Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Sam 28 Jan - 17:50
quête : enfants de la patrie
post pnj

- adam Murdock
- amelia rhodes
Un adolescent débarque en courant alors que, face à face, vous hésitez à vous entretuer. Six de ses amis - tous des adolescents - et lui ont été pris en otage par un joueur fou au zoo. Il a réussi à s'échapper et vous supplie de lui venir en aide. Il semblerait que l'homme s'amuse à torturer et tuer les jeunes joueurs à tour de rôle jusqu'à ce qu'ils perdent toutes leurs vies. A vous de décider de coopérer ou non, en espérant arriver avant qu'ils ne soient tous morts.

OBJECTIF(S) : retrouvez les jeunes joueurs et sortez-les en vie du zoo. une fois dans la prison, lancez le pnj "BETA TESTEUR" pour affronter (ou non) le joueur qui les retient prisonnier. si vous survivez, lancez le pnj "LEVEL DESIGN" (avec lancés) pour déterminer combien des six gamins vous libèrerez des instruments de torture dans lesquels ils sont pris au piège. (1 vous les libérez, 2 ils se libèrent seuls et vous suivent, 3 ils meurent).
JOUEURS : 2 joueurs.
RÉCOMPENSE(S) : 30 écus/joueur.
darwinsgame.com (c) 2015
avatar
BAUDELAIRE
<b>bavardages</b> 446 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : matt smith
CREDITS : Crocro
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Mar 31 Jan - 19:33
quête : enfants de la patrie

La fin de ce qu'il connaît l'avait paniqué à un niveau presque indécent. Ce n'est pas qu'il a peur de l'inconnu, du nouveau, ou du néant - pas vraiment, à vrai dire, mais lorsqu'on jouait ses morts à la loterie dès la moindre connexion, il veut bien admettre qu'un paysage connu est un plus non négligeable. Bien sûr, le côté positif il arrivait encore à le trouver : il s'agissait de Chicago, pas d'une ville chinoise ou, pire, une ville du Maine (oui, c'est pire). Mais si c'était une chouette opportunité pour les habitants de longue date, ou ceux assez futés pour s'orienter, il n'habitait là que depuis quelques mois, et se perdait encore pour rentrer chez lui quand il daignait sortir. Pour tout dire, Adam n'avait pas sauté de joie à la vue de la nouvelle carte, et l'angoisse lui avait serré la poitrine quand il avait comprit qu'il n'y avait plus de team.

Plus de team = plus de gens pour vous épauler afin de survivre.
C'était bien sa veine à lui, incapable de survivre tout seul. Ne pas parler à des gens, ça ne le gênait pas, mais naviguer dans des rues à demi-connues allait vite lui faire péter une durite. L'apaisement apporté par le jeu avait disparu pour laisser place à une grande question : combien de temps allait-il survivre ? La première fois, pas longtemps. Débarqué dans un endroit sans vie - un des point très éloigné dans ce qu'il appelle The Zone - il s'était fait buter par un joueur un peu trop zélé. La seconde fois, il s'était rapproché de la ville, et fort heureusement des fruits lui sont tombé dessus. Littéralement hein, le mal de tête l'a poursuivi pendant des heures avant qu'il ne tombe par bonheur sur une porte de sortie, tellement heureux qu'il aurait pu remercier Dieu.

Mais le bonheur est de courte durée, troisième connexion et il s'est perdu, reparti en arrière pour éviter une grosse bête - un mélange entre un tigre et un pingouin, il en est presque sûr.  Et ici, il ne peut pas appeler Louis ou Asaël en dernier recours, il doit se débrouiller seul. Son ventre grogne un peu, puis beaucoup, c'est stupide cette règle d'avoir faim même si on a mangé juste avant de se connecter. Quitte à les faire mourir de façon douloureuse, ils auraient pu oublier celle de mourir d'inanition. Quelques pas devant le zoo - il connait cet endroit, c'est un des premiers que Louis lui a fait découvrir. Mais il n'est plus seul, et ses yeux s'illuminent lorsqu'il l'aperçoit. Une jeune femme face à lui, et lui crève la dalle. Il a l'épée à la main, au moins il a apprit à la tenir. Même, il s'efforce a sourire pour ne pas paraître menaçant (est-il déjà apparu comme menaçant ?) "Je ne veux vraiment pas me battre. Mais je suis affamé. Auriez-vous quelque chose à grignoter ? " Il est presque obligé de gueuler parce qu'il se tient à quelques mètres d'elle, pas question d'approcher de l’ennemi si elle en est un. Sur le côté, probablement dans le zoo, il entend des bruits de courses et resserre la main sur la garde, et si elle était accompagnée par un groupe de fous qui dévoraient vivants les autres joueurs ?!
darwinsgame.com (c) 2015
avatar
<b>bavardages</b> 682 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : ALICIA VIKANDER.
CREDITS : BEYLIN, STILINSKI.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : ANTI DG, PASSIVE.


MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Jeu 2 Mar - 0:09
enfants de la patrie
adam & amelia

C’était la première fois qu’Amelia avait l’occasion de voir le zoo sous cet angle, n’ayant que peu traîné dans la zone depuis l’apparition du DG 2.0. C’était beaucoup moins attrayant que le zoo qui existait encore dans le Chicago réel, bien décoré, propre – quoi que sûrement un peu à l’abandon ces derniers temps – et surtout, peu rassurant de savoir que les animaux n’étaient plus dans leur cage. Wolfe croisa les bras sur sa poitrine en observant le panneau qui l’invitait à entrer, sans oser pourtant faire le premier pas. Non, il régnait quelque chose de malsain dans l’air. Quelque chose qu’elle n’arrivait pas à expliquer, mais qu’elle ressentit assez fort pour que cela lui arrache un frisson.

Des bruits de pas la ramenèrent à la réalité. Instinctivement, Amelia porta sa main à son gun qu’elle tira de son pantalon pour le pointer dans la direction de l’homme qui lui faisait face. Je ne veux vraiment pas me battre. Mais je suis affamé. Auriez-vous quelque chose à grignoter ? Il avait effectivement l’air un peu faible, mais elle avait appris à ne pas se fier aux apparences. Combien de fois s’était-elle faite avoir bêtement, depuis son inscription ? « Si tu fais un geste brusque je te descends, c’est clair ? » menaça-t-elle de toute sa hargne, avant de relâcher le flingue d’une main pour fouiller dans la besace qu’elle portait en bandoulière, à la recherche de quelque chose qu’il puisse manger sans avoir à cuisiner – exit le petit oiseau qu’elle voulait faire cuire un peu plus tard, et autres baies dont elle n’était pas sûre de la fiabilité. Et puis Amelia tomba sur le paquet de crackers qu’elle avait eu la chance de trouver au supermarché avant d’être prise en chasse par d’autres et s’avança lentement vers lui, sans cesser de le menacer de son arme. Un pas, encore un, et un de plus, et elle lui tendait le paquet jaune rutilant avec méfiance. « C’est tout ce que j’ai. » mentit-elle en reculant plus vite qu’elle n’avait approché. Il n’avait pas l’air bien méchant, ni agressif, mais Amelia ne pouvait pas se permettre d’accorder trop facilement sa confiance. « Je vais baisser mon arme. Ne m’oblige pas à te coller une balle dans la tête. »

La jeune femme baissa lentement la main et se laisse choir sur les débris de bêton les plus proches pour fixer à nouveau le zoo, qui l’intriguait autant que l’homme qu’elle regardait de temps à autre, pour s’assurer qu’il ne tentait rien de stupide. C’était peut-être la rencontre la plus paisible qu’elle faisait depuis la première fois où elle avait mis les pieds ici, pourtant l’inquiétude compressait son cœur et son ventre. Ce foutu jeu les avait complètement bousillés, tous autant qu’ils étaient. Et puis soudain, une silhouette sortit du zoo en courant et Amelia sauta sur ses pieds en relevant son flingue. « J’vous en s’pplie, aidez … aidez-moi. » C’était un gamin de seize ou dix-sept ans peut-être. Son visage était couvert de sang, à l’instar de ses vêtements. Deux doigts étaient sectionnés, et ils respiraient comme un bœuf qu’on menait à l’abattoir. Ses yeux écarquillés trahissaient une peur démentielle, presque hystérique. Amelia sentit son cœur ne faire qu’un tour ; se ferait-elle un jour à l’horreur de ce monde ? « Qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? » demanda-t-elle. Sans s’en rendre compte, Amelia se rapprocha de l’homme qu’elle avait maigrement nourri – comme pour chercher son réconfort face à cette nouvelle situation de danger. « Mes amis … Ils sont … Ils sont prisonniers. Il est fou, il est fou … Il nous tue, il joue, il … Il est fou, il est fou … » Le gamin s’accroupit et se replia sur lui-même en se balançant d’avant en arrière, imperméable au reste du monde. Amelia tenta de l’interpeller, mais l’angoisse l’empêcha d’aller jusqu’à le toucher. Dieu seul savait comment il pouvait réagir. Il répétait sans cesse « il est fou », ce qui donna même une franche nausée à Amelia qui pensa un instant prendre ses jambes à son cou et ne plus jamais revenir par ici. « Ses amis … Tu ..  Vous pensez que ce sont des gosses comme lui ? » balbutia Amelia, qui avait employé la politesse qu’elle devait à l’inconnu. Ce n’était plus lui l’ennemi potentiel désormais. Pas dans l’immédiat en tout cas. Elle planta son regard dans le sien pour trouver une réponse à sa seule véritable question : est-ce qu’on y va ?




i thought you were attracted to the darkness but you are the darkness.

avatar
BAUDELAIRE
<b>bavardages</b> 446 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : matt smith
CREDITS : Crocro
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Jeu 16 Mar - 21:13
quête : enfants de la patrie

Pendant de longues secondes - trop longues, ça faisait longtemps qu'il n'avait pas eu peur., la femme semble réfléchir. Peut-être que ça ne dure que quelques secondes, mais assez pour qu'il réfléchisse à l'idée de s'enfuir en courant. Mais elle finit par s'approche, le menacer - ça lui glisse dessus comme de la pluie, il ne réagit plus aux menaces. Sinon il passerait son temps à courir. Mais il se trouve que lever les mains en signe de paix, et patienter, a toujours été plus probant que de s'enfuir ou de prendre la mouche face à la menace. Le jaune du paquet lui tire un sourire et il baisse lentement les mains. S'il osait s'écouter, il la remercierait à genoux. Avec le peu de décence qu'il reste à un Adam affamé, il dévore les crackers un par un avant de lâcher un soupir reconnaissant. « Merci beaucoup. J'ai de l'eau si jamais vous en avez besoin. » Échange de bon procédé qu'il propose au milieu de deux biscuits salés - son ventre n'est pas ravi, il rugit, c'est loin d'être assez mais ça l'empêchera de mourir jusqu'à ce qu'il trouve une porte pour s'enfuir. "Et des bandages, j'en ai trouvé dans une maison pas loin. Mais ils ne sont sûrement plus stériles." A regret, il enfourne le paquet dans sa poche arrière, ce serait stupide de tout dévorer d'un coup, et ouvre l'une de ses bouteilles d'eau pour apaiser le goût salé. Dans sa vision périphérique, la jeune femme s'assied et comme par magie ses épaules se détendent - elle ne tentera pas de le tuer. Ni de lui voler ses affaires. Bon, ce serait se fatiguer pour rien que de tenter ça, mais il comprendrait.

Les cris du gamin lui parviennent enfin et tout se stoppe autour d'eux, son cœur loupe un battement en écoutant les râles. Analyse de la situation rapide, les doigts coupés, le sang, la peur dans le visage du gamin. Dans celui de la femme. Dans le sien, la vision le terrifie, que cet adolescent soit un cauchemar ou une hallucination, un mob invoqué par des développeurs détraqués. Le monde serait si beau si tel était le cas, si ses suppliques n'étaient que l’œuvre de créateurs cruels. Un frisson le secoue, le froid lui prend les tripes à la question de sa compagne d'infortune. « Probablement... » un murmure, une question plus qu'une réponse, pitié qu'il ne s'agisse de rien, d'un mensonge, de faux délires. Mais si c'était vrai ? si quelqu'un, là-bas, torture des enfants? Combien sont-ils à subir ça ? combien seront-ils à mourir dans quelques heures - mais pas ici, à Chicago ? Le peu de couleurs qui étaient revenues grâce au repas s'effacent et il vacille sur ses jambes, s'agenouille près du gamin pour poser les derniers crackers à côté de lui. Les mots lui manquent, les conseils aussi. S'ils avaient des talkies, ou des teams, ils auraient pu demander de l'aide, envoyer celui-là vers l'un des QG pour se faire soigner. Ses yeux s'attardent sur ses phalanges ensanglantées - merde.

La nausée lui ceint le ventre lorsqu'il se relève. « On y va. » Mais il n'est pas sur, sa voix tremble, c'est plus une question, ce n'est pas un grand joueur à ce jeu de la survie, sans les ATOM il n'est rien qu'un futur cadavre et il en a pleinement conscience. Mais ce sont des enfants, des victimes. Les plus grandes victimes de ce jeu, crevés par les délires des adultes et des fous. Sa mâchoire se crispe, il porte la main à l'épée, heureux de ne pas encore avoir retrouver l'héroïne qui la portait. Enfin, il tourne les yeux vers la femme. « On ne peut pas laisser des gamins se faire torturer, hein ? » Il tente un sourire, mais il a surtout envie de chialer. Pitié que tout ceci ne soit qu'un cauchemar, qu'il se réveille au beau milieu de la nuit en gueulant. On ne torture pas des enfants. Sans faire attention, il se frotte les yeux du dos de la main pour faire passer cette détresse. « Avant qu'on coure à notre perte, moi c'est Adam. Et désolé d'avance, si t'as gaspillé ces crackers pour rien. » Son cœur tambourine, terrifié. Un pas vers le zoo, un second, il se sent tout petit, à la merci d'un Dieu dans lequel il ne croit plus.
darwinsgame.com (c) 2015
avatar
<b>bavardages</b> 682 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : ALICIA VIKANDER.
CREDITS : BEYLIN, STILINSKI.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : ANTI DG, PASSIVE.


MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Sam 8 Avr - 16:37
enfants de la patrie
adam & amelia

« On ne peut pas laisser des gamins se faire torturer, hein ? » « Non, on ne peut pas. » confirma-t-elle avec un hochement de tête convaincu, la voix plus déterminée que celle de l’homme malgré la peur qui lui serrait l’estomac. Qui pouvait être assez malade pour torturer des enfants ? Amelia en avait vu des horreurs dans sa vie, mais rien de semblable. La jeune femme le suivit à l’entrée du zoo, son regard passant du panneau indiquant le nom des lieux à celui qui se présenta comme s’appelant Adam. « Moi c’est Eve. » railla-t-elle pour détendre l’atmosphère, bien que la blague fut de très mauvais goût. Elle accompagna ses propos d’un faiblement haussement d’épaule. Si ça avait pu combler quelque peu sa faim, même pour quelques minutes, alors ce n’était pas gâché. Pour Amelia qui vivait dans la rue depuis huit ans, rien n’avait plus de sens que le besoin de nourriture. « Je te dirai mon nom uniquement si on sort d’ici en vie, avec les gosses. En attendant, t’as qu’à m’appeler Eve. »

Les allées du zoo étaient désertes. Il régnait un silence de mort, le genre qui prenait aux tripes et annonçait une fin du monde trop proche. Honteusement, Wolfe resta collée à l’inconnu, son bras effleurant le sien à chaque nouveau pas, pour profiter de la seule source de chaleur humaine à laquelle elle avait droit depuis des jours. Depuis le changement du jeu, Amelia était plus seule que jamais. Elle regrettait même de ne pas avoir profité des CAHO alors qu’elle en avait l’occasion, trouvant leur présence inutile. En l’occurrence, elle aurait donné n’importe quoi pour qu’une horde de ses anciens coéquipiers les accompagne dans l’enfer dans lequel ils venaient de mettre les pieds. « Je ne sais pas ce qui est le plus terrifiant : ce silence étouffant, les cage complètement vides et l’idée que les animaux doivent se promener par ici, ou ce qui nous attend. » La brunette souffla pour tenter de se détendre. Jamais elle n’aurait cru pouvoir être si trouillarde dans sa vie. Elle se demandait encore pourquoi elle avait été envoyée chez les CAHO, elle qui était pourtant tout indiquée à l’époque pour les ESHU. Il n’y avait que dans la colère qu’on l’assimilait à son équipe d’origine. « Est-ce que tu sais te battre, ou t’es un newbie ? demanda-t-elle, juste pour être sûre (ça aurait pu expliquer la trouille qui émanait de lui et le fait qu’il crève de faim), Si on tombe sur ce fils de pute, je ne compte pas le laisser s’en sortir. Et je ne vais pas me contenter de lui mettre une balle dans le cœur. » Voilà ce qu’il fallait faire. Se faire monter la pression, faire naître la rage dans son cœur plutôt que de se laisser envahir par la peur. D’une main, elle attrapa son flingue qu’elle serra entre ses doigts. De l’autre, elle tâta la faucille accrochée à sa ceinture dont elle n’hésiterait pas à se servir pour le peler vivant des pieds à la tête. Mais ça, c’était s’ils arrivaient à l’attraper. Parce que, pour avoir réussi à venir à bout de tout une bande d’adolescents, celui ou celle qui avait fait ça avait sûrement de la ressource. Et s’il y avait une chose que Wolfe avait appris au cours de cette dernière année, c’était de ne pas sous-estimer les gens. Même les gamins. Même ceux qui paraissaient faibles. « J’ai une fille qui, d’ici quelques années, sera en âge de jouer. Si j’apprenais que quelqu’un lui avait fait subir quelque chose comme ça, je m’en voudrais sûrement jusqu’à la fin de mes jours d’avoir laissé faire ça. Il faut qu’on les sorte de là, et qu’on fasse payer ceux qui osent lever la main sur notre avenir. » Amelia n’était pas la plus sainte des femmes. En bonne arnaqueuse qu’elle était, elle contribuait à faire vivre la pègre plutôt qu’à faire rayonner la loi et la paix à Chicago. Mais, parallèlement, elle aidait la police à coincer de vrais fumiers, ceux qui tuaient, massacraient, pillaient, se prenaient pour des Dieux. Et quand ça touchait les enfants, elle était particulièrement sensible. Combien de pédophiles avait-elle fait arrêter, grâce à son complice Sam ? Pas étonnant donc que cette histoire la touche particulièrement.

Spoiler:
 




i thought you were attracted to the darkness but you are the darkness.

avatar
BAUDELAIRE
<b>bavardages</b> 446 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : matt smith
CREDITS : Crocro
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Jeu 13 Avr - 21:31
quête : enfants de la patrie

Eve. Ça lui arrache un rire amusé, un peu étouffé par son cœur qui lui lamine la cage thoracique, mais c'est un pseudo bienvenu qu'il accueille volontiers, même s'il est faux. Qu'importe le nom, tant qu'ils ont un code avec lequel se reconnaitre en cas de pépins. Ils pourront se présenter comme Adam et Eve telle une Team Rocket venue d'un autre monde pour défendre les opprimés. Ils ont raté leur vocation, la team rocket. Adam hoche la tête avec un sourire qui se disperse bien vite à ses mots. Est-ce qu'ils sortiront vivement, ou finiront-ils eux aussi prisonniers d'un fou furieux en mal de violence ? Qui viendra les sortir de là si eux aussi succombent? Si cette horreur se déroule, peut-être pourront-ils sauver les enfants avant de prendre leur place ; ils trouveront un moyen de s'échapper tôt ou tard, l'homme finira bien par mourir de faim avant eux. « On sortira avec les gamins. » Il le balance comme une évidence, ils n'ont pas le droit de penser le contraire. Sinon celui qui s'est enfuit - il se retourne pour jeter un coup d'oeil à l'enfant terrifié mais ils sont déjà loin - se retrouvera seul au monde. Tous ses amis seront morts dans quelques heures ou dans quelques jours, pour rien. L'extrême de Darwin's Game.

Le vide lui serre le ventre, jetant des frissons glacés le long de sa colonne. La main ancrée sur la poignée de l'épée, il épie chaque recoin, chaque mouvement, il se crispe à chaque bruit venu d'ailleurs même si ce n'est que le vent. La solitude le rend dingue. « Je suis un..presque nouveau. C'est pas vraiment mon truc, me battre. Mais j'ai apprit à me servir de l'épée. » un peu. Il n'a pas eu le choix face aux créatures peuplant cet univers. Contre un humain, il n'a jamais eu à l'utiliser et il ne compte pas le faire de sitôt. Un haussement d'épaule lorsqu'elle menace de torturer le coupable - c'est bien ça qu'elle énonce, la torture ? « Vous ferez ce que vous voulez avec cette horrible personne. » Qui est-il pour juger ? Ils lui ont apprit ça, ses parents, eux qui ne suivent pas leurs propres dogmes, il ne faut pas juger autrui pour ses actions ou ses erreurs. Quand bien même, il n'a aucun avis sur la question, l'égorger semble une bonne idée mais elle est loin d'être assez...satisfaisante. Eve est remontée et il hausse les sourcils quelques secondes, elle a l'air jeune pour être mère, mais une nouvelle fois : qui est-il pour juger ? « Les plus grands coupables c'est ceux qui ont donné légitimité à ces tordus. Les développeurs. » Adam n'a jamais vraiment réfléchi à tout ça. C'est trop grand pour lui, trop gros, il ne comprend pas à quel moment tout ça a pu se dégrader pour en arriver-là. L'idée du jeu était bonne, très bonne même, mais comme avec tout : la nature humaine l'a gâché. Qu'ils sont idiots, eux tous, à saborder leurs avenirs avec autant de ferveur. « J'espère qu'il n'y aura plus de jeu lorsque votre fille sera assez grande. Ou qu'il sera zone de paix, ce qu'il devrait être. » Mais pourraient-ils exister sans jeu ? Il ne peut ignorer l'effet cathartique. Ils ne peuvent pas ignorer tout ça maintenant. Mais aujourd'hui, ils doivent retrouver l'homme cruel. Que feront-ils des gamins ? Si Avalon existe encore, ça pourrait être une bonne sécurité pour eux, jusqu'à ce qu'ils récupèrent.

Le fou n'est pas difficile à trouver, il suffit de suivre les hurlements de terreur et de souffrance. Un nouveau cri, et ses mains tremblent de peur, mais il ne lâche pas l'arme. Ils sont décidés, deux inconnus armés prêts à se jeter dans la gueule du loup simplement pour sauver des mômes qui ne méritent pas ce qui leur arrive. Personne ne mérite ce qui dépend de ce jeu, mais il est là, installé, il faut faire avec. Se battre, pour aider un peu, dans sa mesure, supprimer l'inutile pour sauver des vies. Il est terrifié, réellement, il ne peut se stopper sous la peine de ne plus jamais pouvoir bouger. Les cris deviennent pleurs puis silence abrutissant. Non pas ça.

Le coupable n'est pas là, du moins pas dans leur champ de vision. Peut-être qu'un bug l'a déconnecté, peut-être qu'il est mort de faim, de soif, qu'il s'est empoisonné, peu lui importe il veut juste les sortir de là. Coup d'œil frénétique à sa compagne, elle aussi est témointe de ce vide inquiétant. L'un des enfants semble attaché à une cage déjà trop petite pour un quelconque animal, il est mal en point, à demi replié dans l'espace alloué, il ne relève qu'à peine les yeux pour observer ce bruyant arrivant. Pas de mots, ils restent coincés dans sa gorge, mais il avance avec l'épée dans la main, en état d'alerte, pour s'accroupir devant le gamin. « On va vous sortir de là. » Puis il se relève, observant quelques instants la corde avant de ficher un coup d'épée brusque pour la couper. Un de libre. Ses mains tremblent à nouveau, un animal peut arriver, le type peut arriver, le zoo peut s'effondrer.
darwinsgame.com (c) 2015


Dernière édition par Adam Murdock le Dim 16 Avr - 10:50, édité 1 fois
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Jeu 13 Avr - 21:31
Le membre 'Adam Murdock' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PNJ : BÊTA-TESTEURS' : 2
avatar
<b>bavardages</b> 682 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : ALICIA VIKANDER.
CREDITS : BEYLIN, STILINSKI.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : ANTI DG, PASSIVE.


MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Sam 29 Avr - 11:28
enfants de la patrie
adam & amelia

Amelia hocha la tête pensivement. Elle n’était pas assez optimiste pour croire que les joueurs finiraient par s’apaiser tous seuls. Le Darwin’s Game était devenu le jeu du massacre, et l’être humain n’était pas fait pour revenir en arrière. Son seul espoir, c’est qu’il soit détruit avant qu’Olivia ne soit en âge de jouer. Mais à la vitesse où allaient les choses, Amelia serait sûrement morte lorsqu’Olivia aurait seize ans. Elle recouvra ses esprits lorsque les cris et pleurs lui parvinrent aux oreilles. La jeune femme serra les dents de toutes ses forces, tremblante de colère et de terreur. La CAHO en elle avait définitivement fichu le camp, au profit d’une jeune femme dépassée par les événements qu’elle était en train de vivre. C’était tout bonnement inhumain. « Putain de merde … » souffla-t-elle lorsqu’ils découvrirent l’étendue des dégâts. L’abomination n’était pas là, ayant seulement laissé dans son sillage quelques adolescents attachés à des machines de torture qui dévoraient leur corps et leur chair un peu plus chaque seconde. Amelia eut tout juste le temps de se retourner pour dégueuler – elle en aurait honte plus tard.

Wolfe laissa Adam libérer le premier garçon, coincé dans une cage. L’adolescent s’en extirpa avec difficulté, les membres engourdis par la position dans laquelle il était depuis bien trop longtemps. Amelia retira son blouson qu’elle déposa sur ses épaules. Il frémit et s’écarta brusquement d’elle, mais elle ne le prit pas mal. A sa place, sûrement n’aurait-elle pas voulu être touchée non plus en cet instant. Pourtant, il s’apaisa rapidement, bien que son regard rester farouche. « Reste ici, on va partir tous ensemble pour s’assurer qu’il ne vous fasse plus jamais de mal. » Le garçon acquiesça et se laissa tomber sur une souche en pleurant, à bout de force. Le cœur lourd, Amelia s’approcha d’une seconde fille accrochée à une roue tournante. Attachée bras et jambes écartées, ses vêtements étaient déchirés et un poignard était planté dans sa main. Le sang ruisselait sur la roue en bois. Amelia préféra ne pas imaginer ce que le fou furieux avait pu lui faire subir. « Je suis désolée ma chérie, je suis désolée … » souffla-t-elle en arrachant le couteau planté dans sa main. L’enfant hurla de douleur, mais resta digne. Elle attendit qu’Amelia coupe les liens qui la retenaient prisonnière en soufflant fort, mais sans pleurer. La brune l’aida à descendre sans tomber, et la petite blonde s’accrocha à elle un moment. « On va bander ta main pour que ça ne saigne pas plus. » « Je … Je m’en occupe. Libérez les … Les autres. » Elle acquiesça et retira son tee-shirt à manches longues, sous lequel elle portait encore un débardeur, en lui proposant de l’enfiler par-dessus les haillons qui lui servaient de fringues.

Elle reporta son attention sur Adam, qui bataillait avec une autre fille prise au piège. Amelia décida d’aller lui porter secours, lorsque l’enfant disparut – et si c’était pour toujours ? Son cœur se serra. Amelia posa sa main sur l’épaule de l’homme qu’elle pressa doucement en guise de réconfort. « Ca va aller. Il reste trois autres gosses à sauver. On détruira les machines pour être sûrs qu’elle n’y sera pas attachée à nouveau quand elle se reconnectera ni que quiconque n’y sera plus jamais attaché, avant de partir. » Elle observa du coin de l’œil l’adolescente blonde aider l’une de ses copines à se libérer du piège dans lequel elle était retenue, et qui prit appui sur cette dernière pour ne pas flancher. Toute une partie de son visage était ensanglantée, mais elle avait l’air d’être en mesure de partir avec eux sans trop de mal. Le premier garçon décida d’y mettre du sien aussi et de venir en aide à l’un des deux prisonniers restants. « Je n’y arrive pas … » grogna-t-il en tentant d’ouvrir de force les menottes de fer rouillées qui broyaient les poignets du gosse. Ses pieds, eux, étaient plantés sur de gigantesques aiguilles de fer qui sortaient du sol. Amelia sentit les larmes lui piquer les yeux mais se retint de pleurer. Ce n’était pas le moment, surtout pas devant du public. « Tuez-moi … Tue-moi … » gémit ce dernier d’une voix si faible qu’elle était à peine audible. « N … Non ! » « Pitié … » Amelia prit la décision à la place de l’adolescent de tuer ce pauvre bougre attaché. De toute façon, il ne pourrait pas marcher pour sortir d’ici et serait un poids mort pour eux. Ni elle ni Adam ne serait assez fort pour le porter et avancer assez rapidement. Elle leva son arme au niveau du front du gamin. « Tout ira bien. Je jure qu’on te vengera, et quand tu te reconnecteras tout cela sera derrière toi. » Le coup de feu partit, résonnant haut et fort dans l’immensité du zoo, et l’adolescent disparut. Amelia chancela légèrement, sourde aux protestations désespérées du premier garçon sauvé par Adam. Elle était fatiguée. Mais il restait encore un adolescent à sauver, l’ultime avant de tout détruire et partir d’ici en quatrième rapidité.

Spoiler:
 




i thought you were attracted to the darkness but you are the darkness.

http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Sam 29 Avr - 11:28
Le membre 'Amelia Rhodes' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PNJ : LEVEL DESIGN' : 3, 1, 2, 1, 3, 3
avatar
BAUDELAIRE
<b>bavardages</b> 446 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : matt smith
CREDITS : Crocro
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Jeu 6 Juil - 20:10
quête : enfants de la patrie

Ses pupilles se fixent sur le premier à sauver, il ne regarde pas le reste, pas encore, l’odeur lui soulève assez le cœur pour savoir qu’il ne veut pas encore tout voir. Ses mains tremblent mais il parvient à son but quand l’odeur devient insupportable, qu’il porte sa paume à son nez pour réprimer un haut le cœur. Il aide le gamin à sortir tant bien que mal, et soupire doucement quand Eve pose un blouson sur les épaules du petit. Celui-là est sauf. Physiquement. Mentalement, qu’est-ce que ce sera ? Il se demande en le voyant s’asseoir, s’effondrer sur la souche, il a envie de lui poser une main sur l’épaule et de lui promettre que tout ira bien. Rien n’ira bien. Enfin il tourne la tête et observe le massacre, le haut le cœur plus présent, les larmes aussi. Retiens les, retiens les. Les machines sont couvertes de sang, mais qui a de telles idées ? Tuer, pourquoi pas. Mais torturer ? Eve se dirige vers l’une des gamines et il prend le chemin d’une autre en sale position, accrochée à un poteau et tenue par un mécanisme étrange de poulie. Ses yeux sont déjà vides, elle regarde ailleurs, au dessus de lui et murmure ; « Si je bouge... ça se resserre… on va crever...» Alors qu’elle parle, la panique la fait respirer plus vite, plus fort et les liens se resserrent quand il essaye de les détacher à la source en grondant. Ce monstre est ingénieux, ses instruments mériteraient une place dans les musées des horreurs. Ou il mériterait d’être épinglé dessus lorsqu’il entend les larmes de la jeune adolescente qui s’agite un peu plus, comme pour en finir plus vite, et il accélère en s’accrochant sur les fils barbelés, couvrant ses mains de sang sans vraiment savoir si c’est le sien ou celui de la gamine. « Tais-toi, on va réu... » Et elle disparaît, les liens gouttant de sang au dessus d’une d’une flaque écarlate. Pendant quelques secondes, il écarquille les yeux sans réussir à faire un geste, les mains clouées sur les fils. Non… Non ! Ils auraient pu, ils auraient dû vaincre ces pièges, c’est que des gamins, putain, et s’il ne lui restait qu’une seule vie ?

La paume d’Eve évite à la panique de le gagner et le fait revenir au moment présent, il cligne rapidement des yeux pour effacer les traces de larmes qui menacent. Adam hoche la tête, à peine. « Faut tout détruire, oui. Le piéger lui, si on peut. Il mérite de crever au moins une fois. » Sa rage l’angoisse mais il la bénie, l’accueille avec une tranquillité qui l’étonne. Ce genre de personne ne mérite pas de vivre correctement, il mériterait les mêmes traitements qu’il a infligé à ces gamins, et pire encore. D’un coup violent, il détruit le reste de les liens et fracasse rapidement la machine pour qu’elle ne soit plus en état, avant de regarder autour de lui. Les mots retentissent, ça lui vrille le coeur, ça les détruit tous un peu sûrement, ces suppliques doivent être si nombreuses au sein de ce jeu. Le dernier garçon ne s’en sortira pas, l’odeur de nécrose lui colle au nez, au palais. Il est accroché sur une chaise, et à côté de lui une table contient une multitude de fioles, estampillées comme drogue ou bien poison, et de seringues. Les yeux hagards, le gamin le regarde arriver et esquisse un faible sourire. Drogué, sans aucun doute. « Comment tu t’appelles ? » Adam s’affaire déjà aux liens qui le retiennent, plus légers que ceux des autres. Ce garçon a l’air un peu plus âgé que les autres. « Max. Les autres vont bien ? » Un instant d’hésitation suffit pour qu’il penche la tête en arrière en soupirant, puis il agite ses mains enfin libres, mais ne tente pas de se lever, indiquant plutôt sa jambe manquante à Adam. « J’peux pas bouger, et j’ai pas envie de crever du poison. Tu m’achèves ? » Son visage sans couleurs le terrifie. Les bords noirs de la coupure infectées embaument l’air, et soudainement l’adolescent se penche sur le côté pour vomir, les mains agrippées à sa poitrine. Sa respiration est plus rapide et la sueur commence à perler sur son front. C’est trop tard. Reposant son épée à sa talle, Adam commence à agiter les fioles et les mélanger en lisant rapidement les indications. Une dizaine de secondes plus tard, il plonge la nouvelle seringue dans la carotyde de l’adolescent. Au bout de trente secondes, sa poitrine s’affaisse et tout son corps se détend avant de disparaître.

L’ancien ATOM fourre les fioles dans son sac avant de briser les seringues, puis il revient vers le groupe, secouant la tête. « Il serait mort en souffrant. J’ai prit les poisons, il pourra plus s’en servir. » Sur six gamins, trois sont en vie. Ça pourrait être pire, n’est-ce pas ? S’ils étaient arrivés plus tôt, ils auraient peut-être pu en sauver plus. L’action est terminée, et il se rend compte que ses mains s’agitent férocement, le tremblement en est presque douloureux, et il les enfouit dans ses poches pour le dissimuler. « On casse ce qui peut l’être ? » Adam sort de nouveau son épée et donne un coup sur la première en bois venue, faisant sauter une bonne partie au bord de deux ou trois coups, jetant sans cesse des coups d’œil vers la porte. Les gamins valides s’y mettent aussi, et à eux tous ils démontent la plus grande partie des appareils avant qu’un grognement n’en stoppe quelques-uns. Il avait oublié ça, les bestioles en liberté. « On part ? » C’est une question mais déjà il passe son bras autour de la taille d’une des adolescentes pour l’aider à aller plus vite vers la sortie, jetant un coup d’œil pour être sur que personne n’a disparu entre temps.

darwinsgame.com (c) 2015
[/quote]
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Jeu 6 Juil - 20:10
Le membre 'Adam Murdock' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PNJ : LEVEL DESIGN' : 3
avatar
<b>bavardages</b> 51 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : LEVEL DESIGN.
CREDITS : GeniusPanda.


MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   Mar 18 Juil - 22:11
level design
3 : DÉCÈS

///
Ils pensent s'en être sortis et avoir empêché l'homme de sévir à nouveau en détruisant certaines de ses machines, mais ils se trompent lourdement. Alors qu'ils s'apprêtent à passer la porte, la jeune fille soutenue par Adam marche sur une dalle piège qui s'enfonce dans le sol. Aussitôt, une rafale de balles venues d'armes automatiques qu'ils n'avaient pas vues les abat les uns après les autres - les corps des jeunes survivants ainsi que d'Adam et Amelia éclatent en milliers de pixels.

INFO : Pensez à vous retirer une vie.
darwinsgame.com (c) 2015

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: QUÊTE : ENFANTS DE LA PATRIE   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM