Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Ready or not, here I come | Praying Mantis
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 433 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Isabelle Fuhrman
CREDITS : Cranberry. (avatar) et taintedgray (gifs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre comme la Suisse


MessageSujet: Ready or not, here I come | Praying Mantis   Ven 30 Déc - 22:24
I'm so tired of this dumb game of hide and seek

feat. praying mantis & gotcha

L’aisance s’était peu à peu installée avec cette routine – jamais elle n’aurait pensé employer un tel mot concernant le jeu – qu’Olivia avait appris à construire à chaque connexion. Les histoires avec Lou n’y changeraient rien, malgré sa colère et sa déception, elle n’avait pas d’autre choix que d’assumer ses actes et de jouer. Régulièrement, en restant prudente, en essayant de limiter les durées de connexion. C’était peine perdue de vouloir se rationner sur les heures de jeu étant donné l’addiction provoquée par Darwin’s Game mais Olivia ne voulait pas baisser les bras tant qu’elle n’aurait pas essayé de limiter les effets secondaires néfastes d’un « jeu vidéo ». Ces derniers jours, des nouveaux désagréments in game avaient même fait leur apparition sous la forme de bugs. Et pour le coup, ces artefacts informatiques éveillaient chez Olivia une véritable curiosité.

Elle songeait, tandis qu’elle revenait d’une séance d’entraînement de combat, que la simple possibilité que le jeu possède et révèle ses premières failles laissait entrevoir un espoir. Ils pouvaient s’en réjouir – et aussi s’inquiéter, car tout jeu comportant ses erreurs impactait nécessairement ses joueurs ; qui ne pouvait pas tout à coup craindre de perdre une vie sans raison en se connectant ? Une voix féminine coupa net le fil de ses réflexions et de sa journée. « Hey Gotcha ! »

L’interpellée tourna la tête, adressant un bref salut du menton à l’Eshu qu’elle venait juste de croiser. Cette dernière était porteuse d’un message aussi intrigant qu’inattendu ; en tout cas Olivia supposait qu’elle avait quelque chose de particulier à lui dire car on appelait rarement les gens sans raison ou pour s’enquérir de banalités sur leur humeur du jour – ce n’était pas tellement dans l’esprit de leur équipe. « T’es attendue près du bar. » lui notifia donc sa camarade. Un haussement de sourcils plus tard, Ollie accusait la nouvelle en soufflant un simple « Merci. » qui parut clairement beaucoup amuser la jeune fille face à elle. « Oh, je serais toi j’irais armée, on sait jamais … Il a pas l’air commode. » A son commentaire soit sarcastique soit réellement préventif, la brune se contenta d’hausser les épaules et de continuer sa route, cette fois-ci en direction de l’endroit indiqué précédemment. S’il n’était pas monnaie courante d’observer des actes fraternels au sein de leur team, il y avait pour autant peu de chances pour qu’elle se fasse attaquer par un Eshu en pleine journée au beau milieu du Quartier Général – ou en tout cas, pas sans la moindre raison.

Pendant quelques secondes, Olivia fit défiler en vitesse rapide le film de ses récentes péripéties sur le jeu. Elle n’avait rien fait qui puisse justifier les foudres potentielles d’un autre joueur … Rien à part cette fille – celle aux mèches rouges. Ollie sentit son estomac se contracter à l’idée que cette joueuse inconnue avait peut-être perdu sa dernière vie et qu’un de ses proches soit venu la retrouver pour lui faire payer. La brune tenta d’oublier cette fâcheuse possibilité : ni la paranoïa ni son imagination n’allaient l’aider. Et après tout si cette femme n’avait pas tenté de leur dérober des acquisitions du clan, elle n’aurait jamais eu à sortir son arme. N’était-ce pas le principe fondamental qui régissait le Darwin’s Game que celui de survivre ou mourir ? Elle n’allait pas avoir le choix, la petite Olivia : elle allait devoir intégrer la possibilité avec le temps qu’elle finirait tôt ou tard par avoir sur les mains le sang virtuel et véritable d’inconnus.

L’ancien zinc de ce qui avait été une boîte de nuit apparut dans son champ de vision. De dos, la grande silhouette mince et élancée d’un homme était le seul point de vie. Immobile, il ne l’avait pas encore remarquée et pour cause, la demoiselle se faisait discrète, silencieuse dans son approche de louve. Résonnaient d’étranges intuitions dans son esprit ; comme si cette carrure lui était familière sans pour autant l’avoir jamais vraiment vue. A la manière d’une personne qu’on aurait vu en rêve et qui atterrissait tout à coup dans votre existence, ce garçon sans doute plus âgé qu’elle ne lui était pas étranger. Gotcha allait rapidement être fixée, c’était la conclusion qui s’imprima clairement dans son esprit alors qu’elle posa le coude gauche sur le rebord, découvrant enfin les traits du profil masculin qui la cherchait, pour reprendre les mots utilisés.

Dans sa voix, l’ombre d’un sourire et à la fois celle d’un pur étonnement. « … Toi ? » Praying Mantis était un des patronymes qu’il utilisait et dont elle se souvenait, mais si sa mémoire allait puiser un peu plus loin, elle se rappelait encore de son prénom véritable, celui qui le rendait encore plus concret. Si elle ne l’avait jamais vu dans la réalité de leurs existences de Chicagoans moyens, dans le jeu, elle s’était très vite attendue à tomber sur lui au départ. Finalement, les jours dans le jeu s’étaient succédés sans qu’elle ne le croise ni ne parvienne à avoir une véritable confirmation qu’il jouait bien au Darwin’s Game.  « J’aurais du m’en douter. » avoua finalement Olivia, que l’intimidation gagnait petit à petit. Même si avoir mis un visage sur un nom et un pseudo l’avaient aidée au départ, elle n’avait pas été préparée à cette … confrontation ? Rencontre ? De quoi allait-il s’agir au juste ? Elle-même ne pouvait pas le prédire.

made by guerlain for bazzart



I call you but you never even answer, I tell myself I'm done with wicked games but then I get so numb with all the laughter that I forget about the pain. — back to you.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ready or not, here I come | Praying Mantis   Dim 1 Jan - 23:44
A storm is swallowing this interstate.
Gotcha & Praying Mantis
Tu l’attendais. Tu l’attendais, installé dans la vieille boite de nuit. Dans votre quartier général. Lassé de la chercher. Elle viendrait à toi, tu l’avais décidé. Elle viendrait, sans que tu n’aies besoin de bouger. Tu jouais. Tu jouais avec ta lame. Prêt à t’entailler le pouce s’il fallait. Tu fais presque abstraction au monde extérieur. Tu fais presque abstraction à ce qui t’entoure. Imprudence, certainement. Tu pourrais te faire tuer. Tu pourrais te faire dégommer, sans même pouvoir réagir comme il le fallait.
Tu espérais qu’elle viendrait. Tu espérais que tu n’aurais pas à forcer le temps. Forcer les moments. Pourquoi est-ce qu’elle ne viendrait pas, après tout ? Après tout ce que tu avais récolté ? C’était une heure où elle se connectait. C’était une heure où tu pouvais la trouver. Et tu doutais qu’elle se connecte sur un autre jeu. Pas après tout ce qu’il s’était passé. Non. Tu étais presque certain que l’attendre ici était une bonne idée. Tu voulais voir ce qu’elle ferait. Tu voulais voir qui elle serait. Est-ce qu’elle oserait t’attaquer, est-ce qu’elle chercherait à te tuer sans même te parler ? Est-ce qu’Olivia jouerait à la tête brûlée ? Est-ce que tu avais besoin de la protéger ? Est-ce que tu avais besoin de faire attention à elle, puisqu’elle semblait si importante aux yeux de Mythos ? Puisque tu avais retrouvé la jeune femme en larmes sur ton palier, à cause de Gotcha et de son frère décédé. Qu’est-ce que tu allais faire ? Comment est-ce que tu allais réagir ?
« … Toi ? » La voix pourrait presque te surprendre, mais tu caches, de ton mieux, ton léger tressaillement. Un sourire vient s’imprimer sur ton visage, alors que tu tournes ta tête encapuchonnée. « J’aurais dû m’en douter. » Tu souris, un instant. Tu souris, amusé. Elle était là. Elle était là, presque exactement comme tu te l’étais imaginée. En accord avec la photo Facebook que tu avais trouvé. C’était intéressant. Intéressant de la rencontrer ainsi. Presque vraiment. Comme si le jeu prenait une nouvelle dimension dans la réalité. Tu as replié ta lame, calmement. Tu as replié ta lame, avant de la glisser dans le fond de la poche de ton pantalon de cuir. « Tu aurais dû te douter de quoi, Gotcha ? » demandes-tu, en dévoilant tes incisives. « Que je t’attendrais là ? Qu’on se retrouverait dans la même team ? Que je jouais, moi aussi, à ce jeu-là ? » Tu as le ton chantant. Comme si tu étais prêt à rire à chaque instant. « Voyons, voyons. Tu aurais presque pu le deviner, non ? » Ce n’était pas comme si c’était évident, pas vrai ? Ce n’était pas comme si tu lui laissais des tonnes d’indices depuis plusieurs mois déjà. « Si tu es sincèrement surprise de me trouver ici, je serais déçu, tu le sais ? » Parce que ça signifiait qu’elle ne t’en jugeait pas capable. Parce que ça signifiait qu’elle te prenait pour une poule mouillée, pas vrai ? « Sinon, pourquoi est-ce que tu m’aurais posé toutes ces questions, hein ? Toutes les questions sur le jeu, si tu pensais que je n’y avais jamais mis les pieds ? » demandes-tu. Tu souris, avant de retirer ta capuche, en dévoilant ta tête un peu plus clairement. « Et pourquoi tu as sauté le pas, Gotcha ? Ce sont mes mots, ou tu as décidé de jouer la brave, et de transgresser les lois ? » Est-ce qu’elle avait voulu jouer la femme forte ? Est-ce qu’elle avait voulu être une héroïne, malgré tout ce qu’elle savait ? Malgré la mort du frère de son amie, malgré la détresse dans laquelle Louison avait été ? « Tu veux que je sois honnête ? A vrai dire, j’ai presque cru que tu ne foutrais jamais les pieds ici. » Sur le jeu, dans la Pieuvre Mélomane. Peu importe. Simplement si près de toi. « Que tu me taquinais simplement pour voir si j’en étais capable. »
avatar
<b>bavardages</b> 433 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Isabelle Fuhrman
CREDITS : Cranberry. (avatar) et taintedgray (gifs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre comme la Suisse


MessageSujet: Re: Ready or not, here I come | Praying Mantis   Lun 2 Jan - 14:01
I'm so tired of this dumb game of hide and seek

feat. praying mantis & gotcha

Praying Mantis. Jonah. Elle n’était plus vraiment en capacité de réfléchir pour savoir s’il fallait se réjouir ou fuir. Depuis le départ, ils s’étaient toujours jaugés par écrans interposés. Mais maintenant que la barrière était tombée, même ici, ils se retrouvaient enfin l’un devant l’autre, presque en chair et en os grâce à la technologie du DG. Et pourtant ils se comportaient toujours comme deux enfants faisant durer depuis trop longtemps le dérivé d’un « cap ou pas cap » d’un autre niveau. Cap de jouer sa vie derrière un écran ? Cap de se retrouver ? Et cap de quoi, bientôt, maintenant qu’ils se savaient sur le même pied d’égalité ici ?

Ses phrases s’enchaînaient sous la capuche couleur d’encre, sa voix grave et fluide sautait d’une pique aigre-douce à une question teintée d’inquiétude, avant qu’il ne redevienne tout à coup plus sérieux, plus concerné. Est-ce que tu ne m’en croyais pas capable ? Est-ce que tu vas me décevoir ? L’impression d’être en posture d’infériorité dans ce début d’interrogatoire s’accentua. Pour le moment, elle l’acceptait ; parce qu’elle devinait qu’il était l’aîné, tant dans l’âge réel que dans son existence dans ce jeu. « Un peu tout ça à la fois, oui. » Elle aurait du tout imaginer et tout prévoir. La dualité s’opérait, la joueuse dansant mentalement d’un pied à l’autre pour savoir comment être. Olivia était gênée, craintive, sur la défensive, troublée ; Gotcha quant à elle était plus audacieuse, avait soif de réponses, voulait jouer, en savoir toujours plus. Il avait toujours été infiniment plus facile, plus simple de provoquer son homologue tant qu’elle se servait d’un clavier et d’une souris pour obtenir des indices et des aveux à demi-mot. Maintenant qu’elle était là, présente du haut de son petit mètre soixante devant lui, bien plus grand, bien plus imposant par son aura qu’elle ne l’avait présagé, elle était prise au dépourvu. Elle avait moins peur que prévu – peut-être que dans la réalité de Chicago, le sentiment aurait été plus oppressant et plus fort.

Elle ne pouvait pas encore dire qu’elle était rassurée ni même sûre d’être face à un potentiel allié. Ils étaient Eshus et ce pour des raisons bien particulières, elle ne l’oubliait pas. L’homme sembla quelques secondes presque déçu de son temps de latence. Tout n’avait-il pas été limpide depuis le début, au fond ? « Je t’ai cherché, au départ. » La brune lui disait ça et on aurait presque cru qu’elle se sentait coupable de ne pas avoir été plus rapide, plus vive. Et il fallait croire qu’en effet, elle n’avait pas creusé au bon endroit. Ne pas trouver la clé au mystère elle-même l’agaçait. A moins qu’Olivia ait fini par rechigner à le trouver, parce qu’elle voulait … Conserver une part de secret, une distance de sécurité entre individus terrés dans les tréfonds d’Internet ? Parce que ça aurait pu être dangereux, parce qu’il aurait pu être de l’autre côté de la barrière, être un Caho sans foi ni loi aux mœurs scabreuses prêt à l’annihiler ou à la torturer ? Ou bien tout simplement peut-être parce qu’elle avait été noyée par la tonne d’informations, par l’impressionnante vague de découvertes qu’elle avait du assimiler un peu de temps ; qu’elle continuait encore à accumuler à ce jour. « Tu m’en veux d’avoir pris tout ce temps pour comprendre ? » On eut dit une enfant appréhendant la mauvaise réaction d’un parent face à une mauvaise note.

« Nombreux sont les gens à ne pas faire ce qu'ils disent, poursuivit-elle pour en revenir à leurs conversations, celles qu’ils avaient eu pendant des jours, celles où elle avait essayé de prêcher le faux pour avoir le vrai. Et on ne se connaît pas autant qu’on le pense, encore moins sur ce jeu. » S’il la blâmait pour ne pas avoir pu tirer de lui un portrait psychologique précis, elle ne pouvait que le contredire. Ils jouaient tous un rôle, ici, dans leur vraie vie, et même derrière les réseaux sociaux. N’importe qui serait passé sur son profil et n’y aurait vu qu’une fille effacée trop peureuse pour jouer au Darwin’s Game. Lui ? Tout ce qu’elle avait récolté sur lui, tout ce qu’elle avait déduit, elle l’avait construit tout en se méfiant de ses propres conclusions. Il lui paraissait imprévisible, difficilement saisissable, peu apprivoisable ; et en même temps prêt à être atteint quand il le souhaiterait, prêt à lui tendre la main si peut-être elle s’en montrait digne.

Le masque tomba pour de bon quand vint le sujet principal. Leurs motivations ici. Les raisons pour avoir cédé. Olivia aimerait en rire mais elle n’y parvint qu’à moitié et se contenta de regarder un point derrière lui, pendant quelques secondes. « Je serais curieuse de savoir ce que tu penses comme étant la bonne réponse à ta question. » Oui, elle aimerait voir ce qu’il s’imaginait. Elle était prête à pousser le jeu jusqu’ici, une mise en abyme à double-tranchant. « Et toi ? Tu l’as fait pour toi ou pour les autres ? » Eluder son interrogation sans fard ni détour. Ca valait mieux pour le moment. Gotcha sentait qu’elle avait besoin de temps, et surtout besoin de cette discussion avec Praying pour mieux le comprendre. C’était un large pan de lui à déblayer et à démystifier qui s’offrait à elle ; elle ne comptait pas le laisser filer tant qu’elle n’en saurait pas plus sur lui.

« Je voulais savoir si ce que je pensais à ton sujet était vrai. » Et maintenant, j’en ai la confirmation, poursuivit-elle en pensée. Soit il était un fou animé par l’envie du risque, soit il avait des intentions plus profondes et plus complexes. Dans les deux cas, elle savait qu’elle serait fascinée.

made by guerlain for bazzart



I call you but you never even answer, I tell myself I'm done with wicked games but then I get so numb with all the laughter that I forget about the pain. — back to you.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ready or not, here I come | Praying Mantis   Mer 4 Jan - 19:09
A storm is swallowing this interstate.
Gotcha & Praying Mantis
« Un peu tout ça à la fois, oui. » Tu hoches la tête, doucement. Tu hoches la tête, en souriant légèrement. Et qu’est-ce qu’elle en pensait, à présent ? Est-ce qu’elle regrettait ce qu’elle avait fait ? Tu souffles.
« Je t’ai cherché, au départ. » Un aveu. Peut-être que ça n’avait pas été suffisant, alors. Peut-être qu’elle n’avait pas fait un effort assez conséquent. Tu en tirais cette conclusion. Tu en tirais cette conclusion, peut-être intolérant. « Tu m’en veux d’avoir pris tout ce temps pour comprendre ? » Tu lui offres une moue, avant de hausser les épaules. « Je ne sais pas encore. » Peut-être qu’il y avait suffisamment de personnes qui lui en voulaient, au final. Peut-être que Louison était assez en colère contre elle pour que tu ne le sois pas en plus. « Disons que, aidé par quelques concours de circonstances, j’ai moins trainé que toi pour découvrir que tu jouais. » lâches-tu simplement. Peut-être que tu devais ton savoir au hasard. Peut-être que tu devais tes connaissances à la chance. Probablement. Si Louison n’avait pas craché le morceau, si elle ne s’était pas rendue à ta porte au bord des larmes, peut-être que tu n’aurais jamais rien su. Peut-être que tu n’aurais encore rien su. « Alors non, pour l’instant, je ne t’en veux pas. Sauf si c’est simplement parce que tu manquais de curiosité. Je ne sais pas. » Tu ne savais pas encore. Tu voulais presque te donner du temps pour décider, plutôt que d’établir un jugement hâtif. Plutôt que d’établir un jugement erroné.

« Nombreux sont les gens à ne pas faire ce qu'ils disent. Et on ne se connaît pas autant qu’on le pense, encore moins sur ce jeu. » Tu souris. Tu souris, peut-être amusé. Peut-être prédateur. Peut-être que, pour l’instant, elle correspondait assez bien au pattern que tu en avais. « Vraiment ? » Avec un peu de recherche, il était facile d’en savoir un peu plus. Avec quelques lignes de code, quelques déductions, on pouvait avancer. « On peut obtenir des informations erronées, c’est vrai. Mais on peut aussi récupérer un peu de vérité. » Un peu de réalité. C’était peut-être trop aisé, maintenant, à l’ère du connecté. Aisé, même s’il fallait tirer un portrait brouillon entre les différents rôles qu’elle jouait. Et les zones d’ombre ? Les zones d’ombres, tu tentais de les résoudre à travers tes questions. Tu tentais de les résoudre en cherchant directement les solutions. A la source. De sa bouche. « Je serais curieuse de savoir ce que tu penses comme étant la bonne réponse à ta question. » Tu souris. Doucement, tu souris. « La curiosité, peut-être. Le fait de te dire qu’il y a les autres, que certains ont été assez courageux pour le faire. Tester tes limites. Tester tes limites, pour voir jusqu’où tu pourrais aller. Jusqu’où tu pourrais te mettre en danger, alors que tu possèdes déjà un bon nombre d’éléments sur le jeu et … Tu sais que les morts n’arrivent pas qu’aux autres. Que ce ne sont pas des cas isolés. » Elle savait pour le frère de Louison, elle connaissait probablement l’état dans lequel ça avait mis la blonde. Et pourtant, elle continuait. Et pourtant, elle s’était inscrite. Qu’est-ce que tu pouvais y faire ?
« Et toi ? Tu l’as fait pour toi ou pour les autres ? » Tu penches la tête sur le côté. Avec un léger sourire, comme si la réponse te semblait évidente. « J’ai l’air de souvent agir pour les autres ? » Est-ce que tu passais ton temps à t’en occuper ? Est-ce que tu passais ton temps à parler des gens que tu avais rencontré ? Il n’y avait que Louison, éventuellement. Il n’y avait pour le moment que pour Louison que tu voulais bien essayer de faire quelques efforts de sociabilité – et aussi parce qu’on te l’avait recommandé. « Je voulais savoir si ce que je pensais à ton sujet était vrai. » Tu plisses les paupières, un instant. Voilà qu’elle pique ta curiosité. « Qu’est-ce que tu pensais ? » demandes-tu. Peut-être que c’était le moment pour elle de bien choisir ses mots.

avatar
<b>bavardages</b> 433 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Isabelle Fuhrman
CREDITS : Cranberry. (avatar) et taintedgray (gifs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre comme la Suisse


MessageSujet: Re: Ready or not, here I come | Praying Mantis   Mer 11 Jan - 22:59
I'm so tired of this dumb game of hide and seek

feat. praying mantis & gotcha

Praying Mantis prenait à cœur leurs échanges. Elle aussi, mais elle ne s’était pas attendue à un retour aussi brut. Elle avait cru, au premier abord, qu’il était un de ces joueurs vicieux qui poussaient les nouveaux à s’inscrire et à se jeter dans la gueule du loup. Cette hypothèse de départ n’avait été qu’un feu de paille : très rapidement, Ollie avait vu en ce mystérieux personnage bien plus qu’une simple farce. « C’est vrai. Tu as raison, Jonah. On peut trouver des choses. » répondit-elle, presque innocente, presque anodine. Gotcha risquait peut-être plus que ce qu’elle ne pensait à s’exposer face à un joueur qu’elle ne connaissait que via la toile dense et titanesque d’Internet. Elle avait néanmoins envie d’étudier sa réaction, ses tics, son comportement « véritable » alors qu’il jouait depuis le début avec elle, s’amusait de ses réponses, parfois la relançait avec un intérêt qu’elle sentait parfaitement perceptible. Elle aussi avait des petits morceaux d’indice, des indications – des bribes de passé ou d’existence qu’elle n’exploitait pas pour le moment.

Lui, cependant, lui montrait lentement et sûrement l’étendue de son savoir à son sujet. La curiosité. Le défi. Le danger. Et pus les morts. Il avait raison. Et Olivia savait qu’il était conscient de détenir plus de vérité qu’elle ne l’espérait, ou le craignait. Au-delà de la confiance que chacun de ses mots pour décrire sa raison d’être là dégageait, il y avait ce malaise latent, en second plan. Viser aussi juste sans la connaître véritablement donnait presque froid dans le dos. Etait-il simplement fin analyste ou y avait-il anguille sous roche ? La paranoïa la laissait penser qu’il était plus doué qu’elle pour trouver des informations là où elle n’aurait même pas osé mettre son nez. Est-ce qu’il avait été jusqu’à la suivre dans l’ombre, dans la vraie vie ? Est-ce qu’il l’avait déjà réellement vue se rendre par exemple à la fac, passer des heures seule et silencieuse ? Est-ce qu’il l’avait vue rire avec Louison, partager un burger avec Ariel ? La probabilité lui donnait le vertige.

Ne pas y penser, ne pas tenter de remonter le cours de ses journées pour retrouver le visage de Praying Mantis dans la foule invisible qu’elle croisait au quotidien sans la regarder. De toute manière, elle n’y serait pas parvenue. « C’est à peu près ça. » Elle n’avait rien à gagner à être franche avec lui mais comme si c’était la fin d’une partie de cache-cache plutôt ardue, elle reconnaissait sa défaite. « Je te félicite. » Il n’y avait cela dit rien que de l’ironie dans ces congratulations amères. S’il était potentiellement heureux d’avoir tout saisi dans son manège, il pouvait se repaître de cette victoire mais serait bien vite à nouveau affamé. Elle n’en tirait qu’une seule information cruciale : ce type n’était pas seulement un membre de son équipe, il était dangereux. Pas dans les actes, mais dans sa capacité à être imprévisible et à être affreusement doué pour en savoir plus que ce qu’il laissait croire.

Elle ne l’avait pas sous-estimé : son intuition lui avait susurré dès le départ de toujours se méfier de ce joueur. A ses façons de lui répondre quand elle lui avait parlé du jeu, elle avait compris qu’il ne céderait pas tant qu’elle n’en ferait pas de même – et surtout, qu’il se divertissait énormément de sa curiosité, qu’il cherchait à pousser. Olivia n’arrivait pas encore exactement à deviner pourquoi mais la sensation latente qu’il avait une longueur d’avance sur elle la gagnait. Il possédait des clés de compréhension sur elle, Olivia en avait l’intime conviction. Restait à tout trouver.

Etait-il du genre à agir pour les autres ? « Pas vraiment. » Mais ça n’était qu’un air, un paraître. Il pouvait tout faire croire. Sous une capuche noire, on pouvait donner l’impression de tout survoler sans peine, d’être au-dessus du lot, inatteignable. Il suffisait de faire tomber le voile pour que les choses changent du tout au tout. « Je pensais que tu étais parfaitement capable d’être ici, que tout ça était loin de te faire peur, bien au contraire. Que si tu jouais à ce jeu, c’était pour tes propres raisons et pas pour les autres. Je ne pense pas que tu sois là pour jouer les héros ou les aventuriers, simplement … Tu peux le faire, alors tu y vas. Et tu te laisses porter. » Par quoi ? Pas par le hasard, c’était certain. Il était guidé par quelque chose d’intime – impossible de dire quoi. « Et pour répondre à ta précédente question, je ne suis pas absolument pas surprise que tu sois Eshu. » Il pouvait le prendre comme un compliment, un aveu de soulagement de faire partie de la même fratrie virtuelle, ou comme un constat évident qu’il était fait pour être de ce clan. « J’ai même du mal à comprendre qu’on ne se soit pas croisés plus tôt. Les solitaires ne sont pas rares dans notre équipe. » poursuivit la brune, plus calme, plus méthodique. Sans en avoir l’air elle cherchait de son côté à mieux le cerner. « Tu préfères faire bande à part ? »



made by guerlain for bazzart



I call you but you never even answer, I tell myself I'm done with wicked games but then I get so numb with all the laughter that I forget about the pain. — back to you.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ready or not, here I come | Praying Mantis   Dim 15 Jan - 21:57
A storm is swallowing this interstate.
Gotcha & Praying Mantis
« C’est vrai. Tu as raison, Jonah. On peut trouver des choses. » Tu souris. Est-ce qu’elle cherchait à t’impressionner ? Est-ce qu’elle cherchait à te montrer que, elle aussi, elle avait réussi à te retrouver ? Est-ce qu’elle savait ce que toi tu savais ? Est-ce qu’elle en connaissait une étendue similaire à ton sujet ?
Est-ce qu’elle se retrouvait acculée comme une proie faible ? Est-ce qu’elle se sentait menacée ? Pauvre petite biche effarouchée. Et peut-être que Louison avait raison. Peut-être que Gotcha ne ferait pas long feu sur le jeu. Peut-être qu’elle finirait par disparaitre, comme tant d’autres avant elle. Peut-être que c’était inévitable. Que Mythos et toi ne pouvaient rien y faire. Tu ne sais pas. Tu n’en as strictement aucune idée.
« C’est à peu près ça. » te dit-elle. C’est à peu près fidèle à ta description. Tu souris. Doucement. « Je te félicite. » ajoute-elle. « J’en suis presque honoré, tiens. » souffles-tu. Pas sincère. Pas vraiment honnête. Tu t’en fichais. Tu t’en foutais, qu’elle soit impressionnée. Qu’elle te félicite, ou quoi que ce soit.

« Pas vraiment. » Tu n’étais pas vraiment du genre à agir pour les autres. Peut-être qu’elle allait faire partie des exceptions. Peut-être que tu allais être gentil avec elle. Peut-être. « Je pensais que tu étais parfaitement capable d’être ici, que tout ça était loin de te faire peur, bien au contraire. Que si tu jouais à ce jeu, c’était pour tes propres raisons et pas pour les autres. Je ne pense pas que tu sois là pour jouer les héros ou les aventuriers, simplement … Tu peux le faire, alors tu y vas. Et tu te laisses porter. » Tu hausses les épaules. Tu ne sais pas. « Tu as peut-être raison. » dis-tu, simplement. « Je ne suis pas venu ici pour une raison particulière. Simplement pour … voir. » Pour voir ce que c’était. Pour voir comment c’était. « Et pour répondre à ta précédente question, je ne suis pas absolument pas surprise que tu sois Eshu. » Tu pourrais presque rire. Tu pourrais presque sourire face à sa déduction. « J’ai même du mal à comprendre qu’on ne se soit pas croisés plus tôt. Les solitaires ne sont pas rares dans notre équipe. » Toi aussi, au final, tu peinais à comprendre. « C’est vrai que c’est presque admirable. » Ce que tu ne comprenais pas vraiment, c’est pourquoi Louison l’avait croisée avant toi. Pourquoi est-ce qu’elle l’avait croisée, alors qu’elle n’était pas vraiment venue depuis le décès de son frère ? Tu ne comprenais pas. Statistiquement, ça avait peu de chance d’arriver. N’est-ce pas ? « Tu préfères faire bande à part ? » Bande à part ? « J’ai pas envie d’être le centre de l’attention. » dis-tu, simplement. « D’être quelqu’un d’important. » Est-ce qu’on pouvait appeler ça faire bande à part ? Est-ce que c’était ça ? Même dans ta team, tu ne semblais pas vraiment t’intégrer. Même dans ta team, tu avais choisi simplement le rôle de soldat, plutôt que de chercher à apporter quelque chose aux autres. Tu aurais pu apprendre. Tu aurais pu entreprendre quelque chose. Mais pour quoi faire ? Pour satisfaire qui ? Ton égo, ou pour apporter quelque chose à ton équipe ? « Toi, tu fais quoi ? Tu as l’intention d’occuper un rôle … Différent ? » demandes-tu. D’être autre chose qu’une soldate ? D’être quelque chose qui pourrait être grand ? Faire partie de ceux que l’on admire ? Tu voulais bien te livrer. Tu voulais bien te dévoiler un peu, si ça pouvait te permettre d’obtenir des informations sur la demoiselle. Si ça pouvait te permettre de retirer les quelques coins d’ombre qui persistaient.

avatar
<b>bavardages</b> 433 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Isabelle Fuhrman
CREDITS : Cranberry. (avatar) et taintedgray (gifs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre comme la Suisse


MessageSujet: Re: Ready or not, here I come | Praying Mantis   Lun 16 Jan - 22:19
I'm so tired of this dumb game of hide and seek

feat. praying mantis & gotcha

Outre leurs confrontations de leurs idées face à la vérité qui s’imposait à l’un comme à l’autre, les deux joueurs n’en avaient pas encore sorti les armes. L’échange était calme, pas moins chargé d’une certaine électricité. Chaque phrase s’écoulait comme un grain de sable, chaque parole était réfléchie, avancée comme un pion sur un échiquier.

A l’entendre, l’intégration de Praying Mantis chez les Eshus n’avait pas été idyllique. Il n’était pas à l’aise, ou en tout cas, n’appréciait pas autant que d’autres les bénéfices de ces structures communautaires où ils se retrouvaient éparpillés. Une vision des choses à laquelle la fille de militaires s’identifiait assez simplement. « Je vois. » Jonah ne pouvait pas soupçonner à quel point Olivia le comprenait. Dès le départ, le concept de groupes avait autant rebuté qu’intrigué l’étudiante. Etre à plusieurs, oui, cela la protègerait, mais au prix de devoir peut-être se sacrifier pour d’autres. Elle qui n’avait pas l’étoffe d’un leader et qui n’était pas davantage à l’aise quand il s’agissait de travaux de groupe préférait souvent la simplicité de schémas de duos ou de trinômes. Plus il y avait d’avis, plus c’était compliqué à appréhender et à gérer. Gotcha ne comptait pas s’encombrer de trop de facteurs humains dans un jeu pareil. « Je comprends, même. » poursuivit-elle avec ce qui ressemblait bizarrement à un minuscule sourire d’approbation.

Praying Mantis demeurait ouvert à la discussion, ce qui ravissait la demoiselle. Elle allait pouvoir en apprendre réellement plus sur lui, sur qui il était en une seule rencontre dans le Darwin’s Harbor, et ça alors qu’elle avait passé des semaines dans la vie réelle à décortiquer ses échanges écrits avec lui pour un résultat moyen. Sa tactique transparaissait à peine dans ses questions en apparence badines ; savoir sa position chez les Eshu pour évaluer ses forces, déterminer ses aptitudes et surtout, son degré d’implication dans la vie de leur clan. « Je suis crieuse. C’est suffisant pour prendre part à la vie du groupe … Sans être trop investie. » Honnête, toujours, Gotcha n’avait guère envie de corser la tâche à son interlocuteur – elle préférait diluer ses informations avec parcimonie.

La joueuse finit par s’installer sur le bar, se hissant à la force de ses deux bras pour s’asseoir,  faisant moitié face à la grande silhouette partiellement encapée. « Tu joues vraiment seul ? Pas même un partenaire ? » Son regard fixa pendant quelques secondes le visage du jeune homme, plongé dans un nuage de pensées indéchiffrables. « J’en ai eu un, moi. Elle savait que si elle parlait, il oserait en faire de même. Gotcha percevait la méfiance naturelle de son … camarade ? Pouvait-elle le qualifier ainsi ? Pas ami, mais plus qu’une connaissance depuis le temps qu’ils échangeaient. Elle était suffisamment proche de lui pour parvenir à discerner qu’il était encore sur la réserve, la jaugeant autant qu’elle avait pu le faire au départ. Il n’est pas réapparu depuis un certain temps. » La disparition de Saphyr, si elle l’avait inquiétée jusqu’à il y a peu, avait animé en elle un profond et soudain désir de fatalisme, de gravité. Sa mort probable lui rappelait qu’elle pouvait le suivre très vite si elle n’y prenait pas garde. Passés les derniers jours à écumer les journaux pour espérer ne pas trouver la trace d’un décès d’un jeune homme qui aurait pu être son ex-partenaire, Olivia avait fait chou blanc. Mais l’idée qu’il n’était plus que poussière restait ancrée en elle. C’était un rappel imminent de l’urgence de leurs situations à tous. « J’imagine que tu n’as pas vraiment besoin de ça. » finit par conclure d’elle-même la jeune geek, sa fossette gauche se creusant à peine. Puisque lui-même avouait sans problème sa difficulté à sociabiliser ou à travailler en équipe, le fait qu’il ait pu être de mèche avec un autre joueur restait flou dans son esprit.



made by guerlain for bazzart



I call you but you never even answer, I tell myself I'm done with wicked games but then I get so numb with all the laughter that I forget about the pain. — back to you.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ready or not, here I come | Praying Mantis   Sam 4 Fév - 21:29
A storm is swallowing this interstate.
Gotcha & Praying Mantis
« Je vois. » Tu hausses les épaules, légèrement. T’intégrer suffisamment t’apportait peu, au fond. Tu avais ce qui te suffisait. Tu connaissais ceux qui te suffisaient. « Je comprends, même. » Etait-elle sincère ? Comprenait-elle vraiment ce que tu ressentais ? Qu’est-ce qui pouvait te le garantir ? Tes quelques connaissances sur la gamine ? Aucune idée. Possible. Peut-être. A quel point est-ce qu’on pouvait définir les gens en fonction de leurs activités ?
« Je suis crieuse. C’est suffisant pour prendre part à la vie du groupe … Sans être trop investie. » Tu hoches la tête, doucement. Comme si tu comprenais. Comme si tu savais, comme si tu l’avais déjà vécu. Tu préférais être soldat. Sans trop de stupides réunions d’équipes. Sans avoir l’impression d’avoir trop d’importance au sein du groupe.

« Tu joues vraiment seul ? Pas même un partenaire ? » te lance soudainement la demoiselle, après s’être installée sur le bar. Tu relèves la tête, en fronçant doucement les sourcils. Qu’est-ce que tu devais lui répondre ? Qu’est-ce que tu devais lui dire ? Est-ce que tu devais lui parler de Louison ? Est-ce que tu devais lui parler des promesses que tu avais faites ? « J’en ai eu un, moi. » Un souffle. Tu penches la tête, sur le côté. Et ? Est-ce qu’il avait disparu ? Est-ce qu’il était décédé ? « Il n’est pas réapparu depuis un certain temps. » Tu as pincé des lèvres, un instant. Tu as pincé des lèvres, avant de venir t’installer à ses côtés. « Il est mort ? » demandes-tu, comme si tu préférais en être sûr. Comme si tu voulais remuer le couteau dans la plaie. « Tu y tenais ? A ton partenaire ? » continues-tu.
« J’imagine que tu n’as pas vraiment besoin de ça. » Tu hausses les épaules. « C’est pas vraiment ça. » dis-tu. « J’ai une partenaire sur le jeu, en fait. » Ça sonnerait presque comme une confession. « Elle fonctionne … Différemment. C’est plus facile pour moi. » C’est plus facile pour toi de t’y attacher, c’est plus facile pour toi de vouloir la retrouver. Tu peux la croire, et l’écouter. Tu peux te plier au moins un peu à ses idées. « Mais elle me suffit. Je n’ai pas besoin d’un équipe complète, tu vois ? » Tu n’avais pas besoin des autres. Tu pouvais te débrouiller sans eux, pas vrai ? Tu pouvais te battre contre les autres formes pixélisées. Est-ce que le fait que Mythos soit ta partenaire t’empêche de l’attaquer ? Tu n’en avais aucune idée. Et si les circonstances t’y forçaient, est-ce que tu le ferais ? Probablement. Mais tu imagines qu’elle ferait de même, même s’il vous en coûterait. Tu vous imagines capable de vous battre jusqu’au bout, jusqu’à ce que la mort attrape l’un de vous. Et si tu restais ? Peut-être que tu craquerais. Peut-être que tu laisserais ton masque se fissurer, et que tu t’offrirais le droit de tout éclater. De craquer, et de détruire ce qui t’entourait, avant de te forcer à te disloquer. Avant de te forcer à devenir vent de pixels, au moins une fois. Au moins un instant, pour montrer que, elle et toi, vous viviez le même combat. « Mais je sais jouer tout seul, aussi. » finis-tu tout de même par murmurer. Comme s’il était important de le souligner. Comme s’il était important de montrer qu’elle n’avait pas à douter de tes capacités.
avatar
<b>bavardages</b> 433 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Isabelle Fuhrman
CREDITS : Cranberry. (avatar) et taintedgray (gifs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre comme la Suisse


MessageSujet: Re: Ready or not, here I come | Praying Mantis   Dim 5 Fév - 21:52
I'm so tired of this dumb game of hide and seek

feat. praying mantis & gotcha

A sa légère et très discrète déception, Praying Mantis l’écouta plus qu’il ne partagea son ressenti. Elle donnait des billes d’information en pensant qu’il en ferait de même, se sentant en supériorité et en puissance face une gamine prête à se confier sur tout et n’importe quoi. Il portait néanmoins plus d’attention à ce qu’elle proférait qu’elle ne l’aurait cru : comme si chaque morceau d’elle qu’elle acceptait de lui donner était important pour lui. Qu’est-ce qui justifiait une telle écoute de la part d’un joueur qu’elle ne connaissait pas ? Se pouvait-il que lui avait une longueur d’avance insoupçonnée ? L’idée fugace qu’il soit en réalité un taré notoire qui aimait tout savoir de ses prochaines victimes lui effleura l’esprit. Non. Ou peut-être que si. Elle n’était pas profiler, elle ne pouvait pas tout prédire avec le peu qu’elle savait.

Mais aller trop loin et écouter sa paranoïa n’était pas le meilleur plan. Elle ne risquait encore rien pour l’heure, pas tant qu’elle surveillait ses propos, qu’elle le surveillait lui. Sa question, brute, la prit de court. A ses dernières recherches, elle n’avait trouvé aucun indice précisant le décès de Saphyr. Mais ça ne l’empêchait pas de considérer cette fin comme plus que probable pour ce partenaire tombé du ciel si miraculeusement que forcément, on avait du le lui enlever d’une manière ou d’une autre.

« Je sais pas. » avoua t-elle très franchement, un brin refroidie. Elle n’était pas une tête brûlée imprudente qui pensait que la mort, ça ne se passait jamais dans ces jeux-là, que ce n’était pas une réelle épée de Damoclès. Tous les noms des victimes qui circulaient plus ou moins officieusement en étaient de fréquents rappels. Et à force de traîner sur le deep web, tomber sur des listes de joueurs décédés sur le Darwin’s Game finirait par arriver. Elle en aurait la confirmation à ce moment.

En attendant, Gotcha choisissait l’ignorance, à la fois pour se protéger et pour se détacher. « Y tenir ... Oui, je l’aimais bien si c’est ça que tu veux savoir. » Forcément, être liée à quelqu’un dans ce type de conditions, ça rapprochait. Olivia ne s’étendit pas plus sur ce qui unissait Saphyr et elle, elle ne tenait pas à en faire part à Jonah avec tout le respect qu’elle avait pour lui ; ça ne regardait qu’elle et elle seule.

Sa méthode finit, étonnamment, par payer lorsque le joueur lui concéda à son tour ne pas être totalement seul. Dans sa tête elle notait tout, enregistrait chaque mot, chaque intonation. Il parlait trop peur pour ne pas conserver précieusement ses rares aveux. « Vous avez l’air proches, à t’entendre. » Ollie aurait aimé pouvoir avoir encore le jeune homme qui l’avait aidé à ses débuts à ses côtés. Maintenant, être seule lui montrait un peu plus à quel point la présence d’autrui était vitale dans un monde si hostile. « Je sais. » répondit-elle, pas bien plus fort que lui. « Mais tu as de la chance de l’avoir. »

Elle n’était pas là pour se montrer compatissante ou douce avec quelqu’un qui n’avait pas besoin de ça. Il lui avait montré qu’il se satisfaisait de son entourage fermé, et surtout filtré. Olivia avait compris une chose sur Praying Mantis : il choisissait qui il défendait, et il le faisait pour ses propres convictions, pas pour un idéal quelconque. Curieusement, elle aurait aimé connaître l’identité de celle qui avait réussi à obtenir les faveurs d’un homme aussi secret.

Gotcha laissa le silence planer entre eux pendant quelques secondes avant de regarder droit devant elle, pensive. « Maintenant que les présentations ont été faites … J’imagine qu’on se reverra ? » Ou peut-être pas, poursuivit son subconscient. Praying Mantis et elle avaient joué longtemps à cache-cache sans s’en rendre compte, la partie pouvait reprendre là où ils l’avaient abandonné. Ou ils pouvaient choisir de se suivre l’un et l’autre.



made by guerlain for bazzart



I call you but you never even answer, I tell myself I'm done with wicked games but then I get so numb with all the laughter that I forget about the pain. — back to you.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ready or not, here I come | Praying Mantis   Ven 17 Fév - 17:44
A storm is swallowing this interstate.
Gotcha & Praying Mantis
« Je sais pas. » Comment est-ce qu’elle pouvait se contenter de ne pas savoir ? Tu l’observes, intrigué. Presque rendu perplexe par l’idée. « Je m’intéresserais, à ta place. » souffles-tu, simplement. Après tout, on ne savait jamais ce qui pouvait arriver. On ne connaissait point ceux qui pouvaient arriver. « Y tenir ... Oui, je l’aimais bien si c’est ça que tu veux savoir. » Alors, comment est-ce qu’elle pouvait ne pas chercher à savoir ? Comment est-ce qu’elle pouvait faire pour ne pas s’intéresser plus que ça au sort de son possible allié ?
Et toi, tu parles de Louison. Tu finis par lui dévoiler une part de vérité. Un morceau de sincérité. « Vous avez l’air proches, à t’entendre. » Tu hoches la tête, doucement. C’était possible – et, en t’en rendant compte, tu étais presque choqué. Tu étais presque choqué des progrès que tu avais réussi à faire pour te sociabiliser. A bien y réfléchir, ta psy serait fière, pas vrai ? « Je sais. » Elle savait. Elle savait que la société n’était pas ton fort. Elle savait que le travail de groupe n’était pas une de tes qualités. Comment ne pouvait-on pas le deviner ? « Mais tu as de la chance de l’avoir. » C’était probablement vrai. C’était probablement ce que tu te disais, parfois. Ce que tu réalisais.

« Maintenant que les présentations ont été faites … J’imagine qu’on se reverra ? » Sous ta capuche, tu as souris. Amusé. Amusé par l’idée. « Possiblement, oui. » Si Louison y tenait autant, tu finirais probablement par la recroiser. Et vous vous étiez déjà trouvés sans présence extérieure par le passé. Vous pourriez le faire encore, pas vrai ? Tu en étais capable. Elle en était capable. Même si vous n’étiez presque que deux inconnus. Même si vous ne vous compreniez pas à cent pour cent, même si vos esprits n’étaient pas connectés. C’était merveilleux. C’était splendide, de voir à quel point l’Internet était petit. « A une prochaine fois, alors. » souffles-tu, alors que tu t’attaques à l’idée de disparaitre. Tu choisis de t’évaporer, au milieu des ruines restantes. Tu choisis de t’évaporer, au détour d’un quartier. Comme si tu voulais ne jamais exister.


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ready or not, here I come | Praying Mantis   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM