Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 487 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Benedict Cumberbatch
CREDITS : odistole
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Miliciens


MessageSujet: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mar 18 Oct - 14:45
call of the zombie
ragnarök & lucifer

Assis au sommet d’un immeuble à moitié effondré, tu scrutes ce monde si étrange. Tes doigts entourent précieusement la lance posée sur tes cuisses. Tu soupires longuement. Tu sais bien que ce n’est qu’un leurre. Tu gardes l’arme sur toi pour tenter de dissuader un tant soit peu les autres joueurs. Ces barbares. Enfin, certains ont l’air moins propices aux meurtres que d’autres mais tu sais qu’ils ne sont pas majoritaires. Deux morts violentes ont suffi à te le faire comprendre. Cependant, elles ne t’ont pas dissuadé d’arrêter tout cela ; l’envie de retrouver Lénaïc est plus forte que tout. La protéger. La bonne blague. Tu es un homme d’Eglise, pas un guerrier ni quoique ce soit de cet acabit. Tu soupires longuement, conscient de l’absurdité ta situation. Bon sang, tu aurais mieux fait de ne jamais t’approcher de ce jeu. Tu lèves le regard vers le ciel. Est-ce que, même ici, Il peut te voir ? Bien sûr. Personne ne peut s’en cacher. Tu es soudainement sorti de tes pensées par un bruit plus bas. Tu as sursauté, un peu. Plus que tu ne l’aurais espéré. Tu n’arrives pas à te faire à cette existence sous pression, à ce danger continuel. Tu te redresses rapidement avant de rester un moment accroupi, tendant l’oreille. Tes sourcils se froncent un peu quand le bruit résonne à nouveau. Est-ce… un grognement ? Tu n’as jamais rien entendu de semblable. Tu sens ton rythme cardiaque s’accélérer. Tu ne veux plus mourir. Pas que tu risques d’y rester définitivement mais l’expérience ne t’a guère plu précédemment. Prenant ton courage à deux mains, tu décides d’aller inspecter les lieux. La lance dans la dextre, tu prends l’air le plus déterminé que tu aies en stock. Tu descends prudemment par les escaliers encore debout, mesurant chacun de tes pas. Rien à signaler dans la pièce dans laquelle tu viens de débarquer. Cela devait être d’anciens bureaux : quelques écrans poussiéreux, des chaises, des bureaux, et… un nombre impressionnant de ventilateurs. Tu restes sur tes gardes : les joueurs plus expérimentés sont capables de se cacher à peu près n’importe où selon toi. Tu continues alors prudemment ton avancée.

C’est au rez-de-chaussée que les choses se corsent. Tu discernes une silhouette dans un coin du hall sombre. C’est elle qui grogne. Tu l’observes un moment, dissimulé dans la pénombre. L’inconnu a l’air de boiter. Tu ne distingues par d’armes apparentes. Ton nez se fronce légèrement quand tu perçois une odeur pestilentielle. Comme… un cadavre. Tu ne te souviens pas l’avoir sentie en arrivant ici. Tu hésites un moment, pèses le pour et le contre de la situation. Mais comme on dit, chassez le naturel, il revient au galop. Sortant de ta cachette, tu t’éclaircis un peu la gorge, histoire que l’autre atteste de ta présence. « Est-ce que vous av… » Les mots s’égarent soudain au fond de ta gorge, incapables d’aller plus loin. L’inconnu s’est retourné. Tu as alors eu tout le loisir de t’émouvoir de l’état de ce pauvre gars : sa mâchoire pend lamentablement, son œil droit manque à l’appel tandis que son voisin a jugé bon de faire un petit tour. Tu réprimes un haut le cœur tout en amenant devant toi ta lance. Il y a deux pensées qui se battent violemment au fond de ton crâne : la première selon laquelle ce pauvre gars a vraiment besoin d’aide et la deuxième te hurlant que ce pauvre gars n’est plus humain et qu’il vaut mieux déguerpir fissa. Le principal concerné te convainc définitivement quand il se jette soudainement vers toi, en poussant un cris gargouillant te glaçant le sang ; il faut fuir, et plus vite que ça.

Te voilà donc coincé dans une ville en ruines dont tu ne connais que trop peu les rues labyrinthiques, à courir à corps perdu pour sauver une de tes vies. Tu n’as aucune idée de ce qui est arrivé à ce gars mais le fait est qu’il n’a pas l’air très enclin à t’expliquer. Tu tentes de semer la… chose comme tu peux. Jetant régulièrement un coup d’œil au-dessus de ton épaule, tu as l’impression d’être hors d’atteinte. Tu décides alors de te dissimuler dans un bâtiment, le temps de reprendre tes esprits. Te pensant à l’abri, le dos contre un mur, le cœur battant et le souffle te manquant, tu sursautes violemment en te rendant compte que tu n’es pas seul. Te redressant soudainement, tu défies l’autre du regard avant de t’exclamer « Non ! » L’index de ta dextre se dresse vers l’inconnu, avec l’air menaçant d’une mère en colère. « Non, je refuse. » Haletant, tu t’arrêtes, droit et fier, prêt à affronter le monde entier. Tes doigts se resserrent sur la lance que tu tiens contre ton torse, comme s’il s’agissait là d’un objet délicat. « Vous n’allez pas me tuer, je ne vais pas vous tuer, nous n’allons pas nous battre, je le refuse. » Serait-ce de la colère dans ta voix ? Quelque chose s’en rapprochant, quelque chose qui remue tes entrailles, quelque chose d’inhabituel. « Vous savez pourquoi ? » Bien sûr, mise à part le fait que tu ne cautionnes toujours pas l’idée du meurtre, il y une bonne raison à tout cela. « Parce qu’il y a… » Tu prends un instant pour réfléchir sur la nature de tes assaillants. Est-ce humain ? Monstrueux ? Les deux ? Tu sais qu’il y a de drôles de bestioles qui rôdent dans le coin. Mais ce qui tu poursuis aujourd'hui, c'est tout à fait... exceptionnel. « Ca. » Pas besoin de décrire la chose quand elle se dresse juste devant vous.

darwinsgame.com (c) 2015


don't they know it's the end of the world ?
©️ okinnel.
avatar
RAGNARÖK
<b>bavardages</b> 870 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : richard harmon
CREDITS : Shiranui
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mar 18 Oct - 15:00
KOMBIEN ON A DE ZOMBIES : 2 zombies


But I know, somehow, that only when it is dark enough can you see the stars.

#DGPLAYERSWILLWIN


Dernière édition par Oz Whitehill le Mar 18 Oct - 15:01, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mar 18 Oct - 15:00
Le membre 'Oz Whitehill' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PNJ : MOBS' : 2
avatar
RAGNARÖK
<b>bavardages</b> 870 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : richard harmon
CREDITS : Shiranui
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Ven 28 Oct - 16:35
call of the zombie
lucifer & ragnarök

Fauchon à la main – personne n’est jamais assez prudent avec ces putains de trucs qui rôdent ces derniers temps, t’avances pas à pas, bordel que c’est lent de vérifier chaque recoins, chaque pans de murs, chaque crevasses pour ne pas se faire agripper. Un boulot de tous les instants, les éclaireurs et les chasseurs doivent avoir envie de se tirer des balles à force. Parti à la recherche de quelqu’un de la cour des miracles, et voilà que tu débarques en pleine ville, ce n’était pas vraiment prévu ni voulu, moins tu fous les pieds dans ces endroits, mieux tu te portes. Au moins, dans la forêt vous pouvez grimper dans les arbres et tenir les morts-vivants à distance, ici c’est juste impossible. Du sang macule déjà ta lame, plusieurs crânes sont passés dessous. Respiration laborieuse et muscles brûlants, tu viens de fuir une horde en escaladant le premier étage d’un immeuble, écorchant des doigts en t’accrochant à la moindre rambarde. Enfin, tu trouves un escalier et parvient au rez-de-chaussée, mais tu n’as pas la possibilité de surveiller, l’œil attiré par une touffe de cheveux qui s’engouffre dans la pièce et qui ne semble pas encore t’avoir vu. Ça, ce n’est pas un zombie, mais un être humain n’est pas non plus une superbe nouvelle. Dernières marches dévalée et tu t’avances vers lui, qu’il te remarque enfin.

L’inconnu s’enflamme et tu sursautes brusquement, manquant de lui envoyer la lame dans la jugulaire – pour être honnête, en manquant de la faire tomber surtout – et tu lui jettes un regard noir, probablement invisible dans l’obscurité. Il s’engage dans un discours, encore un qui va finir par te dire qu’il ne faut pas se tuer les uns et les autres, que c’est mal, et tout le discours qui suit, tu pourrais lui rétorquer qu’il prêche un quasi-convaincu plutôt que de le laisser finir, mais à la place tu jettes des coups d’œil aux alentours, puis tu suis la direction qu’il indique et jette enfin tes premiers mots « Bordel ! ». Un amas de chair qui vous fixe et s’approche, ayant bien l’air décidé à vous bouffer. Si cet idiot ne s’était pas cru sur scène, vous auriez pu le voir l’attaquer par surprise, voir vous casser de l’autre côté. Tu te décales sur le côté, vers une porte, mais celle-là non plus tu ne l’as pas vérifiée, et le râle te fait frémir, il est trop proche, quelques centimètres.

Pas le temps de réagir et de lever l’arme, de glisser de quelques pas en arrière pour que son étreinte ne se referme pas sur ton bras. La chair putride ne veut pas lâcher et le mouvement de panique ne te laisse pas réagir d’une façon utile, tu recules avec violence, butant sur les gravats derrière toi, emmenant la créature dans ta chute. Merde, merde, merde, le bras sur lequel tu te rattrapes craque d’une façon peu rassurante, et lâche sous le choc, la rencontre entre le sol et ton mur est brutale et ça fait un mal de chien. Jambes repliées et coup de pieds pour repousser la bestiole au loin, le mur comme appui pour te relever. Un bras douloureux, un allié qui n’est sûrement pas à l’aise dans ce coin – c’est la première fois qu’il voit les zombies ou bien ?! Vient-il de débarquer dans le jeu et de te foutre dans la merde au passage ? « Vise leur tête ! » c’est tout ce qu’il te vient à l’esprit, il n’a pas l’air de vouloir se battre avec le premier venu donc ce n’est pas un CAHO, et t’es pas sûr qu’un ESHU serait resté en voyant des zombies. Dans les deux autres cas, c’est ton allié. Un fardeau, certes, mais un fardeau allié pour le coup, et tu ne peux pas te barrer, hors de question. Puis t’as tellement crevé face à ces monstres, l’envie de leur exploser le crâne est plus forte que le reste. « T’as vu Walking Dead ? C’est la même ici ! Et te laisse pas griffer ou mordre !»  Si vous en sortez vivants, ce qui est déjà mal barré, il faut l’admettre, il se prendra très certainement un coup de poing dans la face. On interrompt pas les gens comme ça, on ne les empêche pas de checker tous les endroits avant de leur parler, en fait il mériterait peut-être que tu l’abandonnes face aux bestioles au final. De nouveau, tu tends ton arme, ils ne sont que deux pour le moment, malgré la douleur un sourire se dessine. « Aller, on les décalque ces cadavres ? »

darwinsgame.com (c) 2015


15 points de vie VIE 15/20
Reliques :
- relique sadique +3/tours

Zombie 1 :

10 points de vie VIE 10/10
Zombie 2 :

10 points de vie VIE 10/10



But I know, somehow, that only when it is dark enough can you see the stars.

#DGPLAYERSWILLWIN


Dernière édition par Oz Whitehill le Mar 1 Nov - 22:54, édité 2 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Ven 28 Oct - 16:35
Le membre 'Oz Whitehill' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PVE : DM' :
avatar
<b>bavardages</b> 487 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Benedict Cumberbatch
CREDITS : odistole
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Miliciens


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mer 2 Nov - 9:54
call of the zombie
ragnarök & lucifer

L’autre n’a pas l’air ravi de ton discours et tu n’en es pas très étonné – 90% des joueurs que tu as rencontrés font partie de ceux qui se reconnaissant dans la loi du tu mords ou t’es mort. Cependant, votre nouveau compagnon a l’air de le convaincre sur l’idée de ne pas vous entretuer – du moins pas tout de suite. Parce que c’est un fait ; tu ne connais pas cet homme, tu es incapable de deviner ses réelles intentions. Rien ne l’empêche de te laisser là avec un mort-vivant sur les bras, de te tuer pour leur livrer un peu de chair fraîche ou encore de – si vous vous en sortez – finir par tout de même te buter, juste pour le plaisir. Cependant, quelque part, tu es un peu rassuré de ne pas être seul face à ces créatures des Enfers. L’autre a l’air plutôt au fait. Enfin, il avait l’air bien plus à l’aise que toi vis-à-vis de ces bestioles putrides jusqu’à ce que l’une d’entre elle s’agrippe férocement à son être. La surprise et le manque crucial d’entrainement t’empêchent d’agir, de lui venir en aide. Oh, pauvre gars, il est tombé sur le pire combattant du coin. Au moins, tu as tout de même une arme avec toi – c’est déjà un exploit pour toi, vraiment. Ce sont les paroles de ton nouvel allié qui te sortent de ta torpeur. Vise leur tête qu’il te conseille. Tu plisses doucement les yeux, incertain. Forcément, viser la tête de quelqu’un est, théoriquement, toujours mortel. A moins qu’il ne s’agisse d’une hydre. Y a-t-il des hydres dans ce jeu ? Ce serait absolument extraordinaire comme rencontre. Et sûrement plutôt douloureux. Tu chasses la question futile de ton esprit te reconcentrant sur ton compagnon de misère et vos deux nouveaux super potes les zombies. L’homme te parle de Walking Dead et tu as la confirmation qu’il s’agit bien ici de zombies. Pas que tu sois un grand fan – tu n’as même la télévision chez toi – mais il aurait fallu vivre dans une caverne pour ne pas connaître, ne fusse que de nom, cette série à sensation. Alors, voilà, en résumé, ce qu’il faut tu fasses pour survivre : viser la tête, pas de morsure, pas de griffure. Fort bien. Ce n’est pas si compliqué que cela, finalement. Un seul détail te chiffonne pourtant : est-ce humain ? Est-ce que cela a été humain, un jour ? Est-ce que… est-ce que tu peux tuer un zombie ? En as-tu le droit et la force ? Eh bien, tu vas vite le savoir.

« Aller, on les décalque ces cadavres ? » Ce sont des cadavres, donc, fondamentalement, ils sont déjà morts. Donc tu ne les tueras pas vraiment. Disons que, tu as la gentillesse de les renvoyer dans leur monde à eux : le monde des morts, là où ils devraient être et rester à jamais. Bien. Tu es plutôt convaincu par l’idée – à vrai dire, c’est ça ou mourir encore une fois. Tu te redresses, puisant un peu de courage dans des paroles du Christ te revenant à l’esprit Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. N’ayez pas peur, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. Jusqu’à la fin du monde, donc. Cela y ressemble vraiment. Resserrant ton emprise sur ta lance, tu tentes une attaque. Mais le fait est que tu n'as jamais combattu qui que ce soit avec cette arme. En vérité, tu l'as trouvée il y a peu et, après un grand débat philosophique dont tu as le secret avec toi-même, tu as décidé de l'emporter au cas où. Tu n'avais certes jamais imaginé le cas où des zombies t'attaquent mais ta lance devrait faire l'affaire. Ta première tentative n'est pourtant pas très concluante ; tu brandis, avec volonté, la lance vers la première des affreuses créatures mais celle-ci chasse d'une main sûre et dans un grognement terrifiant l'arme. La force étonnante du mort-vivant te déséquilibre et, les décombres ne t'aidant pas, tu te tords la cheville en te rattrapant. « Je suppose que je ne vous apprends rien, si je vous avoue que je n'ai jamais combattu l'une de ces créatures. » Lâches-tu alors, pourtant encore déterminé à en découdre avec elle, les doigts bien accrochés autour de la lance de ton salut.
darwinsgame.com (c) 2015


10 points de vie VIE 09/10

Zombie 1 :

10 points de vie VIE 07/10

Zombie 2 :

10 points de vie VIE 10/10



don't they know it's the end of the world ?
©️ okinnel.


Dernière édition par Asaël Murdock le Mer 2 Nov - 10:28, édité 3 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mer 2 Nov - 9:54
Le membre 'Asaël Murdock' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PVE : DM' :
avatar
RAGNARÖK
<b>bavardages</b> 870 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : richard harmon
CREDITS : Shiranui
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Ven 4 Nov - 21:30
call of the zombie
lucifer & ragnarök



Au diable la ville et leurs putain de morts-vivants coincés en essaim dans les immeubles brisés. Tu préfères la plaine et la forêt, toujours un moyen de s’enfuir et de se protéger alors qu’ici vous êtes coincés au bon vouloir de ces têtes vides. Il suffirait que quelques eshu viennent se satisfaire de quelques idiots emprisonnés pour parfaire le tableau, ce serait si facile pour eux de tirer à vue au milieu d’une vitre brisée, pas même besoin de se salir les mains ou de risquer l’affrontement. C’est une idée qu’ils devraient breveter, construire un labyrinthe au sein de la ville pour guider les curieux et ceux qui ont la balade facile dans un bâtiment rongé par la mort. A croire qu’ils ne sont pas assez intelligents pour y penser, ou que les trois autres teams leur tomberait sur le râble pour avoir interdit l’accès à la ville. Mouais, pour toi c’est une idée qu’il serait bien de tenter. Pareil chez vous, en vous débrouillant bien vous pourriez avoir des remparts de morts. Ou alors les guider vers le territoire caho pour laisser faire la nature. Putain de créatures, dès la déconnexion prochaine – sûrement plus rapide que tu l’aurais voulue – t’iras placarder au QG que le prochain qui se trouve là-bas pourra bien cordialement aller se faire bouffer par eux.

Et l’inconnu met du temps à bouger, enfin, une seconde de plus et tu lui hurlais dessus ou lui balançait un senbon dans la tronche pour occuper les zombies et te barrer. Mais t’es pas de ce genre-là, tu ne l’es plus surtout, c’est bien dommage dans ces conditions. Presque avec tristesse tu laisses cette idée s’éloigner, et recule de quelques pas en le regardant faire, et tu profites des quelques secondes de répits ocrtoyés par la bestiole lointaine pour palper ton poignet puis tes côtes. C’est pas joyeux comme sensation. T’ose lever les yeux au ciel en voyant l’espèce de pingouin avec sa lance. Bien évidemment qu’il rate, l’inverse t’aurais étonné et tu te serais sûrement mis à genoux devant lui pour célébrer le meilleur joueur du moment. « Alors ça va être ton baptême zombiesque mon cher. » Pour un millième de secondes, l’idée de lui tendre le bras pour l’aider à se relever te traverse l’esprit mais elle est vite oubliée quand un grognement s’approche trop près de ton oreille. Tenant le zombie à distance avec ton fauchon que tu agites sans regarder, entaillant dans de la chair putride d’une façon inutile, tu farfouilles ton pantalon de l’autre main, détachant un couteau balistique du bout des doigts et le jetant aux pieds de l’inconnu, avant de reposer la paume sur le manche pour plus de stabilité, entamant un demi-tour pour affronte la bestiole. Une grimace au mouvement, t’as sûrement des côtes labourées par la chute, ça va être sympathique de rentrer au QG dans cet état. « Essaye ça si t’es pas à l’aise avec ta lance. » Comment on peut espérer tuer des zombies avec une lance, sérieusement ? Une lame dans la tempe, rien de plus efficace.

Sans lui prêter plus d’attention, tu recules de nouveau de quelques pas avant d’envoyer ta douleur en enfer et de sauter à côté de plus proche zombie, levant le fauchon en même temps, visant son crâne. Bonheur écarlate, puant mais intense, la créature s’effondre sous le geste et t’emporte au sol avec elle, tu ne peux pas empêcher un rire de s’exclamer. Sensation merveilleuse de briser ce qui tente de te tuer, comment les gens peuvent apprécier de les éliminer à coup de flingue ? Rien n’offre de meilleure expérience que l’arme blanche à bout de bras, sentir la lame s’enfoncer dans la chair nauséabonde pour exterminer un monstre de plus. Tu te relèves en séparant l’arme de son nouvel amour et l’essuie sur les vêtements de l’ancien vivant, jetant un coup d’œil au nouveau. « Un de moins. » Un grand sourire et tu t’approches de lui sans chercher à l’aider pour le moment, si on n’apprend pas à se battre on en crève, et il n’aura pas de meilleure occasion que d’apprendre contre des zombies. Étrangement, ils ont moins de répartie que les êtres humains, et c’est foutrement plus agréable que d’entendre un caho t’insulter. « J’te regarde, prouve que t’es pas un de ces minables qui mourront au bout d’une semaine de jeu ! » Tournant un peu autour de la pièce pour vérifier qu’il n’y a pas d’autre créature, tu gardes un œil sur le fauteur de trouble, tu vas pas non plus le laisser claquer.


darwinsgame.com (c) 2015


15 points de vie VIE 15/20
Reliques :
- relique sadique +3/tours

Zombie 1 :

0 points de vie AHAH T'ES MORT
Zombie 2 :

10 points de vie VIE 10/10



But I know, somehow, that only when it is dark enough can you see the stars.

#DGPLAYERSWILLWIN


Dernière édition par Oz Whitehill le Ven 4 Nov - 21:38, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Ven 4 Nov - 21:30
Le membre 'Oz Whitehill' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PVE : DM' :
avatar
<b>bavardages</b> 487 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Benedict Cumberbatch
CREDITS : odistole
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Miliciens


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Lun 21 Nov - 20:25
call of the zombie
ragnarök & lucifer

Ta première rencontre avec des zombies. Un événement que tu n'es pas prêt d'oublier, assurément. Les deux êtres de cauchemar s'avancent vers vous dans un concert de grognement effrayant et avec une étrange lenteur morbide. Ce serait un tort de ne pas s'en méfier. Ils ont certes l’air particulièrement stupides à se trémousser péniblement pour tenter de vous avoir, tu devines sans mal leur potentielle dangerosité. Malgré qu’ils soient des morts, ces cadavres ambulant gardent un air particulièrement féroce. Et dégoûtant. L’odeur, surtout, est particulièrement dérangeante. Tu ne te souviens pas avoir dû un jour endurer pareil cocktail olfactif. Quoique la dinde oubliée un beau jour au fin fond du four par tes deux plus jeunes sœurs pourrait facilement concurrencer. C’est quand tu aperçois quelques vers s’échapper d’une des plaies d’un des zombies que tu tranches ; définitivement, les zombies gagnent la palme du dégueulasse. Et toi, celle du plus mauvais combattant. Désormais convaincu qu’il t’est permis d’exterminer ces créatures diaboliques, tu t’es mis en tête de te battre contre elle. La bonne affaire. Il t’aurait fallu de l’entraînement – beaucoup d’entraînement – pour escompter pouvoir venir à bout des morts-vivants. C’est très certainement le ciel qui t’a envoyé ce compagnon de galère ; animé par un désir de vengeance brûlant (c’est qu’il l’a bien amoché le zombie), il abat la bestiole d’un coup bien placé. Tu restes septique en entendant son rire, semblant être emprunté au diable lui-même. Il a l’air d’un fou. Et toi d’un idiot armé d’une lance qu’il ne sait pas manier face à un ennemi qu’il est incapable de tuer. Vous décrocheriez très certainement la palme de l'équipe improvisée la plus étrange du coin.

« Un de moins. » fanfaronne-t-il. Il n’a pas tort de se réjouir, après tout, cela fait déjà la moitié de vos ennemis à terre. Tu lui jettes un coup d’œil avant de retourner à la surveillance du zombie survivant. Entre tes doigts, l’arme qu’il t’a lancée. Selon lui, ce serait beaucoup plus efficace. Mais selon toi, ce n’est pas l’arme le problème. Il s’agirait plutôt de ton aisance avec ces dernières. Tes phalanges serrent le manche de l’arme blanche tandis que tu lâches ta fidèle lance – elle ne t’a jamais sauvé de quoique ce soit, mais disons que… vous avez fait un peu de chemin ensemble. L’autre te défie d’arriver à tuer la bestiole des Enfers. Tu n’es pas du genre à te laisser prendre à ce genre de provocation. Tu t’es retourné vers ton compagnon de fortune, le visage incroyablement neutre. « Bien. » lâches-tu avec naturel. Il a raison. « Vous avez raison. » La meilleure façon d’apprendre à se battre, c’est de se lancer. Jetant un œil au couteau balistique, tu te concentres ensuite sur ta… proie. Cela n’a pas l’air très difficile si on évite, les dents, les ongles et, hum, les coups en général. Du gâteau. Profondément convaincu que cela ne doit pas être si terrible que cela tu t’élances vers le zombie restant, avec tout le courage dont tu peux faire preuve. Certes tu n’es pas transformé en Rambo des morts-vivants mais tu viens d’accomplir un exploit : premièrement, tu ne t’es pas fait mordre, ni griffer, ni même frapper d’une quelconque façon. Tu deviens un pro de l’esquive – fuir, esquiver, encaisser les coups, c’est à peu près tout ce que tu as appris à faire depuis le début de ce jeu. Désormais, les coups, il va falloir savoir les rendre. C’est ce que tu tentes de faire, visant le crâne de la créature – c’est ce que ton coach d’abattage de zombie improvisé vient de te conseiller. Cependant, atteindre sa cible, ce n’est pas une mince affaire. Le couteau se plante tout de même dans les chairs de la gorge du zombie qui n’a pas l’air vraiment d’apprécier si on en croît le long râle vexé – si, si, il a l’air vexé le bonhomme – qu’il pousse. Tu te recules un peu, préférant ne pas tenter de diable. « C’est hum… pas trop mal comme arme. » Lâches-tu à l’autre, sans lui jeter un œil, trop préoccupé à surveiller ton adversaire.
darwinsgame.com (c) 2015


10 points de vie VIE 09/10

Zombie 2 :

09 points de vie VIE 09/10



don't they know it's the end of the world ?
©️ okinnel.


Dernière édition par Asaël Murdock le Mar 29 Nov - 19:09, édité 2 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Lun 21 Nov - 20:25
Le membre 'Asaël Murdock' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PVE : DM' :
avatar
RAGNARÖK
<b>bavardages</b> 870 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : richard harmon
CREDITS : Shiranui
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mer 4 Jan - 23:58
call of the zombie
lucifer & ragnarök



Maintenant t'es un habitué des morts-vivants. Tu sais comment les éviter - mais ça, c'est Walking Dead qui te l'a apprit - mais surtout, les différentes manières d'en finir. Pour aller au plus simple, il suffit de leur couper les jambes, ils ne pourront plus suivre le mouvement, rajoutez à ça un bon coupage de bras et ils sont aussi inoffensifs que des nouveau-nés. A vrai dire, ils ne sont pas particulièrement dangereux, sauf en nombre, sauf sous la surprise. Mais ça ne les empêche pas d'être mortels, combien de vies t'as lâché sous leurs asseaux ? Peut-être cinq ou six, t'aurais pu y passer. Mais c'est le jeu, on s'y habitude et on y revient avec le sourire et l'envie de leur en foutre plein les dents. Ils ne sont rien que des morts, le projet sordide des développeurs qui visent à détruire ce qu'il reste d'humanité. Grand bien leur fasse, les joueurs se sont adaptés, c'est ça la loi de Darwin non ? On s'adapte ou on crève, alors on s'adapte même à des morts revenus fouler la terre.  Et ton compagnon d’infortune ne sera pas en reste, il a l’air de vouloir rester en vie : c’est déjà un pont franchi, quelque chose à ne pas oublier. Il n’ira pas rejoindre tout de ceux l’océan des corps abimés.

Un sourire grand comme Constantinople te reste en travers du visage lorsqu'il parvient à frapper la créature avec ton couteau. Bien sûr, il est loin de l'achever, c'est solide ces bêtes là - mais pour un mec qui a rameuté deux crevés et qui n'avait pas l'air de savoir ce qu'il foutait ici, ce n'est pas mal. Disons qu'il y a pire, t'en a connu chez les GAIA, des boulets qui restaient pieds et poings liés devant la moindre menace, qui s'enfermaient dans le QG en attendant qu'on leur trouve une porte, ceux qui pleuraient roulés en boule parce que tout était trop inquiétant, sous prétexte que la mort c'était douloureux. Même eux, tu n'as pas ri, t'as essayé au début de leur dire : ça va aller, courage, entraîne-toi, puis tu as laissé ça aux autres, aux chefs ou aux nouveaux, qu'importe. Ils n'étaient que des pseudonymes déjà oubliés, des mirages d’un renouveau possible. Quand il porte le coup, tu émets un encouragement bruyant, un mélange entre ouais et GOOO, un borborygme qui se veut positif. Il sera le héros du jour et finira son zombie tout seul, c’est une victoire qui ne peut s’enlever.

D’un coup de pied bienheureux tu repousses le corps de ta victime vers une des entrées – c’est ça aussi le bonheur avec les zombies. Contrairement aux joueurs qui s’envolent dans une nuée décevante de pixels, eux restent, remplissent les lieux et ne se laissent pas oublier. Peut-être disparaissent-ils, à force, mais tu n’es jamais resté assez longtemps pour le voir, au mieux vous les brûlez, au pire ils finissent en cendre. Accroupi, tu enfouis la lame dans le ventre de la bête. Sensation étrange, presque agréable, tu poursuis jusqu’à l’ouvrir en deux. Le bruit de tes magouilles attire un mort, mais il ne fait que quelques pas avant de se retourner, l’odeur suffit à couvrir les vôtres. Volte-face et tu observes l’autre.  « Si l’atteindre au crâne est trop compliqué, tu peux te servir de ta lance pour lui foutre dans les jambes et le faire tomber. Il sera à ta merci. Un sourire se dessine, plus sadique, un peu glauque, teinté par l’adrénaline. C’est aussi valable pour un humain. »

Occupé à donner des leçons, tu oublies la principale : regarder autour de toi, vérifier chaque recoin et chaque angle, surtout avec ceux-là. Un humain est moins fourbe que ces trucs sans cervelle. Une main – des os – se posent sur ton épaule et s’y accroche, t’arrachant un grognement de douleur. La main sur ton arme, tu t’apprêtes à frapper quand un aboiement te stoppe, et que la pression sur ton bras s’échappe. Ton foutu clébard est en train de dévorer le crâne du zombie lorsque tu te retournes. Voilà des semaines qu’il a disparu  à cause d’eux, et maintenant il est devenu un warrior qui s’éclate à manger des cadavres. « Baldr ! » Il obéit à l’intonation, cesse et s’approche de toi, pour une caresse qui fini en morsure légère mais douloureuse sur ton poignet. C’est habituel alors tu ne dis rien, pointe seulement le bouclé du bout de ta lame pour le montrer à la créature mutante. « Lui c’est un ami. Si le zombie l’embête trop, attaque le. Et toi là-bas tu relèves la tête vers le futur tueur Pas d’attaque sur mon ami ici présent. » Une part de toi se dit que tu pourrais faire l’effort de paniquer, l’autre n’est pas franchement à l’aise face au zombie. Aller, un mot d’encouragement ? « T’es plus fort que lui, tu peux l’achever ! »

darwinsgame.com (c) 2015


15 points de vie VIE 15/20
Reliques :
- relique sadique +3/tours

Zombie 2 :

09 points de vie VIE 09/10



But I know, somehow, that only when it is dark enough can you see the stars.

#DGPLAYERSWILLWIN
avatar
<b>bavardages</b> 487 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Benedict Cumberbatch
CREDITS : odistole
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Miliciens


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Ven 13 Jan - 22:51
call of the zombie
ragnarök & lucifer

Tu as peut-être réussi à toucher ce maudit mort-vivant, il n’en reste pas moins qu’il se dresse toujours devant toi. Tes pupilles scrutent son corps abîmé, cette aberration contre nature qui devrait se cantonner aux histoires fantastiques et horrifiques du grand et petit écran. Tu ne réattaques pas tout de suite, observant du coin de l’œil ce que ton compagnon de fortune trafique. Tu fronces un peu les sourcils en le voyant éventrer le cadavre du premier zombie. Tu n’en captes pas tout de suite l’intérêt, toute ta concentration te servant à rester en vie. La bestiole devant n’a pas l’air franchement alerte mais tu as bien compris qu’il fallait s’en méfier. Et puis… l’autre n’a pas l’air d’avoir l’intention de t’aider. Il t’a certes encouragé mais le bonhomme semble plus préoccuper par ses étranges petites affaires que par l’anéantissement dans la menace grognant devant ton être. Voilà qu’il te propose à nouveau de changer d’arme. Est-ce qu’il se fiche de toi ? Tu n’es à l’aise avec absolument aucune arme. Passer de l’une à l’autre sans cesse n’y changera rien. Mais ce qui te dérange vraiment dans ses mots, c’est cette phrase, prononcée sur un ton franchement malsain. C’est aussi valable pour un humain. L’idée te fait tiquer, te remémore soudain dans quel foutoir tu te trouves. Rien ne te dit qu’une fois le dernier zombie abattu, ce type ne s’en prendra pas à toi. Est-ce qu’il t’évalue ? A-t-il en tête de te laisser prendre le risque d’approcher cette bestiole et de l’achever afin de garder une forme olympique pour te tuer toi ? Tes propres pensées t’effraient ; depuis quand réfléchis-tu de cette manière ? Il y a en toi, quelque chose qui est profondément entrain de muter. Et cela ne te plaît pas vraiment.

Tu retentes l’expérience de l’attaque sur le zombie. Celui-ci semble s’être réveillé un peu, esquivant l’attaque et grognant méchamment. Tu recules de justesse, sa main pourrie et pleine d’ongles prêts à te lacérer les chairs passant à quelques centimètres de ton visage. Dans ta poitrine, tu ressens le battement infernal de ton cœur. Au fond de ta conscience, ton instinct de survie s’affole ; il faut partir, maintenant, fuir et ne pas se retourner. Mais tu es las d’adopter un tel comportement. Et puis cela n’arrangerait pas le problème ; tu sais que dehors, il y a encore plein d’autres radieux mort-vivants prêts à te déchiqueter. Apprendre à les éliminer est, actuellement, la meilleure option s’offrant à ton être. Alors que tu es en pleine réflexion à propos de ton prochain assaut, ton compagnon d’infortune attire ton attention. Tu ne sais pas ce qui te surprend le plus ; le nouveau zombie ou le drôle de clébard qui vient de faire irruption. La question est : est-ce que cet animal est hostile ou non ? Quelques secondes plus tard, tu as ta réponse ; la créature est amicale. Tu pries intérieurement pour qu’elle ait bien capté le message - tu ne voudrais pas à avoir en plus à l'affronter. Ton attention est cependant rapidement de nouveau attirée vers ton cher et tendre zombie. Ton moment d’inattention lui a inspiré une attaque sournoise qui éveille en toi des réflexes inattendus. Tu esquives l’attaque en te jetant à terre. De prime abord, l’idée était excellente, une fois à terre, elle l’est beaucoup moins. Une roulade maladroite te sauve d'un nouveal assaut mais un équilibre scabreux une fois debout te jette dans une épreuve de corps au corps auquel tu n’es définitivement pas préparé. La lutte est rude. Non seulement il a la pire haleine que tu aies eu à endurer de toute ton existence mais ce zombie a surtout une furieuse envie de te planter ses dents noircies dans ta chair. Une idée qui t'enchante peu. C’est finalement ces ongles crasseux qui viennent soudainement griffer ton visage. L’effet de surprise t’a eu. Deuxième effet de surprise ; le zombie disparaît de ton champ de vision. C’est B… l’espèce de chien dont tu n’as absolument pas compris le nom qui s’est mis en tête de le traîner par la jambe.

darwinsgame.com (c) 2015


10 points de vie VIE 07/10

Zombie 2 :

09 points de vie VIE 09/10



don't they know it's the end of the world ?
©️ okinnel.


Dernière édition par Asaël Murdock le Sam 14 Jan - 15:24, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Ven 13 Jan - 22:51
Le membre 'Asaël Murdock' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PVE : DM' :
avatar
RAGNARÖK
<b>bavardages</b> 870 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : richard harmon
CREDITS : Shiranui
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mar 17 Jan - 16:06
call of the zombie
lucifer & ragnarök



Tu n’es rien de plus qu’une pom-pom girl, encourageant le super(be) sportif qui finira par dégommer l’équipe adverse. Manquerait plus que la jupette – t’es sûr qu’elle t’irait d’ailleurs – et les pompoms. Pour ceux-là, les têtes de zombies resteraient dans l’ambiance, et en s’accrochant au crâne pas défoncé tu pourrais le secouer suffisamment et former des lettres. Mais bordel, qu’est-ce que tu racontes ? L’autre semble dans une mauvaise posture, et voilà que tu pars dans tes délires d’adrénaline qui s’éloignent de la réalité. Pieds de retour sur terre, ta mâchoire se crispe en le voyant au sol, le visage trop proche des mains froides de la bestiole. Ça te fait une gêne dans le corps, tu te rappelles du sentiment, tu te rappelles de la douleur d’être dévoré par ces bouches malsaines. « Aller ! » Sans prévenir, Baldr saute dans la mêlée pour attirer le zombie un peu plus loin. Grognement furieux de ne pas être prit au sérieux, la gueule mutante se referme sur la chair putride pour le reculer de quelques mètres avant que ta bestiole ne jappe à plusieurs reprises pour détourner l’attention du zombie. Trop petit pour l’achever – quoiqu’il soit assez gros pour t’avoir dévoré le bras une fois, tout de même, mais il essaye d’aider à sa façon.

Les doigts crispés sur le fauchon, prêt à intervenir en cas de nouvelle attaque de la bête. Tu profites du moment de répit gracieusement offert par Baldr, le temps que le mort comprenne ce qui lui est arrivé, qu’il se relève, qu’il se déplace. « T’es pas habitué au combat, on a comprit. Mais tu veux survivre ici ? Tues-le. T’es pas ici pour crever et je laisserai pas l’autre t’achever.  Montre que tu peux survivre. » Un coup serait vite placé, il vous libérerait tous les deux du poids de l’attente et du risque. Mais ce type n’a sûrement jamais tué ne serait-ce qu’une bestiole ici, sans compter un joueur, et ça finira par arriver tôt ou tard. Pour lui, t’espères que ça n’arrivera jamais, il n’a pas l’air de ceux qui le vivront bien, mais il doit apprendre où porter ses coups, quel endroit atteindre pour se défaire d’un ennemi trop lourd. Il pourra assommer un humain et fuir, mais dans le cas où il ne peut pas ? Et voilà que tu te prends pour un prof – un coach, plutôt, t’as bien essayé d’apprendre à certaines personnes comment se battre mais ça finissait toujours par l’un des deux partis en train de hurler. Pour être plus rapide en cas d’intervention, tu sautes par-dessus la rambarde de l’escalier et grimpe en hauteur, juste au dessus du zombie et de ton allié d’un jour, prêt à te laisser tomber pour planter la lame dans la tête moelleuse et pourrie.


darwinsgame.com (c) 2015


15 points de vie VIE 15/20
Reliques :
- relique sadique +3/tours

Zombie 2 :

09 points de vie VIE 09/10



But I know, somehow, that only when it is dark enough can you see the stars.

#DGPLAYERSWILLWIN
avatar
<b>bavardages</b> 487 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Benedict Cumberbatch
CREDITS : odistole
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Miliciens


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mar 17 Jan - 16:14
call of the zombie
ragnarök & lucifer

Sauvé par un chien. Ou quelque chose qui s'en rapproche tout du moins. Le diction disant que le chien est le meilleur ami de l'homme ne t'a jamais semblé aussi véridique qu'en cet instant. Sans lui, sans doute serais-tu dans un état encore pire que l'actuel. Tu passes une main sur ton visage blessé, devinant les griffures causées par le zombie à leur brûlure singulière. Cela est plutôt douloureux mais ton pronostic vital est loin d'être engagé. Tu peux encore te battre et, bizarrement, c'est bien ce que tu comptes faire. Est-ce tout simplement l'adrénaline ? Un instinct de survie s'éveillant soudain alors qu'il n'avait jamais vraiment fait surface avant que tu ne te jettes dans les filets du Darwin's Game ? Ou est-ce simplement les paroles de ton compagnon de fortune qui galvanise cette rage qui monte en toi ? C'est qu'il a raison le bougre, sur toute la ligne. Tu ne sais pas te battre - cela se remarque tellement, tu te trahis toi-même au moindre geste esquissé. A vrai dire, tu n'as jamais vraiment fait face à une confrontation directe jusqu'en ce jour. Oh bien sûr, on t'a poursuivi, chassé, tué et même parfois torturé mais jamais tu n'as eu l'audace, le courage nécessaire pour riposter assez que pour venir à bout de tes adversaires. Et tu ne peux pas continuer comme cela, au risque de voir graver sur ta peau le zéro fatal que tous redoutent ici.

Ton regard se perd un long moment sur la silhouette du joueur inconnu. Tu te demandes encore ce qui le pousse à t'encourager, à t'aider finalement. Une réflexion qui finit par être balayée, il n'est pas encore temps d'y répondre. Tu acquiesces aux paroles de l'homme te faisant face. Tu te concentres un maximum, la poigne serrée sur le manche du couteau. Tu sais qu'il te faudra du temps, beaucoup d'entraînement avant de savoir te défendre convenablement. Ce zombie semble la première cible idéale ; aucun poids sur la conscience de tuer pareil monstre et il se montre beaucoup moins vif qu'un humain. Peut-être plus effrayant cependant - et encore, il persiste dans ton esprit le souvenir particulièrement traumatisant d'un CAHO chasseur d'hommes. Chassant ces images peu agréables, tu prends ton courage à deux mains et réitères une attaque sur le zombie devenu mannequin de combat. Sans doute devrais-tu commencer par cela ; un objet inanimé, quelque chose qui risque de ne pas riposter trop violemment. Tu arrives à ficher entre les côtes de la bestiole la lame de ton arme. Cependant cela n'a pas l'air de vraiment l'atteindre et la question s'impose en son esprit ; est-ce qu'au moins, un mort-vivant ressant la douleur ? Impossible à dire, tout ce dont tu es sûr actuellement c'est que toi, oui. Les crocs du monstre se plante dans ton épaule, déchiquetant tes vêtements jusqu'à arriver à la chair. Tu as beau frapper de toutes tes forces pour que le zombie lâche son emprise, impossible de le faire lâcher. Dans tes yeux, la panique commence à s'installer ; aujourd'hui n'a pas l'air d'être le jour où tu vaincras ton premier ennemi mais bien celui ou tu perdras encore une autre vie.
darwinsgame.com (c) 2015


10 points de vie VIE 05/10

Zombie 2 :

09 points de vie VIE 09/10



don't they know it's the end of the world ?
©️ okinnel.


Dernière édition par Asaël Murdock le Mar 17 Jan - 16:59, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mar 17 Jan - 16:14
Le membre 'Asaël Murdock' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PVE : DM' :
avatar
RAGNARÖK
<b>bavardages</b> 870 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : richard harmon
CREDITS : Shiranui
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mar 17 Jan - 17:29
call of the zombie
lucifer & ragnarök


C’est une habitude que t’aimerais bien perdre parfois. Surtout à Chicago. Vivre, respirer, au lieu de chercher les sorties de secours, les escaliers, de grimper sur les toits dès la moindre alerte. Tu cours, tout le temps, t’es épuisé de courir au fond. Un peu fatigué de te battre. Les zombies sont une alternative qui te plait, t’as beau râler mais au moins ce ne sont pas des humains menaçants à saigner. D’un simple coup d’œil, t’as repéré les endroits où te mettre à l’abri, ceux pour fuir. Entrainement GAIA, toujours partir le plus vite possible et sans laisser de traces. Sous tes yeux, l’inconnu à un geste franc, lame entre les côtes, si c’était vivant les dégâts auraient suffit à pouvoir s’enfuir. Contre un zombie, ce n’est rien. Et merde, c’est le bordel. Le zombie est trop proche, les dents enfoncés dans l’épaule de l’homme, et tu ne réfléchis pas plus de deux secondes avant de sauter en avant, lame la première dans la nuque du zombie. Pas assez pour la couper en deux – ça vous aurait facilité la tâche, il aurait suffit de crever le truc qui les maintient en vie sans aucun danger. Mais c’est déjà mieux que rien, la tête se détache de moitié, dodelinant dangereusement. C’est assez pittoresque, pour peux t’aimerais bien ouvrir un cirque avec des zombies quasi sans tête, ça aurait probablement beaucoup de succès. Un peu comme Poudlard, sauf qu’au lieu des fantômes vous auriez des zombies. Le Zombie Sanglant, le Zombie-Quasi-Sans-Tête, la Zombie Grise. Ça aurait un certain charme. La lame encore ancrée dans le monstre, tu l’obliges à reculer de toutes tes forces pour qu’il laisse l’autre tranquille, gueulant au passage « Ça va l’épaule ?! » Tu ne sais pas trop si ça s’infecte, s’il y a des risques de devenir zombie. T’es jamais revenu avec une blessure, toujours achevé par leurs griffes ensanglantées. Boh, peu de chances qu’il se transforme à son tour, sinon le jeu serait peuplé de morts-vivants increvables, et les rues des villes seraient remplies de cadavres de joueurs n’ayant pas pu fuir le jeu. Tu profites de la distance pour attraper la lame de ton compagnon et la lui renvoyer, repoussant par la suite la bête. Jambes bien fermes sur le sol, pas loin du nouveau combattant, prêt à sauter. « C’était un bon geste ! Dommage qu’eux ne sentent rien. » T’en serais presque fier de voir quelqu’un placer un coup potable, la plupart des joueurs préfèrent des armes à feu. En plein milieu d’un combat c’est utile, mais ça résonne, ça appâte d’autres ennemis – humains ou créatures, au gré de la chance.

darwinsgame.com (c) 2015


15 points de vie VIE 15/20
Reliques :
- relique sadique +3/tours

Zombie 2 :

01 points de vie VIE 01/10



But I know, somehow, that only when it is dark enough can you see the stars.

#DGPLAYERSWILLWIN


Dernière édition par Oz Whitehill le Mar 17 Jan - 18:04, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mar 17 Jan - 17:29
Le membre 'Oz Whitehill' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PVE : DM' :
avatar
<b>bavardages</b> 487 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Benedict Cumberbatch
CREDITS : odistole
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Miliciens


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mar 17 Jan - 18:11
call of the zombie
ragnarök & lucifer

C'est au tour de l'humain de te sauver la mise. Encore. Pour sûr que tu finiras par t'en sortir seul. Les joueurs qui ne veulent pas ta mort, c'est plutôt rare dans le coin. Les seuls qui ne t'ont pas encore menacé, ce sont les membres de ton équipe, bien sûr. Mais tu as attendu nombres d'histoires de trahisons au sein des teams elles-mêmes. Cela est bien trop fatigant de se méfier de tous sans être sûr de pouvoir riposter. Comme quoi, t'as eu une sacrée chance de tomber sur ce gars-là. Beaucoup de solutions s'offraient à lui - et pour la majorité d'entre elles, cela finissait mal pour toi - mais l'homme a choisi de ne pas te laisser crever-là et, mieux encore, d'apprendre un minimum à te défendre. Tu t'es montré volontaire. Cela n'est pas vraiment dans tes habitudes, vouloir en découdre avec les divers dangers de ce jeu. Mais c'était un pas à franchir ; maintenant qu'il l'est, pour sûr que tu te débrouilleras déjà un peu mieux au sein du Darwin's Game.

Cependant, tu n'es toujours pas prêt à affronter seul une créature - même une créature plus morte que vivante. L'autre écarte la bestiole violemment, ce qui arrache une partie de tes chairs. Tu recules en titubant un instant, la douleur lancinant le long de ton bras. Tu te concentres à nouveau sur l'ennemi. Au fond de ton crâne, quelques paroles que tu puises au sein de ta foi, quelques paroles pour te donner la force de ne pas abandonner, de ne plus abandonner. Le zombie est là, devant toi, presque mort. Sa presque non-vie te nargue et tu ressens cette envie étrange d'arracher ce fil de chair qui le maintient en vie. Tu attrapes la lame que ton professeur du jour te lances avant de te jeter à nouveau sur le mort-vivant. Pas d'hésitation cette fois, juste la rage d'enfin en finir avec cette créature de malheur. Tu achèves le monstre, évitant cette fois toute griffe ou tout croc désireux de se planter dans ta chair. La tête roule sur le sol crasseux avant que le corps ne tombe dans un bruit sourd. Le tien l'imite. Tu te retrouves assis, éreinté et à bout de souffle, la main sur ton épaule sanguinolente. L'air un peu perdu, tu scrutes le cadavre. Maintenant, c'en est un, un vrai, un vrai de vrai de cadavre. Tu te laisses le temps de récupérer avant de chercher du regard ton allié du jour. Et puis un réflexe, plutôt nouveau pour toi ; tu jettes une œillade un peu paniquée aux alentours. Rien. Il n'y a plus rien. Si ce n'est que cet étrange chien mutant, ce professeur improvisé et quelques cadavres de zombies.

« Merci. » Le mot est prononcé dans un souffle. Tu peines encore un peu à te remettre des derniers événements. Encore un peu choqué, tu restes à terre, scrutant ta victime. Ta toute première victime. C'est une drôle de sensation de voir ce corps pourri étalé là, en sachant que tu as contribué à ce qu'il devienne immobile. Tu n'es pas certain de vouloir réitérer l'expérience. Dans tous les cas, tu sais que ce sera sous la contrainte. Tu n'es pas de ces tueurs sadiques qui peuplent hélas le jeu.  « Sincèrement, merci. » Tu te répètes parce que tu ne sais pas trop quoi dire, c'est actuellement tout ce que tu es capable de prononcer. Tu soupires doucement, presses un peu plus sur ta blessure, le regard fixe sur l'homme à tes côtés. « Sauf si vous comptez me tuer maintenant, ce qui, un serait plutôt idiot après tout cela et deux, me ferait perdre définitivement foi en toute l’humanité. » Ajoutes-tu en grimaçant. C'est que tu sembles retrouver peu à peu tes esprits.

darwinsgame.com (c) 2015


05 points de vie VIE 05/10

Zombie 2 :

00 point de vie VIE 00/10



don't they know it's the end of the world ?
©️ okinnel.


Dernière édition par Asaël Murdock le Mar 17 Jan - 18:37, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Mar 17 Jan - 18:11
Le membre 'Asaël Murdock' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PVE : DM' :
avatar
RAGNARÖK
<b>bavardages</b> 870 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : richard harmon
CREDITS : Shiranui
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   Lun 23 Jan - 22:55
call of the zombie
lucifer & ragnarök


Enfin il l’achève, tout seul, sans aide supplémentaire. T’as la main qui tremble un peu, l’adrénaline ou la peur tu ne sais jamais vraiment. Il tombe avec le cadavre, et tu avances d’un pas vers eux, prêt à frapper si la bête n’est pas morte. Mais elle l’est, belle et bien, il ne reviendra pas à la vie. Un sourire commence à prendre de l’ampleur alors qu’il te remercie, coupé par cette phrase absurde. « Je…Quoi ? » Tu perds le nord l’espace de quelques secondes, sans pouvoir t’empêcher de le fixer comme un ahuri hébété. Vraiment ? Tu viens de l’aider, et il demande ça ? Ils sont tous fous par ici, merde. Bien sûr que certains joueurs sont tarés au point d’attaquer le premier venu, t’en fais plutôt parti pour tout avouer. Mais lequel perdrait le temps d’aider quelqu’un avant ça ? Tu te grattes la joue, effaçant quelques traces de sang pourri – vivement le retour au camp que tu puisses te foutre sous l’eau. Ou un lac, ou n’importe quoi. Peut-être que des douches fonctionnent encore dans ces buildings. « Même si t’étais un CAHO… et je parie que tu l’es pas. Ce serait tirer sur une ambulance, et ce n’est pas super fun. » Tes victimes ou tes ennemis, ils sont toujours droits sur leurs deux jambes, et consentants la plupart du temps. Jamais tu ne frapperais quelqu’un qui semble effrayé par le monde qui vous entoure, et tu méprises ceux qui le font. Vous avez tous débuté un jour, même ceux qui sont là depuis le Jour 1, même ceux qui se prennent pour Dieu. « Non, je ne vais pas te tuer. J’ai même de quoi te soigner, idiot. » Tes épaules s’affaissent légèrement, l’adrénaline chute et tu prends le temps de frotter ta lame contre ta veste déchirée.

Puis tu t’approches, main tendue, arme nettoyée et rangée, pour lui serrer la main. Parce que vous êtes encore des êtres civilisés. Ou simplement parce que le décalage entre ce geste, et les cadavres à vos pieds te fait doucement rire à l’intérieur. « Ragnarök. Et toi ? » Après un pas, tu t’aperçois de sa blessure et de son tatouage, et tes lèvres flottent entre la grimace et le sourire. La blessure n’est pas très belle – mais il ne craint probablement rien, juste des douleurs pendant un moment. Un long moment. C’est que ça s’accroche fort, ces bêtes-là. Et de l’autre côté, la moquerie douce se dessine sur ton visage. « ATOM. J’aurais dû deviner. » Il n’y a que les bons qui vont là-bas, t’as l’impression. Ceux qui ne veulent pas vraiment la fin de l’univers ou péter des visages, ceux qui sont là parce qu’ils se sont paumés. Eux, tu les envierais presque, tu ne sais pas ce qu’ils foutent ici. Ils sont sûrement trop bien pour ça, et t’en as la preuve tous les jours :  A la Cour, il n’y a pas un seul ATOM. Un jour, peut-être, mais jusqu’à ce moment, ton intérêt pour eux ne changera pas, comme s’ils étaient des OVNIS dans un océan d’étoile. Pendant ta réflexion, tu sors ta pommade, saint Graal des voyages en solitaire, et en étale un peu sur la blessure de l’autre, sans lui demander son accord. « Ca désinfecte et fait un peu cicatriser. Bon, je te conseille quand même de pas utiliser ce bras dans les heures à venir. » Puis tu te relèves. L’odeur nauséabonde des bestioles te saute à la gueule, t’as juste envie de te barrer –en courant si possible, retrouver ta forêt. Tant pis pour les trucs que tu venais chercher.

Un coup d’œil à ton chien puis à l’homme. « Bon, attend ici, y’a forcément des types de ta team qui sont par ici. Baldr, tu mords si c’est pas des ATOM qui arrivent, d’accord ? » Et sans plus de cérémonies tu te barres par l’ouverture la plus proche, au pas de courses, à la recherche d’une gueule de pêcheur. Tu mets bien vingt minutes avant de trouver un groupe – et comme le monde tourne rond par moment, il y a une tête connue dans le lot, un copain ATOM que t’avais entraîné à la chasse. Et qui avait essayé de t’apprendre à nager : un échec. Mains en l’air pour marquer la paix, tu t’avances de quelques pas. « Y’a un de vos copains blessé un peu plus loin. Il risque rien, mais si y’a des sales types sur la route il va pas faire long feu. » Mines interloqués et un floppée d’insultes te monte au cerveau avant que l’autre ne calcule : oui t’es con, mais t’es pas un traître sans foi ni loi. Ils commencent à se diriger vers l’immeuble en ruine indiqué, et toi dans ton sens, putain la forêt te manque. « Et félicitez-le, il a buté son premier zombie ! »


darwinsgame.com (c) 2015


But I know, somehow, that only when it is dark enough can you see the stars.

#DGPLAYERSWILLWIN

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: call of the zombie ▬ ragnarök & lucifer   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM