Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
N’HÉSITEZ PAS A VARIER LES ÂGES ET JOUER DES PERSONNAGES PLUS MATURES, BIEN ACCUEILLIS
PENSEZ A JETER UN COUP D’ŒIL AUX PRE-LIENS POUR FAIRE PLAISIR A NOS MEMBRES.
SI VOUS SOUHAITEZ JOUER UN PERSONNAGE ISSU DE LA MAFIA OU DE LA PÈGRE, RDV PAR ici D'ABORD

 we have candy ▬ iska & nick
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
avatar
GANGSTA
<b>bavardages</b> 1091 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : Watkin Tudor Jones
CREDITS : BLACK.PINEAPPLE
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>



MessageSujet: we have candy ▬ iska & nick   Dim 2 Juil - 19:53
Tu la regardes. Elle te regarde. Tu la regardes. Elle te regarde. Tu renifles peu gracieusement. Elle lutte intérieurement pour ne pas t’en faire la remarque avant de chantonner un poli Est-ce que je peux vous aider ?.

« Ouaaais... » La lenteur avec laquelle tu réponds pourrait faire croire à tort que tu planes carrément. En vérité, quelque chose dont tu n’as pas vraiment l’habitude est en train de t’arriver : tu n’es pas à l’aise. L’ambiance est loin d’être celle de la rue ou de n’importe quel endroit où tu évolues d’ordinaire. Tout est blanc. Stérile. Aseptisé. Tu penses soudainement à tous ces films se passant dans des labos où tout tourne mal. Resident Evil, ça vous parle ?  Y a bien eu des zombies dans le Darwin’s Game. Est-ce qu’ils essayent d’en recréer ? Tu veux pas finir en zombie, toi. Tu te grattes la tempe, en pleine réflexion avant de recouvrer l’usage de la parole. « Je dois voir une me… madame Iska Hillman. » Tu rattrapes presque comme un pro ton petit dérapage de langage tout en matant le nom que tu as écris sur ta main. Tu reprends possession de tout ton panache de gangsta en bombant un peu le torse. Merde, Nicky, tu vas pas te laisser impressionner par une nana qui te matte de haut parce qu’elle a un tailleur quand même. Maintenant que tu réfléchis, elle doit carrément flipper d’avoir un mec avec ta gueule devant son petit comptoir de secrétaire. Pour sûr que si tu pouvais voir à travers, tu apercevrais son doigt posé à quelques centimètres seulement du petit bouton rouge appelant la sécurité – juste par précaution. Tu la comprends. Tu te méfierais de toi aussi. Tu essayes tant bien que mal de la rassurer par un affreux sourire doré qui a soudainement l’air de la rendre encore plus mal à l’aise. Peut-être que t’aurais dû mettre un costard à la place de ton training rouge ? Hen, mais le soucis c’est que t’en as pas. Elle te sort de tes pensées existentielles après avoir tapoté quelques fois sur son clavier.

« Nick MacReady, c’est bien cela ? Pour 14 heures ? » Même que t’es arrivé un peu en avance, comme un pro et tout. En training, oui, mais en avance c’est ça le plus important à retenir. « Yep c’est ça. » Que tu réponds en déposant des deux bras sur son comptoir. Tu jures presque l’avoir perçue effleurer l’alerte sécurité. Bon, vu ta gueule et ce qui se passe comme bordel actuellement dans le monde, tu lui pardonnes. Tout le monde est sur les nerfs. « Mon collègue va vous mener jusqu’à son bureau. » Tu mates le gamin qui vient d’arriver – un stagiaire assurément.  Il tente un sourire auquel tu ne réponds pas, cassant soudainement le peu de confiance en lui qu’il possédait. Tu veux bien faire des efforts mais merde, ici tout le monde te prend pour truand, ça se voit – et c’est chiant putain. Le pauvre gars te guide à travers un labyrinthe de couloirs et d’ascenseurs avant de s’arrêter devant une porte et deux chaises. « Madame Hillman vous recevra quand elle aura terminé. Vous pouvez vous installer là. » Il désigne l’une des chaises d’un timide coup de menton. « Ok merci mec. » Que tu lui réponds en prenant tes aises, lui accordant même un clin d’œil. Le jeune homme doute un instant de l’attitude à adopter avant d’abandonner en détalant. Merde, t’essayais d’être gentil. Tu soupires en t’affalant sur la chaise, te demandant si arriver en retard c’était pas plus sympa en fait.


I'M A NINJA
my life is like a video game


NO FUCKIN AROUND I'M CUTTING DOWN ANYONE IN MY PATH TRYNA FUCK UP MY GAME WITH RAZOR SHARP
avatar
MERIGOLD
<b>bavardages</b> 123 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : gal gadot.
CREDITS : luaneshë.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>

ALIGNEMENT : active, de façon anonyme.


MessageSujet: Re: we have candy ▬ iska & nick   Mar 18 Juil - 21:28
we have candy
nick & iska

Son regard sombre était tourné vers l’écran de l’ordinateur depuis lequel elle avait un aperçu parfait des couloirs et du hall d’OPTIM. Elle avait oublié un instant qu’elle était en train de travailler – sur l’autre écran défilaient le résultat des premières recherches, des schémas et le profil de Nick McReady était affiché en grand. C’était bien le même homme qui se tenait devant le comptoir du hall à l’entrée, en jogging rouge. Elle reçut la notification de son arrivée, dont elle était de ce fait déjà au courant. Son sourire étira ses lèvres devant l’air coincé de la secrétaire dont elle ressentait le malaise jusque ici ; peut-être Iska songerait-elle à proposer à Paul Rhodes de renvoyer celle-ci pour quelqu’un de plus téméraire. A OPTIM, les faibles étaient remplacés dans un battement de cils, personne ne dérogeait à la règle. Il fallait se battre pour arriver aux plus hautes sphères du pouvoir, et faire une croix sur ce qui nous servait de conscience, de déontologie et de cœur. Le progrès n’était pas fait de culpabilité ou de remords. Elle suivait la progression de McReady et du jeune Beck à travers les couloirs, jusqu’à ce qu’il abandonne le patient devant sa porte. Iska reporta son attention sur le dossier de l’homme avec lequel elle avait rendez-vous, le troisième de la journée. Ces derniers temps, les rencontres avec les sujets d’étude s’enchaînaient et étaient éreintants. Iska aurait volontiers délégué cette tâche à des subalternes, mais le directeur avait insisté pour que ce soit elle, l’une des figures qu’on voyait à la télévision, qui se salisse les mains pour donner une impression de familiarité et d’accessibilité à leurs « cobayes ». Merci, c’était chiant à mourir.

Quelques instants plus tard, la brune daigna se lever de sa chaise de bureau et demanda à l’homme qui se tenait dans l’angle de la pièce d’ouvrir la porte. Ce dernier, dans un costume impeccable et une froideur mesurée, invita Nick à entrer. « Madame Hillman va vous recevoir. » Il laissa le patient passer et referma la porte derrière lui. Iska contourna le bureau, sourire doux mais réservé aux lèvres, pour venir lui serrer la main. La directrice des recherches des laboratoires OPTIM était semblable au bâtiment lui-même, représentant un indéniable élément du décor : elle était vêtue d’un tailleur blanc parfaitement ajusté, perchée sur des talons d’un noir de geai, et rien ne dépassait de sa longue couette brune. Un peu de rouge à lèvre, quelques bijoux discrets s’harmonisaient sur une peau hâlée. Tout n’inspirait que perfection, froideur et modernité. Elle se savait belle en revanche, et en jouait quand il était possible de le faire. « Bienvenue Monsieur McReady, je vous en prie installez-vous. » lança-t-elle joyeusement en lâchant sa main, avant de désigner le fauteuil de cuir qui faisait face au sien. Iska contourna à nouveau le large bureau, s’assit à son tour et croisa gracieusement ses longues jambes fines. « Avant de commencer, souhaiteriez-vous boire quelque chose ? Nous avons du thé, du café … » Elle le laissa formuler sa demande (ou non) puis fit signe à l’homme silencieux qui assurait constamment ses arrières et répondait aux moindres de ses caprices posté dans l’angle de la pièce de s’y rendre. Il comprenait toujours les regards et les signes d’Iska et savait qu’elle voulait son café fort et noir pour tenir le coup, même si ce n’était jamais assez pour lutter contre la fatigue et la pression qu’elle avait sur les épaules. Lorsqu’ils furent seuls, Iska reporta son attention sur le patient qui lui faisait face. Il semblait assez différent de ceux qui s’étaient engagés jusqu’à présent, de par sa dégaine et le sentiment qu’il lui inspirait. Ce n’était pas quelqu’un qui se laissait impressionner, plutôt le genre à cogner : alors que faisait-il ici ? Elle sourit à nouveau et commença : « Je tiens tout d’abord à vous remercier personnellement de vous être engagé auprès d’OPTIM, et aussi d’être venu aujourd’hui. Je rencontre toutes nos recrues pour m’assurer qu’elles savent bien dans quoi elles mettent les pieds, et expliquer le fonctionnement des tests que nous allons leur faire passer. Et si vous le souhaitez, nous pouvons aussi visiter les locaux. » C’était toujours plus facile d’illustrer ses propos en lui montrant directement de quoi il s’agissait. A l’heure actuelle, c’était peut-être Rhys Aitken qui était en train de passer son premier test, ou Charleston Gallagher. Iska aurait donné n’importe quoi pour être avec eux et observer en temps réel ce qui se passait dans la tête du cobaye.

« Puis-je me permettre de vous demander ce qui vous a poussé à vous engager ici ? » demanda-t-elle d’abord en s’enfonçant davantage dans son siège, prunelles sombres cherchant les siennes pour y scruter la moindre trace de mensonge. Il pouvait ne s’agir que de la récompense financière promise aux quelques (naïfs) téméraires, bien sûr, beaucoup étaient là pour cette seule raison et ça suffisait à Iska. Mais il y avait aussi ceux qui pouvaient être de potentielles menaces pour l’institut. Qu’on l’accuse de faire du délit de faciès ! personne n’avait encore osé venir ici en jogging, ni ne s’était montré nerveux malgré une apparence qui semblait plutôt confiante de manière générale. Cet homme était un mystère, et il fallait s’assurer que ce n’était pas un espion. « Je voudrais également que vous me parliez de votre expérience du DARWIN’S GAME et ce que vous en pensez, en toute sincérité. Il n’y a pas de réponse piège. » Iska se tut pour laisser enfin à Nick l’occasion de s’exprimer. Ce fut également à ce moment-là que son homme à tout faire revint dans la pièce. Il déposa son café devant elle, court et fumant, puis servit Nick (ou non). Iska le remercia d’un bref signe de tête, puis reporta son attention à nouveau sur la seule personne qui l’intéressait ici.



Spoiler:
 


the light of day showed you the limits of possibility. but walk through the dark, the absolute, total darkness, and the possibilities were limitless.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Répondre au sujetPoster un nouveau sujet   Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM