Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Warrior | Saphyr
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 435 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Isabelle Fuhrman
CREDITS : Cranberry. (avatar) et taintedgray (gifs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre comme la Suisse


MessageSujet: Warrior | Saphyr   Sam 5 Nov - 18:55
 
I can't recall last time I opened my eyes to see the world as beautiful
Même si cela faisait déjà un mois – et donc précisément trente et un jours – qu’Olivia avait commencé à prendre goût de façon irréversible au Darwin’s Game, ses connaissances au sujet du jeu se bornaient aux lectures qu’elle en avait faites et aux quantités astronomiques de racontars auxquels elle pouvait plus ou moins se fier. Et si peu de personnes la connaissaient bien, les rares à en être savaient une chose sur la jeune Kinsington : elle n’était pas de ceux qui se contentaient de croire ce qu’on leur servait facilement sur un plateau. Il fallait qu’elle vérifie tout ce qu’elle avait appris, il fallait qu’elle sache.

Ce jeu était devenu plus qu’une distraction, c’était l’objet d’une fascination lente progressive. Elle qui avait au départ naïvement pensé se lasser très vite de l’univers du Jeu s’était rendue compte assez brutalement à quel point elle s’était trompée. Tout était sujet à découvrir, à chercher, à fouiner. Au péril de sa vie – ou de l’une des dix qu’il vous restait -, mais tout de même. Qu’y avait-il de plus stimulant que l’appel de l’inconnu, des kilomètres et des kilomètres de territoires encore étrangers à elle ? Sans doute rien pour Olivia, qui avait donc une fois de plus choisi de se connecter en pleine nuit, considérant qu’elle dormirait bien assez quand elle serait dans un cercueil.

L’aspiration habituelle, le noir complet, puis l’arrivée soudaine dans le jeu. Ses repères peu à peu pris, Gotcha savait à qui parler et où aller quand elle cherchait un des membres de son équipe. A cet instant, le seul qu’elle voulait véritablement voir, c’était son partenaire. Pour ce qu’elle avait envie de faire, il n’y avait bien que sur Saphyr qu’elle pouvait compter ; et autant laisser Mythos le plus en dehors de sa vie In Game possible. Depuis quand tu la nommes par son pseudo ?

Trouver le jeune homme s’était résumé à un jeu de pistes enfantin, et lorsqu’elle l’avait enfin vu, lui proposer l’idée d’une nouvelle exploration tombait sous le sens. Il partageait, entre autres, ce même intérêt qu’elle pour aller se perdre dans les dédales aussi virtuels qu’illégaux de ce monde, et c’était une bonne chose car Olivia se sentait aussi rassurée par sa présence à ses côtés. Encore trop faible physiquement, elle enviait la force de son coéquipier – qui pouvait cependant compter sur elle pour couvrir ses arrières … ou au moins le prévenir quand il faudrait se mettre à courir.

Une fois leurs équipements et leurs armes - pour lui – équipées, les deux se mirent en route sans demander leur reste, tous pressés qu’ils étaient d’aller vadrouiller au-dehors. Aujourd’hui, c’était Saphyr qui s’improvisait guide. Et il semblait qu’il savait où il les emmenait, ce qui amusait autant que cela intriguait la brune. Le paysage, petit à petit, s’était dénudé alors que des silhouettes de métal brisées et de larges squelettes de rouilles autrefois bariolées se découpaient peu à peu autour d’eux. Au bout d’un temps qui lui parut indéterminable, Gotcha commença à comprendre là où ils se trouvaient. L’immensité du lieu, à l’image de son calme et de son état d’abandon, était inquiétante. « Waw. C’est … complètement délabré. » lança t-elle sans se cacher le plus moins du monde de la petite pointe d’ironie qui couvait sous son constat.

Sorte de repère parfait pour un film d’horreur sur les zombies, le parc d’attractions n’inspirait plus rien de ce qu’il pouvait autrefois. Si tant était qu’une époque avait existé où la grande roue tournait sans menacer de s’effondrer, où la pêche aux canards n’était pas la pêche aux débris inconnus en tout genre, et où les carrousels n’avaient pas été dépouillés de leurs chevaux. Les yeux de la joueuse accrochèrent malgré eux un panneau qui indiquait plusieurs directions, un nom retenant tout particulièrement son attention. « Simple question. » La brune lâcha du regard l’ombre planante au lointain de l’imposant manège d’horreur pour se reporter sur Saphyr. « On ne va pas aller dans le train-fantôme, hein ? » Comment ça, elle avait peur ? Pas du tout. Gotcha n’avait jamais la frousse, c’était seulement une fille douée de bon sens qui ne comptait pas gâcher ses vies en allant se jeter bêtement dans la gueule du loup.

Ou alors c’était une poule mouillée, au choix.
roller coaster



I call you but you never even answer, I tell myself I'm done with wicked games but then I get so numb with all the laughter that I forget about the pain. — back to you.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Warrior | Saphyr   Mar 8 Nov - 1:02

when you'll have to rise

- logan "saphyr" — olivia "gotcha" -


LIFE BEGINS AT THE END OF YOUR COMFORT ZONE.

Occupé à affûter la lame de ton arme blanche, c'est Gotcha qui vient te tendre la perche pour partir en exploration et tu ne saurais dire non à une proposition de partir dans une petite aventure de découverte pour faire découvrir le territoire à ta partenaire. Partir avec elle possédait son lot d'avantages, dont celui considérable de ne pas avoir à porter une constante attention sur les alentours puisqu'elle s'en chargeait. Tu termines ton entretien de machette avant d'enfiler l'équipement nécessaire à ton arbalète dans ton dos et poser la main sur un de tes épais foulard pour protéger un minimum ton cou. Le pas est vite mis en marche en mode exploration, arme fraîchement affûtée entre les doigts pour ta part et tu te formes une idée de vers quel endroit tu comptes la mener dans l'un de vos territoires dont l'apparence est plutôt terrifiante pour une personne qui ne s'y est pas déjà habitué. L'endroit à lui seul dissuade les autres joueurs de s'en approcher, certains manèges étant toujours alimentés et dont les rouages bruyants ont de quoi donner la chair de poule même en plein jour. Pour faire simple, il ne s'agit pas de l'endroit de rêve pour épater un rencart, loin de là, il s'agit plutôt de l'endroit par excellence pour tester le courage des gens incertains. Tu frayes ton chemin dans la ville poussiéreuse dont les décombres sont constamment remises à l'état sauvage par le sable et le vent, le regard scrutant parfois les alentours par simple réflexe jusqu'à atteindre la destination dont l'enseigne à probablement déjà eu meilleure allure. Le commentaire de ton amie te tire un sourire auquel tu ajoutes un fin rire en secouant la tête. « J'ignore de quoi tu parles, cet endroit est flambant neuf. Une construction de l'année. » Notons que tu ne précises pas de quelle année précisément le parc peut bien dater.

Bien qu'un ennemi en tout genre pourrait vous bondir dessus à tout instant vu l'aspect apocalyptique particulier de l'endroit, tu incites Gotcha à te suivre parmi les allées abandonnées dont quelques vestiges remuées par la nature toque contre tes bottes. « J'ai toujours trouvé que ça respirait la joie de vivre ici, pas toi ? » Toi aussi tu peux faire dans l'ironie et c'est en plein ce que ton visage souriant à son égard souligne tandis que tu mènes le pas dans une direction bien précise. Son instinct de femme semble capter la menace qui approche à vive allure puisqu'elle évoque d'elle-même le fruit final de ce court voyage. Le bruit de tes bottes contre le sol s'arrête tandis que tu te retournes un peu de biais pour la regarder avec un brin d'amusement. « Est-ce que je sens de la... comment dire... » Ça t'amuses de jouer ainsi à étirer les secondes, mais d'une façon cela permet à ton amie de se préparer mentalement à l'inévitable. « Serais-tu effrayé par un simple train ? C'est notre territoire et pas même un fantôme n'a le droit d'y mettre ses draps blancs sans autorisation. » Lui assénant un léger coup de coude, tu reprends ta route sans cacher l'intention qui t'anime puisque toute bonne exploration se doit d'avoir frôlée le parc d'attraction au moins une fois dans sa carrière.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 583 WORDS.

avatar
<b>bavardages</b> 435 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Isabelle Fuhrman
CREDITS : Cranberry. (avatar) et taintedgray (gifs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre comme la Suisse


MessageSujet: Re: Warrior | Saphyr   Ven 18 Nov - 22:44
 
I can't recall last time I opened my eyes to see the world as beautiful
L’ironie mordante de son partenaire lui arracha plusieurs sourires malicieux. Elle ne put s’empêcher de lui répondre, sur le même ton faussement enjoué et sérieux. « Ouais, bien sûr. Tu m’expliques ta notion de la joie de vivre ? » Elle appréciait sincèrement l’humour de Saphyr. Il avait le mérite de dissiper les tensions, de casser la gravité de leur situation et de ne jamais être blessant envers elle. Gotcha regrettait parfois de ne pas pouvoir en savoir plus sur la personne qui se cachait derrière ce joueur. Il gagnait très certainement à être connu dans la réalité urbaine de Chicago, malheureusement comme beaucoup d’autres individus dans le Darwin’s Game, il avait parfaitement le droit de maintenir l’anonymat qu’il souhaitait sur sa vraie vie. Et comme personne ne pouvait encore forcer un joueur à le rencontrer IRL, mieux valait prendre son mal en patience et se contenter de bonnes connaissances vécues par procuration, au travers d’un jeu.

Il la provoqua d’un gentil coup de coude, faisant mine d’humer les effluves de la peur qui la cernaient. Pas du tout son genre. Ollie n’eut même pas le temps de se renfrogner pour la forme et d’objecter quoi que ce soit que son partenaire, lui, continuait d’avancer vers l’entrée du manège. « Ok, ok, on y va. » Contrainte d’abonder dans son sens, elle accéléra le pas pour le rattraper et revenir à sa hauteur. « Retiens juste que c’est souvent comme ça que ça commence dans les films d’horreur. » Non, elle n’était pas du tout en train de se raccrocher à des références cinématographiques médiocres dignes de teen-movies pour se donner une raison valable de ne pas aller là-dedans. Là-dedans, c’était le gentil qualificatif rassurant pour appeler l’énorme trou béant et obscur à moitié rougi par la rouille qui ressemblait à s’y méprendre à une bouche métallique ensanglantée. Et c’était ça, l’entrée du train-fantôme si sympathique où Saphyr voulait l’emmener ? Peut-être que son imagination débordante exagérait les choses, mais elle, elle ne voyait vraiment pas l’intérêt du clan à posséder de tels endroits.

Au moins, ils n’appartenaient pas  à l’ennemi, contrebalança le pragmatisme de son subconscient. « Heureusement que les Caho n’ont pas ce genre de coins. » laissa t-elle échapper avec une pointe de soulagement. Ils auraient été capables d’en refaire une véritable expérience cauchemardesque. « Tu as de quoi éclairer ? » Elle avait récupéré une lampe-torche dans le QG Eshu juste avant de partir avec lui, mais deux sources lumineuses étaient toujours plus profitables qu’une seule.

La brune enclencha l’interrupteur de la lampe, diffusant un halo laiteux qui leur dévoilait les quelques premiers mètres devant eux. C’était tout simple : il suffisait de suivre les rails à terre, défoncés par le temps et les épreuves. Et puisqu’au fur et à mesure qu’ils s’enfonçaient, ils allaient commencer à se retrouver envahis par un silence poisseux à peine interrompu par leurs pas, Olivia avait tout intérêt à se détendre. Les traces suspectes au sol et sur les murs ne l’y invitaient pas et plutôt que de chercher à comprendre d’où tout ceci pouvait venir, elle préférait parler. « J’ai jamais trop aimé les parcs d’attraction. » Elle éclaira brièvement derrière eux une dernière fois avant de rebraquer la lumière sur le devant, longeant un des charriots usagés où les passagers s’installaient autrefois. Une large tâche de sang séché ornait l’un des deux sièges avant. Ollie renifla, détournant le regard avec un peu de dégoût. « Tu vois, celui-là ne va pas me réconcilier avec eux. » Pause, avant de finalement tenter de détendre un peu l’atmosphère. « Je suis sûre que tu adores ce genre d’endroits, toi. »

roller coaster



I call you but you never even answer, I tell myself I'm done with wicked games but then I get so numb with all the laughter that I forget about the pain. — back to you.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Warrior | Saphyr   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM