Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 NOTHING'S GONNA HURT YOU BABY / ZOEY
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: NOTHING'S GONNA HURT YOU BABY / ZOEY   Jeu 10 Nov - 23:55
nothing's gonna hurt your baby
zoey & kenna

Kenna mit un moment à recouvrir ses esprits, après avoir été déconnectée du jeu à cause d’une mort particulièrement violente. Elle savait sa sœur capable de la tuer, mais avec un tel acharnement … Le front trempé de sueur, respiration irrégulière et rapide, la brune fixa le plafond en tentant de réfléchir à toute vitesse à ce qu’elle devait maintenant faire. La décision la plus sage aurait été de préparer ses affaires et se casser d’ici avant que Zoey ne revienne à elle. Ou peut-être la tuer ici à Chicago, pendant qu’elle était connectée. La police ne prendrait même pas la peine de comprendre ce qu’il s’était passé – ce serait une morte de plus sur la liste déjà longue des victimes du DARWIN’S GAME. Mais alors, comment justifier qu’elle ne soit pas tombée à 0 vies ? Kenna lâcha un soupir désespéré, serra les poings et se leva courageusement. Son premier réflexe fut d’aller prendre une douche pour se débarrasser de la sueur et l’angoisse qui lui  tordait les entrailles. Pourquoi avait-elle la sensation que son dernier jour sur Terre était arrivé ? Si tel était le cas, mieux valait être un peu présentable. Ensuite, parce qu’elle était incapable d’attendre sans rien faire, Kenna se dirigea vers la cuisine et décida de préparer à manger pour la première fois depuis des semaines. Plus personne ne prenait la peine de cuisiner et de faire ces petites choses du quotidien qui paraissaient bien vaines. Elle alluma la radio pour l’accompagner en fond sonore. Les horreurs, la politique, l’économie, la mort, le jeu, la technologie, les manifestations, les lois anti-DG, tout n’était qu’un bourrage de crâne infernal qui tournait en boucle, encore et encore. Désespérée, Kenna l’éteignit pour se concentrer sur sa tâche, plus angoissée encore qu’auparavant.

Quand le bruit des pas discrets foulant le sol résonnèrent derrière elle, Kenna n’eut pas besoin de se retourner pour savoir que Zoey s’était déconnectée et l’avait rejointe à la cuisine. Alors le moment de lui faire face était arrivé. La brune ferma les yeux un instant, le cœur martelant sa cage thoracique, et se retourna soudain avec un grand sourire aux lèvres qui se voulait aussi dérangeant qu’inhabituel et hypocrite.  « Tiens, qui voilà ?! Je suis en train de faire à manger, du poulet. J’espère que tu as faim ! » lança-t-elle d’un air enjoué en secouant le couteau à viande qu’elle tenait dans une main, pour lui signifier de façon implicite de ne rien tenter qu’elle puisse regretter.  « Tu as une sale mine, c’est quand la dernière fois que tu as mangé ou dormi ? » la sermonna-t-elle en servant de sa main libre deux verres de vin rouge. Elle en apporta un à sa sœur d’un pas sautillant, les doigts crispés autour du manche du couteau.  « Ce n’est pas très gentil de tuer sa propre sœur. Tu as de la chance que je ne sois pas rancunière. Je tiens trop à notre petite colocation pour partir pour une telle broutille. » Sa phrase se conclut dans un murmure rauque, tout aussi hypocrite que les sourires qu’elle lui offrait un peu plus tôt. La vérité, c’était que Kenna était morte de peur. Mais pour la première fois de sa vie, elle avait décidé de faire face à ses problèmes plutôt que de faire ce qu’elle faisait de mieux : prendre la fuite. Ce problème-là finirait par avoir une issue fatale – qui ne pouvait être que la mort – mais y avait-il un quelconque intérêt à survivre dans un monde comme celui-ci, de toute façon ? Il tombait en ruine, qu’il s’agisse des choses ou des gens, et Kenna n’y trouvait plus franchement son compte. Le seul endroit où elle se sentait encore bien était la forêt de Darwin Harbor. Son regard sombre quitta celui de Zoey et elle recula lentement sans jamais lui tourner le dos. Elle s’arrêta lorsque son corps heurta le meuble de cuisine derrière elle, puis se servit un verre de vin à son tour qu’elle leva légèrement dans la direction de sa sœur.  « On devrait trinquer. Hmm … On pourrait … Se féliciter d’être de merveilleuses sœurs l’une pour l’autre. De se protéger mutuellement et d’être soudées dans l’adversité. » L’aînée haussa un sourcil en guise de défi, avant de tremper ses lèvres dans le vin. Elle attendit que sa sœur face de même, pour conclure :  « Sois prudente, j’ai peut-être empoisonné ton verre. » Ce qui, bien sûr, était faux. Parce qu’elle était tout bonnement incapable de tuer sa sœur à Chicago.
avatar
<b>bavardages</b> 1506 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Kate Mara
CREDITS : lux aeterna × poeticsuccubus
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
Les monstres et les fantômes existent. Ils vivent à l`intérieur de nous, et parfois ils gagnent. × Stephen King
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: NOTHING'S GONNA HURT YOU BABY / ZOEY   Dim 20 Nov - 5:03
Tu as tué ta sœur. Tu as probablement commis un des pires crime car la famille c'est sacrée pour beaucoup. Combien est-ce qu'il y a de films, de séries, de films, qui mettent la dite famille en avant ? Que dans un dialogue pour expliquer, c'est simplement dit ''c'est la famille'' sans en dire plus, comme s'il n'y a rien d'autre d'important. Tu as toujours eu du mal avec ça. C'est imposé. Tu peux pas choisir si tu veux les avoir dans ta vie. Ils sont là. Toi, tu as réussi à t'en défaire facilement, mais tu te doutes bien que pour d'autres, c'est compliqué. Surtout s'ils sont plus sensibles que toi. La famille n'est pas une assez bonne explication pour toi. Bien que tu as toujours voulu la tuer, tu te sens normale. Comme si tu as tué n'importe qui. Tu vas sûrement te sentir bien mieux en la voyant partir de ton appartement. Ça doit sûrement être ça le problème. La réalité se mêle au jeu et tu n'aimes pas du tout. Tu finis tes affaires, tu cherches une porte et tu te retrouves ensuite chez toi.

Tu constates assez vite que ça ne sent pas normal chez toi. Ça sent le poulet cuit. Tu t'avances, te demandant ce que Kenna avait foutu pendant le laps de temps entre sa mort et ta déconnexion. Qu'est-ce qu'elle fout dans ta cuisine où elle a cuisiné ? « T'as pas trop mal à la tête ? » demandes-tu, plutôt que de répondre à propos de ta faim. Question pas très originale. Tu l'as déjà posé après avoir revu certains joueurs que tu avais éliminé avec ta batte rencontrant leur tête. Manière de leur rappeler que tu avais eu le dessus, pour ne pas qu'ils ne l'oublient. Ce qui serait vraiment dommage pour ton égo et ta réputation. Ou ta réputation et ton égo. Tu ne sais jamais lequel des deux est le plus important à ses yeux. L'un ne va pas sans l'autre est sûrement plus simple comme décision à ce sujet. Parce que tu ne vois pas du tout comment tu pourrais arriver à départager le tout. Surtout que là, tu es occupée à écouter déblatérer la brune. Tu regardes cette croque-lardon, te demandant ce qu'il te faudrait te faire pour la foutre dehors. Elle fait dans l'hypocrisie, mais elle est toujours là. Elle a préparé à manger. Elle a fait une remarque sur ton apparence, qui est, de toute façon bien meilleure que la sienne. Elle devrait être en train de pleurer ou bien de prendre ses affaires et de vouloir partir. Pas faire n'importe quoi. C'est peut-être le choc. « Il te reste des neurones ? » demandes-tu. Parce que le tout te paraît être très étrange. Elle ne sait pas combien de vie il lui reste, peut-être qu'avec celle qu'elle vient de perdre, elle vient d'atteindre les chiffres très bas. Tu ne peux pas dire, tu ne t'es jamais intéressée à regarder partout ta sœur. Surtout que tu ne le fais pas en général et qu'en plus, moins tu la vois, mieux tu te portes. Tu bois une gorgée sans problème. Tu ne penses pas que ta sœur ait mis quoi que ce soit dans ton verre. Tu ne le penses pas être assez courageuse pour le faire. Tu ne l'as pas en haute estime.

Tu viens de savoir ce que tu vas faire pour la mettre dehors. En fait, tu l'as toujours su, mais tu te gardais une gêne car c'était ta sœur (bien que cela n'a jamais compté sur toi), et pour les qu'en-diras-t-on. Tu déposes ta coupe sur le comptoir, ne disant rien du tout, tu ne vas pas tout de même la prévenir (lui parler) te dirigeant ensuite vers la ''chambre'' de ta sœur. Une sorte de chambre d'amis, de bibliothèque, de pièce à tout faire à mettre les choses dont tu ne savais pas où mettre, avant qu'elle squatte depuis bien trop longtemps déjà. Tu ouvres la fenêtre, et commence à jeter quelques affaires qui appartiennent à Kenna qui ne tardent pas à rejoindre les trottoirs, plusieurs étages en-dessous. Cela vole plus au moins rapidement tout dépendant de ce que c'est, mais ça fait vachement du bien. Tu es naturellement prête à recommencer jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien. Tu sais aussi que ça risque de ne pas être aussi simple et quelqu'un va sûrement vouloir défendre ce qui lui appartient. En attendant une réaction, tu ne te comptes pas te priver.










    I'm bored, of quality × I'm tired of keeping disciplined × I'm sweltering, the heat is too much for me × Producing this shit is pure vanity × I got a frostbite in my frontal labe × I got no empathy, no sensitivity
    Spoiler:
     


Invité
Invité


MessageSujet: Re: NOTHING'S GONNA HURT YOU BABY / ZOEY   Lun 5 Déc - 12:34
nothing's gonna hurt your baby
zoey & kenna

L’absence de sa sœur inquiéta soudain Kenna, qui fut plus que surprise que Zoey s’éclipse sans la moindre réponse à ses provocations. Ca ne lui ressemblait vraiment pas. Elle n’avait même pas réagit en disant avoir empoisonné son verre. Dans d’autres circonstances, et surtout après ce qu’il venait de se passer dans le DARWIN’S GAME, Zoey aurait du lui balancer son verre à la figure. Voire pire. Elle tenta de se concentrer sur la préparation du repas, mais l’appréhension grandit dans ses entrailles, tandis qu’un mauvais pressentiment s’emparait d’elle. Ce n’était pas normal. Oubliant d’éteindre le four au passage ainsi que le couteau sur le comptoir de la cuisine, la brune se précipita jusqu’au couloir menant aux chambres et inspecta les pièces ouvertes jusqu'à la trouver là, dans sa chambre, en train de jeter ses affaires par la fenêtre.  « Qu’est-ce que ... » La colère la frappa de plein fouet. Zoey était littéralement en train de détruire tout ce qui lui restait au monde. Tous ses biens, tous ses trésors, ses vêtements, ses livres, ses bijoux ou même des babioles qui n'intéressaient qu'elle, tout passait par la fenêtre pour s’écraser sur le bitume des étages plus bas et s’y briser. Kenna se précipita vers sa sœur, la retint par le bras pour l’éloigner de la fenêtre et l’empêcher de faire plus de dégâts.  « Arrête immédiatement ! » gronda-t-elle, la fureur traversant ses prunelles d’un noir d’encre. Elle relâcha Zoey et se mit entre elle et la fenêtre pour faire barrière. Elle pensait la jeune femme parfaitement incapable de la pousser. La tuer à Darwin Harbor oui, gâcher sa vie en la tuant ici non. Elle était bien trop égoïste et fière d’elle pour finir derrière les barreaux dans une affreuse tenue orange très peu seyante.  « T’avais aucun droit de faire ça ! C’est tout ce qu’il me reste ! » Mais ça, Zoey s’en fichait bien, et Kenna le savait. Tout ce qui venait d’elle ennuyait profondément sa cadette. Comment était-ce possible de détester à ce point sa propre sœur ? Ça la dépassait complètement.  « Qu'est-ce que ça peut te faire que je sois là, hein ?! Tu m'ignores complètement, comme si je n'existais pas ! Alors qu'est-ce que ça peut te foutre ? C'est pour la vie sociale que tu as ici que ma présence change quoi que ce soit ! » hurla-t-elle.

C'était inutile, mais ça faisait du bien. Dans tous les cas, Zoey n'en deviendrait pas soudainement plus gentille et compréhensive. Elle n'accepterait pas plus qu'elle vive sous son toit, ni n'irait chercher ses affaires répandues dans la rue, que les quelques rares passants commençaient certainement déjà à s'approprier, sans trace de leur propriétaire pour les réclamer. Kenna était quelqu'un d'obstiné. Elle tenait vraiment à lui soutirer suffisamment de fric pour s'en sortir par elle-même et s'en aller de cet endroit infernal. Mais ça faisait presque un an, maintenant. Un an qu'elle squattait chez sa sœur sans avoir obtenu ce qu'elle était venue chercher. A ce petit jeu, Zoey était encore plus douée qu'elle. Etait-il temps de s'en aller ? Mais pour aller où ? Kenna n'avait nulle part au monde où aller. Personne sur qui compte à Chicago – tous ses amis étaient restés dans leur ville d'origine, bien trop loin d'ici. Etrangement, la brune ne se voyait plus quitter sa nouvelle ville. Oui mais alors quoi ? Qu'était-elle censée faire, maintenant ?  « Je ne compte pas m'en aller aujourd'hui. » conclue-t-elle d'un ton catégorique. Elle s'en irait, si. Mais pas aujourd'hui. Pas comme ça. Pas tant qu'elle n'aurait pas obtenu ce qu'elle voulait. Que ça plaise à Zoey ou non, c'était ainsi. Et les flics avaient d'autres chats à fouetter que de s'occuper des problèmes de deux sœurs radicalement différentes incapable de trouver un terrain d'entente.

Spoiler:
 
avatar
<b>bavardages</b> 1506 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Kate Mara
CREDITS : lux aeterna × poeticsuccubus
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
Les monstres et les fantômes existent. Ils vivent à l`intérieur de nous, et parfois ils gagnent. × Stephen King
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: NOTHING'S GONNA HURT YOU BABY / ZOEY   Dim 25 Déc - 0:48
Ça s'envole par la fenêtre, plus au moins vite selon ce que tu jette. C'est presque beau, mais tu ne prends pas le temps de m'arrêter et de regarder. Ailleurs, on pourrait penser que c'est une dispute entre deux amoureux. Ce qu'on peut voir dans les films et dans les séries surtout. Tu ne sais pas si ça se fait en réalité, mais, il est trop pour y penser à présent qu'il y a plusieurs de ses affaires qui sont plus bas, sur le trottoir. Ta sœur ne tarde pas à arriver, elle t'éloigne de la fenêtre et tu te dégages comme tu peux, ne voulant pas qu'elle te touche. Elle n'est pas contente. C'est normal. Pourtant, tu ne vois rien qui me semble être très dispendieux, alors tout doit être facilement remplaçable. Tu ne t'attaches pas aux objets non plus en général. Tu ne comprends donc pas l'attachement sentimental que d'autres peuvent avoir pour eux. Certes, tu ne prendrais pas très bien que l'on jette tes possessions par la fenêtre, par contre, tu réagirais autrement qu'en te plaignant. Car pour toi, la réaction de Kenna, c'est ça. C'est tout ce qui lui reste. Bla bla bla. Tu n'es pas du tout impressionnée.

Elle continue de parler, comprenant rien à rien. Tu lèves les yeux, la regarde, l'air mauvais. Elle ne compte pas partir aujourd'hui. Elle va bien voir. « J'dois t'ignorer justement. T'es là. Tu existes. Tu respires. J'peux pas te tuer. Je dois te supporter. » C'est un bon début, tu supposes. Peut-être que tu devrais rajouter sans cervelle car elle n'a pas été capable de déterminer cela seule. Elle n'a rien pour elle, alors, ce doit être normal. La pauvre. « Tu squattes. T'es un parasite. » continues-tu, espérant lui faire quitter la pièce le plus vite possible et ensuite ton appartement pour toujours. Ton ton est plein de dédain, ne montrant aucune compassion devant ce qu'elle t'a dit. « T'es pas la bienvenue. » tu rajoutes, au cas où elle ne l'aurait pas compris. Tout cela a assez duré, non ? Tu ne sais même pas comment tu as fait pour réussir à ne pas mettre ses affaires dehors avant. « Et pourquoi t'es là ? » demandes-tu. Vous vous êtes jamais bien entendues, alors, ça continue de t'étonner. « Vas-y. » craches-tu. « Ou t'es juste trop lâche ? » Pour dire la vérité. Cela arrive. La réalité est si horrible qu'on fait comme si cette dernière n'existe pas. On dit autre chose, on l'évite, on n'en parle pas.
À moins d'avoir beaucoup de temps à perdre, tu ne penses pas qu'elle soit là depuis tout ce temps juste pour t'emmerder.

Tu n'as jamais cherché à savoir, essayant de t'intéresser à elle le moins possible, mais, tu penses que tu as été assez patiente depuis le temps. « T'as encore tout raté ? » A-t-elle déjà fait autre chose de sa vie ? Tu n'en sais rien, tu es douée pour penser au pire. « Dis-moi. » termines-tu, sur un ton qui la met au défi. Elle n'a qu'à te dire tous ses petits secrets. Ça doit être la première fois que tu lui parles autant. Ça fait longtemps que tu n'as pas aligné autant de phrases l'une à la suite de l'autre. Elle est vraiment de trop chez toi, elle te fait faire ce que tu ne fais jamais. Ce qui est une raison de plus pour qu'elle déguerpisse. Tu n'es pas toi-même avec elle, c'est plutôt mauvais.










    I'm bored, of quality × I'm tired of keeping disciplined × I'm sweltering, the heat is too much for me × Producing this shit is pure vanity × I got a frostbite in my frontal labe × I got no empathy, no sensitivity
    Spoiler:
     


Invité
Invité


MessageSujet: Re: NOTHING'S GONNA HURT YOU BABY / ZOEY   Ven 30 Déc - 23:04
nothing's gonna hurt your baby
zoey & kenna

Chaque mot prononcé par Zoey était comme un poison qui se répandait dans l’air, un coup de poignard en plein cœur, une tornade qui anéantissait tout sur son passage. C’était horriblement douloureux de lui faire face, de tenter de rester droite et digne alors que jamais encore personne ne lui avait parlé aussi mal ; surtout lorsqu’il ne s’agissait que de vérité. La gorge nouée et le cœur brisé en mille morceaux, Kenna lâcha un rire narquois et triste. Il n’y avait plus rien à faire pour leur relation. Rien à garder, rien à sauver, encore moins à chérir. Malgré son envie de fondre en larmes, Kenna garda la tête haute. C’était tout ce qui lui restait à présent que ses affaires les plus importantes avaient disparu, portées par le vent ou brisées des dizaines de mètres plus bas. « A ton avis, qui de nous deux a  tout raté ? » Elle jeta un coup d’œil autour d’elle pour observer la pièce qui lui servait de chambre et croisa les bras sur sa poitrine. « Qui de celle qui a fait des erreurs mais a connu l’amour et le mariage, un travail enrichissant, sait se faire apprécier des gens et celle qui n’a jamais fait d’erreurs, vit dans l’opulence et la gloire mais vit désespérément seule dans un appartement froid, impersonnel et silencieux à crever sans pouvoir se reposer sur l’épaule de qui que ce soit a raté sa vie, Zoey ? » Elle pouvait bien lui faire la morale sur ce qu’était sa vie, celle de sa cadette n’était pas plus à envier. Au contraire. Kenna préférait largement la sienne, quand bien même elle était totalement dans la merde. C’était un fait indéniable. Ses erreurs n’étaient pas juste des erreurs, il s’agissait bel et bien de très grosses erreurs et elle ne le nierait pas. Malgré tout, elle avait certainement connu plus de moments heureux que sa petite soeur, qui ne semblait s'extasier de rien, jamais. Sa soeur qui traversait les épreuves de la vie sans se confier,en gardant tout sur ses épaules et dans son coeur, sans jamais lâcher prise. « Aucune de nous deux. Je n’ai rien raté, et tu n’as rien raté. Ce que tu considères comme des échecs n’en sont pas pour moi, comme tu considères certainement ta solitude comme rassurante. » Une part de Kenna était persuadée qu’au-delà de la froideur de Zoey se cachait une petite part de terreur : elle ne pouvait pas être juste froide et méchante. Elle était forcément mal à l’aise en société derrière sa façade parfaite de mannequin sous contrôle, peu sûre d’elle, ou simplement très malheureuse. Personne n’était juste méchant.

Kenna s’écarta de la fenêtre pour retourner d’un pas lent vers le centre de la pièce, sans quitter sa sœur des yeux. Elle n’avait pas suffisamment confiance pour lui tourner le dos. De moins en moins chaque minute, en réalité. « Ouais, j’ai merdé. C’est vrai. Et alors quand il a fallu que je m’en aille, j’ai réfléchi à toute vitesse là où j’avais envie d’être, et c’est à toi que j’ai pensé. Je me demande bien pourquoi. » cracha-t-elle d’un ton amer. Parce qu’elle n’était pas la bienvenue ici, sa cadette l’avait largement dit quelques secondes plus tôt pour qu’elle commence à douter de l’importance de lui soutirer du fric. Kenna était humaine. Profondément blessée par les mots de sa sœur, la fierté ne suffirait plus désormais. Elle avait mal, de ces douleurs qu’un peu d’or n’effaçait pas. « Tu sais quoi ? C’est vrai après tout, t’es chez toi ici. Tu peux bien décider de me mettre à la rue. Décider que ton petit confort vaut plus que la sécurité de ta soeur. Décider que t’as envie de te noyer dans le silence et la solitude, traverser le chaos à venir seule, décider que le jour où tu mourras, personne ne sera là pour retrouver ton corps qui pourrira sur ta chaise de bureau, et ton fric et ta popularité n’y changeront rien. Tu peux décider de n’exister aux yeux de personne. » Kenna se tut un instant pour reprendre son souffle. Elle croisa le regard sombre de sa sœur, qu’elle espérait réussir à toucher ne serait-ce qu’un peu. « Ou alors, tu peux décider de me garder ici, de supporter que je respire, de continuer à manger ce que je prépare et trouver un appartement propre et rangé en rentrant du boulot, avoir droit à un peu de vie et de chaleur humaine. Tu pourrais avoir droit à des sourires et quelqu’un pour t’écouter parler de ta journée, t’écouter te plaindre, te faire rire pour te réconforter et couvrir tes arrières contre le reste du monde quand les choses dégénèreront trop. Faire des sacrifices et accepter d’avoir peur d’aimer quelqu’un qui t’aimera inconditionnellement en retour malgré ton caractère immonde. » C’était différent d’un amour passionnel, plus fort aussi. On pouvait connaître mille amours dans sa vie, mais pas mille sœurs. La jeune femme ne supporterait pas d’autres mots tranchants et blessants. Elle avait atteint son quota ; mourir de sa main de façon violence et inhumaine, être rabaissée plus bas que terre et ne cesser de lui ouvrir son cœur et lui tendre la main quand Zoey rejetait toute tentative de Kenna d’apaiser les tensions, c’était trop. La lâche essayait de se montrer forte, mais son courage n’était pas illimité. « Tu n’as qu’un mot à dire, et je m’en vais. » conclut-elle.

avatar
<b>bavardages</b> 1506 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Kate Mara
CREDITS : lux aeterna × poeticsuccubus
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
Les monstres et les fantômes existent. Ils vivent à l`intérieur de nous, et parfois ils gagnent. × Stephen King
ALIGNEMENT : Passif


MessageSujet: Re: NOTHING'S GONNA HURT YOU BABY / ZOEY   Mer 11 Jan - 3:42
Tu l'aurais frappé qu'elle n'aurait pas eu aussi mal. La douleur serait partie, cela n'aurait plus eu d'importance. Là, durant ses insomnies, ou bien n'importe quand, lorsque son moral serait plus bas, ou juste en souvenirs qui remontent comme ça, elle va s'en souvenir, et sûrement ressentir quelque chose d'identique. En lui parlant comme ça, tu vas lui faire mal ad vitam æternam. Tu aimes bien tuer, faire du mal aux autres, mais leur parler, leur dire la vérité, tu aimes encore plus, car cela à des effets à retardement. Tu ne les vois pas, mais le savoir te suffit, parce que tu ne penses pas que l'on puisse oublier cela. Tu peux avoir la langue venimeuse, et tu aimes bien en jouer. On pourrait presque souhaiter que tu te taises, comme d'habitude. Tu n'en n'as pas assez dit, car, au lieu de partir, de te frapper, de se mettre à pleurer, ou de te pousser en-dehors de la pièce, elle se met à parler. Conversation à sens unique à propos de sujets dont tu te fiches complètement.

Ce qu'elle monologue ne fait que confirmer ce que tu penses d'elle, et confirmer que ta vie est réussie. Tout ce qu'elle te dit ne te fait pas voir les choses sous le même point de vue qu'elle. Elle continue, elle s'enfonce de plus en plus. Elle énumère ce qu'elle pourrait continuer de faire pour toi. Tout cela te dégoûte en fait. Cela se voit sur ton visage. Il y a vraiment des personnes qui aiment ça ? Peut-être qu'avant le jeu, cela aurait remué quelque chose en toi. Kenna est plusieurs mois en retard. Là, plus rien de ce genre ne peut t'atteindre. Tu es encore plus froide qu'avant. À part de l'ennui quand à l'entendre parler, tu ne ressens rien d'autre. Qu'elle parle de ta mort ne t'effraie pas, tu t'en fiches bien de ne pas être retrouvée. Tu vas être morte, tu ne vas plus rien ressentir, tu ne vas plus être là. Il y a vraiment des personnes qui s'inquiètent de ça ?  Puis, elle termine, enfin. Avec un... dilemme ? Quoi ? « Je me sens pas seule. » Il y a une différence entre être seule de manière volontaire et de manière involontaire. Ça ne te pèse pas du tout. Tu ne pleures pas la nuit car personne ne veut de toi. Tu ne veux de personne et tu ne voudrais pas que cela arrive.

« Bye. » fut dit, tout simplement. Si elle ne comprend pas le message, tu vas y montrer la porte. Ou la fenêtre, tu ne sais pas encore vraiment. Sûrement le chemin qui va te causer le moins de problèmes par la suite. La porte. Car, malgré l'ambiance en ville en ce moment, tu ne penses pas que quelqu'un volant à partir d'une fenêtre passe inaperçu niveau crime.










    I'm bored, of quality × I'm tired of keeping disciplined × I'm sweltering, the heat is too much for me × Producing this shit is pure vanity × I got a frostbite in my frontal labe × I got no empathy, no sensitivity
    Spoiler:
     


Invité
Invité


MessageSujet: Re: NOTHING'S GONNA HURT YOU BABY / ZOEY   Jeu 12 Jan - 0:16
nothing's gonna hurt your baby
zoey & kenna

Bye. Un simple « bye » qui mit fin à une conversation – à une relation même. Kenna se mordit la lèvre et acquiesça doucement, résolue à ne pas lutter davantage. Ces mois entiers passés chez sa sœur se soldaient par un échec lamentable auquel elle aurait dû être préparée. Mais ce n’était pas le cas, Zoey la foutait dehors et Kenna n’avait nulle part où aller. « Laisse-moi cinq minutes le temps d’emballer mes affaires, et je m’en vais. » De toute façon, Zoey avait presque tout déblayé par la fenêtre, aussi ne s’attarderait-elle pas. Kenna attrapa son maigre sac de voyages dans lequel elle fourra vêtements et sous-vêtements – du moins ce qui lui restait – ainsi que quelques affaires disséminées dans la chambre qui avait été sienne pendant près d’un an. Elle n’avait pas mal, n’était pas triste non plus ; elle se sentait à la fois vide et lourde, maladroite et titubante. Elle venait d’encaisser un sacré coup et devait y faire face dignement, quand bien même elle avait envie de se jeter sur sa sœur et lui hurler dessus. Lui hurler dessus qu’elle n’avait pas le droit de la jeter dehors maintenant, sans rien, par les temps qui couraient. Mais que pouvait-elle faire, à part capituler et quitter les lieux ? La brune enfila son manteau et ses chaussures, balança fièrement son sac sur le dos et se dirigea vers les pièces communes où elle jeta un bref coup d’œil en direction de sa sœur. « Merci de m’avoir hébergée. » lança-t-elle en se détournant d’elle immédiatement, de peur de perdre son sang-froid s’il lui fallait prononcer un mot de plus. Sans un regard en arrière, Kenna quitta l’appartement, sourire amusé aux lèvres. Obligée de quitter l’appartement dans la précipitation pour voir ce que faisait sa sœur, Kenna avait laissé le four allumé et une épaisse fumée noire se formait déjà à l’intérieur. Zoey passerait un sale moment en l’ouvrant pour s’en débarrasser. L’idée que l’odeur de brûlé réside dans l’appartement en guise d’adieu fut son seul réconfort, tandis qu’elle descendait les marches d’un pas résigné, avec pour seul ami son téléphone portable. Et maintenant, qu’était-elle censée faire ? Ou aller ? Elle se rendit compte avec stupéfaction que ceux qu’elle appelait « amis » n’étaient en fait que des connaissances du DARWIN’S GAME et qu’ici, dehors, elle n’avait plus personne. Elle se retrouva sur les pavés de Chicago à ramasser quelques vêtements qui n’avaient pas été emportés par le vent, la boule au ventre et les larmes lui piquant les yeux.

Spoiler:
 


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: NOTHING'S GONNA HURT YOU BABY / ZOEY   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM