Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Baby, now you’re one of us [PV Jenna]
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 101 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Tarjei Sandvik Moe
CREDITS : Tumblr
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre


MessageSujet: Baby, now you’re one of us [PV Jenna]   Lun 22 Mai - 1:58
Charles marchait habituellement comme si rien ne pouvait le tuer. Cependant, il commençait à comprendre qu’il pouvait se tromper, même s’il ne dirait jamais cela devant quelqu’un. Ici, dans le Darwin’s Game, il avait surement accumulé un nombre d’ennemis considérable. Tellement qu’il avait cru que faire une liste aurait été judicieux, mais qui avait du temps à perdre pour des gens qui, sans la moindre valeur, ne l’aiderait pas à s’en sortir? De faire une liste des gens qui avaient comme seul objectif, soit de l’éliminer, soit de le défigurer? La deuxième option le terrifiant plus que la première. Pour lui, c’était presque pire que de simplement mourir.

Les seuls ennemis qu’il considérait important étant souvent ceux qu’ils s’amusaient à aider dans l’ombre ou ceux qu’ils s’amusaient à suivre une fois de temps en temps pour garder la forme. Car s’il était un jeune homme qui aimait particulièrement être parfait, les sports n’étaient pourtant pas un hobby qu’il osait considérer. Il n’aimait pas particulièrement suer, il suait que lorsque c’était nécessaire.  

C’était rare que ça lui prenait, mais alors qu’il était enfin connecté, il avait un drôle de sentiment. Une mauvaise impression. S’il s’était connecté pour enfin échapper à son quotidien, il n’aimait tout de même pas le sentiment qu’il avait ressenti en entrant dans le jeu. Il avait une drôle de sensation, comme s’il sentait que ça allait tourner mal. Il finit par ravaler son ego et au lieu de faire le fier en bombant le torse pour aller combattre les premiers adversaires venus ou draguer les premières personnes qui ne voulait pas tuer tout ce qui bougeait, il avait décidé de se réfugier. Disons qu’avec la menace des Ryks sur le dos, il préférait ne pas se la jouer en solo.

Il avait beau ne pas ressembler trop à son frère et à ses sœurs, on pouvait tout de même facilement voir qu’il avait des traits de ressemblances entre lui et Seth. Et puis, maintenant, il ne pouvait réellement croire que les Ryks ne savaient pas qui il était. Qui pouvait oublier quelqu’un d’aussi magnifique et téméraire que lui? Quoi, arrogant, dites-vous? Oui, et il l’assumait pleinement, au grand désarroi de ses interlocuteurs : amis, connaissances ou même inconnus au bataillon.
 
Avec Charly déjà six pieds sous terre, et l’état dans lequel se trouvait le reste de sa famille, il préférait tout simplement ne pas croiser de près ou de loin une personne portant le nom de Ryks ou connaissant et ayant des relations privilégiées avec cette famille. Il avait déjà ses propres soucis, alors aussi bien ne pas provoquer les ennuis, comme il savait pourtant si bien le faire. Il avait donc décidé de trouver de nouveaux repères. Des bâtisses abandonnées.

Il avait finalement posé les yeux sur une bâtisse qui semblait bien tenir debout et qui esthétiquement parlant était la mieux décorée, même s’il aurait pu en dire long sur les mauvais choix des propriétaires, ou du moins… Bref. Il avait choisi celle qui méritait le plus qu’il entre à l’intérieur. Il aurait bien pu être tranquille, mais il y avait quelque chose qu’il n’avait pas prévu. Il n’avait pas prévu que l’on puisse vouloir le piéger lui. Il savait être beau, mais de là à ce qu’on se décide à le garder que pour soi… Il aurait bien ri ou même, il aurait bien pu prendre cela comme un compliment s’il ne se retrouvait pas maintenant avec les membres liés, pris dans une toile d’araignée et qu’il avait maintenant une égratignure sur le genou droit.

Il détestait réellement se salir ou devoir se balader avec des cicatrices de guerre, même si ça l’avait le don d’attirer la gent féminine. Seulement, il n’y avait rien de glorieux dans cette histoire, il c’était tout simplement bêtement fait avoir. Depuis le temps qu’il était dans ce jeu, il aurait dû y penser, mais bon, il avait peut-être tout simplement trop de chose à penser, sans dire qu’il ne souhaitait pas succomber à une paranoïa exemplaire comme les autres joueurs. Après tout, surement dû à son jeune âge, il croyait déjà avoir tout vu et avoir tout entendu à propos du Darwin’s Game. Il croyait tout connaître sur le jeu, alors qu’en fait…

*

Pris dans cette toile, il n’avait pas une vue périphérique, et il fallait l’avouer que ça l’énervait. Il regardait avec malheur son arme hors d'atteinte, au sol. Il avait bien tenté de ramasser son parapluie cachant sa lame, mais pas de chance. S’il était parfois du genre casse-pied et qu’il aurait auparavant crier, pour ne pas dire insulter, pour avoir l’attention de cette chasseuse de proie appétissante, ce qu’il considérait être, il avait néanmoins décidé de ne pas le faire. Il savait bien qu’il y avait quelqu’un dans les parages à voir le cahier et les quelques effets personnels ici et là. Il se doutait bien que cette personne n’était pas quelqu’un de très sanguinaire. Ou du moins, si oui, elle avait déjà toutes sortes de plan pour faire en sorte qu’il souffre de noter dans ce beau journal intime, se disait-il ironiquement. Il n’entendait pas grand-chose, mais il sentait qu’elle était présente. Il décida donc de faire ce qu’il savait le mieux faire : chantonner une comptine qui semblait très bien collé avec la situation actuelle.  

« The itsy bitsy spider went up the water spout, down came the rain and washed the spider […] »

Il n’eut pas à pousser la chansonnette, car il vît ce qui le fit soupirer. Il ne savait pas encore s’il avait soupiré d’aise ou d’exaspération en voyant la nouvelle arrivante. Surement un savant mélange des deux. S'il l’avait jugé naïve et idiote la première fois qu’il l’avait vu, elle restait tout de même la seule à pouvoir l’aider à se sortir de là.

- Plumeria. Tu serais bien gentille, si tu m’aidais à me sortir de là. Et puis… Pour l’instant, je reste le seul atout dans cette pièce, sauf si ton cahier devient une arme de pointe.

Il n’osait croire que cette jeune fille était celle qui avait fait ce piège, mais il se doutait bien que celle-ci avait surement un talent quelconque, sinon, elle ne serait pas en vie. Si lui il savait se défendre et avait une famille pour le couvrir, il se demandait bien ce que Plumeria avait pour avoir gardé une gentillesse et une amabilité pareil dans un jeu aussi déloyal et suicidaire. Il comptait bien découvrir ce qu’elle cachait et comment elle survivait parmi le reste de l’espèce. Et puis, même si elle semblait un fardeau, il semblait bien décider à découvrir ses raisons à elle de s’être inscrite. Il ne voyait que très peu de gens de son âge dans les parages, et s'il croyait qu’elle avait le même âge que lui, il se disait qu’il avait surement juste oublié son visage parmi celui des autres personnes de son lycée. Elle ne semblait pas non plus être celle qui se joignait aux soirées. Elle ressemblait à ce qu'elle était surement selon Charles, la fille qui ne pensait qu'à ses notes.
avatar
PLUMERIA PEARL
<b>bavardages</b> 203 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Urassaya Sperbund
CREDITS : Avatar sur Pinterest| Gif Tumblr & Queenyeon
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre


MessageSujet: Re: Baby, now you’re one of us [PV Jenna]   Lun 19 Juin - 17:43
Jenna avait passé sa première heure de connexion à se promener dans le Chinatown. Elle avait été presque certaine, pourtant, qu’elle y trouverait une brèche. S’était-elle trompée dans ses calculs ? Elle commençait à se demander si elle pouvait véritablement trouver une logique derrière l’apparition de celles-ci. Elle soupira en réalisant qu’elle ne trouverait rien. Elle ouvrit son cahier qu’elle trainait avec elle pour relire ses dernières notes sur les brèches, revoir ses derniers calculs. Et elle réalisa qu’elle avait effectivement tout faux. Comment avait-elle pu omettre un simple détail comme une parenthèse dans son calcul ? Ça avait faussé tous ses résultats et elle était à des lieux de comprendre le fonctionnement. C’était enrageant. Elle devrait revoir les mathématiques ainsi que la science pour être certaine de ne pas refaire une erreur de débutante comme celle-ci. Elle soupira tout en abandonnant ses recherches qu’elle comprenait vaine.

Elle avança entre les bâtisses jusqu’à trouver la plus potable, la plus solide qui ne risquerait pas de lui tomber sur la tête. Elle entra et observa la pièce au meuble saccagé. Elle trouva un tabouret et y posa son cahier, ainsi que son sac. Elle garda son couteau sur elle, car même si elle ne pouvait gagner contre personne au corps à corps, elle n’allait pas rendre la tâche facile à ses ennemis. Mais elle n’allait bien évidemment pas se contenter d’un simple couteau attaché à sa ceinture. Elle avait sorti du fil de son sac. Un fil solide qui passait inaperçu lorsqu’il était bien placé et elle se mit en mouvement. Elle passa le fil d’un côté, puis de l’autre, sous une rampe, au-dessus d’une lampe, partout où le fil pouvait solidement tenir sans que rien tombe. Elle s’assura qu’il était bien tendu, et bien placé. Elle vérifia plusieurs fois dans son cahier pour bien suivre le plan qu’elle avait créé. Après tout, elle ne voulait pas faire de faux pas et permettre à la personne de se déprendre facilement. Dès qu’elle fut satisfaite de son travail, elle attacha d’un nœud le fil tendu et rangea le surplus au même endroit dans son sac. C’était parfait. Une belle toile d’araignée géante qui replissait la pièce. Quelques pas et ceux qui ne savaient pas y évoluer y seraient coincés. Plumeria n’avait pas ce problème et elle passa facilement entre les lignes tendues pour se rendre au tabouret. Elle s’y assit et prit son cahier pour retoucher ses croquis tranquillement. Elle dessinait machinalement, concentrée sur le problème des brèches dont elle n’avait toujours pas compris le motif récurrent. Cela l’énervait.

Lorsqu’elle entendit un bruit provenant de l’extérieur, la petite Pearl sentit son cœur rater un battement puis accélérer sous le coup de la nervosité. Elle se leva, posant son cahier à l’endroit où elle était assise. Elle attrapa son couteau d’une main et avança dans la pièce suivant qui donnait sur une salle à manger. Elle longea le mur le plus silencieusement possible et s’approcha d’une fenêtre. Elle prit une grande inspiration, sentant son cœur battre jusque dans son cou et jeta un coup d’œil rapide à l’extérieur. Rien. Personne. Ses épaules se détendirent et elle soupira de soulagement en fermant les yeux. Ce n’était peut-être que son imagination après tout. C’était ce qu’elle pouvait souhaiter de mieux. Elle attendit en silence encore quelques minutes, pour être certaine qu’il n’y avait rien.

Elle allait rebrousser chemin calmement lorsqu’un mouvement attira son attention du coin de l’œil. Il provenait de la pièce qu’elle avait quittée il y a peu. La première pensée qui lui traversa l’esprit la fit blêmir. Son cahier ! Personne ne devait mettre la main sur le contenu de ce cahier. Elle en avait besoin, c’était à elle. C’était ses notes. Mais elle ne pouvait pas non plus courir vers celui-ci. Elle s’obligea à se calmer. Elle prit une grande inspiration et avança lentement vers le salon qu’elle avait quitté. Elle essayait de se convaincre de regarder dans la pièce lorsqu’une comptine se fit entendre. L’étudiante fronça les sourcils. Un instant. Elle reconnaissait cette voix. Elle était certaine que c’était lui. Mais... sérieusement ? Elle apparut dans le cadre de porte avec un air étonnée au visage. Elle s’obligea à fermer sa bouche ouverte de stupeur et lorsqu’il posa finalement les yeux sur elle, ce fut un sourire qui se dessina sur ses lèvres. Qui est-ce qui se faisait prendre cette fois ?

Puis, il ouvrit la bouche et Jenna le dévisagea. Il la prenait pour quoi ? Une nunuche ? Elle était capable de s’occuper d’elle-même, de survivre et de créer des pièges dans lesquels même les petits rois tombaient comme des mouches. Après tout, qui est-ce qui était coincée dans le piège de l’autre au juste ? Elle s’approcha sans se presser, passa entre les fils beaucoup trop facilement pour quelqu’un qui n’avait rien à voir avec tout cela. Elle s’avança d’abord vers son cahier, le rangea dans son sac et passa le sac sur son épaule. Puis, elle se dirigea vers le bout du fil, mais ne le toucha pas tout de suite.

- Je suis ravie de te revoir aussi, Lord. Ça fait toujours plaisir de se sentir apprécier, répondit-elle avec ironie.

Elle détacha le fil d’un mouvement rapide. Enfin relâché de sa tension, le fil s’affaissa et permit au piégé de bouger à nouveau. Pearl attrapa le fil et entreprit de le rouler. Elle aida aussi le joueur à se défaire totalement des fils qui lui entourait les bras et les jambes, ne pouvant empêcher un sourire moqueur de s’afficher sur ses lèvres. Elle ignora complètement son regard énervé devant sa mine et attacha son arme favorite pour la ranger dans son sac. Elle allait parler à nouveau lorsque des éclats de voix se firent entendre à l’extérieur. Les deux joueurs échangèrent un regard et étonnement, ce fut Plumeria qui prit les rênes en premier. Après tout, le garçon devait être en train de s’exaspérer d’être prise avec elle dans ce genre de situation. Mais ils n’avaient pas de temps à perdre et Jenna ne sut pas pourquoi, mais elle l’entraina avec elle. Elle le tira vers un recoin derrière l’escalier. Il n’était visible que pour ceux qui connaissaient le passage. Elle poussa le garçon à l’intérieur et passa à son tour. Elle lui intima le silence tout en se dépêchant de se cacher à son tour. Si ça n’avait pas été un mode survie, Jenna aurait surement été gênée de se retrouver si près du garçon, mais pour l’instant, elle avait autre chose en tête. Elle écoutait les voix, les pas qui approchèrent, qui entrèrent dans la bâtisse où il était. Pearl ferma les yeux, se concentra pour faire le moins de bruit possible.

Lorsqu’elle les entendit s’éloigner vers la cuisine, elle sut que c’était le moment. Elle ouvrit les yeux, pour constater qu’elle s’était rapprochée sans le réaliser. Elle avait l’habitude de se coller au mur le plus possible pour passer inaperçue, mais là, c’était un peu gênant. Elle se recula rapidement et attrapa le Lord par le bras pour le tirer à nouveau avec elle. Elle se dépêcha, tout en restant silencieuse à monter au deuxième étage. Une fois en haut des escaliers, elle sortit un bout de fil, l’attacha à la rampe puis au mur. Comme ça, si quelqu’un montait, il s’y prendrait les pieds. Jetant un coup d’œil aux alentours, elle trouva les morceaux de bois provenant de meubles brisés. Elle modifia son piège et allongea le fil. Si quelqu’un se prenait les pieds dans le fil, cela tirerait violemment les bois pointus et causerait bien des dommages. Elle n’attendit pas plus pour vérifier si son piège était fonctionnel et se dirigea vers une chambre tout en entrainant Lord avec elle. Elle s’approcha de la fenêtre, écouta le silence, puis l’ouvrit. Elle passa sa jambe et l’autre pour atterrir sur un petit balcon métallique. Elle jeta alors un coup œil au garçon et lui chuchota :

- Tu viens où je dois te tirer tout le long ? Fais-moi confiance. J’en ignore encore beaucoup sur le jeu, mais l’art de la fuite, je connais.

Un petit sourire s’afficha sur ses lèvres et elle avança sur le balcon. Elle s’assura que ses pas ne résonnaient pas sur le métal. Elle trouva une échelle qui permettait de redescendre sur la terre ferme, sinon il était possible d’enjamber une nouvelle barrière pour se rendre sur un autre balcon. Elle leva le regard vers le garçon qui la suivait toujours.

- Où préfères-tu aller ?

Elle ne savait pas pourquoi elle l’avait entraîné avec elle. Elle aurait très bien pu fuir toute seule, mais penser que le garçon aurait pu perdre une vie à cause de son égoïsme l’avait dissuadée de le faire. Il n’était pas méchant au fond, n’est-ce pas ? Il n’avait jamais essayé de la tuer. Il était arrogant par moment, énervant à d’autres, mais il la faisait aussi bien rire. Et elle ne disait jamais non à un allié dans ce jeu. Il pouvait lui apprendre quelques petits trucs peut-être ? Bon, elle ne lui dirait pas comme ça. Elle ne demanderait pas. Elle allait se contenter d’observer et d’apprendre par elle-même. Mais il lui fallait bien quelqu’un à observer. Même s’il était évidemment plus jeune que lui, il avait plus d’expérience dans le jeu et elle ne pouvait cracher là-dessus.
avatar
<b>bavardages</b> 101 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Tarjei Sandvik Moe
CREDITS : Tumblr
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre


MessageSujet: Re: Baby, now you’re one of us [PV Jenna]   Mer 26 Juil - 6:19
Plumeria Pearl sembla tout d’abord surprise, cependant, au lieu de garder la bouche ouverte devant lui, elle finit par sourire. Un sourire qui sonnait faux. Un sourire victorieux. S’il avait été à sa place, il aurait certainement rajouté un : « Et maintenant, c’est qui qui fait le malin? » Un sourire que Charles faisait si souvent qu’il fallait d’avantage les compter en milliers qu’à l’unité. Il la regardait et comme toujours, il n’avait pas réussi à ne pas rappeler sa fabulosité avec une réplique taquine.

Il était indispensable, et même s’il était emmêlé et qu’il devait avoir l’air ridicule, il s’y croyait encore. Si les gens finissaient toujours par mal le prendre, il ne pouvait s’en empêcher. Sans dire que dans la situation actuelle, même si elle était celle qui avait le plus de liberté dans ses mouvements, elle n’oublierait pas de sitôt qu’il l’avait aidé. Plus qu’elle en ce moment. Et puis… Ce n’était pas comme si elle le sauvait d’une mort imminente, il n’y avait qu’elle dans la pièce, aurait-il répliquer en roulant des yeux. Peut-être que la plupart aurait douté de la jeune femme, mais il laissait bien sa vie entre ses mains sans avoir la moindre once de peur ou de honte.

Ce genre de confiance aveugle semblait tant faire peur à tous et chacun, mais il ne pouvait comprendre pourquoi. Avec Pearl, il avait la certitude qu’elle ne ferait rien de tel. Et puis, il n’avait qu’à faire une de ces moues pour qu’elle comprenne qu’il était aussi merveilleux qu’il l’exposait. Elle voudrait ainsi donc l’épargner et avoir le meilleur allié qui soit, lui-même : Charles. Après tout, ce n’était pas pour rien que son pseudo était Lord.

Elle finit tout de même par le dévisager alors qu’il lui disait qu’il était plus utile que son petit calepin de notes. Il ignorait bien ce qu’il contenait, mais bon, il pouvait clairement plus l’aider à survivre que des feuilles lignées imbibées d’encre. Il n’avait pas bien tort, seulement, la jeune perle décida tout de même de prendre son temps avant d’aider Charleston. Comme si son cahier avait plus de valeur, elle prit le temps de le serrer avant de déficeler le petit prince. Il n’avait guère l’habitude de passer après les autres, alors après des objets? Il était insulté. On ne le faisait pas attendre. Jamais.

Elle semblait bien se foutre de son regard énervé, alors qu’il se demandait pourquoi il n’était pas habitué à ce genre d’agissement étant donné qu’il était le cadet et vu le caractère du reste de la famille? Bref, il demandait un minimum de respect, et l’idolâtrer, c’était la base. Il y avait de quoi être impressionné vu sa gueule d’ange! Il réussit à se retenir de ne pas lui faire la remarque qu’elle avait une belle vue sur lui le temps qu’il était accroché sans pouvoir bouger, car elle finit par se décider à enfin l’aider. Il était temps! Il était encore pris dans les fils qu’elle avait trop habilement éviter, alors qu’il se disait qu’il n’appréciait souvent que sa présence à lui, alors qu’il l’ait toléré de la sorte, elle était presque une VIP ma foi. Surtout après leur première rencontre.

Pour lui, elle était devenue un fardeau cette journée-là, mais il avait fini par l’aider jusqu’à la fin. Il ne savait plus réellement pourquoi au final. Surement, car il avait à nouveau la chance de rajouter ce sauvetage à sa longue série d’exploit. Et puis, même si les premières impressions étaient défavorables, quelque chose les liait maintenant. Sauver la vie de quelqu’un c’était quelque chose, mais se faire sauver par Lord lui-même, aussi bien dire que c’est un privilège qu’on ne voudrait échanger pour rien au monde. De son côté, il avait fini par lui donner une certaine valeur, car elle était différente.

Elle était un personnage complexe qu’il avait voulu percer à jour. Comme un lecteur assoiffé en quête d’aventures, il voulait voir l’évolution de la demoiselle au sein de cet univers étrange dans lequel ils se trouvaient. Il ne put cependant pas continuer à réfléchir à leur rencontre et sembla moins énervé envers la jeune brunette lorsqu’ils entendirent des voix autour de la bâtisse. Il semblait plutôt inquiet en fait. C’était quoi ce truc ridicule? Il venait à peine de se connecter que déjà, on l’avait piégé, déficeler et maintenant il y avait des rôdeurs qui avait décidé de se rapprocher de leur planque? Il ne demandait qu’à ce qu’on lui laisse la chance de souffler.

Il avait voulu se sortir de son quotidien, mais là, il se trouvait trop bien servi d’un coup. Il n’avait pas besoin de se retrouver dans un autre guet-apens et encore moins avec une jeune femme qui semblait avoir la chance des débutantes comme seul ange gardien. Ou qui avait la chance de toujours croiser son chemin lorsque les choses se corsaient. C’était une idée des concepteurs ça? Si oui, aussi bien dire qu’il y avait maintenant un mode suicide dans le jeu…

Alors qu’il boudait comme un enfant qui avait eu à accepter le joueur le plus merdique dans son équipe de ballon chasseur, il ne réagissait pas, ayant croisé le regard de Jenna sans que son corps ne comprenne ce que son cerveau lui disait de faire. Courir. Prendre ses jambes à son coup. Ce ne fut d’ailleurs pas ses jambes qui firent les premiers pas, ce qui était assez étonnant vu le côté trop entrepreneur de Charles. C’est Jenna qui lui prit le bras pour l’amener avec elle. Il eut à peine le temps de se pencher en vitesse pour attraper de justesse son arme qu’on trouvait parfois trop débile, mais juste assez théâtral à son goût.

S’il était un dragueur né, il avait décidé de laisser sa langue là où elle lui portait chance pour l’instant. Il n’avait pas envie qu’on la lui coupe tout de suite non plus, sans dire qu’elle savait être convaincante quand elle lui avait intimer de garder le silence. Il ne se permis donc aucun commentaire, même s’il en avait eu drôlement envie lorsque la miss l’avait poussé dans l’étroit couloir et qu’elle l’avait suivi. Il gardait les yeux sur elle, encore un peu inquiet, mais le temps passait vachement plus vite lorsqu’une jeune femme se trouvait aussi près.

Elle avait les yeux fermés se concentrant sur le bruit des pas et les voix qui chuchotaient. Il aurait bien voulu entendre la conversation, mais ils étaient un peu trop loin, à son grand soulagement. Et puis, il ne voulait pas non plus que ce soit des gens qui lui cherchaient des poux, car aussi bien dire que ça lui ferait de la mauvaise publicité devant celle qu’il croyait être une lycéenne comme lui. Elle ouvrit finalement les yeux pour constater qu’elle s’était plus rapprochée qu’elle ne le pensait surement, mais il n’eut pas le temps de faire un sourire ravageur à la demoiselle qu’elle le guidait à nouveau dans sa course folle.

Il ne savait pas s’il devait bien le prendre ou non. Il était un peu partagé face à Jenna qui était surement juste en train de se demander pourquoi il ne réagissait pas plus que cela. Après tout, il n’avait pas grand-chose à dire. Il regardait la demoiselle et suivait comme un vaillant compagnon et aimait bien être du côté de la jeune femme en voyant le piège qu’elle avait improviser en haut de l’escalier avant qu’elle ne l’attrape de nouveau. À se demander si elle allait prendre la manie ou pas. D’un côté, ça l’énervait, mais d’un autre, ça faisait pondre un sourire arrogant sur ses lèvres sans qu’il n’essaye de découvrir pourquoi.

Il aurait bien pu ajouter toutes sortes de commentaires sur le lieu dans lequel elle l’avait traîné, mais il se passa de commentaires du genre : Ce n’est pas la meilleure des idées, il faudra être particulièrement silencieux. Cependant, en la regardant, il se ravisa. Elle semblait trop pure pour qu’on ne lui dise quelque chose d’aussi salace. Il savait se tenir lorsqu’il se décidait. Et puis, elle avait aussitôt ouvert la fenêtre, alors aussi bien éviter de gaspiller sa salive avec celle-là. Elle se décida à briser le silence, alors qu’il la regardait toujours comme si la regarder était la seule chose qui comptait dans le moment. Il semblait encore perdu, mais la remarque de la jeune femme lui redonna l’énergie qui lui manquait.

Elle n’aurait pas à le traîner comme elle le disait, non. Il l’aidait à s’échapper. La preuve, elle lui demandait son avis. Le seul qui compte réellement. Deux solutions étaient devant eux. Ils essayaient de rester silencieux, mais Charles ne pouvait se contenter d’être aussi prudent constamment. L’échelle et la terre ferme ou passer une barrière pour gagner un autre balcon. Il n’était pas le pro de l’athlétisme, mais il avait décidé.

- La facilité, ce n’est pas pour moi Plumeria. Si tu me suis, je suis prêt à t’aider. Comme la première fois, dit-il en lui souriant malicieusement. Alors, c’est tes ennuis qui nous suives ou c’est les miens, tu crois? S’ils sont dans un sale état, je mise sur toi et tes pièges.

Il enjamba la barrière et passait devant pour s’arrêter et se permettre de la regarder se débrouiller pour passer de l’autre côté, tout en continuant de parler. Il aurait bien voulu qu’elle peine à le suivre, mais elle semblait bien plus habile pour ce genre de courbettes que lui. Il l’avait bien vu poser ce dernier piège et sa façon de se mouvoir pour le déprendre tout à l’heure ne lui avait pas échappé. Il lui adressa un sourire avant d’ajouter.

- Rappelle-moi de ne jamais te sous-estimer, Plumeria Pearl. On ne voudrait pas, ni l’un, ni l’autre, que mon visage ou mon corps d'Apollon ne finisse en pâté pour chien.

Il ne savait pourquoi, mais il avait besoin d’échanger dans le moment. De converser un peu, détendre ses muscles qui semblaient toujours tendus par une irritabilité qu’il ne pouvait plus contrôler sans devoir toujours se prendre des coups ou jouer les Don Juan. Il avait d’ailleurs insisté sur le ni l’un ni l’autre, comme s’il prenait pour acquis, qu’elle était déjà sous son charme légendaire. Il dut tout de même reprendre son sérieux, et lui demanda si elle voulait prendre le risque d’espionner ceux qui les avaient dérangés dans leur conversation d’avant. Il était prêt à aligner les billets pour dire que c’était surement elle qui avait rameuter les ennuis, alors qu’en fait, il était surement le plus enclin à avoir des comptes à rendre.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Baby, now you’re one of us [PV Jenna]   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM