Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
N’HÉSITEZ PAS A VARIER LES ÂGES ET JOUER DES PERSONNAGES PLUS MATURES, BIEN ACCUEILLIS
PENSEZ A JETER UN COUP D’ŒIL AUX PRE-LIENS POUR FAIRE PLAISIR A NOS MEMBRES.
SI VOUS SOUHAITEZ JOUER UN PERSONNAGE ISSU DE LA MAFIA OU DE LA PÈGRE, RDV PAR ici D'ABORD

 cosmopolitan + asher & hazel
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3342 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: cosmopolitan + asher & hazel   Mar 30 Mai - 0:18
Hazel a le regard illuminé. Son teint a changé pour laisser place à quelque chose d'invisible et pourtant si palpable. Sa poche est fièrement lourde grâce à une enveloppe épaise remplie de billets verts. Des billets volés ou des billets mérités, peu importe car ils pèsent contre son corps plein de légèretés. Bien que minime, la blonde a fait un effort vestimentaire. Elle ne portait rien qui présentait des trous ou des tâches... Ses cheveux étaient démêlés et ses baskets nettoyées. Elle avait contacté de nouveau cet homme rencontré au motel. Dans son costume impeccable et avec ses doigts pinçant une cigarette, il avait réussi à croire en la jeune femme. Elle voulait lui prouver qu'il avait eu raison. Pendant plusieurs jours, elle avait songé à l'arnaquer, prendre son arme et disparaître. Elle a finalement pensé bon d'éviter de se mettre à dos un inconnu trafiquant d'armes dans le contexte actuel. Le butin du couple était tel que Hazel continuait encore d'en sourire. Elle était tombée amoureuse de ces chiffres et de ce total. Ses pincées aux cœur lors des soustractions s'atténuaient. Hazel ne comptait plus.
Huit cents dollars... au lieu de six cents, voilà une bonne affaire pour ce brun. La blonde avait ajouté un extra juste pour voir l'expression de son visage quand il jugera le prix. De plus elle s'apprêtait à l'inviter au restaurant, juste pour lui faire comprendre que l'argent n'était plus un problème. C'était aussi une façon de le remercier pour lui avoir fait confiance en ces temps de méfiance.

Elle pénètre dans cet endroit luxueux désert. Malgré l'absence des cadres , elle a la sensation de faire tâche. Quand elle le perçoit, assis seul à une table, Hazel le rejoint.

Hey, j'espère que ça te plaît.

Un restaurant, pas un motel. Le premier rendez-vous illustrait le secret et la méfiance. Si elle avait pris une chambre, c'était pour l'attaquer plus facilement. Un lieu public aurait été compliqué. Le deuxième rendez-vous doit instaurer de la confiance et de la tranquillité alors le choix lui a semblé évident. Hazel espère juste ne pas le regretter...


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
avatar
<b>bavardages</b> 274 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : Joseph Gordon Levitt
CREDITS : av (tik tok), sign (silver lungs)
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : passif


MessageSujet: Re: cosmopolitan + asher & hazel   Ven 2 Juin - 0:57
Le fait que l’endroit était pratiquement désert lui fait arquer un sourcil, mais il ne s’en formalise guère. Il défait le bouton de son veston marine alors qu’il prend place à une table au hasard, signalant au serveur de lui apporter un Manhattan sans détacher son regard de son téléphone. Le message qu’il avait reçu l’avait intrigué au plus haut point, surtout considérant son expéditeur – ou plutôt, son expéditrice, une cliente à qui il avait fini par regretter d’avoir donné une chance, dans un rarissime élan de miséricorde. Là voilà qui revenait vers lui avec la promesse d’un paiement tardif, une nouvelle inespérée. Il ne s’était jamais attendu à voir le vert espérance des billets de banque, à compter son dû remis de la main de la blondinette à qui il avait généreusement donné le bénéfice du doute. Il avait eu de la chance, il allait sans dire, même s’il préférait parler d’intuition. Un bon homme d’affaires n’était rien sans un minimum de pif, s’acharnait-il à penser, sachant bien pourtant que ça ne dépendait que rarement de lui.

Les pas qui traînent contre le sol l’avisent de la présence de la jeune femme, qu’il accueille d’un simple regard levé au-dessus de son téléphone. « Pas mal », se contente-t-il de dire en se levant lentement pour contourner la table. Il tire la chaise de sa cliente pour la laisser s’asseoir, non sans remarquer la relative amélioration de son accoutrement. De toute évidence, elle avait fait un effort – était-ce en lien avec l’argent qu’elle prétendait avoir obtenu? « J’ai vu plus occupé. » Il se rassoit sans plus d’égards, détaillant brièvement la jeune femme qui lui faisait face. On entendait, en sourdine, les bruits émanant de la cuisine, qui auraient aisément été enterrés par le tintamarre des convives et la musique en d’autres circonstances. Soit; elle avait choisi l’heure et la date et il s’y était tenu. « J’espère que Google aura été de bon conseil. Que me vaut l’honneur? » Il ne prend pas la peine de remercier le serveur qui lui apporte son verre, laissant son interlocutrice le temps de demander ce qui lui plaît. Forcément, il ne s’imagine pas que la blonde connaisse ce genre d’établissement pour y avoir déjà mis les pieds, ce qui n’est pas plus mal.


a city's like
a woman
or a casino
somebody's got
to win, and it's
gonna be me
avatar
MERCURIALE
<b>bavardages</b> 3342 <b>présence</b> REDUIT
AVATAR : CARA D.
CREDITS : .SPARKLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: Re: cosmopolitan + asher & hazel   Mer 12 Juil - 0:20
Sourire fier sur ses lèvres juvéniles. Phrase banale lancée avec sincérité. Hazel croise le regard de cet homme aux mystères et aux non-dits évidents. Elle s'attendait à voir une marque de soulagement entre ses rides naissantes. Au lieu ça, son invité affiche la mine qu'a -sans doute- la mine de l'habitué anarqué par les étrangères confiantes. Celles du genre de Hazel : à troquer une arme contre une légère parole.
A son étonnement, le brun se dresse pour tirer la chaise de la blonde et l'inciter à prendre place. Son visage prend les airs déjà vus de l'hautaine. Un menton pointé avec arrogance artificiel et une nuque courbée avec politesse... Un ricanement insolent se dissimule dans l'ombre de ses commissures. Le petit rire qu'ont les orphelins projecteurs des bonnes manières. Hazel jouait sans méchanceté, juste avec moquerie. Lui ou un autre, elle aurait réagi de la sorte à la même situation.
Elle se contente alors de le remercier faiblement avec une voix teintée de malice. La Californienne perd très vite sa frivolité enfantine pour laisser revenir au galop son esprit sauvage et sa fierté due au jeune âge. Sous l'oeil quasi inspecteur de son aîné, elle sent traîner du mépris mêlé à de l'impatience dans son quelque mot : Google. L'iris azur de la poupée devient rapidement une mêlée d'encre tempétueuse et de neige malheureuse. Aujourd'hui encore, notre jugement sur elle la déplaît. Elle aurait besoin d'utiliser Google pour trouver un resto branché de Chicago. Elle, la fille de la rue qui a passé trois années de sa vie à dérober dans les magasins de ces mêmes quartiers de luxe. Trois ans, ça peut n'être rien mais pour sa misérable vie, c'était déjà beaucoup... Hazel aurait tellement voulu balancer son enveloppe tant convoitée dans les airs. Elle aurait vu voler tous les billets verts et cet étranger - trop arrogant – en train de les ramasser, les deux genoux à terre.
Elle pétille intérieurement d'une révolte presque féline. « Je vais t'arracher la gorge », qu'elle aurait dit en temps normal. Hazel sait être démesurée quand il s'agit de respect, maintenant plus que jamais. A noter aussi qu'Hazel ne connaît pas la patience. Elle la connaîtrait seulement si ça se volait dans des banques blindées.

Un serveur arrive et la tire de sa rêverie barbare. La fille de South Side déglutit et opte pour un sourire imperceptiblement hypocrite. Le gling du verre du la table résonne encore quand elle balance avec assurance :

Un Cosmopolitan.

L'ombre en face d'elle pensera sans doute qu'elle a trop regardé Sex and the City. En vérité, une des filles du lycée de Hazel -quand elle était encore scolarisée - racontait ses escapades à L.A. Elle pénétrait dans des soirées ultra huppées où elle aurait vu Tom Cruise boire des Cosmopolitan. Etant donné son manque de connaissance, la blonde préfère se fier aux goûts de Tom Cruise...

Elle se tourne de nouveau vers le trafiquant sans lâcher ce rictus orchestré par l'innocence calculée.

J'aime pas trop avoir des dettes, surtout à des inconnus. Alors je me suis dit « Et si je l'invitais pour connaître son prénom ? »


Elle a un tout petit rire sincère parce qu'elle trouve ça vraiment drôle. Il y a une pointe de sarcasme et de provocation dans sa phrase. Et c'est pour ça, qu'elle rit. Son ridé enfantin laissait peu à peu place à la joie du malin tandis qu'elle plongeait la main dans sa poche. Elle profita de quelques secondes de silence pour déposer un paquet jaunâtre. Il demeurait plein à craquer bien qu'il soit très abîmé. Et il se présentait à son propriétaire dans un clac sec et déterminé, entre lui et la blonde.


I said "hey, hey...Oh, what a ship we sail! We kissed our death to will, there's no one left to take. We're born to recreate" Sinful creature then.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM