Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Mirzaya - Secret Garden for Sisters
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
PLUMERIA PEARL
<b>bavardages</b> 202 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Urassaya Sperbund
CREDITS : Avatar sur Pinterest| Gif Tumblr & Queenyeon
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre


MessageSujet: Mirzaya - Secret Garden for Sisters   Sam 11 Mar - 19:46
Secret Garden for Sisters



Jenna & Mirzaya


Téléphone en main, Jenna se tenait debout devant la porte de l’appartement de sa sœur. Cela faisait quelques minutes qu’elle était là et elle tournait en rond. Elle n’avait pas encore osé cogner. Faute d’être très proche, elle connaissait tout de même sa sœur. Et elle devinait déjà l’expression de celle-ci devant cette visite à l’improviste. Peut-être était-il mieux de préparer un peu le terrain d’abord ? Posant le sac qu’elle avait préparé en vitesse, l’étudiante prit à deux mains son téléphone et s’obligea à texter Mirzaya. Elle ouvrit la conversation qu’elles avaient toutes les deux et envoya le premier message afin de mettre en place la situation. Ce ne fut pas bien long avant qu’elle ne reçoive une réponse. D’accord, il y avait un peu d’humour dans le message. Bonne nouvelle. La dernière chose que Jenna aurait voulu était une Mirza de mauvaise humeur. Elle aurait tout de suite pu dire au revoir à cette idée géniale qui, elle le devinait, ne le serait pas pour sa sœur. Mais elle avait encore un peu de chance. Alors, il fallait en profiter et continuer sur ce chemin. Allez, un peu de courage. Jenna envoya son deuxième message pour entrer plus en détail sur ce qui se passait.  

Ces dernières semaines, leurs parents s’étaient montrés très envahissants et assez énervants pour la jeune femme. À la moindre occasion, ils leur sortaient, à ses frères et elle, des discours moralisateurs abordant de long en large le sujet du Darwin’s Game. Et cela, en plus d’énerver l’universitaire, ça lui faisait un désagréable pincement au cœur. Elle n’aimait pas mentir et encore moins à ses parents, mais elle ne pouvait pas leur dire qu’elle jouait, elle aussi. Qu’elle aimait et avait besoin de se reconnecter sans cesse. Ils ne comprendraient pas. Ils voudraient l’empêcher d’y jouer, ce qui était hors de question. Elle en avait… besoin. Elle se sentait donc anxieuse dès qu’elle était dans la demeure familiale. Elle avait peur de se faire prendre et elle s’inquiétait de se mêler dans ses mensonges. Elle ne se sentait plus à sa place dans sa propre maison. Ses parents seraient furieux d’apprendre que leur fille jouait à ce jeu qu’il considérait comme dangereux. Vous l’aurez compris, les parents de Mirza et Jenna étaient du même avis que le gouvernement. Il fallait réduire à néant ce fléau qu’était le jeu. Jenna ne pensait pas de cette façon. L’ambivalence restait son terrain de jeu depuis qu’elle avait mis le pied dans le Darwin's Game. Et elle ne pouvait pas argumenter avec ses parents. Elle en sortirait perdante, à coup sûr. Elle avait donc dû sortir de là, se trouver un autre endroit. Cette idée lui était donc apparue la veille au soir et elle la mettait maintenant en exécution.

Une nouvelle réponse lui parvint quelques secondes après qu’elle ait expliqué à Mirza son problème : elle n’arrivait plus à étudier en paix. Elle était sans cesse dérangée à tout moment par n’importe qui dans la maisonnée. C’était la vérité. Mais elle omettait quelques détails jugés non pertinents à mentionner, disons. Pas question d’expliquer à sa sœur ce qu’elle n’avait pas besoin de savoir. L’avantage avec Mirza, c’était qu’elle ne s’intéressait pas à la moindre partie de la vie des autres. Jenna aurait donc son temps tranquille pour étudier et bien sûr, jouer en cachette. Elle avait pensé à l’université comme lui proposait Mirza, mais les résidences n’avaient aucune chambre pour elle. Et puis, une autre idée avait germé dans son esprit. Idée qui en plus de la sortir de cette ambiance lourde entre elle et ses parents pourrait lui permettre de se rapprocher de son modèle. Elle n’avait pas pu résister et son dernier message donna justement la puce à l’oreille de sa sœur. Mordillant sa lèvre, l’étudiante observait le dernier message reçu. Il y avait encore une touche d’humour, mais elle connaissait sa sœur. C’était un : « Ha ha. Très drôle. Tu vas pas faire ça, n’est-ce pas ? Parce ce que je te le déconseille. » Bon… Essayons une autre approche. Jenna envoya un nouveau message, mais elle se doutait que Mirza ne tomberait pas pour un peu de pitié. Tant pis. Elle était déjà là. Alors, il faudrait bien qu’elle la fasse entrer un jour, non ? Mais... juste avant. Jenna vint de penser qu’elle n’avait pas vérifié si Mirza était effectivement chez elle. Rapidement, elle ajouta à son message un « Tu es bien chez toi, n’est-ce pas ? » Parce que sinon, elle avait l’air bien imbécile à traîner comme ça devant la porte.  

- Oui, ma sœur. Je prépare une visite à l’improviste. Ne m’en veux pas ! chuchota-t-elle à son téléphone.  

Parfait. Elle était bien chez elle. Le stress serrant son ventre, elle envoya son dernier message : « Parce que je suis devant ta porte. » Voilà. C’était dit. Il ne restait plus qu’à attendre voir si elle resterait sur le perron toute la nuit ou sa sœur accepterait de la faire entrer. Jenna souhaita fortement pour cette deuxième option. Elle ne reçut aucune réponse pendant une minute. Puis deux. Puis cinq. C’était mauvais signe, non ? Alors qu’elle pensait à peut-être appeler Mirza, elle entendit du bruit dans l’appartement. Fronçant les sourcils, Jenna approcha l’oreille de la porte. Mirzaya avait toujours était du genre bordélique. Le désordre et elle ne faisait qu’un beau tout, contrairement à Jenna qui classait toutes ses choses. Elle devina avec un sourire que sa sœur courait d’un côté et de l’autre pour ranger un peu. Par contre, elle ne comprit pas pourquoi. Après tout, Jenna n’était pas quelqu’un à impressionner. Elles étaient sœurs. Ce n’était pas une surprise si l’appartement de la femme était un champ de bataille. Mais bon, ce n’était pas trop mal de lui faire une petite place tout de même. Elle reconnut le bruit de papier froisser, ramasser et un petit vacarme suivit le son des feuilles. Le silence revint. Après quelques minutes, la porte s’ouvrit finalement sur une Mirza un peu essoufflée et une lueur agacée ancrée dans son regard brun. Un sourire timide apparut sur le visage de Jenna. Un rire gêné franchit presque ses lèvres, mais elle le retint. D’accord, c’était légèrement intimidant de se retrouver ainsi devant Mirza, sœur ou non.  

- Surprise… ?

D’accord… peut-être pas la meilleure façon de commencer la conversation. Mais c’était la première chose qui lui était venue en tête pour couper ce silence qui s’installait. L’urbaniste avait depuis un bon moment maintenant son indépendance et la dernière chose qu’elle voudrait était probablement que sa sœur ne lui traîne dans les pattes. Mais elle avait tout de même accepté de lui ouvrir la porte et elle savait qu’éventuellement Mirza la laisserait entrer. Jenna leva alors les bras devant elle, tenait dans ses mains un plat transparent contenant des délices.

- Hum… J’ai apporté un su-börek. Spécialité maman !  

Quoi ? C’était une bonne idée. Apporter un cadeau avant de s’incruster chez autrui était poli et sachant que c’était le repas préféré de Mirza, l’étudiante était sûre de gagner quelques points en sa faveur. Elles n’auraient qu’à réchauffer le tout et un bon repas s’annonçait pour les deux sœurs. Et probablement une petite discussion aussi. Jenna fit un petit sourire qui demandait « est-ce que je peux entrer ? » en penchant la tête d'une façon mignonne comme elle seule savait le faire. Il lui fallait marquer le plus de points possible, faire sourire sa sœur, l’amuser, pour qu’éventuellement, elle accepte de l’accueillir chez elle pour plus qu'une soirée.
avatar
<b>bavardages</b> 214 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Dajana Rads
CREDITS : Nightingale
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: Mirzaya - Secret Garden for Sisters   Lun 13 Mar - 15:08
Secret Garden for Sisters



Mirzaya & Jenna


Pour Mirza, tout devait être simple. Et parfait. Elle en attendait beaucoup de la vie, et malheureusement, parfois la vie se riait bien d’elle. Elle avait ses moments nuageux. Elle entendait parfois la tempête arriver, et d’autres fois, elle laissait le soleil la protéger jusqu’à la dernière seconde. Laisser le soleil caresser ses épaules, jusqu’à ce que le soleil soit recouvert, brusquement. Radicalement. Aujourd’hui, c’était un moment où elle gardait le soleil près d’elle. Une journée de déni. D’envie, et non de culpabilité. Elle ne pensait pas à ses dettes, ni à sa fausse perfection. Elle était simplement en congé. Sans contraintes de projets, sans rien. C’était du moins ce qu’elle avait cru.

Elle était confortable allongée dans la position du cadavre sur son divan. Un bras dans le vide, et l’autre sur son ventre, son téléphone aussi posé sur celui-ci à quelques centimètres de sa main. Elle avait longtemps hésité à savoir si elle tentait de parler à quelqu’un ou non. Si elle ouvrait le jeu ou non. Elle avait une envie de le faire, mais… Elle se prit à fixer les nombreuses feuilles sur ses recherches, ses dessins, ses maquettes sur lesquelles elle bossait sans relâche à des heures impossible, se retrouvant avec des cernes sous ses cernes avant d’aller au travail. Elle aimait assez son boulot pour l’avoir fusionné avec le jeu, et elle ne le regrettait que lorsqu’elle se levait avec les muscles tendus ou qu’elle se réveillait et qu’elle retrouvait un bon paquet de feuilles toutes chiffonnées encore présentes dans son lit, s’ayant encore endormie durant la contemplation de ses notes avec les lampes de chevet allumées. Elle avait même commencé à regarder les effets secondaires des comprimés dont bien des étudiants avaient recours pendant les semaines d’examens, sans réellement finir par les acheter.
 
Mais plus les semaines avançaient, plus elle avait l’impression de brûler la chandelle par les deux bouts, ce qui était le cas en fait. Elle avait de plus en plus de sauts d’humeurs, le jeu n’aidant en rien, mais elle était particulièrement bien pendant ses moments avec elle-même où elle ne devait pas parler avec sa mère qui l’appelait même jusqu’au bureau depuis son divorce. Ça faisait maintenant 3 ans. Mirza avait beau lui dire et redire que tout allait pour le mieux, mais sa mère ne semblait pas la croire.

Cependant, récemment, le sujet avait changé. Comme si enfin son divorce n’était plus à l’ordre du jour. Non, maintenant, c’était tout ça. Cette cause qu’elle défendait plus que sensé. La seule chose qu’elle avait mis un point d’honneur à choisir un camp, et à s’y tenir. L’engagement n’était pas un concept très acquis par l’arménienne, mais avec le jeu, c’était différent. Avec la famille c’était différent. Avec la Cour, c’était différent.

Elle était toujours en mode relaxation, quand son téléphone vibra sur son ventre. C’était Jenna. Pas d’une, ni de deux, elle avait déjà les deux bras repliés, les doigts sur son téléphone à lui demander ce qui se passait.

Et rapidement, la situation dérapa.  

Princesse était insistante, jamais elles n’avaient eu une conversation aussi longue par texto, il lui semblait. C’était toujours Jenna qui envoyait le premier texto, mais la plupart du temps, c’était surtout des « Salut, comment ça va? », ce à quoi Mirza répondait toujours « Tout va bien dans ma grotte, je devrais venir souper au courant de la semaine. » Et la conversation s’arrêtait souvent là, ou du moins, Jenna rajoutait parfois quelques trucs concernant les parents, ou ses exploits, lesquels Mirza lisait sans réellement être la sœur enthousiaste que Jenna souhaitait surement avoir.

Bref, tout ça pour dire que cette conversation, qui ne ressemblait guère aux autres, avaient mis la puce à l’oreille de Mirza. Surtout ce moment… Celui où Princesse (car c’était le surnom qu’elle donnait à sa sœur depuis sa plus tendre naissance) lui rappelait leur lien de sang. Ça ne sentait pas bon cette histoire. Mirza avait déjà un sourcil de froncé, en mode désapprobation totale. Elle n’oserait pas ?!

Si. Elle l’avait fait. Mirza essayait de passer par le déni et contournait le sujet, mais rien n’y faisait et rien n’y ferait. Elle avait fini par lui demander si elle était chez elle. Jenna était devant la porte. Tout le monde avait beau dire que Jenna était trop mignonne, qu’elle était un ange, mais en ce moment, Mirza avait des preuves pour dire qu’elle était maléfique cette petite derrière ces petites mimiques. Mais bon… Jenna avait de la chance qu’elle l’aime tout de même. Un moindrement.

Elle resta un moment fixé sur ce dernier message. Jenna était derrière la porte. Son regard se porta d’ailleurs sur celle-ci avec des yeux ronds. Mirza avait barré la porte la veille, on ne savait jamais ce qui pouvait arriver maintenant, il valait mieux s’enfermer. Surtout si votre petite sœur décidait de venir squatter chez vous à l’improviste. C’était le meilleur investissement qu’elle avait fait, ce double verrou. Et vous savez, Mirza était plus soulagée d’avoir barrée la porte, comme ça Jenna n’avait pas pu entrer sans toquer ou quoi que se soit plutôt que de se savoir en sécurité. Mirza était plus soulagée d’avoir barré la porte pour ne pas que sa sœur entre en mode : « C’est beau ton chez toi, et dis-moi, c’est quoi tous ses plans, ses portraits et toutes ses données? »

C’est d’ailleurs ce qui la fit se lever d’un bond. Elle devait cachée tout cela. Au plus vite ! Elle n’était pas au courant pour son inscription au DG, et croyez-moi, c’était une des premières personnes à qui elle voulait le cacher pour éviter de reconnaître les conséquences de ses actes. Elle commença par les maquettes du jeu, qu’elle mit dans la pièce qui lui servait de bureau, en une montagne périlleuse. Ensuite, ce fut le tour de tous carnets qui avaient de près ou de loin pu être ses carnets de dessins ou de calculs de donnés.

Elle se foutait un peu de tout le vacarme qu’elle faisait, tout en se disant qu’elle n’aurait qu’à mettre tous les tas de morceaux de linges en boule sous son lit et dire qu’elle avait essayé de mettre de l’ordre. Ce n’était pas Jenna qui la confronterait là-dessus. En prenant les feuilles restantes dans son appartement, elle faisait voler son linge avec son pied jusque sous le lit, sans essayer de mettre de l’ordre dans le reste de son foutoir.

Une fois l’opération terminé, elle ferma la porte du bureau, au préalable barré de l’intérieur et elle ouvrit la porte d’entrée à la volée avec le regard agacé, qu’elle aimait bien jeter aux gens qui se tapait parfois l’incruste, alors qu’on ne les avait pas invités. Elle essayait de garder ce regard et ce visage sévère, mais Jenna savait y faire mieux que quiconque avec elle. Ça en devenait presque irritant pour Mirza. Soit elle ne comprenait pas sa sœur, soit Jenna la mettait dans tous ses états. Comme en ce moment.

Mirza ne comprenait pas toujours l’exaltation des autres devant la bouille attendrissante de Jenna, mais ce petit sourire gêné et ce surprise plus ou moins rassuré lui rappelait trop bien la promesse qu’elle avait faite à son père lorsqu’il avait mis bébé Jenna dans les bras de Mirza. Elle serait son garde du corps pour la vie ! Jenna rajouta enfin les mots magiques, lui offrant l’hébergement qu’elle souhaitait tant. Elle avait ramené son repas préféré. C’était… tout simplement la meilleure tactique au monde! Mirza, comme Jenna, était un estomac sur pattes. Et aussitôt qu’on prononçait ce nom de plat, elle se mettait presque à saliver.

« Rentre avant que je change d’avis et que je ne prenne que le plat… », dit-elle, en capitulant devant la cadette. « Et dis, moi, t’es devant ma porte depuis le premier texto, n’est-ce pas ? »

Elle avait le sourcil relevé, accusateur, se disant que si elle ne comprenait pas tout le froufrou entourant le mystère qu’était sa petite sœur, elle savait reconnaître les moyens qu’elle prenait pour avoir ce qu’elle voulait. C’était surement de famille ça. Tous les Kehiayan avaient ce petit je ne sais quoi. Ce côté ambitieux qui pouvait ou ne pouvait pas vous exploser en pleine figure comme le décrivait Mirzaya.

Elle croyait qu’il serait mieux de dire autre chose, mais comme à son habitude, elle avait mis une distance entre elle et sa sœur. Elle ne savait pas vraiment de quoi lui parler, après tout, elle ne restait que très rarement qu’avec Jenna. Habituellement, toute la famille était là, mais aujourd’hui, elles étaient seules, pas de Matviy dans les parages, pas de parents, pas de frères, ni même Michael, le plus jeune de la famille.


Dernière édition par Mirzaya Kehiayan le Ven 24 Mar - 15:14, édité 1 fois
avatar
PLUMERIA PEARL
<b>bavardages</b> 202 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Urassaya Sperbund
CREDITS : Avatar sur Pinterest| Gif Tumblr & Queenyeon
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre


MessageSujet: Re: Mirzaya - Secret Garden for Sisters   Sam 18 Mar - 3:22
Secret Garden for Sisters



Jenna & Mirzaya


Oh, elle ne se le fit pas dire deux fois. Téléphone dans une poche, sac d’une main et plat sous le bras, Jenna s’avança avec un grand, peut-être trop grand, sourire. La fierté noyait son visage, mais elle retint le cri de victoire qui démangeait sa gorge. Elle ne répondit pas à la question de sa sœur, mais son sourire le criait haut et fort, alors pas besoin d’en ajouter. Son plan se déroulait comme prévu et c’était parfait comme ça. Dès qu’elle eut posé un pied dans l’appartement, son regard fit le tour de la pièce ouverte. Elle entendit Mirzaya refermer la porte, et la barrer du même coup. Jenna se doutait qu’elle n’aurait pas pu simplement entrer comme dans un moulin, mais c’était aussi mieux comme ça. Elle aurait pu réprimander Mirza, grande sœur ou pas, si celle-ci était restée dans cette ville avec la porte de son appartement déverrouiller. Non mais, on ne savait jamais sur quel fou furieux on pouvait tomber ! Enfin, là n’était pas la question en ce moment, car la porte était bien fermée à clé. Jenna posa son sac près du canapé où elle devina par le manque de désordre sur celui-ci que sa sœur avait dû être allongée dessus avant de se faire déranger par son adorable petite sœur. Petit sourire en coin, la jeune femme se dirigea vers la cuisine et jeta un regard effaré à la table. L’urbaniste n’avait-elle pas rangé rapidement avant de la laisser entrer ? Pourquoi la table était envahie de restants, crayons, feuilles blanches et bouquins empilés ? Secouant la tête, mais le sourire toujours accroché aux lèvres, Jenna tourna son regard vers Mirza.

- Tu peux nous faire une petite place au moins ? Moi, je m’occupe de ça ! Dit-elle en levant le plat vitré devant ses yeux.

Elle continua son chemin vers la cuisine, qui étonnamment n’était pas l’horrible désordre qu’attendait Jenna, et fouilla dans les armoires pour trouver les assiettes. Elle ne venait pas souvent, pour ne pas dire quasi jamais, chez sa sœur. Elle n’avait donc aucune idée d’où était rangé la vaisselle, ni combien de vaisselle sa sœur pouvait avoir. Par chance, elle trouva ce qu’elle cherchait dans le premier placard. Pas besoin de fouiller pendant une éternité, ce qui était bien, car la plus jeune commençait à avoir faim. Son ventre ne s’empêchait pas de lui faire savoir. Se mettre rapidement au travail, donc. Sans attendre plus longtemps, Jenna sépara le repas en deux parts égales et les réchauffa une par une. Elle salivait rien qu’à sentir les effluves du Sü-Borek de sa mère. Elles allaient se régaler !

En quelques minutes, Jenna était de retour avec deux assiettes au contenu fumant dans les mains. Elle les posa sur le coin de table nettoyé et se tira une chaise avec toute l’aise du monde à s’être tapé l’incruste chez sa seule sœur. Elle n’attendit pas plus longtemps pour engouffrer une immense part dans sa bouche. C’était tout simplement délicieux. Et elle ne s’empêcha pas de partager son bonheur avec Mirzaya. Ça fondait dans la bouche. C’était un délice. Leur maman était la meilleure cuisinière. Elle adorait manger. Et bla-bla-bla. Jenna commençait à avoir l’habitude d’une Mirza plutôt muette. Les deux femmes n’avaient jamais eu de longues discussions ensemble et ce petit malaise semblait toujours flotter entre elles. Mais Jenna faisait de son mieux pour le mettre de côté, même si Mirza le renforçait par son silence de « je ne sais pas quoi te dire... » Alors, le petit ange faisait tous les efforts. Semblait-il. Mais ce serait une chance pour elles de se rapprocher ces prochains jours. Elles seraient toutes les deux sans personne d’autre pour les déranger et surtout, sans Michael pour accaparer Mirza. Oh, Jenna ne le pensait pas méchamment, mais elle savait que si le petit frère était là, Mirza focaliserait son attention sur lui, car ils étaient très proches, ils savaient de quoi parler et quoi faire ensemble. Ce ne serait pas avec l’intention de la mettre de côté, mais elle se sentirait comme ça. Comme elle s’était toujours sentie. Mais ce n’était pas le cas et l’étudiante était décidée à renforcer leur lien. D’ailleurs, pour ce faire, elle se dit que faire la discussion pourrait être une bonne idée. Et par discussion, elle ne pensait pas à elle qui radotait n’importe quoi à une Mirza qui l’écoutait d’une oreille distraite. Non, non. Elle parlait d’un échange verbal entre deux personnes qui, notons-le bien, s’intéressaient l’une à l’autre. Jenna se tut un moment et posa son regard brun sur son aînée, en réfléchissant. Un sujet... Il lui fallait un sujet de discussion qui permettrait à Mirza de parler.

- Quels sont tes horaires de travail Mirza ? C’est pour savoir quand on pourra passer un peu de temps ensemble.


D’accord, ce n’était pas seulement par curiosité, ou pour faire la discussion. En fait, connaitre les horaires exacts de sa sœur lui permettrait de savoir quand elle serait toute seule. Et elle n’aurait pas peur que quelqu’un lui tombe dessus, puisque Mirza vivait seule. Elle pourrait donc jouer en paix pendant ces moments-là. Elle pourrait aussi s’enfermer dans les toilettes, mais ce ne serait vraiment pas subtil. L’urbaniste allait se demander ce qu’elle foutait si longtemps dans les toilettes. Non, très mauvaise idée. Elle pourrait toujours aller dans le bureau, prétextant aller faire une sieste ? Ha, et puis, le plus simple serait de jouer quand elle était seule avec elle-même. De toute façon, pourquoi Mirza lui mentirait sur ses horaires de travail ? Par contre, avant de rentrer plus profondément dans ces pensées concernant où elle pouvait jouer, elle repensa à ce qu’elle avait dit. Passer du temps ensemble. C’était une merveilleuse idée ça. Un peu de temps entre sœurs, se rapprocher en faisant des trucs toutes les deux. Oui ! Ça y était, elle se lançait avec des étoiles envahissant presque ses yeux.

- Oh ! On pourrait aller se promener quelque part ? Faire des visites ? Ou aller voir un film ? Ce pourrait être super ! T’en dis quoi ? T’es libre demain soir ?

Comment Mirzaya pourrait dire non à cette bouille remplie d’espoir ? Jenna s’imaginait déjà mille et un scénarios dans lesquelles sa sœur et elle passaient un moment exceptionnel et s’amusaient ensemble. Sans malaise. Ce serait super. Trop super. Plus que super ! Il fallait que l’urbaniste n’ait rien de prévu, qu’elles puissent faire des activités. Jenna voulait tellement se rapprocher de sa sœur. Elle voulait pouvoir lui parler de tout, voir en sa sœur la confidente qu’elle voudrait. Et elle sentait que sa petite intrusion allait donner quelque chose si Mirza acceptait de s’ouvrir à elle. Mais ça commençait déjà bien, l’aînée l’avait accepté chez elle. Prochaine étape à préparer maintenant !
avatar
<b>bavardages</b> 214 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Dajana Rads
CREDITS : Nightingale
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: Mirzaya - Secret Garden for Sisters   Ven 24 Mar - 15:14
Secret Garden for Sisters



Mirzaya & Jenna


Bien que Mirza plaisantât en disant qu’elle n’aurait pris que le plat, et que l’idée de refermer la porte sur sa sœur lui ait réellement traversé l’esprit, elle savait qu’elle aurait rouvert la porte sur une Jenna un peu surprise ou un peu débitée. Car, oui, elle se savait être une sœur terrible, mais elle avait tout de même un cœur, ou quelque chose qui s’en rapprochait un tant soit peu. Elle ne montrait tout simplement pas son affection comme une fille digne de ce nom devrait le faire comme le disait parfois ses aînés, le cadet et ses géniteurs. Elle n’y pouvait cependant rien. Elle était comme cela, à la vie à la mort. Peut-être qu’elle aurait été plus féminine si elle n’avait pas été la première fille de la famille Kehiayan. Mais même cette hypothèse avait bien fait rire sa mère qui avait malheureusement eu plus de difficulté avec la demoiselle qu’avec les deux aînés.

Le fait de voir Jenna sourire aussi ouvertement, lui rappelait à quel point, elles étaient totalement opposées. À un moment, lorsqu’elle était encore une enfant, Mirza avait cru que cela les rendrait proches, mais en fait, cette différence avait simplement fini par mettre de la distance entre les deux jeunes femmes. Après tout, se rapprocher de Mirza était un art en soi. Jenna serait certainement le meilleur exemple à ce jour. Mirza disait le nécessaire, et croyait que tous les silences étaient confortables, au lieu de quoi, avec Jenna, elle ressentait le malaise grugé son cerveau qui poussait le problème en réfléchissant sur toutes sortes de sujet, concernant de près ou de loin la concernée. Donnant l’impression qu’elle était automatiquement énervée et désintéressée.

Elle aurait pu de nombreuses fois aborder le sujet avec sa cadette, mais pourquoi? Pour créer un plus grand malaise? Ce n’était pas parce qu’elle était l’aînée qu’elle devait automatiquement être celle qui mettait le doigt sur le problème, et puis qui sait, Jenna avait peut-être fini par imaginer que ces silences étaient justement une preuve qui démontrait la complexité de leur lien de parenté. Ce n’était pas facile de laisser Mirza sans mots après tout! Mirza avait finalement décidé de garder tout ce ressentiment pour elle, se disant que Jenna serait surement plus à l’aise si le sujet restait enterré. Mais Dieu savait que Mirza se trompait la plupart du temps lorsqu’il s’agissait de la réaction ou de l’avis des autres. Encore plus lorsqu’il s’agissait de la féminine et studieuse Jenna.

À croire que son cerveau faisait un point d’honneur à ne pas comprendre les agissements de sa cadette. Elle savait pourtant qu’en ce moment, alors qu’elle verrouillait la porte, Jenna scrutait son logis, déplorant mentalement l’état de cette air commune où chambre, salon, cuisine communiquait. Et elle n’avait pas tort, car elle surprit sa sœur en train de fixer le seul endroit propre de la pièce, le sofa où on pourrait presque voir encore le fantôme de Mirzaya, étendue et détendue. C’est que cette Mirza paisible lui manquait déjà…

Jenna était une petite tempête qui ne pouvait que vous plaire, mais bon, Mirza était en quelque sorte encore dans son envie de ne rien faire. Ce qui devait paraître, vu qu’elle gardait le silence en se traînant comme elle le pouvait jusqu’à la table qui avait eu le droit à un commentaire de la part de la miss organisée. Avec une certaine paresse, Mirza empila quelques livres, et poussa le tout en quelque chose de compacte. Elle avait suffisamment dégagé la table pour une assiette, voir deux. Elle ne donna aucune indication sur l’endroit où elle serrait sa vaisselle, après tout, avec Mirza, on pouvait se douter que c’était la première armoire qui vous faisait face en entrant dans la cuisine.

Après deux cris de micro-ondes, elles purent enfin se mettre à table. L’odeur de son plat préféré imprégnait l’air et Mirza se doutait bien qu’elle allait malheureusement devoir se contenter que de cette portion avant un bon moment, le pire, ce serait demain. L’odeur resterait encore dans le petit appartement, mais elle ne pourrait pas en manger, même avec toute la volonté du monde. Elle n’avait plus qu’à savourer cette assiette en compagnie de Jenna. Une Jenna qui malgré le mutisme de sa sœur, faisait comme si elle était chez elle, sans que ça n’importune réellement son aînée. Non, pour l’instant tout allait bien. Trop bien.

Car aussitôt qu’elle sentit le regard de sa sœur sur elle, elle savait que Jenna cherchait un moyen d’engager la conversation. Mirza se contenta de mettre ses pieds sur le rebord de sa chaise, de prendre son assiette et de la mettre sur ses genoux pour être plus confortable. Elle n’était plus très habituée de manger à table, étant souvent seule, ni habitué de faire la conversation avec quelqu’un. Elle prit alors une autre bouchée en décidant de fixer sa sœur, avec un regard très clair qui se traduirait magnifiquement bien par un : « Qu’est-ce que tu veux? » qu’elle n’allait pas prononcer de toute façon.

Elle ne pouvait croire que sa petite sœur la connaisse autant, alors qu’elle, elle ne pouvait même pas dire la couleur préférée de Jenna sans se tromper. Même Michaël savait mieux y faire avec Jenna. Elle se fiait toujours à celui-ci pour faire l’intermédiaire entre elles. Il parlait toujours et savait toujours rassembler le trio. Du moins, c’était comme cela que Mirza voyait la chose. Bref, sa sœur avait clairement envie de parler à Mirza et son choix de sujet démontrait visiblement qu’elle ne tolérerait pas ce silence indéfiniment. Car aussitôt qu’on parlait de son boulot, habituellement, Mirza devenait une vraie pie, et ça, Jenna l’avait vite compris, et mettait en application cette technique.

Ou du moins, jusqu’à ce qu’elle s’emballe dans cette idée de sortir et de faire toutes sortes d’activités. Mirza était aussi du genre à vouloir bouger, mais elle se disait que rien n’était réellement gagner avec sa cadette. Le malaise allait les suivre même si elle quittait cet immeuble qui grouillait qu’une fois de temps en temps. Sauf si elles allaient voir un film. Ce n’était pas bête comme idée. Ça ne la forcerait pas à se parler intérieurement et à combler les silences avec des visages sévères ou désolés.

« Aujourd’hui, je n’avais rien de prévu, dit-elle en contemplant le contenu de son assiette. Je vais travailler seulement mardi, mercredi et jeudi cette semaine, les horaires sont un peu moins fixes depuis quelques temps… »

Elle faisait clairement allusion à cette panique générale qu’avait eu le jeu sur la vie en général : toutes ses horaires qui se limitaient, tous ces gens qui sortaient de moins en moins et les magasins qui ouvraient seulement lorsque le propriétaire sentait la pression du loyer, sinon, c’était mort. La ville connaissait certainement le plus gros point mort de tous les temps, ce qu’elle déplorait un peu. Après tout, elle avait bien réussi à faire en sorte de combiner son travail à cette soudaine flamme pour le DG, alors pourquoi les autres n’y arrivaient-ils donc pas? Elle replongea son regard dans celui de sa sœur, pour finalement essayer quelque chose qu’elle n’avait que très rarement fait, lui poser des questions idiotes entre deux bouchées.

« Et toi, ça va comment à l’école? Pas trop d’absents? »

Elle qui habituellement décidait de garder le silence, avait choisi ce sujet pas trop personnel, que chaque personne qui ne se cassait pas trop la tête décidait d’aborder. Et puis, c’était comme cela qu’elle pourrait réellement laisser sa sœur divaguée à toutes sortes de sujets qui finiraient surement par l’intéresser elle aussi, non? Elle ajouta aussi, avant que sa sœur ne prenne la parole, que le bureau, c’était pour l’instant un accès interdit. Des gros projets, dit-elle sans réellement mentir. C’était juste omettre le fait que c’était principalement en lien avec le jeu. Et qu’il fallait devoir respecter le peu de règles que sa sœur lui imposerait si elles voulaient une cohabitation temporaire réussie. D’ailleurs, elle crut aussi bon de demander la durée de ce fameux temporaire…

Elle ne savait pas tellement dans quoi elle c’était embarqué en ouvrant la porte. Si elle c’était attendu à deux-trois jours, elle allait surement être surprise de ce à quoi Jenna avait en tête. Et sans réellement dire d’autres chose, car aligner autant de mots étaient déjà un exploit, elle lui tendit le téléphone sans fil de son appartement avec ce regard insistant, mais doux à la fois. Elles savaient toutes les deux à qui Mirza voulait que Jenna téléphone. Elles savaient aussi toutes les deux à quel point leur mère allait s’inquiéter si elle n’avait pas de nouvelles d’ici ce soir. Car oui, même si tout lui échappait, elle savait pertinemment que la petite Jenna avait décider de laisser leur mère sans nouvelles, car elle n’avait pas envie qu’on lui casse une nouvelle fois les oreilles. Elle fit un petit sourire rieur à Jenna en guise de solidarité.

avatar
PLUMERIA PEARL
<b>bavardages</b> 202 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Urassaya Sperbund
CREDITS : Avatar sur Pinterest| Gif Tumblr & Queenyeon
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre


MessageSujet: Re: Mirzaya - Secret Garden for Sisters   Sam 29 Avr - 4:49
Secret Garden for Sisters



Jenna & Mirzaya


Jenna continuait à déguster avec délice le repas qu’elle avait apporté. C’était un très bon choix, oui. Elle continuait à se le répéter à chaque bouchée, car en plus d’être fabuleusement excellence pour ses papilles, il lui avait donné une invitation directe chez sa sœur bien-aimée. Jenna était heureuse en ce moment. Oui. Heureuse. Bien. Être attablée avec Mirza lui donnait ce sourire niais au visage et ce n’était pas un silence malaisant qui allait changer son humeur. D’ailleurs, elle avait déjà mis à exécution son plan pour faire parler Mirzaya et cela fonctionnait. Tout en dégustant, Jenna gardait son attention focaliser sur sa sœur qui lui répondait avec sa nonchalance habituelle que Jenna admirait par moment. Mardi, mercredi, jeudi... Ça lui laissait du temps pour être avec elle-même. Et Mirza n’avait peut-être pas totalement conscience du nombre de temps que Jenna comptait rester... Mais là n’était pas le sujet. Il n’était pas temps de la décourager. Elle pensait bien attendre que sa sœur commence à lui poser des questions et essaie de la flanquer dehors plutôt que de l’effrayer tout de suite. L’étudiante allait en profiter le temps que ça durait. Et cela commençait dès à présent. Mais bon, comme Mirza vivait seule, ce n’était pas comme si elle n’avait pas une place pour Jenna en ce moment, n’est-ce pas ?

Et puis, l’aînée avait raison avec son allusion à la décadence de la ville. Les gens ne travaillaient plus, les boutiques n’ouvraient plus. Plus le temps avançait et plus Chigaco ressemblerait à une ville fantôme où les gens ne sortaient plus. Jenna n’avait donc pas de difficulté à croire ce que la plus vieille lui disait sur ses horaires flexibles. Même elle, il n’était pas rare que les enseignants annulent des cours, les reportent ou ne se pointent tout simplement pas. C’était l’anarchie totale. D’ailleurs, Mirza la questionna soudainement sur ce sujet. Jenna prit une pause dans son masticage pour poser son regard brun sur la femme lui faisant face. Avait-elle bien entendu ? Mirza lui posait une question ? Et une question sur sa vie, qui nécessitait un certain intérêt pour la réponse, n’est-ce pas ? Jenna aurait pu sauter de joie si la surprise ne l’avait pas clouée sur sa chaise. Et heureusement, Jenna avait l’amabilité de ne pas ouvrir sa bouche pleine pour crier son bonheur.

Elle se dépêcha à terminer sa bouchée pour répondre à la question que sa sœur lui avait posée à propos de sa vie à elle. Pouvez-vous le croire ? Mirza s’intéressait vraiment à elle. Ça lui réchauffait le cœur et même si elle savait que sa sœur ne la détestait pas, le voir par les efforts que mettait Mirza en ce moment malgré sa maladresse pourrait faire pleurer de joie la cadette. Mais elle n’allait pas rendre Mirzaya encore plus mal à l’aise et elle n’allait pas se ridiculiser ainsi non plus. Mais bon, elle n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche pour débiter un flot de paroles sur l’université et la facilité à être la meilleure de la classe où elle était la seule (ou presque, elle exagérait un peu) élève assise dans les rangs, car Mirza enchainait sur un autre sujet pour lui interdire l’accès au bureau. Bon… Alors, c’était vraiment impossible de s’enfermer là pour jouer en cachette. Mais de toute façon, ce devait être un bordel monstre et ce ne devait pas être praticable là-dedans. Autant oublier l’existence de cette pièce pour l’instant, se dit-elle. Aussi, évita-t-elle soigneusement la question suivante en engouffrant une énorme bouchée. Ce serait à voir ça. La cadette n’allait pas vendre la mèche tout de suite. Non, non. Mirza se rendrait bien compte que Jenna ne restait pas pour un soir. Seulement en voyant son bagage, on comprenait déjà que c’était pour quelques nuits. Notons bien le pluriel.

Puis, l’aînée lui tendit le téléphone sans fil. Jenna fixa l’objet un moment sans réagir. D’accord, elle aurait dû se douter que Mirza saurait. Oui, sa sœur savait très bien qu’elle n’avait averti personne de ce départ soudain et sa mère s’inquiéterait effectivement. Elle ne pouvait pas vraiment refuser de téléphoner non plus. Sinon, elles auraient droit à un monologue de remontrances. Jenna se résigna à appeler et attrapa le téléphone en cachant un soupir. Elle regarda le combiné et réfléchit à comment elle allait formuler ses phrases pour que sa mère ne lui dise pas simplement de rentrer à la maison. Parce que ça, c’était hors de question. Elle allait rester chez Mirza, qu’importe ce que les gens pensaient. Elle attendit un peu, mais le regard de Mirza lui faisait comprendre qu’elle n’avait pas l’option d’appeler plus tard. Elle composa finalement le numéro de la maison familiale et posa le combiné sur son oreille. Une sonnerie. Elle jeta un coup d’œil à sa sœur. Deuxième sonnerie. Elle se mordit les lèvres en récitant un petit texte dans sa tête. Troisième sonnerie. Elle se prit à espérer qu’il n’y ait personne, ce qui était peu probable. Quatrième sonnerie. Quelqu’un décrocha. C’était Arsen. Elle se racla la gorge et se dit que la chance était avec elle.

- Allo, c’est Jenna ! … Oui, oui. Ne t’en fais pas. (Elle laissa échapper un rire) En fait, est-ce que tu pourras passer un message à maman ? … Oui. … D’accord, eh bien, je vais rester dormir chez Mirza ce soir. … Ha, ha ! Tu l’aurais pas cru, hein ? … J’te jure. … Tu veux lui parler pour voir ? … Ha, ha ! D’accord. … Oui. Merci, Arsen. … Bye et bonne soirée !

Avec un grand sourire, elle raccrocha. Elle tira la langue vers sa sœur et lui tendit le téléphone.

- Tout est arrangé sans problème ! Bon, j’ai pas parlé aux parents, mais si c’est Arsen qui leur dit, ça devrait bien passer !

Jenna rapporta son attention à la nourriture dans son assiette. Elle avala les dernières bouchées avec plaisir et proposa à Mirza de faire la vaisselle. Elle s’était quand même incrustée chez elle. Elle lui devait bien ça. Elle lava rapidement les deux assiettes et le plat qui avait transporté le repas. Elle rangea le tout tranquillement en réfléchissant. Lorsqu’elle revint vers la table, ses yeux illuminaient avec joie et elle s’assit près de sa sœur avec l’intention de lui parler de l’école. Parce que Mirza s’était intéressée à elle. Elle se devait de lui répondre.

- L’université, ça va. J’veux dire, il y a beaucoup moins de cours. J’me demande parfois si je vais passer la session tellement on nous enseigne rien. En même temps, il y a tellement pas d’étudiants qui se pointe que je devrais avoir les bourses sans difficulté. Alors, je ne m’inquiète pas trop. Je travaille fort quand même.

Elle sourit et un silence s’installa un moment. Sauf que Jenna ne voulait pas laisser ce silence durer pour le reste de la journée. Pas question. Maintenant qu’elles avaient terminé de manger, c’était le moment de faire une activité entre sœurs ! Et Mirza ne travaillait pas aujourd’hui, alors aucune raison pour que celle-ci lui refuse. Elle avait eu l’air enchantée par l’idée du cinéma lorsque Jenna nommait des idées. C’était décidé alors ! Ou presque. Il fallait quand même avoir l’accord de l’aînée. La plus jeune se leva donc et alla chercher son téléphone qui était resté sur le comptoir. Elle entreprit de se connecter à internet pour trouver les films à l’affiche.

- Un ciné, ça te dirait ? Comme on a toutes les deux du temps, autant en profiter pour faire quelque chose ensemble. Qu’est-ce qui te plairait ?

Jenna se pencha près de sa sœur pour lui mettre son téléphone sous le nez. Elle fit défiler la liste des films avec les heures, mais si Mirza avait autre chose à proposer, Jenna était ouverte aux autres idées. Pourvu qu’elles fassent quelque chose ensemble, Jenna serait plus qu’heureuse. C’était le moment ou jamais pour se rapprocher de son unique sœur ainée.
avatar
<b>bavardages</b> 214 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Dajana Rads
CREDITS : Nightingale
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Cour des Miracles


MessageSujet: Re: Mirzaya - Secret Garden for Sisters   Mer 12 Juil - 6:03
Secret Garden for Sisters



Mirzaya & Jenna


Elle remarqua du coin de l’œil la réaction de sa sœur, alors qu’elle avait enfin décider de sortir de son mutisme habituel. Jenna avait arrêté de mastiquer un petit moment, avant de finalement recommencer à mâcher vigoureusement, prestement. Mirza se doutait bien que Jenna était emballée de cette soudaine interaction, elle ne comprenait tout simplement pas pourquoi elle se pressait à finir sa bouchée. Ce n’était pas comme si l’aînée pouvait vraiment fuir. En fait, même si elle l’avait souhaité, Mirza ne le pouvait pas. Elles étaient chez elle et elle venait de confirmer qu’elle ne travaillait pas de la journée et qu’elle n’avait rien de prévu. Sans dire qu’elle ne pouvait pas prétexter une soudaine commission à faire, car Mirza comptait bien rester assise là pour prendre le temps de déguster ce petit bijou.  

Alors, qu’elle laissait fondre une nouvelle bouchée, l’ambiance de délice et de tranquillité sembla avoir changé. Elle sentait comme une espèce d’énergie de sur-joie qui émanait de la cadette. Et au lieu de lui laisser exprimer son trop plein d’énergie et d’être mal à l’aise, comme elle l’était souvent face à des émotions aussi débordantes, elle avait tout simplement continué sur les quelques règles de la maison et la question que Jenna évita, la fourchette sur le bord des lèvres. Si Mirza pouvait quelques fois imaginer que Jenna avait de mauvaises intentions et que derrière son petit côté mignon se cachait une fille très fûtée, elle crut tout simplement que Jenna ne répondit pas à celle-ci, car c’était évident. Elle ne passerait pas plus d’une semaine ici avant qu’elle ou Mirza décide de son retour à la maisonnée familiale.

Jenna devait bien se douter que l’intimité était une des raisons du pourquoi Mirza avait cédé sa petite chambre chez les Kehiayan pour cet appartement, car même si Matviy n’était plus avec elle, elle avait préféré garder son loyer plutôt que de revenir la queue entre les jambes avec un air abattue qu’on ne lui connaissait pas chez eux. Elle s’assurait ainsi de se garder une certaine distance avec le restant de sa famille. Pas parce qu’elle les aimait moins qu’avant, elle avait juste l’impression que c’était ce qu’il y avait de mieux à faire étant donné l’instinct surdéveloppé de sa mère et l’orgueil surdimensionnée de l’arménienne. Elle se rassurait tout de même en se disant que ce n’était certainement pas Jenna qui allait bouder la nourriture de leur mère plus longtemps qu’un séjour d’une semaine. Pourtant, elle, elle avait réussi, mais bon… Elle le regrettait tout de même. Parfois.

Elle ne regrettait cependant pas l’absence de ses frères aînés qui s’amusaient bien trop à faire de sa vie un calvaire vingt-quatre heures sur vingt-quatre lorsqu’elle habitait encore là-bas. Avec l’âge, ça c’était calmé, mais ils restaient tout de même le trio soudé de la famille, et les taquineries, ainsi que les blagues n’avaient pas cessés, même si la trentaine avait déjà happé Arsen tout en menaçant de prendre Djiven de court et qu’elle ne résidait même plus avec le reste du clan. C’est juste qu’au lieu que ce soit en permanence, c’était une fois de temps en temps, lorsqu’elle le décidait. C’est d’ailleurs en pensant à toute sa famille et leurs défauts qu’elle tendit le téléphone à sa sœur.

Elle connaissait tout simplement trop ce sentiment. Tout cette crainte à faire le numéro de la maison en espérant tomber sur la messagerie ou en espérant qu’un autre membre de la famille que leur mère ne décroche. Elle avait eu une jeunesse aussi, et ce mordillement de lèvre était surement la réaction la plus naturelle que sa sœur avait eu depuis son arrivée à l’appartement. Elle se souvenait aussi très bien la préparation mentale d’un mensonge qu’on voulait atténuer ou d’une argumentation en béton. Elle regardait d’ailleurs comment sa petite sœur allaient s’en sortir. Après tout, si Mirza avait finalement appris à bien gérer les coups de téléphones de leur mère, Jenna était encore trop sage à ses yeux pour qu’elle sache comment négocier avec sa mère devenue certainement moins permissive avec ce qu’il se passait en ville dernièrement.

Elle avait ce petit sourire d’encouragement et d’amusement sur les lèvres, alors que Jenna prenait la parole. Mirza s’avoua, encore une fois, être victime d’injustice et de karma, car si elle, elle avait toujours espéré parler à ses frères ou son père, elle avait toujours eu droit à la voix semi-inquiète, semi-fâchée de sa mère. Elle soupira presque devant l’ironie du destin, mais elle était tout de même bien heureuse du tournant que prenait ce coup de fil, car bien entendu, elle aurait finalement du elle-même convaincre sa mère qu’elle s’occuperait bien de Jenna, que son appartement était sur et qu’elle n’allait pas mourir, même si elles étaient que deux jeunes femmes dans le West Side de Chicago.

Elle portait légèrement attention aux paroles de Jenna, tout en se demandant si c’était si difficile à croire qu’elle héberge la cadette et qu’elle ne la laisserait pas traîner dans les rues comme une SDF. Le jugement, mais bon, elle le prenait bien. C’était toujours comme ça avec la famille et les amis. Cependant, elle savait bien que si la réplique avait été dite par une autre personne, elle n’aurait jamais réussi à garder son sang-froid et aurait rapidement répliquer. Avec des mots, ou avec ses poings, selon si la journée avait été rude ou agréable. En fait, elle aurait considéré ses propos comme une attaque personnelle si ça l’avait été un étranger ou une vague connaissance qui lui avait dit cela.

Une fois le téléphone remis sur la table, le reste du repas fut plus silencieux, et bien moins long qu’elle l’avait cru, ne pouvant s’empêcher de piquer avec sa fourchette dans son assiette pour la repiquer à nouveau et se régaler. Il lui restait qu’une à deux bouchées dans son assiette, alors que Jenna se levait pour aller porter la sienne et tendait la main pour prendre celle de sa grande sœur. Elle mit le tout dans sa bouche et était heureuse d’entendre qu’au moins, elle n’avait pas à faire la vaisselle.
Elle contemplait sa sœur, ne pensant à rien d’autre qu’au temps qui passait. Lorsque Jenna revient vers la table à manger et qu’elle lui parla de ses cours, Mirza sembla heureuse de l’écouter. Comme si enfin, il y avait une autre personne saine d’esprit. Le jeu n’avait pas eu raison de sa sœur, qui était surement bien trop concentrée à exceller pour s’inscrire à un truc pareil. Cet instant semblait si normal aux yeux de l’arménienne qui gardait son regard focalisé sur la cadette. Il n’y avait rien d’autre de très intéressant dans cet appartement qui ne lui rappelait pas que les gens sombraient au lieu de vivre.

Une certaine fierté l’habitait face à la réussite de sa petite sœur. Après tout, ça la rassurait de la voir garder sa motivation et sa détermination en allant sur les bancs de l’université même s’ils se vidaient de plus en plus. Elle se disait bien qu’elle pourrait le lui dire, au lieu de quoi, elle se demandait bien comment formuler des compliments, ce qu’elle faisait assez rarement en fait.

Jenna reprit la parole après avoir été chercher son téléphone portable. Elle lui demandait si un ciné lui plairait. Si l’idée d’un film était intéressante, elle avouait que pour une fois, elle se contenterait de rester cloîtrer ici.

« Si ça te dit, on peut toujours commander un film et rester ici. »

Elle ne savait pas trop combien de temps ça leur prendrait de choisir un film ensemble, mais elle se rappelait encore moins la dernière fois qu’elle avait pu écouter un film seule avec sa sœur. Elle ne pouvait encore moins dire quel était son film préféré, alors qu’elle se doutait bien que Jenna avait une bonne idée du sien. Elle était malheureusement très peu regardante sur ce genre de détail et ça, même avec le temps ça n’avait pas changé.
avatar
PLUMERIA PEARL
<b>bavardages</b> 202 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Urassaya Sperbund
CREDITS : Avatar sur Pinterest| Gif Tumblr & Queenyeon
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre


MessageSujet: Re: Mirzaya - Secret Garden for Sisters   Jeu 3 Aoû - 3:20
Secret Garden for Sisters



Jenna & Mirzaya


Tête au-dessus de l’épaule de sa sœur, Jenna regardait le petit écran de son téléphone tout en faisant défiler les films à l’affiche. Elle attendait que Mirza arrête son choix sur l’un des films proposés et elle attendait avec impatience, il fallait dire. Rien ne pourrait l’empêcher de passer la journée avec sa sœur. Tout ce qu’il fallait, c’était trouver une activité qui intéresserait l’aînée, parce que Jenna était prête à presque tout, pourvu que Mirza participe. Plusieurs films avaient attiré l’attention de l’étudiante, mais pour être certaine d’avoir les faveurs de sa grande sœur préférée, elle la laissait choisir. Par contre, Mirza ne jeta qu’un coup d’œil au téléphone avant de se tourner vers la cadette. Jenna se redressa en posant un regard intrigué sur celle qui lui faisait face. Avait-elle déjà choisi ce qu’elle voulait écouter ? Ou bien avait-elle une autre idée en tête ?  

Heureusement, Mirza n’attendit pas plus longtemps pour dire le fond de sa pensée. Elle n’avait pas vraiment envie de sortir et préférait rester à l’appartement. Louer un film et l’écouter ici. Jenna trouva que c’était une fabuleuse idée. Une journée entière passée avec sa sœur, seulement toutes les deux. Elles ne seraient dérangées par personne en restant ici. C’était une meilleure idée que ce à quoi avait pensé Jenna. Elle se voyait déjà assise confortablement sur le divan de sa sœur, croustille dans un bol et manette dans la main, se disputant pour le film à écouter. Parce que c’était presque certain, elles ne tomberaient pas du premier coup sur un film qui leur plairait toutes les deux. Jenna voyait le positif dans beaucoup de choses, mais elle avait conscience de la réalité. Elle ne ferait pas écouter un film d’amour d’adolescente à Mirza. Ce serait trop lui demander. Un petit sourire s’afficha sur son visage par contre à cette image. Une Mirza écoutant un film d’adolescente en cachette. Ce serait marrant. Mais bon, elle n’avait pas le temps de rigoler. C’était sérieux. Il fallait s’y mettre tout de suite.

- C’est une super idée ! Allez, ne perdons pas de temps. Il faut se mettre d’accord sur un film avant que la nuit tombe.

Elle tira la langue moqueusement à sa sœur. Mirzaya serait surement d’accord avec elle. Jenna posa son téléphone sur la table et ne s’en soucia plus. Elle était avec sa sœur en ce moment, elle n’avait pas le temps de répondre à des messages ou appels sans importance de ses amis qui s’ennuyaient. Elle se dirigea vers le divan, jetant un coup d’œil par-dessus son épaule pour regarder sa sœur. Elle lui fit de gros yeux pour l’obliger à la suivre, ce que fit finalement l’aînée.  

Une fois assise confortablement sur le divan, la plus vieille étant allée chercher oreilles et couvertes à la demande de sa sœur qui avait prétexté comme raison ne pas connaître l’appartement et ne pas avoir droit de mettre un pied dans la chambre, Jenna attrapa avec conviction la manette. Elle laissa ensuite son dos retomber sur le canapé et ouvrit la télévision. En quelques clics bien habiles, elle se retrouva sur la page de location de film. Elle se mit à les faire défiler. D’abord, elles passèrent en revue les nouveautés, mais aucun des films proposés ne les attira. Jenna continua la recherche, mais plus les films défilaient et plus elle perdait espoir. Est-ce qu’elles pourraient se mettre d’accord sur un film avant la fin de la journée ? La cadette avait envie d’écouter un film mielleux et romantique, de ceux qu’on regarde en se disant : « Ils sont trooooop chou ! » Mais Mirza n’était pas du même avis du tout. Ce n’était pas le genre de film qu’elle avait envie de voir. Jenna finit par faire une croix sur ce désir et chercha activement quelque chose qui pourrait plaire à sa sœur.  

Ce fut à ce moment qu’elle tomba sur les catégories de films. Plus particulièrement, sur les films d’horreur. Bon, Jenna n’était pas fan des films d’horreur. Au contraire, elle criait, elle stressait et elle ne pouvait plus dormir la garde-robe ouverte durant quelques jours. Mais elle se dit que ce pourrait être amusant d’en regarder un avec Mirza. Et ça devait plaire à sa courageuse grande sœur, non ? Devant le regard de chiot de Jenna, personne et surtout pas Mirzaya ne pouvait résister et dire non. Le choix du film d’horreur était approuvé et il ne restait qu’à choisir le film en tant que tel. Elles passèrent en revue les résumés et bandes-annonces et arrêtèrent leur choix sur une liste de cinq films. N’arrivant pas à en choisir qu’un seul, elles avaient décidé d’en écouter plusieurs. C’était parti pour un marathon de film d’horreur.  

Installées côte à côte, Mirza tenant le bol de pop-corn et Jenna, un oreiller pour se cacher le visage, elles étaient prêtes. L’étudiante pesa sur Play et jeta un regard à sa sœur avec un sourire en coin. Le premier film mettait en scène des esprits et fantômes. À chaque fois que la caméra tournait un coin, Jenna cachait la moitié de son visage dans l’oreiller, un cri prêt à quitter sa gorge à la moindre apparition surnaturelle. Mirza commentait par moment le scénario, les personnages ou l’histoire et Jenna ne pouvait s’empêcher de rire à la plupart de ce que disait sa sœur. En plus, rire la détendait dans les moments stressants et elle était certaine que Mirza évacuait sa peur par de petits commentaires par-ci par-là. On aurait pu croire que Mirzaya était du genre à ne pas s’effrayer d’un film d’horreur, mais Jenna savait qu’il en était tout autre. Bon, l’aînée jouait bien son jeu, mais la plus jeune entendait le léger stress se cachant entre chacune des paroles de l’urbaniste. Et puis, au bout du troisième film, Mirza se retrouva rapidement dans la même position que Jenna. Les deux se tenaient près l’une de l’autre, coussins au creux des bras et criaient dès que la musique montait en flèche en symbiose avec un élément de surprise. Mais elles éclataient bien vite de rire après et Mirza n’arrêta pas ses commentaires.

La nuit finit par pointer le bout de son nez alors que les films s’enchaînaient et la pizza avait remplacé les bons petits plats de maman. Jenna avait téléphoné entre deux films et Mirza avait gentiment payé l’addition lors de la livraison. Elles avaient ensuite repris le film tout en mangeant sur le canapé. Qui aurait cru que les deux filles de la famille Kehiayan auraient passé une journée complète ensemble toutes les deux ? Jenna en sauterait de joie si elle n’était pas trop occupée à cacher ses yeux et à vivre pleinement le moment, jetant des regards complices et moqueurs vers sa sœur. Mirza s’était laissé aller finalement, comme si elle avait arrêté de se demander comment réagir devant sa petite sœur l’espace d’un instant. Elles étaient toutes les deux et écoutaient des films plus horribles les uns que les autres. Elles n’avaient pas à essayer de faire la discussion. Elles pouvaient simplement apprécier la compagnie de l’autre. Et ça, Jenna en était plus qu’heureuse. C’était l’une de ses plus belles journées à vie et elle serait marquée d’un gros trait sur son calendrier. La première véritable journée qu’elle avait passée avec sa grande sœur préférée.

Lorsque le temps de dormir fut venu, si Jenna s’était inquiétée de la façon dont elles s’arrangeraient, cette question n’avait plus lieu d’être. Mine de rien, ni elle ni Mirza n’avait envie de dormir seule dans une pièce noire après avoir écouté autant de films d’horreur. Une seule solution s’imposait et elle fit le bonheur des deux jeunes femmes. Jenna dormit donc avec sa sœur dans la chambre de celle-ci. Rideaux bien tirés, tous miroirs cachés et une petite veilleuse qui restera leur petit secret.

Rp Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM