Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 dangerous electricity ⊱ moonie
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: dangerous electricity ⊱ moonie   Mar 8 Sep - 1:27
dangerous electricity

p o w e r f u l l

Se déciderait-il à la quitter, un jour, cet éternel sentiment désagréable ? Cette impression d’insécurité, ce frisson qui la traverse à chaque fois qu’elle franchit le pas de sa porte ?  La réponse, la blonde la connaissait. Mais si Moon n’était généralement pas du genre à se voiler la face, cette fois-ci, elle aurait vraiment préféré se tromper. Plus que jamais sur ses gardes, elle avait revêtit une vieille capuche noire pour cacher les traits de son visage, celui qui inspirait la peur, là-bas, à Darwin Harbor. Bon nombre de ses victimes étaient peut-être là, juste à côté d’elle, c’était une certitude, et Moon devait être prudente. Non pas qu’elle craignait une vengeance, non, c’est seulement qu’ici, à Chicago, elle n’avait jamais été quelqu’un d’autre que la bonne vieille petite Moon effacée dans le coin de la pièce. Swan ne pouvait pas se permettre de prendre le dessus. Et pourtant, au fond d’elle, Moon savait très bien que le processus avait déjà commencé. Swan était juste là, à portée de main.  Mais comment un jeu pouvait-il la mettre dans des états pareils ? Comment un jeu pouvait-il avoir un si gros impact sur la vie réelle ? Tant de questions auxquelles elle aurait aimé répondre. Mais voilà, tandis que les interrogations fusaient à perte de vue, les réponses, elles, semblaient s’éteindre à petit feu. Qui aurait pu croire que la petite Gallagher aurait un jour autant de sang sur les mains ? Qui aurait pu croire une seule seconde que la blonde n’arriverait même plus à se regarder dans la glace, le matin, avant de s’en aller pour la fac ? Pas même elle. Si on lui avait dit qu’elle aurait un jour une centaine de morts sur la conscience, elle aurait sûrement rigolé à la figure de l’abruti qui a osé penser ça d’elle. Le fait est que la vérité était là, devant ses yeux, et le pire, le pire c’était qu’elle avait terriblement envie de retourner faire un carnage. Son humanité semblait s’évaporer, tout comme ses réponses. Il fallait qu’elle change la donne avant qu’il ne soit trop tard.

Assise sur la banquette du bus, elle somnolait légèrement, bien trop fatiguée pour garder ses paupières ouvertes. Voilà ce qui arrivait quand elle passait la quasi-totalité de ses nuits à jouer à Darwin’s Game. Malheureusement, même si elle savait que ce n’était pas raisonnable du tout, elle ne pouvait pas s’en empêcher, elle était totalement absorbée par l’univers et le jeu semblait agir sur elle comme l’avait fait autrefois la drogue. Moon, elle était prise au piège, tiraillée entre le désir de se connecter et la nécessité de redevenir ce qu’elle était avant. Avant d’appuyer sur ce fichu bouton d’inscription, avant d’être embrigadée chez les caho, avant d’être frappée par ce besoin de gagner, de se venger, de tout détruire sur son passage. La tête baissée, écouteurs enfournés dans les oreilles et mains dans les poches pour cacher son tatouage au poignet, la jeune femme était terriblement mal à l’aise, persuadée qu’on l’avait déjà repérée. Pourtant, aucun des regards n’était tourné dans sa direction, et c’est alors qu’elle leva la tête pour observer les personnes présentes dans l’autobus. Ses prunelles valsaient sur les gens qui remplissaient les sièges, d’abord sur une femme, la trentaine, accompagnée d’un petit garçon, sans doute son fils. Et puis, son regard se déposa sur un homme aux traits durs, le visage sombre et les bras couverts de tatouages, typiquement le genre de gars qu’on pouvait croiser en jeu. Si ça se trouve, Moon était entourée d’Atom, d’Eshu et de Gaia. Si ça se trouve, elle l’avait déjà tué, lui, en face. Et si ça se trouve, elle recommencera, sans scrupules.

Lorsque le bus se stoppa net, la blonde sortit de ses pensées malsaines, se levant brusquement pour sortir de là. Et une fois à l’extérieur, elle inspira un grand coup, presque sûre de perdre les pédales. Calmant tant bien que mal sa respiration, respirant à pleins poumons, elle se mît à marcher vers sa destination, débouchant sur l’allée qui menait au gymnase. Arrivée devant la porte d’entrée de celui-ci, elle hésita un moment avant de l’ouvrir, persuadée qu’il fallait qu’elle rentre chez elle à l’abri de la population. « Et puis merde. » Lâcha-t-elle, poussant brutalement la porte pour s’avancer vers une femme blonde qui lui souriait de toutes ses dents.  Moon se trouvait ridicule, sérieusement, combien de chance avait-elle de tomber sur un adversaire qu’elle avait déjà croisé ? Sûrement pas des masses. Mais de toute, évidence, elle avait parlé bien trop vite. Parce que quand elle croisa le regard de l’homme qui se tenait au milieu de la salle, elle sentit une lame lui transpercer une seconde fois le cœur. Pas n’importe quelle lame. Sa lame. Lui, elle le connaissait. Lui, il l’avait déjà tuée, une fois. Et à présent, les yeux de Moon dégoulinaient de rage.


Dernière édition par Moon Gallagher le Sam 12 Sep - 17:32, édité 2 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: dangerous electricity ⊱ moonie   Mar 8 Sep - 19:22

La vie réelle devient de plus en plus difficile, de moins en moins acceptable pour moi. Je ne peux rester là, loin de mon équipe, loin des blessés qui ont probablement besoin de mon aide. Pourtant, j’ai aussi des obligations envers mes élèves, si bien que je ne peux rester connecté sur le jeu en permanence, peu importe mon envie ou mon besoin d’être là bas. Et puis, je voudrais m’éviter de paraître louche aux yeux de mon agent de probation. S’il découvrait mon penchant, nul doute qu’il me renverrait aussi sec en prison… Avec Azarov probablement. Rien qu’à cette idée, un frisson incontrôlable me prend et je me surprends à remuer mon café un peu trop vigoureusement, les yeux fixés sur le numéro dix qui orne encore ma main. Une sorte de fierté me prend à l’idée d’avoir toujours le maximum de vie, qui se retrouve rapidement réduite à néant par la peur d’être découvert. D’un geste vif, je m’empare donc de la mitaine qui ne me quitte jamais depuis mon entrée dans le jeu et je l’enfile vite, comme si le tatouage pouvait être capable de me dénoncer à lui seul. Ce qu’il pourrait faire bien sûr, si ma prudence s’effiloche. Le temps d’y penser s’enfuit et je m’efforce de secouer la tête afin de faire disparaître toute trace du malaise qui vient de me prendre soudain. D’autant plus que l’heure ne joue pas en ma faveur et qu’il est plus que temps pour moi de quitter mon appartement pourri, pour la salle de fitness. « Putain de merde j’suis en retard. Faut que j’me grouille ! » Inutile de dire que de ma présence résulte une certaine liberté pour moi. Si je viens à manquer des séances, cela attirerait à coup sûr l’attention de mon agent, ce que je refuse de faire.

Finalement, après avoir vidé d’un coup ma tasse, m’être brûlé la langue et avoir juré une nouvelle fois, je suis enfin parti. Il ne m’a pas fallu bien longtemps avant d’arriver et d’observer les jeunes et moins jeunes m’entourant. Cette idée d’initiation ne vient pas de moi, mais je dois avouer que c’est une bonne chose. J’aime ouvrir mon nouveau monde aux autres, même si je ne peux m’empêcher de fixer chacune des personnes entrant. La peur d’être découvert me prend aux tripes à chaque fois que la porte s’ouvre, mais je me retrouve bien idiot puisque personne ne ressemble à quelqu’un que j’aurais pu croiser dans le jeu. Sauf elle… Lorsqu’elle entre, mon cœur se serre, mes tripes se tordent et un goût acide remonte lentement le long de ma gorge. Le tout me donne envie de vomir presque aussitôt, mais je ne peux risquer de me faire repérer. Cette fille, je l’ai déjà tué. Une fois. Je ne suis donc pas étonné, lorsque mon regard croise le sien, d’y lire une fureur mal dissimulée. Ce n’est pas une Caho pour rien. L’idée qu’elle puisse sortir une arme pour m’abattre sur le champ m’effleure une seconde, s’insinue lentement dans chaque parcelle de mon être, avant que je ne me rende compte de la stupidité de la chose. Une horde de gens nous entoure, je sais qu’elle ne m’arrachera pas la tête devant eux. Par contre, je me dois d’être très prudent et ne pas me retrouver seul avec elle… Sait-on jamais… Je continue de la fixer, à l’affût de la moindre réaction de sa part, lorsque je me sens soudain observé.

Toute la salle me fixe, attend probablement le moment où je vais commencer le cours. Tout à mon observation de la blonde, je n’ai pas remarqué que l’heure vient de commencer et que plus personne n’entre. Il est temps pour moi d’entrer en action, même si je suis largement perturbé par la présence de la demoiselle dans cette salle. Retrouver mes démons en dehors du jeu est bien trop difficile à gérer, pourtant, j’essaye d’avoir une voix claire et sûre d’elle lorsque je commence à parler. « Bien… Bienvenue pour cette initiation au yoga. Vous êtes nombreux, je vais essayer de faire au mieux pour que vous repartiez tous avec l’envie d’en faire. » Je souris, cherche à être charmant afin de rapporter plus à la salle de sport, mais le cœur n’y est pas réellement. Mon regard repart souvent vers la jeune blonde et mon attitude attire d’ailleurs sourires, commentaires et rires étouffés. Bien sûr… Ces jeunes vont probablement croire que je suis un vieux pervers attiré par une jeune et jolie demoiselle. La vérité est pourtant toute autre… Je ne peux détacher mon regard d’elle, de peur de louper le moment où elle me sautera dessus…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM