<b>bavardages</b> 867 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : richard harmon
CREDITS : Shiranui
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 12:27
J'aime beaucoup le pseudo ingame :woo:
Bienvenue officiellement :uuh: (et merci de prendre esmeraldaaaa :go: )


We are sorry for the inconvenience, but this is a revolution

#DGPLAYERSWILLWIN

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 12:49
merci beaucoup à vous trois :oo: :ptikeur:

Mera a écrit:
(il nous en faudra un d'ailleurs :siffle: )
je note & retiens, sache-le :wesh:

oz, merci de l'avoir créée oui :hm: :coeur:

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 12:52
Bienvenue dans la meilleure team :wesh: :like:

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 13:38
natassia est trop jolie, je la connaissais pas :snif: le prénom + le pseudo :grrr:
bienvenue parmi nous :keur:

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 14:31
Han, Staz :woo: et ce pré-lien :woo:
Bienvenue ici et bon courage pour la rédaction :love:

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 14:36
Bienvenue :coeur: J'approuve tes choix :like:
avatar
<b>bavardages</b> 799 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Josh Mario John
CREDITS : Rockette Queen
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 14:48
Bienvenue dans le coin et bonne chance pour la suite ! :ooh:




« the vengeful one »
I'm the dark messiah, I'm the vengeful one. Look inside and see what you're becoming. In the blackest moments of a dying world, what have you become ?

(c) Myuu.BANG!

avatar
GUNFIRE
<b>bavardages</b> 1182 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : sebastian stan.
CREDITS : vae solis (avatar), endlesslove (signature), kenou (gif).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : PASSIF.


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 15:15
je trouvais que nastassia avait un air d'emilia clarke sur l'avatar de la fiche, et en cherchant sur google ben en fait non, pas tant que ça. :rire:
en tout cas la miss est très jolie, je ne connaissais pas du tout. :mais:
j'adore le pseudo irl et ig, et puis très bon choix de prélien. :coeur: donc bienvenue parmi nous. :hm:


i have died a thousand times. ♒︎ I just got lost, every river that I've tried to cross, every gun I ever held went off and every door I ever tried was locked. And I'm just waiting till the shine wears off.
http://www.wildatearth.tumblr.com
avatar
<b>bavardages</b> 956 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Ashley Frangipane (Halsey)
CREDITS : EXORDIUM. (ava) ; proserpina (signa)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : neutre


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 16:05
j'adore ce personnage ! :go: :omd:  je suis absolument fan du pseudo IG d'ailleurs ! :lov:

bienvenue ! :luv:


 
don't belong to anyone else
I know I went and left you all alone, please don't think that I let you go. I never let go. If you're gonna make it hurt show me no mercy.
(c) proserpina

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 18:46
elle est magnifique la demoiselle :brille: j'adore le pseudo :coeur:
bienvenue et bon courage pour la fiche :mera:

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 20:16
merci à tous pour l'accueil, vous êtes tous beaux :keur:
(l'ingrate qui ne répond pas individuellement, je sais :russe:)

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 20:31
Ce pseudo IG, j'adore :lov:
Bienvenue :lick:
avatar
RAGNARÖK
<b>bavardages</b> 867 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : richard harmon
CREDITS : Shiranui
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 21:13
Je dis trois mille fois oui, je l'aime :russe: ( :woo: )


We are sorry for the inconvenience, but this is a revolution

#DGPLAYERSWILLWIN

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 21:15
Bienvenue ici, bonne chance pour la suite (même si, vu ce que j'ai lu, t'as clairement pas besoin de chance)

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Sam 8 Oct - 22:13
luna, combo prénom + johanna braddy que j'aime d'amour, je :lov: :lov: :lov: merci I love you

oz :russe: :coeur:

tayler merci beaucoup :rire: croise quand même les doigts Arrow
avatar
<b>bavardages</b> 1789 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Shelley Hennig
CREDITS : .wesleynator (avatar)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
ALIGNEMENT : Pro DG à la vie, à la mort (passive pour le moment)


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Dim 9 Oct - 9:51
Bienvenue :coeur:

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Dim 9 Oct - 15:04
Merciiii I love you
avatar
<b>bavardages</b> 6624 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : heda debnam-carey.
CREDITS : @freesia (av), stilinski d'amour (gif isayr).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg, passive.


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Dim 9 Oct - 16:45



DOWNLOAD : 100%

le jeu peut commencer.
désolée pour le retard I love you si c'est bon pour oz, c'est bon pour moi aussi I love you la fiche est très complète et tu as une plume magnifique :snif: j'ai hâte de vous voir à l'oeuvre en rp, amuse-toi bien avec elle :coeur:



Tu es peut-être validé(e), mais ton travail ne s'arrête pas ici. En effet, il te reste tout un tas de choses à faire pour finir d'inscrire ton personnage dans l'histoire du forum ! :snif:

▬ recenser ton avatar
▬ recenser ton pseudo ingame
▬ recenser tes infos dans le sujet adéquat.
▬ réclamer tes écus personnels ou pour ta team.
▬ créer ta fiche de liens.
▬ créer ta fiche de personnage
▬ créer ton téléphone
▬ demander un parrainage si tu te sens perdu(e).
▬ participer à la vie de ta team.

Et surtout, t'amuser. Le forum tout entier t'ouvre ses bras, le jeu peut commencer. :ooh: Si tu as besoin de quoi que ce soit, la moindre question, le staff reste à ton entière disposition. I love you
darwinsgame.com (c) 2015
avatar
KERRIGAN
<b>bavardages</b> 765 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Natalie Portman
CREDITS : avatar (c) avengedinchains, sign (c) anaelle
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Milice (Guenièvre)


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   Lun 21 Nov - 22:38
suppression hebdo :peine:



it's a cruel world to face on your own
a heavy cross to carry along

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: if they come in the morning (billie)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM