Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 « Tu vas pleurer ta mère. [Pv Kobe]
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: « Tu vas pleurer ta mère. [Pv Kobe]   Mar 8 Nov - 19:33
Tu vas pleurer ta mère
Drathir & Kobe

Elle allait le tuer. A peine aurait-il franchi l’enceinte du chantier naval qu’elle allait lui trancher la gorge sans sommation pour ensuite profiter des quelques secondes d’agonie qu’il aurait pour cracher sur son cadavre sanguinolent. Et, insatisfaite qu’elle serait, elle recommencerait dès qu’elle aurait à revoir sa tête de con au sein même de ce chantier. Bordel de merde, qu’est ce qui lui avait pris ? Qu’est ce qui a bien pu se passer dans sa cervelle de parfait abruti pour qu’il en vienne à se dire que de tenter d’assassiner la chef Gaïa ne poserait pas le moindre problème ? Peu importait ses raisons finalement, cela pouvait très bien être une histoire personnelle entre les deux, et il est vrai que Mera aurait pu décider à simplement fermer sa gueule, mais elle ne l’a pas fait et décemment l’on ne pouvait guère la blâmer pour cela. Le seul fautif dans cette histoire, c’était Kobe. Et si la blonde punissait aisément toute forme d’insubordination, ce cas ci était plus douloureux encore tant elle se sentait trahie. Elle appréciait Kobe, pour l’homme qu’il était en dehors du jeu et pour l’individu loyal qu’il était au sein du Darwin’s Game également. Elle se souvient des aveux qu’elle lui a fait lors de sa première connexion, des risques qu’elle a pris pour lui, de son envie de l’intégrer et des privilèges qu’il aura finalement eu de par le fait qu’il la connaissait bien. Suffisamment en tout cas pour qu’elle ne soit pas continuellement sur son dos à se foutre de lui ou à douter de ses actes. Quelle sotte elle avait pu être, de faire aveuglément confiance, une fois de plus elle en payait le prix, une fois de plus quelqu’un de son entourage avait préféré faire passer ses intérêts personnels avant elle. Dagger se souvient des critiques, qui perduraient parfois, quant à sa personnalité, sa violence. Dagger n’est pas atom, Dagger est une foutue caho. Elle a tellement entendu ce soupçon, cette critique crachée dans son dos à défaut d’avoir les couilles de le lui dire en face. Et pourtant, plus le temps passait et plus elle estimait être la plus loyale des atom. Elle avait suivi Roy, quoi qu’il puisse décider et malgré ses gueulantes et désaccords, elle avait continuellement appliqué les décisions du précédent chef. Elle suivait ceux qu’elle aimait, elle croyait en eux, abdiquait plus volontiers : tout ce qui comptait finalement c’était d’aller dans la même direction qu’eux. C’était ça, la loyauté. Kobe semblait l’avoir oublié, à moins qu’elle se soit même fourvoyée sur lui toutes ces années durant. Il aurait dû penser à elle, aux conséquences, à ce qu’il foutrait en l’air en agissant ainsi. Mais non, il n’avait écouté que ses désirs et il l’avait fait sans même daigner se montrer intelligent ou prudent.

« Pauvre con. Siffle-t-elle pour elle-même tandis qu’elle attendait encore, debout et armée jusqu’aux dents comme à son habitude, les bras croisés contre sa poitrine. Immobile, figée telle une statue de marbre qui visiblement était tout de même en train de bouillir, elle attend simplement que les siens rentrent. Elle attend le retour d’Hippocrate, de Faust, pour savoir ce qu’il en était bien qu’elle ne doutait pas le moins du monde du fait que sa bras droit respecterait sa volonté et du fait que Faust saurait apaiser les tensions. Et si finalement ce qui avait été dit ne lui convenait pas, alors tant pis. Qu’ils aillent tous se faire foutre de toute façon tiens. Fort heureusement toutefois personne ne vint la déranger, sûrement car l’on comprenait aisément qu’elle était d’une humeur massacrante mais là encore la chance voulut que l’escorte d’Apollo revienne rapidement. Lorsque les visages des atom se dessinèrent devant ses yeux, elle capta d’instinct la silhouette de l’homme qu’elle comptait bien défoncer à coup de poings dans la gueule jusqu’à ce qu’il l’a supplie d’arrêter. Le regard flamboyant d’une haine viscérale, elle n’attendit qu’à peine qu’ils franchissent le seuil de l’enceinte que déjà la blonde claquait des doigts avant de désigner son interlocuteur, puis le bâtiment derrière elle, autoritaire et haineuse au possible : Dans mon bureau. Crache-t-elle avec véhémence, s’abstenant de dire le moindre mot supplémentaire dans l’immédiat ou même de fournir la moindre explication. Il va dans la putain de pièce désignée, en silence, et il attend. Il poireautera des heures s’il le faut, selon son bon vouloir à elle, mais s’il voulait pas qu’elle le retrouve à Chicago même pour lui foutre la branlée de sa vie, il avait plutôt intérêt à obéir en faisant profil bas. Incapable de se détendre malgré le fait qu’il n’était désormais plus dans son champ de vision, la meneuse rencontra rapidement Hippocrate et Faust afin d’avoir des détails sur ce qui avait pu se dire et ce qui s’était finalement passé. Folle de rage, elle ne parviendra finalement qu’à les écouter sans un mot, hochant brièvement la tête à l’annonce des mesures de sécurité qui seront prises finalement dans les deux camps, ce qu’elle comprenait tout en espérant que cela soit passager.  Quant à cette histoire de messager qui ne le serait plus… S’abstenant du moindre commentaire, Dagger ignorait de toute manière quoi faire dans l’immédiat. Elle n’avait pas les explications du fautif, pas plus qu’elle n’avait l’esprit clair. Au fond tout ce qu’elle désirait, c’était passer ses nerfs. Merci vous deux, je m’en occupe. » Conclut-elle à la hâte avant de filer avec autant de précipitation, retournant à son bureau.

La porte de la pièce s’ouvre à la volée et se referma avec autant de brutalité. Et malgré l’intimité qu’elle avait eu la décence de vouloir leur offrir, peu envieuse qu’elle était de laver son linge sale en public, la blonde doutait finalement que les murs soient suffisamment épais pour contenir sa hargne et ses cris. Toutefois, avant qu’elle n’hurle, la blonde n’hésita pas pour rejoindre son interlocuteur en quelques enjambées, lui offrant au final une droite monumentale. Ignorant la douleur qui la lançait à hauteur des phalanges, ce coup on ne peut plus violent signa le début des hostilités. « Je peux savoir ce qui t’a pris ?! Putain de bordel de merde t’es vraiment qu’un pauvre con Kobe ! Nouveau coup, en pleine gueule une fois de plus tandis que, soudainement hyperactive au possible à cause de la rage, Drathir se recule d’un pas, pointant un doigt accusateur en sa direction. T’as tenté de buter la chef Gaia, et pire que tout t’as abusé de ton insigne de messager pour ça ! T’as conscience de la merde que tu viens de foutre ? Tu te rends compte qu’on passe pour de gros connards  à cause de toi, que JE passe pour la pauvre conne faible au possible qui sait pas tenir ses hommes en laisse ? Tu viens de fragiliser une alliance déjà précaire au possible, tu viens de me faire passer pour une conne et pire que tout tu m’obliges à courber l’échine devant une gamine à qui je devrais offrir des putains d’excuses afin de lui assurer que ta connerie monumentale n’est pas de mon fait ! Certes les excuses avaient été offertes, certes Hippocrate n’hésitera pas à parler au nom de Dagger pour éviter à cette dernière ce genre d’événements qu’elle percevait comme étant une humiliation pure et dure, mais les faits étaient là : n’importe qui finirait par apprendre ce qui s’était passé, et n’importe qui pourrait savoir que la meneuse atom ne savait pas contrôler ses guerriers, ou même ses messagers. Il venait de salir tout ce qu’il ne fallait pas salir, il venait de foutre sa merde là où il ne le fallait pas, et surtout il faisait passer les atom pour des fils de pute à qui l’on ne peut pas faire confiance. Ils avaient été irréprochables, les Gaia étaient finalement les fouteurs de merde depuis le festin et la blonde n’avait eu de cesse d’attendre leur prochain faux pas, sauf que finalement, ce faux pas, il venait pas des verts. Il venait de chez elle. Dans un grondement furieux, la concernée finit par s’avancer de nouveau, le regard étincelant de haine et un couteau de lancer désormais coincé entre ses doigts. Tu sais quoi Kobe ? Là, tout de suite, j’ai juste envie de te tuer. J’ai juste envie de te planter ce couteau dans le dos, histoire que tu te rendes compte de l’effet que ça fait, parce que me poignarder c’est exactement ce que tu viens de faire ! Car outre la réputation, outre la faute, ce qui la tuait le plus c’est que ça venait de lui. Ça venait d’un homme en qui elle avait confiance, suffisamment pour se dire qu’il n’essayerait pas de la planter ou de la mettre dans une situation inconfortable. Et le couteau fuse, frôlant le visage du blond pour se planter dans le bois du mur au fond. Son visage proche de celui de son interlocuteur, la blonde siffle, un sourire incroyablement mauvais aux lèvres : Ah il est beau l’homme qui voulait faire rempart pour me protéger des Gaia hein. » Qu’elle était loin, cette première connexion.
darwinsgame.com (c) 2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM