Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 kill. you shouldn't have come around.
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
PERSEPHONE
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : lindsey morgan.
CREDITS : jo (avatar) ; nola ♥ (crackship) ; astra (signa).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : la suisse (neutre).


MessageSujet: kill. you shouldn't have come around.   Dim 2 Avr - 20:34


you shouldn't have come around
kurtis & jill

Ton passage dans la tribune tower avait laissé un bon nombre de séquelles. Il y avait d’abord un fond de fierté, après tout, tu n’aurais jamais pu t’imaginer survivre. Peut-être que tu t’améliorais vraiment au fond, que tu apprenais à te battre suffisamment pour pouvoir tenir tête à des ennemis nombreux. Certes, tu ne t’étais pas vraiment battu contre d’autres joueurs, mais bien contre des mobs, sauf que même cela était hors de ta portée à tes débuts. Tu devais donc meilleure, restait à savoir si cette réalisation te rendait fière ou non. Il fallait admettre que pour l’instant ce n’était pas vraiment une priorité, parce qu’au-delà de comment tu pouvais te sentir intérieurement, ton corps entier te reprochait ta bravade dans le jeu. Tu avais survécu, certes, mais tu n’avais pas triomphé aisément des ennemis qu’on t’avait envoyé. Bien au contraire, il aurait fallu peu de choses pour que les choses se passent différemment, pour que tu perdes l’une de tes précieuses vies. Tu avais les traces pour en témoigner. Il y avait l’énorme morsure laissée par l’un des loups. Cette plaie béante qui nécessitait sans doute plus d’énergie que tu en avais à donner. Puis, il y avait une multitudes d’autres petites plaies plus ou moins sérieuses. Tes bras étaient couverts des traces, une morsure de zombie sur l’épaule droite, des griffures sur ton avant-bras. Il y avait également une plaie sur ton abdomen, surement laissée par l’une des araignées en plus de d’autres petites plaies sur tes jambes. En somme, tu étais définitivement dans un sale état.
Chaque partie de ton corps te faisait souffrir, encore plus lorsque tu tentas de te relever pour te préparer pour ton quart de travail. Quelques mouvements plus tard, tu vis que ta jambe saignait à nouveau derrière les premiers soins approximatifs que tu avais fait. Tu retombas donc aussitôt sur ton lit, incapable d’aller bien loin sans sentir que la douleur ne risquait de t’achever (moralement). Tu dus donc te rendre à l’évidence : il n’y avait aucune chance que tu puisses te rendre à l’hôpital et y passer des heures. Tu n’étais même pas certaines de pouvoir de tenir bien longtemps sur tes jambes. C’est donc en culpabilisant que tu décrochas ton téléphone pour appeler ton chef de service pour annoncer que tu ne pourrais pas rentrer travailler. Tu savais que tu le mettais dans la merde et aucune raison ne suffirait à faire taire la culpabilité. Il ne put pourtant pas trop insister, surement en raison de ton ton de personne souffrante. Tu avais donc une journée de congé pour te remettre sur pied en espérant que tu ne cèdes pas à la stupide tentation de te reconnecter.

black pumpkin




    helpless everything wasted, nothing to say so i can sing no requiem

Invité
Invité


MessageSujet: Re: kill. you shouldn't have come around.   Mar 18 Avr - 1:37

you shouldn't have come around
jill & kurtis
you and i are more than friends. we're like a really small gang.

La routine prend le dessus, te préparant pour cette nouvelle journée de travail qui saura épuisante comme toutes celles qui ont précédé. Le nombre d'accidents, de blessures et de visites à l'urgence ne parviennent plus à te surprendre. Plus de la moitié de ces statistiques possèdent une origine bien trop familière, une réalité que tu t'apprêtes à affronter encore une fois tandis que tu attends de voir Jill surgir du coin de l’œil à tout instant. À sa place, tu constates le retour d'une infirmière sur le quart de nuit qui revient à la charge avec des yeux vides d'énergie. Tes sourcils se froncent, confus par cette absence de la part de ton amie qui s'étire sur toute ta journée. Une misérable journée où tu te prends la tête à trois reprises avec l'infirmière de nuit, une femme pourtant compétente si ce n'est que ses commentaires te mettent les nerfs à vif en un temps record. Dès la seconde où ton chiffre se termine, tu fonces aux vestiaires te changer afin de quitter cet endroit plus hanté qu'un cimetière. Tu jettes un coup d’œil à ton téléphone avec lequel tu as envoyé un message à Jill pendant ton heure de dîner, un message toujours sans réponse. Ça ne te dit rien de bon, ton sixième sens se sentant déjà maltraité par les possibilités de ce qui peut bien se passer. Pour une fois, t'es venu travailler en voiture, alors la route jusqu'à l'appartement de ta jeune amie ne requiert que quelques minutes avant que tu ne claques la portière pour escalader les marches deux par deux. Tu toques contre la porte. À deux intervalles puisque tu n'es gratifié d'aucun signe de vie à ta première tentative. Enfin, tu entends le loquet de la porte se retirer et celle-ci s'ouvre sur un air bien amoché. « Jill ? » La fameuse question qui devrait suivre meurt dans ta gorge puisque tu te précipites à l'intérieur pour la rattraper dans tes bras quand tu constates le désir de son corps à flancher sous son poids. De ton pied, tu fermes la porte derrière toi tandis que tu ne lui demandes pas son avis pour la porter comme une mariée jusqu'à son salon où tu la déposes doucement sur son canapé. « T'as l'air pire que la majorité des patients qu'on peut avoir dans une journée. » Ton regard, pourtant doux au départ, se durcit en la scrutant de la tête aux pieds. Ces blessures ne rien que tu pourrais qualifier de normales pour le monde réel dans lequel vous vivez. Du coup, il ne te reste qu'une possibilité. « Qu'est-ce que t'as fait ? » Tu ne veux pas la sermonner, mais c'est plus fort que toi que d'emprunter un timbre de voix teinté d'une corde paternelle.
Made by Neon Demon
avatar
PERSEPHONE
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : lindsey morgan.
CREDITS : jo (avatar) ; nola ♥ (crackship) ; astra (signa).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : la suisse (neutre).


MessageSujet: Re: kill. you shouldn't have come around.   Ven 21 Avr - 20:01


you shouldn't have come around
kurtis & jill

Prête à mourir dans ton lit, ou du moins de te laisser échouer jusqu’à ce que le sommeil ne te prenne (idéalement pas à long terme), tu ne t’attendais pas du tout à ce que qui que ce soit vienne frapper à ta porte. Tu avais pourtant entendu ton téléphone sonner pendant la journée, sauf que tu n’avais pas réussi à te motiver pour te lever afin de lire le contenu du message que tu avais reçu. Tu répondrais une autre fois, peut-être une autre journée si l’énergie ne te venait pas. C’était d’ailleurs ce que tu avais l’intention de faire lorsque tu entendis toquer à la porte. Peut-être que la personne partirait en se disant que tu n’étais pas là puisque tu ne répondrais pas. Ce ne fut pourtant pas une option lorsque tu entendis une nouvelle ronde de coups sur la porte. Tu supposais que c’était important, que sinon la personne n’insisterait pas autant. C’est donc pour cette raison que tu te tiras du lit, difficilement pour te trainer jusqu’à la porte. Un bref coup d’oeil jeté par l’oeil de boeuf te permet d’identifier la personne qui se tenait de l’autre côté. On ne pouvait pas dire que tu étais si surprise de découvrir Kurtis, tu avais après tout manqué ton quart de travail et tu avais fait le fantôme, si les tables avaient été inversées tu te serais évidemment retrouvé sur le pas de sa porte. Sans perdre plus de temps, tu ouvris la porte, tâchant de donner l’impression que tu n’allais pas t’effondrer au moindre coup de vent. Ce n’était pas très réussi, loin de là même, et tu ne pus donc être que reconnaissante à l’égard de ton ami qui vint te supporter avant que tu ne t’effondres sur le sol. L’instant d’après, avant même que tu n’aies l’occasion de protester, il te prit dans ses bras, à la manière d’une mariée. « C’est bon Kurt… » Petit protestation peu convaincante, mais qui était de mise vu la gêne que tu ressentais à être ainsi portée.
Fort heureusement, ton corps retrouva rapidement une surface molle alors que le jeune homme te déposa sur le canapé. Un soupir de soulagement traversa tes lèvres alors que tu replaçais tes membres dans l’espoir d’avoir moins mal, sans grand succès. « On se demande pourquoi je suis restée aussi alors. » Réponse inutile, il pouvait bien voir que tu n’étais pas dans l’état de travailler. La question évidente ne se fit pas attendre, Kurtis te demandant ce que tu avais bien pu faire pour causer ces blessures. Tu hésitas pendant un moment, ne sachant pas ce qui était mieux entre admettre la vérité ou tenter un mensonge effronté. Tu optas finalement pour un entre-deux, espérant que ça satisferait ton ami : « Je me suis battue contre des mobs. » Ce qui n’était pas faux, ça laissait juste de côté le fait que tu les avais cherché de façon volontaire. « Ça ne s’est pas très bien passé... » L’évidence même vu les blessures qui marquaient ton corps, particulièrement ta cuisse qui saignait encore.

black pumpkin




    helpless everything wasted, nothing to say so i can sing no requiem

Invité
Invité


MessageSujet: Re: kill. you shouldn't have come around.   Jeu 4 Mai - 22:13

you shouldn't have come around
jill & kurtis
you and i are more than friends. we're like a really small gang.

Tes prunelles s'attardent sur ses blessures, chacune confirmant de plus en plus qu'elles ne viennent pas de ce monde dont la réalité peut parfois être plus cruel que celle de n'importe quel jeu. Il t'est impossible d'ignorer son état lamentable, de la laisser tranquille pour se reposer en retournant chez toi. La fatigue t'emportera, tu laisseras ta peau pour t'occuper de ceux qui te sont cher avant de les abandonner à leur sort. Pourtant, il te serait si simple de clamer que le corps d'autrui n'est pas ton problème lorsque tu ne revêtes pas cette carte d'identité sur laquelle est inscrit ton titre professionnel. « À première vue, je ne dirais pas que tu as gagné. Quelle idée, aussi. » De voir tes amis affronter plus fort qu'eux, ça te fait comprendre que vous avez tous cette partie idiote au fond de vous qui n'attend que le moment parfait pour se manifester et poser des gestes stupides, irréfléchies. Tel que celui d'affronter un ou des ennemis virtuellement plus capable. Non pas que tu considères inapte à se défendre ou s'occuper de sa propre personne, mais tu es de ceux que ne considère pas judicieux de se battre en solitaire. L'union fait la force et pas même ce changement de configuration où les équipes n'existent plus te feront croire que ce diction ne tient plus debout. « Tu veux que je jette un coup d’œil ou que je fasse à manger, pour commencer ? » Partir ne figure pas dans le registre des options envisageables, surtout que tu doutes que la brunette ait avalé quoique ce soit pendant la journée vu son état qui laisse comprendre que ses déplacements sont difficiles. « Vous allez finir par me tuer avec vos idées. » Jill, Erin, Oz... ces trois énergumènes auront ta peau au bout de l'épuisement ou l'anxiété finira par te faire vaincre par une crise cardiaque. De tous les individus formant ta vie sociale, Jill est probablement celle que tu cherches instinctivement à couver le plus. Un point que tu ne peux que rattacher au faible que tu as nourris pendant tes années d'études à travailler à ses côtés en apprenant les rouages de ton métier. « Tu aurais pu me prévenir. La prochaine fois, texte-moi. » À priori, cela peut sonner comme un ordre, mais ce n'est que le résultat de ton inquiétude. Savoir permet d'atténuer la panique, de ne pas nager dans l'inconnu pendant de longues heures et engueuler n'importe qui pour n'importe quoi.
Made by Neon Demon
avatar
PERSEPHONE
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : lindsey morgan.
CREDITS : jo (avatar) ; nola ♥ (crackship) ; astra (signa).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : la suisse (neutre).


MessageSujet: Re: kill. you shouldn't have come around.   Jeu 11 Mai - 22:03


you shouldn't have come around
kurtis & jill

Face à Kurtis, tu ne pouvais que faire pâle figure. Ton état de base était lamentable, mais sentir le regard de ton ami sur toi ne faisait que rehausser la chose. Tu aurais presque voulu qu’il s’en aille ou du moins qu’il ne s’inquiète pas en outre mesure. Tu savais pourtant que ce n’était pas possible, parce que si les tables avaient été inversées, tu aurais fait exactement la même chose que lui. Tu ne t’attendais donc pas à ce qu’il quitte ton appartement, il faudrait donc que tu fasses le nécessaire pour t’assurer qu’il ne s’inquiète pas trop. « J’en suis sortie vivante. » C’était donc une victoire, même si ça n’en avait pas l’air. Ou peut-être que ce n’en était pas une, parce que peut-être que tu avais désiré perdre l’une de tes vies en sorte de punition pour tout ce qui s’était passé. Parce que ce n’était pas dans tes habitudes de chercher le combat, c’était bien ce qui expliquait le fait que tu vivais encore à ce jour. Ça ne t’avait pas empêcher de faire n’importe quoi avec l’une de tes vies. À la question qu’il te posa, ta main se plaça instinctivement sur la blessure sanguinolente. Comme tu avais pu t’en douter, il ne te proposait pas de partir. « Aux dernières nouvelles je suis capable de m’occuper de moi-même. » Ou pas considérant l’état dans lequel tu étais. « Mais si tu pouvais me ramener la trousse de premier soin j’apprécierais. » Tu ponctuas ta phrase d’un geste en direction de la salle de bain où trainait encore la trousse depuis que tu l’avais utilisée la dernière fois. Tu avais aussi envie de manger, mais tu ne voulais pas non plus abuser de la gentillesse de ton amis. Ce dernier te souligna d’ailleurs le stress que vous lui causiez. « Vous ? … Désolée. » C’était la moindre des choses. Tu ne voulais pas lui causer un surplus d’inquiétude ou même un minimum. C’était bien pour ça que tu ne l’avais pas appelé, enfin ça et le fait que tu étais trop occupée à décéder petit à petit. « Je ne voulais pas t’inquiéter. » Pas que ça avait fonctionné jusque là vu qu’il était venu jusqu’à ton appartement. L’intention restait celle-là. « Enfin, j’aurais du aller travailler normalement. » Tu n’aurais sans doute pas été capable de tenir de quelque manière que ce soit vu comment tu peinais à le faire alors que tu ne te trouvais que sur une surface molle sans besoin de gestes épuisants.

black pumpkin




    helpless everything wasted, nothing to say so i can sing no requiem

Invité
Invité


MessageSujet: Re: kill. you shouldn't have come around.   Sam 27 Mai - 23:18

you shouldn't have come around
jill & kurtis
you and i are more than friends. we're like a really small gang.

Certes, elle est vivante, mais à quel prix ? Une vie de perdue bêtement est bien l'une des choses dont vous pouvez vous passer. T'as pas besoin de te faire encore plus de tort que présentement à être rongé de l'intérieur par le stress sur une base quotidienne, alors elle peut ranger ses délires de bravoure ou de tu-ne-sais-trop-quoi. « Ce n'est pas parce que tu survis que ce n'était pas une connerie. » Ton côté protecteur ne manque pas de s'étendre encore une fois, pressant cette envie de savoir tes proches hors de danger lorsque tu as le dos tourné. Trop ont la manie de foncer tête baissée vers celui-ci, en particulier une blonde que tu n'aurais jamais soupçonnée capable de se détacher de sa personnalité du monde réelle à ce point. Tu n'as pas envie de voir Jill faire la même chose, de devenir un individu entièrement différent lorsque le monde bascule vers les pixels. Son entêtement te pousse à pincer les lèvres, la jugeant du regard avec un sourcil s’arquant sur ton visage. « Tu agonises dans ton salon. » Pointant la cruelle réalité, tu obéis pour revenir avec la trousse avant de mentionner l'angoisse engendré par ces gens qui sont tes amis. Le besoin de préciser à qui tu fais allusion ne se fait pas ressentir et tu balaies mentalement cette affirmation pour te concentrer exclusivement sur la brune qui risque de finir par souiller son mobilier. « Bon, vous êtes chiantes les infirmières, mais il va falloir ravaler cette fierté mal placée. » Car tu ne comptes pas abandonner le projet d'être celui qui s'occupe de ses blessures. T'es pas stupide, t'es médecin. Soigner les gens, c'est ce que tu fais sur une base quotidienne. « Non, t'as bien fait de rester ici. De toute, tu ne te serais jamais rendue jusqu'à l'hôpital. » Et advenant le cas que si, les autres employés l'auraient bombardés de questions jusqu'à découvrir l'anguille sous roche. Tirant la table de salon vers le canapé, tu y poses les fesses en lui intimant de s'étendre confortablement - dans le mesure du possible avant d'imposer ta décision. De tes mains, tu relèves le haut qui couvre son ventre, suffisamment pour dévoiler le pansement autrefois blanc. N'ayant pas l'obligation de conserver un air neutre puisque tu n'es pas au boulot, tu te permets une grimace en venant soulever l'un des coins pour le retirer en douceur. « Tu devrais savoir mieux que personne que ça peut s'infecter si tu n'en prends pas soin. Ici, t'as qu'une vie et la septicémie existe. » Un sermon parmi tant d'autres tandis que tu prêtes la main à la tâche, souillant ta peau à défaut de porter des gants sauf que t'es pas à ça prêt niveau précaution avec tes proches. Mine de rien, tu prends ton temps parce que ça te rassure de savoir que Jill ne se porte pas aussi mal que ce que tes pires scénarios mentaux ont pu s'imaginer.
Made by Neon Demon
avatar
PERSEPHONE
<b>bavardages</b> 441 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : lindsey morgan.
CREDITS : jo (avatar) ; nola ♥ (crackship) ; astra (signa).
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : la suisse (neutre).


MessageSujet: Re: kill. you shouldn't have come around.   Lun 5 Juin - 21:01


you shouldn't have come around
kurtis & jill

Ton entêtement à qualifier ta survie de « victoire » ne tenait pas le coup devant Kurtis qui ne manqua pas de souligner la stupidité de ta petite aventure. Tu baissas le regard, un brin honteuse. Ce n’était pas suffisant pour que tu rejette complètement ton geste, que tu tentas d’ailleurs de défendre à nouveau : « Peut-être, mais c’était important pour moi. » La raison exacte n’importait guère plus que ces mots marmonnés dans ta barbe inexistante. Tu savais qu’il ne servait à rien d’argumenter avec ton ami, sans doute parce que si les tables avaient été tournées, tu aurais été aussi intransigeante sur la question. Il vise juste à nouveau en te faisant remarquer que tu agonisais sur ton canapé. « Tout est sous contrôle. » Ou pas, pas du tout même, mais c’était aussi une question de fierté. De la fierté mal placée qui risquait fort bien de te coûter cher, mais c’était plus fort que toi. Tes pensées reçurent un écho dans les paroles de Kurt. Tu préféras ne pas soulever la chose, te concentrant sur ce qu’il avait dit par la suite. « J’imagine et de toute façon je n’aurais pas survécu là-bas. » Que ce soit à l’interrogatoire qu’on t’aurait fait passé ou à toutes les infections que tu aurais pu y choper. Déjà que ta blessure n’était pas dans un état optimal, une réalité qui fut bien plus que confirmée par la grimace qui tira les lèvres du jeune homme devant toi. Tu tentas maladroitement de l’aider en tenant ton haut d’une main. Tu aurais pu te sentir gênée par la situation, mais le regard critique de Kurtis sur ta blessure occupe bien plus ton esprit que toute gêne éventuelle. « Heureusement que t’es là alors. » Ça ne sert à rien de protester davantage, maintenant qu’il avait les deux mains près de ta blessure, il n’y avait aucune chance que tu te sauves sans ses bons soins. Puis tu n’étais pas non plus idiote, tu savais que le laisser s’occuper de tes blessures te donnaient plus de chance de survie (bien qu’à cet instant précis tu n’étais pas exactement certaine de vouloir continuer). Ce commentaire tu le gardas pour toi-même, préférant plutôt ironiser sur ta situation : « Alors je vais survivre docteur ? » Tes chances s’étaient certes améliorées avec l’arrivée de Kurtis, mais tu voulais tout de même avoir un véritable diagnostique de sa part. Tu espérais qu’il serait honnête avec toi. En attendant, tu préférais essayer de te changer les idées, plutôt que de sentir son regard réprobateur ou inquiet sur ta personne. « Ça a été aujourd’hui ? » Question un brin idiote, mais vous pouviez bien discuter de vos journées comme si tout allait bien non ?

black pumpkin




    helpless everything wasted, nothing to say so i can sing no requiem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM