Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 War of hearts (Mera)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: War of hearts (Mera)   Dim 20 Nov - 18:19


"War of hearts"

Parce que quand je veux aider je peux être capable de quelque chose.



Je suis désolé. Qui pouvait? Qui pouvait s'estimer désolé? Qui pouvait savoir ce que l'on ressentait? L'ordre de vie ce n'était pas comme ça. L'ordre de vie n'incluait pas le fait de récupérer la mort de son enfant. Aucun parent ne devrait survivre à son enfant. Aucun parent... Je suis désolé. Comme si ça pouvait tout changer. Des excuses. Des excuses c'est inutile. Inutile lorsque l'on est dans un état d'esprit comme celui de Rohan. Inutile. Tout est inutile. Tout maintenant a perdu de son sens, de sa couleur. Et certains pourraient crier pourquoi? Il était certainement l'homme le moins attaché à ses enfants. Et pourtant... Si Rohan n'avait jamais été là pour elle comme il le voulait, l'homme avait cherché plus récemment de faire des efforts. Il avait revu Aria et était parti de leur rencontre avec un sourire. Aussi bizarre que cela puisse paraître, les choses s'amélioraient entre eux. Entre tous. Birdwhistle avait une chance d'exister à nouveau. Et puis non. Rideau. Début de l'acte deux dans la tragi-comédie qu'était leur vie. Perte d'un personnage important. Ça donnait du rebondissement à l'histoire? Voilà. Voilà le sujet. Vous êtes d'un drôle. Le voilà le sujet, celui qui tape de plein fouet. On n'est pas dans une pièce de théâtre. Et les personnages ne sortiront pas neutres de leur dîner mondain avec un petit sourire en gardant simplement dans un coin de leur tête la mort d'une amie, d'une soeur, d'une fille...


Une larme coula sur le visage du père. Il ne la retint pas. C'était une larme parmi de nombreuses qui avaient coulées sur son visage ce soir. Nombreuses c'était gentil comme mot. La mort l'avait déjà touché une fois. Rohan avait quitté Alice plusieurs années avant sa mort. Et même si il pensait s'être détaché d'elle, jamais Rohan ne s'était attaché à quelqu'un d'autre. Jamais il n'avait partagé le coeur ou simplement une partie de lit à quelqu'un d'autre. Jamais il n'avait repartagé les sentiments de quelqu'un d'autre. Soit Alice avait été la dernière dans son coeur. Et sa mort lui en avait aussi arraché une partie... L'homme soupire, se plaint, se lamente, pleure comme un enfant. Est-ce qu'enfant un jour il avait été? Est-ce qu'il pouvait comparer avec une image qu'il avait? Chaque pensée, chaque idée ou même regard le ramenait vers son enfant qui avait perdu la vie. Les sentiments déchirés, les yeux emplis de larmes qui ne s’arrêtaient jamais, Rohan nota une nouvelle fois le téléphone posé en face de lui sonné. Mais il ne voulait pas répondre. Il ne voulait pas entendre une nouvelle fois les condoléances d'un de ses partenaires, les mots allaient vite là où il travaillait. Non Rohan ne voulait pas une nouvelle fois affronter les gens en essayant de rester fier. De toute façon sa voix trahissait tout maintenant. La sonnerie du téléphone se tue une nouvelle fois. Rohan ferma les yeux. Et le bruit, une nouvelle fois. Cette fois-ci l'homme attrapa le combiné. «Allo?» Sa voix était enrouée, comme celle d'un homme qui n'avait que trop pleurer. "C'est pour Mera." Et ça avait eu le don de tout couper. Toutes ses larmes. Alors qu'elles voulaient repartir de plus belles. Mera? Oh non s'il vous plait... "Elle... Elle ne va pas très bien" Ce qui paraissait particulièrement évident... La culpabilité devait peser sur ses épaules autant que sur celles de son père.

Alors il avait fait le déplacement. Rohan avait déjà assez délaissé ses enfants pour le faire une nouvelle fois. Son aînée était en forte mauvaise posture. Ça devenait une habitude chez les Birdwhistle... Maya et Connor. C'est comme ça qu'ils s'appelaient. Ceux qui avaient aidé Mera lorsqu'elle avait eu besoin. Ceux qui lui avait sûrement sauvé la vie maintenant. Voilà maintenant Rohan devait reprendre son rôle. Le papa. Toquant doucement à la porte, Rohan paniqua. Ce n'était pas un quartier qu'il connaissait, ce n'était pas un endroit qu'il fréquentait, ce n'était pas une situation qu'il avait l'habitude d'assumer... On ouvrit finalement la porte. L'entrebâillement assez large pour qu'on visage de jeune femme se dessine derrière. Rohan lança un sourire nerveux. Plus que nerveux. Et la jeune fille le sentit. Certainement plus qu'il ne voulait. Elle pâlit peut-être, trahir la confiance de Mera. Mera n'aurait jamais voulu décemment appelé son père à la rescousse. On le laissa entrer, Rohan hocha la tête, un remerciement silencieux. Ils n'allaient pas parler beaucoup. Ils n'en avaient pas besoin. Les pleurs de l'enfant le saisirent, tapant de plein fouet dans son petit coeur déjà fragile. Rohan baissa la tête, fermant les yeux en soupirant. On lui désigna une porte mais il secoua doucement la porte. D'abord il voulait voir l'enfant. Alors la jeune fille lui montra la cuisine. L'homme, Connor sûrement, tenait le bambin dans les bras. Encore un sourire nerveux et on lui proposa de tenir l'enfant. Rohan hocha doucement la tête avant de saisir l'enfant. Ça faisait bien longtemps qu'il n'avait pas tenu un enfant dans les bras. Pourtant bizarrement il retrouva ses vieux automatismes. Quelque chose de bien. Et puis finalement après quelques minutes Lucy arrêta de pleurer. Elle redevint silencieuse. Un petit sourire apparut sur son visage et Rohan redonna l'enfant pour aller trouver le sien. Il soupira doucement avant de pousser la porte. Mera était là. Allongée sur un matelas. Rohan fut prit d'un petit pincement de coeur et le brun s'avança peu sûr.« Mera? »

Code by Sleepy
avatar
<b>bavardages</b> 6631 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : heda debnam-carey.
CREDITS : @praimfaya (av), stilinski d'amour (gif isayr), astra (signature).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg, passive.


MessageSujet: Re: War of hearts (Mera)   Dim 27 Nov - 15:19
war of hearts
rohan & mera

Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte. Aria est morte.

Mera avait perdu la notion complète du temps. Étendue sur le matelas miteux de la chambre gentiment prêtée par Connor et Maya, elle lisait et relisait les derniers SMS d’Aria comme pour se persuade que sa sœur était encore en vie quelque part. Que tout ça n’était qu’une grossière blague de très mauvais goût, qu’elle allait rentrer à la maison saine et sauve. Sauf qu’Aria Birdwhistle était morte, que son corps avait été formellement identifié parmi les 11 victimes et qu’elle ne reviendrait jamais. Jamais. Tout était terminé. Le teint livide, les cheveux en bataille, les yeux rouges et les joues collées par les larmes, Mera fut prise d’un sanglot pour la énième fois de la journée. Maya avait jugé plus sage de récupérer Lucy des griffes de Mera et de s’en occuper elle-même, puisque sa mère remarquait à peine quand le bébé pleurait et se contentait de la nourrir et l’ignorer le reste du temps. Elle-même ne mangeait pas, ne dormait pas, écoutait à peine les mots qu’on lui adressait. Tout ce qu’elle voulait, c’était mourir aussi. C’était injuste qu’Aria y ait laissé la vie, alors que Mera pouvait toujours profiter de la sienne.

 « Mera ? » En entendant la porte s’ouvrir, Mera s’était persuadée qu’il s’agissait de Maya ou Connor qui passaient s’assurer qu’elle était toujours vivante, comme ils le faisaient à tour de rôle sans relâche depuis l’incident. Ils lui proposaient à manger, à boire, de sortir aussi. Mais Mera ne répondait jamais. Elle n’y arrivait pas. Alors ils capitulaient et réessayaient plus tard. Mais cette fois, la voix fut différente. Peu sûre d’elle, mais rassurante. Pourtant, Maya et Connor aussi la rassuraient, mais c’était différent. La jeune femme daigna enfin de se tourner lentement sur le lit pour faire face à la porte, et surtout à la personne qui venait d’entrer. Elle dévoila sa carcasse brisée à son père et sourit (ce qui paraissait d’autant plus inquiétant), avant de passer sa langue sur ses lèvres sèches.  « Tiens, bonjour papa. Quelle bonne surprise hahaha. » dit-elle dans un souffle, premiers mots faiblement prononcés depuis le choc.  « Qu’est-ce que tu fais là ? » La brune tenta de se redresser sur le lit. Totalement anémiée et épuisée, elle faisait réellement peu à voir et tituba légèrement en s’asseyant au bord du matelas. Des cernes violacées  encadraient son regard d’émeraude, ses ongles étaient rongés jusqu’au sang, et l’ensemble de son être abîmé par la douleur d’un coeur brisé et les cicatrices.  « Au fait, merci pour l’argent, on est sorties d’affaires Aria et moi. Enfin ... Pas Aria. » Un rire hystérique empreint de nervosité lui échappa sans qu’elle n’arrive à le contenir, et les larmes débordèrent à nouveau de ses yeux. Certes, l’argent avait convaincu l’ensemble de ses détracteurs de leur ficher la paix et elles s’apprêtaient enfin à vivre une existence honorable et acceptable, mais Aria ne serait plus jamais là pour y goûter. Pour avoir la paix. Une vie décente. Mera riait et pleurait en même temps, et finit par se détourner de son père sans y prêter davantage d’attention pour se recroqueviller sur elle-même pour se protéger du reste du monde. Pas une seconde elle ne se demanda comment il avait pu arriver jusque ici alors que personne ne savait où elle se trouvait, ni où était Lucy, ni ce que faisait le reste du monde. Il aurait pu s’écrouler autour d’elle qu’elle ne l’aurait même pas remarqué.



trust no kings, kings put girls in towers. trust your wings. for girls with wings will soar passed kings as they watch up from towers. (—— atticus)


Invité
Invité


MessageSujet: Re: War of hearts (Mera)   Mar 6 Déc - 23:19


"War of hearts"

Parce que quand je veux aider je peux être capable de quelque chose.




Et puis ce n'était pas le genre de choses qu'on pouvait prévoir. Ce n'est pas le genre de choses auxquelles on peut se préparer mentalement. Parce que grand dieu ça aurait pu être utile. Savoir comment réagir dans une telle situation. Certes Rohan connaissait déjà, et Mera aussi. Ils avaient déjà tous les deux perdus un être cher. Lorsque Lucy était morte ils avaient du affronter la mort chacun de leur côté. Parce qu'ils étaient tous les deux trop fiers ou trop occupés pour mettre les différents de côté et d'affronter la peine ensemble. Mais c'est bon, Rohan avait déjà assez joué le fier pour toute une vie. Il en avait marre de se cacher pour pleurer et faire passer ses différents avant ses sentiments. Il en avait marre de jouer le gars trop occupé pour pouvoir s'occuper de ses filles... De sa fille. Parce que l'autre n'était plus. Parce que c'était pour cette raison qu'il était là. Parce qu'il devait s'occuper d'elle. Merde c'était bon d'être mauvais. Fallait rester un peu fier pour elle, non? Juste de faire un effort pour sa fille. Père de merde. Rester un peu vivant en la mémoire des morts. C'était quelque chose qui marquait son esprit lorsqu'il poussa la porte de la chambre. Parce qu'il n'avait aucune idée de quoi faire pour remonter le moral de quelqu'un.

Le nom qui sort d'entre ses lèvres est bas, presque un murmure, quelque chose lâché de religieux. Son nom est religieux, il est en deuil, refuse d'heurter plus ses filles qu'il n'a su le faire. Puis il ne désire pas la brusquer, la sortir si violemment de la torpeur dans laquelle elle est si profondément installée. Il va falloir le faire, bien entendu, il va falloir sortir Mera de là. Lui faire confronter le monde avec ce trou béant qu'elle a dans la poitrine, celui qui se remettra à petit feu. Oh il va falloir, mais retarder l'inévitable à quelque chose de rassurant pour Rohan. Il ne veut pas qu'elle soit plus blessée qu'elle ne l'est déjà. Que ce soit physiquement ou mentalement. Elle ne mange pas, ne bois pas, la fatigue se lit sur ses traits. Mera ressemble à un fantôme. L'ombre de la mort. Parce que la mort n'emporte pas que la victime, mais ses proches aussi. Tout autour. « Bonjour Mera... » La détresse qu'elle dégage lui perce le coeur. Il avait espoir qu'elle ne soit pas si bas mais... Si on dirait bien... « Je suis venu pour toi Mera, pour te voir, pour te chercher. » Pas besoin de passer par quatre chemins. Mera n'est pas bête. Même une Mera brisée n'est pas bête. Et lui il n'a jamais su éviter un problème. Enfin, depuis peu. Il ne va pas la laisser s'auto détruite comme ça. Parce que Rohan sait ce que ça fait. Parce que même la mort D'Alice l'a retourné. Parce que même si il n'exteriorise pas, à l'intérieur il cri sa peine et sa culpabilité. Et Mera aussi doit crier. Silencieusement. « Je sais Mera... Je sais. Tu as fais ce que tu as pu tu sais, tu as essayé de la sortir de là. » La déculpabiliser. C'était ce qu'il y avait de mieux à faire... La maintenir à flot. Même si ça fait de longs jours qu'elle est en apnée à des profondeurs incalculables, il est temps de la sortir de là. Sortir une personne de son enfer personnel. Parce qu'ici c'est un enfer personnel partagé. Parce qu'il faut faire avec. Éviter de vomir cette culpabilité qui ronge les tripes mais aussi l'esprit et le moral. Mais ce qu'il voit, ce que Rohan voit... Elle se referme, détourne la tête, refuse de le voir, refuse d'affronter le monde, elle retrouve ses idées noires contre son mur. Le père se mord la lèvre. Il a mal pour elle. Il a mal tout court. Il aimerait beaucoup de choses pour elle. Il aimerait que tout s'améliore. Ou que rien ne soit arrivé. Rêve enfantin, rêve irréalisable... « Mera, regarde moi... » Il pose une main sur son bras, une petite pression pour la ramener dans le monde, l'horreur du monde.

Code by Sleepy
avatar
<b>bavardages</b> 6631 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : heda debnam-carey.
CREDITS : @praimfaya (av), stilinski d'amour (gif isayr), astra (signature).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : anti-dg, passive.


MessageSujet: Re: War of hearts (Mera)   Dim 1 Jan - 2:36
war of hearts
rohan & mera

La voix de son père était douce et rassurante. Les membres de Mera se détendirent doucement, ainsi que les battements affolés de son cœur. Elle daigna lui obéir et se retourner vers lui pour le regarder, et même se redresser quelques instant plus tard. Après tout, si Rohan Birdwhistle avait traîné sa carcasse jusque ici pour la sortir de l’état de détresse dans lequel elle se noyait, elle n’allait pas le repousser. Pas cette fois. « Tu n’as pas à avoir pitié de moi ou essayer de te donner bonne conscience, tu sais. » souffla-t-elle sans méchanceté. « Tu n’as pas à m’emmener si tu ne veux pas de ma présence dans ta vie. Surtout maintenant qu’il y a Lucy. » Elle observa sa réaction de ses yeux d’émeraude, lèvres pincées. Etrangement, la perspective de vivre chez lui était tout sauf désagréable. Terrifiante peut-être, mais pas déplaisante. Et puis, pour la première fois depuis le choc, Mera réalisa que le monde continuait de tourner, et qu’elle ne se souvenait pas avoir serré Lucy dans ses bras récemment, et qu’elle n’était pas la seule à souffrir. Elle laissa couler les larmes sur ses joues sans chercher à les essuyer. Tout un tas de sentiments se mêlaient à ses larmes ; la douleur, le soulagement, l’amour, l’incertitude, le réconfort, le besoin d’être protégée de son père. La jeune femme tendit la main vers la joue l’homme pour la caresser timidement, du bout des doigts. Elle le sentait fragile. Blessé. Il n’avait plus rien d’hypocrite en cet instant, Rohan était d’une sincérité touchante. Surement plus humain que jamais aux yeux de sa fille, vulnérable aussi. Mera aurait aimé sourire pour le réconforter aussi, mais n’y parvint pas. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était déblatérer quelques banalités – parce qu’au fond elle ne connaissait pas assez son père pour savoir comment le toucher et parvenir jusqu’à son cœur. « Je ne devrais pas me montrer égoïste, toi aussi tu as perdu Aria. Pardonne-moi. » La brune retira lentement sa main pour entourer ses genoux relevés contre sa poitrine de ses bras. Peut-être que partager sa douleur avec l’une des dernières personnes qui pouvait à peu près comprendre ce qu’elle ressentait rendrait les choses moins pénibles. Si seulement c’était possible d’avoir moins mal qu’en cet instant. « Je crois que … J’aimerais bien vivre avec toi. Ce serait bien. » avoua-t-elle, tandis que ses joues pâles comme la mort tournaient à l’écarlate. C’était comme un je t’aime. C’était sûrement la chose la plus gentille qu’elle ait dite à son père depuis quatre ou cinq ans. Et par-dessus-tout, c’était la preuve que Mera capitulait. Elle pensait être grande et s’en sortir seule, mais elle avait tout raté, tout détruit, tout perdu. Maintenant qu’elle avait Lucy, elle ne pouvait plus agir comme bon lui semblait en emmerdant les diktats de la société. Elle avait besoin d’un environnement stable – autre chose que ce matelas miteux et cet appartement crasseux, quand bien même elle aimait cet endroit comme une seconde maison, et Maya et Connor comme une famille. Rompre avec cet univers lui permettrait peut-être de tourner la page et faire son deuil, passer à autre chose. Commencer autre chose. Une vie sans Aria Birdwhistle. Une vie sans la personne qu’elle aimait le plus au monde. Est-ce qu’on pouvait sincèrement se remettre d’une chose comme ça ? « Si tu veux bien de moi dans ta vie et qu’on essaye de construire quelque chose, en honneur de maman, et Aria. Y a plus que nous deux, maintenant. » Mera essuya ses larmes du revers de la main.

Spoiler:
 



trust no kings, kings put girls in towers. trust your wings. for girls with wings will soar passed kings as they watch up from towers. (—— atticus)


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: War of hearts (Mera)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM