Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Needing a doctor (w. Vinnie)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: Needing a doctor (w. Vinnie)   Ven 4 Sep - 19:44
Kira émit un grognement sourd en émergeant de la lisière de la forêt, l'oeil aux aguets. Son bras était enveloppé dans un morceau de tissu arraché de sa chemise, déjà tâché d'un rouge sombre et poisseux. Il avait été négligeant, cette fois-ci. Voulant profiter de l'aube et des terres du jeu plus largement déserté a cette heure, l'Atom avait choisi de s'éloigner des quais pour s'enfoncer sous le couvert des arbres, à la recherche de quelques instants de quiété et d'un silence libre de tous cris de duels. Il avait été largement servi. Kira n'avait pu profiter de sa solitude que durant un bref instant, à peine le temps d'atteindre le coeur de la forêt où le soleil frappait la terre avec force. Là, le jeune combattant s'était posé quelques minutes, le temps d'oublier tout ce qui lui pesait sur le coeur : ce jeu qui ressemblait un peu trop à ses anciens terrains de guerre mais qu'il ne parvenait pas à quitter, sa compagne qui continuait à l'attendre chaque soir malgré le peu d'intérêt qu'il daignait lui montrer (et honnêtement, il s'en tenait tellement rigueur que la dernière nuit complète qu'il avait passé remontait à des mois), le vide qui accompagnait chacun de ses pas et qui continuait à le peser malgré la présence de sa petite amie à ses côtés... Kira avait fermé les yeux pour souffler, un bref instant. Mais c'était déja trop tard. Ils s'y étaient mis a trois pour lui tomber dessus, le froissement de leurs vêtements en piteux état le prévenant bien plus tôt que leurs cris de guerre. Le jeune homme s'était pris une large déchirure au couteau sur le bras et le flanc avant de réussir à les mettre off d'un coup de lame bien placé. Malheureusement pour lui, sa blessure était assez profonde pour se montrer inquiétante et il avait rapidement rejoint la civilisation et les bruissements d'éveil de son camp.

L'Atom ne savait pas précisément où se trouvait l'infirmerie du camp, ni même s'il en existait officiellement une ; mais il avait repéré, à plusieurs reprises, que des membres blessés de son groupe s'étaient dirigés vers le fond des quais. Kira prit donc cette direction sans réfléchir davantage. Il avait hâte de se poser et de régler ce petit problème avant que la vue du sang ne lui fasse perdre la tête. Il n'en avait pas réellement peur, il était juste... Mal à l'aise. La vue du sang remontait de vieux souvenirs qu'il aurait souhaité enterrer depuis longtemps. Des souvenirs douloureux, cruels, qui lui donnaient envie de vomir. Ceux qui le tenaient éveillés pendant des heures et qui le tourmentaient même au sein de l'univers fictif du jeu. 
En quelques minutes à peine, Kira rejoignit ce qui lui semblait ressembler à un centre de soin - les taches rouges qui jonchaient le sol étaient un indicateur assez précis. Il tira le rideau blanc qui masquait l'entrée et jeta un rapide coup d'oeil autour de lui, cherchant une présence humaine - ou plutôt pixellisée.

"Hey doc', j'aurais bien besoin de compagnie !" lança-t-il d'une voix rocailleuse, légèrement marquée par la fatigue.

Avisant un tabouret de libre dans un coin de la pièce, Kira s'y laissa tomber rudement avec un grognement de satisfaction. Il tira légèrement sur les bandags rudimentaires qui entouraient son bras et fit une grimace : ce n'était pas très joli. Il espérait ne pas en garder une cicatrice supplémentaire dans la vie réelle... L'homme en avait déja bie suffisamment. Quant à la blessure de sa hanche, elle ne lui faisait pas vraiment souffrir, mais il savait que cela ne signifiait parfois pas grand chose.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Needing a doctor (w. Vinnie)   Sam 5 Sep - 12:39

Perdu entre l’inconscience et la réalité, je somnole, éreinté d’une nuit qui n’a pas cessé. Les blessés ont été nombreux, fort heureusement, tous bénins. J’ai été capable de les soigner tous, sans exception et pour une fois, j’ai vraiment l’impression de faire la différence. L’esprit juste assez apaisé pour prendre un peu de repos, je suis presque confortablement installé en arrière de l’infirmerie, à attendre le prochain. Bien sûr, je pourrais chercher une sortie et retourner dans le monde réel, mais c’est ici que je me sens le plus à l’aise. Du coup, lorsqu’une voix m’interpelle soudain, je sursaute, tellement fort que j’en viens à tomber de ma chaise, dans un fracas sourd. « Connerie ! Ca fait mal au cul c’te merde ! » Dans ma finesse légendaire, je m’exclame, avant même de me rendre compte que le monde peut m’entendre. Haussant les épaules, je me redresse enfin pour fixer l’homme qui s’est assis sur le tabouret inconfortable qui orne la pièce. Mes prunelles s’égarent, comme par réflexe, avant que je ne me rende finalement compte que je ne le connais pas. Probablement un nouveau joueur, ou bien simplement quelqu’un de prudent que la chance a soudainement abandonné. Avec un soupir, je m’approche de lui et cesse mon observation pour attraper un autre siège que je tire jusqu’à lui, pour déposer mon séant encore douloureux de la chute précédente. « Vas y, raconte moi tout. Ton nom. Comment ça t’es arrivé. Et pourquoi je t’ai pas vu plus tôt ici. T’es du genre prudent ou chanceux ? » Cela peut ressembler à un interrogatoire, d’une façon, c’en est un. Je ne cherche qu’à comprendre ce qui pose problème, afin d’être plus efficace dans mes soins, même si je n’ai jamais réussi à me prouver que l’un et l’autre avait un rapport. Probablement quelque chose que j’ai du voir dans une série ou un film, mais dans l’absolu, cela me permet surtout de faire connaissance avec les nouveaux membres de ma team. Ou les anciens que je n’ai jamais rencontrés…

Avec une douceur qui contredit la rudesse de mes mots, mes mains viennent repousser la sienne, pour défaire le bandage qu’il semble fait seul. Si ce dernier ne ressemble à rien, la blessure en dessous est pire encore. Je ne retiens d’ailleurs pas un petit sifflement, qui pourrait être interprété comme de la surprise, du dégoût ou bien simplement parce que je suis impressionné qu’il ait pu se traîner jusqu’ici avec une blessure pareille. Je n’expliquerais pourtant pas ma réaction, me contentant de me relever pour me laver les mains et lorsque mes yeux se déposent de nouveau sur lui, que je croise son regard, une étrange décharge parcoure mon corps. C’est une étrange impression qui m’a pris soudain, mais je préfère déglutir et faire comme si de rien n’était, de peur d’effrayer mon patient. Pourtant, c’est mon cœur qui s’agite sous une peur latente que je ne comprends pas. Je ne le connais pas, ce n’est qu’un pressentiment qui m’agite. La même réaction que lorsque je croise quelqu’un que je reconnais de la vie réelle. A la différence près que je n’ai jamais vu cet homme. Peut être l’ais-je un jour croisé, mais je ne m’en souviens pas. Pendant plusieurs secondes, je reste debout, bloqué dans mon mouvement, comme bugué, avant de finalement faire comme si de rien n’était et de revenir m’assoir non loin de lui, agité pourtant d’un tourment que je m’efforce de conserver invisible. « Bon, inutile que je sois hypocrite, ça risque de faire mal. » En m’écoutant, je soupire d’aise en me rendant compte qu’aucun tremblement n’a pris d’assaut ma voix. Parfaitement capable de rester impassible, en attendant de pouvoir analyser cet étrange sentiment.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Needing a doctor (w. Vinnie)   Dim 6 Sep - 17:23
A peine Kira fut-il installé sur le tabouret au confort rudimentaire qu'une voix - ou plutôt un cri - retentit à l'arrière de l'infirmerie. Depuis sa place, l'Atom ne peut discerner grand chose, mais il se doute que son irruption dans la pièce a du tirer le médecin d'u quelconque sommeil. Kira en aurait été presque désolé s'il n'était pas entrain de se vider de son sang sur le plancher de son infirmerie. La vulgarité de l'homme lui arracha même un sourire : il ne risquait pas de prendre des gants avec lui, au moins. L'ancien soldat n'avait pas besoin de ca. "Réveil douloureux ?" Son regard se pose sur le nouvel arrivant, qui prend visiblement la situation en main. Aucun doute, il s'agit bien du médecin des Atoms. Honnêtement, Kira aurait préféré que cette rencontre ne se fasse que bien plus tard... Voir jamais. Ce n'était jamais très bon signe lorsqu'un joueur passait le seuil. Mais au vu de la blessure qui ornait son bras, l'homme n'avait pas vraiment le choix.

Le médecin tira un siège jusqu'à lui et l'interrogea directement sur son accident sans plus de cérémonie. Le tutoiement le mit immédiatelent plus à l'aise, et lui donna même l'impression étrange de le connaitre. Comme s'ils s'étaient déja rencontré avant.. En dehors du jeu, peut-être. Troublé, Kira profita de leur soudaine proximité pour détailler l'homme avec plus d'attention, les sourcils légèrement froncés comme s'il tentait de résoudre une énigme. Son visage ne lui suggérait rien de familier, pourtant. Rien dont il se souvienne... Alors pourquoi se sentait-il happé en avant, comme s'il devait se rappeler de quelque chose ? Kiran ferma le poing, ses ongles rapant légèrement sa peau pour le ramener à la réalité. Peut-être s'agissait-il d'un ancien camarade de patrouille. Si c'était le cas, il ne tenait pas à s'en souvenir. La guerre avait laissé suffisament de marques dans sa vie. "Le nom, c'est Kira. Et je dirais plutôt que je ne suis pas le genre de joueur auquel on s'attaque, d'ordinaire. Sans offense, j'aurais préféré ne pas me retrouver ici. Faut croire que j'ai été trop confiant." L'homme entreprit ensuite de défaire son bandage, agissant avec une douceur qui contrastait étrangement avec la rudesse de ses mots. Le mélange était déconcertant, mais pas... Désagréable. Le seul commentaire que Kira reçu après l'examen du médecin fut un sifflement. "C'est pas joli-joli, pas vrai ?" Même lui savait reconnaitre lorsqu'une plaie était inquiétante. Le soldat suivit l'autre Atom du regard tandis qu'il se levait, retenant de le questionner sur son état. C'était son travail - il savait ce qu'il avait à faire. La douleur ? Il connaissait. Il n'en avait pas peur. "Ce n'est pas un problème. Ne t'inquiètes pas ca," mentionna-t-il d'un air qui se voulait détâché, malgré la sensation étrange qui lui remuait le ventre. Son regard évite cette fois sa blessure, évitant la vue du sang qui lui déplaisait tant. "Et toi, quel est ton nom ? Que je sache qui remercier lorsque je ne serai plus entrain de pisser du sang."

Il ne devrait pas demander. S'il s'agissait bien d'un ancien soldat faisant partie de ses troupes, il ne ferait que remuer le couteau dans la plaie. Mais il n'avait pas pu se retenir de poser sa question. Le regard de cet homme... Il renfermait quelque chose qui le perturbait. Kira posa alors sa main sur son front, le monde se metant à tanguer autour de lui. "Hh... J'ai du mettre un peu trop de temps à venir jusqu'ici..."

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Needing a doctor (w. Vinnie)   Lun 7 Sep - 22:46

Juste une seconde, je lui lance un regard noir, comme pour le dissuader de lancer une autre vanne sur mon réveil dont mes fesses se souviendront quelques heures au moins. Pourtant, je ne parviens pas à lui en vouloir bien longtemps. Tout homme parvenant à faire de l’humour, même foireux, tout en étant blessé mérite mon respect, aussi je lui octrois un sourire finalement. Il n’a pas le luxe de m’entendre rire, mais cela suffira bien pour cette fois. Il ne me faut pas longtemps pour me retrouver près de mon nouveau patient, qui répond rapidement à mes quelques questions, même si je n’entends que le tout début. Le reste se perd dans un brouillard indécis et mes sourcils se froncent à la mention même de son nom. De son pseudo. Qui fait échos à un autre dans les tréfonds de mon esprit. Celui s’égare plusieurs secondes, se remémorent un passé que je croyais éteint, détruit par la prison. Cette fille que j’ai tant aimée, sans pour autant la connaître. Celle que j’ai bêtement laissée loin de moi, à des moments où j’aurais pourtant eu besoin d’elle. Celle que dans ma stupidité, je n’ai jamais essayé de contacter pour de vrai. Cette fille dont je sais tout sans rien savoir pourtant. Pourtant devant moi, ce n’est pas une fille. Rien qu’un homme, blessé, que j’ignore désormais sans le vouloir. Mes mains tremblent alors que mon regard vide traîne sur la blessure qu’il arbore au bras. Je l’observe sans la voir, aussi, lorsqu’il me questionne dessus, je sursaute soudain et semble de nouveau m’animer. Mes prunelles reprennent vie, se posent dans les siennes une seconde, avant de replonger vers la blessure, les lèvres pincées d’embarras. Sans parvenir à reprendre totalement contenance, je clarifie ma gorge d’un raclement avant d’enfin réussir à parler. « Euhm… Non. C’est même plutôt moche. Du coup je… Enfin, je crois que t’as pas répondu à ma question. Tu t’es fait ça comment ? Ca aide pour te soigner. C’est pas pour t’fliquer hein ?! » Je tente un sourire, qui ressemble probablement plus à une grimace, avant de secouer la tête, pour remettre mes idées totalement en place.

Je ne veux pas laisser le spectre de mon passé se mettre dans mon chemin, cela serait ouvrir la porte aux erreurs, dans un contexte qui ne le permet pas. « Athos ! » Le nom du mousquetaire, symbole du personnage préféré de mon livre favori. Je ne m’épanche pourtant pas sur le suet, plus préoccupé par l’état de santé de mon patient, qui semble se détériorer d’un seul coup. Ma main vient rejoindre la sienne sur son front et la chaleur qui s’en dégage m’inquiète sur le champ. Sans rien répondre, je l’attrape par son autre bras et le force à se relever pour l’amener à la table de soin, juste derrière, qui l’empêchera de chuter au sol. « Allez amène toi. J’veux pas que tu te casses la gueule sur mon sol. » Sans lui laisser le choix, je le tire et le pousse légèrement pour le forcer à poser son séant sur cette fameuse table. Mes instruments traînent non loin, mais je ne les prends pas sur le champ, me contentant d’enlever le bandage et de lui poser des questions, tant qu’il reste conscient. « T’as perdu beaucoup de sang ? » Je lui parle, pour qu’il ne sombre pas dans l’inconscient, mais aussi pour me donner une raison de ne pas retourner penser à la Kira de mon passé. Son nom m’a perturbé beaucoup plus que je ne l’aurais cru, mais je ne dois absolument pas laisser le trouble me prendre. « Me lâche pas okay… » C’est plus une supplique qu’une demande… parce qu’il est hors de question que je laisse crever quelqu’un entre mes mains aujourd’hui.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Needing a doctor (w. Vinnie)   Mar 8 Sep - 20:18
Kiran se demandait depuis combien de temps il avait quitté la forêt et échappé aux traquenards de ces gars. Une heure ? Moins, plus ? C'était difficile à dire. Sa fuite en avant en direction du refuge des ATOMs avait été une course effrénée contre la montre, et son esprit n'était resté fixé que sur une chose : continuer à avancer jusqu'au bout. Il ne s'était pas arrêté une seule fois avant de voir enfin l'infirmerie s'étendre dans son champs de vision. Et là, en cet instant, le tabouret inconfortable sur lequel il avait posé ses fesses représentait son premier salut. Son deuxième, il espérait le trouver avec leur docteur. Espérait... Parce qu'en ce moment, l'homme renvoyait plutôt l'impression d'être aussi perdu que lui. Pendant un bref un instant, il examina la blessure du soldat sans un mot, et Kiran se demanda vaguement s'il réfléchissait encore à l'état de son bras ou s'il tentait de se contenir pour ne pas l'effrayer davantage sur la gravité de la plaie. Après un court silence, leur regard se croisa un instant ; l'Atom semblait embarrassé. Son propre coeur s'accélèra légèrement, d'angoisse surement, et Kiran se mit à mordre sa lèvre. Etrangement, il fait bien plus attention à sa vie - ses vies - que lorsqu'il était encore sur le terrain en Irak. Maintenant, il sait ce qu'une blessure mal soignée peut infliger.

Le docteur lui exposa de nouveau des questions, s'éclaircissant la gorge et buttant sur quelques mots au passage. Kiran pencha légèrement la tête, comme une question silencieuse, ses yeux doux se posant sur cet homme qu'il ne connaissait pas tout à fait et dont l'attitude l'intriguait plus que tout. "Ah, ouaih... Désolé. J'étais un peu trop confiant, je me suis fait avoir comme un bleu dans la forêt. Ils me sont tombés dessus quand j'avais la tête ailleurs." A peine eut-il prononcé ces mots que Kiran se sent encore plus honteux. Quelle façon stupide de perdre peut-être l'une de ses vies, franchement. Ce jeu avait tendance à le ramollir un peu trop, parfois, et ses anciens réflexes devraient vite redevenir ses meilleurs amis s'il comptait fouler encore un peu les terres du Darwin's Game. Comme pour lui assurer la bonne foi de ses mots, le médecin lui offrit un sourire encore un peu maladroit ; rien à voir avec celui qu'il avait aperçu tout à l'heure. A choisir, il préférait nettement le premier. "Athos ? Ahah, ça me parle... Ca vient d'où ?" Un vague, très vague souvenir lui revint en mémoire. Quelques lettres en pixels qui ne lui appartenaient pas, vestige d'un passé ou son coeur était pris dans la toile. C'était le nom d'un personnage... L'un de ses personnages préférés. Kiran se mordit un peu plus durement la lèvre pour chasser ces souvenirs. Il n'aimait pas se rappeler de cet homme qui lui avait volé sa raison et l'avait laissé se débattre seul avec son coeur des années après. Il ne s'en était jamais tout à fait remis. Il n'avait jamais oublié... L'ancien soldat essayait juste de refaire sa vie, loin d'un avenir qui ne serait certainement jamais le sien. Pourtant, quelques fragments comme celui-ci lui revenait régulièrement à la figure, comme pour être sur qu'il ne pourrait jamais vraiment l'oublier.

Kiran vit le sol tanguer un peu sous ses pas lorsque Athos le fit se lever de force, l'obligeant à quitter la relative sécurité de son tabouret. Il se retrouva assis un peu plus loin, sur une table d'observation, le regard ailleurs. Il commençait à sentir l'effet de sa perte de sang, et en général, ce n'était pas vraiment bon signe. Combien il avait perdu ? "J'en sais rien, j'ai pas vraiment compté... Mais j'ai bien l'impression qu'ils ont touchés une artère, ou un truc dans ce goût-là..." C'était plus une question qu'une affirmation, à vrai dire, mais vu l'état de son bandage et les traces de sang qu'il avait laissé au sol dans la forêt... Il y avait de quoi s'inquiéter. D'un air vague, Kiran suit son médecin du regard, ses yeux se posant sur les instruments non loin de là. Lesquels va-t-il devoir utiliser ?... Son attention se fixe à nouveau sur Athos, sa demande sonnant soudain comme une supplique à ses oreilles. Le soldat entrouvrit légèrement les yeux, surpris par la sonorité de sa voix et la douleur qu'il y discerne. Son regard s'adoucit pour lui. "T'inquiète... J'en ai pas l'intention." Il aurait voulu lui offrir une grande claque dans le dos pour le remettre d'aplomb, mais ses forces ne semblent plus tout à fait répondre. Alors il grimace à son tour, luttant contre l'envie de s'allonger sur la table et de fermer les yeux. Un petit instant. Un tout petit. "Par contre, si tu veux pas que je fasse une sieste là... Va falloir commencer... Le travail, je crois..." Sa main se serre en un poing sur sa cuisse, la douleur lancinante de ses hanches commençant à son tour à faire des siennes. "Et puis au pire, on se revoit à la prochaine connexion," lâcha-t-il en serrant les dents, pour lui signifier qu'il n'en était pas à sa dernière vie. Que même s'il se loupait, il ne lui en voudrait pas. Bien sur, il n'aurait jamais pris ce genre de remarque comme une excuse s'il avait eu lui-même la vie de l'un de ses camarades entre ses mains. Mais c'était sa vie - ce n'était pas pareil.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Needing a doctor (w. Vinnie)   Mer 9 Sep - 19:10

La tête ailleurs… Mes dents se serrent à cette simple évocation. C’est une erreur que l’on ne peut commettre dans ce jeu. Et si Kira ne l’a pas encore compris, avec cette blessure, il ne risque plus de l’oublier. J’essaye de compatir bien sûr, mais cela n’est guère évident. Ce genre d’erreur conduit les hommes et femmes d’Atom à venir me voir… Et pour cette simple raison, je grogne. Cela n’a rien de vraiment agressif, je cherche simplement à montrer ma désapprobation, qui s’évanouit bien vite en l’entendant me questionner sur mon pseudo. Un large sourire me prend cette fois et c’est dans les yeux que je lui confesse finalement. « Mon personnage préféré. De mon livre préféré. Ca vient des Trois Mousquetaires. De Dumas. Je suis étonné que tu connaisses. » et parler de choses aussi banales qu’un bouquin semble une bonne idée pour empêcher l’homme de songer à sa blessure. Détourner l’attention semble être la seule et unique solution viable pour le garder éveillé, même s’il semble désormais éprouver les plus grandes difficultés pour reste totalement avec lui. C’est pour cela que je l’entraîne jusqu’à la table, pour lui éviter de chuter lourdement au sol. Une fois installé, j’entreprends de défaire le bandage de fortune qu’il s’est fait et grimace en voyant pour la première fois toute l’étendue des dégâts. C’est moche et cela risque de fortement s’aggraver si je ne me mets pas au travail sur le champ. Pourtant, je m’efforce de prendre le temps de le calmer, le rassurer, pour qu’il ne me claque pas entre les doigts, d’une crise de panique… « Pas d’artères de touchées. C’est juste profond. Et vu que t’as fait un bandage de merde, ça a rien stoppé du tout. Je vais essayer de réparer ça. Mais c’est pas gagné ! »

Ma voix est douce, calme et contraste étrangement avec mes propos durs et agressifs. Je ne cherche pas à le brusquer, mes mots se sont échappés, comme munis d’une volonté propre. Je secoue la tête légèrement et prends une très grande inspiration, finalement prêt à commencer. Ma main s’évade vers le plateau non loin, attrape le kit de suture, ainsi qu’un scalpel, au cas où, avant de sourire à la remarque de mon patient. Mes lippes glissent pourtant de nouveau vers la grimace lorsqu’il ose blaguer sur sa prochaine connexion. Mon regard se fait dur une seconde, mais je l’empêche juste à temps de lui balancer une remarque désagréable. Ce n’est ni l’endroit, ni le moment pour mes états d’âme. « Ta prochaine connexion aura lieu parce que t’auras trouvé une foutue porte. Pas moyen que tu crèves maintenant. J’te jure que je te tues si tu crèves ! » Pas certain que ça soit le meilleur moyen de le motiver à résister à la sieste, mais je n’ai pu m’empêcher cette petite blague, à peine drôle. Détournement d’attention encore une fois, car je ne pourrais pas l’anesthésier. « Ca risque de faire mal. Je vais essayer de recoudre, si tes chairs sont pas trop abimées, sinon, ça va être une boucherie. » Toujours dans la dentelle, je me mords la lèvre pour m’éviter d’en dire plus. Cette fois, je me contente donc simplement de plonger dans la blessure, avec le plus de douceur possible, qui contraste toujours avec ma rudesse apparente, afin de commencer le boulot, qui se passe finalement mieux que prévu. Les chairs ne sont pas aussi abimées que je l’aurais cru et la réparation s’effectue plutôt bien, malgré le manque d’anesthésie et la profondeur de la plaie.

La suture se passe plutôt bien et bientôt, c’est un nouveau bandage que j’enroule autour de son bras, qui souffrira durant de longues semaines. « Désolé de te dire ça, mais tu risques pas de tenir une arme avant un bout de temps Kira. » Le prénom ramène des frissons inattendus qui me crispent et de nouveau, je sens mon cœur s’emballer, avant d’enchainer, pour ne pas me laisser gamberger plus longtemps. « Autre chose ou tout va bien maintenant ? » Détournement d’attention, une fois encore, mais cette fois, plus à mon encontre qu’à la sienne…

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Needing a doctor (w. Vinnie)   Jeu 10 Sep - 21:18
Etrangement, Kira ne paniquait pas. Il aurait du pourtant ; sa blessure était vraiment profonde, et il n'avait visiblement rien fait pour en améliorer l'état. Mais l'attention d'Athos envers lui, sa voix douce malgré la dureté de ses mots et son attitude concernée calmait ses excès de frayeur avec une efficacité redoutable. Ce contraste étrange entre ses mots et son ton lui était d'ailleurs étrangement familier et le berçait doucement. Son regard suivait le moindre des gestes du médecin, à la fois par pure curiosité et pour garder une ancre bien réelle dans ce monde. Sa conscience allait et venait, et l'Atom se sentait proche de s'évanouir. Rien d'étonnant à cela, vu la quantité de sang qu'il avait perdu et les efforts qu'il avait produit pour se traîner jusqu'ici. Mais l'ancien soldat savait mieux que quiconque qu'il était toujours dangereux de perdre conscience lorsque notre corps semblait sur le point de lâcher. Après tout, comment deviner la date de notre réveil ? "Ouaih, j'ai jamais été très doué pour les bandages... Pas vraiment le temps de m'en occuper," lâcha Kira d'un air vague, l'air pas tout à fait présent.

Kira ne put s'empêcher de rire à la remarque du médecin. Cette petite touche d'humour lui faisait du bien au sein de l'atmosphère tendue de l'infirmerie. Il lui en veut, ça se sent. Mais le soldat ne peut s'empêcher de parler ainsi de lui, de ses propres vies qu'il considère comme beaucoup moins importantes que toutes celles de ses camarades. Il se demande un court instant si Athos ne va pas l'engueuler, mais il se retient. Dommage - l'Atom retint un petit sourire. Il sent que ses mots ne trahissent pas tout à fait ce qu'il est, et que sa brutalité apparente ne cache que l'inquiétude qu'il entretient envers ses patients. Kira, à son tour, ressent le besoin de le rassurer. "Te gêne pas pour moi. Si tu peux sauver ce bras, je gérerai la douleur. J'ai déjà eu affaire a bien pire, crois-moi." Il n'a pas trop le choix, de toute manière. C'est soit ça, soit il se déconnecte de façon un peu brutale, et Kira avait l'étrange impression que le médecin ne le laisserait pas mourir si facilement.
Athos plongea enfin ses instruments dans la plaie et le soldat inspira une grande bouffée d'air, son regard se fixant sur un point invisible à quelques mètres de là. Les muscles de sa main saine se crispent sur le bord de la table, tandis qu'il garde son bras blessé le plus immobile possible. La douleur, il connait ça. Ca se gère, ce n'est que du mental. C'est ce qu'on leur avait appris avant de les envoyer en guerre. Mais étrangement, cette fois-ci, Kira se sent plus à l'aise. Sans doute est-ce que aux précautions que prenait l'homme pour ne pas lui prodiguer de douleurs inutiles. "Tu es vraiment doux... La plupart des médecins ne s'emmerdent pas autant que toi..." Kira se mordit presque immédiatement la joue avec l'impression que ses mots ne sonnaient pas du tout comme ils auraient du. Puis il posa son regard ailleurs, le temps qu'Athos finisse son travail.

A peine eut-il fini d'attacher son bandage - beaucoup plus soigné que le sien, soit dit en passant - que le soldat reprenait peu à peu ses esprits, sans doute soulagé que l'opération se soit bien passée. Il leva précautionneusement son bras à hauteur de son regard, et émit un sifflement d'admiration. "Eh beh, joli travail Athos ! J'aurais pas fait mieux." Le jeune homme lui adressa un grand sourire admiratif et reconnaissant, avant de rabaisser son bras sur ses genoux. Sa blessure lui causait encore des douleurs cuisantes, et chaque mouvement qu'il faisait tirait les fils désormais fichés dans sa peau. A cette sensation, Kira grimaça. "Ouaih... Fais chier. Mais merci. J'aurais surement fini par saloper ton sol si t'avais pas été là. Ca fait longtemps que tu exerces ? Le prend pas mal, mais t'as pas une tête de médecin." Il remua doucement les doigts, comme pour vérifier que toutes ses sensations étaient revenues. "Ca devrait aller, je crois... Est-ce que je dois faire des visites de routine ou un truc du genre ?" D'habitude, ce genre de trucs, ça le faisait carrément chier. Mais ici, c'était différent. L'infirmerie, c'était un lieu safe. Et Athos l'était aussi. Comme une zone de confort qu'il connaissait déjà sans parvenir à mettre le doigt dessus. D'un geste souple, Kira sauta au bas de la table, retrouvant avec plaisir un sens de l'équilibre un peu moins précaire. Un petit éclair le prit malgré tout aux côtes, lui tirant une grimace. "Je l'avais oublié celle-là..." marmonna-t-il en relevant le coin de son pull, examinant une entaille beaucoup moins sévère que celle de son bras. Le soldat haussa les épaules. "Pas la peine de recoudre pour ça, non ?" demanda-t-il, son regard plongeant dans le sien - provoquant une autre décharge, moins violente, plus ciblée au creux de son estomac.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Needing a doctor (w. Vinnie)   Ven 11 Sep - 17:44

Le travail, bien que difficile, a ce mérite de me faire rencontrer à peu près tout le monde, a un moment donné ou un autre. Pourtant, c’est un crève cœur à chaque fois qu’un nouveau membre vient à ma rencontre, avec des blessures de ce genre, grave, potentiellement mortelle. Heureusement que l’expérience se gagne avec chacun d’entre eux et il m’est désormais plus facile d’analyser et agir. C’est probablement la raison pour laquelle l’opération se termine aussi vite, malgré la gravité de la chose. Je sursaute d’ailleurs lorsque l’homme reprend la parole, probablement étonné de l’entendre palabrer avec autant d’aisance, malgré le manque de sang évident qu’il doit éprouver maintenant. Sa remarque me hérisse le poil et je me retrouve incapable de lui répondre sur le champ. Ce qui sonne comme un compliment dans la bouche de mon patient me perturbe plus que je ne l’aurais cru. D’un geste réflexe, je laisse ma langue tâter le coin de ma bouche, dans un tic qui témoigne de ma gêne soudaine. Pourtant, je trouve le moyen de lui offrir mon regard et une réponse, bien que bancale. « Il paraît que ça marche mieux quand on se prend d’empathie pour les patients. Et puis j’suis pas là pour vous charcuter, mais pour vous réparer. Ces foutus Eshu s’en chargent bien assez bien seuls. » Toujours à me cacher derrière ma haine de ces foutus ennemis, je parviens finalement à former une phrase complète, totalement à propos qui dissimule très bien le trouble que je ressens à rester plus longtemps avec cet homme. Pourtant, je ne m’en éloigne pas, comme attiré de nouveau par l’une de ses phrases. Une moquerie non dissimulée déguise mes traits et je finis par m’esclaffer, probablement plus par arrogance qu’autre chose. « T’as dis que t’étais pas doué pour les bandages. C’est pas difficile de faire mieux que toi. » Pourtant, même si je me moque de lui, cela n’a, dans mon esprit, rien de bien méchant. Après tout, chacun son job. Je ne suis pas un vrai combattant, tout comme il n’est pas médecin. Cela paraît plus logique que mon travail soit meilleur que le sien, comme il a du tuer plus de personnes que moi.

Je l’observe longuement jouer de son bras, sans réellement regarder son appendice. Je reste plus concentré sur ses traits, que je suis pourtant certain de n’avoir jamais vu. A chaque fois qu’il parle pourtant, je ne peux me défaire de cette impression de le connaître depuis longtemps. Curieux paradoxe qui m’impose de le fixer un peu plus, avant de secouer la tête pour retrouver toute ma concentration, alors qu’il finit par parler de nouveau. « Je suis pas médecin. Je veux dire, pas en vrai, dans le monde réel. Je suppose que j’aurais pu l’être, mais la vie m’a emmené ailleurs. Et bref.. » Un long frisson m’a pris, en souvenir de mon passage en prison, mais je m’efforce de ne pas y prêter attention, pour continuer à parler finalement. « … j’ai commencé en arrivant sur le jeu. Un peu jeté dedans par hasard. » Je me mords la lèvre, pour retenir la question qui me brûle les lèvres, en vain malheureusement. « Pourquoi ? Tu trouves que j’ai une tête de quoi ? Pêcheur ? » Je secoue la tête, comme pour lui enlever cette idée de la tête, avant de pencher la tête, très intéressé par sa réponse, tout en restant un brin angoissé par cette dernière.

Presque bloqué, en attente d’une réponse avec beaucoup trop d’impatience, je ne remarque pas aussitôt qu’il a continué à parler et que je n’ai donc pas répondu à toutes ses questions. Retrouvant autant que possible un ton professionnel et un sourire qui se voudrait l’être tout autant, j’entreprends finalement une réponse, qui se change d’elle-même alors que je me perds dans ses yeux une fois encore. « Je pense pas que ça soit très utile, ça devrait bien se soigner mais… juste au cas où, reviens dans quelques jours, ou si tu vas dans la forêt. Faudrait pas que ça s’infecte… J’ai pas envie de te revoir sur ma table avec ton insouciance. » Les propos ont dépassés une nouvelle fois mes pensées et c’est cette fois toute ma lèvre inférieur que je mordille, presque gêné d’avoir laissé mon impulsion prendre le dessus. Bien sûr que je déteste lorsque mes compatriotes ont si peu de considération pour leurs vies et si je ne l’avais pas encore exprimé à voix haute à Kira, voilà la chose faite. Cependant il se lève et toujours à mon observation je ne loupe pas sa grimace, qui m’indique aussitôt que quelque chose d’autre ne va pas. Il soulève finalement son t shirt et je soupire, de nouveau contrit par son manque d’intérêt pour sa survie. Je lève les yeux au ciel, juste une seconde, avant que mes mains expertes ne viennent se déposer, douces, autour de sa blessure. Mon observation est rapide et de nouveau je soupire avant de lancer, d’un ton clairement agacé. « Loupé ! Pour nous deux. Tu vas devoir retourner sur cette foutue table. Et je vais devoir recoudre. On peut prendre aucune chance dans un jeu comme celui là. Je préfère te recoudre pour rien et être sûr que tout va bien, plutôt que de te laisser partir pour te vider de ton sang dans un coin pourri ! »

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Needing a doctor (w. Vinnie)   Lun 14 Sep - 9:08
Tenant sagement son bras contre son torse pour retenir des mouvements involontaires et somme toute douloureux, Kira ne pouvait s’empêcher d’observer son vis-à-vis à la dérobée ; lorsque son regard se tournait sur sa blessure, ses outils ou qu’il se détournait de lui. L’homme n’aurait su dire pourquoi, mais il avait l’impression de l’avoir déjà vu quelque part. S’étaient-ils croisés dans la vie réelle ? Cela ne lui était encore jamais arrivé. Pour lui, la limite entre le jeu et son monde était encore bien tangible, et il avait parfois du mal à se dire que les personnes qu’il rencontrait ici avaient une vie, eux aussi – un traintrain quotidien bien loin des horreurs qu’ils affrontaient ici. Mais s’il avait connu Athos avant le Darwin’s Game, il s’en serait rappelé, pas vrai ? Le médecin exerçait une telle fascination chez lui qu’il n’aurait pu en aucun cas le louper. Kiran se mordit la lèvre en se rendant compte de la tournure que prenaient ses pensées. Fascination… Vraiment ? Le soldat observa son compagnon avec un peu plus d’attention, intrigué. Son attitude balançant entre le désintéressement apparent qu’il tentait de maintenir et son humour teinté d’attention pour les autres, Kiran avait l’impression de retrouver un vieil ami. Pire, même ; il savait comment se comporter, comment y répondre, comme s’il avait déjà acquis réflexes il y a de ça des années. La question lui brûlait de plus en plus les lèvres : est-ce qu’on se connaît ? Malheureusement, il y avait bien un tabou, inavoué, que personne n’aurait entraver : on ne parlait pas du monde réel. Alors Kiran se tut, se contentant de fouiller sa mémoire à la recherche d’un homme oublié.
Le rire de l’Atom éclata finalement entre eux et les traits de Kira se détendirent à leur tour, oubliant pour un temps qu’il avait bien failli y rester sur cette table. « T’aurais pu au moins faire semblant que c’était pas si mal, » fit-il remarquer avec un large sourire au coin des lèvres. « Histoire que je me sente moins vexé, quoi. T’es pas censé ménager tes patients lorsqu’ils sortent tout juste d’une opération ? » Il n’avait absolument pas besoin d’être ménagé, bien sur. Au contraire, il appréciait la franchise et le naturel d’Athos, mais il avait simplement envie de le taquiner un peu – d’apprendre à le connaître… Ou le reconnaître.

Kira finit par reposer son bras après avoir joué avec pendant quelques instants, testant la réactivité de ses muscles et la sensibilité de ses nerfs, un peu trop accrue pour le moment. Son attention revint rapidement sur Athos, amusé de l’entendre poser la question. Le soldat haussa alors les épaules, l’air désinvolte. « Mh… Kiné, peut-être. Ou ingénieur. Un truc assez poussé, mais pas forcément médecin. Même si je dois avouer que tu fais un sacré boulot, si tu n’as pas eu de formation là-dedans. T’as appris sur le tas, du coup ? » Allez, raconte-moi un peu qui tu es. Il ne voulait pas lui exposer ses questionnements directement, pour ne pas qu’il se sente obligé de lui répondre… Quoi qu’il ne le ferait surement pas s’il n’en voyait pas l’intérêt. Mais il se serait senti trop intrusif, autrement. Pas à sa place. Pourtant, lorsque le médecin entreprit de lui répondre une nouvelle fois et que son regard sembla se perdre dans le sien, Kiran se sentit happer par ses mots, suspendus à ses lèvres comme s’il n’attendait qu’une chose : entrer un peu plus dans le monde de cet homme qu’il venait à peine de rencontrer. Ses sourcils se lèvent, un peu surpris de ce qu’il vient d’entendre, puis rapidement, son visage se radoucit. « Fais gaffe, je vais bientôt croire que tu t’inquiètes pour moi, » suggéra-t-il avec malice, ignorant superbement l’enthousiasme dont se paraît son cœur à cette idée.
Puis ce fut sa grimace qui attira l’attention du médecin, une nouvelle fois. Kiran le vit lever les yeux, visiblement agacé par son comportement, et le soldat se dit que, peut-être, cela valait le coup de faire un peu plus attention à ses vies. Il lâcha un soupir à son tour, pas spécialement ravi de repasser sur le billard. Il tenait peut-être le coup, mais ce n’était clairement pas une partie de plaisir. « Bien, chef. » Le mot sonne bizarrement dans sa bouche ; cela le ramène quelques années en arrière, à l’époque où la hiérarchie dirigeait sa vie. Des endroits comme celui-ci, il en avait déjà visité des centaines… Mais l’impression qu’il en retirait était différente, aujourd’hui. Athos était différent.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Needing a doctor (w. Vinnie)   Lun 14 Sep - 14:29

« J’pourrais… Mais c’est pas mon genre. Tu te crois au pays des Bisounours où les licornes rotent des papillons ou quoi ? » Cette expression… Elle me fait rire à chaque fois que je l’utilise. C’est devenu récurrent, une de mes phrases favorites que je m’emplois à utiliser presque à outrance. Un fin sourire vient déguiser mes traits alors que je prononce le dernier mot et que je le vois cesser de jouer avec son bras. A tester les fils et ses muscles, cet imbécile allait finir par détruire mon travail, mais l’idée de le revoir au plus vite ne me dérange pourtant pas tant que ça. Certes, je déteste revoir mes patients sur ma table, mais d’un autre côté, pour un simple rafistolage, cela ne me dérange pas autant. Je pourrais le lui faire remarquer, mais je garde pour moi toute remarque sur le sujet, de peur de l’agacer avec mes recommandations trop nombreuses. Bien sûr, c’est mon travail que de faire en sorte de le garder loin d’ici, mais je préfère ne pas trop pousser ma chance pour l’instant. Peut être dans le futur, si nous venons à mieux nous connaître. Ma question en tout cas, est restée en suspens entre nous et lorsque sa réponse vient, je ne peux que me tendre à nouveau. Ingénieur… Cela se rapproche dangereusement de ce que j’étais et si je ne veux pas lui donner d’indice, il me faut me détendre. Je m’efforce de sourire encore un peu, de ne pas lui montrer que je me mords la joue et surtout, j’essaye de laisser mon corps se relaxer, d’une technique de respiration discrète que j’ai pu apprendre dans le passé. Cela fonctionne assez bien et ma voix est presque normale lorsque je reprends finalement. « Non, rien de tout ça. J’suis pas aussi intelligent que tu sembles le croire. J’apprends juste aux jeunes le yoga. C’est rien de très folichon, mais c’est très satisfaisant pourtant. » Me faire passer pour l’idiot du village, cela devient une habitude chez moi, même si cela me fait mal au cœur de lui donner des demis vérités. Mieux vaut cela pourtant, que me retrouver avec les flics chez moi à mon retour du Darwin Game… Je me rassure une seconde en me disant que c’est pour ma propre sécurité que je ne lui raconte pas tout, avant d’enchaîner finalement. « Ouais j’ai beaucoup appris avec Ash. Le médecin de chez Gaia. Elle est très douée et l’observer m’a beaucoup aidé. Et puis je lis beaucoup sur le sujet. Du coup j’ai appris très vite. »

Je ne me rends pas vraiment compte que par ces quelques mots, je contredis les précédents. Du coup les mots s’envolent, aussi impulsifs qu’importants et j’espère une seconde qu’il n’y prêtera pas attention. Je ne voudrais pas le rendre suspicieux si bien que je décide de m’arrêter de parler sur le sujet, pour mon propre bien… De toute façon, il embraye bien vite sur autre chose et c’est avec difficultés que je déglutis finalement. Les mots se heurtent dans ma tête, essayent de se faire une place pour franchir mes lèvres, mais c’est finalement une observation générale qui remporte le combat. « Je m’inquiète pour tous les membres d’Atom. C’est plus fort que moi. » Probablement pas la meilleure réponse. Probablement pas la plus vraie non plus, mais dans l’optique actuelle, c’est bien la meilleure à fournir. D’autant plus que le soldat doit retourner sur la table, plus vite que prévu. Cette nouvelle blessure est moins profonde, moins inquiétante, mais avec tout le sang qu’il a perdu, il serait bien idiot de le laisser repartir avec un plaie encore ouverte. Alors j’attrape son haut sans ménagement, je le relève assez pour observer, avant de continuer à le lever vers le haut, dans l’optique de le lui enlever. « Déshabille toi, ça durera pas longtemps ! » Mon autre main vient effleurer les bords de la blessure, avise les chairs et je conclus finalement. « Je m’inquiète pas pour celle là… » Et j’entreprends enfin de m’occuper de lui, lâchant son pull pour recoudre la plaie superficielle, mais toujours dangereuse. Comme prévu, cela ne prend pas bien longtemps et après l’avoir pansé, je reprends finalement. « Voilà… Presque tout neuf ! »

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Needing a doctor (w. Vinnie)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM