Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 ANGRY HEARTS / CHARLES
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 1155 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : EMILIA CLARKE.
CREDITS : @LUX AETERNA (AVATAR), PERSEPHONE (SIGN).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg active, milicienne (rôle: bédivère)


MessageSujet: ANGRY HEARTS / CHARLES   Mar 15 Nov - 21:40
ANGRY HEARTS
charles & tania

Lorsqu'ils travaillaient, Charles et Tania échangeaient très peu. Premièrement parce que Charles était peu loquace de nature, et deuxièmement parce que tous deux étaient extrêmement consciencieux, à moins que leurs pensées voguent hypocrytement vers le DARWIN'S GAME ou, dans le cas de Tania, vers Charles assis à son bureau. Or aujourd'hui, il régnait un silence de mort dans la pièce, plus oppressant que relaxant. Tania n'avait presque pas dormi la nuit précédente, et pas seulement parce qu'elle avait consacré 60% de son temps au jeu non, elle était tellement anxieuse que fermer l'oeil était impossible. Elle avait l'impression de communiquer son stress qui emplissait la pièce et la poussait clairement à fuir toute tentative de Charles d'établir la communication depuis trois heures. Quand 12:00 apparut en bas de l'écran de son ordinateur, signe qu'il était l'heure de la pause (qu'elle ne prenait pas souvent pour autant), la brune se leva à la hâte et lança un bref « je vais chercher à manger ! » et quitta la pièce sans lui laisser le temps de répondre.

 « Thé latté et plat à emporter qui vient de l'indien du coin de la rue. » souffla-t-elle timidement en déposant le sac plastique et le mug de thé sur le bureau de Charles qui n'avait pas bougé d'un centimètre depuis qu'elle avait quitté la pièce, trente minutes plus tôt. Tania tira une chaise pour s'asseoir à califourchon dessus, de l'autre côté du bureau. Elle déballa ses sushis – la seule chose qui provoquait encore en elle un plaisir pur et dur – et son café, et fourra le premier maki dans sa bouche en silence. Finalement, elle décida de le rompre, ayant attendu ce moment toute la matinée :  « Dis, euh ... » Il fallait que ça sorte. Tania avait répété son discours la moitié de la nuit, celle accordée à sa réflexion et non au jeu. Ses joues étaient écarlates, sa voix mal assurée et son cœur tambourinait dans sa poitrine. On aurait dit qu'elle s'apprêtait à avouer un crime ou le demander en mariage, mais sa question était d'un autre ordre. Elle but une gorgée de café pour faire passer la pilule et grimaça au mélange sushi/café, avant de continuer :  « Je me demandais ce que tu pensais de cette histoire de Milice. Comme ton frère en fait partie, tu sais, j'étais curieuse. » Mal à l'aise et au bord de la suffocation, la brune tira sur son col roulé noir pour tenter de se rafraîchir un peu. Elle abdiqua à l'idée de soutenir son regard inquisiteur et se replongea dans sa nourriture japonaise, parfaite pour s'occuper en attendant sa réponse. Malheureusement pour elle, sa main trembla et son sushi retomba avant d'attendre sa bouche. C'était définitivement le signe que quelque chose clochait. Tania était plus adroite avec ses baguettes qu'avec n'importe quoi d'autre, en règle générale. Pourquoi avait-elle si peur ? C'était idiot.  « Disons surtout que … Je me demandais si ... dans l'optique où j'en faisais peut-être éventuellement malencontreusement partie aussi, tu me détesterais ou non. » Courageusement, Tania releva ses yeux bleus vers les siens pour croiser son regard.  « Mais c'est uniquement de l'ordre de l'hypothèse, hein ! » précisa-t-elle, même si elle venait clairement de se griller en abordant un tel sujet. Il était le premier à qui elle confessait sa double-vie, et bientôt le monde entier le saurait. Elle avait simplement souhaité en parler à Charles pour qu'il ne l'apprenne pas en même temps que les autres. De cette manière, peut-être lui en voudrait-il un peu moins. Peut-être. Mais s'il décidait de la rejeter … De la virer, de couper les ponts, de la dénoncer, elle ne savait pas comment elle était censée réagir. Son regard se fit doucement anxieux, désespéré, suppliant même.




suspended motion
avatar
ARCHIMÈDE
<b>bavardages</b> 499 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Ben Whishaw
CREDITS : scarred euphoria (av); alaska ♥ (sign)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Milice (Tristan)


MessageSujet: Re: ANGRY HEARTS / CHARLES   Mer 16 Nov - 0:36
Le comptable lève les yeux pour observer sa secrétaire qui s’agite derrière son bureau. L’heure du midi a sonné et elle s’éclipse hors du bureau dans une excuse balancée à demi-mot sans même lui adresser le moindre regard ni lui accorder la moindre seconde pour s’exprimer. Tania agissait extrêmement étrangement depuis le début de la journée et ça le taraudait sans qu’il ne puisse trouver le courage de lui exiger des explications. Il aurait pu user de la pseudo-autorité qu’il avait sur elle pour lui soutirer des précisions, à grands coups de « la distraction c’est improductif pour la boîte », mais elle n’était pas sotte, et elle savait à tout coup comment se dérober à une situation dans laquelle elle n’était pas à l’aise. La porte claque derrière elle et Charles suit des yeux la silhouette de la jeune femme jusqu’à ne plus la voir, replongeant dans un soupir le nez dans ses chiffres et ses calculs.

Il ne voit pas le temps passer, trop happé par son travail pour entendre la porte s’ouvrir lorsque Tania daigne revenir. Les odeurs contradictoires – sucrées, salées, épicées – parviennent à ses narines en même temps que la voix de la jeune femme s’élève dans la pièce. Charles relève la tête, constatant le repas que la demoiselle lui avait apporté. En plein dans ses cordes – soit il était prévisible, soit Tania était du genre à enregistrer ce genre de détails. Dans tous les cas, ça prouvait, quelque part, qu’elle le connaissait mieux que ce qu’il aurait imaginé. « Merci, Tania », fait-il, lui décochant un sourire reconnaissant, bien que timide. Il pousse ses dossiers sur le côté de sa table de travail, faisant suffisamment de place pour qu’ils puissent tous les deux s’installer pour manger. En silence, d’abord, puis elle brise le silence dans une hésitation qui ne lui ressemble pas. Le comptable prend une gorgée de son thé alors que la brune déballe son interrogation, qui avait le mérite d’être pertinente. C’était dans de tels moments qu’il était content d’avoir un grand bureau coupé du reste du service.

Il pose sa tasse de thé, non sans darder un regard inquisiteur sur le visage de la demoiselle, qui se refuse à le regarder en retour. Quelque chose se trame; il ne sait pas quoi, mais il sent que quelque chose pèse sur le cœur de Tania. « Mon frère est assez vieux pour savoir dans quoi il s’embarque. Il est porté par ses convictions depuis toujours, je peux pas dire que ça m’étonne réellement », fait-il simplement en déballant lentement le paquet déposé devant lui. Les effluves d’épices orientales ne tardent pas à embaumer la pièce. Tania poursuit dans l’hypothèse, dans une question à laquelle Charles ne s’attendait pas, mais qui n’a pas le mérite de lui arracher autre chose qu’un sourcil arqué. Il n’a pas besoin d’en entendre plus pour comprendre que la brune cherche son approbation – l’assurance qu’il ne sortira pas de ses gonds si elle devait lui annoncer son appartenance au même groupe que Roy. Il reste silencieux alors que le regard azuré de la jeune femme passe toute une gamme d’émotions, ne sachant pas de quel angle aborder sa réponse. « Tania… » commence-t-il, comme pour se donner le courage de continuer. Il ose même tendre sa main vers celle de la secrétaire pour saisir ses doigts fins, peu soucieux de voir quelqu’un entrer dans son bureau à cette heure. « C’est juste dommage qu’Avalon soit plus loin que le chantier naval depuis mon QG. Faudrait pas que j’aie la flemme d’aller vous voir. » Il ne réprime plus un petit sourire amusé, espérant que sa réponse rassurerait la brune. Il ignorait encore, comme tout le monde, comment cette histoire de milice évoluerait, mais il n’était pas contre l’idée de savoir Tania en sécurité sur l’île, avec son frère et le reste des miliciens.

Il laisse à regret les doigts de la jeune femme pour attraper ses ustensiles, entamant son repas pendant qu’il est chaud. « C’était pour m’amadouer, tout ça. Avoue. » Son sourire s’étire, espiègle, alors qu’il avale une bouchée sans la moindre hésitation. Ça n’était pas anormal de la part de Tania de partager un repas avec lui, mais il constatait aisément qu’elle avait pris la peine de choisir de quoi lui faire plaisir. Ça le touchait, indéniablement.



i forget where we were
hello love, my invincible friend; hello love, the thistle and the burr. hello love, for you i have so many words... but i forget where we were › ©️ alaska.  

avatar
<b>bavardages</b> 1155 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : EMILIA CLARKE.
CREDITS : @LUX AETERNA (AVATAR), PERSEPHONE (SIGN).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg active, milicienne (rôle: bédivère)


MessageSujet: Re: ANGRY HEARTS / CHARLES   Dim 27 Nov - 23:25
ANGRY HEARTS
charles & tania

Tania retint un soupir de soulagement quand Charles lia ses doigts aux siens. Ainsi, il ne la rejetait pas. Le soulagement était tel qu’elle aurait pu en pleurer, si la conversation actuelle tirait à sa fin. Mais Tania avait encore des choses à dire, et il fallait qu’elle reste forte. Un sourire amusé se dessina à son tour sur ses lèvres et elle acquiesça lentement. Inutile de mentir, bien sûr que c’était pour l’amadouer.  « Vu la haine que portent certains joueurs aux Miliciens, j’ai préféré arrondir les angles avant d’aborder le sujet, au cas où. Même si j’étais certaine que tu serais plus ouvert sur la question que bien d’autres. » Que pouvait-il y faire, de toute façon ? La plupart de ses proches en faisaient partie, désormais. A part couper les ponts avec Roy et Tania, Charles ne pouvait pas faire grand-chose.  « Je suis tellement soulagée ! J’avais peur que tu me rejettes. » Un sourire béat, presque niais, éclaira son visage pâlichon.

Et puis, sa nature presque bipolaire reprenant le dessus, elle recouvra son sérieux et un silence religieux. Elle le laissa manger tranquillement quelques minutes, pataugeant elle aussi dans sa box à sushi qu’elle peinait à manger. La brune, rongée par l’angoisse, n’avait plus si faim finalement.  « A vrai dire, ce n’est pas tout. » finit-elle par lâcher en tournant sur sa chaise de bureau comme une enfant de dix ans, avant de reprendre son sérieux, puisque la situation l’exigeait. Tania replaça une mèche de cheveux derrière son oreille et planta son regard azur dans celui de Charles, dont elle avait à nouveau toute l’attention.  « Tu te souviens quand tu as renversé ton café la dernière fois et changé de chemise ici … J’ai euh, j’ai vu ton tatouage. » Le tatouage du nombre de vies restantes était respecté comme un précieux trésor. Aux yeux de Tania, il s’agissait d’une chose intime, à laquelle elle portait une admiration quasi-divine. Ce fut sûrement pour cette raison que ça lui parut étrange de dire les choses ainsi.  « Est-ce que tu comptais me dire qu’il te reste si peu de vies, ou tu attendais de mourir pour que je le découvre ? » lança-t-elle finalement, bien plus froidement qu’elle ne l’aurait voulu. Whitehill tenta de sourire, mais sa mimique se mua en une affreuse grimace. Rien à voir avec le sourire niais d’une femme amoureuse qu’elle avait pu esquisser quelques minutes plus tôt. Tania était parfois dure à suivre, mais se laissait porter par ses sentiments comme ils venaient, sans chercher à cacher quoi que ce soit. Depuis le décès de son mari, elle avait décidé de ne plus faire semblant. D’être elle-même, et qu’on l’aimerait pour ça. Ou pas. Mais elle arrêterait de souffrir à force de tout garder pour elle et prendre les coups. Sans lui laisser le temps de répondre, elle enchaîna :  « Je ne sais pas si tu n’as rien dit parce que tu ne trouvais pas la bonne façon de le faire, ou par pudeur, ou parce que tu n’as pas suffisamment confiance en moi, mais … Tu n’as pas le droit de me faire tomber amoureuse de toi peu à peu comme tu le fais - consciemment ou non - si c’est pour me cacher que tu es plus près de la mort que de la vie, et m’abandonner seule dans ce monde. » Les larmes lui montèrent aux yeux. La jeune femme fronça les sourcils pour tenter de les retenir courageusement et tourna la tête pour ne plus avoir à regarder Charles. Sa réponse l’effrayait tout autant que la première. Elle venait clairement d’avouer ses sentiments, ce qu’elle aurait préféré faire dans d’autres circonstances. Sa colère était sincère, si forte qu’elle paraissait tangible. Charles connaissait pourtant son histoire, le décès de son mari et son fils à cause du DARWIN’S GAME. Alors comment avait-il osé lui cacher une telle chose ? Pour la protéger, peut-être. Ou parce que lui ne l’aimait pas comme elle l’aimait. Le sentiment d’amour qui naissait dans sa poitrine n’était peut-être pas réciproque. Le fait que Charles se soit contenté de l’embrasser et n’ait rien tenté d’autre était, par ailleurs, assez évocateur. Tania serait vite fixée sur la situation, de toute façon. Mieux valait qu’elle sache maintenant si elle s’était faite des idées ou non sur la nature de leur relation.




suspended motion
avatar
ARCHIMÈDE
<b>bavardages</b> 499 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Ben Whishaw
CREDITS : scarred euphoria (av); alaska ♥ (sign)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Milice (Tristan)


MessageSujet: Re: ANGRY HEARTS / CHARLES   Lun 5 Déc - 22:03
Si l’inquiétude de Tania était compréhensible, Charles aurait préféré qu’elle ne s’en fasse pas autant avec tout ça. Partisan du « vivre et laisser vivre », il n’avait pas fait d’histoire à la révélation-surprise de son frère et n’en ferait pas non plus maintenant que la jeune femme lui admettait faire elle aussi partie de la milice. Au moins, maintenant, tout était mis au clair, et ils pouvaient reprendre leurs activités normales. Il marque d’un petit sourire ce qu’il croit être la fin de cette histoire, amusé par les moyens qu’avait pris Tania pour s’assurer une réception positive de son aveu. Il a à peine le temps d’avaler une autre bouchée que le silence est à nouveau brisé, cette fois lorsque l’assistante admet avoir entrevu le tatouage du brun. Ils étaient tous deux au courant de leur inscription mutuelle au jeu – ils avaient échangé leur premier regard sous la neige, dans la forêt. Le hasard avait fait son œuvre en la menant jusqu’au bureau de Charles, et il avait déjoué la logique pour faire en sorte qu’elle reste. Le problème, dans ce cas précis, n’était pas le tatouage, mais le chiffre morbide qui tachait la peau pâle du comptable. Il pince les lèvres, pris d’une bouffée de chaleur causée par le stress, comme un voleur pris la main dans le sac.

Il a fini par s’habituer aux changements d’attitude lunatiques de Tania, mais le chavirement soudain de la discussion le déstabilise. Il tripote nerveusement sa cravate, évitant soigneusement de croiser le regard de la jeune femme, préférant tremper ses lèvres dans une tasse de thé qu’il porte à ses lèvres d’un mouvement incertain. « Tan… » entame-t-il, pour se faire aussitôt couper sans cérémonie. Il ne proteste pas – elle a quelque chose à dire et il compte l’écouter, même si chaque syllabe le fait se sentir de plus en plus mal à l’aise. À vrai dire, il aurait voulu pouvoir le faire. Il aurait tellement aimé trouver le courage de parler avec elle de ce genre de chose, sans jamais y parvenir, qu’il s’en mordait d’autant plus les doigts. Malhonnêteté par omission ou crainte pure et simple, il n’en restait pas moins qu’il avait lui avait caché quelque chose d’important. Ce qui parvient à lui faire relever le regard, c’est toutefois l’admission transie de la brune. Amoureuse? Les iris d’émeraude de l’homme s’éclairent d’une surprise sincère, d’une incrédulité que Tania n’aurait aucun mal à déceler ni à interpréter. Il ne pouvait guère nier qu’il s’était attaché à son assistante plus qu’il était raisonnable. Il avait été fasciné par la blondeur glaciale de la crinière de Zilke pour finalement s’éprendre de la vive intelligence et la débrouillardise à toute épreuve de Tania. De là à imaginer que tout cela aurait pu être réciproque… Il en perdait ses mots. Dès leur première rencontre, elle avait été charmeuse, usant sans gêne de ses charmes pour obtenir ce qu’elle voulait. Pour Charles, il était évident qu’il s’agissait de la nature de la brune, et il n’avait jamais songé que cette habitude puisse camoufler quelque intérêt à son égard.

Ou alors il était simplement aveugle, naïf, ce qui semblait le plus probable.

Il ne reprend conscience de l’environnement dans lequel il est qu’une poignée de secondes plus tard, alors qu’il aperçoit la jeune femme détourner un regard rempli de larmes. Félicitations, Charles, t’as réussi à la faire pleurer, qu’il se maudit alors qu’il se lève, contournant le bureau pour rejoindre son interlocutrice, de l’autre côté. Il pose un genou à terre, une main sur la cuisse de la demoiselle, l’autre allant instinctivement sécher les larmes qui roulaient sur ses joues pâles. « Je voulais pas t’inquiéter, Tania », qu’il se justifie, la voix douce, cherchant à croiser le regard humide de la jeune femme. « C’est sous contrôle. Ça remontera, ok? Je te le promets. » La menace des zombies évaporée aussi rapidement qu’elle était apparue, son compte s’était stabilisé immédiatement. Il ose un sourire qui se veut rassurant. Il ne sait pas comment faire se tarir les larmes qu’il a causées, mais il est prêt à tout pour revoir un sourire sur le visage de Tania. Il dégage d’un geste tendre les cheveux qui sont tombés devant les yeux de la demoiselle. « Allez, regarde-moi. Fais pas cette tête alors que moi j’ai envie de sourire. » Ses lèvres s’étirent doucement; il réalise soudainement qu’il venait d’entendre des mots auxquels il ne se serait jamais attendu, même s’ils avaient été forcés par une situation qui frôlait le drame. Il oublie momentanément qu’ils sont au travail, entièrement obnubilé par la situation, l’euphorie naissante dans sa poitrine calmée par les yeux rougis de la demoiselle. Il n’avait pas voulu presser les choses, précipiter quelque démonstration d’affection – sinon un chaste baiser – alors qu’il savait Tania encore rongée par le souvenir de son défunt mari, d’une famille qu’on lui avait arrachée trop tôt. « Je m’en veux Tania. J’aurais dû être plus franc avec toi. J’ai voulu t’épargner, mais ça n’était pas la bonne solution. » Il laisse s’échapper un soupir navré.



i forget where we were
hello love, my invincible friend; hello love, the thistle and the burr. hello love, for you i have so many words... but i forget where we were › ©️ alaska.  

avatar
<b>bavardages</b> 1155 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : EMILIA CLARKE.
CREDITS : @LUX AETERNA (AVATAR), PERSEPHONE (SIGN).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg active, milicienne (rôle: bédivère)


MessageSujet: Re: ANGRY HEARTS / CHARLES   Dim 11 Déc - 11:54
ANGRY HEARTS
charles & tania

Tania renifla bruyamment et posa un regard étonné sur Charles qui s’agenouillait devant elle. C’était son tour à lui de la surprendre, et elle afficha la même surprise que lui quelques secondes plus tôt, lors d’aveux proférés trop tôt. Lèvres pincées, la brune posa sa main sur la sienne et acquiesça doucement. « Je te fais confiance. » lança-t-elle d’une voix fluette, mi-amusée, mi-grimaçante. Elle voulait bien croire que Charles allait faire en sorte de récupérer ses précieuses vies trop rapidement perdues et se remettre. Il avait plutôt intérêt à tenir parole. Mais tout ne dépendait malheureusement pas que de lui, et si elle avait confiance en Charles, elle avait moins confiance en le reste de l’humanité. « Il faut qu’on soit honnêtes l’un avec l’autre. J’ai trop souffert des mensonges par le passé. Je préfère une vérité qui blesse qu’un mensonge qui détruit. » Tania leva la main vers son visage pour caresser sa joue tendrement, tandis que ses lèvres s’étiraient en un sourire affectueux réclamé quelques secondes plutôt par Charles. La brune inspira une grande bouffée d’air et essuya de sa main libre les dernières larmes qui coulaient sur ses propres joues. Pas la peine de gâcher un tel instant avec des larmes. « C’est bon. C’est moi qui suis désolée d’avoir pleuré, c’était puéril. » Tania ne pleurait pas facilement. Elle avait plus de force en elle que ne le laissait présager son apparence fluette, un peu naïve parfois lorsqu’elle souriait.

Le silence se réinstalla entre eux. Son cœur s’emballa lentement en croisant son regard clair, puis en observant sa bouche à laquelle elle n’avait eu le loisir de goûter qu’une fois. Courageusement, Tania se pencha vers lui – profitant de la hauteur qu’elle avait sur lui – avant de déposer ses lèvres sur les siennes. C’était à la fois doux, sincère, révélateur de sa tendresse à son égard mais également d’un désir naissant qu’elle n’avait pas spécialement envie de réfréner. Ses doigts glissèrent sur sa nuque puis dans ses cheveux bruns et, sans prévenir, Tania se laissa glisser sur Charles qu’elle fit basculer en arrière sur le sol du bureau. Tania s’assit à califourchon sur lui en riant, comme une adolescente. Il n’y avait certainement pas de quoi rire, mais la situation était plutôt cocasse. Quel était le pourcentage de chance qu’elle agisse ainsi après une telle conversation, et surtout sur le sol du bureau de Charles Jaeger ? Rien n’avait été planifié, Tania en était aussi étonnée que lui cette fois encore. Mais ce n’était pas désagréable. « On devrait peut-être se remettre au travail. » suggéra-t-elle, sourire complice aux lèvres. Elle n’avait aucune envie de se remettre au travail, là, tout de suite. La jeune femme chercha une forme d’accord dans son regard et se pencha à nouveau vers lui, bras appuyés de chaque côté de sa tête, avant de l’embrasser à nouveau avec beaucoup moins de tendresse cette fois. Plus de passion, plus de désespoir. Charles la désirait-il ? Etait-ce par respect – ce qu’elle saluait bien sûr – ou par manque de désir qu’il n’avait jamais rien tenté avec elle, pas même la nuit qu’ils avaient partagée à la Cabane d’Hener ? Sûrement devrait-elle s’en vouloir, elle, d’avoir envie de lui alors que son mari et son fils étaient morts il y a à peine plus d’un an. Mais elle s’en fichait. Pas de son fils, de son mari. Ca faisait des années qu’elle n’avait pas ressenti un tel bien être en compagnie d’un homme. « On a encore une pile de dossiers dont il faut s’occuper avant ce soir ... » souffla-t-elle contre ses lèvres. Pour une fois, Tania voulait l’entendre dire que ça passerait après. Qu’aujourd’hui, juste aujourd’hui, le travail passerait au second plan et ils prendraient du temps pour eux.





suspended motion
avatar
ARCHIMÈDE
<b>bavardages</b> 499 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Ben Whishaw
CREDITS : scarred euphoria (av); alaska ♥ (sign)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Milice (Tristan)


MessageSujet: Re: ANGRY HEARTS / CHARLES   Ven 6 Jan - 5:04
Il ne trouve pas le courage de continuer à s’excuser. D’une part, il savait que Tania devait sûrement comprendre son dilemme mieux que quiconque. De l’autre, il ne voulait pas continuer à envenimer la situation en ressassant inutilement ce qui était arrivé. Charles ne fait qu’acquiescer aux paroles de la brune, fasciné par sa résilience, par sa force de caractère. Le contact de ses doigts sur la peau douce de la jeune femme le revigore malgré les larmes qui s’estompent lentement, pour ne devenir qu’un souvenir. Elle semble vouloir se ressaisir alors même qu’il ne lui met aucune pression; mais là réside également la force brute de Tania, derrière une façade que d’aucuns pourraient considérer naïve, voire vaguement sotte, mais qu’il a rapidement cernée comme étant plutôt un écran de protection entre elle et un monde hostile qui semblait s’acharner sur elle.

Il accueille le baiser non sans surprise, mais aussi avec une certaine excitation, qui se manifeste par un nœud équivoque dans son estomac. La position dans laquelle ils se retrouvent n’a rien d’innocent, et pourtant, les voilà tous les deux à ricaner comme des adolescents sans le moindre souci. Il pose doucement ses mains sur la taille de la jeune femme, mais non pas pour l’inciter à se relever, cherchant plutôt à faire durer le moment, ne serait-ce qu’un instant. La proposition de Tania lui arrache un haussement de sourcil perplexe, aussitôt accompagné par un sourire gentiment moqueur. Ni lui ni elle n’avaient la moindre envie de retourner à leurs occupations désignées, préférant même délaisser leur repas sur le bureau sans même y repenser. Les doigts de sa dextre s’emmêlent dans les longs cheveux de la secrétaire lorsqu’elle se rapproche une nouvelle fois, alors que sa main gauche se pose sur son dos, descendant dangereusement lentement jusqu’à sa hanche.

Quelque part, il se sent coupable de poser ses mains sur une femme qui était encore mariée et heureuse à peine un an plus tôt. D’un autre côté, il fait confiance à Tania quant à la vitesse à laquelle elle se sent prête à se remettre sur les rails; à profiter d’une vie normale, et à tenter d’enterrer cette triste époque de sa vie. Et s’il peut l’aider, alors tant mieux. « Laisse tomber les dossiers jusqu’à demain », insiste-t-il, posant le bout de son nez contre celui de la brune. Dans un murmure, il brise la réputation qu’il s’était faite au fil du temps – celle d’un employé plus que sérieux, à cheval sur ses principes et les politiques de l’entreprise qui l’employait. C’est dans le jeu qu’il avait dû apprendre à sortir de sa zone de confort, en étant contraint de prendre les rênes lorsque Isaÿr était absente. Il sentait de plus en plus qu’à travers tous les aspects négatifs qu’avaient le jeu sur lui – l’angoisse décuplée, la fatigue, la dépendance – ressortait un peu de positif, notamment cet aspect de lui qu’il n’aurait jamais soupçonné.

Il se redresse, incitant Tania à se relever avant de faire la même chose, à contrecœur. Il ajuste, par réflexe, sa chemise et sa cravate, jetant un coup d’œil pressé au veston reposant sagement sur sa chaise. « Sortons. Un peu d’air fera du bien. » L’euphémisme, Charles le savait, serait bien compris de la jeune femme. Il n’avait pas spécialement l’intention de revenir au travail une fois l’heure du déjeuner passée, quitte à régler les quelques urgences sur son téléphone lors d’un temps mort. Il attrape ses affaires, attendant que Tania fasse la même chose, avant de quitter le bureau prestement. Personne ne relève même le nez alors qu’ils passent devant d’innombrables cubicules; il ne serait même pas étonnant que certains soient, en ce moment, connectés à Darwin’s Game. Or, pour l’instant, et pour la première fois depuis fort longtemps, Charles a la tête entièrement ailleurs, loin des conflits qui faisaient rage dans ce monde virtuel. [...] Il ne suffit que d’un coin de rue pour que Charles abandonne sa crainte de se faire prendre par un collègue. Les jugeant suffisamment éloignés de leur lieu de travail, il attrape doucement la main de Tania dans la sienne, serrant tendrement ses doigts fins. « Je pense que c’est la première fois que je sèche », admet-il dans un petit rire. Autant à l’école qu’au travail, s’il manquait une journée, c’était parce qu’il était pratiquement à l’article de la mort. « Je fête ça en bonne compagnie. » Un léger sourire s’imprime sur ses lèvres alors qu’il décoche un regard espiègle à Tania. « Qu’est-ce qui te plairait, alors? Ça sera toujours plus intéressant que nos habituels après-midi, de toute manière. »



i forget where we were
hello love, my invincible friend; hello love, the thistle and the burr. hello love, for you i have so many words... but i forget where we were › ©️ alaska.  

avatar
<b>bavardages</b> 1155 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : EMILIA CLARKE.
CREDITS : @LUX AETERNA (AVATAR), PERSEPHONE (SIGN).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg active, milicienne (rôle: bédivère)


MessageSujet: Re: ANGRY HEARTS / CHARLES   Mer 8 Mar - 11:39
ANGRY HEARTS
charles & tania

Tania acquiesça en se relevant à son tour. Elle passa ses mains sur ses vêtements pour tenter de les défroisser un peu et leur donner un semblant de sérieux. Or, en cet instant, elle avait tout sauf envie d’être sérieuse. Un sourire persistait sur ses lèvres qu’elle n’arrivait pas à faire disparaître malgré tous les efforts du monde. Ce fut d’un pas plus humble pourtant qu’elle le suivit à l’extérieur, pour ne pas attirer l’attention de leurs collègues – avant de comprendre que tout le monde s’en fichait éperdument. Ils n’étaient plus dans un monde où les cancans de bureau allaient bon train. Ce monde-là n’existait plus. Leur monde, c’était DARWIN’S GAME maintenant. Elle laissa courir ses doigts sur une prise en passant près d’un bureau où l’un des employés était clairement en train de jouer et hésita un instant à débrancher l’ordinateur pour le sortir de là ; ce qu’elle finit par faire, en pressant le pas vers la sortie pour ne pas être repérée. […]

Ses doigts s’enroulèrent autour de ceux de Charles. Sentir battre son cœur aussi vite et allègrement lui fit un bien fou. Chaque fois qu’il battait à une telle allure, ces derniers temps, c’était à cause de la peur ou la douleur. Voilà bien longtemps qu’elle n’avait pas ressenti quelque chose d’aussi doux et agréable. Ses yeux clairs se levèrent vers les siens et son sourire s’élargit. « On va devoir faire attention, je ne voudrais pas que tes parents appellent les miens pour leur dire que j’ai mauvaise influence sur toi. » Si elle le dit sur le ton de la plaisanterie, cela fit sans doute echo à ses années collège-lycée où, effectivement, ses parents avaient dû recevoir des dizaines de coups de téléphone comme celui-là. Quelle garce était-elle en ce temps, pour aller jusqu’à pousser une pauvre fille à l’anorexie ! Rien que d’y penser, Tania frissonna de dégoût. Heureusement, elle n’était plus cette fille sûre d’elle et sans cœur qui ne pensait qu’aux médailles olympiques et à la gloire mondiale. La jeune femme s’arrêta un instant et regarda autour d’elle dans l’espoir de trouver une idée concrète. Elle se rendit soudain compte qu’elle aussi avait oublié ce qu’on était censé faire lors d’un rendez-vous. Surement parce qu’elle n’en n’avait pas eu depuis des années, et aussi parce le DARWIN’S GAME lui faisait oublier le monde d’avant. « Allons quelque part où personne n’essaiera de nous tirer dessus, ni ne tentera de nous séquestrer, là où on n’aura à tuer personne pour s’en sortir. » dit-elle en riant à moitié, nerveuse. Le souvenir de la prise d’otage était encore bien présente dans son esprit et la réveillait toujours la nuit. « Ah, et puis, c’est intéressant de travailler avec toi Charles. Tu es un homme brillant et je suis ravie d’avoir ce poste à tes côtés, même si ça signifie rester enfermée dans un bureau tout l’après-midi. » Elle se hissa difficilement sur la pointe des pieds pour planter un baiser sur sa joue.

Spoiler:
 





suspended motion

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ANGRY HEARTS / CHARLES   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM