Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Eyes like yours can't look away (Louison)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: Eyes like yours can't look away (Louison)   Dim 23 Oct - 15:15
Eyes like yours can't look away
Louison ♕

La sensation chaude et douloureuse du sang coulant de son genou. Baptiste redressa la tête, son rire s'éleva dans la rue ensommeillée. Quatre marches avaient eu raison des roulettes de son skate et l'avaient jeté au sol tête la première. Heureusement, ses genoux et ses paumes avaient pris le plus rude. De fines lignes rougeâtres parsemaient ses rotules tandis que des gouttes vermeilles glissaient le long de son mollet. De petits cailloux s'étaient sournoisement incrustés dans l'ouverture au milieu de sa paume. Bapt les chassa en se frottant les mains l'une contre l'autre, s'apercevant au passage que son index était légèrement ouvert lui aussi. Sans perdre une seconde de plus, il ramassa sa planche et remonta dessus pour s'élancer sur le bitume noir et froid. Personne à l'horizon, peu de voitures dans les environs. Le soleil s'était levé peu de temps avant son départ de chez lui, ses premières lueurs inondaient Chicago pour donner des rougeurs à la ville. Les citadins dormaient encore pour la plupart, seuls les matinaux avaient mis le bout de leur nez dehors. Un vent frais soufflait, faisant voler les mèches des demoiselles et danser les pans des vêtements des passants.

Baptiste évita de justesse un chat blanc qui déboula d'une ruelle sans crier gare. L'odeur iodée de l'eau lui monta aux narines, les effluves de crème solaire sortie dès le matin lui rappelèrent où il était. Bapt s'arrêta face à la plage et sauta au bas de sa planche, retirant ses chaussures et ses chaussettes en quelques mouvements de pieds. Il les ramassa et fonça droit vers l'eau lisse et fraîche. Sans hésiter, il se nettoya les mains et les genoux en grimaçant à cause du sel sur ses plaies. Chicago était triste, aujourd'hui encore. Elle se faisait silencieuse. Les gens qui étaient venus sur la plage ne bronzaient pas, ne riaient pas, ne jouaient pas au volley. Pour la plupart, ils s'étaient recroquevillés dans un coin et observaient silencieusement l'horizon teinté de rose et d'orangé. Chicago était en deuil après avoir perdu tant de fils et de filles aux mains des zombies virtuels. Foutus pixels.

Lui, il n'avait pas encore eu affaire à ces monstres en solitaire. Autant dans la vraie vie, il était autonome et détestait être chaperonné, autant dans le Darwin's Game, il concevait sa nullité et appréciait l'aide et le soutien de sa team. En pensant à eux, Baptiste caressa machinalement le tatouage qui se nichait au creux de sa nuque. Le jeune homme n'avait pas pris la peine de le dissimuler pour cette sortie. Peut-être l'aurait-il dû. Bapt resta quelques instants debout dans l'eau froide, les orteils gelés et un sourire accroché aux lèvres. Autrefois, les plages de Chicago grouillait de vie dès le matin. Aujourd'hui, beaucoup de gens préféraient rester chez eux et pleurer leurs proches perdus ou retourner chercher vengeance sur le DG.

Une chevelure blonde l'extirpa de ses songeries. Baptiste pencha la tête et discerna mieux ses traits. Un sourire se dessina alors sur ses lèvres et le skateur s'élança. Louison. Il l'avait rencontrée au skate park, elle y filmait un court métrage pour ses cours universitaires. Ce matin, Bapt la retrouvait à nouveau avec sa fidèle caméra à la main. Ces deux-là étaient décidément indissociables. Le photographe s'approcha en courant et s'arrêta à la hauteur de la demoiselle pour l'apostropher.

- Salut Louison.

Bapt s'approcha et leva la main en attendant qu'elle lui tape dedans puis réalisa qu'il était tôt pour sortir filmer les alentours. Sauf si Louison prévoyait de tourner un court-métrage en la mémoire des disparus. Le photographe fronça les sourcils. Avait-elle perdu quelqu'un de cher récemment ?

- Tout va bien ?

Son ton s'était fait soucieux, Baptiste ne voulait pas la voir triste. Bizarrement, il s'était attaché à cette étudiante qui choisissait décidément bien ses sujets de courts métrages !
darwinsgame.com (c) 2015
avatar
<b>bavardages</b> 1243 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Chloé Grace Moretz
CREDITS : (c) .cranberry (c) roy
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG ( passive )


MessageSujet: Re: Eyes like yours can't look away (Louison)   Dim 23 Oct - 22:36
the longest wave - baptisteLe vent soufflait déjà pas mal sur le bord de l’eau, si bien qu’elle resserra un peu sa veste en jean, tout en cherchant un endroit sympa pour se poser à l’aide du flash de son téléphone. Sur la plage, on pouvait trouver quelques âmes perdues à la recherche d’un peu de calme pour combler leur manque. Tout comme elle, de nombreux habitants de Chicago venaient de perdre un proche et devaient apprendre à vivre avec ce vide. Seulement, pour ce genre de problème il n’existait aucune recette et chacun avait sa manière d’aller de l’avant. Pour sa part, après avoir passé plusieurs dans sa famille, elle avait décidé de retourner en cours, là où elle n’était qu’une étudiant lambda parmis tant d’autres. Une façon de sortir de sa solitude, sans pour autant retourner dans le jeu. Bien sûr, elle savait qu’elle devra y retourner, parce que c’était impossible d’échapper au jeu, mais pour le moment elle ne s’en sentait pas encore capable et préférer se concentrer sur ses études.

Avec le temps, ces notes avaient un peu chuté, si bien qu’un professeur bienveillant lui avait proposé de remonter un peu sa moyenne en lui rendant un truc avant de la fin de la semaine sur la ville de Chicago. Le sujet lui avait immédiatement parlé et cela faisait déjà deux jours qu’elle filmait les rues presque désertes qui montraient à quelle point ce jeu prenait de l’ampleur, à quelle point la catastrophe était réel. Cette nuit, alors qu’elle n’arrivait pas à trouver sommeil, elle avait décidé de se rendre sur le bord de l’eau pour filmer le levé de soleil et profiter au passage de ce spectacle. Bien qu’elle connaissait très bien sa ville et que ce n’était pas la première fois qu’elle voyait un levé de soleil, celui-ci prenait tout comme la ville un air post-apocalyptique. Louison commençait de plus en plus à se demander qui de la réalité et du jeu était le moins flippant.

Ses doigts gelé par la fraîcheur de l’aube bidouilla un peu les boutons de la caméra, tandis qu’elle la posa sur son pied dans l’angle qui lui semblait le plus favorable -maintenant il ne restait plus qu’à attendre le soleil en écoutant un peu de musique sur son téléphone. Vider son esprit, ne penser à rien d’autre que l’instant présent, comme si le reste n’existait pas. Louison se concentra sur la musique, fermant un peu ses yeux pour profiter du calme qui l’entourait. Le temps passa et le soleil pointa finalement son nez, réchauffant au passage le visage de la jeune fille et éclairant au passage les cernes de plus en plus sombres qui s’étaient installées sous ses yeux. Soudainement, une voix la tira hors de sa bulle, si bien qu’elle ouvrit les yeux en sa direction.

La blonde reconnut très rapidement Baptiste, un photographe qu’elle avait rencontré en filmant un court-métrage en ville avec son groupe de cinéma. Dans ses souvenirs, elle le trouvait plutôt sympathique et elle devait avoué être un peu surprise de le croiser sitôt dehors. Louison se leva et coupa sa caméra, qui tournait encore, malgré un soleil déjà assez haut dans le ciel. « Salut. » Sa voix naturellement calme et posée salua le jeune homme, d’une manière qu’elle voulait le plus normal possible. Le brun, comme dans ses souvenirs semblait enjoué, ce qui de nos jours était de moins en moins fréquent. Dans un effort presque surhumain, elle lui adressa un sourire avant de taper avec un manque évident d’énergie dans cette main levé. Louison n’avait pas spécialement envie de lire de la pitié sur ce visage, si bien qu’elle préférait comme si de rien n’était, même si c’était pas forcément simple. Ses cheveux tirés en queue de cheval lui donnaient certes meilleure mine, mais ne pouvait pas non plus tout cacher, que ce soit ses cernes ou son sourire un peu faux, qui était plus là pour faire bonne figure qu’autre chose.

Sans surprise, elle ne l’avait pas berné et le garçon comprit rapidement qu’elle n’avait pas trop le moral. Pourtant, elle n’avait pas envie de se livrer, de peur d’entamer l’enthousiasme du garçon qui avait une certaine fraîcheur agréable en cette période. « Oui tout va bien, c’est juste que j’ai dû me lever tôt pour filmer et que du coup je suis un peu fatiguée. » Mentir, c’était définitivement pas son plus grand talent, mais c’était la seule manière qu’elle avait trouvé pour ne pas avoir à raconter sa vie. Cependant, elle était tout de même contente de voir Baptiste, parce que s’il ignorait la mort de Tristan, il n’avait aucune raison de la traiter différemment et elle n’était pas contre un peu d’air pur.
© 2981 12289 0



Tomorrow is another day, and you won’t have to hide away. You’ll be a man, boy ! But for now it’s time to run, it’s time to run ! Run boy run ! This ride is a journey to. Run boy run ! The secret inside of you. Run boy run ! This race is a prophecy. — WOODKID.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM