Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Come on, carry your flame. [PV Jemma]
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
<b>bavardages</b> 101 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Tarjei Sandvik Moe
CREDITS : Tumblr
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre


MessageSujet: Come on, carry your flame. [PV Jemma]   Dim 28 Mai - 6:09
S’il voulait faire croire que tout allait. Ça marchait. C’était facile. C’était si facile de sembler sain d’esprit et de ne pas avoir une tête de déterré comparé au visage de tous ces gens accros. Accros au DG, plus impérativement que lui, plus longtemps que lui. Il était encore jeune, même si pour lui, entre seize ans et vingt et un an, il n’y avait pas plus de cinq ans de différence. Il se croyait aussi vieux que tout ceux dont il croisait la route, autant en IRL qu’InGame, ayant déjà vécu bien des expériences, et ayant déjà pris ses privilèges de personnes majeures. Pour Charles, il était impensable qu’on le prenne encore pour un gamin, et tout dans son attitude faisait en sorte qu’il soit plus tranchant. Plus sec, et avec une attitude qui ne permettait pas qu’on le contredise.

Pourtant, la vie avait le don de lui rappeler ses complexes et qu’il avait malheureusement eu une époque où on le trouvait mignon, et pas dans le sens qu’il le voudrait bien. Juste mignon, comme un petit frère. Comme le dernier petit Gallagher. Il avait enfin réussi à briser cette image de petit frère, même s’il n’avait pas eu longtemps à défendre ce titre étant donné l’écart entre ses aînés, mais il avait tout de même eux ce sentiment. Pas à l’école, et heureusement. Seulement pour les amis et les connaissances de la famille. Et ça restait encore, même si ses conversations et ses envies à parler de son adolescence sans censure faisait son petit effet aussi. Ça l’avait le don de choquer les tantes, mais ça le faisait toujours rire à table, avant qu’il n’en sorte parfois sans même qu’on ait à lui lancer un regard pour lui dire qu’il avait été trop loin.

Il croyait enfin pouvoir crier être un homme, mais bon, il semblait qu’aux yeux de celle qu’il croisa à ce moment, marchant en face de lui pour surement regagner son domicile ou son travail, ce n’était pas encore quelque chose de totalement acquis. Il avait bien tenté de jouer les braves lorsqu’ils étaient dans la même équipe dans le Darwin’s Game, mais, quelque chose semblait toujours lui couper les ailes et le faire redevenir le petit frère de Doudou. Et non, le beau, le courageux et merveilleux Charles. Il voulait clarifier la situation, mais en même temps… Dans la vraie vie, c’était différent avec Jemma.

Il n’avait pas nécessairement demandé l’avis de Doutzen à savoir si elle voulait réellement revoir son ancienne colocataire, mais au fond de lui, il croyait que c’était peut-être ce qu’il fallait à sa sœur. Une présence féminine. Il avait beau être plus soigné et plus diva que son frère et son père, il restait qu’il n’avait pas le cerveau au bon endroit, et surtout pas avec les hormones aussi malmenées par la puberté. Il n’avait pas le tact, ni la sensibilité ultra développée d’une super copine et il ne faisait pas partie du lot des fofolles (terme qu’il déteste pour mourir) même s’ils aimaient aussi regarder des muscles plus masculins une fois de temps en temps, loin de là.

Il ne savait d’ailleurs pas pourquoi son grand frère essayait tant de dissuader Jemma d’entrer en contact avec sa sœur, mais il trouvait tout de même cela relativement étrange. Il ne voulait pas prendre de décision ni pour Scar, ni pour Doutzen, mais… Il devait avoir clarification. Il ne croyait juste pas que ce serait aujourd’hui. Ni vraiment bientôt. Juste un jour. Sans qu’il n’ait à être un personnage important dans l’histoire. Il s’amusait juste à crier Doutzen lorsque Scar répondait qu’elle n’était pas à la maison, ou passer en arrière de lui, alors qu’il était à la porte pour regarder quelles autres raisons Scar allaient inventées, avec un talent de menteur qu’il lui connaissait à peine.

Il s’amusait finalement un peu de la situation tout en ne sachant pas trop où se mettre, et ça l’énervait. Il ne reconnaissait pas l’homme viril qu’il essayait de projeter et d’incarner dont tout le monde semblait être convaincu. Il avait son opinion sur tout et rien n’était flou ou laissé vaseux. C’était noir ou c’était blanc. C’était j’aime ou je déteste. Pas de juste milieu, et là, il ne savait tout simplement plus sur quel côté se ranger. Il était pris entre l’arbre et l’écorce. On pouvait bien dire la famille d’abord, mais bon, n’était-ce pas dans l’intérêt de tous de mettre fin à ce malaise et ses propres interrogations?

Il avait même parfois cru que sa sœur avait peut-être finalement mis Jemma dans sa liste de conquête, mais il n’en était pas certain, et il n’était pas trop certain de vouloir savoir non plus. Il était ouvert d’esprit, mais il n’était tout de même pas assez détaché de ce lien de sang pour demander ou pour être plus curieux sur le sujet. Il ne comprenait même pas comment il pouvait se sentir aussi concerner de tout cela, alors qu’elle passait près de lui et qu’il évitait son regard. Il ne semblait pas intimidé, ni même gêné. Il semblait tout simplement confus et un peu sous pression. Il se demandait à savoir ce qu’il devait faire entre l’ignorer ou simplement la saluer et partir. Il opta pourtant pour l’ignorer, c’était ce que Charles ferait devant n’importe quelle autre personne de son entourage, cependant…

Jemma ne devait surement pas être de cet avis, crut-il comprendre. Elle avait toujours cet air mystérieux et surement une attitude qu’elle dégageait qu’il ne semblait pas toujours saisir. Elle était déterminée, frustrée, ou tout simplement sans émotion fixe? Elle s’était pourtant arrêté droit devant lui. Rien de plus pour l’instant. Il n’aimait pas être le deuxième à parler, alors il prit la parole le premier.

- Ça me concerne? Ou c’est de Doutzen qu’on va parler, Jemma?

Il ne prenait pas le dos de la cuillère. Il entrait dans le sujet, même si ça pouvait leur peser, même s’il aurait dû peut-être éviter le sujet. Il aurait toujours pu espérer qu’elle veuille seulement ne pas le mettre dans ce genre de situation et simplement lui demander de ses nouvelles de lui, de ses études, car il était tout de même un sujet digne d’intérêt. Le meilleur sujet qu’il connaisse, sans devoir s’en vanter ou inventer quelque chose d’aussi clair que sa prestance.
avatar
ALÈTHEIA
<b>bavardages</b> 763 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Phoebe Tonkin
CREDITS : TAG (avatar) - Tumblr (gifs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>
ALIGNEMENT : Hate the player, not the game.


MessageSujet: Re: Come on, carry your flame. [PV Jemma]   Dim 28 Mai - 20:05


Come on, carry your flame


Ça te faisait bizarre de sortir pour faire les courses. Au beau milieu de l’après-midi. Toute seule. Tu faisais toujours en sorte de le faire le moins souvent possible. Tu sortais pour le boulot, évidemment, mais tout de suite après, tu ne trainais pas dans les rues. Non, non, c’était illico à la maison, pas de bêtise ! Tu ne courais pas après la mort. Car ici, tu en étais bien consciente : que ton tatouage indique dix, huit, ou trois vies … ca n’avait pas d’importance. Une seule comptait. Donc, ce que tu faisais, c'était que tu accumulais ce que tu devais acheter sur une liste, et achetait tout en une seule fois. Seulement ce qui était sur ton bout de papier ! Encore là, il était hors de question de t’attarder trop longtemps. Tu le concevais, c’était un peu – beaucoup – dingue. Tu avais un pistolet, tu étais en mesure de te défendre. Très bien même, si on comptait les compétences que tu avais acquises depuis que tu étais inscrite au jeu. Mais ça ne voulait pas dire pour autant que tu désirais les mettre à l’épreuve. Tu étais donc dans la rue. Toute seule. Avec les bras chargés de paquets en tout genre. Il fallait parfois que tu t’arrêtes, au risque de tout échapper et de perdre ainsi un temps très précieux. Tu étais fatiguée, essoufflée, et ne désirais qu’une chose :  arriver chez toi au plus vite, enfiler un pyjama et te blottir dans ton canapé devant une bonne série télévisée. La journée de congé par excellence, quoi.

Mais alors que tu allais te remettre en route après une pause bien méritée, ton regard s’attarda sur une personne qui arrivait dans le sens inverse du tient : Charleston (ou comme tout le monde l’appelait, Charles). Immédiatement, un sourire se dessina sur tes lèvres. Ça faisait si longtemps que tu ne l’avais pas vu ! Depuis la dissolution des teams, tu croyais. Tu te dépêches donc d'aller vers lui, menaçant de trébucher sur tes sacs à tout moment, et te plante devant lui, histoire de lui faire face – et tu dois avouer, lui bloquer le chemin pour éviter qu’il te glisse entre les doigts. Tu le connaissais, ce n’était pas la personne la plus sociable de la ville. Mais, au moment où tu allais ouvrir la bouche, celui-ci te coupa l’herbe sous le pied et prit les devants.

Ça me concerne ? Ou c’est de Doutzen qu’on va parler, Jemma ?

Une claque en pleine figure aurait eu le même effet. Son ton était tranchant, sec. Tu l’avais rarement vu dans un état pareil. La surprise en fut telle, que tu reculas d’un pas, totalement sonnée par son attitude. Tu en lâcha même tes sacs, qui tombèrent sur le bitume, dans le silence le plus complet. Puis, une fois l’étonnement passé, tu retrouvas tes mots.

Je me tiens devant qui là ? Doutzen, ou Charles ? Parce que je suis presque certaine que ce n’est pas mon ancienne coloc’ que je viens tout juste d’arrêter dans la rue.

Ton ton se voulait doux, léger, enclin à la rigolade. Tu te doutais bien qu’il n’avait pas voulu te faire de peine. Tu avais surtout l’impression que tu lui en avais mis beaucoup sur les épaules pendant longtemps, lorsque sa sœur ne voulait pas te voir et que toi, tu persistais. Mais maintenant, c’était différent, c’était terminé. Tu avais abandonné la mission. Peut-être qu’au final, lui laisser de l’espace était de qu’il y avait de mieux. Du moins … tu l’espérais, parce que ça faisait déjà plusieurs mois, et il n'y avait toujours rien à l’horizon. Reprenant tes esprits, tu te penchas, ramassant tes sacs tant bien que mal, tout en reprenant la conversation.

Je voulais prendre de tes nouvelles. Savoir comment tu allais. Tes études …

Tes sacs étaient lourds. Beaucoup trop. Ta respiration était bruyante. Comme si tu n'avais pas fait d'exercice depuis des années. Tes jambes tremblaient sous ton propre poids et tu n'osais imaginer ce qu'il adviendrait si tu réussissais à reprendre tes paquets. Sans doute que tu t'écroulerais sur le trottoir. Tu avais grand besoin d'une pause. D'un échappatoire.

Tu voudrais qu’on prenne un café, histoire de reprendre le temps perdu ? Je t'invites !
CODE BY MAY




אני חשבתי הייתי טוב בלאהוב אותך
אבל האור שלנו יצא מכאשר זה כל נפל בנפרד

I thought I was good at loving you
But our light went out when it was all falling apart


Dernière édition par Jemma Whitehill le Dim 23 Juil - 18:40, édité 1 fois
avatar
<b>bavardages</b> 101 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Tarjei Sandvik Moe
CREDITS : Tumblr
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : Neutre


MessageSujet: Re: Come on, carry your flame. [PV Jemma]   Lun 10 Juil - 1:15
Depuis quelques années, il était vrai qu’il était devenu égoïste. Il serait surement le premier à l’avouer. Il avait même trouvé une réplique qu’il disait souvent lorsqu’un membre de sa famille le lui reprochait. Il disait que ce devait surement être génétique et qu’il retenait cela de sa mère qui était partie sans dire rien de plus il y a de cela douze ans. Il avait le don de jouer avec les sentiments des autres, cependant, face à Jemma qui semblait galérer, une partie de lui se rappelait l’être aimable qu’il pouvait parfois être.

Oui, il avait eu l’envie de l’aider, ce n’était pas un phénomène qui arrivait souvent, mais il se sentait un peu mal. Surtout après qu’il lui ait donné des intentions qu’elle n’avait pas et qu’il ait réagit aussi sec sans même lui dire bonjour. On pouvait bien déceler les effets de la puberté, mélangé à la fois avec l’addiction et l’irritabilité que le Darwin’s Game pouvait provoquer dans son attitude.

Si une partie de lui, lui avait dit de prendre les sacs de Jemma d’entre ses mains, il n’en fit rien. Après tout, elle ne lui avait pas demandée d’aide. Elle était une grande fille, et ses deux mains, bien que chargées, semblaient bien disposées à soulever le poids des sacs. Peut-être avec quelques difficultés, mais bon. Et puis, elle devait bien réaliser qu’il n’était plus le gamin d’une dizaine d’années qui avait aidé sa grande sœur à porter les cartons les plus légers dans leur appartement avec un enthousiaste débordant. Il n’avait plus besoin de se sentir utile et aimé, car maintenant, il était devenu indispensable et prisé. Il était le nombril du monde et il avait à peine seize ans. Il ne proposerait pas son aide aussi facilement et gentiment le premier. On jugeait toujours les adolescents comme cela, et Charles avait rapidement enregistrer tous ces préjugés pour les appliquer et se moquer de tous ceux qui jureraient ensuite dans leur barbe.

Il ne l’aida même pas lorsqu’elle échappa ses sacs devant lui. Il la regardait incrédule, ce demandant bien ce qui clochait avec elle. Elle l’avait déjà vu dans cet état dans le DG, mais en IRL, il semblait qu’elle ne pouvait penser qu’il agirait de la sorte. Bien dommage. C’était un peu fâcheux tout cela.

Jemma reprit tout de même son ton habituel et sa bonne humeur qui la quittait rarement. Ce qui plongea d’ailleurs le jeune Charles dans des réflexions le dépassant. Si quitter sa maison et se balader dans les rues faisaient peur à plusieurs, Charles se demandait plus comment les gens faisait pour être encore aussi joyeux qu’elle, alors que tous semblaient tomber dans la débauche, dans la panique ou tomber raide mort à Chicago. Il ne s’empêchait pas de vivre à l’extérieur du jeu, au contraire, disons juste qu’il était moins en proie à sourire, sauf s’il essayait de draguer quelqu’un ou qu’il avait quelques verres dans le nez.

Jemma finit par le sortir de toute cette spirale de pensée sur le mode de vie des gens en lui demandant de ses nouvelles et en lui proposant un café qu’il ne refusa pas. Après tout, elle lui avait manqué. Dans un certain sens. Même qu’il crut enfin que la chance lui souriait. Si dans le jeu il ne pouvait prouver entièrement sa virilité, ici, sans le moindre combat qui éclate à tout bout de champ, il croyait pouvoir montrer le nouveau Charles. Celui qui méritait de se faire regarder sous un regard moins compatissant et moins enfantin. N’était-ce pas l’occasion parfaite alors qu’elle l’invitait à boire un café?

Pour lui, c’était clair. Il ne se lancerait pas dans un jeu de drague, disons juste qu’il voulait que Charles soit aux yeux de tous, y compris de ceux de Jemma, celui qu’il était : un homme avec une immense fierté et un narcissisme presque malsain, mais présent pour de bonnes raisons. Il savait bien qu’il n’avait pas un physique désavantageux et il croyait bien que même la gent féminine plus âgé s’en rendait compte.

- Je voulais pas te brusquer, dit-il comme simple excuse. Il n’y avait rien d’autre à dire. Il ajouta d’un ton agacé. File-moi un peu de tes sacs avant que tu blesses quelqu’un d’autre avec ou qu’il ne t’arrive malheur.

Il lui proposa d’ailleurs de ramener ses courses jusque chez elle et d’aller dans un café ensuite. Il se foutait bien d’avoir une conversation avec elle devant d’autres oreilles, il n’avait pas grand-chose à cacher en fait et puis, il ne savait pas trop si Jemma faisait de bon café ou non, la taquina-t'il.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Come on, carry your flame. [PV Jemma]   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM