Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 on my way (mythos)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
POLOCHON
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : rupert grint.
CREDITS : balaclava. / neon demon.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: on my way (mythos)   Mer 2 Nov - 21:14
on my way
Mythos & Polochon
Tell everybody I'm on my way And I'm loving every step I take. With the sun beating down yes, I'm on my way. ▬ brother bear

Ariel soupire – les mains dans les poches, il regarde d'abord à gauche, puis à droite. Il cherche quelque chose, un élément qui lui indiquerait où il se trouve, le moyen de quitter ce lieu de malheur où il erre depuis des heures. Maudite soit cette forêt et ses arbres à perte de vue. Comme trop souvent, le roux s'est perdu, il tourne en rond, maudissant par moments son minable sens de l'orientation qui ne lui est d'aucune utilité ici. Mais cela n'affecte en rien sa bonne humeur et c'est avec ce même sourire naïf que le roux marche d'un pas décidé dans une direction choisie au hasard. Il a choisi l'optimisme, se persuadant qu'il ne restera pas coincé là toute sa vie. Ce n'est pas la première fois qu'il échoue ici, se baladant, cherchant à découvrir un peu plus la beauté de ce jeu. Il trouvera bien son chemin ou une âme charitable lui indiquant généreusement la route vers le territoire des ATOM – sans pour autant le tuer, si possible. Ariel n'a pas la moindre envie de se battre, vraiment aucune. Il échouera sûrement de toute façon – il échoue trop souvent, ce qui explique pourtant il reste généralement dans sa zone, fuyant les accros à la violence qui pensent que se taper dessus est une fin en soi.

Les brindilles craquent sous ses pas. Ariel n'est pas silencieux, trop maladroit pour l'être, trop tête en l'air pour essayer. Il marche simplement sans regarder autour de lui, sans se méfier de ce qui pourrait lui tomber dessus. Le roux est naïf. Même ici, dans un territoire ennemi, il oublie que la mort existe à Darwin Harbor. Il oublie toutes ces choses préférables – la prudence, se tenir prêt. Il n'est pas fait pour ça, pas fait pour cette violence, ce besoin d'être préparé chaque seconde à l'inévitable.

▬ Dites à mes amis que je vais. Je pars vers de nouveaux pays. Il chantonne doucement. Il a toujours baigné dans les Disney, un peu contre son gré, toujours à cause de son prénom. Ariel, c'est la petite sirène, celui à qui on chante sous l'océan et bien d'autres. Alors c'est courant qu'il ait les paroles en tête, c'est normal qu'en errant dans cette forêt il repense à cette magnifique scène de deux ours cherchant à rejoindre leur famille – une situation similaire à la sienne. Où le ciel est bleu, dites que je m'en vais. Et c'est tout ce qui compte dans ma vie. Sans s'en rendre réellement compte, il hausse la voix, il se met à chanter, bouger un peu plus. Pas réellement familier avec la notion de mesure, il ne se rend pas vraiment compte des risques qu'il est en train de prendre. Après tout, pourquoi devrait-il avoir peur ? Il est seul dans cette maudite forêt, perdu sans trouver la sortie et est bon pour errer pendant des heures. Dites à mes amis que je m'en vais. Et j'aime chacun des pas que je fais. Il sourit – chanter comme un idiot a cette faculté de lui redonner de l'enthousiasme peu importe la situation et rien ne pourra diminuer sa bonne humeur.


© Gasmask



says you're on a bridge to nowhere and  you're gettin' there fast. Put it in the past, put it in the past. If this is a race then I hope you come last. You're on a bridge to nowhere and you're gettin' there fast — sam roberts band.


Dernière édition par Ariel Simon le Sam 26 Nov - 11:56, édité 1 fois
avatar
<b>bavardages</b> 1243 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Chloé Grace Moretz
CREDITS : (c) .cranberry (c) roy
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG ( passive )


MessageSujet: Re: on my way (mythos)   Mer 2 Nov - 23:14
on my way - polochonSes mains tremblotaient légèrement alors qu’elle nettoyait ses mains pleines de terre dans l’eau glaciale d’un petit cours qui prenait naissance en plein milieu de la fôret. Une petite grimace lui échappa, alors qu’elle essayait de retirer les petits cailloux qui s’étaient installés dans sa plaie. En voulant échapper à un animal nocturne, elle avait chuté dans une pente sur plusieurs mètres et avait ainsi déchiré son jean -heureusement, rien de très grave. La nuit était déjà tombée et la lumière de la lune peinait à traverser les feuillage épais de la forêt. Elle était partie dans l’après midi à la recherche de cordes de sorties, histoire de s’occuper un peu et d’oublier que Olivia jouait à ce jeu. Louison en voulait terriblement à son amie, si bien qu’elle avait refusé de s’éterniser trop dans le jeu. Pendant un moment, elle avait hésité à se tirer une balle pour s’échapper rapidement, mais elle se souvenait n’avoir plus que cinq vies et décida la bonne vieille méthode. Si elle trouvait une sortie, non seulement elle pourra rejoindre Chicago, mais en plus elle pourra la répertorier pour les autres de sa team. Bien qu’elle n’était pas la membre la plus impliquée de son groupe, elle jugeait utile de pouvoir offrir les points GPS des échappatoires aux autres membres, pour éviter des morts stupides.

Une fois ses mains relativement propres, elle se redressa et replaça son sac sur son dos, avant de reprendre dans la direction qu’elle tenait depuis une bonne heure au moins. Pour ne pas se faire repérer en territoire ennemi, la blonde avait décidé de couper sa lampe torche, pour rester plus discrète. Louison n’aimait pas spécialement se battre, si bien que silence et prudence étaient ses deux meilleurs amis. Alors qu’elle marchait tranquillement, elle remarqua à sa droite une lumière, et elle devina assez rapidement avec le bruit qu’il s’agissait d’un groupe de joueurs. En général, les groupes annonçaient une chasse à l’homme, si bien qu’elle accéléra le pas en restant dans l’ombre, histoire de les devancer suffisamment pour être tranquille -car contre un groupe, elle n’aura pas la moindre chance. Ses sens étaient en alerte et elle ne laissa pas la moindre place à l’erreur, préférant être trop prudente que pas assez. Il y avait des chances que la coin regorge de piège et en ne faisant pas attention, elle pourrait très bien se faire attraper. Alors que la jeune fille commençait à perdre de vue la lumière dans son dos, une nouvelle s’alluma devant elle à travers les arbres. Ils semblaient être nombreux et il fallait mieux trouver une cachette pour laisser la tempête passer.  

Après quelques minutes, elle trouva un arbre creux et se terra dans l’ombre en restant vigilante aux bruits qui l’entouraient, pour ne pas se faire prendre par surprise. Soudainement, une voix qui ne semblait pas venir du même endroit se fit entendre et elle se demanda bien ce que cela pouvait être. Son attention se porta sur ce son étrange, avant qu’elle ne fronce le sourcil.  « Je connais cette chanson... » C’était celle d’un disney connu, qu’elle avait l’habitude de regarder avec son frère, tout en chantant les paroles le plus fort possible dans la maison -un souvenir qui pourrait paraître sans importance et qui était pourtant si chaleureux à ses yeux. Seulement, bien que cela lui rappelait son frère, elle se demanda qui pouvait bien être assez con pour chanter un disney en pleine nuit ? Un idiot, c’était indéniable. Seulement, s’il continuait à faire du bruit, il allait attirer les autres vers elle, ce qui pourrait bien lui couter une vie. Sage, elle décida d’intervenir le plus rapidement possible. Rapidement, elle arriva à la source du bruit et se cacha sous un arbre pour l’observer.

Le garçon marchait tranquillement entre les arbres en chantant comme si de rien n’était et elle se demanda s’il était suicidaire ou pas. Louison voulait lui dire d’arrêter, mais un doute l’envahit soudainement. Peut-être que c’était un piège ? Peut-être qu’il était avec les autres et qu’elle allait se faire tuer en sortant de sa cachette. Son hésitation la poussa à rester derrière son arbre, espionnant le jeune homme dans l’obscurité. Puis soudainement, une voix grave résonna dans son dos et elle devina qu’il n’était pas avec eux et qu’ils venaient de le repérer. C’était une ouverture pour prendre la fuite, pour reprendre sa route tranquillement, pourtant elle ne bougeait pas les yeux toujours rivés sur celui qui ne semblait pas avoir entendu. Cette chanson lui rappelait des souvenirs avec son frère, si bien qu’elle décida de faire la chose la moins raisonnable du monde.

Rapidement, elle sortit de sa cachette et s’avança dans le dos du garçon avant de lui attraper le bras assez fort. « Ta gueule et suis moi ! » Sa voix était autoritaire, histoire de faire comprendre qu’il avait plutôt intérêt à le faire mourir de ses propres mains. Une fois le bras de l’inconnu bien agrippé, elle  accéléra le pas dans le sens opposé du groupe ennemi. Elle devait les semer, elle devait trouver une cachette où ils ne pourront pas les trouver. Se moquant bien de voir si l’autre était d’accord ou pas, elle se contentait de le tirer à travers les arbres avant de trouver une chose qui ressemblait à une grotte et décida d’y aller. Une fois à l'intérieur, elle lui lâcha le bras sans même le regarder avant de guetter les lumières, qui semblaient s’éloigner à nouveau. Ils les avait semer pour le moment et pouvait respirer quelques instants, bien qu’elle se doutait que la chasse ne faisait que commencer.

Une grande inspiration avant de se poser une roche assez plate et de regarder la silhouette qui se dessinait dans l’obscurité. « Tu voulais mourir ou quoi pour chanter comme ça ? » La nuit allait sûrement être très longue et la blonde se demandait bien pourquoi elle s’était embarqué dans une histoire pareille. Si cette stupide chanson ne lui avait pas rappelé un souvenir avec son frère, elle l’aurait sûrement laissé mourir et maintenant qu’elle se tenait ici avec lui, elle regrettait de ne pas l’avoir fait. « Tu recommences, t’es mort. »
© 2981 12289 0



Tomorrow is another day, and you won’t have to hide away. You’ll be a man, boy ! But for now it’s time to run, it’s time to run ! Run boy run ! This ride is a journey to. Run boy run ! The secret inside of you. Run boy run ! This race is a prophecy. — WOODKID.
avatar
POLOCHON
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : rupert grint.
CREDITS : balaclava. / neon demon.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: on my way (mythos)   Ven 18 Nov - 12:09
on my way
Mythos & Polochon
Tell everybody I'm on my way And I'm loving every step I take. With the sun beating down yes, I'm on my way. ▬ brother bear

La main qui vient brusquement lui attraper le bras le ramène à la réalité. À la seconde où il sent cette présence à côté de lui, il réalise où il est, quel est le danger à chanter à tue tête dans un endroit pareil. L'incompréhension est totale. Comme souvent, il a oublié – et pourtant c'est sa vie qu'il risque tous les jours à errer comme ça à Darwin Harbor, chacun de ses périples pour découvrir innocemment ce jeu a ce côté dangereux. Il va sûrement encore mourir – avec le temps Ariel a abandonné l'idée de raisonner les joueurs qui lui tombent dessus à longueur de temps. Il y a peu de personnes chez qui ça marche – ou alors il n'a aucune chance et se force à vivre avec cette dure sensation d'impuissance. L'humanité devient cruelle, ses valeurs s'effondrent une à une comme si aucune n'avait sa place dans ce jeu. La voix est autoritaire, et c'est à cet instant que le roux comprend qu'il est face à une jeune fille – jeune, définitivement trop jeune pour risquer sa vie dans un endroit pareil, mais aujourd'hui plus rien de tout ça n'a la moindre importance. Celle qui lui fait face n'a pas l'air accueillante – elle n'est pas dans sa team en tout cas, il n'a jamais vu ce regard dur, il en est sûr. Il hésite, hoche la tête. Pendant longtemps, il a cru être seul dans cette forêt, mais si elle est là, si elle semble presque inquiète de l'environnement qui les entoure, ce n'est pas le cas. Les prédateurs rodent – elle en fait peut-être partie, mais Ariel se rassure en se disant qu'elle aurait déjà eu le temps de le tuer plusieurs fois. Il hésite, dire quelque chose, s'opposer à cet ordre sorti de nulle part, mais il sait que ce serait du suicide. Alors il suit, sans un mot, sans un bruit – ou du moins, il essaye, ses pieds se prenant un peu trop régulièrement dans les racines, manquant de le faire tomber à cause de ce rythme bien trop rapide pour lui.

La grotte n'a rien de rassurant, et durant un instant, Ariel se demande si ce n'est pas un piège. Elle ne veut peut-être que le tuer, faire de lui sa victime. Il déteste penser comme ça, il déteste se rendre compte que son optimisme permanent n'est plus aussi inébranlable qu'avant. Dans ce genre de moment, il se demande ce qu'il fait là – pas dans la forêt, dans le jeu. Sa vie était parfaite, vraiment agréable et pourtant il ne peut plus se passer de cette sensation de plénitude qu'il ressent quand il se plonge dans cet univers virtuel. Il essaye d'oublier, aussi bien ses appréhensions que ses sentiments de doute, regardant la jeune fille assise sur un rocher. Il l'imite, s'asseyant à même le sol – ici, il ne tombera pas plus bas, il ne risque pas de se taper une honte monumentale devant celle qui vient peut-être de lui sauver la vie. Sa question lui arrache un petit sourire amusé, et Ariel redevient le boulet trop joyeux – celui que les gens apprécient pour sa légèreté, son côté comique malgré lui, et tout ce qui fait de lui la personne qu'il est.

▬ Mais non, j'adore les Disney, c'est tout. Il se demande soudainement qui ne les aime pas, qui n'a pas en tête ces chansons mythiques à la première phrase prononcée – on les a trop souvent en tête, et c'est un fait, il est préférable de chanter pour enfin surpasser ce sentiment insupportable. En plus, je m'emmerdais, et j'étais tout seul dans cette maudite forêt. Parfois, le roux aimerait que les développeurs installent des panneaux – un qui indiquerait par exemple le chantier naval, quartier général de sa team et lieu qu'il aimerait bien retrouver sans avoir perdu une autre vie. Mais il doute que ça soit le cas. Après tout, il est bien partie pour mourir, et ça même si la jeune fille n'a pas l'air spécialement agressive pour le moment. Recommencer à chanter ?, demande-t-il, une petite moue boudeuse sur le visage. Ariel lâche un soupir – s'ils sont coincés ici pour un certain temps, le temps risque d'être long s'ils doivent rester silencieux en attendant que le danger disparaisse. C'est nul. Mais je dois comprendre que tu comptes pas me tuer ? Il aimerait bien. Après tout, elle vient sûrement de lui sauver la vie, l'amenant dans cette grotte qui, bien que peu accueillante, leur procure pour l'instant un semblant de sécurité. En fait, moi c'est Polochon. Ou Koda, il aimerait être ce petit ours drôle et sympathique. Ariel n'a pas honte de donner son pseudo, il le trouve très bien, même s'il se doute que la fille risque de le trouver encore plus con qu'elle le pensait déjà. Peu importe, il peut vivre avec ça, il le fait très bien.


© Gasmask



says you're on a bridge to nowhere and  you're gettin' there fast. Put it in the past, put it in the past. If this is a race then I hope you come last. You're on a bridge to nowhere and you're gettin' there fast — sam roberts band.


Dernière édition par Ariel Simon le Sam 26 Nov - 11:56, édité 1 fois
avatar
<b>bavardages</b> 1243 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Chloé Grace Moretz
CREDITS : (c) .cranberry (c) roy
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG ( passive )


MessageSujet: Re: on my way (mythos)   Mer 23 Nov - 21:42
on my way - polochon
La pénombre de la grotte cachait les joues rosées de la blonde à cause de cette montée d’adrénaline dû à la course qu’elle venait de faire. Depuis son inscription dans le jeu, Louison avait développé un véritable talent pour la survie, si bien qu’elle avait bougé assez vite pour semer l’ennemi dans le clair obscure de la nuit. Cette fois, dans sa volonté imparable de survie, elle avait embarqué un inconnu et se demandait déjà si ce n’était pas la pire année du jour. Cette action allait la ralentir et on ne pouvait pas dire que c’était vraiment le jour pour faire perdre du temps à l’étudiante en cinéma. Elle voulait sortir de ce jeu au plus vite, elle voulait prendre l’air, le vrai, le pollué celui que ne ment pas. Seulement, à la place de sa paix tant recherché depuis le matin, elle devait supporter un idiot qui se croyait à la chorale de son quartier en chantant des chansons de disney sous prétexte qu’ils adoraient ses derniers. Blasée, Mythos préféra ignorer son commentaire, avant de finalement se tourner vers lui avec un regard des plus méprisants. « Ouais, on a surtout manqué de peu de mourir avec tes conneries. » Et encore, elle était gentille, parce qu’elle doutait que les Caho ne se contentent de les tuer si jamais ils se faisaient prendre.

Un soupire plus tard, la voilà déjà en train de guetter les bois, à la recherche de mouvement sans réellement prêter attention au jeune homme qui parlait dans son dos. Au fond, Louison n’était déjà pas la personne la plus sympathique du monde, mais cela était encore plus vrai depuis qu’elle jouait à ce jeu stupide. De plus, elle n’avait même pas envie de se fatiguer à expliquer au jeune homme pourquoi il avait pas intérêt à faire le con, partant du principe qu’elle l’avait déjà prévenu une fois. Parce que oui, s’il mettait sa vie en danger, elle n’hésitera pas à le tuer de ses propres mains, avant de l’abandonner pour mort et partir dans son coin comme elle aurait dû le faire à la base. Le jeune homme se posait des questions ridicules pendant qu’elle guettait en silence la forêt, histoire de ne pas se faire prendre par surprise. La vigilance et la prudence étaient ses meilleures armes et visiblement, elle allait devoir l’être pour deux. Heureusement, la lumière semblait tourner en rond et peut-être qu’ils allaient finir par baisser les bras ou trouver d’autre proies à chasser.

Alors qu’elle était concentré sur le paysage, une information piqua sa curiosité, si bien qu’elle décida de reposer son regard sur le roux. « Polochon ? » Son regard scruta celui du garçon, cherchant sûrement à savoir si c’était une blague ou pas, seulement en le voyant elle comprenait bien que ce n’était pas le cas et qu’elle était effectivement tombé sur le plus gros cas du jeu -heureusement qu’il n’était pas dans son équipe jugea-t-elle. Si ce dernier semblait n’avoir aucun problème à divulguer son identité, ce n’était absolument pas son choix, si bien qu’elle préféra en trouver un autre pour rester anonyme. On ne sait jamais, cela pourrait très bien mal tourner. « Moi c’est Bonzo. » En hommage au batteur de ce groupe qu’elle avait toujours adoré avec son frère, LedZepplin.

Maintenant que les présentations étaient plus ou moins faites, la plus jeune releva ses cheveux pour les attacher en queue de cheval, avant de sortir son couteau papillon et de le mettre en poing américain. Au moindre dérapage, elle était déjà prête à intervenir. Bien qu’elle n’aurait sûrement pas la moindre chance contre un groupe de joueurs, elle ne comptait pas se laisser faire, surtout que donner quelques coups la détendrait peut-être un peu après cette journée de merde qui ne semblait jamais finir.
© 2981 12289 0



Tomorrow is another day, and you won’t have to hide away. You’ll be a man, boy ! But for now it’s time to run, it’s time to run ! Run boy run ! This ride is a journey to. Run boy run ! The secret inside of you. Run boy run ! This race is a prophecy. — WOODKID.
avatar
POLOCHON
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : rupert grint.
CREDITS : balaclava. / neon demon.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: on my way (mythos)   Sam 26 Nov - 0:21
on my way
Mythos & Polochon
Tell everybody I'm on my way And I'm loving every step I take. With the sun beating down yes, I'm on my way. ▬ brother bear

Ariel ne peut s'empêcher de faire une moue boudeuse. Il ignore ce qu'il a fait pour mettre la jeune fille d'aussi mauvaise humeur – du moins, il fait mine de ne pas réellement le comprendre, se disant qu'il est bien inutile d'argumenter pendant des heures sur la légitimité à chanter des disney dans les bois de Darwin Harbor – mais en tout cas, sa compagne d'infortune semble réellement blasée. Elle ne lui semble pourtant pas méchante – après tout, elle a eu la gentillesse de le sauver alors qu'elle aurait très bien pu le laisser pour mort, profitant de sa présence comme diversion pour sortir de la forêt avant de se faire repérer par les caho qui rôdent dans le coin. Il la regarde légèrement amusé. Son regard méprisant pourrait très bien le vexer mais il en a vu d'autres Ariel. Il est incapable de savoir pourquoi, mais ce genre de choses ne l'affecte plus, particulièrement dans le jeu où il a conscience de ne pas être réellement doué en matière de survie. Il préfère donc hausser les épaules tout en lui adressant un petit sourire reconnaissant. Après tout, il n'a pas besoin de rentrer dans la confrontation, ce serait inutile surtout que ça risque de faire du bruit susceptible d'attirer ceux qu'ils cherchent à suivre – et en réalité, le roux est suffisamment intelligent pour comprendre que la petite blonde en face de lui risque de le tuer s'il attire une fois de plus l'attention sur eux.

▬ C'est quelque chose qu'on me dit souvent, dit-il pas trop fort, un sourire un peu con aux lèvres. Ariel n'a jamais compris les gens trop sérieux. Bien sûr, il a conscience que la vie ici n'est pas seulement une partie de plaisir – on ne peut pas se permettre de rire à longueur de temps, on doit obéir à ses obligations, faire attention à ne pas se faire avoir trop souvent, mais il y a dans cette attitude une sorte de résignation. C'est une impression qu'il a toujours eue et le regard grave que porte la jeune fille sur l'extérieur de la grotte le conforte dans cette idée. Elle est plus vigilante qu'il ne le sera jamais et il ne peut s'empêcher de trouver ça triste. C'est la guerre, se dit-il comme trop souvent, les enfants sont armés et vivre dans la constante appréhension, celle de mourir des mains d'un soldat fou cherchant uniquement la gloire procurée par les faits d'armes.

Le regard de la blonde se pose sur lui à l'instant où il prononce son pseudo. Elle aurait pu ne rien dire, il aurait compris. Elle n'est pas la première à le juger pour le caractère léger de celui-là. Utiliser comme patronyme le prénom d'un poisson totalement idiot d'un disney de princesse n'a rien de très impressionnant, surtout quand on pense qu'elle l'a rencontré alors qu'il chantait une chanson de Frère des Ours. Mais Ariel s'en fiche, il assume clairement son choix, surtout qu'il y a dans ce pseudo un côté un peu nostalgique. Ça a toujours été le sien, et il représente finalement une grande partie de sa vie – au final, il trouve ça assez ironique qu'il finisse par l'accompagner dans cette nouvelle aventure qui le change totalement de ce qu'il connaissait avant.

▬ Oui, Polochon, comme dans la Petite Sirène. Il n'a aucune honte à le dire – quand on arrive enfant à assumer le fait de s'appeler comme la princesse d'un dessin animé, on ne peut plus ressentir la moindre once de honte à vingt-six ans. Il la regarde un peu amusé alors qu'elle prononce son propre pseudo. Bonzo ? Trop bien, lâche-t-il avec un grand sourire. J'adore Led Zeppelin moi aussi. Même si ce n'est pas ce qu'il écoute le plus actuellement, ce groupe lui rappelle définitivement la maison. Il a encore le souvenir de sa mère montant dans le son dans la cuisine tout en préparant de quoi prendre l'apéro avec les amis censés arriver dans l'heure. Au final, les événements prennent une tournure inattendue à ses yeux. Il n'y avait aucune chance pour que sa sauveuse se fasse appeler comme ça, et pourtant c'est le cas. C'est laquelle ta préférée ? Moi c'est Black Dog, genre clairement. Il se doute qu'elle n'a pas la moindre envie de lui parler mais ne compte pas vraiment lui laisser le choix. Ils n'ont rien de mieux à faire, et elle semble beaucoup trop sérieuse pour sa santé mentale – du moins c'est ce que pense le roux.


© Gasmask



says you're on a bridge to nowhere and  you're gettin' there fast. Put it in the past, put it in the past. If this is a race then I hope you come last. You're on a bridge to nowhere and you're gettin' there fast — sam roberts band.
avatar
<b>bavardages</b> 1243 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Chloé Grace Moretz
CREDITS : (c) .cranberry (c) roy
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG ( passive )


MessageSujet: Re: on my way (mythos)   Mar 29 Nov - 21:54
on my way - polochon


Un énième soupire en contemplant la forêt alors que le roux semblait apprécier la promenade de santé qui n’en était absolument pas une d’ailleurs. Ils risquent à tout moment de se faire coincer et elle était prête à parier qu’ils ne tiendraient pas très longtemps dans ce cas là. Sans parler qu’il n’y avait pas la moindre chance que son partenaire de fortune sache se battre, ce qui se confirma lorsqu’il balança sans le moindre soucis son pseudo qui était clairement à dormir debout. Qui pouvait bien prendre le prénom d’un personnage disney pour un jeu aussi morbide ? Soit un débile parfaitement inconscient, soit un parfait psychopathe, ce qui ne collait pas vraiment avec son sourire de premier de la crèche. Si Louison n’avait déjà pas vraiment peur de lui, ses doutes étaient soulevés, au moins le danger ne viendrait pas de lui, sauf s’il décidait de se remettre à chanter. Presque méprisante, elle lâcha un petit rire, avant de demander le plus sarcastiquement possible son équipe. « Laisse moi deviner, tu es pêcheur chez les ATOM ? » S’il était pêcheur avec un nom pareil, elle hésiterait entre avouer un coup de génie et l’envie de lui dire haut et fort qu’il est la personne la plus débile qu’il ait croisé depuis qu’elle jouait à ce jeu et pourtant elle en avait croisé un bon paquet.


Maintenant qu’il venait de dire son pseudo, elle se voyait mal rien dire et inventa un tout nouveau, ce qui n’était pas franchement difficile. Louison savait mentir pour ce genre de chose, surtout qu’elle préférait ne pas devenir trop intime avec un boulet pareil. Elle était peut-être assez sympa pour lui sauver la vie, mais pas assez pour faire de la charité avec un cas pareil. S’il était sûrement un piètre joueur, il avait au moins le mérite d’être un minimum cultivé, ce qui n’était pas de trop non plus pour le coup. Sa chanson préféré était effectivement une qu’elle aimait beaucoup, si bien qu’elle se laissa aller à une petite aparté. « Good Times Bad Times, clairement. » Cette chanson était non seulement sa préféré, mais aussi celle qu’elle chantait tout le temps à fond en voiture. Elle lui rappelait un milliard de souvenirs et rien que pour ça elle était sortie aussi rapidement de sa bouche avec un vague sourire avant de reprendre un peu de sérieux. Parce que même si le roux n’en donnait pas l’impression, ils étaient dans une situation des plus critique. « Mais le prend pas mal, c’est pas trop le moment de parler musique. » Un rapide hochement de tête dans sa direction, avant de retourner vers l’entrée de la grotte.


Les cheveux de sa couette se balançaient à chacun de se mouvement, tandis que la lumière de la lune reflétait sur son visage pâle. Ses yeux se promenait entre les troncs d’arbre, tandis que ses oreilles essayaient d’entendre une faille dans ce silence nocturne. Comme plus rien ne se faisait entendre et que les lumières semblaient avoir disparues, elle décida qu’il était temps de quitter le terrier pour sortir de ce piège chaotique. « On bouge et pas de bruit ok ? Et si je dis cours et tu t’arrêtes que quand je le dis. » Son couteau bien serré dans son poing, elle prit la marche en main et s’engagea dans sa forêt en marchant tranquillement sans faire de bruit. Ils gravirent une petit butte qui donnait une bonne vue et Louison retrouva rapidement les lumières qui semblait ratisser la zone. « On va attendre qu’ils soient plus loin et on passera par là, vraiment pas envie de faire un détour. » Sans même attendre de réponse, elle se posa contre le tronc d’arbre et continuait de guetter en silence. « Pose toi, sinon ils vont te voir. » Si elle avait cru pouvoir rentrer rapidement, elle s’était bien trompée et la nuit allait être très longue.
© 2981 12289 0



Tomorrow is another day, and you won’t have to hide away. You’ll be a man, boy ! But for now it’s time to run, it’s time to run ! Run boy run ! This ride is a journey to. Run boy run ! The secret inside of you. Run boy run ! This race is a prophecy. — WOODKID.
avatar
POLOCHON
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : rupert grint.
CREDITS : balaclava. / neon demon.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: on my way (mythos)   Jeu 1 Déc - 10:00
on my way
Mythos & Polochon
Tell everybody I'm on my way And I'm loving every step I take. With the sun beating down yes, I'm on my way. ▬ brother bear

Il n'est pas aussi stupide qu'il en donne l'impression Ariel, il est totalement capable de reconnaître une moquerie quand il en entend une. La plupart du temps, il fait le choix de le prendre à la légère, de plaisanter par-dessus parce que c'est beaucoup plus simple d'utiliser un peu d'autodérision que de se disputer avec quelqu'un. Dans ce cas-là, il se voit mal répondre de façon agressive à la jeune fille qui lui a sauvé la vie au péril de la sienne – ce serait un manque de respect aberrant, ce qui n'est définitivement pas son genre. Mais le rire méprisant de la jeune fille n'est pas forcément agréable non plus. Elle semble certes plus douée que lui pour la survie – ce qui est loin d'être très compliqué – mais ce n'est pas une raison pour se sentir supérieur. L'absence de respect dont elle fait preuve ne fait que confirmer l'impression qu'il a depuis qu'il a commencé à jouer – Darwin's Game supprime ce qu'il a de plus important chez chaque individu, leur âme d'enfant. En même temps, ce n'est pas vraiment étonnant dans un jeu aussi morbide que celui-ci où la conséquence finale de multiples morts ingame se trouve être la mort irl.

▬ Exactement, comment t'as deviné ?, demande-t-il un peu ironiquement. Ariel est fier de sa team et fier du rôle qu'il y occupe – il permet de nourrir les atom, chose totalement nécessaire et qui leur apporte un certain avantage dans le jeu. Il partage largement les valeurs les plus importantes de son groupe, et préfère largement passer ses journées sur l'eau qu'à risquer de se faire tuer par le premier psychopathe qui passe – d'où ses piètres capacités en forêt, c'est évident. En fait, t'es jalouse parce que tu sais que c'est la meilleur team, c'est ça. En plus, nous on a des bateaux. Il le dit fièrement, certain que la jeune fille n'approuvera jamais ce choix. Chaque membre pense que sa team est la meilleure, c'est naturel. La seule différence entre eux et lui, c'est qu'il sait avoir raison. Ariel sourit, plutôt étonné de pouvoir enfin voir un sourire sur les lèvres de la jeune fille après qu'elle lui ait largement fait comprendre qu'elle n'approuvait pas chaque point de son existence. Mais il faut croire que Led Zeppelin est un point qui mettra toujours le monde entier d'accord – un bon point, qui rend la blonde beaucoup plus sympathique à ses yeux. Elle est géniale aussi, dit-il en souriant avant qu'elle ne lui demande de se taire à nouveau. Sa partenaire d'infortune n'est définitivement pas bavarde.

Toujours assis à même le sol, pas réellement préparé à l'idée de bouger, Ariel ne peut qu'approuver l'ordre de la jeune fille. Il n'est bête au point de croire qu'il pourrait s'en sortir seul, et rester avec elle alors qu'elle lui a sauvé la vie semble être la meilleure chose à faire. Hors de question de la laisser partir sans lui, et il compte bien profiter de ce déplacement pour lui montrer qu'il n'est pas autant un boulet qu'elle le pense – ce point risque d'être un peu compliqué, mais il se promet mentalement de faire attention à ne pas s'étaler lamentablement sur le sol à cause d'une branche qu'il n'aurait pas vu. Il hoche rapidement – et un peu trop longuement – la tête pour lui signifier son accord avant de s'engager dans la forêt lentement. Ariel regarde un peu partout autour de lui, à la manière d'un animal apeuré, sa main serrant son couteau dans sa poche. Ça ne servirait à rien – s'ils tombent sur des ennemis, il ne s'en sortira sûrement pas mais peut-être qu'il aurait le temps en se sacrifiant de permettre à Bonzo de s'enfuir. L'idée n'est pas mauvaise, et peut-être qu'il arrivera de cette façon à blesser un des ennemis qui l'auraient bien mérité.

▬ D'accord, je te fais confiance, dit-il avec un petit sourire en arrivant à son niveau. Ariel est fier – il a failli se casser la figure à plusieurs reprises mais il est parvenu à se rattraper en faisant un minimum de bruit. Il s'assoit, toujours souriant. Le roux n'aurait pas pensé avoir à passer la soirée en forêt – il avait espoir d'en sortir avant et de retrouver le chemin de son quartier général. Maintenant, il ne lui reste plus qu'à attendre le signal de la jeune fille qui lui semble réellement savoir ce qu'elle fait. T'as l'air de grave savoir ce que tu fais. Tu te perds souvent en forêt ? Il chuchote assez bas, se doutant qu'elle lui taperait dessus s'il se mettait à parler à haute voix au risque de se faire repérer.


© Gasmask



says you're on a bridge to nowhere and  you're gettin' there fast. Put it in the past, put it in the past. If this is a race then I hope you come last. You're on a bridge to nowhere and you're gettin' there fast — sam roberts band.
avatar
<b>bavardages</b> 1243 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Chloé Grace Moretz
CREDITS : (c) .cranberry (c) roy
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG ( passive )


MessageSujet: Re: on my way (mythos)   Mer 14 Déc - 18:57
on my way - polochon« J'ai pas deviné, c'était juste une supposition. » Bien qu'elle soit une personne observatrice, elle n'était pas encore capable d'analyser une personne en quelques secondes, surtout de nuit, si bien que cela relevait plus de la chance -surtout qu'elle avait dit ça sur le ton de la plaisanterie. Des gens qui semblaient prendre le jeu à la rigolade, elle en avait déjà croisé dans le jeu, mais jamais à ce point. Il était intéressant de noter que plus le temps passait, plus la population changeait et se diversifiait dans ce jeu, comme si tout Chicago débarquait lentement dans Darwin's Game, comme si le monde entier devenait une histoire de code informatique. Alors que Louison essayait de faire en sorte que lors duo de fortune ne meurt pas en moins d'une heure, le jeune homme racontait des histoires sordides parfaitement hors contexte, comme s'il la connaissait. « Honnêtement, je m'en tape. » Ces histoires de team lui passaient largement haut dessus, elle se moquait bien de tout ça, l'important c'était sa survie et celle de ce qu'elle aime et c'est tout, rien d'autre n'avait sa place dans son jeu à elle. D'ailleurs, faire du baby-sitting n'était aucunement dans son programme et elle avait hâte de le larguer une fois hors de cette épaisse forêt.

Soupirant légèrement, mais suffisamment fort pour que l’autre l’entende, elle s'extirpa de sa cachette, rapidement imité du roux. Une fois de nouveau à l’abri et camouflé derrière un tronc d'arbre dans les hauteurs, elle en profita pour refaire correctement ses lacets qui avaient la fâcheuse tendance à se défaire. Polochon semblait avoir compris la leçon et se remettait complètement à elle, même s’ils ne se connaissaient que depuis quelques minutes. Il avait compris, qu’elle était sa porte de sortie et Louison se satisfaisait de voir qu’il tentait de faire le minimum de bruit. Son regard posé sur la forêt, la blonde desserra la mâchoire comme si un certain sentiment de sécurité la regagnait tranquillement en voyant l’ennemi s’éloigner au loin -si bien qu’elle se laissa aller à quelques bavardages. « Non, je suis éclaireuse, du coup j’ai l’habitude. » Traverser la map, c’était sa spécialité et tout ce temps passé dans le jeu, elle avait développé un véritable talent dans la survie en territoire ennemi et si cela pouvait servir à un autre joueur, alors tant mieux. D’ailleurs, Louison espérait pour ce dernier qu’il avait retenu la leçon et qu’il se passera désormais de zinzinuler dans une zone hostile, ce qui semblait d’ailleurs aux yeux de la blonde une question de bon sens. Cela dit, il fallait croire que ce n’était pas le cas pour tout le monde et elle décida de ne pas revenir dessus pour rester le plus calme possible. « Puis avec tous les fous dans ce gens vaut mieux savoir ce qu’on fait. » Polochon ferait mieux de s’entrainer avant de sortir dans les bois en pleine nuit, rester dans son bateau avec ses partenaires plutôt qu’ici ou le danger peut surgir de n’importe où.

Au bout de quelques minutes, la blonde le regarda moins agressivement qu’auparavant. « On va profiter du calme pour sortir de là. » Sans tarder, elle se releva et montra la route à prendre, le tout en restant le plus vigilant possible. Après une bonne demi-heure de marche silencieuse, ils arrivèrent enfin à la bordure de la forêt. « Voilà, je dois y aller maintenant. Essaye de pas mourir trop rapidement. » Un rapide regard en sa direction avant de partir en courant, histoire d’être sûre qu’il ne puisse pas la suivre, après tout elle avait d’autre chat à fouetter.
© 2981 12289 0



Tomorrow is another day, and you won’t have to hide away. You’ll be a man, boy ! But for now it’s time to run, it’s time to run ! Run boy run ! This ride is a journey to. Run boy run ! The secret inside of you. Run boy run ! This race is a prophecy. — WOODKID.
avatar
POLOCHON
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : rupert grint.
CREDITS : balaclava. / neon demon.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: on my way (mythos)   Ven 16 Déc - 10:31
on my way
Mythos & Polochon
Tell everybody I'm on my way And I'm loving every step I take. With the sun beating down yes, I'm on my way. ▬ brother bear

Ariel soupire en silence. La condescendance de sa camarade d'infortune a quelque chose de blessant, et ça bien qu'il ne soit pas du genre à se vexer pour un rien. Il ignore comment elle a pu deviner ce genre de choses par simples suppositions – peut-être qu'au final, il n'est qu'un cliché répondant parfaitement aux critères qu'on attend des pêcheurs. Ça ne l'étonnerait qu'à moitié au final. Il arrive par moments à être suffisamment réaliste pour ne pas se voiler la face – il est déjà parfaitement intégré dans la vie étudiante, et ça bien que les choses aient changé avec l'arrivée de Darwin's Game et les événements de Chicago, il en devient d'ailleurs un réel cliché. L'étudiant en arts du spectacle se fond dans sa filière à la perfection, tout comme il semble se fondre dans le rôle qu'il a dans ce jeu d'après Bonzo. Durant un instant, Ariel se demande comment ça se fait – est-ce qu'il a la chance de toujours tomber dans un milieu qui lui convient ? À moins que ce soit totalement différent et que son caractère le pousse à s'adapter sans qu'il s'en rendre réellement compte. Il pourrait réellement réfléchir à cette question, très intéressante sur sa personne, mais il n'en a pas vraiment le temps. La voix de la blonde le rappelle rapidement à la réalité – il est toujours dans cette maudite forêt avec des joueurs qui rôdent, sûrement impatient de les tuer.

▬ Non sérieux ? C'est trop classe éclaireur, lâche-t-il, toujours en chuchotant. Ça ne le réussit pas réellement, Ariel n'a jamais été réellement doué pour ça mais il fait comme il peut. Il n'a pas envie de mettre en danger cette fille qui a finalement risqué une de ses vies pour l'aider à s'en sortir indemne – surtout que plus les minutes passent, plus elle lui paraît totalement badass. Moi je pourrais pas. La dernière phrase est plus pour lui, il sait qu'il serait totalement incapable de faire un travail aussi compliqué que celui de la jeune fille, et son rôle de pêcheur lui convient finalement à la perfection. La dernière phrase de la jeune fille l'atteint finalement plus qu'il ne l'aurait pensé. Il a conscience de faire n'importe quoi dans ce jeu, risquant ses vies avec une légèreté affligeante. Et pourtant, Ariel a conscience que la fin est assez brutale – il n'a pas envie de mourir, le jour où le chiffre sur son poignet tombera à zéro. Alors peut-être qu'elle a raison – peut-être qu'il vaudrait mieux apprendre à savoir ce qu'il fait, et ça même ça paraît un peu compliqué à mettre en œuvre quand on sait d'où il part.

Sans qu'il ne s'y attende réellement, la blonde donne le signal de départ. Le moment de sortir de cette forêt est venue, et c'est avec son optimisme épuisant, persuadé qu'ils vont s'en sortir, qu'il suit la jeune fille, cherchant à faire le moins de bruit possible. C'est compliqué – à de nombreuses reprises, l'envie de discuter avec la jeune fille le prend et pourtant, il essaye de se maîtriser. Il a bien compris ses instructions – le silence, la discrétion, et toutes ces choses qui pourraient leur sauver la vie s'il respecte ses ordres. La marche semble durée une éternité et pourtant il sait qu'ils marchent depuis seulement une demi-heure. Mais ce n'est pas sa faute – il n'a pas l'habitude Polochon, ce n'est pas en pêchant des poissons qu'il aurait pu se préparer à l'aventure qui lui est arrivé aujourd'hui. Rien n'aurait pu en fait, il ne se serait jamais attendue à rencontrer une personne aussi sympathique dans une team adverse vu les difficultés qu'il y a eu par le passé.

▬ Bon, bah, merci encore. La remercier est la moindre des choses. Après tout, la jeune fille est la raison pour laquelle il est actuellement toujours en vie, et pas de retour dans son salon avec une douleur qui l'empêchera de quoi que ce soit dans les heures à suivre. À la prochaine alors ! Il crie à moitié, histoire qu'elle l'entende mais Bonzo est déjà loin. Il ignore pourquoi elle s'est mise à courir à la frontière – elle devait sûrement avoir peur qu'il tente d'établir une discussion sérieuse et n'avait pas envie de s'éterniser en sa présence. Mais Ariel n'est pas vexé – ils se reverront et ça il en est sûr. Quand le roux est décidé à faire quelque chose, il n'hésite pas à le faire à fond et il est sûr qu'il parviendra à retrouver la jeune fille pour la remercier réellement. Il regarde rapidement autour de lui – il arrive enfin à savoir où il est, ce qui est une très bonne chose. Les mains dans les poches, il reprend sa route en direction du chantier naval, ne pouvant s'empêcher de siffloter des airs qu'il aime bien, et ça malgré les recommandations de la jeune fille – il est sûr qu'elle n'approuverait pas ce bruit inutile mais elle n'est de toute façon plus là.


© Gasmask



says you're on a bridge to nowhere and  you're gettin' there fast. Put it in the past, put it in the past. If this is a race then I hope you come last. You're on a bridge to nowhere and you're gettin' there fast — sam roberts band.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: on my way (mythos)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM