Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 everything is wrong (slave)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
POLOCHON
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : rupert grint.
CREDITS : balaclava. / neon demon.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: everything is wrong (slave)   Sam 26 Nov - 21:52
everything is wrong
Slave & Polochon
Enter the override, how we run the game sleeker and cheaper, the wind changed, following deeper, they hear what I say, spectral incentives have paved the way. ▬ interpol

Ariel s'étonne lui-même – il fait preuve d'une discrétion étonnante quand on le connaît, sûrement une des conséquences à ses quelques balades en compagnie de Bonzo. Il avance donc avec une certaine attention dans la forêt – et ça sans chanter, quasiment un exploit. Il essaye de faire attention – aux bruits autour de lui, aux personnes qu'il pourrait apercevoir entre les arbres. Mais très rapidement, c'est un échec. Sa capacité de concentration est plus trop basse, et malgré ses efforts, son trajet se transforme rapidement en balade de santé. Pourtant, il évite de faire du bruit – il n'ira pas jusqu'à se trouver silencieux, mais c'est mieux que d'habitude, beaucoup mieux. Il marche, craignant légèrement que la zone soit remplie de pièges posés qu'il risquerait de se prendre. Polochon est parfois un véritable boulet, à se prendre tout ce qu'il prend et il n'a aucune envie de se retrouver à attendre comme un con que le joueur d'une team débarque pour le tuer parce qu'il est incapable de s'en sortir tout seul – sans parer qu'il risquerait de se casser quelque chose, ce qui ne l'arrangerait pas du tout.


C'est avec cette idée en tête qu'il se retrouve face à un joueur dans la situation qu'il venait d'imaginer. Il esquisse un petit sourire – ça fait plaisir de voir qu'il y a aussi des noob dans les autres teams. Seulement, il n'est pas comme ça Ariel – pas du genre à prendre du plaisir à voir le malheur des gens. Il s'approche donc distraitement, sans vraiment penser au fait que ça pourrait simplement être un piège. Mais heureusement pour lui, personne n'est là pour l'attaquer et seule se trouve face à lui une fille blonde qu'il reconnaîtrait maintenant entre mille. Cette fille ne l'a pas simplement tué une fois, elle a poussé le jeu à le traquer in game pour lui faire perdre des vies supplémentaires. C'est pour ça qu'il déteste les caho – trop violent, trop agressif et surtout adeptes d'une vision totalement différente de celle qu'il a du jeu.


▬ Encore toi ?, lâche-t-il, sa voix s'étranglant à moitié dans sa gorge. Il n'en revient pas – habituellement, il la fuit au possible dès qu'il l'aperçoit. Il trouve ça bizarre qu'une joueuse soit capable de s'acharner sur quelqu'un qui ne lui a rien fait. Elle l'a sûrement tué la première fois par simple plaisir – des malades, des psychopathes. Il s'arrête devant elle, la regardant un peu amusé. Il n'en revient pas que cette fille qui a réussi à ce point à faire un enfer de sa vie soit aussi peu douée. À cet instant, il a envie de rire – elle aussi nulle que lui et c'est agréable à savoir. Ça va, tu te sens pas trop nulle là ?


Ariel pourrait se venger mais l'idée ne lui effleure l'esprit qu'un instant – et c'est suffisant pour qu'il s'en veuille. Le roux a toujours été un grand pacifiste, tuer les joueurs lui a été très difficile quand il a commencé à jouer. Bien sûr, il a été obligé de s'y mettre lors de rares occasions, uniquement parce que c'est parfois nécessaire pour sa survie ou celle d'un membre de sa team – mais vu son niveau en matière de combat, il a plutôt intérêt à fuir la confrontation. Le fait qu'il ait pu envisager de profiter de la faiblesse de la jeune fille par simple sentiment de vengeance le gêne. C'est la preuve que le jeu le change, atténue par moments la gentille dont il fait habituellement preuve à chaque instant. Il prend une grande respiration, restant face à la jeune fille qui ne semble définitivement pas dans une situation très agréable.


© Gasmask



says you're on a bridge to nowhere and  you're gettin' there fast. Put it in the past, put it in the past. If this is a race then I hope you come last. You're on a bridge to nowhere and you're gettin' there fast — sam roberts band.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: everything is wrong (slave)   Dim 27 Nov - 1:04
everything is wrong
polochon + slave
Charlie donne un grand coup de pied dans les feuilles et brindilles qui tapissent le sol de la forêt - sans se soucier du bruit qu’elle peut faire. Si quelqu’un lui tombe dessus, ça sera bien fait pour lui; Charlie bouillonne de rage, sans grande raison par ailleurs, mais c’est assez pour vouloir se déchaîner sur le premier qui osera pointer le bout de son nez devant elle.

Mais rien que le fait de marcher la calme déjà un peu. Contrairement à certains clichés sur les Caho, et surtout, contrairement à ce qu’on peut penser d’elle aux premiers abords, Slave aime bien explorer. C’est loin d’être sa priorité dans le jeu, d’accord et elle préfère de loin se confronter à d’autres joueurs plutôt que fouiller la map dans le détail mais, parfois… Il lui arrive de prendre quelques temps pour s’intéresser un peu au monde virtuel alentour, comme aujourd’hui. Souvent frustrée de ne pas pouvoir se balader dans Chicago sans son gorille de garde du corps sur le dos, il n’y a qu’ici qu’elle peut aller à droite à gauche sans personne pour la surveiller.

Finalement, au bout de quelques minutes, son pas s’allège un peu, elle lève un peu le bout de son nez pour observer les alentours tout en enfonçant les mains dans ses poches - oubliant momentanément qu’elle n’est pas simplement en train de se promener dans un parc mais au milieu d’un jeu, d’un environnement potentiellement hostile. Un écart qui ne dure, au final, que quelques secondes - mais Slave ne se reprends que trop tard et son pied est déjà coincé dans un piège dissimulé sous les feuilles.

Eh merde, saloperies ! jure-t-elle entre ses dents alors qu’elle essaye de tirer sur son pied, avec comme seul résultat le piège s’enfonçant encore plus profondément sur sa cheville. Charlie grimace de douleur, lâche juron après juron en examinant le piège sous tous les angles possibles sans endommager encore plus son pied gauche. Putain, siffle-t-elle avec un soupir agacé et mordant sa joue intérieure.

Elle entends un mouvement et relève la tête immédiatement - et se promets intérieurement que si un joueur profite de cette opportunité pour la tuer, elle lui fera payer au centuple - tout en glissant une main dans la poche intérieure de sa veste, les doigts refermés sur le métal de son petit revolver. On est jamais trop sûr.

Oh non s’exclame-t-elle d’un ton plaintif, en levant les yeux au ciel devant le visage familier, pourquoi je tombe sur toi! En temps normal, Charlie n’aurait sûrement pas hésiter à tuer le rouquin sans sommation, sans aucune bonne raison, surtout dans un moment où ses nerfs sont à vifs et elle a grand besoin de taper quelqu’un. Mais là, elle est clairement en position de faiblesse. Et Polochon à toutes les raisons du monde de profiter de cet instant pour se venger. La blonde serre les dents alors qu’il est très clairement en train de se foutre de sa gueule. Ca va, c’est bon! Je t’ai demandé quelque chose? Elle fronce les sourcils et le foudroie du regard.

La jeune fille pousse un nouveau soupir agacé et reporte son attention sur le piège et prétends l’ignorer - s’il avait voulu l’attaquer, il n’aurait pas attendu - mais après quelques minutes qui ressemblent à une éternité, ponctuées de soupirs énervés et râlements marmonnés entre les dents, Charlie se retourne vers le rouquin.

Je te gène pas, tu profites bien du spectacle ? Tu comptes rester là toute la journée ? Tu veux pas non plus du popcorn, tant que t’y es? Grogne-t-elle. Piège de merde. Quelle idée de merde, continue de marmonner Charlie.
electric bird.

avatar
POLOCHON
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : rupert grint.
CREDITS : balaclava. / neon demon.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: everything is wrong (slave)   Mar 29 Nov - 21:04
everything is wrong
Slave & Polochon
Enter the override, how we run the game sleeker and cheaper, the wind changed, following deeper, they hear what I say, spectral incentives have paved the way. ▬ interpol

Il la fixe les mains enfoncées dans les poches – sans que ça soit réellement intentionnel, ses doigts viennent caresser le métal tiède de son couteau, plus pour se rassurer que par volonté d'attaquer. Ariel n'est pas comme ça, et il n'a pas envie de le devenir. Ce serait trop simple – il se défend quand il risque de mourir, ce qui n'est pas le cas à ce moment. On est loin du risque zéro – Slave est cruelle, Slave est fourbe et il a très vite assimilé cette information. Pourtant, à cet instant, il a envie de la voir comme un petit animal en mauvaise posture, un peu comme si cette information le rassurerait sur l'avenir de l'humanité. Elle lui semble plus humaine que jamais, peut-être parce qu'il ne s'arrête pas à ce côté meurtrier. À ses yeux, si la blonde était un animal, ce serait un chacal – méchant, opportuniste et carnassier, le genre de créatures auxquels on ne peut accorder sa confiance sous peine de finir comme plat principal au repas du soir. On ressent toujours un certain plaisir à voir son bourreau dans une mauvaise posture, et même s'il a toujours voulu se croire supérieur à cette idée un peu barbare, le roux fait honneur à la nature humaine en contemplant la jeune fille le pied emprisonné dans le piège au sol. Il ne sait même pas quoi dire – il reste étonnement silencieux durant une longue minute avant de se reprendre, un petit sourire toujours moqueur ornant ses lèvres.

▬ Ah mais si, je profite clairement là, lâche-t-il avec un petit rire. Il a le droit de se moquer, c'est de bonne guerre. Elle n'aurait pas hésité une seconde, et l'aurait d'ailleurs déjà attaqué pour faire descendre un peu plus son nombre de vies. Lui ne fait que se moquer, et pour ça, il est meilleur que lui. C'est une fierté personnelle et légèrement stupide et pourtant Ariel sait que grâce à ça, il se couchera sûrement de bonne humeur. Je dirais pas non à un peu de pop-corn, j'ai la dalle. Mais de ta part, j'aurais pa0,s confiance. Je suis sûr que tu serais capable de l'empoisonner pour me tuer. Son regard se fait un peu plus sérieux alors qu'il croise les bras en la regardant. Encore. La reproche est sortie et il se doute qu'elle n'affectera sûrement pas la jeune fille. Après tout, elle ne semble pas être le genre de personnes à avoir des cas de conscience. Elle semble très bien dans son rôle de la tueuse qui s'amuse à retrouver ses victimes pour s'en débarrasser une seconde fois.

Il se serait bien approché, s'il n'avait pas la certitude qu'elle se servirait de la moindre de ses failles pour le tuer. Il se doute qu'elle a une arme sur elle, et il n'a pas trop envie de se retrouver blessée inutilement parce qu'une gamine s'est mise en tête de laver sa fierté en lui portant un coup. Ariel a prévu de sortir de cette forêt de malheur en vie – une chose qui semble vraiment difficile quand on sait à quel point le roux peut se montrer boulet. Il le démontre chaque fois un peu plus, comme si chaque jour était un bon moyen de prouver que même le plus nul des joueurs peut réussir à survivre dans le jeu – et ça bien qu'il ait fait de petits progrès depuis son inscription.

▬ En vrai, je t'aurais bien proposé un peu d'aide. Mais bon, si c'est pour me faire tuer à la seconde où tu seras libérée, non merci. Ariel n'a pas la moindre confiance en elle, et c'est justifiée. Ils ne sont pas amis, et elle a tout fait qu'il l'assimile au danger. Et pourtant, même avec toute la haine qu'il lui porte, il se sentirait coupable de la laisser là. Ça voudrait dire qu'il ne vaudrait pas mieux d'elle, qu'il est capable de laisser quelqu'un comme mort et à quoi bon serviraient tous les discours pacifistes qu'il scande à longueur de temps.


© Gasmask



says you're on a bridge to nowhere and  you're gettin' there fast. Put it in the past, put it in the past. If this is a race then I hope you come last. You're on a bridge to nowhere and you're gettin' there fast — sam roberts band.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: everything is wrong (slave)   Mer 30 Nov - 11:22
everything is wrong
polochon + slave
Il se moque d’elle, bien sûr, n’importe quel humain se serait moqué à cet instant - Charlie elle-même aurait profité de la scène en ricanant. Mais lorsqu’on est dans cette position flagrante d’infériorité, la situation n’est pas drôle et elle serre les poings lors que le rouquin lâche un rire. Étonnement, la blonde prend sur elle pour ne pas directement lui mettre une balle entre les deux yeux pour cet affront; une petite voix lui dit que tuer directement son potentiel secours n’est pas une très bonne idée. Charlie croise les bras, le visage figé dans une expression grincheuse.

Hey! Le popcorn c’est sacré, j’empoisonne pas la bouffe. C’est un truc de lâche, ça, répond Charlie immédiatement, vexée qu’on la pense capable de s’abaisser à empoisonner de la nourriture, surtout du popcorn. Le poison, c’est une arme de faible qui évite le combat aux yeux de la blonde et elle n’est pas du genre à se priver d’une confrontation, et ça, Polochon s’en doute bien. C’est l'jeu, ma pauvre Lucette. Elle ricane; elle n’éprouve pas vraiment de regret à poursuivre l’autre joueur comme ça. Comme elle le dit, c’est un jeu pour elle, malgré toutes les répercussions du jeu dans la vie réelle.  Elle hausse les épaules.

Tirer comme une démenée sur son pied dans l’espoir que le piège le libère n’est évidemment pas une solution, Charlie rejette cette idée sans même l’essayer. Les pièges sont loin d’être sa spécialité et elle le regrette vraiment à cet instant, quasiment certaine de le mécanisme n’est sûrement pas si compliqué, si seulement elle en connaissait juste un tout petit peu plus. Elle a beau observer la situation sous tous les angles, il semble bien que Polochon soit son seul espoir de sortir de cette forêt avant de mourir de faim ou d’être tuée par un autre joueur. Et cette simple pensée l’agace déjà.

Pourquoi t’es encore là, alors? Note-t-elle cependant. T’aurais pu continuer ton chemin, nan? Donc, tant que t’es là, tu veux pas servir à quelque chose, au lieu de parler pour rien dire. Elle lève les yeux au ciel - l’agresser verbalement n’est peut-être pas la meilleure des idées, sauf si elle veut le pousser à se barrer. Et ça, ça n’est pas vraiment dans son intérêt immédiat. Elle soupire, regrettant déjà les mots qu’elle va prononcer; ils lui écorchent la bouche mais c’est la seule possibilité qui s’offre à elle si elle veut sortir de cette situation. Elle avale sa salive avant de parler. Je te promets de pas te tuer si tu me libère de là. Elle grimace, comme si la simple pensée de devoir lui laisser la vie sauve la dégoute. Et puis j’sais pas. Tu veux un truc en échange en preuve de ma … bonne foi?

Elle lève les yeux vers lui, faisant son regard le plus innocent possible - celui qu’elle faisait à ses parents quand elle avait été exclue du lycée pour la troisième fois en un mois, par exemple - pour le convaincre. Il n’a aucune raison de le croire - mais il a cette tête de personne affreusement gentille, et pas du genre à laisser quelqu’un dans la merde, même quelqu’un qui s’acharne à le tuer constamment. Et elle compte sur ça pour sortir d’ici.

Merde, si tu veux, j’te laisse tranquille pendant… je sais pas moi, un mois. Deux si tu veux, ou plus, je m’en fous. Sors moi juste de ce piège. s’exclame-t-elle d’un ton agacé, et pressant.
electric bird.

avatar
POLOCHON
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : rupert grint.
CREDITS : balaclava. / neon demon.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: everything is wrong (slave)   Ven 2 Déc - 11:21
everything is wrong
Slave & Polochon
Enter the override, how we run the game sleeker and cheaper, the wind changed, following deeper, they hear what I say, spectral incentives have paved the way. ▬ interpol

Plus les minutes passent et plus Ariel trouve cette fille bizarre. C'est la première fois qu'ils ont réellement l'occasion de discuter – avant, elle prenait plaisir à le tuer sans état d'âme, sans lui laisser la chance de s'en sortir – mais aujourd'hui qu'il l'a devant lui, impuissante, il n'est pas sûr de comprendre comment elle fonctionne. L'une des rares choses qu'il sait, c'est que Slave semble être en colère – une colère brute et juvénile pas uniquement dirigée contre lui mais contre le reste du monde. Elle fait du vent, se veut intentionnellement bruyante comme si elle avait besoin de ça pour exister. Comme souvent lorsqu'il rencontre un joueur au comportement exagéré, il se demande ce qu'il peut bien se passer dans sa vie irl pour qu'il en arrive à là. Une fois arrivé à Darwin Harbor, on peut devenir ce qu'on veut – la personne régulièrement brimée par les autres durant toute sa vie peut enfin s'affirmer, se venger sans avoir trop peur des conséquences. Pour Ariel, c'est la raison qui a poussé ce jeu à devenir aussi violent et morbide, et alors qu'elle lui sort une énième connerie, il se demande si Slave fait partie de cette catégorie de personnes ou si c'est totalement autre chose. Son pseudo l'a étonné la première fois – est-ce un message aux autres joueurs, que l'esclave s'est affranchi, qu'il compte se venger des maîtres oppresseurs, ou alors elle n'est qu'une adolescente qui a pour but de choquer. Il ne le saura sûrement jamais – comme trop souvent ici, la vérité reste un mystère.

▬ Parce que c'est pas lâche de tuer un mec sans raison ?, lâche-t-il d'un ton un peu blasé. Il ignore définitivement comment pense la jeune fille, mais ce qui est sûr c'est qu'ils sont loin d'avoir la même vision des choses. Il n'est pas d'accord Ariel, il ne trouve pas que le jeu devrait être comme ça – le roux est trop pacifiste, on lui dit régulièrement, et ça bien qu'il n'ira jamais trahir sa team pour soutenir pleinement les idéaux de la milice. Alors si c'est le jeu, je devrais peut-être te tuer. Il essaye de paraître sérieux mais on peut facilement voir dans ses yeux qu'il n'a aucune intention de le faire. Dans le pire des cas, il pourrait la laisser ça, livrée à elle-même – d'ailleurs, il hésite, Slave se montre particulièrement infecte alors qu'il lui a gentiment offert son aide. Il ne voit même pas pourquoi il perd son temps avec quelqu'un d'aussi cruel – sûrement car au fond de lui, il a besoin de voir de la bonté en chacun, un semblant d'humanité qui les sauverait tous au moment venu. T'es vraiment invivable. Il s'approche lentement, pour pas qu'elle se sente inutilement agressée et qu'elle l'attaque – dans ses souvenirs, la blonde se sert d'une arme à feu, et il n'aurait pas envie que toute cette histoire se retourne contre lui. Trois mois?, demande-t-il avec un sourire un peu fier. Pour la première fois depuis leurs rencontres, il a le dessus sur cette histoire, ce qui n'est pas une mince affaire.

Sans attendre la réponse de la jeune fille, le roux se met à genoux devant elle pour regarder le piège. Ariel est loin d'être un expert dans ce genre de choses mais heureusement pour elle, il est bien plus manuel qu'intellectuel, et en a déjà désactivé. Il a donc une petite chance de réussir à la libérer sans lui broyer la cheville avant – parce qu'il est quasiment sûr que dans une situation pareille, leur accord ne tiendrait plus et il se prendrait un peu trop rapidement une balle dans la tête. Il regarde le mécanisme longuement – il a l'impression de prendre une éternité, et il en déduit par les remarques de la blonde qu'elle n'apprécie pas d'avoir à attendre aussi longtemps. Ariel soupire – ça l'aurait étonné que Slave soit patiente, elle n'en donne clairement pas l'impression et il ne s'est pas trompé en pensant ça.

▬ Normalement, j'ai compris. Après, y'a un risque que je te casse la cheville, dit-il avec un petit sourire qui n'a clairement rien de méchant. Il n'attend même pas la réponse de la jeune fille pour enclencher le mécanisme – de toute façon, elle n'a pas vraiment le choix si elle veut être libérée après tout. Il retient sa respiration quelques instants, rajoutant un peu de suspense à la situation qui n'en a pas vraiment besoin. Il ferme sans s'en rendre compte les yeux, craignant d'avoir fait une énième connerie. Il ouvre un œil curieux, avant de lâcher un soupir soulagé en se rendant compte que la cheville de Slave est toujours en un seul morceau, à la seule différence qu'elle est libre. J'ai réussi ! Putain, j'en reviens pas. J'ai réussi ! Ariel lève les bras au ciel comme signe de victoire, avant d'adresser un grand sourire à la jeune fille, oubliant durant un instant à quel point elle peut être nocive pour lui.


© Gasmask



says you're on a bridge to nowhere and  you're gettin' there fast. Put it in the past, put it in the past. If this is a race then I hope you come last. You're on a bridge to nowhere and you're gettin' there fast — sam roberts band.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: everything is wrong (slave)   Lun 19 Déc - 21:00
everything is wrong
polochon + slave
Parce que c'est pas lâche de tuer un mec sans raison ? répète Charlie en imitant le rouquin, avant de pousser un long soupir et de lever les yeux au ciel. Moi, au moins, j’assume ce que je fais. Je fais pas ça dans ton dos. A nouveau, elle souffle rageusement sur une de ses mèches blondes qui tombent devant ses yeux. C’est dingue d’être aussi niais, comment tu fais?

Elle n’attends pas de réponse de sa part et, par ailleurs, se fout plutôt de savoir ce qui pousse Polochon à être lui-même. Le seul intérêt qu’elle voit à son côté pacifiste c’est qu’il ne la tuera pas alors qu’elle est clairement la victime idéale. Rien que pour cela - elle lui pardonne presque d’être aussi gentil.
D’ailleurs, Charlie a presque envie de sourire quand il suggère émets la possibilité de la tuer et se mord la lèvre pour s’empêcher. Il n’a aucune raison de lui laisser la vie sauve, et pourtant, il le fait, et même s’approche d’elle pour l’aider: cela confirme, aux yeux de Charlie, qu’il est non seulement niais, mais aussi inconscient. Si toute cette situation était un piège, il aurait mordu à l’hameçon sans trop d’effort. Heureusement pour lui, Charlie n’est pas du genre à planifier des choses aussi poussées que cela.

Trois mois?! S’exclame-t-elle en s’étouffant à moitié. Elle grogne un peu, mais elle sait très bien qu’elle n’a pas vraiment le choix. Elle réfléchit pendant quelques minutes pour se décider - est-ce que ça vaut vraiment le coup? Putain, t’abuses. grogne-t-elle. Vas-y pour trois mois. Promis, juré, etc. Mais pas un jour de plus.

Alors qu’il s’approche de plus en plus près de sa cheville, elle ne peut s’empêcher de se pencher un peu plus pour observer d’un air inquiet chacun de ses gestes. Un seul mauvais mouvement de sa part et Charlie se promets intérieurement de lui faire regretter. Slave serre les dents et marque son impatience en claquant sa langue contre son palais.

J’te jure, tu me pètes la cheville, tu peux dire adieu à -- le mécanisme se déclenche avant que Charlie ait pu finir sa phrase, et elle ne peut pas s’empêcher de fermer les yeux et de s’attendre au pire. Mais au bout de quelques secondes, elle ne ressent que la douleur sourde de sa cheville, mais rien d’autre. Hésitante, elle finit par ouvrir un oeil, et lâche une exclamation de joie et de soulagement lorsqu’elle réalise qu’elle a toujours sa cheville et qu’en plus de ça, elle est libre. Putain! T’as réussi! s’exclame-t-elle en même temps que lui, alors qu’elle s’éloigne du piège. Elle lui adresse un large sourire pendant quelques secondes, avant de vite reprendre son air renfrogné habituel. Bon. J’imagine que t’as bien mérité tes trois mois, marmonne-t-elle en tirant sur le bas de sa veste et en se relevant.
electric bird.

avatar
POLOCHON
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : rupert grint.
CREDITS : balaclava. / neon demon.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: everything is wrong (slave)   Lun 26 Déc - 0:29
everything is wrong
Slave & Polochon
Enter the override, how we run the game sleeker and cheaper, the wind changed, following deeper, they hear what I say, spectral incentives have paved the way. ▬ interpol

Le roux soupire. Tout chez cette fille l'exaspère, à commencer par cette manie qu'elle a de le traquer, cherchant sans raison à diminuer considérablement son nombre de vies, comme si ce n'était qu'un chiffre comme un autre tatoué sur la peau, comme si le résultat final de tout ce petit jeu n'était pas une mort certaine. Aujourd'hui encore, sa réaction provocante lui fait petit à petit perdre foi en l'humanité. Trois mois dans une vie, ce n'est rien sinon une période trop courte, une deadline qui arrive trop vite. Il se demande pourquoi elle grogne à ce point, comme si ne plus avoir le droit de le tuer allait changer son existence, comme si tout ça rendrait son existante moins agréable. Ariel se demande parfois si elle réalise le mal qu'elle fait – pas forcément à lui, bien qu'il soit celui à souffrir dans un premier temps, mais aux gens qui l'entourent, quand le compteur sera tombé à zéro et qu'il ne sera plus qu'un corps inerte allongé dans son lit. Parfois, il se dit qu'il aimerait avoir son adresse, pas pour aller la voir, il n'aurait rien de plus à lui dire que dans le jeu. Il aimerait juste préparer un courrier, faire en sorte qu'il soit envoyé le jour de sa mort – l'inviter à son enterrement serait un acte magistral et alors peut-être que Slave arrêterait de tuer. Peut-être réaliserait-elle que le jeu est malsain.

▬ Tu finis jamais de te plaindre ? La question n'a pas grande utilité. Ariel est persuadé de déjà connaître la réponse, et pour cela seules suffisent les différentes rencontres avec la caho. Il ignore ce qui cloche dans sa vie, mais Slave est l'exemple même de ceux qui compensent leur frustration irl à darwin harbor. Le pêcheur pourrait demander – l'idée lui traverse l'esprit pendant quelques secondes avant qu'il rejette l'idée en bloc, elle ne lui répondrait pas et il préfère ne pas jouer avec le feu. Il n'a aucune confiance en elle, il sait qu'elle serait capable de trahir sa promesse et de le tuer à la seconde où il l'aurait libéré. Et malgré ça, il ne peut s'empêcher de faire preuve d'humanité, refusant de laisser quelqu'un en mauvaise posture alors qu'il peut aider – et ça bien qu'il s'agisse de sa pire ennemie. Bon, t'es gentille, t'arrête de me menacer deux minutes et tu bouges plus. Rares sont les fois où Ariel se montre autoritaire dans le jeu. Il n'y  a que dans le monde réel, alors qu'ils sont dans un domaine qu'il connaît, qu'il se permet ce genre de comportements. Et pourtant là, il veut juste qu'elle se taise, qu'elle arrête de se plaindre au risque d'attirer l'attention sur eux et qu'il regrette éternellement ce moment de bonté.

Le sourire ne dure que quelques secondes, mais c'est largement suffisant pour qu'il réussisse à se convaincre qu'elle n'est pas si méchante. Parfois Ariel s'en veut. Laisser aux autres le bénéfice du doute est loin d'être un avantage quand on joue à darwin's game, et il l'a appris contre son gré. Plus que d'apprendre à se battre, il essaye d'apprendre à se méfier – tentative vouée à l'échec quand on voit qu'il aide sans hésiter celle qui le traque depuis des mois. Mais à ce moment précis, Slave semble éloignée de son personnage – comme si elle oubliait l'espace d'un instant de jouer son rôle, celle qu'elle s'oblige à être. Elle est réellement la jeune fille, celle qu'elle devrait être à la place d'une psychopathe obnubilée par l'idée de tuer le membre d'une team adverse par simple plaisir.

▬ Bah, bien sûr que je les mérite, lâche-t-il comme si c'était une évidence. La vérité, c'est que lui aussi doutait de ses capacités, mais il préfère oublier ce moment d'incertitude pour apprécier l'instant précis. T'as besoin d'aide pour marcher, ou ça ira ? Il n'a pas spécialement envie de s'éterniser en compagnie de la caho, et il fuira sûrement dès qu'elle lui aura assurer pouvoir rentrer seule – parce qu'il ne doute pas que c'est ce qu'elle fera. Il ne la connaît pas, mais Slave est sûrement trop fière pour demander de l'aide pour marcher. Ariel rentre les mains dans ses poches, prêt à reprendre son chemin en direction du chantier naval. En fait, on t'a déjà dit que tu es mieux quand tu souris ? Il se permet des choses improbables, profitant comme il peut de cette immunité inattendue pour embêter son bourreau personnel.


© Gasmask



says you're on a bridge to nowhere and  you're gettin' there fast. Put it in the past, put it in the past. If this is a race then I hope you come last. You're on a bridge to nowhere and you're gettin' there fast — sam roberts band.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: everything is wrong (slave)   Lun 26 Déc - 12:37
everything is wrong
polochon + slave
L’euphorie d’être enfin libérée de la mâchoire métallique ne dure que quelques secondes, mais néanmoins assez longues pour que Charlie oublie l’image de dure à cuire qu’elle se donne; elle se reprend tout aussi rapidement une fois debout, et retrouve son air grognon et ses sourcils froncés, avant de croiser les bras. Elle grimace un peu lorsqu’elle s’appuie sur sa cheville, et tente de trouver son équilibre en s’appuyant sur son autre jambe. Maintenant semble être le moment idéal pour partir, et la blonde, centimètre par centimètre, commence à reculer. Venir ici, après coup, était une mauvaise idée, mais s’éterniser ici alors qu’elle n’est pas au meilleure de sa forme en est une encore plus mauvaise.

Oh ça va. Prends pas la grosse tête non plus, rétorque-t-elle d’un ton grincheux, mais un petit sourire lui échappe et elle oublie de le cacher. T’as eu de la chance, c’est surtout ça. Qu’il s’agisse de chance ou de l’illustration de ses capacités, Slave est de toute façon soulagée qu’il ait pu la sortir de là. Elle relève un peu le menton, retrouvant le peu de fierté qu’il lui reste et fait quelques pas hésitants, tout en boitant un peu. Non mais, tu m’as pris pour qui? Bien sûr que ça ira. Sur cette déclaration, Charlie lui tourne le dos et commence à s’éloigner, comme pour prouver ses propos. Tu vois? Se sent-elle obligé d’ajouter en jetant un regard par dessus son épaule. Aucun problème.

Charlie réfléchit alors qu’elle boitille, reprenant le chemin par lequel elle est arrivée - revenir sur ses pas est la meilleure solution pour elle, plutôt que de s’enfoncer plus loin vers le territoire ennemi - elle n’est clairement pas en position de rencontrer qui que ce soit, surtout quelqu’un de potentiellement moins clément que le roux.
Mais alors qu’elle n’a parcouru qu’un mètre ou deux, elle croit entendre Polochon ajouter quelque chose - et stoppe net pour se retourner. Elle le fixe un instant, le temps de prendre conscience de ce qu’il vient dire, se demandant si ce n’est pas son imagination qui lui joue des tours. Mais non, apparement, il vient bien de la complimenter.

Quoi? Attends...Tu m’as fait un compliment? Charlie hésite entre éclater de rire et soupirer. Quel genre de mec fait un compliment à une fille qui s’acharne à le tuer? Elle fronce un peu les sourcils, tant le fonctionnement du roux lui échappe - ils n’ont vraiment rien à voir, il faut croire. Elle a beau réfléchir et regarder la situation sous tous les angles, elle ne voit pas ce qui a pu le pousser à dire ça - elle est loin d’avoir été gentille avec lui, ou même agréable. Elle finit par ricaner et hausser les épaules. T’es vraiment un mec super étrange. Genre, vraiment. La blonde fait demi tour et s’éloigne, avant d’à nouveau revenir sur ses pas. A dans trois mois, jour pour jour. Elle lui adresse cette fois un large sourire - bien loin d’être sympathique - avant de s’éloigner pour de bon.
electric bird.


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: everything is wrong (slave)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM