Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 don't let me down | isaiah
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 1243 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Chloé Grace Moretz
CREDITS : (c) .cranberry (c) roy
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG ( passive )


MessageSujet: don't let me down | isaiah   Sam 3 Déc - 18:10
don't let me down
Oh, I think I'm losing my mind now.
La nuit était tombée sur chicago, alors que la blonde attrapa un paquet de cookies dans son sac de sport avant de se poser sur le banc en face du téléviseur de la salle de sport. Dessus, on voyait comme tous les jours les nouvelles inquiétantes sur la montée des violences et sur les gens qui quittent de plus en plus la ville pour la campagne. Dehors était devenu dangereux et même les plus solides avaient commencé à céder et prendre des précautions pour leurs commerces ou simplement vie privée. Les gens rajoutaient des serrures à leurs portes blindées, les commerçants plaçaient de vigiles devant leurs grilles et les conducteurs de bus gardaient une arme à proximité pour se protéger en cas d’attaque. La peur hantait de plus en plus Chicago et même la blonde commençait réellement à faire attention lorsqu’elle sortait chez elle. D’ailleurs pour venir à la salle, elle avait attendu que son père vienne la chercher à l’école pour l'emmener entre deux cours jusqu’ici, ce qui avait au moins le mérite de le soulager l’esprit. Depuis la mort de son frère, ses parents la couvraient d’attention, sûrement en espérant qu’elle ne fasse pas les mêmes erreurs que Tristan. Malheureusement, elle avait un peu de mal à regarder son père dans les yeux lorsqu’elle soutenait qu’elle ne jouait pas à ce jeu si stupide. Après tout, elle se voyait mal leur dire que leur dernier enfant allait peut-être lui aussi mourir devant son écran, alors qu’ils ont déjà peur de le voir prendre le bus pour venir s’entrainer. Louison aimait ses parents et bien qu’elle essayait du mieux qu’elle peut d’être une fille exemplaire, elle préférait qu’ils ignorent la vérité, du moins pour le moment.

Cela faisait même une semaine que son père avait recommencé à entraîner les autres et Louison voyait bien que ça le détendait un peu. Son père était comme elle, il avait besoin de s’occuper pour penser à autre chose et être ici était sûrement moins désagréable que déprimer à la maison. Comme toujours, la salle était en presque libre accès, bien que comme tous les endroits de la ville, elle soit presque déserte. Les gens n’avaient plus besoin de ça pour se défouler, sans parler que cela demanderait de supprimer du temps à jouer dans Darwin’s Game. Au fond, ce jeu aurait pu être un renouveau, une évolution humaine majeur pour faire de grande chose, au lieux de quoi c’était devenu une sorte de champs de bataille tristement semblable à Battle Royal. Tout cela la blasait au plus haut point, si bien qu’elle coupa la télévision en portant son gâteau à sa bouche, avant de se tourner en direction de la salle où quelques personnes, les plus passionnés s’entrainaient tranquillement.

Son père entraînait en groupe d’enfants, tout en restant à la disposition des plus âgés qui s’auto-géraient dans leur coin. La plupart des gens de cette salle était des sportifs en compétition et on pouvait largement voir que le monde extérieur ne les avait pas épargné. Certains avaient perdus des proches, d’autres commençaient doucement à perdre pieds, tout comme celui qui s’entrainaient contre ce sac de sables à l’écart. Isaiah était un des boxeur les plus talentueux du salon et cela faisait déjà pas mal d’année qu’il s'entraînait ici. La blonde le connaît, ils se sont d’ailleurs souvent entraînés ensemble et il était déjà venu boire une bière la maison des McKenzie après un match fièrement gagné. Le jeune homme semblait avoir de plus en plus de difficulté à l'entraînement et si son père pensait que c’était simplement dû à une vie stressante, Louison se doutait bien de son problème.

Elle se souvenait très bien de l’avoir rapidement vu dans son QG, mais surtout de l’avoir vu dans l’arène, en train de se battre pour sa vie. Sans difficulté, elle imaginait le traumatisme qu’il avait dû vivre, même si ce n’était que virtuel. Bien qu’elle l’appréciait relativement bien, elle s’était toujours assurée de l’éviter dans le jeu, de peur qu’il n’en parle à ses parents et cela même s’il ne l’avait pas fait pour Tristan. La blonde était méfiante et préférait être discrète sur son lien au jeu, même si au fond elle aurait aimé avoir un visage familier dans son arrivée dans le jeu. Même maintenant après des mois passés dans le jeu, elle l’évitait et se contentait de lui parler ici quand il venait. Seulement, il venait un peu moins et ne semblait plus avoir la même flamme de compétition qu’avant ce qui faisait un peu de peine à voir, bien que Louison ne soit pas du genre a avoir de la pitié pour les gens.

Aujourd’hui plus que jamais, il semblait perdre le contrôle et elle pouvait facilement voir la vulnérabilité qu’il ressentait en cherchant ses mouvements. La jeune étudiante en cinéma n’avait certes pas participé au jour de l’unité, cela ne lui empêchait pas d’elle aussi sentir de plus en plus de faiblesse dans la vie réelle. Ses morts et  celles qu’elle avait donné de sa main la hantait dans ses songes et elle ne pouvait plus qu’espérer que cela reste dans la nuit si elle ne voulait pas péter un cable -comme il était en train de le faire. Pour une raison étrange, elle s’était levé de son banc et s’avançait doucement vers lui, sans vraiment savoir ce qu’elle pouvait bien lui dire. Louison n’aimait pas avoir l’air intruisive, si bien qu’elle resta à un bon mètre de lui avant de le regarder quelques secondes sans rien dire. Elle n’était sûrement la personne la plus doué pour réconforter les gens et comme elle l’avait prouvé avec son frère, définitivement pas celle qui pouvait aider les autres. Seulement, maintenant qu’elle se tenait si proche, elle ne pouvait pas simplement partir en silence. « Besoin d’aide ? » Une phrase large, qui pouvait aussi bien englobé la boxe que le reste et qui était sûrement de loin la meilleure approche possible selon elle.
©junne.



Tomorrow is another day, and you won’t have to hide away. You’ll be a man, boy ! But for now it’s time to run, it’s time to run ! Run boy run ! This ride is a journey to. Run boy run ! The secret inside of you. Run boy run ! This race is a prophecy. — WOODKID.
avatar
DAREDEVIL
<b>bavardages</b> 517 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Andy Biersack
CREDITS : Schizophrenic
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG, Actif


MessageSujet: Re: don't let me down | isaiah   Jeu 8 Déc - 6:28
don't let me down
Oh, I think I'm losing my mind now.
Sensation de vulnérabilité, impression d'être mis à nu par tous les regards posés sur moi, d'être aspiré par l'immensité de la pièce, malaise, anxiété...Je me demandais si revenir à la salle maintenant, après toutes ces semaines à déserter était vraiment une si bonne idée, si j'étais vraiment prêt à faire face, le doute s'insinuait en moi lentement comme un poison, mais je décidai de me forcer un peu, de faire un effort, rabattant ma capuche sur mon visage avant de me choisir un coin isolé dans une vaine tentative de me calmer, de me rassurer, comme pour me dire qu'ici personne n'arriverait à m'atteindre, que j'étais en sécurité, mais c'était loin d'être suffisant pourtant...
Chaque geste que je faisais, gestes qui étaient pourtant si simples, si instinctifs pour moi auparavant, devenaient une véritable lutte, chaque geste déclenchait un nouveau flashback plus violent que le précédent : Le contact de mes poings contre le sac, et je me rappelais du contact de mes poings contre mes adversaires ce jour là, de ma peau pixelisée qui s'écorchait, de la douleur qui se répandait dans mon corps comme un poison mortel ; Le bruit qu'ils faisaient et je me rappelais de mes morts, du craquement de mes os qui avait résonné jusque dans le néant avant que je ne revienne au monde réel, les joues trempées de larmes, le front trempé de sueur ou même simplement l'effort, l'essoufflement qui me rappelait le moment où la CAHO m'avait piétiné la gorge jusqu'à ce que je finisse par en mourir, impuissant.
Chaque petit détail me ramenait encore et encore dans l'arène, j'avais beau me battre de toutes mes fores, j'avais beau essayer de me montrer fort, courageux, ça finissait tout de même par m'envahir à la fin, j'avais conscience pourtant des progrès que je faisais, je sentais bien que doucement le traumatisme commençait à s'effacer mais ce n'était pas assez, jamais assez, pas suffisant, c'était bien trop lent, j'avais besoin de pouvoir reprendre ma vie d'avant, besoin de la boxe, besoin de cet échappatoire qui avait toujours été ma seule façon d'extérioriser tout ce que je ne savais pas dire, tout ce qui n'allait pas dans ma vie, ce qui me rongeait de l'intérieur, les démons qui m'habitaient, la boxe était la seule façon de les exorciser et ne plus avoir ça, me donnait juste l'impression de dériver, de me noyer dans les problèmes, regrets et frustrations. Je ne me rappelais même pas ma dernière nuit correcte, ni même mon dernier vrai repas, pas simplement des gâteaux parce qu'il faut bien se nourrir, parce qu'il faut bien vivre, survivre, au moins un peu, au moins assez pour aller se jeter à corps perdu, se noyer dans les pixels et oublier.

Je finis par abandonner, et me laisser glisser au sol, la tête entre les mains, j'étais fatigué de tout ça, plus simplement malheureux ou en colère mais dans un état de détresse tel que je n'en avais jamais connu sans personne vers qui me tourner. Il était hors de question que je réclame quoique ce soit à mes parents adoptifs, quant à Micah et mes autres amis, eux aussi étaient dans le jeu, eux aussi vivaient les mêmes épreuves, je ne pouvais pas me permettre d'en rajouter.
Le soir, quand je me retrouvais seul à fixer le plafond de mon appartement, attendant un sommeil qui ne venait jamais, j'essayais parfois de prétendre que tout ça n'était qu'un mauvais rêve, essayant de me réveiller, priant pour ouvrir les yeux sur un monde nouveau, comme un enfant, moment d'utopie, entrecoupés de moments plus sombres où je finissais par envisager d'en finir carrément avec tout ça, avec la vie.
Je savais que j'avais besoin d'aide, que j'étais en train de perdre pieds mais toute la tragédie de ce nouveau monde était que plus personne n'en avait la capacité.

J'étais tellement absorbé par mes idées noires, que je ne remarquais pas qu'on s'était approché de moi, pas plus que je ne sentis les regards de la personne, ce ne fut que lorsqu'une voix interrompit le cours de mes pensées, pour me demander si j'avais besoin d'aide, que je relevai la tête brusquement, laissant glisser ma capuche, dévoilant ainsi mon visage fatigué et mes yeux remplis de larmes.
Je reconnus rapidement Louison, la fille de mon entraîneur, avec qui j'avais toujours entretenu d'assez bons rapports, j'hésitais un instant sur la réponse à donner, un air probablement tout sauf intelligent sur le visage, la bouche entrouverte et les sourcils légèrement froncés.

« Non... »

Vraiment ? Je pensais régulièrement à mettre un terme à ma vie parce que je n'avais personne pour m'aider ou plutôt personne à qui j'osais demander de l'aide mais face à une main tendue, je refusais ? Je me foutais de qui exactement ?
Je soupirai, et me relevai pour faire face à la jeune fille.

« Enfin, oui, peut-être »

Un rire gêné m'échappa, qui ne trompa personne, alors que je portai une main à ma bouche, commençant à mordiller mes ongles, très mauvaise manie, dont je n'arrivais pas à me défaire.

« A vrai dire je crois que..J'aurais besoin de parler avant de faire quelque chose de vraiment, vraiment stupide»
©junne.
avatar
<b>bavardages</b> 1243 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Chloé Grace Moretz
CREDITS : (c) .cranberry (c) roy
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Anti-DG ( passive )


MessageSujet: Re: don't let me down | isaiah   Jeu 22 Déc - 22:39
don't let me down
Oh, I think I'm losing my mind now.
Immobile et sans la moindre expression de visage, elle regardait le jeune homme, se demandant ce qu'il pouvait bien être en train de vivre à l'intérieur de sa tête. Pour sûr, ses démons le dévoraient doucement et en peu de temps, elle l'avait vu sombrer sans pouvoir être utile. Après tout, elle n'était pas vraiment son amie, juste une personne de son paysage quotidien avec qui elle avait échangé quelques coups, mais malgré ça elle se sentait obligée de faire quelque chose pour l'aider ou au moins essayer. Lui tendre une main, une bouée de secours pour s'accrocher avant de boire la tasse, lui donner l'impression de ne pas être seul dans ce bordel et surtout lui redonner une raison d'aller de l'avant. La boxe. C'était leur point commun, bien avant le jeu et bien avant de se retrouver dans les mêmes rangs. Ils étaient de ceux pour qui se battre était devenue une seconde nature et sans quoi ils seraient perdus -comme le plus âgé. Le jeu avait été rude avec lui et ce qu'elle pouvait voir en plongeant son regard dans ses yeux, c'était avant tout un miroir brisé, pour qui il était temps de recoller les morceaux.

Alors qu'elle venait de finir de formuler sa proposition, un silence s'installa, surement dû à la surprise de cette invitation si surprenante de la d'habitude si solitaire Louison. Malgré ses efforts, ce dernier refusa sans vraiment réfléchir et sûrement par orgueil. Ne pouvant l'obliger à vouloir s'ouvrir, elle lâcha un court soupire avant de faire un pas en arrière en se préparant à le saluer pour retourner vaquer à ses occupations. Après tout, elle ne pouvait pas aider quelqu'un qui ne le souhaitait pas et ce n'était définitivement pas son genre d'insister et de s'imposer dans la vie des gens. Seulement, avant qu'elle ne puisse lui souhaiter une bonne fin de soirée des plus formelles, il se redressa d'un seul mouvement pour se retrouver sur ses deux jambes, la surplombant ainsi de bien vingt bons centimètres -ce qui ne la déstabilisait pas le moins du monde.

Contre toutes attentes, Isaïah avait changé d'avis et acceptait son aide et bien qu'elle trouvait cela presque flatteur, une certaine panique l'envahissait, même si elle ne laissait rien paraître. Parce que même si elle n'était pas méchante et sûrement bien plus compréhensible qu'elle le laissait entendre, Louison n'était pas forcément la meilleure pour aider les âmes perdues et elle avait peur de ne servir tout bonnement à rien. Comment avait-elle pu avoir la prétention de croire qu'elle pouvait aider quelqu'un alors qu'elle-même était complètement perdue ? Une soudaine envie de s'éclipser se faisait ressentir, avant d'entendre le message inquiétant du plus âgé qui lui fit prendre conscience qu'elle ne pouvait définitivement plus faire demi tour.

"Faire quelque chose de stupide" ? Cela voulait dire quoi pour quelqu'un qui avait sûrement fait la plus grave erreur de sa vie en s'inscrivant dans ce jeu stupide ? Des idées sombres venaient à l'esprit de la blonde, qui imaginaient déjà les pires scénarios, avant de réaffronter le regard du plus âgé. Un silence presque malaisant s'installa, alors qu'elle passa rapidement sa langue entre ses lèvres gercées. Il était temps de parler, si elle ne voulait pas empirer la situation. « Ok... Bah ok, viens on va au calme. » Sans vraiment attendre de réponse, elle s'enfonça en direction du bureau de son père, qui ressemblait à un petit salon tranquille avec un peu de chauffage. Une fois la porte refermée derrière eux, elle se dirigea en direction de la petite kitchenette afin de se faire un petit chocolat chaud. « Café ? Thé ? Chocolat ? » Mettre à l'aise, il paraît que c'est le plus important pour ce genre de conversations dont elle n'avait définitivement pas l'habitude.

Alors qu'elle préparait tranquillement des boissons, guettant du coin de l'oeil le jeune homme nerveux se demandant bien ce qu'elle pouvait réellement dire. Ces mots pourraient trahir son secret et elle n'était pas réellement sûre de vouloir divulguer une chose pareille. Pourtant, s'il savait, ça serait beaucoup plus simple pour discuter. « Du coup, tu veux parler de quoi ? » Pas vraiment sûre que ce soit une bonne phrase pour débuter, elle soupira légèrement se disant qu'elle méritait sûrement des claques pour être aussi peu adroite avec les mots et les gens.
©junne.



Tomorrow is another day, and you won’t have to hide away. You’ll be a man, boy ! But for now it’s time to run, it’s time to run ! Run boy run ! This ride is a journey to. Run boy run ! The secret inside of you. Run boy run ! This race is a prophecy. — WOODKID.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: don't let me down | isaiah   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM